Version classiqueVersion mobile

Biodiversités en partage

 | 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa
, 
Chantal Blanc-Pamard

Partie 3. Ruralité et environnement : liaison et déliaison

Chapitre 8. De nouvelles ruralités

Texte intégral

1La thématique des nouvelles ruralités a pris une place importante dans l’analyse de l’évolution du monde rural. Certains auteurs leur accordent un apport positif en parlant du « bonheur des campagnes » (Hervieu et Viard, 1996). D’autres concentrent leur attention sur les nouvelles formes de valorisation qui font qu’il importe plus de savoir comment on est rural que de distinguer qui est rural (Mormont et Mogenot, 2002 ; Royet al., 2008). D’autres encore mettent en avant la réalité d’une campagne désormais espace aux multiples usages car à la fois ressource, cadre de vie et environnement (DuarteFerreiraet al., 2008). Dans tous les cas, les relations et la complémentarité entre rural et urbain restent au coeur des enjeux que représentent ces nouvelles ruralités (Mora, 2008). De ce cadre relèvent les requalifications environnementales des espaces ruraux.

2Ainsi en est-il de la politique de conservation du corridor, conçue, décidée et promulguée par le monde de la ville. Trois domaines s’avèrent indissociables d’une lecture des systèmes agraires et du milieu rural betsileo tanàla sous l’angle des politiques environnementales. Il s’agit d’abord de l’écotourisme, introduit comme programme de valorisation de la nature. Quant au champ des innovations, il repose sur des éléments porteurs de mobilités en interface avec la ville. Enfin, la pérennité de la production d’alcool toaka gasy valorise une situation marginale et de contact pour une activité illégale. Comment chacune de ces composantes non agricoles contribue-t-elle au renouvellement du dynamisme de ces campagnes ?

L’écotourisme au service de l’environnement

  • 121 Voir à ce sujet l’article de Chaboudet al. (2004) qui questionne les « vertus supposées » de l’éco (...)

3L’écotourisme est une activité mise en avant dans la politique environnementale malgache ; elle est considérée comme un atout de la conservation et la valorisation de la biodiversité, du développement local et de celui du secteur touristique, source de devises et d’emplois121.

4Pour le service d’appui à la gestion de l’environnement qui a rédigé un manuel destiné à la mise en place de l’écotourisme communautaire, « L’écotourisme est une forme de tourisme axée sur l’observation de la nature et de ses éléments, de la culture traditionnelle dans les zones naturelles qui en font l’objet. Il adopte une approche sociale dans laquelle la notion de responsabilité collective est appliquée eu égard à la protection de l’environnement, mais aussi à la recherche du bien-être de la population locale et exige une démarche active visant à atténuer les impacts négatifs et à favoriser les incidences positives du tourisme de la nature… L’écotourisme est une activité commerciale dans laquelle la communauté locale exerce un rôle bien défini. Elle est rémunérée en fonction de ses attributions et responsabilités, elle est le gardien des ressources et elle a un rôle dans la gestion du site à travers les guides. » Sur des aspects plus pratiques, le manuel donne des conseils pour l’accueil des touristes : bureau d’accueil pour informer des différents circuits, service des guides interprètes et pisteurs, construction de chalets ». L’office national du tourisme à Madagascar est aussi désormais impliqué dans ce type de tourisme.

5Dans la zone étudiée, la station forestière d’Andrambovato est un point phare de cette activité qui propose une alternative de revenus, tout en impliquant les communautés dans la préservation de l’environnement.

La station forestière d’Andrambovato

6La station forestière d’Andrambovato a été créée en 1948 dans le souci de pallier la dégradation de la forêt naturelle suite à l’exploitation de bois pour le chemin de fer. Couvrant 205 ha, elle a fait l’objet entre 1949 et 1956 d’un reboisement en essences exotiques (sept espèces d’eucalyptus, pins, Cedrela, Tristania) et d’un enrichissement en essences autochtones (varongy, voamboana, halampona). Les forêts et les parcelles sont délimitées et inventoriées : trois parcelles en forêt et dix-huit parcelles de reboisement ou enrichissement.

7La station forestière jouxte, au nord, le terroir villageois d’Andrambovato et se trouve comprise entre les parties nord et sud de celui d’Ambalavero (cf. fig. 15). Sa partie orientale est située dans le fokontany d’Ambodivanana, notamment la cascade de Mandriampotsy en bordure ouest de la voie ferrée (fig. 17, cahier couleurs).

8L’action du propriétaire du Tsara Guest House Hôtel à Fianarantsoa est à l’origine de la valorisation touristique de cette station. Son initiative de prospecter la région remonte en 1990 et ce n’est qu’en 1996 qu’il a construit le gîte actuel « Akida » sur des terres achetées au père de Jeannot (généalogie 6) auquel il a confié le gardiennage. Jeannot est le frère du président de la Coba et l’un des 8 guides touristiques locaux. Un second gîte a également été construit, hors de la station forestière en aval de la voie ferrée, par le Lac Hôtel de Sahambavy en 2003.

9Les villageois d’Andrambovato qui voient les touristes descendre du train entendent bien valoriser cette rente touristique. C’est pourquoi les membres de la Coba ont déposé une demande de transfert de gestion de la station forestière avec pour arguments la faible superficie de forêt « rémunératrice » dans leur terroir villageois et leur qualité de « bons élèves » sachant « maîtriser les attaques contre la forêt ».

  • 122 À l’initiative de ERI, le trésorier de la Coba d’Andrambovato et le propriétaire du TsaraGuest Hot (...)
  • 123 Programme Bamex – Business and Market Expansion – de l’Usaid.

10Lors d’une réunion en 2004, les responsables forestiers de Tolongoina (chef de cantonnement et chef de triage) ont conseillé aux villageois d’Andrambovato de ne pas présenter individuellement une demande de transfert de gestion, mais de la faire en association avec le terroir villageois d’Ambalavero « pour un partage équitable des ressources à venir ». Le processus de transfert de gestion a alors fait collaborer les deux Coba d’Andrambovato et d’Ambalavero. EcoRegional Initiatives (ERI) a encouragé la démarche en tant qu’organisme d’appui122, avec le concours de l’ONG Vokatry ny Ala pour l’organisation du transfert et du Bamex123 pour une étude sur la potentialité touristique du site.

11Le 22 octobre 2005, l’élection du bureau de la future Coba a lancé le processus de transfert pour une gestion contractualisée de la station forestière d’Andrambovato (GCF). Elle a abouti en juin 2007 à la constitution de la Coba commune à Andrambovato et Ambalavero. Son nom est Soamiray, litt. ‘bien-uni’. Une maison du tourisme a été construite en octobre 2007 à Andrambovato (photo 11). C’est le lieu de vente des billets d’accès pour une visite de la station forestière, en même temps que le lieu d’accueil, d’exposition de travaux artisanaux de membres de la Coba, de présentation des caractéristiques de la région sous forme de fiches.

  • 124 Une double explication de cette densité des goyaviers : la proximité de l’ancien camp de Tatamaly (...)

12À partir d’Andrambovato, trois circuits sont proposés aux touristes : l’escarpement du rocher Bellevue, la cascade de Mandriapotsy, le village d’Ambalavero (y compris la visite au roi, s’il est présent). Pour une ou deux personnes, le tarif est le suivant (septembre 2008) : 30 000 FMG pour Ambalavero, 25 000 FMG pour la cascade et 50 000 FMG pour l’escarpement. Ces promenades à la demi-journée reposent sur des horaires réguliers des trains, ce qui n’est pas toujours le cas. Outre ces circuits déjà existants, d’autres itinéraires sont prévus, d’un accès plus facile que les sentiers locaux très escarpés. C’est le cas de la balade à la journée prévue dans la forêt au-dessus du tunnel d’Ankarampotsy, reconnue pour son importante diversité animale en particulier des lémuriens, liée à la présence de goyaviers dont ils sont très friands124. Autre perspective, un tour balisé dit « circuit des lémuriens » à partir du tunnel d’Ankarampotsy vers Ranomafana, donc plus long, toujours en discussion. Le tracé initialement retenu n’a pas reçu l’approbation du roi Levita II (décédé, enterré le 24 juin 2008) car le sentier pénètre dans la forêt où se trouve son tombeau ancestral. La sacralisation des zones de sépulture des ancêtres peut favoriser la conservation de la forêt, mais peut également compromettre un projet de développement touristique. Une autre raison (non dite, mais très nette) de cette réticence est liée au fait que le village sur ce trajet ne sera plus Ambalavero, mais Tatamaly.

13À la maison du tourisme, la liste qui enregistre les touristes par nationalité donne les chiffres suivants pour la première année de la Coba :

  • du 21-06-2007 au 26-12-2007, 134 touristes (68 Français, 32 Malgaches, 25 Américains, 7 Allemands, 2 Sud-Africains) ;
  • du 01-01-2008 au 20-09-2008, 106 touristes (62 Français, 22 Malgaches, 6 Allemands, 5 Belges, 4 Sud-Africains, 3 Suisses, 2 Américains, 2 Espagnols).
  • 125 « Nous avons à la gare d’Andrambovato des gîtes d’étape, mais la clef est uniquement donnée au dép (...)

14Dans le contexte d’une localité difficilement accessible – « le train légendaire ouvert en 1936 est le seul moyen de transport jusqu’à ce site remarquable » est la formule utilisée par un des circuits proposés –, peu fréquentée par des étrangers nationaux ou de l’extérieur, et aux revenus essentiellement d’un système de polyculture familiale, ces chiffres représentent un réel apport pour l’économie locale : un écotouriste séjournant à Madagascar dépense en moyenne 1 385 000 FMG, soit 27 700 ariary par jour (journal Songadina n° 2, juillet-septembre 2009 : 6). Par ailleurs, l’objectif de valorisation écotouristique de la station est ambitieux : « sauver la station forestière à travers l’écotourisme… assurer aux populations des conditions de vie améliorées… le plan d’aménagement a été défini, les circuits écotouristiques ont été identifiés puis aménagés, la communauté locale a reçu des appuis techniques, les guides locaux ont reçu des formations… » (Anonyme, 2009). Et pourtant, sur place, l’activité laisse à désirer en termes d’accueil et d’infrastructure. En réponse à une demande de renseignements que nous avons formulée pour une randonnée, on ne peut que noter l’aspect peu professionnel de la réponse125. Il faut vraiment connaître la région pour se lancer dans un trek dans ces conditions. Par ailleurs, nous avons testé un circuit avec un guide pour une journée, le circuit de l’escarpement du rocher Bellevue. Notre conclusion est que le trek proposé (une marche difficile sur un sentier raide et glissant) et les commentaires balbutiants du guide sur la flore comme sur la faune ne correspondent pas aux attentes des touristes.

15L’écotourisme a été mis en place comme une opportunité offerte par l’objectif de conservation, mais dans des conditions qui en font un vecteur d’inégalités, entre les deux villages cogestionnaires de la station forestière, et plus généralement, entre l’organisation préparée et parachutée de la ville et les initiatives des guides du milieu rural local.

Un écotourisme, vecteur d’inégalités

16Le projet écotouristique centré sur la station forestière a certes apporté des changements à Andrambovato. Pourtant, il apparaît surtout comme accentuant encore plus les différences entre la ville et le milieu rural, mais aussi entre les villages.

17En 2008, on compte 80 guides (contre 5 en 2005) âgés de 25 à 40 ans. L’un d’entre eux préside la commission des guides, il coordonne les tours des guides et fixe leur calendrier. Le recrutement s’est effectué sur la base d’un effectif de 30 candidats formés en anglais par deux Peace corps (volontaires civils américains), à raison d’une séance hebdomadaire de 8 h à 11 h pendant 6 mois. Faune et flore de la station forestière d’Andrambovato ont aussi été enseignées pendant 15 jours. À cela s’ajoute une initiation à la technique du « guidage » par une équipe de la maison des guides de Fianarantsoa. Au final, les guides retenus connaissent les termes anglais d’accueil et les termes liés à l’écotourisme, les principes de l’écotourisme, les règles de guidage, ainsi que des rudiments de secourisme. Par ailleurs, les 10 hébergeurs habilités à Andrambovato ont également reçu une formation sur le logement et les repas pour les touristes, calés sur un tarif de 50 000 FMG par nuitée. Dans ce groupe, quatre sont aussi guides.

  • 126 40 000 FMG est la rémunération d’un guide par jour contre 10 000 FMG pour une journée de salariat (...)

18Les guides sont des cultivateurs126 qui assurent également la fonction de guide à un rythme qu’ils décident eux-mêmes et qui correspond à l’arrêt du train en gare d’Andrambovato, train venant de Fianarantsoa et pouvant amener des touristes. Ils sont facilement reconnaissables par leur tee-shirt, estampillé du logo de leur association. « C’est à la descente du train qu’on sait si on aura des clients ». Généralement les touristes anglais arrivent de Fianarantsoa avec leur guide.

19Les guides ont adopté une charte (dinan’ny Guide). Ils ne perçoivent pas de salaire, mais se rémunèrent sur la totalité des courses. Chacun cotise en reversant 5 000 FMG à la Coba Soamiray sur le montant de la course (40 000 FMG). Les guides s’inscrivent dans un tour. Le calendrier du roulement a été établi en juin 2007.

20Une autre activité est celle de porteur. Ce sont généralement des hommes jeunes qui assurent également la collecte de bananes. « Guidage, portage et hébergeage » sont les trois activités nées de l’écotourisme. La saison touristique est centrée sur huit mois, de mai à décembre.

21Trekking et visite de forêt primaire à Andrambovato par le train reliant Fianarantsoa à Manakara font partie des attraits touristiques pour les hôtels de, ou proches de Fianarantsoa.

22Les guides touristiques (Lonely Planet, Bradt Travel, Routard…) signalent aussi l’intérêt touristique du lieu et parfois recommandent des guides ; tel est le cas de Lonely Planet Guide. Enfin, deux guides extérieurs sont connus pour exercer dans le secteur.

23Les hôtels de Fianarantsoa proposent à leurs clients des circuits courts, de un à deux jours. Des treks de plus longue durée existent, ils intègrent Andrambovato et ses attraits dans leur circuit de trois à quatre jours qui conduit vers le parc national de Ranomafana. Ce sont des circuits déjà rodés, mais organisés à partir de Fianarantsoa par des agences de voyage nationales.

24Au total, ce sont les agences de la ville qui ont la mainmise sur les circuits intéressant Andrambovato. Les treks de quelques jours partant d’Andrambovato vers le nord et Ranomafana sont encore peu développés. Les guides locaux oeuvrent surtout auprès des touristes qui arrivent par le train de 9 h, font la promenade de la cascade et repartent avec le train de 13 h. Encore est-ce le cas lorsque, avec un tel circuit à la demi-journée, un guide n’est pas déjà depuis Fianarantsoa en accompagnement des touristes.

25Par l’écotourisme, les disparités s’accroissent aussi entre Ambalavero et Andrambovato, les deux villages en charge de la cogestion de la station forestière. Andrambovato bénéficiait déjà de l’avantage du site, village rail sur un palier artificiel qui marque une coupure de l’escarpement (harana) et accorde une opportunité de surveillance aisée de la forêt. Localement, ce palier peut se trouver juxtaposé à des têtes de vallons perchés. Dans l’un d’entre eux, le Lac Hôtel a aménagé un gîte pour accueillir les touristes à leur descente du train. Le paysage d’écotourisme est ainsi déjà présent. Il s’ajoute à la gare qui est un puissant aimant local : elle a fait d’Andrambovato le chef-lieu de fokontany, le seul marché hebdomadaire de la circonscription, mais aussi la localité où, même si les agriculteurs restent majoritaires, d’autres activités sont aussi bien présentes : commerçants, collecteurs, cheminots, certains ménages tirant même parti de l’opportunité d’une polyactivité. À cela viennent s’ajouter hébergeurs et guides touristiques.

26Le chef de gare et son épouse cumulent plusieurs activités : collecte de produits (la balance est placée dans la gare), gargote de café beignets et production de guano (excréments des chauves-souris qui nichent dans la gare) vendu comme engrais pour les rizières.

27Six des huit guides locaux qui officient pour la station forestière résident à Andrambovato, de même que tous les hébergeurs. Ambalavero, l’autre terroir villageois cogestionnaire de cette station, s’en trouve éloigné, car le village principal se situe dans la plaine, en contrebas. Cette localisation dessert Ambalavero où ne se trouve aucune antenne des acteurs impliqués dans la gestion de cette station et présents sur place : le projet CAF-APN, le secteur privé (hôtels et guides), l’ONG Vokatry ny Ala se trouvent concentrés à Andrambovato. Si les deux Coba ont atteint leur objectif de faire de la station forestière un produit économique, les membres de la Coba d’Ambalavero avouent craindre la mainmise des projets vazaha qui les excluraient du bénéfice. Ils adoptent une stratégie défensive alors que la Coba d’Andrambovato est plus offensive par des initiatives de valorisation du transfert (publicité dans les deux gares terminales de Fianarantsoa et Manakara) et son souci d’améliorer la formation en langues anglaise et française.

28Le président de la Coba d’Andrambovato compte dans sa famille deux guides, dont son frère qui a mis en place un système d’hébergement de touristes et un beau-frère. Grâce à ce dernier, par alliance matrimoniale, il noue des relations avec une famille originaire du Sud-Est versée dans la collecte de bananes. Par ailleurs, un autre de ses frères est porteur (généalogie 6, Andrambovato).

29Pour Andrambovato, l’écotourisme peut constituer une source de revenus pour les villageois avec la création d’emplois directs et indirects : guides, porteurs, pisteurs, « gîteurs », cuisiniers… ; il élargit en tout cas le champ des possibles locaux.

30La valorisation de la biodiversité par une orientation écotouristique est une des perspectives fortes des projets de protection de l’environnement. C’est officiellement le cas à Andrambovato où la nouvelle Coba Soamiray manifeste une volonté d’organiser, de contrôler et de maîtriser le tourisme pour ne pas le laisser à d’autres, « extérieurs » au village. Le rôle économique est perçu et traduit en termes de travail, d’emplois, de revenus. L’opportunité de dégager des revenus par la valorisation écotouristique de ressources naturelles (site, paysage, animaux, végétation…) et de répondre ainsi à la politique de conservation de la biodiversité est comprise. Mais l’écart reste grand, par rapport aux exigences de l’activité : les guides locaux ont une maîtrise très approximative des langues (français, anglais) et peinent à s’investir dans l’industrie touristique, s’accommodant mal d’un salaire mensuel et non plus journalier et étant confrontés à une différentiation sociale très forte. Dans la Coba Soamiray, les gens d’Andrambovato sont plus actifs car cette nouvelle délégation de gestion forestière est un autre signe de leur enracinement. Ce projet d’écotourisme complète leur construction identitaire, après la reconnaissance acceptée de leur propre GCF, eux les nouveaux venus. La gestion communautaire de l’environnement s’inscrit dans un contrôle social du territoire. Il n’en demeure pas moins que, pour l’écotourisme proprement dit, les hôteliers de Fianarantsoa et les agences nationales intéressées par la région restent les principaux bénéficiaires de treks qu’ils organisent en choisissant eux-mêmes les lieux de départ.

Des éléments d’innovation en milieu rural

31L’écotourisme représente clairement une ouverture apportée au monde paysan du corridor par la politique environnementale. L’inscription spatiale et temporelle de cette activité interfère avec d’autres réalités qui, de plus ou moins longue date, véhiculent localement des innovations extérieures, que ce soit sur le plan des produits, des idées ou des progrès techniques.

La voie ferrée Fianarantsoa-côte est (FCE), un axe toujours essentiel

32Le train est le seul moyen de locomotion desservant la région. Il constitue la principale voie de transit des innovations venant de l’extérieur et sa proximité différencie les régions de l’Ambodihàrana. La protection de la forêt elle-même est tributaire du fonctionnement de la voie, car les périodes pendant lesquelles la ligne ne fonctionne pas, comme entre 1992 et 1996 en raison de la détérioration de l’ensemble du matériel, ont favorisé l’exploitation illicite de bois d’œuvre et de construction. En effet, les agents des Eaux et Forêts ne pouvaient plus se déplacer pour assurer une surveillance « par le train ».

33Achevée en 1935, cette infrastructure ferroviaire avait pour objectif l’exportation des cultures de rente situées entre les hautes terres betsileo et le littoral oriental. Son tracé recoupe perpendiculairement le corridor forestier (cf. carte 1). La construction de la ligne a drainé de nombreuses populations résidant aux alentours. La présence de cette ligne continue d’alimenter des mouvements locaux et régionaux en Ambodihàrana : du sud comme du nord de la ligne affluent les porteurs de régimes de bananes et de sacs de café.

34Ainsi en est-il de la friperie, qui se révèle comme une activité permettant le « démarrage ». Avec une rémunération obtenue par le salariat agricole, certains achètent des vêtements au détail, « au tas ». C’est à Sahambavy, à cinq heures de marche d’Andrambovato vers le pays betsileo, qu’ils constituent leur stock revendu à l’unité jusqu’à Ambalakizitina, à plus de sept heures d’Andrambovato vers l’est, en Ambodihàrana. Le troc est courant. Un exemple : une chemise contre dix kapoaka de riz. Depuis les années 2000, les friperies achetées à Fianarantsoa ou à Sahambavy, et débarquées à Andrambovato, prennent avec leurs colporteurs les chemins làlam-be pédestres rejoignant les villages (Tatamaly, Sakalava, Ambalakizitina…) qui s’égrènent parallèlement au relief bordier d’antety. Une caractéristique d’envergure nationale se retrouve ici : beaucoup plus abordables pour les bourses paysannes que les productions vestimentaires nationales, les friperies ont renouvelé de manière très visible l’habillement des gens des campagnes.

35L’activité de collecte de produits agricoles est particulièrement dépendante du chemin de fer. Les collecteurs ont des entrepôts à Andrambovato en bordure de la voie ferrée. Chaque collecteur est lié avec plusieurs producteurs. C’est l’assurance d’une production pour le collecteur et, pour le producteur, de l’écoulement de sa production et de la possibilité de prêts en nature. Il y a deux saisons de collecte bien marquées : une basse saison de huit mois (avril à novembre) et une haute saison de décembre à mars. Cette haute saison correspond à la période des pluies quand la circulation du train est la plus soumise aux intempéries (fortes pluies, cyclones, éboulements…). L’arrêt de la circulation du train constitue une véritable catastrophe pour tous ceux qui vivent de la banane. La logistique de la ligne FCE dicte l’organisation de la collecte par un calendrier d’acheminement des produits en fonction duquel les collecteurs remplissent le wagon qu’ils ont loué.

  • 127 Marché à côté de la gare de Vohimasina située à 9 km de Fianarantsoa. Cette gare s’appelait autref (...)

36Un contrat établi entre les collecteurs et le FCE gère de cette manière l’écoulement des bananes d’Andrambovato vers Ambalakely127 où les commerçants de Fianarantsoa et d’Antsirabe viennent en camion les acheter. Il y a généralement un wagon tous les quinze jours au départ d’Andrambovato, une quantité de 16 à 17 tonnes par voyage en basse saison, de 20 à 26 tonnes en haute saison.

37Enfin, rappelons-le pour Andrambovato, la voie ferrée a permis le projet écotouristique de la station forestière, ainsi que les treks ralliant Ranomafana situé à plus de quarante kilomètres au nord.

38L’axe ferré en lui-même attire l’innovation. La ligne FCE est une des voies de vulgarisation du vétiver, Vetiveria zizanioïdes. La plante colonise en effet des talus vulnérables de part et d’autre de la voie ferrée, dans le cadre d’actions de protection anti-érosive (Randriamanantsoaet al., 2005).

39La présence de la voie ferrée contribue à différencier les secteurs d’Ambodihàrana, centrés sur les bassins hydrographiques. Dans le bassin-versant de la Tatamaly, le plus proche de l’axe ferroviaire, elle accorde plus d’opportunités aux ménages. Les cultures commerciales marquent plus le paysage avec les caféiers et les bananiers : sur les versants ou en « vergers » de bas de pente, mais aussi avec des parcelles maraîchères de contre-saison dans les bas fonds ou en contrebas des parcs à bœufs, pour en récupérer le purin. C’est d’ailleurs seulement aux abords de la voie ferrée que des formes intensives de pratiques culturales ont été observées, avec l’utilisation de fumier de parc dans les champs. Ou encore, une production de charbon de bois, commandé pour l’essentiel par les ménages cheminots. Par contre, dans les autres bassins versants situés plus au nord (bassin versant de la Melokovy autour d’Ambalakizitina, bassin versant de la Faraony avec au cœur la vallée d’Ambinanindranofotaka), l’éloignement de la voie ne permet pas une telle ouverture. Entre eux, les gens d’Ambodihàrana se gaussent même de ceux qui, loin du passage de la « machine », n’ont pas encore entendu le sifflement du train.

Diffusion et emprise territoriales chrétiennes

  • 128 Rhema, Herin’ny Finoana (Force de la foi), Jesosy Fahamarinana (Jésus vérité). Le premier groupe se (...)
  • 129 Leur audience est impressionnante. Arrivés un samedi soir à Ambalakizitina, dans un village de 28 (...)

40Deux grandes confessions chrétiennes désignées comme églises reconnues (par l’État) sont présentes : catholiques et luthériens (Fiangonana Loterana Malagasy, FLM). Mais aussi diverses dénominations plus récentes, relevant des mouvements dits évangéliques et/ou charismatiques : groupes protestants128, pentecôtistes œuvrent ici en des lieux accessibles uniquement à pied129, quand ce n’est pas à Andrambovato-gare même où trois communautés chrétiennes co-existent : Rhema, catholique, protestant luthérien. Tout un jeu entre collaboration, compromis, opposition et émancipation existe dans le fokontany en ce qui concerne le positionnement des confessions chrétiennes. Certains contrent les pratiques liées aux ancêtres pourtant essentielles dans les relations au territoire, d’autres participent à l’organisation de l’espace régional comme le FLM, d’autres encore accompagnent l’innovation que représente le transfert de gestion. Cette dynamique toujours en cours est d’autant plus complexe à saisir que l’idéologie chrétienne met en valeur des choix individuels alors que le contexte social reste encore celui de comportements de groupe.

  • 130 La christianisation de la partie au sud de Tolongoina revient à l’église protestante réformée. Voi (...)
  • 131 Les mpiandry représentent un groupe de réveil au sein de l’église protestante réformée et luthérie (...)

41Le fonctionnement du FLM, la structure la plus présente, car attributaire du champ missionnaire protestant au nord de Tolongoina130, souligne l’importance des déplacements. Les églises d’Ambodihàrana appartiennent à un même ensemble fileovana qui correspond au regroupement de deux à trois communes : elles se retrouvent tous les trimestres, chacune recevant à tour de rôle. Les fileovana sont le regroupement des fitandremana, champ d’action d’un pasteur qui correspond à l’échelle communale. Des réunions mensuelles rythment les retrouvailles au niveau des fitandremana. Les églises, quant à elles, se trouvent au niveau des fokontany, sous la responsabilité d’un catéchiste. Une à deux grandes ventes aux enchères (voka-dehibe) dans l’année leur accorde l’initiative d’inviter les autres églises du fitandremana. Il faut ajouter à cela différentes sous-organisations : groupement des femmes, mouvement des bergers (mpiandry)131, association des jeunes… Elles ont chacune leurs réunions propres : les mpiandry du fileovana se retrouvent par exemple tous les quatre mois. L’église luthérienne dispose par ailleurs d’un département social en charge de la santé humaine et de l’agriculture. À ce titre, des formations sont dispensées, après les cultes. C’est un autre canal de pénétration des innovations.

42La présence chrétienne se renforce par un réseau plus dense. Ainsi, le FLM d’Ambodihàrana n’est plus église fille de la région Faraony (région située entre les fleuves Matitànana et Namorona, dans le district de Manakara), il est maintenant autonome pour gérer l’action luthérienne en Ambodihàrana.

43Une importante mobilité ainsi que la formation de populations rurales accompagnent la vie des églises chrétiennes. Cultes, camps, formations, sessions de visites entretiennent des déplacements en Ambodihàrana et contribuent à modeler une réalité sociale locale. Des paysans chrétiens continuent les rites agricoles en ne sollicitant plus la protection des ancêtres, leurs prières demandent dorénavant la bénédiction de Jésus-Christ. L’activité continue, les rituels coutumiers restent, c’est l’âme qui change de Dieu. Dans quelle mesure cela ira-t-il jusqu’à toucher aux « modèles de comportements économiques » (Dorier Apprillet al., 1997) ? Dans les relations actuelles au milieu, le religieux s’accommode d’un syncrétisme, alors que l’environnement interdit les pratiques hors du champ qu’il balise. Il faut aussi noter que ce n’est pas un évangile environnementaliste, dans le sens où la « Bonne Nouvelle » est proclamée pour sauver l’âme, pas pour sauvegarder l’arbre. Si action il y a dans le champ social, elle vise plutôt le développement rural à travers les départements techniques des confessions chrétiennes présentes sur place : Safafi pour les luthériens, Saf-Fjkm pour les réformés, Caritas pour les catholiques…

  • 132 L’appui du gouvernement américain vise aussi à la promotion des échanges commerciaux sur le marché (...)

44À une autre échelle, il importe de souligner la mobilisation de fonds chrétiens américains, pour venir en aide au chemin de fer, lorsqu’il a fallu remettre en fonctionnement le trafic ferroviaire interrompu pendant trois mois en 2000 suite au passage des cyclones Eline (février) et Gloria (mars). L’initiative a transité par le programme LDI132. À ce niveau, l’action environnementale n’exclut pas le recours aux institutions évangéliques.

Nouveaux groupes, nouvelles techniques

45Actions de protection et de développement rural se combinent dans le programme de conservation du corridor forestier betsileo-tanàla. Elles apportent des échanges, des projets, des structures…, autant d’ouvertures pour une zone difficile d’accès. Quels changements de la ruralité en découlent ?

  • 133 Présente lors de la réunion de mise en place de la Coba en charge de la gestion de la station fore (...)

46Dans les quatre terroirs étudiés, la gestion contractualisée des forêts a mis en place les communautés de base (Coba), structures des paysans impliqués dans la foresterie communautaire. Les Coba sont devenues un élément important du système de conservation. Avec elles, les populations locales gestionnaires sont reconnues comme partenaires à part entière et accèdent à des instances publiques de discussion, par exemple avec le service des Eaux et Forêts ou auprès des organismes porteurs de projets ou de financements. Elles ont droit à des formations, comme ce fut le cas à Ambendrana en 2003 sur la technique de transformation des bambous en meubles. Les Coba se retrouvent aussi en situation d’actions collaboratives avec les organismes de conservation, lorsqu’il s’agit de délimiter les différents zonages sur le terrain, ou de s’accorder sur les termes des contrats de gestion. Ce sont autant d’opportunités d’échanges et de confrontation avec d’autres modèles de pensée. À cela s’ajoute l’action d’information et de sensibilisation par de rares ONG de l’environnement. Vokatry ny ala (Hockley et Andriamarovololona, 2007) à l’œuvre à Andrambovato crée ainsi des espaces de concertation avec les responsables des Coba ; elle sensibilise ces derniers quant à leurs droits et devoirs133, et au contre-pouvoir qu’ils représentent. Une telle évolution entre dans le cadre de la « gouvernance » de la ressource qui doit désormais être participative et tenir compte des représentations, intérêts et savoirs des différentes parties prenantes (Aggeri, 2001).

47Sur le plan économique, une compensation accompagne le transfert de gestion, car une restitution restrictive des ressources de leur forêt aux communautés rurales ne peut à elle seule réduire la pression sur les espaces forestiers. Dans ce domaine, le programme ERI appuie les Kolo Harena, associations créées pour augmenter les revenus paysans en sécurisant et en améliorant la production agricole. Il s’agit d’un développement rural ciblé sur quelques thèmes d’intervention, à l’échelle des terroirs.

  • 134 Le canal d’amenée d’eau permet aussi de construire des maisons en terre par la mise en boue du sol (...)

48Sur les collines, l’installation de dispositifs anti-érosifs et de plantations en courbes de niveaux introduit le vétiver (Vetivaria zizanoïdes), matière première pour l’artisanat, et le « Guatemala » (Tripsacum laxum), plante fourragère. Par ailleurs, les projets d’arboriculture proposent des pépinières de caféiers et d’orangers ; les projets d’apiculture, des ruches aux abords des maisons. Dans les bas-fonds, l’adoption du SRA (système de riziculture améliorée) accompagne l’intensification de la riziculture. Une composante « Réhabilitation des infrastructures de production » vise à améliorer l’indispensable maîtrise de l’eau pour l’irrigation et l’extension des rizières. La mise en place d’une association des usagers de l’eau (AUE) conditionne la mobilisation de cette composante. Ce fut le cas pour la remise en état du barrage d’Ambatandrano (2001 à 2003) qui intéresse le bas-fond rizicole d’Ambendrana. À l’AUE revient la responsabilité de l’entretien du barrage et du canal134 d’irrigation, de l’extension des superficies rizicoles, de la plantation de vétiver sur les berges du canal, ou encore de l’emplacement des ponts pour permettre le passage des zébus. L’AUE prend aussi l’initiative d’activités génératrices de revenus telles que la rizipisciculture, ou le développement de l’artisanat de vannerie avec comme matière première, le vétiver.

49D’une façon générale, les pratiques recommandées ambitionnent une gestion durable et profitable des ressources naturelles, c’est-à-dire l’amélioration de la fertilité du sol, la protection des bassins-versants, la lutte contre l’érosion et l’élimination des techniques traditionnelles susceptibles de nuire à l’environnement. En fin de compte, les paysans appuyés par LDI posséderont les connaissances, l’organisation et les moyens pour être de plus en plus autosuffisants et profiter des opportunités de l’économie de marché, tout en protégeant l’environnement.

50Les financements obtenus grâce aux droits d’entrée dans les aires protégées (DEAP) sont une autre source des projets de compensation économique, pour les fokontany situés en zone périphérique de parc national. Ils accompagnent des groupements formels paysans autour d’un projet précis (cf. chapitre 3).

  • 135 Il faut compter 1 h 30 à bicyclette pour rejoindre le centre d’Alakamisy Ambohimaha, sur la RN 7, (...)

51Enfin, les relations de cet espace rural avec le milieu urbain sont à leur manière porteuse d’innovations précises. La couverture par les radios rurales betsileo est devenue un mode de transmission de messages urgents destinés aux populations des villages du corridor, elle véhicule en même temps des échanges sur des thèmes de débat public qui jusque-là échappaient à ces populations. D’autres moyens de communication modernes ont aussi fait leur apparition dans les villages, même si cela reste discret : le téléphone portable à Ambendrana, par le biais d’un officier militaire retraité revenu au village135 ; quatre téléphones portables à Andrambovato où la gare est un autre moyen facilitant les contacts avec les bourgs et villes de la ligne. Signalons aussi les relations directes entre certains producteurs et des acheteurs de Fianarantsoa pour la vente du miel en volumes importants, à la barrique (soit 159 litres). La production peut alors être valorisée comme appellation artisanale contrôlée, notamment dans le cadre de réseaux de congrégations religieuses.

52Le programme de conservation a indubitablement apporté de nouveaux éléments et insufflé des perspectives inédites à la ruralité du corridor forestier betsileo-tanàla. Plusieurs réalités traduisent le changement : les organisations en groupements et associations Coba et Kolo Harena, les bornes-fontaines à Ambendrana, le matériel végétal anti-érosif ou fourrager introduit. Au-delà de ces aspects visibles, les cadres de pensée locaux se sont enrichis des contacts et échanges avec les structures et projets introduits par les politiques d’environnement.

53Cependant, le nouveau type de ruralité qui accompagne ce changement est peu visible. L’association des artisans du bambou d’Ambendrana n’a pas fait long feu, tout comme l’explosion des projets locaux de développement sur financement des DEAP. La plupart des membres des Kolo Harena ne sont pas à jour de leur cotisation, les réseaux hydro-agricoles réhabilités s’avèrent peu fonctionnels, faute de mobilisation des membres de l’AUE. Les traductions paysagères des propositions agro-techniques se retrouvent en pointillé : présence du vétiver réduite à des parcelles témoins ou sur des secteurs précis le long de la voie ferrée, faible adoption des techniques de riziculture améliorée ou de bonification des tubercules – plantation en ligne du taro –, ou encore succès limité de la culture de la pomme de terre en contre-saison encouragée par Kolo Harena.

  • 136 Les salariés betsileo et tanàla sont « écologiquement » spécialisés. Les premiers sont appréciés p (...)

54Au total, dans leur objectif de compensation économique – le LDI évaluait en 2001 la vente des produits forestiers à un tiers du revenu global des ménages –, les propositions n’ont pas rencontré une adhésion du plus grand nombre des paysans. L’opportunité offerte d’une autre forme d’utilisation agricole et organisationnelle des ressources du corridor forestier ne s’est pas muée en une appropriation durable. Des signes d’une autre forme d’adaptation se dessinent même, à travers le travail agricole. Les Tañala, longtemps connus pour leur aversion au labour des terres136, voient désormais des jeunes tenir l’angady pour aménager des rizières. Les Betsileo, pour leur part, développent les mobilités pour le salariat agricole, depuis que la fermeture de la forêt n’accorde plus les ressources nécessaires pour leurs propres dépenses agricoles. Ainsi à Ambendrana, tout ménage comportant un jeune voit ce dernier s’engager comme salarié à l’extérieur de la commune en août-septembre. Quand les ménages comptent plusieurs jeunes, ceux-ci partent à tour de rôle, les uns assurant les travaux sur place, les autres rapportant les moyens pécuniaires. Il apparaît clairement que, dans leur recherche d’un bien-être économique, les paysans adoptent ce qui est à leur portée, ils ne se risquent pas à ce qu’ils savent ne pas maîtriser avec les moyens dont ils disposent. C’est une condition de l’appropriation de toute innovation.

Le toaka gasy137 : à produit ancien, dynamisme revivifié

  • 137 Boisson alcoolisée ; c’est une eau-de-vie de fabrication artisanale locale à base de canne à sucre (...)

55Avec les relations de voisinage résidentielles et les formes de travail collectif qu’apporte la riziculture, le toaka gasy est un autre puissant ferment de sociabilité. Il est présent et indispensable dans toutes les cérémonies rituelles qui rythment les temps villageois. Il ne peut pas non plus être absent des grandes fêtes comme la circoncision, l’inauguration du tombeau comme de la maison, ou encore la fête nationale célébrée entre élus du peuple retenus par leurs obligations hors de leur contrée d’origine… (Randrianasolo, 1998). Chacun connaît les lieux de production et leur associe une qualité suivant le degré d’alcool et l’assemblage. L’alcool galeoka ou loha toaka (litt. tête alcool) ou tête de cuvée, un premier cru de qualité supérieure est vendu à un prix au litre d’un tiers inférieur à celui de l’alcool dit soa soa (bon bon), « sûr » car de bon assemblage : ce dernier se commande. La qualité ordinaire est le vata toaka (litt. corps alcool).

56Le toaka gasy est un produit de terroir dont la recherche de crus différents suivant l’usage entretient des relations sociales entre consommateurs et producteurs. Cette production de rente assure par ailleurs un apport en numéraire essentiel. L’activité est d’autant plus rémunératrice que les mesures de mise en défens prises en faveur de l’environnement excluent désormais de la bourse des ménages, des ressources forestières de longue date comme le bois de construction, les bambous, les écrevisses et le miel.

57En Ambodihàrana comme en pays betsileo, la production se fait essentiellement en zone forestière. La forêt assure la discrétion de l’activité, en particulier du lieu de distillation, ainsi que la proximité des matières végétales utilisées dans la macération de la canne à sucre. Selon nos enquêtes, 20 à 30 % des ménages cultivent de la canne à sucre sur de petites parcelles, de 2 à 20 ares, dispersées sur le terroir. Les paysans mettent en avant la protection du sol contre l’érosion pluviale qu’assurent la végétation et le système racinaire de la canne : la gestion du parcellaire en mosaïque contribuerait à limiter les risques d’érosion.

58La majeure partie de la production est destinée à la fabrication de toaka gasy. Le sucre local (siramamy gasy) est également fabriqué et utilisé pour sucrer la tasse quotidienne de café : ce sucre de canne pilée représente une économie, car un kilogramme de sucre coûte 9 000 FMG/kg sur le marché, en 2008. Les planteurs de canne vendent leur récolte à des fabricants d’alcool, galeoka. Le calcul sur la base de deux ares de canne à sucre (tabl. 14) montre un bénéfice intéressant pour le distillateur, à raison du prix du litre à 3 000 FMG sur place.

Tableau 14. Bénéþce monétaire tiré de la production d’eau de vie

Galeoka

Production totale

Prix de revient

Bénéfice

2 are de canne à sucre

70 à 80 litres

210 000 à 240 000 FMG

110 000 à 140 000FMG

Source : enquêtes sur le terrain, 2008

59Le galeoka d’Ambodihàrana est reconnu comme le meilleur, par rapport à celui produit en pays betsileo. Son circuit reste le plus long et le plus complexe en raison de son caractère illégal. Il transite par des chemins alternant làlam-be en trajet de nuit et làlan-kely plus sûrs, car connus des seuls familiers des lieux. Des groupes de jeunes et/ou d’hommes adultes viennent des hauteurs betsileo pour rapporter chacun une quantité de 20 litres, mis en jerrican.

  • 138 En septembre 2008, le litre de la qualité ordinaire revenait à : 3 500 FMG à Ambalavero, 6 000 FMG (...)

60Sur le chemin du retour, la plupart s’attendent à Andrambovato pour se diriger soit vers le marché d’Alakamisy Ambohimaha en empruntant un itinéraire forestier, soit vers celui de Sahambavy en s’écartant du trajet de la voie ferrée à Ranomena pour éviter un contrôle policier. Le trafic hautement rémunérateur voit le prix du litre pratiquement doubler d’Ambodihàrana (Ambalavero) aux hautes terres betsileo (Ranomena, premier marché en an-tety). Une fois sorti de la forêt, en ampàtrana (marché d’Alakamisy Ambohimaha sur la RN 7), le prix est de nouveau pratiquement doublé138. Le trajet Ambalavero-Alakamisy Ambohimàha, 31 km à vol d’oiseau, se parcourt en 12 heures de marche avec une charge de 20 litres sur l’épaule.

  • 139 À Amindrabe (zone forestière), le litre d’eau-de-vie ordinaire était au prix de : 10 000 FMG de fi (...)

61Les prix fluctuent aussi au cours de l’année. Ils sont à leur maximum fin décembre, lorsque la récolte de la canne à sucre touche à sa fin, avec un cours qui se maintient jusqu’au 26 juin, date de la fête nationale. Le prix fléchit par la suite, avec un creux du mois d’août à début décembre139. Quoi qu’il en soit, le débouché du galeoka est assuré car son marché est à la fois local, régional et national. Dans un contexte où les populations locales ressentent les restrictions d’usage de la forêt comme une spoliation de leurs ressources, la production de toaka gasy reste une activité profitable, à la portée du grand nombre.

Conclusion : acquis, remises en cause et constantes rurales

62Indéniablement, la politique de conservation du corridor forestier betsileo tanàla est un plus pour les paysans de ce territoire. Les nombreux projets ont introduit de nouveaux dispositifs, vulgarisé de nouveaux savoirs, organisé de nouvelles structures. Ils ont aussi mobilisé de nouvelles compétences au contact des populations locales, ouvert des espaces de concertation, d’échanges, de discussions.

63Toutefois, il n’est pas sûr que les sociétés rurales concernées se trouvent pour autant ressourcées, renforcées, renouvelées. Ni que leur recherche du riz quotidien y ait gagné. C’est en effet une ruralité perturbée dans sa territorialité. Territorialité à la fois fonctionnelle sur le plan économique car la forêt se ferme, mais aussi identitaire : le temps long de l’histoire et de la conquête territoriales qui assurait une sécurité foncière n’est plus à l’ordre du jour. Il faut désormais se plier à la mise aux normes et en ordre du système des aires protégées qui exclut les champs des forêts. Cela peut être une opportunité pour les populations nouvelles venues, les moins enracinées, d’acquérir des droits grâce à la mise en forme de la conservation forestière. Encore que, même impliquées dans une participation active aux programmes de conservation, ces dernières ne peuvent pas lutter à armes égales avec ceux qui, de l’extérieur, initient les programmes de protection de la nature. La mainmise que les agences et opérateurs des villes exercent sur l’écotourisme, aux dépens des communautés de base et des guides locaux, est significative. Les échelles se télescopent : échelle temporelle, entre le pavage territorial progressif par droits réservés coutumiers et le zonage fonctionnel brutal suivant des priorités de protection. Échelle spatiale, entre la grande échelle que les structures lignagères maîtrisent par différentes formes d’occupation : quadrillée, alternée, anticipée, et la petite échelle des forêts dédiées au paiement pour services environnementaux dont la taille et la complexité de gestion échappent complètement aux communautés de base. Les différentes parties prenantes de la conservation de la biodiversité du corridor restent cantonnées dans la logique de leurs objectifs et à leur échelle. Cela contribue à multiplier les façons de penser la meilleure valorisation de la nature, au risque de mettre les initiatives en contradiction, voire en conflit. En définitive, innovations et reconfigurations ne sortent pas le monde rural du corridor forestier de sa situation de dominé dans ses relations avec les autres intervenants sur son territoire.

Notes

121 Voir à ce sujet l’article de Chaboudet al. (2004) qui questionne les « vertus supposées » de l’écotourisme dans le sud-ouest de Madagascar.

122 À l’initiative de ERI, le trésorier de la Coba d’Andrambovato et le propriétaire du TsaraGuest Hotel de Fianarantsoa ont effectué une visite du site d’Anjaha « site touristique et culturel à gestion communautaire » localisé à quelque 70 km au sud de Fianarantsoa. En 2003, Anjaha a enregistré la visite de 3 618 touristes. Cette réserve associative villageoise de quelques hectares valorise un site naturel de forêt qui abrite des groupes de lémuriens (Lemur catta) et bénéficie de la proximité d’Ambalavao. La visite dure moins de deux heures et le site se trouve en bordure de la RN 7.

123 Programme Bamex – Business and Market Expansion – de l’Usaid.

124 Une double explication de cette densité des goyaviers : la proximité de l’ancien camp de Tatamaly situé sur l’escarpement lors de la construction du chemin de fer et la présence de chauves-souris dans le tunnel. La multiplication des goyaviers se fait par l’intermédiaire des hommes et des animaux qui dispersent les graines.

125 « Nous avons à la gare d’Andrambovato des gîtes d’étape, mais la clef est uniquement donnée au départ du Lac Hôtel à Sahambavy. Des circuits sont possibles pour un trek de 3 jours jusqu’à Ranomafana. Nous n’avons pas de guides attitrés pour ce trek. Je vous suggère de contacter par téléphone à Fianarantsoa deux guides qui font le circuit ».

126 40 000 FMG est la rémunération d’un guide par jour contre 10 000 FMG pour une journée de salariat agricole.

127 Marché à côté de la gare de Vohimasina située à 9 km de Fianarantsoa. Cette gare s’appelait autrefois Forgeot du nom du colonel français qui a dirigé la construction de la ligne.

128 Rhema, Herin’ny Finoana (Force de la foi), Jesosy Fahamarinana (Jésus vérité). Le premier groupe se retrouve à l’échelle nationale, les deux autres sont limités à la région betsileo.

129 Leur audience est impressionnante. Arrivés un samedi soir à Ambalakizitina, dans un village de 28 toits, mais vide, nous avons assisté au culte luthérien du lendemain en compagnie de 61 autres personnes.

130 La christianisation de la partie au sud de Tolongoina revient à l’église protestante réformée. Voir le travail de Bonar A. Gow (1979) pour la répartition des champs d’évangélisation de Madagascar entre les grandes missions protestantes.

131 Les mpiandry représentent un groupe de réveil au sein de l’église protestante réformée et luthérienne. Le mouvement accorde une importance particulière à une vie de piété et à l’action d’exorcisme.

132 L’appui du gouvernement américain vise aussi à la promotion des échanges commerciaux sur le marché intérieur, ce qui répond à un objectif plus général de développer les marchés dans le cadre d’une économie libérale (programme Bamex).

133 Présente lors de la réunion de mise en place de la Coba en charge de la gestion de la station forestière d’Andrambovato le 22 octobre 2005, l’ONG Vokatry ny ala est intervenue dans ce sens, une fois l’élection du bureau terminée.

134 Le canal d’amenée d’eau permet aussi de construire des maisons en terre par la mise en boue du sol (briques crues ou pisé).

135 Il faut compter 1 h 30 à bicyclette pour rejoindre le centre d’Alakamisy Ambohimaha, sur la RN 7, et y recharger son téléphone.

136 Les salariés betsileo et tanàla sont « écologiquement » spécialisés. Les premiers sont appréciés pour la qualité de leur travail des rizières (labour et maniement de l’angady, planage, repiquage, sarclage). Les seconds, « gens de la forêt », sont très habiles pour tout ce qui concerne les travaux de défrichement de forêt ou de recrû (tavy, tevy, mibioka, coupe des herbes).

137 Boisson alcoolisée ; c’est une eau-de-vie de fabrication artisanale locale à base de canne à sucre. Sa production est illégale.

138 En septembre 2008, le litre de la qualité ordinaire revenait à : 3 500 FMG à Ambalavero, 6 000 FMG à Ranomena, 13 000 FMG (le double pour la tête de cuvée) à Alakamisy Ambohimàha.

139 À Amindrabe (zone forestière), le litre d’eau-de-vie ordinaire était au prix de : 10 000 FMG de fin décembre jusqu’au 26 juin ; entre 2 500 et 9 000 FMG en juillet ; entre 4 000 et 6 000 FMG du mois d’août à début décembre.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search