Version classiqueVersion mobile

Biodiversités en partage

 | 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa
, 
Chantal Blanc-Pamard

Partie 2. Territoires de conservation, territoires de vie

Chapitre 4. Des politiques publiques et leur mise en œuvre

Texte intégral

1L’étude du corridor forestier betsileo-tanàla met en lumière l’interférence des différentes échelles de décisions concernées par les politiques environnementales. L’État fait de ces dernières un programme d’action gouvernemental (Mény et Thoenig, 1989) auquel il donne sens par un ensemble de prescriptions découlant de son référentiel (Muller, 2003). Il décide de ces politiques en fonction du contexte et des financements internationaux, mais aussi suivant les besoins et priorités nationales et régionales. Tout autant l’évolution importante des initiatives conduites dans le corridor que la complexité de leur mise en œuvre rendent compte d’actions sur lesquelles l’échelle globale et l’échelle locale ont du mal à s’accorder.

2À cela s’ajoute l’intérêt d’un élargissement historique aux politiques coloniales de la nature malgache : dans un monde environnementalisé, Madagascar est une scène particulièrement intéressante de par sa longue histoire avec la protection d’un bien naturel comme les forêts.

Une déclinaison en trois temps

3Trois étapes marquent l’évolution des politiques publiques en matière d’environnement auxquelles sont associés des types différents de dispositifs.

Protection de la nature

  • 56 Coulaud (1973), en pays zafimaniry, fait l’analyse d’une longue lutte peu efficace contre le tavy, (...)

4Dans un premier temps, il n’était alors pas encore question d’environnement à proprement parler, mais d’atteintes à la forêt. Le tavy, système de culture pluviale (riz ou manioc) sur défriche-brûlis de forêt est accusé d’être la cause de la déforestation. Depuis plus de deux siècles, le feu et la déforestation sont sources de propos alarmistes, de réflexions scientifiques et de discours politiques. Que les paysans malgaches contrôlent les forêts par le feu est une question récurrente qui les oppose à la monarchie merina, aux administrations coloniales et aux politiques actuelles (Kull, 2004). Le tavy reste le mode d’appropriation foncière préféré des paysans (Coulaud, 197356 ; Covu, 1978 ; Aubertet al., 2003 ; Pfund, 2000 ; Ratovoson, 1979).

5Dans un contexte colonial, de 1920 à 1960, des dispositifs essentiellement réglementaires visaient à limiter les nuisances et à mettre en réserve des espaces protégés (Louvel, 1927). Avec le reboisement, l’objectif était de pallier la dénudation avancée du relief, un facteur d’érosion. Les plans de reboisement furent établis dès 1901 et les travaux de plantation en station commencèrent en 1907. Le premier département technique créé par Gallieni est le Service forestier (Fremigacci, 1998). La politique forestière malgache s’inscrivait dans l’opposition entre espace cultivé et espace forestier sur le modèle de la France et des pays occidentaux. La gestion des forêts fut déléguée à un organisme particulier et encadrée par des lois spécifiques.

La création de réserves

6En ce qui concerne les aires protégées, Madagascar menait une politique pionnière en complément du reboisement et de la lutte contre les feux. Les dix premières aires protégées (réserve naturelle), réparties dans les différentes formations végétales de l’île, furent mises en place par un décret du 31 décembre 1927. Ce sont des espaces où toute pénétration humaine est interdite, une telle mesure étant considérée comme le moyen par excellence de protéger la nature, car tout doit s’y passer comme si l’homme n’existait pas. Cette initiative fit de Madagascar l’un des premiers pays en Afrique à établir un système de réserves naturelles à l’échelle nationale. La répression s’organisa. Un décret forestier de novembre 1930 interdisait les défrichements de forêts. Il revenait au service des Eaux et Forêts de délimiter pour chaque village un périmètre de culture, alors nommé « réserve indigène ». Une décennie plus tard, dans les années 1940, l’affirmation du paysan prédateur est clairement affichée dans la proposition du botaniste Humbert (1927) face à la dégradation des sols. « Des regroupements de population s’imposent inévitablement... en raison de la multiplication des tavys. Il faudra évidemment rechercher sans délai les emplacements appropriés de nouveaux villages, assez loin des lisières intactes pour que la tentation de les attaquer ne soit pas trop forte, et sur des points où une surveillance efficace puisse être exercée... Il s’agit d’une tâche ardue, mais l’ampleur du mal exige des remèdes énergiques et puissants ».

Les reboisements

7L’administration coloniale a entrepris à l’échelle des hautes terres une politique de reboisement en eucalyptus et en mimosas. Elle visait à protéger les paysages dénudés de l’érosion, mais aussi à fournir en bois les locomotives à vapeur qui ont fonctionné jusque dans les années 1950, époque de passage du charbon au moteur à diesel. Sous la Première République (1960-1972), la politique forestière rendait propriétaire d’un terrain celui qui y plantait des arbres et qui l’occupait de manière « paisible » pendant une période minimale de 10 ans. Ici, les politiques de reboisement se lisent dans le paysage à travers une mosaïque de plantations entre l’est du massif de l’Igodona et la forêt ala gasy. Les forêts artificielles, principalement situées à l’ouest, sont de trois types : reboisement d’eucalyptus (Eucalyptus robusta), de mimosas (Acacia dealbata) et de pins (Pinus patula).

Les plantations d’eucalyptus

  • 57 Dans la revue Bois et Forêts des Tropiques est paru en 1953 un article d’Aubréville sous le titre (...)

8Les paysans ont très vite maîtrisé les plantations d’eucalyptus, imposées par l’administration coloniale57. Eucalyptus robusta répondait à une double préoccupation, reboiser les espaces dénudés et procurer une matière première. L’adoption de l’arbre et sa gestion par les paysans correspondent à une logique de marquage foncier en sécurisant l’appropriation des terres. Les plantations sont toutes appropriées soit individuellement, soit collectivement (reboisement du fokonolona). Les eucalyptus apportent du bois de construction et des ressources monétaires. De plus, la fabrication de charbon de bois est source de revenus.

Les plantations de mimosas

9Ce sont essentiellement des taillis qui résultent de l’exploitation de Acacia sp., plantés par la Société des tannins malagasy pendant la période coloniale. Le mimosa n’est pas utilisé à Ambendrana pour le charbon de bois.

Les plantations de pins

10Elles marquent le plus le paysage : longs fûts rectilignes élancés vers le ciel, portions de forêts calcinées et arbres étêtés ou tombés à terre. Les pins sont très sensibles aux vents violents des cyclones qui ont fait de nombreux dégâts, notamment en 1994 et 2000, et par conséquent, ce sont les plantations les plus dégradées. Les pins fournissent du bois de chauffe et de construction aux villageois.

11Sur la carte topographique au 1/50 000 (Alakamisy Ambohimaha 053 Nord) qui date de 1973, la « pinière domaniale de Vatovaky » est mentionnée : elle s’étend sur une bande de 9 km de long du nord au sud à l’est de la lisière de la forêt et borde, au nord du fokontany d’Iambara qui abrite les villages d’Ambendrana et d’Amindrabe, la forêt ala gasy. En revanche, sur la carte forestière de Madagascar (053 Alakamisy), plus ancienne (1963), les reboisements (en pins) ne sont localisés que de part et d’autre du chemin de fer.

12Ce reboisement a fait l’objet d’une immatriculation foncière. Ces plantations sont exploitées par des opérateurs privés pour le « bûcheronnage ». Ils font appel à des paysans qu’ils salarient pour cette activité. Actuellement, le fokonolona de chaque village commence à revendiquer le droit d’usage des surfaces anciennement reboisées par l’État, ce qui est source de tensions avec les exploitants forestiers.

Les périmètres de culture

13Les périmètres de culture sont des dispositifs environnementaux à l’échelle locale qui prennent en charge la déforestation d’une manière sectorielle et compartimentée en limitant le tavy. Ils complètent la conservation de la nature à une échelle nationale en limitant l’exploitation des forêts sur les terroirs et sont encadrés par le service des Eaux et Forêts. Dans les années 1970, l’augmentation démographique cantonne les villageois aux terroirs situés à la lisière de la forêt et limités dans leur extension. Le tavy et le feu dans la forêt domaniale étant interdits par le service des Eaux et Forêts, les paysans recherchent de nouvelles terres à cultiver. Ils déposent auprès de ce même service une demande de périmètre de culture, vakiala (litt. « casser-forêt »), qui s’accompagne de l’autorisation de pratiquer le tavy. Les paysans recherchent surtout à augmenter leur production en haricot et en maïs, car la production de riz est déjà insuffisante et la soudure difficile. L’attribution d’un lot est assortie d’une clause : « Les propriétaires de rizières cultivables ne peuvent bénéficier de la présente autorisation s’ils n’ont pas mis toutes les rizières en valeur ». Par ailleurs, l’autorisation « de défrichement et de mise à feu pour les cultures vivrières » engage le bénéficiaire à planter 200 pieds d’eucalyptus au minimum par an, reboisements destinés au fokonolona, ainsi qu’à ne pas cultiver le tiers du versant supérieur. Les périmètres de culture se lisent dans le paysage : marqueterie de champs sur les versants, forêt sur les crêtes.

14Sur le territoire d’Ambendrana, trois périmètres de culture sont attribués en 1974 de 80 ha, en 1991 de 35 ha et en 1993 de 61 ha (fig. 10). La mise en valeur de ces périmètres s’inscrit dans une dynamique orientée vers la mise en rizières de bas-fonds forestiers, c’est-à-dire un traitement de la forêt dans une complémentarité bas-fond rizicole en construction/versant avec cultures pluviales. Cette exploitation caractérise les bas-fonds amont adjacents des premiers bas-fonds rizicultivés.

Figure 10. Les périmètres de culture à Ambendrana.
Source : BLANC-PAMARD et al., 2006

15La donation domaniale en périmètres de culture concerne également le terroir d’Amindrabe où la superficie attribuée en 1974 est de 132 ha incluant bas-fonds et versants. Les limites du périmètre cultivable sont matérialisées par une trouée signalée par des marques effectuées au marteau sur les grands arbres (tavy làlana, litt. « défrichement chemin »).

16Cette politique forestière contribue à la maîtrise foncière en fixant les exploitants dans et autour du bas-fond sans pour autant suspendre l’exploitation de la forêt.

17Ainsi, des enjeux essentiellement spatiaux marquent ce premier temps. Il s’agit du repérage et de l’évaluation des espaces disponibles aux villageois par rapport aux espaces à autres finalités, des marquages fonciers de ces espaces, mais aussi de l’importance des limites et délimitations. Réserves naturelles, reboisements et périmètres de cultures traduisent ces enjeux.

Conservation de la biodiversité

18À la fin des années 1980 commence un deuxième temps où les enjeux se déplacent de la nature à la biodiversité, des espèces et espaces menacés à la conservation de la biodiversité, mot-clef des dispositifs d’écologisation. La biodiversité, l’une des thématiques environnementales la plus importante et la plus ancienne car mise à l’Agenda dès la conférence de Rio en 1992, devient une norme d’action et accompagne par exemple le renouvellement de la législation minière.

Pour une gestion durable des forêts

19La décennie 1990 marque une évolution des politiques de gestion des ressources naturelles par des actions qui associent information et formation avec un objectif de gestion durable des forêts. En 1990, Madagascar est le premier pays du continent africain à avoir adopté une charte sur l’environnement. La même année, le pays s’accorde avec les grands bailleurs de fonds pour se doter d’un plan d’action environnemental (PAE) sur 15 ans, décomposé en trois phases. Par ailleurs, la décentralisation, relancée, intervient par un transfert des responsabilités de gestion des ressources naturelles aux communautés locales.

  • 58 Deux études présentent un bilan des transferts de gestion, dix ans après leur mise en place : l’un (...)

20Le PAE qui a démarré en 1990 a dû évoluer après un bilan de la première phase, le premier Programme environnemental (PE1). Avec la deuxième phase (PE2), Madagascar met en place une décentralisation avec un cadre juridique afférent (Aubert, 2002). La loi dite Gelose (gestion locale sécurisée) de 1996 entre dans ce processus, de même que la gestion contractualisée des forêts (GCF) en 2001 (cf. chapitre 3). Il y a une intégration localisée des modes de gouvernance de l’accès aux ressources (Maldidier, 2001 ; Aubert, 2002 ; Ramamonjisoa, 2004)58. La troisième étape (PE3), achevée en 2009, a été consacrée à la promotion d’un écotourisme de qualité afin de couvrir une partie des frais de fonctionnement du réseau national des aires protégées.

21Les politiques malgaches de conservation de la biodiversité se sont ainsi renouvelées depuis les années 1990. Elles traduisent deux types d’injonctions. La première, une injonction à délimiter, installe une politique territoriale avec des réglementations portant à la fois sur des espaces physiques, mais aussi sur les droits d’usage, d’accès, de commercialisation. Les enjeux et conflits qui en résultent se situent dans un mouvement global d’enclosure de la biodiversité qui provoque un changement d’un accès dit libre des ressources communes par les acteurs locaux à une confiscation ou à une gestion contractualisée locale. L’exemple de la province de Fianarantsoa montre à quel point la réalité biologique du corridor forestier génère une multitude de formes de gestion de la ressource forestière.

22La seconde injonction porte sur la participation (Blanc-Pamard et Fauroux, 2004). Sollicitée depuis les années 1980, puis imposée depuis, la participation est surtout celle des acteurs locaux. Elle doit se faire « au bénéfice » des acteurs regroupés dans une communauté locale de base. Depuis que Madagascar s’est engagé en 2005 à réduire la pauvreté dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement, on note un changement de priorité. Alors que la politique environnementale a été mise en place avec pour objectif la conservation de la biodiversité et donc une gestion durable des forêts, de plus en plus la question de l’environnement est mise au service de la lutte contre la pauvreté dans une orientation économique accentuée. La gestion durable, qui était un objectif, est devenue un moyen pour relever le défi de la pauvreté.

Les réaffectations territoriales

23Les dispositifs de réaffectation territoriale matérialisent cette évolution et entraînent une nouvelle perception, un nouveau classement des usages passés. Ils sont à l’origine d’un réagencement des groupes qui les développent et des relations sociales qui les encadrent. La définition des normes d’écologisation modifie les règles et les droits, et entraîne une désappropriation ou une appropriation territoriale, que ce soit à l’échelle locale ou nationale.

24Les territoires de conservation mis en GCF illustrent les changements survenus à l’échelle locale. Leur exploitation doit s’effectuer conformément à un plan d’aménagement qui fixe le volume annuel de prélèvement et le zonage des unités (zone de conservation, zone de droits d’usage et zone d’exploitation où l’exploitation à but commercial est autorisée selon certaines prescriptions convenues et inscrites dans le cahier des charges). Notre étude des 4 sites informe cette grille de lecture des reconfigurations socio-spatiales.

25À l’échelle nationale, les aires protégées se multiplient depuis leur création en 1927. En juin 2003, Madagascar comptait : 8 parcs nationaux, 5 réserves naturelles intégrales et 23 réserves spéciales (données Angap, 2003). L’ensemble totalisait une superficie protégée de 3 % du territoire, un taux faible si l’on se réfère à celui de 10 % que l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) considère comme raisonnable pour chaque pays du monde. La volonté politique exprimée à travers l’engagement de Durban est d’étendre ce réseau à 60 000 km², soit 10 % du territoire.

Tableau 3. Objectifs et statuts de l’aire protégée (AP) à statut de parc national

Tableau 3. Objectifs et statuts de l’aire protégée (AP) à statut de parc national

Source : ANGAP, WWF, 2002

26Dans le corridor betsileo-tanàla, l’Angap gère le parc de Ranomafana dans le cadre de sa mission qui consiste essentiellement à « établir, conserver et gérer de manière durable un réseau national de parcs et réserves, représentatif de la diversité biologique ou du patrimoine naturel propres à Madagascar. Ces aires protégées, sources de fierté nationale pour les générations présentes et futures, doivent être des lieux de préservation, d’éducation, de récréation et contribuer au développement des communautés riveraines et à l’économie régionale et nationale » (rapport Angap, avril 2002).

  • 59 Le financement des aires protégées est, lui-même, également un problème (Carret et Loyer, 2003). U (...)

27Les restrictions d’accès aux aires protégées génèrent pour les habitants des villages situés dans la zone périphérique du parc des indemnisations calculées sur la base d’un partage des droits d’entrée59. L’Angap appuie ainsi des micro-projets d’associations paysannes des fokontany de cette zone. Dès lors, l’aire protégée entend constituer « en matière de développement économique et social durable une zone et un facteur significatif de développement socio-économique au niveau local, régional et même provincial » (Angap/WWF, avril 2002).

  • 60 Axée sur cette question, la loi 028/2008 du 29 octobre 2008 portant refonte du Code de gestion des (...)
  • 61 Hapalemur aureus ou Hapalémur doré est un lémurien de bambou découvert en 1986. Il représente l’une (...)

28Avec les nouvelles aires protégées60, la perspective est aussi de viser à compléter la représentativité et assurer la durabilité de la biodiversité malgache. Le dispositif du corridor forestier Ambositra Vondrozo fut accepté par le gouvernement en 2006 avec un statut temporaire de « réserve de ressource naturelle » dérivant de la catégorie VI de l’UICN : une aire protégée administrée principalement à des fins d’utilisation durable des ressources naturelles. La réserve « fait partie des aires protégées les plus riches en espèces et en habitats de Madagascar » (ministère de l’Environnement et des Forêts, 2008). Ses altitudes varient de 200 à 1 900 m, incluant des forêts de basse, moyenne et haute altitude. Le corridor abrite 100 % de la population mondiale de Hapalemur aureus61, 50 % de la population mondiale d’Eulemur cinereiceps et Prolemur simus. Objectifs de protection et d’amélioration des conditions de vie des populations locales riveraines ou vivant dans cette réserve vont de pair. Sa mise en place repose sur un processus de consultation locale qui doit aboutir pour chaque commune à la signature d’un procès-verbal qui précise la délimitation de la nouvelle aire protégée. Ceci s’accompagne d’une évaluation des « pertes liées à la restriction d’accès aux forêts » et du nombre de foyers touchés, par exemple restriction dans le prélèvement de bois de construction ou d’artisanat, dans la collecte de produits de chasse et pêche. Les différents zonages, avec une estimation des superficies de chaque zone et l’établissement d’une « carte (en couleurs) de délimitation de la nouvelle aire protégée » par commune, sont précisés. L’élaboration du plan d’aménagement et de gestion de cette réserve de ressources naturelles est une étape importante pour assurer le succès de sa gestion. Ce plan implique non seulement les autorités politico-administratives, les départements techniques et tous les partenaires de développement, « mais surtout la population environnante dont les intérêts légitimes sont pris en considération » (ministère de l’Environnement et des Forêts, op. cit.).

Évolution de la législation minière

29Comment s’inscrit, dans ce temps d’une politique publique où la conservation de la biodiversité prime, l’évolution de la législation minière ? L’enjeu des relations entre forêts et mines est crucial, car il concerne deux domaines attirant les investissements directs étrangers. Il explique les dispositions prises à l’échelle nationale.

  • 62 La dénomination de ce ministère a plusieurs fois changé depuis les années 1980. Création en 1980 d (...)
  • 63 Des analyses mettent en avant les difficultés de fonctionnement du système (Sarrasin, 2009 ; CMP, (...)

30En 1999, Madagascar a adopté un code minier (loi n° 99-022) exprimant l’adoption de stratégies libérales visant à faire des mines, un levier de développement (World Bank, 1992). Dans le même temps, la prégnance des préoccupations environnementales établit une priorité de la conservation de la nature sur l’exploitation minière lorsque celle-ci concerne des espaces écologiques ou géographiques sensibles. Financé par la Banque mondiale, un programme sur le thème « gouvernance des ressources minières » a ainsi abouti à la création du département Environnement au sein du ministère des Mines en 2007 et à la mise en place, au niveau des directions régionales, de cellules environnementales : celles-ci s’occupent de la cartographie des secteurs à titres miniers et assurent la fonction d’interface entre le cadastre minier et les organismes environnementaux. Du côté du ministère responsable de la forêt62, deux points importent. D’une part, la définition et la délimitation des zones forestières sensibles, c’est-à-dire « dont l’équilibre écologique est facilement ou déjà perturbé » : ce sont les espaces à protéger en priorité. D’autre part, l’application du décret de la mise en compatibilité des investissements avec l’environnement dont la dernière version de 2004 pose des conditions sine qua non dans ses articles 3 à 5 : l’obligation d’une étude de l’impact environnemental de tout projet d’investissement public et privé, pour obtenir un permis environnemental assorti soit d’un plan de gestion environnementale du projet qui fait office de cahier des charges, soit d’un programme d’engagement environnemental approuvé par les autorités compétentes. Ce cadre réglementaire renouvelé de l’activité minière instaure un système qui privilégie la protection des forêts63.

31La mine n’est plus, certes, une activité significative dans le secteur étudié, bien que l’extraction de produits du sous-sol ait été pratiquée dans la lisière forestière orientale du Lalangina (Randriamarolaza, 1982). Rappelons les toponymes d’Ankerivy « où-il-y-a beaucoup-de-fer », ou d’Antamby « là-où-il-y-a-du-fer », sur le terroir d’Ambendrana (cf. chapitre 1) : ils révèlent le rôle ancien de la production de minerai de fer. Par ailleurs, ce même secteur se trouve éloigné de la zone où les carrés miniers empiètent sur la forêt, dans la partie sud du corridor, créant de « gros trous » liés aux gisements de corindon, or et sable blanc (CMP, 2008 ; Haonasoa, 2008 ; Mohamed, 2008). Un changement cependant semble en cours. Au cours de nos observations et enquêtes sur le terrain en 2008, aucun ménage des terroirs étudiés ne faisait de l’activité minière sur place ou dans les déplacements lointains, une source de revenus. Par ailleurs, au niveau régional, il n’y avait pas d’évocation de problèmes d’exploitants miniers illicites opérant dans le parc national de Ranomafana ou sa périphérie, ce qui était significatif. En effet, si le problème avait existé, il aurait été fortement médiatisé, en particulier par les ONG de l’environnement pour interpeller les acteurs de la politique environnementale. Les responsables institutionnels ne peuvent taire de tels problèmes.

32Lors de notre dernier passage sur le terrain en octobre 2011, des ménages s’adonnaient à un orpaillage artisanal, le long des cours d’eau en zone forestière. Des acheteurs urbains viennent à moto au village d’Ambendrana et rémunèrent directement les orpailleurs. Tous locaux, les orpailleurs sont principalement des femmes et des enfants (photo 5). La recherche locale et artisanale de l’or traduit-elle les difficultés matérielles depuis la crise politique de 2009, poussant les ménages à multiplier les sources de revenus possibles ? Ou bien est-ce le début d’une activité jusque-là marginale ? Toujours est-il que la réalité de ce type d’extraction s’impose peu à peu dans le paysage. Elle pose à sa manière, autrement que par les dispositions légales en la matière, le problème de l’accès des populations locales aux ressources situées en forêt.

Les paiements pour services environnementaux (PSE)

33Les PSE constituent une nouvelle génération de dispositifs qui s’appuie sur les travaux du Millennium Ecosystem Assessment (MEA, 2005).

34À partir de l’évaluation monétaire globale des services que rend la nature, il s’agit d’un système où la gestion de l’environnement devient une affaire de gestion des services écosystémiques (Wunder, 2005). Il consiste en un transfert de ressources financières entre bénéficiaires et fournisseurs de ces services.

  • 64 http://www.guyane.cnrs.fr/art-Redd.html
  • 65 4e rapport du Giec (Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat), 2007.
  • 66 Le protocole de Kyoto mobilisait déjà le marché international du carbone à travers la mise en œuvr (...)

35Landell-Mills et Porras (2002) recensent quatre types de paiements pour services environnementaux : pour la biodiversité, pour la beauté scénique, pour les services hydrologiques et pour les services liés au carbone. Pour ces derniers, la forêt agissant comme un « puits » séquestre une quantité traduite en flux de carbone qui correspond à autant de déforestation évitée. Cette quantité « devient éligible à un financement sous forme de crédits carbone échangeables sur un marché » (Aubertin, 2009)64. Dans ce système, la protection de la forêt devient un élément de la lutte contre le changement climatique et permet l’intégration des pays du Sud qui concentrent les forêts tropicales aux discussions sur les accords post-Kyoto. Il s’avère en effet que sans une participation de ces pays, l’objectif de limiter le réchauffement à moins de 2 °C à l’horizon 205065 ne peut pas être atteint. Le plan d’action de Bali (2007) intègre la notion de « déforestation évitée » et formalise le Redd, Réduction des émissions dues au déboisement et à la dégradation des forêts. C’est un mécanisme incitatif pour récompenser la réduction des GES par émissions évitées. Le principe est de mettre en place un dispositif organisé autour du marché international du carbone66 pour accorder aux pays du Sud les moyens financiers de la conservation de leurs forêts (Méral, 2012).

  • 67 Readiness Preparation Proposal : le document est une feuille de route de la préparation du pays au (...)

36Tel est le cadre international de la régulation du Redd envisagé. Il n’est pas encore définitivement fixé et les discussions sur la question sont, depuis Bali, régulièrement à l’ordre du jour des conférences des parties de la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique, celle de Doha étant la dernière en date (COP 19, décembre 2012). Or, Madagascar a depuis longtemps manifesté son intention de s’inscrire dans ce système. Johnset al. (2009) notent que depuis 2001, le pays a engagé des discussions pour mettre le mécanisme en œuvre à travers de nombreux projets. L’installation du système des aires protégées en 2005 comptait parmi ses objectifs la « mise en place de projets de vente de crédit carbone » (commission SAPM, 2009). Le nouveau code des aires protégées adopté en 2008 va dans le même sens. Il intègre, par transfert de gestion des ressources naturelles, les communautés locales dans le partage des responsabilités et bénéfices liés à ce mécanisme. En 2008, année de mise en place du comité technique national pour le Redd, Madagascar a fait partie du premier groupe de nations appuyées par la Banque mondiale qui anticipait la mise en place du mécanisme, à travers le programme Forest Carbon Partnership Facility (Aquino, 2008) : le pays a défini sa démarche dans les perspectives de lutte contre le changement climatique et produit le document Readiness Project Identification Note, accepté par la Banque. Madagascar s’est par la suite attelé à la production du Readiness Preparation Proposal67, document dont l’approbation doit assurer un financement conséquent pour une insertion dans le mécanisme Reed (Rakotoarijaona, 2012).

37Le processus n’a pas encore abouti à cause de la situation politique à Madagascar, le pouvoir étant jugé illégal par la Banque mondiale depuis la crise en 2009. Et pourtant, l’inscription spatiale de dispositifs du mécanisme Reed ad hoc est déjà une réalité. Le pays accueille deux types de projets (carte 16, cahier couleurs). Le premier produit connaissance et compétences à travers un programme de recherche fondamentale (projet Redd-Foreca appuyé par la GTZ allemande et l’Intercoopération suisse) et méthodologique (projet Redd PHCF soutenu par WWF/ Good Planet). Le second type de projet conduit des actions dans le but de vendre des crédits carbone à partir de réductions d’émissions de gaz à effet de serre localisées. Les trois plus grandes nouvelles aires protégées du système mis en place en 2005 portent cette perspective de paiement pour services environnementaux : le massif forestier du Makira, le corridor Ankeniheny-Zahamena (CAZ), le corridor Ambositra-Vondrozo (Cofav).

  • 68 www.essa-forets.org/gouvernance_ap/?download=06%20-%20Coffav.pdf.

38Moïse Tsayem (2011) met en lumière ce décalage entre un mécanisme encore en discussion et des initiatives pour le concrétiser en soulignant que des questions restent en débat alors que les projets progressent sur le terrain. Rakotoarijaona (2012) relève pour sa part plusieurs points techniques qui restent en suspens : quel niveau de référence choisir, pour mesurer la déforestation évitée ? Comment apprécier l’additionnalité des résultats ? Faut-il un fonctionnement national ou au niveau de projets ? Comment répartir les revenus issus de la déforestation évitée ? Concernant le scénario de cogestion retenu comme mode de gouvernance du corridor, Ferguson (2009) pointe la fragilité des communautés de base, pourtant « unités de gestion de base pour la plupart des aires au sein desquelles les réductions de la déforestation doivent avoir lieu ». Dans le scénario, ces dernières figurent, selon une étude conduite par le département Forêts de l’école d’agronomie (université d’Antananarivo)68, « rarement dans les organes de décision et d’orientation ». Il faut enfin noter que la surface du corridor, couvrant actuellement plus de 300 000 ha, est à la mesure des gains recherchés par la déforestation évitée. L’extension de cette grande infrastructure écologique en fait cependant une entité qui, par ses règles de contrôle des terres, dépossède les populations forestières de leur emprise sur les lieux.

  • 69 « Les parties prenantes de la gestion communautaire des ressources naturelles : coopération, contra (...)

39« Vendre du vent » est la traduction littérale de l’expression mivaro-drivotra utilisée pour parler de paiement pour services environnementaux. Un délégué paysan de Coba s’est exprimé en ces termes lors d’un colloque international tenu69 en 2008 à l’université d’Antananarivo : « les Coba sont capables de protéger leurs forêts pour garder une atmosphère saine de gaz liés à la déforestation, mais pour cette action, les Coba attendent des compensations ». La formule résume de manière éloquente la perception d’un mécanisme dont ces communautés ne voient pas les avantages.

40L’idée de compensation a cependant fait son chemin, portée aussi par le fait que la conservation des ressources naturelles ne motive pas les communautés riveraines quand elle n’apporte pas de bénéfice économique (Rakoto Ramiarantsoa et Samyn, 2004 ; Chaboudet al., 2004 ; Montagneet al., 2007). Se développent des mécanismes locaux de paiement pour services environnementaux qui s’appuient sur des incitations directes à la conservation. Ils mettent en forme des protocoles contractuels, à la fois écologiques et économiques, entre associations paysannes et institutions œuvrant pour la protection de la nature. Mino Randrianarison (2010) parle de « contrats de conservation », d’engagements de « suivi écologique participatif ». Ces contrats sont aussi mis en œuvre dans le corridor.

  • 70 Ce dispositif de PSE a été étudié à Amindrabe en novembre 2011 lors d’une mission de recherche cen (...)

41Dans notre zone d’étude, le Fonds pour l’environnement mondial finance des projets que l’on peut considérer comme paiement pour services environnementaux, dans la mesure où il s’agit d’appuyer financièrement et directement des actions locales (financement sur un volet Small Grant Program) de protection et/ou de gestion durable de ressources naturelles. C’est le cas en 2011 de la Coba Analameva d’Amindrabe : l’association a obtenu un crédit de 14 000 dollars pour des actions de pisciculture et de reboisement engageant l’association à une gestion viable et durable de sa biodiversité70.

42Les communautés paysannes du corridor n’ont cependant pas un accès égal à l’information pour ce genre de financement : la maîtrise de l’écriture, l’appartenance à un grand lignage (Ambendrana), ou encore la localisation géographique (différence entre an-tanàna et an-tsaha à Amindrabe) distinguent les individus et leurs possibilités de tirer parti des actions de la conservation. Ainsi, seuls quelques responsables des Coba de la région étudiée connaissent l’expression « vendre du vent », alors que les forêts dont ils sont gestionnaires sont désormais partie prenante du système de paiement pour déforestation évitée.

43Le mécanisme Redd se met en place à une période où Madagascar, au terme de son plan national d’action environnemental, recherche de nouveaux financements. La rapidité de sa mise en place révèle l’opportunité qu’elle représente pour le pays. Elle ne s’attarde pas sur les critiques émises à l’endroit de ce nouveau système (Hall, 2008), mais elle s’accompagne, au contraire, d’un regard positif porté sur la notion de service écologique, ce qui rejoint une tendance plus générale que les acteurs de la conservation ont des relations entre la nature et le bien-être humain (Andriamahefazafyet al., 2012). Mais l’appropriation paysanne du programme ne se fait pas au même rythme. La traduction sur le terrain de ce nouveau système est vécue de manière brutale par les paysans lorsqu’ils voient l’élargissement du « Vêtement du parc » au cours de l’année 2008. Elle entretient la peur d’être déguerpi, elle prive de ressources et différencie communautés et individus, matériellement démunis pour la grande majorité, dans les possibilités de bénéficier des compensations accordées par la conservation. Et pourtant, tenir compte du contexte de pauvreté est, pour Anjali Nayar (2009), essentiel pour que ce mécanisme se mette en place avec succès. Dans tous les cas, avec le paiement pour services environnementaux, le contrôle des forêts du corridor continue d’échapper aux populations forestières locales.

La nature en mots, la nature en cartes

44Que traduisent les mots et les cartes qui formulent la conception et la mise en œuvre de la politique publique environnementale ? Notre réflexion s’appuie sur une analyse des documents contractuels qui fondent le transfert de gestion opéré au niveau des quatre sites étudiés.

Des mots véhicules

45Le document de gestion contractualisée des forêts (GCF) est rédigé en malgache, langue officielle avec le français et l’anglais, ce dernier ne l’étant plus depuis l’avènement de la Quatrième République. Le français est étranger aux communautés paysannes contractantes, l’anglais encore plus, et cela d’autant plus que les lettrés sont rares. Un travail sur les contrats a été mené afin de repérer les termes du langage environnementaliste. Ils sont de trois types : termes de politique environnementale, termes de participation, termes de réglementation. Le transfert de notions étrangères dans le langage local est net dans la mesure où les termes malgaches retenus sont « convenus » pour être officiellement ceux qui désignent les concepts à formaliser. En fait, ces mots ont une autre signification. Par exemple dans l’expression Ressources naturelles renouvelables (tabl. 4), Ressources est traduit par harena, mot malgache dont le sens premier est richesse. Fikajiana est le terme choisi pour « conservation » ; or, fikajiana signifie « le fait de prendre soin ». Par ailleurs, plusieurs termes « techniques » n’ont pas d’équivalents en malgache. Ainsi, l’idée contenue dans la séquence « plan d’aménagement » ne peut être clairement exprimée avec sa traduction, rafi-panajariana qui signifie « structure pour aménager » et qui renvoie plus au sens d’une organisation permettant d’encadrer et de réaliser un projet d’aménagement. Les exemples suivants montrent nettement des décalages dans la signification de messages ainsi transmis.

Tableau 4. Observations sur la traduction de quelques termes du langage environnementaliste

Mot (ou expression) à traduire

Terme utilisé pour la traduction

Sens du mot (ou expression) margache

Observations

Ressources naturelles renouvelables

Harena voajanahary azo havaozina

Richesses naturelles que l’on peut renouveler

– différence entre richesse et ressource
– ce que l’on peut renouveler n’est pas « naturel » ; la traduction conviendrait à l’exploitation du bois d’eucalyptus, qui rejette de souche (cépée « renouvelable »)

Conservation

fikajiana

Le fait de prendre soin

Prendre soin (acte dynamique) ne signifie pas conserver (état statique)

Terroir villageois

faripironana

L’espace où il est habituel de descendre

Désigne l’espace des champs, en contrebas du lieu d’habitation (ce qui exclut ce dernier)

  • 71 À l’époque coloniale, l’expression « teny baiko », litt. « parole-ordre », désigne la langue franç (...)

46Les écarts de sens se posent surtout pour les termes de politique environnementale. Au-delà de l’intraduisible, de nombreux termes français71 véhiculent une volonté de mise aux normes avec des mots peu usuels, et donc peu compréhensibles dans le sens du parler local. Le problème touche beaucoup moins les expressions en relation avec les thèmes de réglementation et de participation, probablement parce que ces deux derniers domaines participent pleinement, et de longue date, du fonctionnement des sociétés malgaches. Mais sur le plan de la requalification territoriale, une étude sémantique des termes des engagements de GCF, ainsi que les réactions des communautés concernées par ces textes soulignent le risque de faire de la langue nationale, « une langue étrangère à ses propres usagers » pour reprendre l’expression de Irène Rabenoro (2005). En effet, le malgache se trouve alors mobilisé comme outil de transmission d’un système de relation au territoire dont la logique n’est pas endogène. Le malentendu sur la compréhension de l’expression « transfert de gestion » est significatif. La traduction malgache, famindram-pitantana, porte à confusion car les communautés de base l’interprètent comme un renouveau de leurs droits perdus sur les ressources forestières. Le mot pitantana de la seconde partie de cette expression est attribué à quelqu’un qui a les pouvoirs sur quelque chose ou sur des personnes. Or, les communautés paysannes ne recouvrent pas un tel droit, et parlent de « tromperie » au constat des restrictions d’accès à leurs forêts (Blanc-Pamard, 2012 et Rakoto Ramiarantsoa, 2008). Il y a un décalage qui rend la langue malgache, dans ce contexte, inappropriée à la « fonction de véhicule […], de medium » (Rabenoro, 2006) du message à transmettre. On peut se demander si développeurs et populations locales parlent d’une même réalité en évoquant l’alternative de conservation de la biodiversité.

Le « dessous des cartes » : de nouveaux territoires

47La mise en cartes de la politique environnementale correspond à une fabrique politique du territoire. Elle est menée à trois échelles : l’échelle nationale, celle du corridor de Fianarantsoa et celle des transferts de gestion. Quelle que soit l’échelle, une carte apparaît le plus souvent comme une belle composition de couleurs, de traits, de territoires imbriqués existants ou nouveaux. Reconstituons l’itinéraire de fabrication du document.

48La carte du zonage CGF s’appuie sur « l’élaboration du plan d’aménagement simplifié de la (ou des) forêt, objet du transfert » de manière participative, ce qui doit permettre d’élaborer le document final en présence de membres de la Coba. Cependant, en règle générale, le périmètre forestier est délimité avec l’ensemble des membres de la Coba alors que le zonage interne est effectué par des techniciens de la structure d’appui et des agents des Eaux et Forêts. Le document est élaboré à partir de la carte géoréférencée produite par l’Institut géographique et hydrographique national et du relevé des points GPS sur le terrain. Un travail préalable sur les images satellites permet de repérer les zones de déforestation par tavy. Le plan d’aménagement vise à faire concorder ces données, la zone de conservation devant correspondre à la zone la plus menacée.

49La carte pérennise un résultat et se trouve ici mobilisée comme une médiation garante de l’évidence de ce qui y est inscrit, c’est-à-dire de zonages, et comme une traduction de savoirs experts et de savoirs locaux. La délimitation, le zonage, le plan d’aménagement sont des mots-clefs qui se traduisent en hectares et sont reportés sur une carte par des couleurs. Au sol, des marques de peinture rouge sur les arbres indiquent les limites.

50Le document de la GCF Ambendrana est un bon exemple de ce type de document. La carte 15 en montre des éléments avec une délimitation en trois unités qui correspond à un plan d’aménagement :

  • une zone de conservation de 846 ha : c’est la partie en protection maximale. La forêt y est particulièrement mitée. On ne peut pas dire ici que le zonage est lié aux caractéristiques écologiques ;
  • une réserve de droits d’usage de 650 ha au sein de laquelle est définie une zone de droits d’usage de 47 ha, soit 7 % de la réserve, pour une durée de 3 ans (exploitation de bois de construction et de bois d’outils). Au terme de cette période, une autre zone de la réserve de droits d’usage sera autorisée pour le même laps de temps.

Carte 17. Tatamaly : la carte du terroir villageois (GCF).
Source : FTM Direef 3, Projet CAF Dette Nature ; BLANC-PAMARD et al., 2006

51Sur le terrain, des pancartes signalent les limites du périmètre de gestion forestière, elles sont placées sur les sentiers que l’on emprunte à partir des villages pour aller en forêt. La superficie totale de la forêt contractualisée est vaste, 1 496 ha, car les paysans qui ont participé à la délimitation pensaient en être les bénéficiaires, comme ce fut le cas des terres attribuées lors de la mise en place des périmètres de culture ; le même terme, vakiala, littéralement « ouvrir-forêt », désigne périmètre de culture et périmètre forestier.

52Pour l’approche CAF, le dossier cartographique est une pièce importante du dispositif environnemental. Il comporte, outre les documents présentant globalement les treize terroirs villageois dans la commune de Tolongoina, une carte qui note, pour chacun des transferts de gestion et à l’échelle du terroir villageois, le zonage des unités d’aménagement. La carte du terroir villageois de Tatamaly est établie à l’échelle du 1/25 000. Elle présente quatre secteurs (carte 17) dont il faut respecter les attributions 

  • en conservation (185 ha) ;
  • en production (282 ha) : c’est une zone d’exploitation forestière avec plan d’aménagement et dont « l’utilisation doit être contrôlée et responsable ». Les membres de la Coba peuvent dégager collectivement des revenus par la valorisation de la filière bois, uniquement dans cette zone.

53Ces deux premiers secteurs occupent des secteurs escarpés :

  • en cantonnement de droit d’usage (CDU, 31 ha), zones dispersées en îlots forestiers pour l’essentiel au sein du quatrième secteur situé hors forêt ;
  • en réhabilitation et cultures (671 ha) : ce sont des terrains occupés par l’agriculture locale ; certaines parties considérées comme dégradées par l’activité humaine méritent un traitement particulier de réhabilitation.

54À ces quatre secteurs s’ajoutent les zones d’occupation contrôlée qui fixent les populations présentes sur les lieux où elles se trouvent, lors du transfert de gestion.

55La carte exprime ainsi la dimension territoriale de la gestion contractualisée des forêts. Elle enregistre des projets portant sur des zones définies par un usage ou un non-usage. On mesure bien que le zonage est contraignant pour des populations habituées à une grande fluidité de leurs rapports à l’espace et de l’exploitation des ressources. Les unités figurées sur la carte se présentent en blocs dont la hiérarchisation entre secteur de production et secteur de conservation échappe aux populations locales. Il semble que l’éloignement de la forêt depuis le village soit une règle le plus souvent utilisée pour définir la zone de conservation, à l’exemple du périmètre forestier de la Coba d’Ambendrana. Il arrive aussi que le document comporte des erreurs. Ainsi, la carte 17 (terroir villageois de Tatamaly) n’indique pas l’existence d’une zone en CDU attribuée et située en bordure sud du terroir, à l’est du sentier pédestre Ambalavero-Tatamaly. De telles lacunes chargent la carte de dimensions conflictuelles et rendent encore plus difficile la perspective d’en faire un outil de médiation entre les différents acteurs de la biodiversité.

  • 72 Franchise désigne un mode de fonctionnement d’une activité commerciale en réseau qui repose sur un (...)

56Les recompositions s’inscrivent dans une organisation sociale du territoire, ce qui modifie les pratiques paysannes d’usage des lieux. Elles créent un territoire difficilement lisible, voire inintelligible, en quadrillant l’espace de limites par le biais d’une mise en normes techniques spatialisées et de zonages. La combinaison sur un même territoire de ces différentes affectations engendre des effets différents de ceux attendus. En effet, quelle que soit la géographie, on retrouve le même zonage et les mêmes normes qui traduisent une « déterritorialisation ». La mise en cartes des transferts de gestion apporte des dispositifs « franchisés »72 qui déstabilisent les pratiques et usages locaux habituels.

Le « SIG-iste », un élément clé

57La cartographie des espaces de conservation est un travail collectif au sein duquel le SIG-iste, gestionnaire des données spatialisées, tient une place clé. Dédié à la conception et à l’élaboration des outils cartographiques, le SIG-iste est la cheville ouvrière de la construction des dispositifs territorialisés à différentes échelles. Son savoir-faire technique est indispensable car la conservation impose des délimitations précises, clairement géoréférencées. Il assure la mise en place des bases de données et cartes associées. Il est important que les utilisateurs des documents puissent se retrouver dans la délimitation des différentes zones, qu’il s’agisse des documents de transferts locaux de gestion ou de cartes pour les communes riveraines de la nouvelle aire protégée. Aussi est-il recommandé aux Sig-istes d’intégrer les repères couramment utilisés par les communautés locales tels que cours d’eau, sommets, bas-fonds, villages. L’ensemble des cartes en couches est confronté avec la carte topographique du domaine forestier disponible auprès du Cantonnement des Eaux et Forêts. L’opération a pour but de faciliter la lecture des différentes catégories d’acteurs. Le cartographe-sigiste élabore ainsi un dossier qui concrétise la délimitation des espaces forestiers et l’utilisation des différentes zones.

58Les documents produits sont d’autant plus crédibles qu’ils sont l’œuvre d’institutions reconnues. Les cartes du Système des aires protégées de Madagascar sont ainsi estampillées par le ministère de l’Environnement et le Wildlife Conservation Society. À l’échelle des villages et terroirs, les services déconcentrés et les organismes d’appui des transferts apposent leurs logos sur les cartes des zones géoréférencées en GCF. Dans tous les cas, les cartes fournissent un support de communication avec les communes touchées par une restriction de l’accès à leurs ressources, ainsi que par le plan d’aménagement et de gestion les concernant dans le cadre de la mise en place du corridor.

59Il faut cependant être conscient que toute production cartographique est une représentation contrôlée sur le papier, témoignant d’une « manière de concevoir le monde » (Rekacewicz, 2006). Elle pose la question du type de savoirs qui la fonde : savoirs d’experts (écologie), d’administrations publiques, d’élus politiques ? Dans le processus de fabrication de la carte, Amelotet al. (2010) dénoncent particulièrement une hégémonie des SIG. Les auteurs pointent les contraintes de l’outil, liées au recours « à des bases de données pré-existantes pas nécessairement à jour ni adaptées aux besoins (recyclage de l’existant, bases de données mondiales généralistes pour des applications locales) », ce qui « disqualifie les processus de participation et de concertation ». Par ailleurs, l’approche se décentre des espaces de petite dimension, pourtant d’un « grand intérêt écologique en termes de diversité et de fonctionnalité ». De la sorte, la légitimité qu’accorde « la maîtrise des bases de données et des cartes » (Meuret et Micoud, 2006) peut servir seulement les priorités de ceux qui conduisent les projets environnementaux.

60En mettant en forme les documents cartographiques, le SIG-iste participe à un projet d’utilisation de la nature. Toute la question est de savoir dans quelle mesure ce projet découle de concertations avec les parties prenantes de la biodiversité à protéger, en particulier avec les populations locales qui, elles aussi, ont de la nature une utilisation familière. Car, comme le notent Vimal et Mathevet (2011), « la carte trouve son sens, sa robustesse et sa légitimité au travers du processus social qui aboutit à son élaboration ».

Conclusion : des cadrages environnementaux en renouvellement

61Dans la trajectoire des politiques environnementales malgaches, le glissement est remarquable : on passe de la nature à protéger, à la gestion de la biodiversité et aujourd’hui, au service écosystémique. L’évolution situe clairement les initiatives nationales dans le « trend » des grands paradigmes de la conservation : autour de la biodiversité, devenue objet politique à la conférence de la Terre à Rio (Raffin, 2005) et, progressivement depuis la fin des années 1990, autour de l’utilisation du concept de service écosystémique qui accorde une valeur monétaire à la biodiversité. L’ouverture de nouvelles pistes pour protéger les forêts malgaches est constante, conditionnée par ces changements des modes internationaux (Corson, 2010) tout autant que par le souci d’assurer une pérennisation financière de l’action. C’est en tout cas le fruit de décisions qui se prennent très largement en dehors des communautés locales. Ces décisions se traduisent par la production de cartes qui requalifient les lieux avec des zonages fonctionnels. À cette œuvre participent, en principe, les communautés locales qui peuvent ainsi faire valoir leurs connaissances et perspectives territoriales. Elles sont aussi, par ce biais, appelées à exercer leurs responsabilités dans la gestion de l’environnement. Dans les faits, la fabrique des cartes révèle surtout une collaboration entre organismes d’appui à la conservation et services techniques décentralisés, même si le discours, repris à tous les niveaux, souligne qu’aucune protection de la forêt ne saurait être efficace sans le concours des communautés rurales. Il importe alors d’analyser ce qui va évoluer en fonction de ces cadrages environnementaux renouvelés, mais aussi de prêter attention à ce qui ne sera plus possible. Que ce soient des territoires, des activités ou des pratiques.

Notes

56 Coulaud (1973), en pays zafimaniry, fait l’analyse d’une longue lutte peu efficace contre le tavy, entreprise sous la monarchie merina.

57 Dans la revue Bois et Forêts des Tropiques est paru en 1953 un article d’Aubréville sous le titre « Il n’y aura pas de guerre de l’eucalyptus à Madagascar ». C’est un plaidoyer pour l’eucalyptus et le Service forestier « formé à l’idée de défendre le patrimoine des générations futures » par des plantations artificielles.

58 Deux études présentent un bilan des transferts de gestion, dix ans après leur mise en place : l’une à l’échelle nationale (Montagneet al., 2007), basée sur un rapport de 2005 ; l’autre s’appuyant sur les corridors forestiers de Fandriana-Vondrozo et d’Ankeniheny-Zahamena à l’interface des hautes terres centrales et du versant oriental de l’île, (Hockley et Andriamarovololona, 2007).

59 Le financement des aires protégées est, lui-même, également un problème (Carret et Loyer, 2003). Une étude concerne plus particulièrement le parc national de Ranomafana (Ferraro, 2002).

60 Axée sur cette question, la loi 028/2008 du 29 octobre 2008 portant refonte du Code de gestion des aires protégées (COAP, loi 2001/05 du 11 février 2003). S’y ajoutent les décrets relatifs à la mise en compatibilité des investissements avec l’environnement (MECIE) : décret 1992-926 à l’origine, modifié par le décret 1999-95, puis par le décret 2004-167.

61 Hapalemur aureus ou Hapalémur doré est un lémurien de bambou découvert en 1986. Il représente l’une des figures emblématiques du parc. Dans la typologie établie par l’UICN (Liste rouge des espèces menacées, 2004), les lémuriens sont classés dans la catégorie « CR Critically Endangered » (en danger critique d’extinction).

62 La dénomination de ce ministère a plusieurs fois changé depuis les années 1980. Création en 1980 du premier « ministère de l’Environnement » ; 2003, ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts ; ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts et du Tourisme en 2007 ; depuis 2009, ministère de l’Environnement et des Forêts.

63 Des analyses mettent en avant les difficultés de fonctionnement du système (Sarrasin, 2009 ; CMP, 2008).

64 http://www.guyane.cnrs.fr/art-Redd.html

65 4e rapport du Giec (Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat), 2007.

66 Le protocole de Kyoto mobilisait déjà le marché international du carbone à travers la mise en œuvre des mécanismes de flexibilité.

67 Readiness Preparation Proposal : le document est une feuille de route de la préparation du pays au Redd. Il retient « un ensemble d’options stratégiques et précise les approches, le calendrier et les méthodologies pour bâtir la stratégie proprement dite ».

68 www.essa-forets.org/gouvernance_ap/?download=06%20-%20Coffav.pdf.

69 « Les parties prenantes de la gestion communautaire des ressources naturelles : coopération, contradictions, conflits », 1-3 juillet 2008 ; colloque international organisé en partenariat entre l’université de Roskilde (Danemark), le CNRE (Antananarivo), l’Essa (université d’Antananarivo), l’IUED (Genève), l’université de Poitiers, l’EPF (Zurich).

70 Ce dispositif de PSE a été étudié à Amindrabe en novembre 2011 lors d’une mission de recherche centrée sur l’appropriation paysanne des mécanismes de PSE.

71 À l’époque coloniale, l’expression « teny baiko », litt. « parole-ordre », désigne la langue française.

72 Franchise désigne un mode de fonctionnement d’une activité commerciale en réseau qui repose sur un savoir-faire, une marque et un contrat.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search