Desktop versionMobile Version

Biodiversités en partage

 | 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa
, 
Chantal Blanc-Pamard

Partie 2. Territoires de conservation, territoires de vie

Chapitre 5. Les territoires de vie

Volltext

1La riziculture de bas-fond, portée par une société paysanne de bassin versant, constitue l’élément fondamental des systèmes de production sur les versants ouest et est du corridor forestier. L’agriculture, manuelle, combine à cette matrice rizicole une polyculture pluviale et un élevage bovin multifonctionnel. Les fonctions essentielles des animaux sont la production de fumier, le travail des rizières (piétinage essentiellement et culture attelée). Les zébus jouent également un rôle important dans les cérémonies familiales et les autres rites sociaux. Le riz est le principal produit agricole, mais 10 % seulement des riziculteurs disposent d’une production suffisante pour assurer leur autoconsommation annuelle. Pour la majorité des ménages la période de soudure est longue, de six à huit mois.

  • 73 Les conclusions de l’étude écologiquemenée à Ambendrana sur la diversité inter-parcellaire des jac (...)

2Dans ce cadre, la forêt reste un espace et une ressource au service de la production agricole et d’une enriziculture. Elle représente une réserve foncière rizicole ; elle est un pâturage bovin ; elle fournit les manches d’angady, outil du travail de la rizière ; elle apporte aussi des revenus financiers (miel, écrevisses, matériaux de construction, artisanat…) pour acheter du riz en période de soudure… Très clairement, une logique non forestière guide les stratégies des exploitants au cours de l’itinéraire cultural en forêt, pour récupérer des terres sur les espaces défrichés : abattage intégral des arbres et non coupe sélective comme le font d’autres essarteurs (Carrière, 2003), absence de jachère de longue durée et/ou allongement de la phase de culture dans des proportions importantes (dix ans, voire plus)73, progression des champs par bandes en lisière de forêt, d’aval en amont. La forêt est conçue comme un réservoir de terres et n’est plus incluse dans la rotation agricole. L’analyse des paysages et des pratiques de culture, extrêmement instructive parce qu’elle permet de pénétrer dans la dynamique des terroirs, met ici en lumière le fait capital d’une logique non forestière.

  • 74 Écologisation des politiques publiques et des pratiques agricoles, 16-18 mars 2011, Inra Avignon, (...)

3L’adaptabilité et le pragmatisme des paysans sont des thèmes classiques en ce qui concerne le développement rural et la façon dont les paysans savent accompagner ou contourner les transformations (Sautter, 1975 ; Pélissier, 1995). Ces thèmes le sont moins dans le cas des politiques environnementales ou des politiques écologisées, c’est-à-dire des politiques qui ont pour objectif l’écologisation des pratiques agricoles74. Le développement durable implique que les systèmes de production et les pratiques culturales soient orientés, modelés, aménagés pour répondre à ses impératifs. Les territoires de vie vont évoluer en fonction de ce recadrage.

4Nous avons retenu des exemples de l’évolution des territoires de vie touchés par les nouveaux dispositifs des politiques environnementales. Le choix de six situations est thématique et présente des réalités du versant est comme du versant ouest du corridor. Il met en avant des discordances répétées entre, d’une part, des savoirs et pratiques paysannes et, d’autre part, de nouvelles restrictions et interdictions réglementaires à propos d’enjeux concrets. Incertitudes, contournements et réajustements sont les trois thèmes regroupant les dynamiques observées.

Incertitudes

Vatolampy : « Nous prenons l’histoire, les autres prennent la loi »

5La scène est un tàpoka, ancien pâturage forestier sur les terres d’Ambendrana qui a fait l’objet d’une exploitation rizicole au milieu du xixe siècle. Vatolampy (localisation sur la carte 10) est aujourd’hui le lieu d’une enriziculture, témoignant de la place des bas-fonds dans la dynamique sociale et spatiale. Cette dynamique s’appuie sur l’histoire des ancêtres, alors que la législation actuelle répond au souci récent de conservation de la biodiversité.

6Il s’agit d’un bas-fond à nappe subaffleurante, avec recouvrement herbacé. Le sol est minéral organique avec un gley drainant sableux et clair à partir de 70 cm. En surface, la mince couche de matière organique non décomposée (A0) est peu épaisse, de quelques centimètres. L’absence de tourbe permet de mettre en place des rizières sans les fortes contraintes de drainage et d’apport minéral en bas-fonds tourbeux. L’horizon humifère A1, d’une dizaine de centimètres, est argilo-limoneux. Lui succède un horizon brun jaune limoneux qui est le support de culture recherché.

7L’aménagement de ce bas-fond se fait par blocs d’aval en amont :

  • dans un premier temps, installation de deux drains en bordure, suivie de la mise en place de diguettes perpendiculaires aux deux drains et limites des futures parcelles. Sur ces dernières, les herbes sont ensuite coupées, mises en tas et brûlées. Un premier planage s’accompagne d’un dessouchage. Ce premier stade de construction d’une rizière se termine par un labour en juin-juillet ;
  • dans un second temps, affinage de la planéité. Le but est de mettre en surface le support minéral du riz par un enlèvement de l’horizon superficiel Ao. Le dessouchage qui est un travail important se continue au pieu. Le repiquage peut alors s’effectuer fin septembre-début octobre, avec la variété Japonica.

8L’irrigation des nouvelles parcelles provient, en l’absence de résurgences locales, de sources en tête des vallons, ce qui limite actuellement l’extension des rizières.

Le bas-fond de Vatolampy, un aménagement en cours

  • 75 Information obtenue à partir de nos généalogies.

9Pour l’aménagement de ce bas-fond, « la descendance se souvient » de la terre coutumière appropriée depuis le milieu du XIXe siècle75 par les gens d’Analalava, village voisin d’Ambendrana et appartenant au même groupe de descendance (voir chapitre 1). C’était un pâturage pour leurs troupeaux. L’initiative actuelle s’inscrit dans cette légitimité de droit.

10Ralaivao, le grand-père d’Ipombo (généalogie 7 en annexe), utilisait ce lieu comme pâturage. Sa descendance à travers ses trois petits-fils valorise à nouveau ce basfond depuis 2006, en trois blocs de rizières. Le dernier installé est Ipombo, en amont, en 2008 : il a tiré parti de son statut de fils et d’adopté pour mobiliser l’importante force de travail nécessaire à l’aménagement.

11Ce bas-fond est mis en valeur alors que la réglementation signifiée en juin 2008, lors d’une réunion à Androy de toutes les Coba de la commune riveraine de la forêt, souligne avec vigueur l’interdiction d’aménager en rizières de tels sites. Elle fixe les bas-fonds déjà aménagés en ZOC, excluant toute riziculture de bas-fonds non aménagés. Les nouveaux exploitants de ce bas-fond ne se considèrent pas dans ce cas. Ils réactivent leurs droits dormants : « comme aujourd’hui on a besoin de terres, on se souvient de l’histoire ». En déclarant leur initiative auprès du fokontany de Iambara, les exploitants adoptent une démarche vis-à-vis de l’administration territoriale et non du service des Eaux et Forêts, ni de la Coba. Le tàpoka étant un milieu herbacé, ils considèrent que le service des Eaux et Forêts n’est pas concerné. C’est aussi une manière de l’éviter. Tout cela se fait dans une configuration où les exploitants connaissent bien les prérogatives de la Coba :Ratsimbazafy, père d’Ipombo, est vice-président de la Coba. La stratégie consiste à se faire couvrir en choisissant le partenaire le moins impliqué dans la conservation de la biodiversité, le fokontany, partenaire légitime pour les questions foncières, mais extérieur à celles de conservation de la biodiversité.

12Malgré sa mise en culture depuis 2006, ce bas-fond de Vatolampy ne figure pas en ZOC sur la carte de la portion de la NAP touchant la commune rurale d’Androy, ce qui en rend l’aménagement illégal et pose un dilemme local. En effet, le C (contrôlée) de ZOC est ambigü. Pour l’État, « contrôlée » signifie que l’extension est interdite. Pour les exploitants, « contrôlée » renvoie à leurs droits qu’ils contrôlent : « nous ne faisons que travailler notre héritage » (miasa ny tanindrazanay). Dans cette situation, peut-on appeler illégal ce qui est réactivation d’un droit dormant ancestral ?

13Les positions restent tranchées entre les techniciens. Pour ceux des organismes d’appui, le règlement est clair et la sensibilisation bien faite : s’attacher au discours paysan met en doute leur travail d’information sur le terrain, couplé avec le lourd investissement pour la réussite de l’ensemble du programme. La réussite repose sur le respect du règlement. En revanche, les techniciens de la direction régionale des Eaux et Forêts (pour qui ces nouvelles dispositions font perdre aux paysans leur raison de vivre sans contrepartie) expriment leur perplexité envers de telles dispositions, Vatolampy n’étant qu’un exemple : « nous prenons l’histoire, les autres prennent la loi et nous sommes entre les deux ».

Anjavidy, la peur de l’expulsion

14Anjavidy se situe dans la partie nord-est du fokontany d’Amindrabe (cf. carte 10), limitrophe du parc national de Ranomafana. Il correspond à une zone de conquête spatiale par un contrôle de certaines lignées (ankohonana) selon une logique de quadrillage territorial. Des « frères éclatés », en concurrence selon leur lignée d’appartenance, se préoccupent d’humaniser un milieu déjà marqué de leurs droits. L’aménagement fait appel à une force de travail (haona, compagnie) que maîtrise le lignage sans pour autant rechercher une alliance avec les autres groupes. En effet, les jeunes chefs de ménage actuels (génération - 3) prennent rarement leur femme dans les autres lignées présentes sur le territoire. Ils choisissent plutôt leur épouse dans leur groupe. Le temps ici est encore à la conquête spatiale et le défrichement reste un moyen d’accès à la propriété de terres réservées ; il importe de consolider la force de travail familiale et le patrimoine foncier en cours de constitution n’est pas encore à partager.

15L’organisation foncière se traduit ainsi par l’éparpillement des membres d’un même groupe lignager (cf. cartes 10 et 11) : dans les bas-fonds de la zone dite an-tanàna (litt. au-village), premier site d’installation marqué de nombreuses stèles dont l’érection est toujours actuelle (Besakafo, photo 7) ; dans la zone an-tsaha, celle de première extension dont les cours d’eau se dirigent vers le sud ou vers l’est ; mais aussi, dans une troisième entité plus septentrionnale qui se distingue par son écoulement hydrographique se dirigeant vers le nord.

16Cette dernière zone, Anjavidy, encore très peu peuplée, est d’occupation récente. C’est une unité qui se trouve en forêt et où, sur des espaces réservés, se sont installés, dans des écarts, de jeunes ménages depuis 2000, après défrichement pratiqué suivant le système de la double résidence (miroatany). En 2008, pour la plupart de ces jeunes, l’aménagement des bas-fonds est bien avancé par une installation à demeure acquise. Sur ces lieux, l’édification d’une case proche du bas-fond, en terre malaxée, marque la première phase d’installation. La construction est sommaire, de taille réduite, adaptée aux besoins élémentaires de cette phase de vie : gîte, couvert et sécurité. La construction du parc à bœufs, vala, indique un deuxième stade, le vala n’étant pas proche de la case mais en situation topographique plus élevée. L’installation définitive se concrétise avec la construction d’une maison avec véranda et un vala, cette fois situé entre le bas fond et la maison. Elle s’accompagne de la mise en place d’abris pour les animaux : poulailler, porcherie. L’élevage porcin est un signe que l’installation est définitive, et que les habitants veulent s’enrichir sur le lieu-même. En effet, cet élevage n’est possible que si l’on dispose des restes quotidiens de l’alimentation familiale et de la présence permanente d’une main-d’œuvre.

17Cette dynamique territoriale traduit une logique d’appropriation foncière que le chapitre 7 développera. Elle se trouve confrontée à la mise en place de la nouvelle aire protégée. Cette dernière étend « l’habit du parc », ce qui correspond à autant de réserve foncière amputée aux populations locales. Sur la portion de carte de la nouvelle aire protégée recouvrant la commune rurale d’Androy, les bas-fonds de ce troisième ensemble an-tsaha sont des ZOC. Les techniciens, anticipant une extension par progression vers d’autres bas-fonds qui est coutumière aux populations locales, enjoignent celles-ci de partir de leurs champs et de leurs écarts pour rejoindre leur village. Pourtant, pour ces dernières, « On est au champ, on habite dans le bas-fond et pas au village. » Dès qu’ils ont pris connaissance de la carte de la nouvelle aire protégée en 2008, ils ont demandé lors d’une réunion au chef-lieu de commune à Androy, un réaménagement des zones, notamment de la ZPC qui les bloque à l’est. En plus, l’instauration de la nouvelle aire protégée touche des territoires forestiers transférés aux communautés de base – « la forêt gérée par les Coba est devenue l’habit du parc » –, ce qui renforce les restrictions en forêt.

18La menace du déguerpissement anéantit l’installation dans la durée. L’alternative proposée est l’intensification, alors que les exploitants ne sont pas en état d’être des porteurs de projets tels que ceux qui leur sont proposés (intensification de cultures – technique de billons pour le taro, courbes de niveau sur les collines, utilisation de la variété japonica en riziculture –, artisanat du bambou). Il n’en demeure pas moins que les bas-fonds sont toujours aménagés.

19À Anjavidy, l’appropriation foncière alimente les initiatives de ceux qui mobilisent les règles coutumières sur les espaces réservés. Elle fonde en particulier une articulation de trois générations, du chef de lignée jusqu’à son petit-fils à qui il indique le territoire à cultiver pour son groupe. Mais l’appropriation foncière se trouve arrêtée par les limites récentes de la NAP. La crainte de l’expulsion a remplacé la dynamique d’aménagement.

Lohavatana : une construction territoriale fragile

20L’occupation du bas-fond de Lohavatana (cf. fig. 5a), pâturage du taranaka Ambohimandroso, a commencé, nous l’avons dit dans le chapitre 1, par l’exploitation du miel sur les versants des vohitsa appropriés par des membres du taranaka (tabl. 5).

21C’est seulement dans les années 1960 que les descendants de ces premiers récoltants de miel ont commencé à mettre en valeur les bas-fonds, d’amont en aval, de l’aîné au cadet, en construisant des diguettes (vaki-tahalaka, litt. « marqué par des diguettes ») afin d’installer des rizières (fig. 5b et 5c). Tout en respectant les espaces délimités par des croix de bois ou tambenavena, ils ont construit un canal transversal au niveau de la marque foncière que ces croix représentent. Ce canal (laniny) sépare toujours les blocs de rizière de chaque exploitant et/ou de chaque grande famille et/ou de chaque lignée.

Tableau 5. L’appropriation du bas-fond de Lohavatana

Tableau 5. L’appropriation du bas-fond de Lohavatana

Tableau 6. Lohavatana : les exploitants actuels et leur parenté avec les premiers exploitants

Lieu/Campement
Date d’installation

Lohavatana
1988

Ampaiso
1992

Ampandrambato
2000

Exploitant actuel et village

- Rasolo aîné
(Analalava)
- Ramaha cadet
(Analalava)
- Ranala benjamin (Analalava)
= les 3 fils de Rafaralahy

- Rakotozafy
(Ambendana)
- Rapaoly(Ambendrana)
= les descendants d’Andriamisa

- Rafalahy Joma
(Ambendana)
= le fils de Ramanjato

22Le tableau 6 indique, d’amont en aval, les exploitants actuels le long du même axe hydrographique.

23Les exploitants des rizières des bas-fonds ont « droit » sur les versants qu’ils ont mis en valeur par du tavy. Ce sont des parcelles de cultures pluviales qui occupent la facette tambiny (litt. ce-qui-va-avec, sous entendu avec le bas-fond). Manioc et patate douce sont associés ou encore haricot, maïs, canne à sucre et brèdes selon la topographie et la fertilité. Dès l’époque coloniale, une autorisation de défrichement des pourtours du bas-fond aménagé en rizière a été accordée. Sur les versants, les blocs de champs de chaque exploitant sont bornés par des limites (efitra) composées d’alignements de pierres, de pieds de canne à sucre, de bananiers et orientées dans le sens de la pente (fig. 5b).

24Cette appropriation en forêt s’est donc faite en deux temps. Une phase de marquage, autant sur les versants par les croix de bois (tambenavena) que dans les bas-fonds avec les diguettes, a anticipé une phase d’exploitation : cueillette sur les premiers, enriziculture sur le second donnant aussi droit à des aménagements sur les versants attenants. Ces deux phases en précèdent une troisième appelée miroatany, littéralement « avoir-deux-terres ». Le terme miroatany qualifie un exploitant qui adopte une double résidence « ici et là-bas », à partir d’un village où reste son habitation principale.

25À Ambendrana, un exploitant en miroatany possède des terres en forêt et en ambala, litt. « là où se trouve le vala » : l’expression désigne un ensemble associant parc, fumier et cultures : c’est l’espace anthropisé. L’exploitant ne réside que temporairement en forêt sur le territoire de sa lignée. La pratique évolue lorsque, sur ce lieu de résidence secondaire, se précise l’exploitation rizicole qui exige la proximité d’un parc à bœufs (vala), lieu de production du fumier. Le changement se concrétise par la construction sur place d’une maison et d’un parc à bœufs. Les animaux sont alors répartis entre le vala du village et le nouveau vala, sur la base des superficies en rizières. Il y a aussi les premiers temps un miroatany sans parc ; dans ce cas, les bœufs sont conduits en forêt.

26Cette double résidence est caractéristique d’une situation en lisière forestière. On la retrouve dans le centre-est des hautes terres (Randriamandimbimanana, 1997) comme au nord-est de l’Imerina (Rakoto Ramiarantsoa, 1994). Elle permet d’une part d’éviter les pertes de temps occasionnées par le va-et-vient entre ambala et an’ala et, d’autre part, d’économiser du temps et un effort physique pénible en transport de fumier. L’installation dans la seconde résidence vise à assurer la production de fumier, mais aussi à exploiter le capital foncier constitué et à marquer sa résidence (fig. 5c).

  • 76 Le terme désigne une catégorie de la main-d’œuvre présente sur certains chantiers aurifères.

27Les premiers miroatany datent de la fin de l’exploitation aurifère à Ambohimalaza dans les années 1920. Des ouvriers « volontaires76 » ont décidé d’emménager et d’exploiter sur place des terres pour assurer leur production vivrière. À la fermeture du site, certains ont décidé de garder des parcelles à Ankibosy, même s’ils ont regagné leurs villages respectifs situés en ambala. Les doubles résidences ont été abandonnées pour plusieurs raisons : l’insécurité (attaque des dahalo voleurs de bœufs), les ravages des champs par les potamochères, la politique coloniale de regroupement des villages (les trente toits).

28Les abandons synonymes de retours en ambala expliquent la présence du vala maty (parc à bœufs et maison « morts »), c’est-à-dire le site d’habitation délaissé à Ankibosy. Actuellement, les descendants des fondateurs d’Ankibosy réactivent leurs droits en revenant exploiter les terres de leurs ancêtres. C’est pourquoi le terme de vala maty est associé à celui de lovabe (grand héritage). Ce bien foncier commun à l’ensemble des héritiers du premier occupant va être divisé en de nombreuses parcelles.

29Des termes locaux distinguent deux types de double résidence (miroatany) suivant une logique de bassin-versant et de localisation par rapport au vala principal. D’abord, miroatany midina (midina = descendre) : le terme qualifie une situation de la seconde résidence en aval. La dynamique du miroatany suit alors l’écoulement du cours d’eau.

30C’est le cas des exploitants qui ont un deuxième site d’habitation dans les basfonds de Lohavatana, d’Ankerivy Sud, d’Ankerivy Nord et de Tsifafàna. Tous les membres du taranaka d’Ambohimandroso pratiquent le miroatany midina.

31Quant à miroatany miakatra (miakatra = monter), l’expression qualifie une situation de la seconde résidence en amont du vala principal. La dynamique foncière est inverse de celle des cours d’eau.

32Les membres du taranaka de Vohitsova font un miroatany miakatra à Ambatandrano, Ampanodinana, Andranovory et ceux du taranaka d’Ambohipanja à Antatrifoho, Andranovondrona, Andranoteva.

33Les figures 5a, 5b et 5c synthétisent les transformations du paysage de 1930 à 2008.

  • 77 Cette disponibilité de la force de travail illustre ce que Chayanov (1923) a décrit comme « cycle (...)

34En 2008, dans la zone de droits d’usage réglementée par la GCF, les cultures ont continué à progresser sur les versants, en réduisant les superficies en forêt du versant sud, dans la partie supérieure. Les kilanjy, champs de culture laissés en jachère et à couvert herbacé, sont très présents. Ils témoignent de la logique agricole qui fonde l’occupation. Les cultures pluviales comprennent : les patates douces, dont l’apparition indique des besoins alimentaires croissants, et les taros, stationnaires. Brèdes, choux, haricots et maïs, cultures destinées au marché, sont absentes. Les rizières se sont étendues dans le bas-fond comme sur les versants où elles se présentent en gradins kipahy. Elles concentrent la force de travail de l’exploitant qui n’est plus aidé, comme lors de son installation, par ses enfants77.

35Depuis 2004, une intensification est en cours car le temps de la double résidence est révolu. La maison accompagnée de son vala a été déplacée d’un site proche du bas-fond (2004) à un site de mi-pente, dominant. L’élevage bovin est très présent, comme le signalent les haies végétales de Guatemala ou les clôtures de bois mort.

36Le 17 février 2008, ce bas-fond et ses versants ont été fortement touchés par le cyclone Yvan, surtout dans sa partie centrale et aval ; le ruissellement a noyé les rizières, provoqué l’effondrement des versants et entraîné le comblement des canaux, ainsi que le recouvrement des parcelles de bas-fonds. Les mouvements de masse ont particulièrement affecté l’organisation rizicole des bas-fonds. La pente forte et les versants abrupts révèlent encore plus la fragilité des aménagements paysans en cours (photo 8). La récolte de riz 2008 a été perdue et tout fut à reconstruire, en commençant par la réhabilitation des drains.

37Depuis huit décennies (1930-2008), le vallon se déforeste et s’humanise d’amont en aval. C’est la construction locale qui, malgré les aléas climatiques et en intégrant depuis 2003 les conditions du transfert contractuel de la gestion des forêts auprès des communautés de base, poursuit sa logique agricole. Le riz constitue toujours la matrice des aménagements en intégrant le binôme versant/bas-fond. Chaque vallon ainsi façonné est une pièce du puzzle territorial toujours en évolution.

38Vatolampy, Anjavidy, Lohavatana donnent à voir des dynamiques sur des espaces bien délimités : bas-fond pour l’un, secteur de conquête agricole pour l’autre, vallon avec talweg et versants attenants pour le dernier. Les trois analyses rendent compte des incertitudes vécues par des paysans du corridor à cause des interférences de la politique environnementale avec les territoires de la vie locale. Le registre des situations change lorsque les faits se déroulent à une autre échelle spatiale.

Contournements

L’artisanat des manches d’angady, des « façons de faire »

  • 78 Notre étude analyse la situation de 2003, année d’application de la GCF, à 2008. La crise politiqu (...)

39La production de manches (zara) d’angady, bêche à percussion lancée et outil principal de l’agriculture malgache, est une spécialité de la lisière forestière du Lalangina. L’évolution de sa pratique78 traduit les effets de la politique environnementale sur une activité rémunératrice qui a longtemps joué un rôle très important dans l’économie des ménages.

40Pour faire face à une longue soudure, les paysans recherchent des ressources non agricoles qu’ils trouvent en forêt. « La rizière, c’est quatre mois de riz et la soudure en riz, c’est le manche d’angady » disent les gens d’Ambendrana. La fabrication de cet outil bénéficie de rentes écologiques, de savoirs locaux et de relations sociales facilitant l’écoulement des produits.

41Les arbres utilisés sont lambinana (Nuxia capitata, Loganiacées), le plus recherché, rotsa (Eugenia spp., Myrtacées), katoto (Weinmannia spp., Cunoniacées), hazondrainiolo (Asteropeia micraster, Théacées), kimesamesa (Psychotria homolleae, Rubiacées), vatsilana (Polyscias afflibera, Araliacées), lalomaka (Weinmannia rutenbergii, Cunoniacées). Les lieux de collecte et de production sont à Sahatandrazana, Sahataitoaka, Ambohipeno, Amindrabe, c’est-à-dire en forêt. Les artisans résident à Ambendrana, Ampirambero, Ampasina, Andranovory, Ambaiboho, Ambalavao et Ambalavao Sud, pour la plupart villages de lisière. Tous les hommes (sauf les plus âgés) d’Ambendrana s’adonnent à cette production dont le bénéfice est important et attendu. L’activité est développée surtout d’octobre à mi-décembre, à raison de 20 à 30 manches/artisan/semaine. Pendant le reste de l’année, elle est pratiquée quand il y a un besoin pressant d’argent (15 manches par semaine ou même par mois). Un artisan peut fabriquer 15 manches en deux jours. Il quitte le village à 7 h du matin, atteint le lieu de production vers 10 h, travaille jusqu’à 16 h puis regagne le village. Dans un tronc de lambinana, on découpe trois portions, et dans chacune d’elles on fabrique 5 manches, soit 15 manches par tronc. Le travail de polissage se fait au rabot au village. Les producteurs se déplacent au marché d’Alakamisy Ambohimaha en portant jusqu’à dix-huit manches sur les épaules. La période de vente (750 à 1 000 FMG l’unité en 2003) la plus importante correspond aux travaux rizicoles et à la soudure d’octobre à mi-décembre. L’argent de la vente des manches d’angady permet(tait) d’acheter du riz, des produits de première nécessité et parfois des vêtements.

  • 79 Il s’agit du diamètre à hauteur de poitrine (dhp) qui est le « diamètre d’un arbre mesuré à une di (...)

42Avec la GCF d’Ambendrana instaurée en 2003, la réglementation qui fixe le diamètre minimal d’exploitabilité79 à 40 cm concerne surtout l’exploitation des arbres utilisés pour fabriquer des manches d’angady à but commercial. Elle décrète la fin de ce type de production, car les agents forestiers lors de leur inventaire n’ont pas trouvé d’arbres de ce diamètre. Afin de réguler l’exploitation forestière, chaque exploitant n’a été autorisé, lors de la signature du contrat, à ne produire que six manches pendant trois ans dans la zone de droits d’usage. Cependant en 2003, les manches d’angady continuent « à sortir de la forêt » pour alimenter le marché d’Alakamisy Ambohimaha… mais une légère baisse a été constatée lors de la soudure qui est la pleine période de production : les exploitants craignaient un contrôle plus strict et une verbalisation des agents des Eaux et Forêts.

43En 2008, la confection des manches d’angady pour la vente reste strictement interdite. Le discours sur l’arrêt de leur production est homogène, « tout ce qui est produit dans la forêt est arrêté ». Membres de la Coba et membres du bureau montrent qu’ils connaissent la réglementation et la suivent.

44Ambendrana a par ailleurs vécu les conséquences des infractions, comme ce fut le cas en octobre 2006. Deux jeunes producteurs du village, dont le fils du président de la Coba, ont été pris en flagrant délit de transport de manches au marché d’Alakamisy Ambohimàha à 4 h du matin. Ils formaient un groupe de dix avec chacun vingt manches. Ils ont été menottés et emmenés à Ranomafana, puis les gendarmes sont venus vérifier les lieux de coupe dans la forêt de la Coba. Ils ont été relâchés, mais cette affaire a montré que l’exploitation ne pouvait pas se faire en toute impunité.

45Et pourtant apparemment, il n’y a jamais eu crise évidente d’offre de manches au marché. Seul le prix unitaire augmente très fortement (tabl. 7). Les manches proposés au marché proviendraient d’autres secteurs forestiers au nord d’Androy non réglementés par la GCF. On voit cependant en circulant dans la forêt d’Ambendrana des troncs de katoto proches de leurs lieux de coupe et qui vont être ramassés. D’autres trouées signalent l’abattage des arbres. La production de manches d’angady perdure en fait.

Tableau 7. Comparatif de prix entre un manche d’angady et un kapoaka de riz

Tableau 7. Comparatif de prix entre un manche d’angady et un kapoaka de riz

* Relevé des prix au marché d’Alakamisy Ambohimaha. En 2005, 12 500 FMG = 1 euro.
** Kapoaka = boîte vide de lait concentré ; unité de mesure volumique correspondant à 287 g de riz blanc

  • 80 Le jeudi principalement, marché d’Alakamisy-Ambohimàha ; déplacements beaucoup plus épisodiques le (...)

46Le seul moyen de pouvoir continuer à exploiter les manches de bêche a été d’acculer le premier président de la Coba, un instituteur nouveau venu, à démissionner en décembre 2004 et d’élire à sa place le président de l’association des artisans de manches d’angady. Les notables tiennent désormais le bureau de la Coba. Depuis lors, une grande discrétion entoure l’activité. Les manches ne sont plus fabriqués sur le lieu d’abattage des ligneux. Les troncs des arbres sont transportés au village où a désormais lieu la confection. Un lieu de fabrication collective (fanasonana, litt. là-où-l’on-rabote) se situe dans un bosquet d’eucalyptus, caché des regards, à une centaine de mètres au nordest du village. L’amoncellement de copeaux sur une cinquantaine de centimètres, les souches d’eucalyptus qui servent d’appui pour le rabotage sur un cercle de 3 m de rayon montrent la réalité de l’activité. Certains ont aussi installé des ateliers de production dans les maisons. Celles-ci auparavant ne voyaient que la finition, c’est-à-dire le polissage. Pour la commercialisation, une autre étape, les fabricants se sont organisés : les jours de marché80, ils quittent ensemble le village tôt le matin à une ou deux heures en s’éclairant avec des torches en bambou. À leur arrivée au marché, leur production est achetée en gros par des collecteurs de Fianarantsoa. La vente d’un manche d’angady permet d’acheter, en octobre 2004, plus de riz qu’en octobre 2003. En revanche, en octobre 2005, l’offre importante a entraîné une baisse du prix du manche d’angady et il faut parfois deux manches pour acheter un kapoaka de riz (environ 300 g de riz blanc). En 2008 par contre, le prix du manche d’angady s’avère particulièrement intéressant, permettant de se procurer pratiquement deux fois plus de riz qu’en 2004.

47Ainsi, la clandestinité et la dissimulation sont des stratégies adoptées par les paysans pour pouvoir poursuivre des activités rémunératrices. Au Brésil, Dumora (2006) note des comportements semblables : une « normalisation de la clandestinité », mise en œuvre par les petits agriculteurs familiaux pour « vivre et survivre ».

48Dans le corridor, l’absence du service des Eaux et Forêts trouve son explication dans la tolérance que ces agents manifestent vis-à-vis des producteurs. L’interdiction n’est respectée par aucun des acteurs, administration forestière et exploitants. Des « façons de faire » mettent en conformité la réglementation GCF et les faits dans la mesure où les agents des services forestiers tolèrent, dans certaines conditions, l’exploitation des manches d’angady. Leurs interventions, comme celle de 2006, restent très ponctuelles. Leur rareté traduit aussi des moyens d’action limités. Quant aux tournées des « policiers de la forêt », nul enregistrement d’exploitation de bois pour les manches d’angady dans leurs cahiers. Les policiers qui sont aussi des gens du terroir s’entendent pour ne pas « casser l’entente sociale », car le fiaraha monina (litt. vivre-ensemble) prévaut.

  • 81 Les mobilités des jeunes vers le bas pays tanàla ou d’Ambodihàrana ne dépassaient pas deux mois, p (...)

49À Ambendrana, l’artisanat des manches d’angady donne un exemple des dérives d’une politique de conservation de la biodiversité. Pourtant, le rapport du forum des Nations unies sur les forêts (mai 2005) indique que « là où les forêts jouent un rôle primordial en permettant aux populations de faire face à la pauvreté, les droits de ces dernières devraient être protégés en garantissant l’accès aux produits forestiers ligneux et non ligneux et en assurant la sécurité foncière dans ce contexte ». L’activité à des fins commerciales assurait l’achat de riz pendant la période de soudure. Elle participait de la vente des produits forestiers rapportant le tiers du revenu global des ménages. Cet artisanat était d’autant plus rémunérateur que la notoriété des forêts de la région comme productrices de manches d’angady s’étendait à toute l’île. Désormais interdite, elle n’en continue pas moins, avec des trouées en forêt signalant l’abattage des arbres et la présence des manches sur le marché, à Alakamisy-Ambohimàha et même à Fianarantsoa, comme nous avons pu le constater en octobre 2011. Elle n’élimine pas d’autres initiatives qui participent à la gestion du risque pris dans cette activité, comme les migrations désormais plus longues des jeunes en pays tanàla ou dans le Sud- Betsileo, vers Ambalavao81.

Les règles techniques en pays tanàla.
Apprentissage/désapprentissage

50La GCF de Tatamaly pose, comme les autres dispositifs environnementaux, la question de son appropriation locale. Elle instaure une nouvelle réglementation quant à l’usage de la forêt et des ressources naturelles renouvelables : « tout membre de la Coba est responsable de la gestion, de l’utilisation, de la protection et de la surveillance des forêts et de leurs produits sur le terroir villageois » (article 8, décret GCF 2000). Le dispositif change les rapports aux ressources forestières. Il prévoit une phase de sensibilisation et un processus participatif afin que le changement soit localement réappropriable par les usagers. Mais, dans le cas de Tatamaly, cela n’a pas fonctionné, les règles strictes ne convenant pas aux membres des Coba. L’exploitation du bois, la pêche et les pratiques culturales (mise à feu) révèlent la difficulté du processus d’apprentissage qui doit passer par un désapprentissage.

51Le plan d’aménagement et le cahier des charges prescrivent un diamètre supérieur à 20 cm pour les arbres exploitables dans la zone réservée à la production, ce qui pose problème pour l’encadrement de l’exploitation forestière. Cette dimension provient des règles pour l’exploitation forestière de forêts naturelles non aménagées : ces règles déterminent la conduite du peuplement dans un esprit d’exploitation et non de gestion. Or, cette taille minimale est largement insuffisante pour la production de planches de 25 cm de large. Du point de vue des exploitants, un diamètre de 35 cm serait préférable pour du bois de construction de qualité. Ceci souligne le souci très présent de disposer de ressources exploitables, souci qui s’accompagne de modes de gestion appropriés. La logique économique rejoint la logique écologique. Avec la fixation du diamètre d’exploitabilité à un dhp (diamètre à hauteur de poitrine) de 20 cm, on commence par l’abattage des beaux sujets d’au moins 20 cm de diamètre pour ne laisser sur la parcelle que des sujets de moindre valeur, au sens de l’exploitation. Le respect du diamètre minimum peut entraîner soit un écrémage des peuplements, dans le cas d’une exploitation, ce qui va à l’encontre des principes de sylviculture, soit un non-usage s’il n’y a pas de peuplements supérieurs à 20 cm, ce qui ne contribue pas à la gestion.

52Cette norme sylvicole et technique est, du point de vue des différents acteurs, une erreur à ne pas poursuivre car elle ne participe pas à la gestion de la forêt dans le sens d’une conservation de la biodiversité (Blanc-Pamard et Ralaivita, 2004 : 65). Pour les paysans, la gestion de la biodiversité passe par le prélèvement des végétaux et des animaux. Il n’y a pas à notre connaissance d’études sur les conséquences d’un arrêt de l’exploitation concernant la croissance des espèces forestières.

53La pêche des écrevisses n’est autorisée qu’à certaines périodes et est réservée à un usage domestique. Une étude menée par des chercheurs malgaches et britanniques sur la biologie des écrevisses apporte des éléments sur la validité de l’interdiction de leur pêche à des fins commerciales (Joneset al., 2005). Ces chercheurs ont évalué la durabilité de la pêche à l’écrevisse (Astacoides granulimanus) telle qu’elle est pratiquée par des villageois dans le parc national de Ranomafana et aux alentours. Allant à l’encontre de l’idée reçue que la pêche n’est pas soutenable en raison d’une vulnérabilité de l’espèce à une surexploitation, les auteurs montrent que, dans les conditions sociales et économiques actuelles, le niveau d’exploitation est soutenable. Ils concluent que l’interdiction n’est pas une solution pour conserver la biodiversité. Cet article invite fortement les « conservationnistes » à regarder de plus près les pratiques des pêcheurs qui ont, eux aussi, la volonté de préserver la biodiversité. Il nous semble important d’insister sur cette étude, ces méthodes et ces résultats. C’est un bon exemple d’une approche interdisciplinaire (écologues et socioéconomistes) sur la question de « la durabilité de la pêche à l’écrevisse », finalisée dans une perspective d’action.

54Le tavy désigne la première mise en culture de la forêt et le mode d’exploitation par défriche-brûlis. Le cycle se déroule en différentes phases. Les deux premières consistent en abattage et brûlis, travaux réservés aux hommes. Le brûlis fait désormais l’objet d’une réglementation très stricte qui ne correspond pas aux pratiques paysannes. Celles-ci se traduisent par un abattage (tevy sangy ou tevy ala) des arbres à la hache (famaky) et à l’antsibe (hache à longue lame horizontale et à long manche). Le travail est conduit de bas en haut et l’on pratique souvent l’entraide (haona) entre parents. Il faut compter 15 à 30 jours de séchage du matériel végétal coupé.

55Le brûlis a lieu fin octobre, début novembre quand le tavy est bien sec ; le feu est mis dans l’après-midi vers 14-15 heures et est conduit par le cultivateur de la parcelle. Pour les paysans, un pare-feu n’est pas toujours nécessaire quand s’il s’agit d’un tavy en forêt, la végétation très humide ne brûlant pas. Le vent est cependant redouté et, dans ce cas, le cultivateur fait appel à d’autres personnes pour l’aider à maîtriser le feu.

56L’aménagement d’un pare-feu accompagne le défrichement afin de maîtriser les échappées du feu. Pour une parcelle qui jouxte la forêt, une largeur de 2 à 5 m est nécessaire afin que les flammes ne brûlent pas les arbres. Sur cette bande défrichée, l’exploitant coupe le recrû (jinja) sans le brûler et plante des bananiers. Pour un défrichement sur un recrû, un pare-feu de deux mètres semble suffisant aux exploitants. En effet, ils savent maîtriser le feu en s’aidant du vent. Le feu est allumé vers 14 heures en haut de la parcelle pour progresser par bandes vers le bas. Le vent qui souffle de bas en haut ne peut attiser le feu. Un seul homme peut venir à bout du brûlis. Notons que dans les situations où un brûlis se fait à proximité d’une forêt qui renferme un tombeau, l’exploitant met le feu de haut en bas car il craint en cas de débordement les sanctions des ancêtres (razana). Le feu reste un outil maîtrisé, du bas vers le haut comme du haut vers le bas.

57Dans le cadre du transfert de gestion, les réglementations très strictes du cahier des charges indiquent une largeur de 10 m pour le pare-feu ceinturant la parcelle sur laquelle est effectué un abattis-brûlis. À cela s’ajoutent les contraintes de prévenir le bureau d’une mise à feu, de pratiquer le feu de jour, de ne pas laisser une seule personne mettre le feu, mais cinq personnes réparties sur la parcelle.

58Les paysans s’étonnent de tels « règlements pour le débordement du feu ». Les discussions sur les interdictions à propos des pratiques culturales – notamment du feu – sont très vives avec les paysans qui défendent leurs savoirs. Ils remarquent notamment qu’« ici il n’y a pas de grand feu », sous-entendu hors de l’espace délimité pour une mise en culture. Leur explication est « l’absence de empoka qui retient le feu dans le sol ». En effet, le empoka (horizon organique) n’est pas autant développé sous forêt qu’en savane, car les conditions écologiques de chaleur et d’humidité décomposent en permanence la matière organique. Celle-ci ne peut pas s’incorporer profondément dans le sol. De ce fait, si feu il y a, celui-ci n’est pas entretenu faute de combustible dans le sol et reste facile à maîtriser. Un proverbe local dit : « le feu n’arrive pas à l’intérieur de la forêt ».

59À une échelle sous-régionale, des contournements des nouvelles réglementations caractérisent les changements que les politiques publiques environnementales apportent aux territoires de vie des populations du corridor. Qu’il s’agisse de la production d’angady en lisière forestière betsileo ou des pratiques pour exploiter le milieu forestier en pays tanàla, ils expriment une forme d’adaptation sociale aux normes techniques et administratives. Celles-ci déterminent désormais les relations à la nature à travers les listes d’interdictions et de restrictions répertoriées dans les contrats des plans d’aménagement signés par les Coba.

Réajustements : un élevage bovin sous contraintes

  • 82 Omby taureau, omby vositra bœuf castré, omby vavy vache, vatotr’ombilahy taurillon, vatotr’ombivavy (...)
  • 83 Le sexe, la classe d’âge et la robe (volon’omby) sont des signes distinctifs notés dans le bokin’o (...)
  • 84 Les vaccins sont obligatoires. La campagne a lieu en juillet, assurée par les agents des services (...)

60L’élevage bovin accompagne la vie des villages du corridor et de la lisière forestière, qu’ils soient en pays betsileo ou en Ambodihàrana. Nos analyses conduites au niveau des quatre terroirs-références s’appuient sur des observations de terrain et sur les documents administratifs disponibles. Il s’agit des données recueillies dans les bokin’omby (litt. cahiers-de-bœufs) qui répertorient pour chaque éleveur du fokontany son nom, son village de résidence, son troupeau82, les caractéristiques de chaque animal83, l’enregistrement des vaccins84. Chaque cahier est établi en double exemplaire, l’un déposé au bureau du fokontany, l’autre restant en possession de l’éleveur. Lorsqu’un exploitant se déplace avec ses animaux pour aller, par exemple, effectuer un piétinage, il doit se munir du cahier qui atteste de sa propriété, en cas de contrôle. Les achats et les naissances mais aussi les morts, les ventes et les vols sont notés chaque année, en principe au mois de mai. Pour tout acte d’enregistrement, l’éleveur s’acquitte de 1 000 FMG au fokontany et de 2 000 FMG à la commune rurale. Ces documents sont d’un grand intérêt, car ils permettent de prendre connaissance de la situation du cheptel dans le village avant de poser des questions, toujours délicates, aux éleveurs.

61L’élevage bovin est vital pour deux raisons. D’une part, le rôle social du zébu demeure primordial. Sacrifier des zébus pour toute cérémonie collective : décès, invocations des ancêtres, érection de stèles et/ou pierres levées… est un impératif ; en Ambodihàrana, le tranobe intervient pour soutenir les familles nécessiteuses de son groupe mises dans l’obligation d’assurer un sacrifice. La pratique du atsangana « relever » envers tout propriétaire qui perd sa bête est significative : la bête morte est découpée, et la viande, mise en plusieurs tas que les gens du village paient en liquidité ou en riz à donner lors de la prochaine récolte. Le prix du tas, convenu, est le double du prix normal. La vente doit permettre au propriétaire d’obtenir les moyens d’acquérir une autre bête. D’autre part, l’élevage bovin tient un rôle très important dans la vie agricole. Les fonctions essentielles des animaux sont la production de fumier et le travail des rizières. Le piétinage est une pratique courante dans la préparation de ces dernières et l’entraide reste fréquente, à charge pour le bénéficiaire d’honorer les participants par un repas avec de la viande de bœuf en accompagnement du riz, ainsi que de rendre le même travail. Le piétinage exige la mobilisation de plusieurs animaux.

  • 85 L’expression malgache est « Ny omby tsa misaraka amin’olona. Velona amin’omby, maty amin’omby ». L (...)

62L’inclusion des quatre terroirs villageois dans le système d’aires protégées du corridor forestier impose une contrainte majeure à la présence des bœufs : elle ampute des territoires de pâturage. Pourtant, l’activité continue d’être centrale car ici, « Le zébu ne se sépare pas de l’homme qui vit et meurt avec lui »85. Il s’agit d’analyser les mutations d’un tel élevage soumis à la réduction de ses pâturages en forêt. Jusqu’à ces dernières années, prédominait une conduite des bêtes à la pâture sur des parcours lointains. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le temps passé au parc à bœufs est désormais prégnant : l’accumulation de bouses au parc semble être la meilleure solution dans le contexte climatique, social et sur le plan de la disponibilité en matière végétale. Il répond à des priorités différentes de celles d’autres systèmes agropastoraux qui pourtant, eux aussi, recherchent en priorité une production de fumier (Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 2000) : dans ces vieux pays agraires, la pénurie en affouragement impose un pâturage parfois lointain et coûteux en temps de gardiennage.

Ambendrana et Amindrabe, un élevage autour du parc à bœufs

63Ambendrana pratique un système d’élevage organisé autour du parc (vala) au village. Le vala représente une organisation de la production agricole qui repose sur une association étroite entre le bœuf et la rizière. Le fumier du parc récupéré une fois par an en septembre est réservé aux rizières. Du fumier est aussi apporté aux cultures de contre-saison, mais en quantité plus réduite.

  • 86 La douve a une forte prévalence dans le cas où les animaux sont cantonnés sur les pâturages de bas (...)

64Le village comptait en 2005 un troupeau de 26 bœufs et 12 arcs, soit 1 à 3 zébus par parc. En 2008, le troupeau est de 35 bœufs répartis en 15 parcs. Cette augmentation du troupeau fait suite à des années antérieures difficiles. L’élevage a diminué en raison de maladies bovines endémiques, notamment la douve86 (fasciolases ou dita) qui a, en 1974, décimé un nombre important d’animaux en l’absence de services vétérinaires. Les charbons (bactéridien et symptomatique) sont des causes de mortalité en l’absence de vaccination. À cela s’est ajoutée une recrudescence des vols dans les années 1980. Deux grands parcs profonds et dont les parois sont appareillées de pierres témoignent de cette importance ancienne de l’élevage (fig. 11 ; photo 9). Le troupeau disposait de deux types de pâturage, dans les environs proches et dans des zones plus éloignées appelées kijana omby.

  • 87 Les villageois disent n’avoir été informés « qu’une fois la peinture rouge appliquée sur les arbre (...)

65Aux alentours du village, les pâturages sont réduits et morcelés en raison de l’extension des rizières et des cultures pluviales. Les pentes des vohitsa portent une végétation de graminées comme kifafa (Aristida rufescens), indicatrices de passages répétés des feux. La présence de recrûs forestiers est liée à l’interdiction des feux de brousse depuis la fin des années 1990, ce qui a pour conséquence de réduire les zones de pâturage. À cela s’ajoutent des tàpoka ou marécages en forêt avec une végétation de tenina (Imperata cylindrica), gebona et kifafa (Bosser, 1969). – photo 10 – Les kijana portent souvent le nom d’un vohitsa et se repèrent par rapport à celui-ci. Les plus éloignés sont aujourd’hui inclus dans le parc national de Ranomafana. Situés à l’est de la rivière Andranorea, ils sont interdits aux troupeaux87. Les gens de Vohitsova et d’Ambohimandroso envoyaient leurs troupeaux (10 à 20 têtes) dans ces pâturages.

Figure 11. Vue en plan et en coupe d’un parc à bœufs (Ambendrana)

66Le taranaka d’Ambohimandroso disposait de pâturages dans le secteur d’Anjavidy au nord-est, en particulier à Amboroka-Andranotenina (8 km à vol d’oiseau d’Ambendrana), au nord d’Ambohimalaza (cf. carte 10). C’était aussi le lieu de pâturage du contremaître malgache Randriapirano qui gérait le chantier aurifère d’Ambohimalaza dans les années 1920. Ce mpanarivo possédait un troupeau de plus de 50 têtes.

67Par ailleurs, le kijana qualifie un type de conduite : on y laisse les zébus sans bouvier et on ne les ramène pas le soir au village. Les animaux y sont laissés en liberté, mais, chaque semaine, le bouvier (mpiarak’andro) vient contrôler le troupeau.

68Les animaux étaient conduits en forêt après le piétinage, en novembre, et ramenés, de janvier à mars, durant la saison pluvieuse. Ils pâturaient dans les environs pendant la journée et étaient ramenés au parc le soir pour y produire du fumier (déjections traitées par les pluies) destiné à la saison rizicole prochaine. Dès avril, ils étaient conduits au pâturage forestier et y restaient jusqu’en octobre.

69C’est à partir de ces pâturages forestiers appropriés que s’est effectuée la mise en rizière, toujours active, des bas-fonds en forêt. Nous avons décrit le système de double résidence avec ses diverses formules. La construction d’un parc à côté de l’habitation traduit l’amorce d’une installation définitive. Une pratique concerne alors le partage du troupeau entre ambala et forêt.

70Dans le cas d’un exploitant d’Analalava propriétaire de trois bêtes, deux zébus restent au village pour produire du fumier et un zébu est déplacé au campement, également producteur de fumier pour les rizières en cours d’aménagement.

71Pendant toute l’année, une complémentation en fourrage est apportée dans le parc ; elle est encore plus nécessaire pendant les travaux rizicoles. C’est une activité très coûteuse en main-d’œuvre. Les jeunes hommes récoltent aux abords de leur campement de forêt des herbes dans les kapòka et aussi des feuilles de canne à sucre dans les tanimboly. La récolte pour trois zébus occupe chaque jour quatre heures et deux personnes en période de travail agricole. Il faut préciser qu’il s’agit d’une récolte journalière destinée aux deux zébus restés au village pour lesquels l’une des personnes rapporte sur sa tête du fourrage, et au zébu du campement. La distance entre le campement en forêt et le village d’Analalava est de trois kilomètres. Le sentier est escarpé, mais les personnes effectuent le trajet en trente minutes.

72Outre l’affouragement, le gardiennage est une activité qui, pendant toute l’année, mobilise les jeunes enfants à partir de l’âge de 6 ans. Les déplacements sont effectués sur de courtes distances avec un départ en milieu d’après-midi en période de travaux rizicoles, vers 11 heures le reste de l’année et un retour vers 18 heures : le signal en est donné « quand le soleil tombe derrière l’Igodona », la montagne à l’ouest d’Ambendrana. Comme les enfants vont à l’école, les jours de classe, ils ne sortent les animaux que vers 13 h 30 après le repas de midi. Le dimanche, les animaux sont conduits au pâturage après la messe, à 12 heures.

73Dans cette conduite des troupeaux, c’est le parc qui est privilégié. Selon les saisons, le moment de sortie du parc traduit la fonction de production de fumier qui lui est attribuée, combinée au souci de garder les bêtes en bonne forme : sortie la plus matinale en période de pluies – fahavaratra et secondairement en ririnina qui apporte ses crachins – quand le plancher humide et boueux indispose les bêtes qui restent debout toute la nuit ; sortie la plus tardive en période sèche (août à décembre) pour permettre aux bêtes de déféquer au maximum dans le parc. Le parc est aussi le lieu d’une supplémentation en affouragement (tabl. 8). Depuis la fermeture des pâturages forestiers, la diversification des apports est marquée. Elle résulte autant d’innovations adoptées (exemple du guatemala introduit dans les années 1990 : six propriétaires sur dix en plantent et des cas de vols de ce fourrage sur pied sont signalés), de découvertes empiriques (utilisation des feuilles de pommes de terre, de troncs de bananiers débités en morceaux) que de l’usage d’aliments connus de longue date (paille de riz).

Tableau 8. Affouragement au parc pendant l’année à Ambendrana

Tableau 8. Affouragement au parc pendant l’année à Ambendrana

Source : observations sur le terrain

74Le vala est géré comme une unité de production du fumier. Et au total, le gardiennage et l’affouragement sont deux activités qui mobilisent une main-d’œuvre importante.

75Amindrabe connaît le même système d’élevage de type agricole organisé autour du parc qu’Ambendrana. Le nombre d’animaux par famille a diminué.

76Le tableau 9 indique le nombre de bovins et leur répartition entre les villages et hameaux du fokontany.

Tableau 9. Répartition des zébus dans le fokontany d’Amindrabe par village et hameau

Tableau 9. Répartition des zébus dans le fokontany d’Amindrabe par village et hameau

Source : bokin’omby, 2004.
* En gras = nombre total de zébus par village.
** Les habitants sont spécialisés dans la pêche aux écrevisses

77À Analamaka également dénommé Amindrabe-centre, quatre ménages sur douze possèdent des zébus, soit 11 têtes réparties dans trois parcs. Le plus grand parc, collectif, regroupe deux troupeaux, soit 5 animaux.

78À l’échelle du fokontany, la réduction du nombre d’animaux est importante, estimée à 60 % en quatre ans (tabl. 10).

Tableau 10. Évolution du troupeau dans le fokontany d’Amindrabe

Année

Effectif

2001

140

2002

126

2003

132*

2004

85

Source : bokin’omby, 2004.
*Augmentation de l’effectif par achat

79Les kijana situés au nord-est du fokontany et inclus dans les limites du parc national sont des zones désormais interdites au pâturage depuis la création de l’aire protégée en 1991. Les animaux avaient à disposition de grandes surfaces sur lesquelles ils pouvaient « trier » les végétaux. Les éleveurs nomment une herbe kifafa (Aristida rufescens) particulièrement appréciée qui, étant dispersée, conduit les troupeaux à explorer les pâturages. Outre kifafa, les graminées les plus présentes sur ces pâturages sont tenina (Imperata cylindrica) et d’autres du genre Heteropogon, Hyparrhenia ou Stenotaphron. Ce sont des graminées à forte croissance en saison chaude et humide, mais qui se lignifient vite. La valeur fourragère baisse avec la lignification. Les animaux étaient conduits dans ces pâturages lointains, qui offraient une alimentation en qualité et quantité, après le piétinage des rizières ; certains étaient cependant laissés dans les parcs pour fournir du fumier. Les bouviers, une fois par semaine, venaient contrôler l’état des animaux et les « relocalisaient » dans les lieux où ils devaient paître (mamerindoha, litt. faire-revenir- la-tête). Les animaux étaient ramenés au village après la récolte du riz pour pâturer les chaumes sur les rizières moissonnées. Dans la conduite du troupeau, ce retour au village correspondait à une interruption volontaire du pâturage lointain en quasi-liberté car les animaux risquaient de devenir sauvages et donc difficilement récupérables.

80Jusqu’en 2001, les animaux continuaient à être envoyés dans une partie du kijana d’Anjavidy séparé du parc par la rivière Amboroka (miroaka = paître, où-l’on-paît, pacage) et à Ankifafamavo à l’est de Nandihizana. Comme les bouviers faisaient des feux, les responsables forestiers en ont, par sécurité, interdit l’accès. C’est ainsi qu’à Ankifafamavo, pour contrebalancer cette interdiction, certains ont choisi, pour valoriser et marquer l’espace, de créer des rizières.

  • 88 L’instituteur du village possède un seul zébu, mais n’a pas de parc. Dans son cas, l’arrangement e (...)

81La superficie des pâturages a considérablement diminué, ainsi que la diversité des ressources et l’hétérogénéité des milieux pâturés considérée comme une garantie par les éleveurs de la qualité des rations ingérées. L’activité de gardiennage est désormais importante. Le gardiennage88 s’organise au niveau de la famille restreinte et la durée quotidienne de la pâture est variable. Trois périodes rythment les modes de gardiennage :

  • en volambita89 (juin-juillet-août) et en fahavaratra (décembre-janvier-février), les bêtes sont sorties très tôt vers 6 h, car le parc est boueux et humide. Elles sont conduites « pour se réchauffer » dans un endroit proche et ensoleillé jusqu’à midi. Elles sont ensuite guidées par deux jeunes garçons, âgés de 6 à 8 ans, vers le kijana « possible » jusqu’à 17 h, heure de retour au parc. Du repiquage à la moisson, le manque de pâturages pose un problème aux exploitants.
  • en asotry (mars-avril-mai), les animaux sont sortis du parc vers 12 h et sont conduits sur les rizières moissonnées jusqu’au coucher du soleil (mati-maso andro, litt. mort-soleil), vers 18 h. Ils regagnent alors le parc.
  • en lohataona (septembre-octobre-novembre) qui démarre par le début des travaux rizicoles, les animaux sont conduits après le travail, dans l’après-midi, au pâturage sur les kapòka de mi-versant, à proximité des forêts et du village. Des clôtures de branchage limitent l’accès aux champs sur les bas de versant comme sur les rizières. Le bouvier doit conduire les animaux en remontant le versant, au-dessus des cultures pluviales dans le pâturage de recrû forestier (kapòka).

82Les principales herbes pâturées nommées par les bouviers sont vilona amorondrano, ravimbakoko et, plus particulièrement en forêt comme sur les recrûs, tsingolovolo, kibelohalika et kiahipodin’ny tanala.

83Pendant toute l’année, une supplémentation en fourrage est systématique. Il s’agit soit de fanes de patate douce, de pailles de riz, de feuilles de canne à sucre, soit d’herbes récoltées sur les kapòka et les bas de versant. Généralement, c’est un membre de la famille qui est chargé chaque jour de l’approvisionnement en fourrage et de sa distribution. Le fourrage est déposé dans une auge surélevée installée sur le côté amont du parc. Pour manger, l’animal doit se mettre en appui sur ses deux pattes arrière (fig. 11), ce qui favorise un bon développement de l’arrière-train (vodi hena), morceau de viande particulièrement apprécié et réservé aux personnes respectées. Le manioc a été utilisé dans l’alimentation des zébus, mais depuis que le tavy est interdit et la production moins importante, ce tubercule est réservé à la consommation humaine.

84La production de fumier de parc pour la rizière explique aussi, comme à Ambendrana, un affouragement systématique. La situation reste préoccupante pour deux raisons : la flambée du prix des engrais NPK (tabl. 11) et la diminution du troupeau.

85Les exploitants destinent l’apport d’engrais aux rizières qui ont été aménagées les premières (les plus anciennes) et qui sont masaka (litt. mûr). Un sac de 50 kg d’engrais coûtait 50 000 FMG avant 2000 et 245 000 FMG en 2004.

Tableau 11. Évolution du prix d’un sac d’engrais NPK

Tableau 11. Évolution du prix d’un sac d’engrais NPK

*Mise en place d’un crédit

86Les exploitants qui avaient l’habitude d’acheter de l’engrais à crédit y ont renoncé en raison d’une augmentation prohibitive (en 9 ans, le prix d’un sac a été multiplié par 13).

  • 90 Le tsingala est un coléoptère aquatique qui vit dans les eaux dormantes. Avalé accidentellement pa (...)

87Quant à la régression du troupeau, plusieurs raisons entrent en jeu selon les habitants du village d’Analamaka. Il s’agit tout d’abord des animaux sacrifiés à l’occasion de cérémonies ou de rituels. Le recul découle aussi de ventes pour s’assurer un apport en numéraire, de la mort accidentelle d’animaux suite à une maladie comme la douve (dita) ou le tsingala90, ou encore à des températures trop rigoureuses en volambita (matin’ny nara, litt. mort-froid). D’après nos enquêtes, c’est la stabulation au parc qui est la plus néfaste. Avec la fermeture des zones de parcours et la fin d’un élevage pastoral extensif, les animaux ne sont plus aussi vigoureux et ils s’avèrent très sensibles au froid de la saison volambita (juin à août), particulièrement brutal en 2003 et 2004. La réduction d’effectifs n’est pas compensée par achat, car les animaux achetés aux marchés de l’ouest en ampàtrana résistent mal au froid rigoureux et ne sont pas aptes à développer des comportements adaptatifs en réponse aux contraintes de leur nouvel environnement. Par ailleurs, l’abandon des pâturages d’Anjavidy constitue, outre la perte d’une zone de parcours, un handicap en ce qui concerne la reproduction.

  • 91 L’âge de la première mise bas est de 30 mois. Pour la femelle zébu, on escompte habituellement deu (...)

88Auparavant, les éleveurs ne s’occupaient pas de la reproduction qui se faisait dans les kijana (accouplement et vêlage). Du point de vue des éleveurs, il y a un réel intérêt d’intégrer des séquences de pâturage sur parcours dans le système d’alimentation du troupeau, car ce pâturage sur parcours joue sur la réussite de la reproduction des femelles91. Sans quoi l’accouplement est perturbé, car il ne peut pas se faire au parc. La détection de chaleur d’une femelle se remarque quand une vache commence à monter (misangotra) les autres animaux. La vache a aussi comme signe un comportement plus nerveux. Le propriétaire sort alors la vache et le taureau du parc et les « met de côté » en les conduisant à l’écart du village. Le problème est que la plupart des activités de monte surviennent la nuit.

89Les éleveurs considèrent que leur système d’élevage extensif s’adapte mal au nouveau contexte créé par la mise en place du parc, synonyme de fermeture de pâturages. Les conditions actuelles fragilisent l’élevage, ce que traduisent la baisse de l’effectif du troupeau ainsi que la moins bonne santé des bêtes. La prescription d’un développement durable associé à la conservation de la biodiversité pose la question de la pérennité du système d’élevage : celle-ci dépend de la capacité des animaux à survivre et à se reproduire en situation de contraintes de gardiennage, de parcage et d’alimentation.

En Ambodihàrana, l’importance du gardiennage

  • 92 On retrouve ce que Philippe Beaujard a noté dans la décennie 1970 : « Les bœufs ne représentent pa (...)

90En Ambodihàrana, l’élevage bovin s’avère tout aussi central92. Le piétinage joue ici un rôle beaucoup plus important qu’en pays betsileo. Ambalavero et Tatamaly comptent chacun 27 têtes de bétail, d’après nos comptages et les livres de bovidés. Si le fumier n’est pas ici une exigence des systèmes de production, car les terres sont perçues comme productives sans cet apport, on remarque cependant des formes d’intensification. Quatre éleveurs d’Ambalavero sur neuf utilisent du fumier de parc dans leurs rizières. À Tatamaly, un propriétaire important (6 têtes) envisage d’en apporter sur ses rizières et plantations de café. Aux abords de la voie ferrée, de petites parcelles sont fumées avec, en aval du parc, récupération du purin par des cultures maraîchères à vocation commerciale.

  • 93 En 2006, cet animal s’achète entre 950 000 et 1 250 000 FMG, soit entre 190 000 et 250 000 ariary.

91Les animaux sont considérés à réformer à partir de l’âge de 10-12 ans et l’achat concerne des animaux de trois ans93, omby vao plus performants pour le travail agricole. Les bœufs proviennent des hautes terres betsileo. On peut remarquer leur vigueur. Elle apparaît liée aux conditions écologiques favorables à la repousse des graminées et aux conditions démographiques avec une densité moindre qu’en pays betsileo. Cela permet une plus grande disponibilité en pâturage, que ce soit en forêt ou dans les recrûs. La bonne apparence physique des bêtes est en contradiction avec l’encadrement vétérinaire défaillant qu’évoquent les villageois : les deux terroirs reçoivent très peu de visites des techniciens, alors que leur cheptel est en proie à des épizooties, à l’origine du décès d’une quinzaine de têtes en 2007 et 2008 à Tatamaly. Les soins curatifs se font tous suivant les méthodes traditionnelles.

  • 94 Pour Ambalavero, ces zones se trouvent à une demi-heure du village, avec des noms évocateurs : Mar (...)

92Dans la journée, les jeunes enfants et les adolescents sont affectés à la tâche de gardiennage qui les occupe du matin au soir. Ils sont appelés arak’andro (litt. Celui-qui- suit-le-jour). On note même un début de salariat car, depuis que les anciens pâturages94 se trouvent intégrés dans les zones mises sous protection, les bœufs pâturent sur les flancs des collines aux alentours des villages et doivent être surveillés en permanence. À Tatamaly, les propriétaires s’organisent pour un gardiennage à tour de rôle de leur cheptel, rassemblé. Le gardiennage de nuit revient à la charge de chaque famille. Le bétail est rentré au parc à côté du village ou, pour ceux qui possèdent un troupeau plus important, de plus de huit têtes, dans un espace enclos de végétaux morts. Ce peut être un bas-fond enforesté où les animaux sont conduits pour la nuit. Ce parc se trouvant sur un sentier, deux barrières y permettent l’accès.

93Cette place importante des bœufs explique qu’un circuit organisé par les Tandroy alimentait leur commerce en Ambodihàrana à l’époque où la culture du café assurait une prospérité économique entre 1965 et 1979 (fig. 12a).

94Les Tandroy, après s’être approvisionnés au grand marché d’Ambalavao, en Betsileo-Sud, suivaient leur circuit vers l’Ambodihàrana par Fianarantsoa, Sahambavy, Ambatovory, Ambalakizitina jusqu’à Ambinanondranotelo.

95L’acquisition de bœufs sur ce circuit se faisait par le système « les Tanàla s’endettent ». Le vendeur laissait l’animal avec promesse, contre une terre mise en gage, de paiement par l’acheteur à partir du mois de septembre avec l’argent de la récolte de café. Si le Tanàla ne pouvait pas respecter son engagement, il perdait sa terre. Ce système a appauvri beaucoup de ménages d’Ambodihàrana à tel point qu’il a été interdit par l’État.

Figure 12. Les circuits de constitution de cheptel bovin en Ambodihàrana.
Source : BLANC-PAMARD et al., 2006

96L’acquisition de bêtes se fait désormais sur décision individuelle, depuis 1979. Les acheteurs voyagent en groupe de deux ou trois personnes. Ils fréquentent préférentiellement le marché de Mahasoabe dans le Lalangina au sud-est de Fianarantsoa (fig. 12b).

97Le circuit de retour le plus connu emprunte l’itinéraire suivant à partir de Mahasoabe : Iorandratsy, Betanimena (proche d’Andrambovato), Ambodivanana (proche d’Ambalavero), Madiorano, Tolongoina ; les nouveaux propriétaires mettent deux jours avec les animaux achetés pour rallier le bas pays. Un itinéraire différent plus au nord part de l’autre grand marché de zébus du Lalangina, Andohasana (commune d’Ambalakely). Il passe par les villages de Mahatsinjony et d’Igodona pour une trajectoire vers Iambara, Ambohipeno ouest, Ampandraodoaka et Ambinanindranofotaka.

  • 95 Les convoyeurs de bêtes vers le sud-est (Vangaindrano) suivent aussi la RN 25. Leurs troupeaux plu (...)

98Ces cheminements singularisent les gens d’Ambodihàrana, entre pays betsileo et pays tanàla. Pour leur part, les « vrais » Tanàla, ceux qui viennent du territoire à l’est du fleuve Namorona, prennent le train ou le taxi brousse pour rejoindre les marchés à bestiaux betsileo et repartent en convoyant leurs bœufs le long de la route nationale de Ranomafana (RN 25)95.

  • 96 On ne peut pas changer l’emplacement du vala, décidé après instruction d’un devin, sauf si le parc (...)

99L’élevage bovin subit, avec la fermeture des pâturages forestiers, des conditions très contraignantes. Les éleveurs s’adaptent à la réduction des espaces fourragers ainsi qu’à la perturbation des opportunités de reproduction des bêtes en modifiant la conduite des animaux : un temps plus long passé au parc à bœufs, une importance accrue accordée au gardiennage, une diversification de l’alimentation en affouragement au parc. Ces modifications, à la mesure des moyens des familles et/ou lignées propriétaires, ont lieu dans un contexte où l’encadrement vétérinaire reste toujours aussi faible : une dizaine de zébus sont décédés en 2009 dans le fokontany de Iambara. Par ailleurs, la croissance exponentielle du prix des engrais chimiques sur le marché laisse ces derniers hors de portée de la bourse des ménages paysans : la production de fumier de parc reste donc un élément vital de la production agricole. Une orientation se précise, celle de privilégier un élevage de vaches au parc : elle traduit le souci d’assurer la continuité du cheptel, tout en maintenant la préoccupation de produire du fumier. Tatamaly compte ainsi déjà 14 vaches sur 27 têtes. L’initiative met en avant un réel enjeu sur la carrière des femelles et la reproduction des animaux96. Elle reste cependant fragile, car un tel élevage est très exigeant en fourrage à apporter au parc : les ménages d’Amindrabe, tout en évoquant cette possibilité, craignent de ne pas disposer du temps nécessaire à la tâche.

Conclusion : des réarrangements au détriment des logiques paysannes

100Avec la contractualisation des forêts, les sociétés paysannes du corridor voient d’autres acteurs et d’autres normes à l’œuvre sur leurs territoires de vie. Ces derniers intègrent plusieurs échelles : de celle du terroir où le parc à bœufs joue un rôle vital pour la production agricole à celle du massif forestier avec ses espaces de cueillette, de réserve foncière, de pâturage bovin. Dans cet éventail, la nouvelle donne environnementale donne lieu à des réarrangements à l’origine d’incertitudes quant à l’occupation territoriale, de contournements des règles d’utilisation des lieux, ou de contraintes désormais fortes pour les activités. Mais pour quels avantages ? L’objectif du transfert de gestion est pourtant d’« améliorer le niveau de vie des villageois à travers une gestion améliorée et durable des forêts et des zones qui les entourent » (Maldidier, 2001). L’engagement contractuel apparaît finalement comme un « malentendu », au détriment du contrôle par les sociétés locales de leur territoire de vie. L’évolution de l’élevage bovin met particulièrement en lumière cette perte d’autorité.

  • 97 C’était le cas lors de nos premières observations de terrain, en 2003 ; en 2008, la situation avai (...)

101Une diminution des effectifs accompagne la disparition des parcours lointains vers les pâtures forestières. Elle signifie aussi déficit de la production de fumier et diminution de l’efficacité du piétinage. Pénurie de fumier et travail de piétinage imparfait inquiètent les exploitants qui, avant l’instauration de la nouvelle aire protégée, étaient en train de créer des rizières, la seule solution légale pour survivre face à la perte des terres englobées dans le parc et à l’interdiction du tavy dans la zone de forêt désormais gérée par les communautés de base97. Les restrictions sont devenues plus sévères avec les derniers zonages qui interdisent toute extension en dehors des terres déjà occupées et figent les populations sur les ZOC et ZUD. L’évolution régressive du cheptel n’en fait pas un élément d’intensification des soins apportés aux rizières : celles-ci resteront-elles longtemps productives ? On peut se demander si la politique de conservation dans sa configuration actuelle ne condamne pas l’élevage bovin et au-delà, le système agraire local dont cet élevage est un des piliers.

Anmerkungen

73 Les conclusions de l’étude écologiquemenée à Ambendrana sur la diversité inter-parcellaire des jachères forestières (kapòka) par J. R. Randriamalala (2005) confirment nos propres résultats basés sur une analyse fine des pratiques paysannes. Cette étude montre en effet que si la phase de culture est longue, supérieure à cinq années, le kapòka « subit une évolution régressive dont le stade final est une formation pseudo-steppique appelée localement kilanjy » (Randriamalala, 2005). Une évolution progressive des kapòka vers une formation végétale arborée est possible, mais reste liée au nombre restreint d’années de cultures (soit une phase culturale inférieure à cinq ans) et à une longue période de jachère (supérieure à 10 ans) (ibid., 2005).

74 Écologisation des politiques publiques et des pratiques agricoles, 16-18 mars 2011, Inra Avignon, colloque national ; https://colloque.inra.fr/ecologisation_avignon.

75 Information obtenue à partir de nos généalogies.

76 Le terme désigne une catégorie de la main-d’œuvre présente sur certains chantiers aurifères.

77 Cette disponibilité de la force de travail illustre ce que Chayanov (1923) a décrit comme « cycle de vie ».

78 Notre étude analyse la situation de 2003, année d’application de la GCF, à 2008. La crise politique nationale qui a commencé au début de l’année 2009 rend délicate l’interprétation des données à partir de cette année, à cause des nombreux dysfonctionnements de l’administration du territoire.

79 Il s’agit du diamètre à hauteur de poitrine (dhp) qui est le « diamètre d’un arbre mesuré à une distance de référence standard (1,3 m) au-dessus du sol ». In Code modèle FAO des pratiques d’exploitation forestière, 1996.

80 Le jeudi principalement, marché d’Alakamisy-Ambohimàha ; déplacements beaucoup plus épisodiques le dimanche vers le marché de Sahambavy, dans les cas de besoins pécuniaires urgents.

81 Les mobilités des jeunes vers le bas pays tanàla ou d’Ambodihàrana ne dépassaient pas deux mois, pour des travaux agricoles. Depuis les réglementations restrictives des usages de la forêt, les jeunes s’absentent pratiquement de juillet à février, avec aller-retour mensuel de l’un d’entre eux pour rapporter de l’argent au village.

82 Omby taureau, omby vositra bœuf castré, omby vavy vache, vatotr’ombilahy taurillon, vatotr’ombivavy génisse, zanak’omby veau.

83 Le sexe, la classe d’âge et la robe (volon’omby) sont des signes distinctifs notés dans le bokin’omby. Il y a 22 couleurs de robes possibles.

84 Les vaccins sont obligatoires. La campagne a lieu en juillet, assurée par les agents des services vétérinaires à Iambara. Le coût est de 10 000 FMG/bête adulte et 7 000 FMG pour les autres.

85 L’expression malgache est « Ny omby tsa misaraka amin’olona. Velona amin’omby, maty amin’omby ». Les queues des bêtes sacrifiées lors d’un décès accompagnent le corps du défunt au tombeau, c’est le omby alofo.

86 La douve a une forte prévalence dans le cas où les animaux sont cantonnés sur les pâturages de bas-fonds humides (présence de limnées, hôte intermédiaire du parasite).

87 Les villageois disent n’avoir été informés « qu’une fois la peinture rouge appliquée sur les arbres marquant la limite que c’était la zone du PNR ».

88 L’instituteur du village possède un seul zébu, mais n’a pas de parc. Dans son cas, l’arrangement est le suivant : en contrepartie du gardiennage, l’instituteur cède la moitié du fumier produit par son animal.

89 Volambita chez les Tanàla ne désigne pas une saison mais un mois lunaire qui, pour cette raison, ne correspond pas toujours au même mois grégorien. Lorsqu’il correspond au mois d’octobre, c’est la période des rituels. Il en est de même sur toute la côte est et sud-est. En revanche, dans une autre aire régionale betsileo, bara, tandroy, volambita désigne le « mois » d’août. On voit bien ici que les Betsileo d’Amindrabe (comme ceux d’Ambendrana) appartiennent à une autre « aire culturelle » que les Tanàla voisins (communication personnelle de Philippe Beaujard).

90 Le tsingala est un coléoptère aquatique qui vit dans les eaux dormantes. Avalé accidentellement par les bovins lors de l’abreuvement, il cause des dégâts terribles par morsure au niveau du tractus digestif.

91 L’âge de la première mise bas est de 30 mois. Pour la femelle zébu, on escompte habituellement deux veaux tous les trois ans. Mais la reproduction est seulement effective quand les autres besoins sont satisfaits et l’animal en bonne santé. Nous remercions Daniel Rajaona (vétérinaire et actuellement gestionnaire de la réserve forestière privée de Ialatsara) pour les compléments qu’il a apportés à notre étude sur l’élevage.

92 On retrouve ce que Philippe Beaujard a noté dans la décennie 1970 : « Les bœufs ne représentent pas une richesse immobilisée, mais un outil de travail ».

93 En 2006, cet animal s’achète entre 950 000 et 1 250 000 FMG, soit entre 190 000 et 250 000 ariary.

94 Pour Ambalavero, ces zones se trouvent à une demi-heure du village, avec des noms évocateurs : Maro ala (beaucoup-de-forêt), Anjaha (où-il-y-a-des-zaha, phyllartron sp., une espèce forestière). Un bouvier reçoit un salaire annuel de 500 000 FMG en plus de sa nourriture prise en charge par le propriétaire ; il peut vaquer à ses propres occupations avant la sortie du parc des bovidés.

95 Les convoyeurs de bêtes vers le sud-est (Vangaindrano) suivent aussi la RN 25. Leurs troupeaux plus importants viennent de plus loin, de Fotadrevo en pays mahafaly. Ils connaissent aussi un fonctionnement plus formalisé, avec utilisation de téléphone portable, organisation des mobilités journalières…

96 On ne peut pas changer l’emplacement du vala, décidé après instruction d’un devin, sauf si le parc s’avère « stérile », soit que la vache qu’il accueille reste sans descendance, soit qu’elle n’arrive pas à y mener à terme une gestation. Le parc à bœufs traduit ainsi dès sa conception le souci de reproduction des bêtes.

97 C’était le cas lors de nos premières observations de terrain, en 2003 ; en 2008, la situation avait changé : les zonages de la NAP suscitaient la hantise d’un déguerpissement des ménages paysans pris dans les nouvelles limites.

Abbildungsverzeichnis

Titel Tableau 5. L’appropriation du bas-fond de Lohavatana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9109/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Titel Tableau 7. Comparatif de prix entre un manche d’angady et un kapoaka de riz
Bildunterschrift * Relevé des prix au marché d’Alakamisy Ambohimaha. En 2005, 12 500 FMG = 1 euro.** Kapoaka = boîte vide de lait concentré ; unité de mesure volumique correspondant à 287 g de riz blanc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9109/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 79k
Bildunterschrift Figure 11. Vue en plan et en coupe d’un parc à bœufs (Ambendrana)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9109/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 287k
Titel Tableau 8. Affouragement au parc pendant l’année à Ambendrana
Bildunterschrift Source : observations sur le terrain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9109/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 153k
Titel Tableau 9. Répartition des zébus dans le fokontany d’Amindrabe par village et hameau
Bildunterschrift Source : bokin’omby, 2004.* En gras = nombre total de zébus par village.** Les habitants sont spécialisés dans la pêche aux écrevisses
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9109/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 148k
Titel Tableau 11. Évolution du prix d’un sac d’engrais NPK
Bildunterschrift *Mise en place d’un crédit
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9109/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 41k
Bildunterschrift Figure 12. Les circuits de constitution de cheptel bovin en Ambodihàrana.Source : BLANC-PAMARD et al., 2006
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9109/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 278k

© IRD Éditions, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search