Version classiqueVersion mobile

Biodiversités en partage

 | 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa
, 
Chantal Blanc-Pamard

Partie 2. Territoires de conservation, territoires de vie

Chapitre 6. Les pouvoirs en recomposition

Texte intégral

1L’implication des acteurs des programmes de conservation ainsi que l’évolution de leurs rapports participent à construire le territoire du corridor. Les dynamiques de la scène locale à travers les transferts de gestion des ressources naturelles constituent le centre de notre propos. Elles véhiculent des changements impulsés par les paradigmes de la décentralisation et de la participation dans les années 1990. Dans la redistribution des responsabilités et des pouvoirs qui s’opère, qui sont les parties prenantes ? Quels éléments orientent leur structuration ? Comment se positionnent- elles, localement les unes par rapport aux autres, mais aussi dans leur articulation avec les instances et intervenants extérieurs ? Il s’agira aussi de considérer l’interférence des niveaux d’acteurs à l’œuvre.

2Nous situerons ces dynamiques dans leur cadre régional et national dans un premier temps. L’analyse se focalisera ensuite sur les relations de la scène locale avec l’organisation lignagère de la société.

La toile de fond : gestionnaires, financeurs et « société civile »

3À un niveau englobant les communes administratives et les terroirs villageois inclus dans l’emprise du corridor, trois catégories d’acteurs interviennent. La première comprend les gestionnaires. Elle regroupe des organismes publics, avec l’État et ses services décentralisés dans le suivi des plans d’aménagement et de gestion – ministère de l’Environnement et des Forêts, ministère des Mines –, et parapublics, comme Madagascar National Park, responsable des parcs nationaux. La deuxième catégorie inclut les institutions d’appui. Ce sont principalement des organismes à financement américain : Conservation International, très présent dans le lancement du projet Carbone et délégataire de la coordination de cette nouvelle aire protégée, et ERI/LDI (support accordé par l’Usaid) qui a accompagné la démarche de transferts de gestion. Enfin, la dernière catégorie rassemble les prestataires de services, issus de la société civile. Il s’agit d’ONG nationales intervenant dans le cadre des transferts de gestion, des consultations communales ou de conseils auprès des Coba. Le Comité multilocal de planification (CMP) constitue une plateforme de concertation entre ces intervenants. Avec l’approche écorégionale de la conservation, il prend la suite du Comité régional de planification (CRP) à l’origine mis en place par le programme Environnemental II (1996-2002) pour « coordonner les interventions, établir une base de données sur les intervenants et leurs interventions ». En 2008, le comité comptait 106 institutions membres représentant l’État, la société civile, ainsi que les projets œuvrant pour le corridor ; les seuls domaines du développement rural et de la conservation de l’environnement comptaient 48 organismes.

4Dans cette situation, la multiplicité des intervenants représente un problème, malgré l’objectif d’harmonisation du CMP. En effet, les différentes entités n’opèrent pas nécessairement à l’unisson, fonctionnant le plus souvent comme des acteurs concurrents dans la mise en place de la nouvelle aire protégée du corridor. Ainsi, Madagascar National Park s’intéresse particulièrement à la superficie du noyau dur et au degré biologique de ses ressources. Conservation International se préoccupe plus de l’extension spatiale de l’infrastructure forestière à gérer. Les prestataires de service, quant à eux, se soucient plutôt du nombre de secteurs concernés par leurs prestations et de l’importance de leurs zones d’intervention. L’évolution du CMP même est symptomatique : la structure n’a plus assuré son rôle de plateforme de concertation, créant en son sein une unité d’exécution de projet suivant un statut d’ONG. Désormais, le CMP Tandavanala est un autre intervenant dans le champ environnemental, il cible trois grands volets : plaidoyer, éducation et communication, appui à la planification écorégionale.

5Les priorités divergentes de ces grandes catégories d’acteurs expliquent les discussions sur leur place dans l’organigramme de gestion de la nouvelle aire protégée. Elles marquent la toile de fond de la scène locale où les transferts de gestion sont aussi un lieu de recomposition des pouvoirs.

Les acteurs en présence sur la scène locale des transferts de gestion (Coba)

6L’analyse de la composition du bureau des Communautés de base (Coba) est instructive pour situer le réagencement ou non des pouvoirs qui se joue au sein de ces instances.

7La composition du bureau d’une Coba est la suivante : un président, un vice-président, un secrétaire, un trésorier, des conseillers (4) et des commissaires aux comptes (2). Le bureau est élu par les membres de la Coba. Sa composition indique si le transfert de gestion entraîne un engagement d’éléments étrangers à la communauté villageoise, ou si elle renforce la structure de pouvoir en place.

Un indicateur : la composition des bureaux de Coba

8La Coba d’Ambendrana, Analasoa Ambohipanarivo litt. « forêt-bonne à la-colline-riche », a son siège au village. Elle réunit 238 membres (dont 4 femmes) répartis entre 6 villages du fokontany d’Iambara (232 membres dont 27 à Ambendrana) et un village du fokontany d’Amindrabe (6 membres) : les membres sont ainsi répartis sur un territoire d’une dizaine de kilomètres d’ouest en est que seule une portion de forêt sise dans le fokontany d’Iambara en GCF réunit. Le premier bureau a siégé de mai 2002 à août 2004.

9Le premier président était un vahiny étranger venu à Ambendrana en 2000 comme instituteur. Sur les 10 membres du bureau, 3 résidaient à Ambendrana : le président, le trésorier et un conseiller, ces deux derniers étant du même groupe social (lignage).

10Ce président a été contraint à la démission en décembre 2004, car il affichait la volonté de faire respecter les mesures de contrôle de la gestion des ressources forestières. Les autres membres, tous autochtones, l’ont dans un premier temps isolé, tout en veillant à ce qu’il ne puisse rien faire, avant de le remplacer par un des membres du bureau originaire d’Ambendrana.

11La Coba Analameva (litt. à-la-belle-forêt) dont le siège est à Amindrabe réunissait lors de la signature de son contrat en 2003, 149 membres habitant dans le fokontany auxquels se sont ajoutés de nouveaux membres résidant à l’extérieur du fokontany qui ont des terres dans le périmètre, soit 185 membres en 2004.

12La composition du premier bureau est significative. À part celui du président, attribué à un instituteur vahiny arrivé en 1998, les postes clefs sont tenus par les membres des deux lignées Rajoma et Randriamanjato (cf. généalogies 4 et 5). Le lien entre ces deux lignées est noué par le trésorier qui par son ascendance paternelle appartient à Randriamanjato et par son ascendance maternelle à Rajoma. Les membres du bureau sont des notables qui ont déjà assuré ou assurent des fonctions sociales et administratives. La composition de ce bureau élu ne donne aucune représentation, donc aucun pouvoir aux jeunes.

13Une fois le transfert de gestion réalisé, le président a démissionné car les membres de la Coba lui ont fait comprendre qu’ils ne voulaient plus d’un « lettré parachuté ». Dans ces deux Coba d’Ambendrana et d’Amindrabe, ce sont des lettrés ou alphabétisés qui sont membres du bureau, le plus souvent issus d’un même village ou d’un même lignage. C’est une forme de micro-pouvoir local qui exprime la pensée des membres : la GCF est affaire de lettrés qui, eux seuls, peuvent négocier avec les vazaha. Nos enquêtes révèlent qu’un grand nombre de villageois assimile GCF et/ou Coba à LDI/ERI ou vazaha. Ce n’est donc pas étonnant que des instituteurs « étrangers » à la zone en soient les présidents lors de la mise en place du transfert. La tension à l’intérieur des bureaux des deux Coba n’en est pas moins réelle, entre élément étranger et membres « autochtones ». Une autre division se situe entre ceux qui sont membres de l’association et ceux qui ne le sont pas : « Autrefois, les forêts et leurs richesses étaient sans possesseur effectif, mais appartenaient à tous. Aujourd’hui, elles appartiennent “aux Coba” qui en sont fiers et les autres sont “jaloux” ».

14La Coba de Tatamaly a pour nom Fikambana Tantsaha Fitaratra Tatamaly (Tafita, qui signifie réussite) et compte 108 membres. Le premier président est le frère cadet du roi Tsaravelo (tranobe B).

Tableau 12. Composition du premier bureau de la Coba Tafita

Membres du bureau de la Coba

Tranobe d’appartenance

Président

B

Vice-président

A

Secrétaire (président du fokontany)

A

Trésorier

A

Conseiller 1 (mpanjaka Botovelo)

A

Conseiller 2 (mpanjaka Lendalana)

C

Conseiller 3

A

Conseiller 4

A

Commissaire aux comptes 1

Dissident

Commissaire aux comptes 2

B

15Dans le bureau, c’est le tranobe A qui est majoritaire, avec six postes sur dix.

16Le président (tranobe B) n’était pas volontaire pour prendre cette responsabilité, mais il a été soutenu par les anciens du village et élu. Il a occupé la fonction de « quartier mobile » – responsable de la sécurité au niveau du village – et de nombreuses tâches lui incombaient, car il est lettré. Instituteur depuis 2004 à l’école catholique de Mahasoa, à 40 minutes de marche de Tatamaly, il est peu impliqué dans sa fonction au sein de la Coba. Pour la délimitation du terroir villageois, il a préféré envoyer des représentants. En revanche, il maîtrise la réglementation des autorisations dans la zone de droits d’usage et notamment le calendrier très strict auquel elles sont soumises. Il ne sait pas rédiger un procès-verbal et n’en a donc pas encore rédigé, bien qu’il ait repéré des contrevenants pour des feux non maîtrisés, sans pare-feu.

17Le tranobe C a un seul membre au bureau.

18Trois notables sont membres du bureau : le président du fokontany d’Andrambovato est secrétaire (il réside à Tatamaly), le mpanjaka Botovelo (tranobe A) et le mpanjaka Lendalana (tranobe C).

19En 2007, il y a eu un renouvellement des membres du bureau à l’initiative du président pour remplacer des membres décédés. Le président reste en place et le tranobe A est toujours majoritaire.

Tableau 13. Composition du deuxième bureau de la Coba Tafita

Membres du bureau de la Coba

Tranobe

Président

B

Vice-président

B

Secrétaire

A

2e secrétaire

A

Trésorier

A

Conseiller 1 (mpanjaka Botovelo)

A

Conseiller 2 (mpanjaka Lendalana)

C

Conseiller 3

A

Conseiller 4

A

Commissaire aux comptes 1

Dissident

Commissaire aux comptes 2

B

20Le renouvellement ne modifie pas la main-mise du tranobe A sur le bureau, avec plus de la moitié des postes lui revenant. La désignation des personnes du comité de surveillance des forêts (Polisy ny ala) parmi les membres de la Coba confirme cette situation. La fonction consiste à contrôler les ressources forestières. Elle est rémunérée pour chaque contravention dressée, et est attribuée à des hommes habitant dans des écarts à proximité de la forêt. Cinq des sept membres appartenaient au lignage A en 2005. Et la proportion reste inchangée en 2008.

21La Coba d’Andrambovato a pour nom Fikambanan’Andrambovato Mitambatra ou FIAMI et compte en 2005, 69 membres. Il n’y a pas eu de nouveau bureau. Le président actuel est betsileo. Le bureau compte cinq membres. Il faut y ajouter les trois surveillants (police de la forêt) qui font des rondes. Il n’y a aucun lien de parenté entre les membres du bureau, « ce qui est conforme aux statuts », précise le président, mais est plutôt lié à la création du village en 1950, après la mise en service du chemin de fer.

22Dans les Coba étudiées, la présidence est un premier indicateur : elle est attribuée soit à un lettré extérieur à la communauté, soit à un membre d’un groupe fondateur. Quant aux membres, il peut y avoir une surreprésentation de ce groupe fondateur, comme à Tatamaly où cela ne pose pas un problème dans la mesure où la répartition traduit le « partage » des droits d’accès et d’usage des ressources du territoire. C’est pourquoi il est difficile de vouloir instaurer une gestion partagée des ressources naturelles renouvelables, qui reste illusoire à Madagascar, car les sociétés ne fonctionnent pas sur une base démocratique et participative (Blanc-Pamard et Fauroux, 2004).

23En janvier 2005, les différents opérateurs environnementaux ont mené des bilans afin de contribuer au processus national d’évaluation des transferts de gestion des ressources naturelles (rapport PE3, 2005). D’après le constat, « les conflits sociaux et les problèmes de gouvernance au sein de la Coba sont souvent les plus grands obstacles à la gestion durable des ressources naturelles renouvelables, d’où un nécessaire accompagnement socio-organisationnel ». Ceci implique une prise en compte des enjeux autour des ressources, des règles d’accès et d’usage, et particulièrement des « structures micro-locales du pouvoir » (Fauroux, 2002).

24Nos exemples montrent que les Coba ne sont pas en mesure de faire respecter des engagements de conservation ni de faire appliquer des sanctions en cas de non-respect du contrat. Les Transferts de gestion des ressources naturelles renouvelables ne sont qu’un dispositif additionnel de portée locale qui met quelques dizaines, voire centaines d’hectares sous protection.

25Il faut se demander s’il est possible de mettre en place un contrat de gestion adapté pour chacune des communautés qui s’engage dans cette voie, c’est-à-dire d’inscrire le contrat dans les logiques du système afin d’éviter que le transfert n’entraîne, par une nouvelle définition du territoire, de l’accès et de l’usage des ressources, une rupture ou un renforcement dans l’organisation sociale.

Une lecture par les acteurs

26En instaurant une nouvelle territorialité, le transfert de gestion reconfigure et réévalue l’usage des ressources. Cela s’accompagne de postures inégales des acteurs. Les jeux du pouvoir passent par la légitimité qu’accorde le transfert. Les groupes gagnants sont ceux auxquels l’engagement dans le transfert de gestion accorde une plus grande autonomie de gestion de leur territoire. Par contre, le transfert déstabilise ceux qui contrôlaient le territoire et qui se trouvent désormais concurrencés par des groupes extérieurs ou qui doivent faire face en leur sein même à des stratégies d’appropriation foncière. On est bien dans une situation où un projet confronté à une situation sociale et territoriale génère une dynamique de légitimation-délégitimation.

27Par ailleurs, le dispositif reposant sur un processus participatif, il est difficile pour les groupes reconnus comme pauvres en territoires et en pouvoirs de développer des stratégies afin d’améliorer la situation de leur groupe en s’appropriant du prestige et donc de la richesse par le biais des transferts de gestion (Fauroux, 2002). La GCF est un transfert de compétence et non de propriété. L’absence de sécurisation foncière active une consolidation des patrimoines fonciers, le contrôle du territoire ayant pour finalité le maintien d’un ordre social. Ces transferts conduisent ainsi à des inégalités socio-spatiales qui sont à l’échelle locale particulièrement sensibles et qui n’œuvrent pas dans le sens d’un développement durable.

28Les différents acteurs s’engagent différemment dans ce nouveau monde « environnementalisé ». Ils se retrouvent dans des situations différenciées par les programmes selon qu’ils sont intégrés, invités à participer, marginalisés ou exclus. On note une grande asymétrie des pouvoirs dans les communautés concernées. Les structures traditionnelles sont soit contournées (Ambendrana), voire ignorées (Amindrabe), soit instrumentalisées (Tatamaly).

  • 98 Les trois catégories d’agents sont Owners, Actors, Customers.

29À la suite de Bernard Hubert (2004) qui a repris la catégorisation de Checkland98 (1981), on peut définir trois catégories d’acteurs concernés par la gestion contractualisée des forêts : ce sont les promoteurs, les opérateurs et les cibles destinataires. Les promoteurs sont ceux qui ont la possibilité de transformer ou de défaire le dispositif environnemental. Les opérateurs sont ceux qui agissent directement sur le dispositif. Les cibles destinataires sont ceux qui en sont les bénéficiaires ou les victimes.

30Ce qui est important, c’est que ces catégories ne sont pas figées, mais évoluent dans le temps une fois la contractualisation engagée et suivant la dynamique propre à chaque transfert. Ainsi, des cibles destinataires peuvent se transformer en opérateurs. C’est l’exemple, non abouti, du président de la Coba d’Ambendrana. C’est celui aussi des transporteurs de bananes d’Andrambovato qui deviennent des porteurs ponctuels lors des treks de programmes écotouristiques. Les touristes restent des cibles destinataires, les hôteliers étant des opérateurs. Les opérateurs peuvent être plus ou moins efficaces comme le service ferroviaire Fianarantsoa-côte est ou l’ONG locale Haonasoa. Les promoteurs sont positionnés à différents niveaux : prestataires sur le terrain, associations locales, ONG, services de l’État, communes… et sont également opérateurs dans ce système.

31Une telle lecture des acteurs engagés dans ce processus d’écologisation est indispensable afin de prendre en compte l’hétérogénéité des acteurs. Une Coba n’est pas un groupe homogène, comme l’indiquerait sa définition : « La communauté de base ou Coba est un groupe volontaire d’individus unis par les mêmes intérêts et obéissant à des règles de vie commune ».

32D’autres dissymétries sont à noter. Tout d’abord, la participation n’est que partielle car des acteurs, qualifiés de « tiers absents » (Maldidier, 2001), et dont le rôle est important, sont volontairement ou non extérieurs. Ce sont des agriculteurs, des exploitants forestiers, des commerçants… qui préfèrent poursuivre leurs activités en affichant une légalité et s’occuper eux-mêmes de leurs intérêts. La commune rurale est également absente dans la mesure où le contrat est bipartite entre la Coba et le service des Eaux et Forêts, la commune rurale n’étant pas, comme dans le transfert de gestion Gelose, un partenaire. Par ailleurs, le transfert de gestion GCF repose sur un contrat entre l’administration forestière et la communauté de base. Or, ce n’est pas entre ces deux partenaires de la « gestion locale des ressources naturelles renouvelables » qu’éclatent des conflits, mais entre membres d’une même communauté (appartenant à des lignages différents), entre nouveaux venus et autochtones, entre communautés rurales voisines et même entre organismes d’appui et prestataires de services adoptant des dispositifs différents. Dans les faits, le transfert de gestion réagence les relations de pouvoir à partir de la scène locale.

Structures sociales et gestion contractualisée des forêts

33Sur le versant oriental du corridor, l’espace de vie est centré sur les écarts. Le site villageois collectif est déserté la plupart du temps, alors que les écarts sont le lieu d’habitation d’un ou plusieurs ménages reliés par des liens de parenté, et le siège de l’exploitation. Cette configuration entre « village social » et « écarts productifs » est une marque spécifique de l’occupation humaine. Au niveau des bassins versants, les villages qui se trouvent dans le lit majeur ou à proximité des vallées sont associés aux écarts proches des forêts et centrés sur une unité de production ou « mini-terroirs ». La politique environnementale se place du côté du village, lieu du siège et des réunions des Coba, alors que l’exploitant est installé sur son écart, espace productif. Quand on sait que les villages sont vides la plus grande partie de l’année, la participation constitue ici un véritable challenge. Ce contexte spécifique de l’Ambodihàrana fonde notre choix de présenter deux situations remarquables de stratégies que les sociétés locales combinent avec la GCF : une extension du territoire approprié d’une part, un positionnement aux marges de la forêt d’autre part.

La plus-value de Tatamaly

34La sensibilisation pour le transfert de gestion a commencé à Tatamaly comme dans les autres villages du projet CAF-APN en 1998. Tatamaly est le dernier des treize villages à avoir contracté un contrat de gestion en 2003.

35La GCF a redessiné les frontières du territoire de Tatamaly (carte 18, cahier couleurs). Ainsi au nord-ouest, on note une distorsion enre la limite du territoire traditionnel des deux tranobe A et B et celle du nouveau terroir villageois : ce dernier est plus étendu. Le gain correspond à des espaces dont la conduite des rites précédant l’exploitation de la forêt revient au groupe propriétaire légitime, selon la coutume. Le mpitantàra « celui qui rappelle l’histoire » est la personne qui a l’autorité pour désigner le groupe « propriétaire ».

36Ainsi pour la forêt au sud de la grande rivière Tatamaly, la conduite des rites incombe au lignage B (Tsaravelo) et pour celle au Nord des rivières Tatamaly et Ranoratsy, au lignage A (Botovelo). Les limites s’appuient sur l’armature hydrographique. Le rano lehibe (litt. grand cours d’eau), c’est-à-dire la rivière Tatamaly, qui est le drain principal du bassin-versant marque selon une disposition cardinale donc sociale la répartition des forêts. Chaque individu ne peut instaurer une relation sur un nouveau territoire que dans la mesure où il appartient à un groupe qui détient cette prérogative, ou bien, quand ce groupe l’autorise à exploiter la forêt de son territoire. Quand les membres des lignages A et B indiquent les limites de Tatamaly, ils s’identifient avec les limites potentielles. C’est pourquoi lorsque les membres de la Coba ont précisé les limites lors de l’établissement du plan d’aménagement, ils ont pris en compte cette partie nord-ouest, délimitée par la ligne de crête qui est aussi la frontière du fokontany d’Andrambovato. La représentation cartographique donne l’impression que l’espace est vacant dans le nord-ouest, ce qui ne correspond pas à la perception des populations locales.

37D’une part, le transfert de gestion formalise à sa manière, c’est-à-dire en l’inscrivant sur la carte du plan d’aménagement, les limites de l’emprise territoriale. D’autre part, la limite du terroir villageois asseoit formellement la suprématie du lignage A avec sa situation « dominante » à la fois au nord du cours d’eau et au nord du lignage B : le lignage A tire le plus profit du zonage en GCF, gagnant l’essentiel de l’aire mise en espace de production (carte 18, cahier couleurs). Quant au lignage C, il est confiné en périphérie au sud par rapport aux enjeux principaux de maîtrise du territoire.

38Le territoire de Tatamaly est réparti entre les trois lignages, mais de manière inégale. Et le plan d’aménagement ne fait que renforcer cette inégalité sociale et environnementale, en validant et légitimant la prééminence du lignage A, bien doté en zone de production.

Les « écarts »

39Le découplage entre village social et écarts productifs constitue une forme de contrôle territorial qui va être mise à profit dans le cadre du plan d’aménagement de la GCF.

40Les principaux écarts des lignages A et B de Tatamaly occupent un niveau élevé, vers 700 m d’altitude, position stratégique en dessous de la forêt qui reste une réserve foncière. Avec les écarts, on observe des formes d’aménagement récurrentes : autour des habitations, cultures de case ; au-dessus, abattis-brûlis parfois transformés en banquettes rizicoles ; en dessous, cultures commerciales de caféiers et bananiers et dans les bas-fonds, riziculture. Pour toute cette unité de production, la perspective de créer des barrages afin de maîtriser l’eau en amont est toujours évoquée. Dans le cas où une source serait localement maîtrisée, le paysage de cultures sur fortes pentes céderait la place à celui de banquettes rizicoles.

41L’écart de Botokely Léon à Ampotabe, à 687 m d’altitude au nord-ouest de Tatamaly, situé en bordure de la forêt classée en zone de conservation et en contrebas de l’escarpement rocheux dominant, traduit une stratégie de construction familiale. Cette unité familiale réunit en 2005 (fig. 13a), outre Botokely Léon (1), un neveu (2), deux sœurs (5 et 6) de son épouse qui l’ont rejoint en août ainsi que ses deux beaux-frères (3 et 4) en uxorilocalité. Botokely Léon est de la troisième génération ; son arrière-grand-père est venu d’Ambatovory en pays betsileo. En 2008 (fig. 13b), la composition sociale de l’écart a été à la fois renouvelée et recentrée sur la cellule familiale. Botokely Léon a réparti les terres entre sa femme et sa descendance directe. Ses beaux-frères et son neveu ont dû quitter les lieux, suite au rappel du statut « autochtone » obligatoire de ceux qui résident à proximité de forêts où sont les tombeaux des ancêtres. L’injonction rejoint le projet de Botokely Léon d’installer beaux-frères et neveux sur un autre écart hérité de son père, au nord de Tatamaly. Dans cette trajectoire, la main-d’oeuvre familiale permet une mise en valeur de lieux appropriés. Cette mise en valeur assure une emprise foncière, tout en accroissant le patrimoine familial.

42La position de ces écarts toujours dans la formation des kapòka, mais aux marges de la forêt, est remarquable. Les exploitants la valorisent de deux manières. D’une part, depuis leurs écarts, ils jouent le rôle de sentinelles contre toute incursion illicite en forêt. Botokely est ainsi l’un des sept membres du comité de surveillance de Tatamaly. D’autre part, leurs écarts sont le point de départ de défrichements dans la forêt. C’est la pratique du « grignotage » de la forêt par les bananiers (fig. 13a). Les hommes éclaircissent le sous-bois forestier sur une dizaine de mètres au maximum en coupant les petits arbres, qu’ils remplacent par des bananiers. Quand les bananiers atteignent une taille mature, ils coupent les arbres qui les surciment et entrent de cette manière en possession de la parcelle défrichée. La progression des abattis-brûlis se fait en sauts de puces. Cette pratique discrète n’est pas visible sur les photos satellites utilisées pour le suivi de la déforestation. Elle concerne les zones de production et de conservation délimitées par le transfert de gestion. Dans cette dynamique territoriale, les tranobe A et B s’appuient sur les droits conférés par leur ancestralité pour maintenir leur emprise sur ces forêts qui leur sont interdites.

Figure 13. Évolution de l’écart de Botokely Léon (tranobe B), lieu-dit Ampotabe, de 2005 à 2008

43Le transfert de gestion proposé aux exploitants de Tatamaly mobilise des savoirs, des moyens, des zonages qui apparemment leur échappent. Le décalage est flagrant entre la politique environnementale qui se place au niveau du village, souvent déserté, et l’exploitant « à l’écart », dans ses stratégies productives d’occupation du sol. Ce décalage se traduit aussi par les défrichements et brûlis qui perdurent dans un jeu combinant, sur recrû forestier, l’état de la végétation, le matériel utilisé et l’appellation vernaculaire :

  • le tevy est une culture sur abattis-brûlis de recrû forestier et, pour cette raison, n’est pas désapprouvé ;
  • le mibioka caractérise un jeune recrû et ne nécessite pour l’abattage qu’un défrichement au grand couteau à lame courbe (atsimengoka). Le terme de mibioka occulte la mise à feu qui est suivie d’un semis en poquet ou d’un bouturage ;
  • le mitombana mobilise seulement l’angady qui racle une végétation herbacée entre les arbres restés à terre depuis le premier défrichement. Les herbes sont regroupées en tas ; une fois sèches au bout d’une semaine, on les brûle.

44Il faut savoir distinguer ces pratiques, même si elles aboutissent toutes au même paysage calciné.

45Par ailleurs, le choix de la formation à défricher pour une mise en culture prend en compte la pénibilité de l’acte. La préférence va au mibioka, car la taille des végétaux (recrû de deux ans) n’exige pas un effort aussi intense que pour le tevy nécessaire sur une formation plus âgée (5 ans). Il mobilise donc moins d’énergie que le mitombana. Ce dernier exige une dépense physique importante, d’abord avec le raclage des adventices pour nettoyer la parcelle, ensuite dans le travail de labour, toujours à l’angady, alors que pour le tevy et le mibioka, la mise en culture se fait sans travail du sol avec un bâton à fouir (fitomboka).

46La mise en ordre écologique du contrat GCF ne considère pas la finesse de la terminologie des dispositions attentives à la légalité tout en tenant compte du système de production. Elle répond à une conception de la nature forestière qui s’accorde mal avec celle de l’organisation sociale locale.

Conclusion : deux conceptions différentes des relations à la nature

47Madagascar est un bel exemple au cours de ces dernières décennies de l’évolution, construite sur les trois notions de nature, de biodiversité et de service écosystémique, d’un programme de conservation. La dynamique traduit un verdissement des politiques publiques depuis les années 1980. Elle « façonne » les territoires en mettant en place des dispositifs où les enjeux entre nature à protéger et milieu à exploiter sont centraux. Tel est le cas du corridor, un élément important de ce qui fait de l’île un hot spot de la biodiversité mais en même temps, lieu de vie et espace de ressources de populations à ancrage historique.

48Avec son statut de nouvelle aire protégée, le corridor est devenu une infrastructure écologique d’envergure. Il est comptabilisé dans le système Redd, ce mécanisme incitatif fondé sur le marché du carbone et qui fait jouer la séquestration du CO2 par les forêts. Il s’agit de combiner la protection forestière à la constitution d’un stock de carbone convertible en flux monétaires. L’orientation s’intègre dans une pensée plus globale de la biodiversité mise au service de la lutte contre le réchauffement climatique et mobilisée comme moyen de financement des politiques environnementales. Même si la connaissance des mécanismes Redd n’est pas encore stabilisée (Tsayem, 2012), et que la notion de service écologique à rémunérer reste elle-même à expliciter (Bibaud, 2012), cette pensée marque déjà l’action sur le terrain par des expérimentations appuyées par les bailleurs de fonds, et par une cartographie précise des aires mises sous protection.

49Le système Redd, entièrement exogène, réduit l’accès des paysans aux ressources par la mise en œuvre du zoning forestier. L’initiative met aussi encore plus à distance les populations locales des instances de pouvoir qui décident des affectations fonctionnelles de la forêt.

50Les gestions contractualisées des forêts sont un autre dispositif à l’œuvre dans le corridor, à l’échelle locale. Leur schème correspond à une représentation du monde qui repose sur un dualisme nature-société : la forêt est une ressource rare et fragile de la biodiversité dont le contrôle repose d’une part, sur des normes techniques d’exploitation forestière et, d’autre part, sur un zonage précisant le statut des espaces forestiers. Associer les populations locales à la protection de la forêt est un gage de réussite dans les énoncés actuels des politiques environnementales. Surveillance de proximité et attention de ces populations envers leurs ressources forestières sont essentielles. Par ailleurs, la participation est un thème porteur, apprécié des bailleurs de fonds.

51Pourtant, du point de vue des acteurs locaux, nature et société forment un couple vital pour la dynamique du territoire. La forêt est une ressource indispensable dans le cadre du système de production et de l’organisation sociale, une ressource qui ne se caractérise pas par sa rareté mais par sa place dans le système économique, social et territorial. Elle est « robe des ancêtres » (Rakoto Ramiarantsoa, 2003) et, à ce titre, espace commun de pratiques et de savoirs en même temps que repère pour l’installation des hommes. Son statut en détermine les usages et l’exploitation n’en est pas prohibée, sous réserve de respecter les règles et rites qui visent avant tout à maintenir les bonnes grâces des esprits propriétaires des lieux.

52Ainsi, selon les parties prenantes des enjeux de la conservation, la nature est conçue, perçue, socialisée, pratiquée différemment. Elle apparaît sous diverses « cultures » (Julien, 2009). Celles-ci ne s’accordent pas dans le corridor où incertitude de l’occupation des terres et réduction des champs économiques possibles accompagnent le quotidien des territoires paysans. Cette situation n’entretient pas les meilleures conditions de production aux ménages et n’améliore pas leur situation économique. La reconfiguration même des relations entre villageois qu’apportent les programmes de conservation, au lieu d’aller dans le sens d’un empowerment collectif, accroît les inégalités. Avec ce nouveau contexte, la lutte contre la pauvreté, portée par le discours de la conservation, se trouve éloignée des réalités locales du corridor.

Notes

98 Les trois catégories d’agents sont Owners, Actors, Customers.

Table des illustrations

Légende Figure 13. Évolution de l’écart de Botokely Léon (tranobe B), lieu-dit Ampotabe, de 2005 à 2008
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search