Version classiqueVersion mobile

Biodiversités en partage

 | 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa
, 
Chantal Blanc-Pamard

Partie 1. Un rapport centre-périphérie inversé

Chapitre 3. Le corridor « adoubé » : la marge devient centre

Texte intégral

1Le propos est ici focalisé sur le corridor lui-même. Le chapitre 4 de la partie 2 traitera plus particulièrement la politique environnementale malgache.

2La forêt de l’Est est devenue une image forte de l’économie et de la politique régionales. Les parcs nationaux de Ranomafana et de l’Andringitra, aires écotouristiques parmi les plus visitées des formations ombrophiles de l’île, sont des fleurons de l’ancienne province de Fianarantsoa. La capitale du Betsileo en tire profit à plusieurs titres : de nombreux organismes et projets impliqués dans la conservation forestière y ont établi leur siège ; l’université propose des formations spécialisées dans le cursus de l’environnement (modélisation, droit) ; le CMP (Comité multilocal de planification) mis en place pour coordonner les réflexions et actions sur le corridor forestier est devenu une importante instance de concertation des actuelles cinq régions concernées par cette nouvelle aire protégée. L’aura de la forêt dépasse les seules instances officielles de la ville : des produits de la forêt, pourtant interdits d’exploitation, restent recherchés, comme les manches d’angady (Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 2007 ; Serpantiéet al., 2008) – photo 3 – ; des restaurants de Fianarantsoa proposent « la marmite tanàla » qui valorise, à travers une image de la forêt, quantité, qualité et fraîcheur des produits.

3Ce changement de perception d’un massif forestier autrefois laissé en marge traduit un contexte englobant, sur le plan de l’écologie et de la gouvernance de la ressource. Il explique le renouvellement des approches de gestion de la forêt. Il impose aussi à sa manière d’autres logiques de partition de l’espace, ce qui intrinsèquement soulève la question des priorités territoriales.

Un autre contexte général

4Le contexte a changé avec la reconnaissance de Madagascar comme le principal hotspot des îles de l’océan Indien (Myers, 1988 ; Myerset al., 2000). Le statut mondial de la mégabiodiversité de cette île-continent appelle des modes de protection appropriés, le plus souvent suggérés par les grandes organisations du secteur mondial de la conservation (UICN, WWF, CI…) : il en est ainsi de la mise en « corridor » des espaces à protéger.

L’intérêt mondial d’une biodiversité menacée

  • 33 Classement n° 2007-77. L’ensemble est inscrit au titre des critères de la convention du patrimoine (...)

5Pour le Global Environment Facility qui concentre son action sur les problèmes environnementaux d’envergure mondiale, la richesse biologique de Madagascar est « l’une des toutes premières priorités pour la préservation de la biodiversité d’importance mondiale » (GEF, 2007). La qualification se situe dans une conjoncture de « verdissement » des projets financés par la Banque mondiale depuis la fin des années 1980 (Dumoulin et Rodary, 2005). Les écosystèmes forestiers concentrent l’essentiel de ce patrimoine faunistique et floristique malgache : Gaylord (2007) pointe le fait que « the endemic biodiversity is entirely restricted to forests and freshwater habitats » et, pour les responsables nationaux (ministère de l’Environnement, 2008), « la perte d’un hectare de forêt à Madagascar a un effet plus grave sur la biodiversité mondiale que celle d’un hectare de forêt partout ailleurs ». Certaines initiatives traduisent cet intérêt, comme le classement des forêts tropicales humides du parc national Masoala en « patrimoine mondial » de l’Unesco33.

  • 34 Communiqué de presse de la Banque mondiale, website : http://www.pnae.mg/revue_presse/rp.asp.
  • 35 Association de droit privé, reconnue d’utilité publique ainsi que comme « auxiliaire des pouvoirs (...)

6Madagascar débute en 1990 un Programme national d’action environnemental (PNAE). Le pays reçoit un appui significatif de la Banque mondiale, « le plus grand financement concessionnel jamais alloué d’un seul coup sous forme de don par la Banque pour l’environnement au cours des 60 ans d’existence de l’institution »34. L’Usaid, agence bilatérale américaine d’aide au développement, a assuré un soutien prépondérant lors de la première phase de ce programme de 1991 à 1995 (Andriamahefazafy et Méral, 2004) : 96 % des besoins de la composante biodiversité, 50 % du financement de l’Association nationale pour la gestion des aires protégées (Angap), principal organisme de gestion des aires protégées35. Dans la région étudiée, Freudenberger et Razanajatovo (2007) notent les « multiples interventions de conservation depuis une vingtaine d’années (…), les recherches académiques et expériences des projets de développement œuvrant le long du corridor forestier Ranomafana Andringitra (…), les investissements considérables faits à Fianarantsoa par les projets financés par l’Uaid, la Banque mondiale, l’Union européenne pour réhabiliter les systèmes de transport à la lisière du corridor… ». Les milieux forestiers deviennent bien de nouveaux points focaux.

Une gouvernance modifiée : participation et système d’aires protégées

7La mise en place d’une politique environnementale et de solutions élaborées avec les institutions internationales (bailleurs de fonds, ONG, accords multi et bilatéraux) marque les années 1980.

8L’État malgache adopte en 1984 une « Stratégie nationale de conservation pour le développement », puis organise l’année suivante une grande conférence internationale sur les problèmes environnementaux du pays, avec la participation du Prince Philip, alors président du WWF. En 1990, la charte nationale pour l’environnement est votée. Elle oriente les perspectives et le calendrier des programmes de conservation, et annonce l’adoption de nouvelles formes de gestion environnementale. Dans ce contexte sont définies des zones sensibles, celles dont l’équilibre écologique est précaire : c’est le statut du futur corridor forestier Ambositra-Vondrozo.

  • 36 En 1994, est adoptée la loi n° 94-007 relative aux pouvoirs, compétences et ressources des collect (...)

9Deux dispositions se distinguent dans cette dynamique. La première réside dans la loi n° 96-025 du 30 septembre 1996, loi dite Gelose (gestion locale sécurisée) qui autorise le transfert de gestion de ressources naturelles renouvelables aux communautés locales. Cette loi représente une véritable innovation institutionnelle, car elle reconnaît les institutions locales à travers la légitimation du dina, convention collective coutumière régulant la gestion des ressources naturelles. Elle accompagne le mouvement de décentralisation à l’œuvre en Afrique et à Madagascar au cours de la décennie 1990. Les approches participatives remplacent les pratiques de gestion centralisée36. La seconde disposition se rapporte à la « nouvelle politique forestière » (Bertrandet al., 2006a, b ; Montagne et Ramamonjisoa, 2006) que précise la loi n° 97-017 en 1997. Il s’agit de responsabiliser de nombreux acteurs pour la gestion des forêts, et de restructurer le service forestier. Ce dernier est appelé, avec le désengagement de l’État, à connaître une mutation de ses responsabilités : de la répression au transfert de gestion, avec sensibilisation à la gestion durable de la forêt et des ressources naturelles renouvelables.

  • 37 Loi 2001/05 du 11 février 2003 portant Code de gestion des aires protégées, avec les décrets d’app (...)

10Dans le même temps, la mise en place d’aires protégées dans la continuité des dispositifs coloniaux se poursuit. Elle se fait avec un code de gestion modifié pour intégrer de nouveaux espaces37 : en particulier, les zones classées paysages harmonieux protégés (dans la catégorie V de l’IUCN) et réserves de ressources naturelles (catégorie VI de l’IUCN) relèvent souvent de paysages occupés par l’homme, ce qui oblige à intégrer ce dernier dans leur administration.

  • 38 Déclaration du président Ravalomanana au congrès mondial des aires protégées.

11L’action publique mobilise ainsi deux modes de gestion, le transfert qui reconnaît l’importance des acteurs locaux et les aires protégées qui considèrent de plus en plus la présence de l’homme. Son objectif est de relever le défi de la déclaration de Durban38 : tripler la surface des aires protégées à Madagascar sur une période de cinq ans (2003-2008), passant de 1,7 à 6 millions d’hectares.

Le corridor s’impose

  • 39 Le corridor biologique mésoaméricain (CMB) représente l’entreprise la plus ambitieuse. Initiative (...)

12Les réflexions sur l’approche du corridor biologique ou écologique se sont développées au cours de la décennie 1990, lors de réunions internationales sur les questions d’environnement. Elles s’appuyaient sur le constat des morcellements et/ ou fragmentations qui menaçaient les écosystèmes. Les corridors sont des habitats naturels forestiers qui relient des zones protégées entre elles : selon la théorie de la biogéographie insulaire (Mac Arthur et Wilson, 1967) et celle du fonctionnement en métapopulations (Levins, 1969), de tels corridors doivent assurer la pérennité des espèces sur le long terme en facilitant les flux de gènes et la recolonisation des sites par les espèces (Simberloffet al., 1992 ; Rosenberget al., 1995 ; Beier et Noss, 1998). Carrière et Méral (2008) soulignent que les corridors se présentent comme une panacée aux problèmes de conservation face aux aires protégées classiques généralement non connectées les unes aux autres. Leur mise en place s’est faite à différentes échelles dans les pays du nord et ceux du sud39.

À Madagascar, le concept de corridor a été proposé en avril 1995 pendant l’Atelier scientifique sur la définition des priorités de conservation de la diversité biologique. Pour Rakotosamimanana et Ganzhorn (1995), « cette approche pourrait maintenir les écosystèmes et leur biodiversité sur une surface plus importante qu’une aire protégée classique et en même temps assurer la disponibilité des ressources vitales pour la population locale ». Le corridor Ranomafana- Andringitra-Ivohibe (RAI) fut alors identifié pour son intérêt biologique exceptionnel. Il est reconnu prioritaire pour la préservation « d’un massif forestier riche en biodiversité et menacé par les pressions humaines » (Blanc-Pamard et RakotoRamiarantsoa, 2005). Long de plus de 160 km, le RAI devient un site de conservation, site pilote dans le processus de création des nouvelles aires protégées ; il acquerra le statut de zone sensible (arrêté interministériel nº 4355/97).

13L’adoption du concept de corridor à Madagascar fut rapide malgré les réserves émises, en particulier « le manque de résultats scientifiques sur l’effectivité de ce modèle » (Carrière-Buchsenschutz, 2006 ; Carrièreet al., 2008). Son succès répond à la démarche innovante de relier les aires protégées dans l’objectif d’une « meilleure connectivité des habitats », selon les termes de la convention sur la diversité biologique : le corridor pallie les limites du modèle classique des aires protégées.

  • 40 C. Kull (2008) porte un regard critique sur une telle posture : « this gloses over the wide variet (...)
  • 41 Elle s’étend sur une centaine de kilomètres de long, avec une largeur moyenne de 15 km (Orgasys/ F (...)

14Mais cette adoption traduit aussi des visées stratégiques, combinant deux perspectives. D’une part, les critères de préservation de la biodiversité naturelle faisant que les zones à conserver se trouvent surtout sur les terres basses et côtières de l’île40, la notion de corridor permet un rééquilibrage entre hautes et basses terres. En effet, les forêts bordières des hautes terres à l’est sont naturellement longiformes ; elles présentent de ce fait une physionomie de corridor et se trouvent classées comme telles. Ainsi dans le nord-est de l’Imerina, la forêt d’Anjozorobe, formation naturelle de forme allongée41, se retrouve qualifiée en corridor avec les vertus que lui accorde la biologie de la conservation. La qualification permet à l’unité géographique des hautes terres de capter des subsides de la politique environnementale. Le dispositif spatial de conservation renvoie ici à une fonction géopolitique, ce que Girautet al. (2004) notent d’une manière plus générale en Afrique pour les mises en aires protégées. D’autre part, il s’agit dans le cadre de la déclaration de Durban d’atteindre le seuil de 10 % du territoire national mis en aire protégée, seuil jugé raisonnable pour chaque pays par l’IUCN. Carrière-Buchsenschutz (2006) fait remarquer que si le modèle accroît de manière conséquente la superficie des territoires mis sous décret de protection, sa mobilisation effectue un « amalgame entre forme physique de couloir et fonction écologique de corridor ».

  • 42 Manuel-guide pour la nouvelle aire protégée Fandriana-Vondrozo, ERI, septembre 2007

Pour la province de Fianarantsoa, la promulgation d’un arrêté interministériel de protection temporaire en 2006 pour le corridor forestier entre Fandriana et Vondrozo est l’aboutissement d’un processus [...] Le programme ERI a contribué à la définition de cette nouvelle aire protégée Coffav (d’une superficie de 499 598 ha) dans sa zone d’intervention avec les membres de l’alliance régionale (C.I. Miaro, Jariala, WWF…). ERI a choisi d’accompagner les communautés locales et les décideurs à différents niveaux pour « définir de manière concertée les mesures de compensation liées à la restriction de l’accès aux ressources et le plan d’aménagement et de gestion afférant à la mise en place de cette nouvelle aire protégée » (rapport ERI, 2008). Pour ce faire, le programme ERI a fait appel à Haonasoa (une ONG locale) pour conduire le processus de consultation locale42 au niveau des 15 communes riveraines du corridor. CI, qui a mené le même travail pour les autres communes, a succédé à ERI.

15L’intérêt suscité par le modèle de corridor accompagne un renouvellement des connaissances en écologie fonctionnelle, qui considère l’écosystème en tant qu’ensemble à gérer comme un tout (McNeely et Scherr, 2003). Il se révèle aussi à un moment où cette connaissance scientifique trouve un écho auprès des décideurs de la gestion environnementale pour s’appliquer à la conservation de la forêt betsileo tanàla.

Une approche renouvelée

16Trois points focalisent les changements de la politique environnementale : l’adoption d’une approche écorégionale, la mobilisation de la participation communautaire à travers le transfert de gestion des ressources et l’intérêt mis sur la « structuration » du monde rural.

Une approche écorégionale

17La perspective hotspot a mis la biodiversité malgache et les menaces qui la caractérisent sous les feux de la rampe. Par rapport à cette perspective, l’approche écorégionale spécifie les conditions et dynamiques écologiques des entités spatiales distinguées (The Nature Conservancy, 1997). Au sein des 200 écorégions globales que le WWF a définies en 1998 à l’échelle planétaire, Madagascar fait partie des 19 lieux de conservation prioritaire. Le couloir forestier betsileo tanàla est un réceptacle en grandeur nature de cette approche écorégionale qui privilégie deux aspects.

  • 43 Structure de financement la plus impliquée dans le corridor, l’Usaid regroupe et soutient une coal (...)

18Le premier intègre l’environnement au développement. L’accès réglementé aux ressources forestières exige une compensation économique envers les populations touchées par les mesures de protection. C’est dans ce sens qu’est intervenu le programme LDI (Landscape Development Interventions de juin 1998 à décembre 2003) devenu PTE (Programme de transition écorégionale de janvier à septembre 2004), puis ERI (Eco-Regional Initiatives) à partir de septembre 2004 pour une durée de 5 ans. Ce dernier privilégie trois axes : l’appui à la gestion forestière communautaire, l’intensification et la diversification agricoles. L’ERI met en place, dans le cadre demesures de mitigation environnementale (Freudenberger, 2002), une large gamme d’interventions pour promouvoir le développement du territoire rural du corridor. Le programme travaille avec des associations paysannes, les Kolo Harena (litt. « entretenir richesse ») aux activités à la fois économiques et environnementales (rapport LDI, 2002), ainsi qu’avec différents projets à travers l’Alliance écorégionale Usaid Fianarantsoa43.

19Le second aspect élargit l’action au-delà des seules aires protégées, englobant la protection dans un territoire de développement. La zone périphérique jouxtant une aire de protection devient stratégique, car il faut faire des populations de cette zone, « dans laquelle les activités humaines peuvent avoir des influences directes sur l’aire protégée et réciproquement » (Parcs nationaux Madagascar, 2001), « de vrais acteurs-partenaires de conservation et de développement » (Angap/WWF, avril 2002). La redistribution de 50 % des droits d’entrée dans les aires protégées auprès des fokontany riverains de parcs nationaux manifeste cette orientation, de même que les discussions relatives aux études d’impact environnemental : elles évoquent la nécessité de délimiter « les zones potentielles de développement dans les terroirs en dehors de l’aire protégée… » (Angap/WWF, op. cit.).

  • 44 Site web du CMP Tandavanala (http://tandavanala.org/traverseecorridor.html) ; Tandavanala signifie (...)

20Par ailleurs, l’approche conduit la conservation à raisonner au niveau plus englobant d’une planification régionale. Elle articule sa démarche avec les cadres d’action existants ou par la mise en place d’autres structures de concertation. Avec le rôle attribué aux régions dans le fonctionnement de l’administration nationale depuis 2004, l’approche s’insère dans les Plans régionaux de développement (PRD). Le Comité multilocal de planification-Fianarantsoa rejoint cette perspective : « rassembler les entités œuvrant dans le cadre de l’environnement et du développement en vue de promouvoir une planification écorégionale concertée »44.

21Dans un contexte global où les modèles différents de conservation par Hotspots et par Écorégion renvoient chacun à des logiques de politiques puissantes, l’approche écorégionale s’est imposée pour la protection du corridor betsileo tanàla. Elle traduit une dynamique des choix opérés par l’Usaid, en partenariat avec les institutions nationales. C’est ainsi que progresse l’action pour répondre à une ambition affichée dans le préambule de la charte de l’environnement malagasy, « il ne peut y avoir de conservation de l’environnement sans développement ».

Les transferts de gestion des ressources

22Les transferts de gestion sont des arrangements institutionnels de régulation et de délégation de droits sur l’usage de ressources naturelles à des communautés qui en sont riveraines. Ils visent un double objectif, économique « améliorer le niveau de vie des villageois » et écologique, à travers « une gestion améliorée et durable des forêts ». En s’appuyant sur la gouvernance participative, les transferts ambitionnent aussi une responsabilisation accrue des communautés vis-à-vis de leurs ressources. L’enjeu réside dans l’appropriation locale de ces transferts.

  • 45 La décentralisation, inaugurée dès la période coloniale, a été relancée par les lois de décentrali (...)
  • 46 Troisième rapport national de la CDB ; rapport PE 3, TGRNR. Les 500 contrats concernent 178 000 ha (...)

23La participation accompagne la montée en pouvoir des acteurs locaux et régionaux dans un contexte de décentralisation45 relancée depuis les années 1990. Elle reste au cœur de la politique environnementale. Rakoto Ramiarantsoa (2012 a) distingue des contextes de mise en participation des communautés locales. Les premiers transferts prenaient clairement le temps d’investir en formation, accompagnement et appui des dossiers auprès des groupements intéressés, afin que la démarche soit appropriée (Rakoto Ramiarantsoa et Samyn, 2004). Ce rythme aboutit à un résultat négatif sur la période 1997-2001. En effet, Maldidier (2001) souligne que les objectifs furent loin d’être atteints : sur une prévision de 400 contrats de transfert à réaliser en 2002, moins de 30 étaient effectivement signés. Il y eut par la suite accélération du processus pour pallier cette lacune. Le nombre de contrats signés augmente en conséquence. Différents rapports46 convergent sur le total, à l’échelle nationale, de 500 contrats de transfert de gestion en vigueur, ainsi qu’une centaine en cours de traitement en 2005, avec 1 000 000 ha de forêts à transférer entre 2004 et 2008. Le changement de rythme induit de nombreux dysfonctionnements. BLANc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa (2008) mettent en lumière les « malentendus » liés à la mise en place de la gestion participative des ressources forestières du corridor betsileo tanàla.

24Les transferts de gestion connaissent différentes applications auprès des communautés paysannes :

  • le mode Gelose47 porte sur les ressources naturelles renouvelables (lacs, pâturages, forêts…). Il met en relation communauté de base – instance communale – service des Eaux et Forêts, avec l’intervention d’un médiateur environnemental en cas de besoin, et propose une sécurisation foncière relative, c’est-à-dire une reconnaissance par l’État « des possessions coutumières, espaces agricoles, pastoraux et de ressources naturelles, utilisés ou appropriés par une communauté villageoise » (Maldidier, 2001) ;
  • le mode gestion contractualisée des forêts concerne uniquement les forêts ; il se fait en dehors de l’implication de la commune, ainsi que de la médiation environnementale et met de côté la sécurisation foncière relative. Cependant, la localisation en périphérie d’un parc national peut faire bénéficier une zone en GCF d’opérations de titrage des terres : tel est le cas d’Amindrabe où les services du parc national de Ranomafana ont effectué en 1996 un début de bornage foncier ;
  • lorsque le transfert GCF entre dans le cadre des programmes dette-nature, l’action retient le terroir villageois comme unité du plan d’aménagement, et par conséquent de la gestion de la forêt. Le terroir devient outil de gestion de la nature en étant reconnu comme un espace d’intervention qui a une légitimité et est fonctionnel (Agrawal et Gibson, 1999).
  • 48 Les citations sont tirées du document de la communauté de base d’Amindrabe. Toutes les traductions (...)

25Les dossiers accompagnant la délégation de droits précisent ces différentes modalités. Tout transfert de gestion est consigné dans un document d’une trentaine de pages élaboré en malgache et en concertation avec le bureau de l’association bénéficiaire. Le document comprend trois parties, toutes très claires quant à l’implication attendue. La première partie, le contrat, porte sur les droits et rôles de tout membre de la communauté de base instaurée (Coba) : celui-ci doit être « responsable de la gestion, de l’utilisation, de la protection et de la surveillance des forêts et de leurs produits sur le terroir villageois »48.

  • 49 Le tavy, système de culture en abattis-brûlis fait, comme le feu, l’objet d’une réglementation dep (...)
  • 50 Il s’agit d’espaces fonctionnels au sein d’une aire protégée par transfert de gestion. Une analyse (...)

26Une charte constitue la deuxième partie, elle établit par un cahier des charges les conditions techniques d’exploitation de la forêt concédée. Un dina, convention collective coutumière, forme la troisième partie du document : il précise la manière selon laquelle la forêt et ses ressources doivent être utilisées et protégées. Les réglementations sont particulièrement strictes. Elles s’appliquent à des domaines de la vie quotidienne : cueillette, prélèvement, chasse, circulation… Les dispositions par rapport à l’usage du feu49, pourtant très présent comme outil écologique des pratiques paysannes, sont explicites : il est « formellement interdit d’utiliser du feu dans les terrains déjà cultivés ». Une autre dimension de cette volonté de responsabiliser apparaît avec le pas de temps retenu pour l’exploitation des zones de droit d’usage, et des zones de production50 : soixante ans, soit une échéance sur le long terme qui cherche à « aider les acteurs enfermés dans le court terme à élargir leurs horizons en formulant des objectifs communs de très long terme ».

27Avec les transferts, il ne s’agit plus de faire seulement participer la population locale à la gestion, mais de l’impliquer réellement. Dorénavant, une implication réelle de la communauté locale est attendue. Pourtant, la longue liste d’interdictions et de restrictions répertoriée dans les documents apparaît en contradiction avec la reconnaissance des capacités locales de gestion. Elle reflète une formulation sur des bases autres que celles des savoirs locaux, sans pour autant vraiment reconnaître ces derniers, ce qui rend encore plus complexe la gouvernance participative.

Structurer le monde paysan

28Structurer le monde paysan consiste à organiser formellement les acteurs ruraux, désormais partenaires privilégiés de projets de conservation alliant la protection de l’environnement à un développement social et territorial.

29Les décrets d’application de la loi Gelose instaurent la Coba (communauté de base ou VOI, Vondron’Olona Ifotony en malgache), association appelée à une gestion participative avec le service des Eaux et Forêts et la commune. La GCF, pour sa part, n’intègre pas cette dernière comme partenaire de la gestion participative. Les Kasti (Komitin’ny Ala Sy ny Tontolo Iainana, comité villageois pour la forêt et l’environnement) sont une autre structure créée en septembre 2004 pour œuvrer hors des zones contractualisées. Il s’agit d’une police de la forêt constituée dans les villages où « il y a des tavy et pas de Coba ». Ils sont impliqués particulièrement dans le contrôle des feux. Le président du fokontany en désigne les membres.

30Une démarche explicite guide la constitution de toute Coba, depuis la campagne d’information jusqu’à la signature du contrat. La concertation avec un opérateur de la société civile, le plus souvent une organisation non gouvernementale de l’environnement, accompagne l’engagement de la Coba. Les statuts de l’association, son règlement intérieur ainsi que son dina cadrent l’implication de ses membres. Le bureau, qui est le comité de gestion de l’association, joue un rôle central. Il organise l’application des directives pour la conservation du périmètre forestier délimité avec l’ensemble des membres. Cependant, dans le périmètre, les techniciens effectuent la plupart du temps seuls le zonage interne des unités au gradient de protection différencié. Le bureau peut aussi mettre en place différentes commissions locales pour la mise en œuvre du dispositif institutionnel et technique dont il est responsable. Par exemple, Ambendrana a mis en place les cinq commissions suivantes : mise en valeur et gestion de la forêt, contrôle de la forêt et de l’exploitation des champs et des tavy, sensibilisation et formation, tourisme et accueil, respect des dina et de la sécurité.

31Avec les Coba, les associations Kolo Harena « entretenir des richesses » constituent un appui et un complément du transfert de gestion. Elles visent à générer des revenus en dehors de l’exploitation de la forêt suivant deux directions. La première propose une diversification des activités des terroirs, élargissant la gamme des produits mis sur le marché : arboriculture (pépinières de caféiers et d’orangers), pisciculture, apiculture par installation de ruches aux abords des maisons, vannerie utilisant comme matière première le vétiver (Vetivaria zizanoïdes), une graminée introduite pour des dispositifs anti-érosifs. La seconde direction propose une intensification des productions agricoles sur les collines (cultures en courbes de niveau) et dans les bas-fonds (système de riziculture améliorée), pour de meilleurs rendements.

32Coba et Kolo Harena sont les deux piliers que l’approche écorégionale conduite dans le corridor veut installer. S’y ajoutent les associations DEAP (droits d’entrée dans les aires protégées), spécifiques des zones périphériques de parc national. Mises en place au niveau villageois, elles gèrent les fonds en vue de financer des projets de développement paysans : 50 % des droits d’entrée dans les aires protégées sont destinés à cet effet. Les associations DEAP ont généré des initiatives très diverses. Amindrabe a ainsi connu des regroupements pour des programmes de grenier communautaire villageois, pour l’achat d’engrais, pour la pisciculture (approvisionnement en alevins à Sahambavy), pour des travaux d’aménagement de rizières (manala tàpoka), ou encore pour un élevage de poules pondeuses.

33La structuration du milieu paysan comprend aussi la recherche du fonctionnement associatif le plus adapté aux contextes, suivant trois thèmes-clés. Le premier se rapporte au souci d’efficacité et organise les rôles, ainsi que les relations entre les membres. Les Kolo Harena, aux effectifs limités entre 7 et 15 personnes, comptent ainsi, au-delà des simples adhérents, des paysans vulgarisateurs ayant un rôle d’agents de formation/vulgarisation pour atteindre un nombre élevé de bénéficiaires au sein de leurs communautés ; des paysans animateurs, entraînés pour assurer la conduite de thèmes techniques des programmes. Ils disposent aussi de centres d’approvisionnement qui facilitent l’achat d’intrants. Par ailleurs les fédérations, regroupement intercommunal des Kolo Harena, recherchent de meilleures conditions de commercialisation ainsi qu’un poids renforcé dans la conservation des ressources forestières.

34La responsabilisation des acteurs est le deuxième thème-clé. Elle ambitionne une appropriation du projet par les associations concernées. C’est dans ce sens que le programme LDI/ERI exige la mise en place d’une association d’usagers de l’eau (AUE) pour toute réhabilitation d’infrastructure hydro-agricole. L’association prend en charge l’entretien du réseau et met ses membres à contribution.

35Tel est le cas de l’AUE Lovasoa (litt. Le bon héritage) dont le siège est à Andalambahoaka : les 54 membres bénéficient de la réhabilitation en octobre 2003 du barrage d’Ambatandrano construit en 1965. La cotisation, d’un niveau élevé dans le contexte local (25 000 FMG par an en 2003, soit 7 à 8 kg de riz), traduit la volonté d’une autonomie financière de l’AUE, une fois la réhabilitation faite.

36Enfin, dernier thème-clé, le développement des initiatives : il justifie des modifications de règles pour valoriser des potentiels et générer des dynamiques. L’ouverture qui en découle garde cependant la préoccupation du fonctionnement le plus efficace. Ainsi, le mode d’attribution des crédits a changé à Amindrabe. Dans un premier temps, à partir de 1994, une seule association sise au chef-lieu du fokontany recevait les financements pour le fokontany, à charge pour elle de les répartir en fonction des actions projetées. L’importance des impayés a motivé, à partir de 2003, la reconnaissance de sous-associations cette fois-ci sollicitées au niveau de l’ensemble des villages du fokontany. Le financement est désormais attribué à des groupements formels paysans à partir de 7 membres présentant un programme précis (petit élevage, ruches, pisciculture…), ce qui a entraîné une effervescence de projets d’associations.

37L’attention portée à la socio-organisation du milieu rural n’est pas spécifique au champ de la biodiversité. C’est une disposition générale qui touche le domaine du développement agricole dès les années 1980 et parle de professionnalisation des producteurs depuis les années 1990. Elle véhicule une certaine conception de la gestion des ressources territoriales. Elle apporte incontestablement une ouverture aux hommes du corridor betsileo tanàla : par les programmes d’intensification et de diversification agricoles, par l’insertion dans des circuits commerciaux, par l’apparition d’associations formelles locales et même d’une plateforme de concertation de tous les intervenants dans et autour de l’aire protégée, le comité multilocal de planification qui deviendra la nouvelle plateforme de concertation. Dans le même temps, les réalités conduisent à se demander dans quelle mesure une telle attention n’a pas été plutôt néfaste pour les acteurs paysans. En effet, les pratiques de transferts de gestion ont connu diverses fortunes, mais toutes au détriment des communautés de base : un trop grand nombre d’institutions d’accompagnement différentes se relayant dans le cas d’Amindrabe, n’assure pas un encadrement cohérent ; un processus bâclé à Ambendrana (premier contact en mars 2002, signature du contrat en janvier 2003) aboutit à un sentiment paysan d’avoir été trompé, une fois les signatures faites. Par ailleurs, la participation d’une manière générale limitée des membres aux cotisations des associations (Coba, Kolo Harena, AUE…) traduit une appropriation de ces structures qui tarde à se faire. Serait-ce plus une marginalisation qu’une intégration réussie des paysans au projet de conservation-développement ?

Un découpage en unités fonctionnelles

38En phase finale, créer une aire protégée exige la définition d’unités d’aménagement qui réponde au souci d’allier conservation et développement. La procédure découpe la zone concernée en portions aux fonctions déterminées. Si elle traduit toujours une recherche de l’assiette spatiale la plus adéquate, la mise en œuvre du maillage reflète des conceptions différentes de l’action. Il en résulte des interférences aux effets imprévus.

Des zonations

39La mise en protection d’une zone nécessite d’en préciser les limites, à deux niveaux.

40Le premier démarque l’entité toute entière. Dans notre cas, il s’agit du corridor forestier betsileo-tanàla.

41Le second niveau spécifie les gradients inégaux de conservation dans cette entité. Deux cas de figures regroupent les situations observées.

Carte 14. Le parc national de Ranomafana et les villages de la zone périphérique.
Source : Données Angap-SIG, Angap-DIR-F mai 2004 ; BLANC-PAMARD et al., 2006

42Le premier relève du statut de parc national : la différenciation se fait entre un noyau dur et une zone tampon. Le noyau dur est une zone riche sur le plan biologique. Considéré comme sanctuaire, il fait l’objet d’une préservation intégrale et voit toute activité, toute circulation strictement réglementée. La zone tampon jouxte le noyau dur. Sa présence et ses réglementations visent à renforcer la protection de l’aire protégée : les populations riveraines peuvent y exercer des droits d’usage déterminés. Trois sous-ensembles différencient ce secteur : les zones d’occupation contrôlée (ZOC) où des installations humaines pré-existaient à la création de l’aire protégée ; les zones d’utilisation contrôlée (ZUC) et les zones de service (ZS) également connues pour leurs infrastructures comme zones d’utilisation durable (ZUD). Cependant, les dispositions relatives aux nouvelles aires protégées montrent un changement. La NAP comprend l’ensemble noyau dur-zone tampon, elle se conçoit avec le complément des zones l’entourant ; ces dernières comprennent une zone de protection déterminée lors de la création de la nouvelle aire, et la zone périphérique. Ainsi, le parc national de Ranomafana, ancienne forêt classée, a acquis son statut actuel en 1991. Il comprend un noyau dur de 41 601 ha, que ceinture une zone périphérique de 3 km de largeur en moyenne, d’une superficie de 80 600 ha : cette dernière accueille les actions en partenariat entre opérateurs environnementaux, administration et acteurs locaux (Peters, 1997, 1998a, 1999). La Coba d’Amindrabe se trouve en zone périphérique (carte 14). Sur son territoire, les responsables du parc ont apposé en 2008 les marques de la limite de la zone de protection récemment créée par l’instauration du corridor forestier Ambositra-Vondrozo (décret de 2006) (photo 4).

43Le second cas de figure se rapporte aux secteurs protégés dans le cadre d’un transfert de leur gestion auprès de communautés de base. Leur plan d’aménagement différencie l’affectation des ressources en définissant une spatialisation par type de forêt. Trois zones d’utilisation différentes coexistent au sein de chaque territoire de gestion contractualisée :

  • une zone de conservation (ZC), où toute exploitation est bannie ;
  • une zone de droits d’usage (CDU) : la population locale y prélève de manière réglementée ses besoins en produits ligneux sur une portion délimitée dans l’espace et dans le temps, par rotations successives ;
  • une zone d’exploitation (ZE), permettant des objectifs commerciaux, mais collectifs et conformes aux prescriptions du plan d’aménagement.

44Ce second type de configuration intéresse des superficies bien moindres que le premier : la Coba d’Amindrabe gère un site de 5 212 ha, celle de Tatamaly, un site de 1 172 ha (tabl. 1 et 2).

45Les nouvelles délimitations indiquent ainsi clairement des fonctions spatiales spécifiques, qu’il s’agisse d’entités liées au parc national ou de zonation interne aux sites de transfert de gestion. Elles instaurent de ce fait des balises pour situer ces espaces en « dedans » ou en « dehors » (Joliveau, 2001) des perspectives de l’intervention.

Des conceptions différentes pour une assiette spatiale adéquate

  • 51 Terme emprunté à Étienne Juillard (1972).

46Ces nouveaux découpages recherchent la bonne assiette spatiale de gestion de la biodiversité. L’objectif met en confrontation des conceptions différentes quant au « gabarit »51 territorial adéquat et à la conduite de l’action.

  • 52 Fonds de solidarité prioritaire, projet « Gestion décentralisée des ressources naturelles ».
  • 53 Renseignements communiqués par Éric Belvaux, chef du projet « Gestion décentralisée des ressources (...)

47À petite échelle, la mise en corridor du couloir forestier betsileo tanàla privilégie le critère écologique de la connectivité des habitats. De cette approche corridor, la priorité dès le début accordée aux considérations sociales distingue la perspective Territoires de développement et de conservation (TDC). Prônée par la Coopération française52, elle définit les territoires avec des limites tracées en fonction de la reconnaissance d’une entité géographique par les populations locales et des activités des communautés concernées53. Ces territoires inscrivent leur « cohérence » (Carrière et Méral, 2008) dans l’objectif de combiner conservation, utilisation et intégration régionale, ce qui peut conduire à créer un organisme public de coopération intercommunal et aboutir à une structure de gestion décentralisée. En ce sens, la perspective montre une similitude avec les parcs naturels régionaux en France qui sont des structures intercommunales au niveau desquelles l’ensemble des partenaires définit une stratégie de développement durable.

48À grande échelle, la foresterie communautaire traduit le choix d’une gestion de proximité. Des groupements villageois constitués en association d’usagers peuvent accéder à « des concessions de droits d’usages exclusifs sur le domaine privé de l’État, dans le cadre de plans de gestion négociés » (Muttenzer, 2001). La Gelose instaure ce nouveau cap suivant un contrat entre l’association paysanne locale (Coba), la commune (collectivité territoriale) et le service des Eaux et Forêts (tutelle technique). Son approche se veut transversale pour « inscrire la gestion des ressources dans une dynamique de développement régional négocié » (CERG2R, 1997). À l’inverse, l’approche gestion contractualisée des forêts (GCF) revient à des dispositions sectorielles, elle choisit de se consacrer aux seules forêts. Constatant les écarts entre les deux modèles, alors que la GCF est censée améliorer la Gelose, Maldidier (2001) se demande si la première est une « option concurrente ou complémentaire » de la seconde pour les forêts.

49L’approche CAF (cadre d’appui forestier), conduite dans le cadre de programmes forestiers de WWF Madagascar, apporte encore une note autre à la divergence. Elle fait du terroir villageois, la base de gestion de la forêt : le terroir constitue l’assiette du plan d’aménagement de la zone, objet du transfert. Chaque village possède une portion de forêt à conserver dans son terroir. Le terroir, reconnu à son échelle comme un espace qui a une légitimité, devient fonctionnel et permet d’enraciner l’innovation du transfert dans le socle du coutumier.

50Ces conceptions multiples tout à la fois engendrent des centres d’intérêts divergents et découlent d’eux. Elles mettent la biodiversité en lecture par des regards dont l’appréciation ne relève pas des mêmes critères : Madagascar National Park porte particulièrement attention à la superficie et au degré biologique des ressources du noyau dur (catégories I, II et IV), les ONG de conservation se préoccupent plutôt de ce qui est à l’extérieur des noyaux durs (catégories III, V et VI), alors que les ONG d’accompagnement et de service se soucient du nombre de secteurs concernés par leurs prestations, ainsi que de l’importance de leurs zones d’intervention. Malgré les discours convergents quant à son importance, la biodiversité ne fédère pas ; ses enjeux de protection et de développement sont matière à confrontation de pouvoirs inégaux.

Des découpages aux limites problématiques

51Un plan d’aménagement articule des territoires de répartition de ressources. Encore faut-il que ces unités spatiales répondent à leur affectation. Or, les empiètements sur leurs limites posent problème, sur un double plan.

52D’une part, l’affectation des nouvelles zones de gestion correspond rarement à l’organisation spatiale locale entre plusieurs groupes. L’innovation moderne pour conserver la biodiversité entre alors faiblement en résonance avec les us et coutumes territoriales. La première fonde ses délimitations sur des critères issus d’un savoir scientifique de forestiers et de biologistes : le DHP (diamètre à hauteur de poitrine), la densité d’occupation du sol, etc. Les secondes assoient leur légitimité sur le partage historique, et accepté, de l’espace.

53En prenant l’exemple d’Ambendrana et d’Amindrabe, la carte 15 reporte plusieurs zones délimitées par les naturalistes : zone de conservation, zone de droits d’usage et celle de droits d’usage actuel (2003-2005 sur la carte, situation au début du contrat) qui change d’emplacement tous les trois ans. La carte indique également les territoires des groupes sociaux de la région, ces derniers se rattachant chacun à « son » village ancien : Ambohipanarivo, Ambohimandroso et Vohitsova. La superposition des deux types de limites sur un même espace révèle les problèmes : si le secteur de prélèvement se trouve dans la zone d’influence d’un groupe social en conflit avec un autre groupe, ce dernier ne pourra pas y venir ; il devra alors soit ne plus prélever, soit être contraint de prélever dans son territoire, dont une grande partie se trouve être en zone protégée. Par ailleurs, certaines limites suivent le cours des vallées, comme celle à l’ouest d’Ankibosy, entre la zone de conservation et celle de droits d’usage. Elles nient la logique d’occupation des terres d’amont en aval et délient la complémentarité sociale des deux versants. Enfin, la carte permet de signaler une limite orientale de la zone de droits d’usage qui empiète fortement sur le territoire traditionnel du groupe voisin, ce dernier percevant le fait comme une « spoliation » (ce point sera détaillé dans le chapitre 7). La carte montre un exemple de décalage d’échelle où le savoir biologique soi-disant universel est appliqué avec des restrictions formelles, sans tenir compte d’une autre catégorie d’échelle qui permet une gestion sociale et politique – donc différente – du territoire.

Carte 15. Ambendrana-Amindrabe : des découpages spatiaux aux limites problématiques.
Source : BLANC-PAMARD et al., 2006

54D’autre part, les nouvelles zones de gestion s’ajoutent aux délimitations et aux aires de conservation existantes. Pourtant, l’extension spatiale et les objectifs diffèrent, selon qu’il s’agit d’espaces dont la gestion est transférée auprès de Coba, de parcs nationaux ou encore de nouvelles aires protégées. Mettre la conservation en territoires de cette manière exige d’ajuster l’intégration des unités les unes par rapport aux autres. La réalité observée dans le corridor forestier betsileo-tanàla révèle que tel ne fut pas le cas. Elle montre des interférences de logiques et d’échelles au sein de ce qui est désormais une nouvelle aire protégée au territoire divisé entre plusieurs fonctions et sous-fonctions. Des limites s’enchevêtrent ou se superposent, ce qui nuit à la gestion ainsi qu’à la réalisation des missions attendues d’un tel découpage. Avec la NAP, la superposition des cartes montre des empiètements de zones différenciées par les plans d’aménagement. Ainsi à Amindrabe, avec l’avènement de la nouvelle aire protégée que devient le corridor, les zones gérées par les Coba (transfert de gestion) se retrouvent incluses dans la zone tampon et subdivisées en zone écotouristique (ZET), zone d’utilisation durable (ZUD) et zone d’occupation contrôlée (ZOC) (cf. chapitre 7, fig. 16).

55Ces superpositions engendrent une situation d’autant plus confuse que les nouvelles appellations perturbent les populations locales. L’exemple du ny akanjon’ny parka, « le vêtement du parc » est significatif. L’expression désigne la zone de protection du parc, dans le cadre de la nouvelle aire protégée. En novembre 2008, après la matérialisation des limites de cette zone de protection, la crainte d’un déguerpissement des populations locales était grande, alors que, pour les acteurs de la conservation, il était clair qu’on avait désormais affaire à une zone d’occupation contrôlée, sans velléité de déguerpissement. De telles confusions arrivent à un moment où doit désormais s’instaurer une cogestion entre Coba et organismes nationaux pour l’ensemble des aires protégées du corridor.

Discordances territoriales et politique environnementale

56L’espace maillé du corridor traduit son aménagement comme aire protégée au sein de laquelle coexistent espaces exclus et aires de participation où les zones sont protégées à des degrés divers. Un problème de lisibilité territoriale marque la situation. En effet, les projets de conservation instaurent une organisation spatiale qui ne correspond pas toujours aux représentations des populations locales, et les projets eux-mêmes ont du mal à coordonner leurs interventions lorsque, au-delà de la protection forestière, le même espace attire d’autres activités de développement. Départements ministériels, associations et autorités locales, organismes internationaux et nationaux tentent chacun de gagner la confiance de la population locale et de construire une identité à leur projet. En découlent, pour les paysans, des difficultés à se repérer.

57« Adouber » le corridor souligne, pour les autorités malgaches, le choix d’une politique environnementale sensible aux grands principes de la conservation : protéger une biodiversité riche et d’autant plus précieuse qu’elle est menacée ; associer des modes de gouvernance complémentaires en accordant une place importante, car stratégique à la participation des communautés riveraines ; combiner conservation et développement. Des transferts de gestion, la mise en place d’un système d’aires protégées, ou encore l’émergence d’instances de concertation chez les paysans (fédération de Coba) comme au niveau des intervenants (comité multilocal de planification) accompagnent cette dynamique. L’action veut structurer les associations paysannes et appliquer un plan d’aménagement de la forêt pour en réglementer l’accès aux ressources.

  • 54 Les approches de Political Ecology (voir entre autres les travaux de Blaikie, 1995 ; Bassett et Zu (...)

58Cette dernière dimension représente le principal changement pour les populations locales dans leurs relations au territoire. Non pas qu’elles découvrent un mode d’administration par découpage d’unités spatiales, car leurs principes d’organisation s’appuient eux-mêmes sur une occupation de l’espace par fragmentations (cf. conclusion du chapitre 2). Le problème réside dans le fait que les nouvelles unités instaurées ne sont pas compatibles avec les pratiques territoriales paysannes. La définition scientifique54 du terme biodiversité renvoie à une image de richesse, aussi bien sur le plan quantitatif (pays méga divers) que qualitatif (biodiversité remarquable), elle rejoint en cela la perception locale d’un milieu forestier riche de ses ressources. Or, c’est désormais la rareté qui est au centre des réflexions et de l’action de conservation. Ce principe guide les aménagements et se traduit par une soustraction des aires à la disposition de l’usage paysan. Le déphasage est source de conflits, au détriment de la régulation de la ressource forestière. Il met particulièrement en lumière la réalité d’une politique environnementale imposée de l’extérieur. L’environnement sert de support à de nouveaux groupes de développeurs et l’espace local, pourtant valorisé dans les discours comme un niveau de convergence entre les populations et les politiques publiques œuvrant pour l’environnement, n’est que le réceptacle d’actions décidées ailleurs, au sein d’autres instances.

Conclusion : requalifications spatiales, mais contradictions conceptuelles

59L’histoire du Betsileo montre des glissements de cœurs du territoire. Dans une région « au-Sud-de-la-Matsiatra » qui n’a jamais été unifiée à l’époque des royaumes, l’Isandra, en son temps, a été la principauté la plus influente, rayonnant sur ses voisins du Lalangina à l’est, et de l’Arindrano au sud. La conquête merina a excentré ce siège de pouvoir en créant Fianarantsoa et en mettant en place un axe de communication qui évite l’Isandra, ce que la colonisation confirmera avec le tracé de la route nationale 7. Fianarantsoa devient alors la capitale du Betsileo. Dans cette trajectoire temporelle, le Lalangina est resté en retrait des lieux de pouvoir : l’apogée même de sa grandeur dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle correspond à la phase de domination du royaume de l’Isandra. Le Lalangina développait davantage des caractéristiques d’interface avec le bas pays tanàla à l’est, tirant parti de sa situation en bordure des hautes terres. Tout comme pour l’Isandra, les routes de l’administration merina puis coloniale ont fixé des axes qui ont mis la région à l’écart, situation à laquelle les aménagements depuis l’Indépendance n’ont pas remédié. Cette marge s’avère intéressante seulement à partir des années 1980 lorsque le paradigme de la conservation promeut le massif forestier oriental betsileo en une ressource rare et riche à protéger. Dès lors, l’espace qui fut à la fois bordure et interface entre Betsileo et Tanàla devient à son tour le cœur des actions de conservation et de développement de la région. Mis sous les feux de la rampe, le corridor forestier attire les projets. La marge est devenue cœur.

60L’évolution est aussi synonyme de nouveaux découpages spatiaux, au service de la protection forestière. Ces césures touchent différents niveaux scalaires, depuis les espaces de vie des communautés locales jusqu’au grand territoire du corridor qui s’étend sur plus de 300 000 ha. Leurs objectifs convergent, quelle que soit l’échelle, vers la définition d’unités d’action pertinentes pour gérer la biodiversité.

61Pourtant, les bénéfices de la conservation ainsi territorialisée ne sont pas localement perçus, pour des raisons économiques, sociales, foncières, comme positifs par rapport à la conversion de la forêt, c’est-à-dire les avantages produits par les activités agricoles dans un espace forestier converti en rizières. Un autre paradoxe est que, dans le contexte du transfert de responsabilités de gestion des ressources forestières vers les communautés locales, ces mêmes communautés perdent le contrôle de la gestion de leurs ressources soit parce que les unités de conservation forestière ne correspondent pas aux unités sociales, soit lorsque la taille de ces unités les met hors de portée d’un contrôle paysan. La nouvelle territorialisation des espaces forestiers aboutit à une situation difficile et pose le problème de l’adoption locale des mesures de conservation.

  • 55 Expression des textes environnementaux des années 1990.

62La légitimité de ces nouvelles dispositions reste un enjeu central de la politique environnementale. Elle fonde l’innovation de la Gelose, loi inédite qui reconnaît le dina, convention collective régulant le droit coutumier : l’acte légitime les institutions locales. Tout en soulignant l’interférence des enjeux de légitimité avec des processus légaux, un tel choix traduit la volonté de reconnaître les capacités locales. Il accompagne une « métamorphose » de l’image des sociétés paysannes. Dans un premier temps vues comme prédatrices et au cœur de la « spirale de dégradation de l’environnement »55, ces dernières sont désormais considérées comme responsables et partenaires incontournables de la conservation. La réalité cependant révèle que dans le renouvellement des dispositifs environnementaux, la construction repose sur les savoirs scientifiques et leur autorité, bien plus que sur les savoirs locaux. Les critères des naturalistes priment pour définir les unités d’aménagement forestier, ce qui entre en résonance avec le financement international de la politique environnementale malgache : les experts doivent retrouver leurs marques dans l’action et dans l’évaluation de cette dernière, suivant une logique de « traduction de normes internationales en applications nationales » (Aubertin, 2005). Les rapports de force qui accompagnent la question de la biodiversité dans les relations Nord/Sud (Hufty, 2005) participent de cette emprise des savoirs scientifiques et limitent la prise en compte de la vision autochtone de la conservation. Cette dernière est pourtant une condition sine qua non de l’acceptation sociale du dispositif.

Notes

33 Classement n° 2007-77. L’ensemble est inscrit au titre des critères de la convention du patrimoine mondial : « être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l’évolution et le développement des écosystèmes » et « contenir les habitats les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique… ». Il comprend 6 parcs nationaux : Andohahela, Andringitra, Marojejy, Masoala, Ranomafana, Zahamena.

34 Communiqué de presse de la Banque mondiale, website : http://www.pnae.mg/revue_presse/rp.asp.

35 Association de droit privé, reconnue d’utilité publique ainsi que comme « auxiliaire des pouvoirs publics en vue de promouvoir la politique de gestion de la biodiversité et de mettre en œuvre la stratégie de conservation et du développement au niveau des aires protégées » (décret n° 91-592 du 4 décembre 1991). L’Angap prend le nom de Madagascar National Park en 2008.

36 En 1994, est adoptée la loi n° 94-007 relative aux pouvoirs, compétences et ressources des collectivités territoriales décentralisées (CTD) complétée par la loi n° 94-008 : organisation, fonctionnement, attribution des CTD.

37 Loi 2001/05 du 11 février 2003 portant Code de gestion des aires protégées, avec les décrets d’application n° 2005-013 du 11/01/05 et n° 2005-848 du 13/12/05 ; cette loi se trouve elle-même remodelée par la loi n° 028/2008 du 29 octobre 2008.

38 Déclaration du président Ravalomanana au congrès mondial des aires protégées.

39 Le corridor biologique mésoaméricain (CMB) représente l’entreprise la plus ambitieuse. Initiative d’échelle régionale concernant les sept pays d’Amérique centrale (Guatemala, Belize, Honduras, Salvador, Nicaragua, Costa Rica, Panama) et le Mexique, il relie les aires protégées par des corridors d’habitats naturels et restaurés sur une superficie de 768 000 km2. Son objectif est d’assurer une continuité régionale des écosystèmes.

40 C. Kull (2008) porte un regard critique sur une telle posture : « this gloses over the wide variety of human landscapes found throughout the highland hills, valleys and plains ».

41 Elle s’étend sur une centaine de kilomètres de long, avec une largeur moyenne de 15 km (Orgasys/ Fanamby, 1998).

42 Manuel-guide pour la nouvelle aire protégée Fandriana-Vondrozo, ERI, septembre 2007

43 Structure de financement la plus impliquée dans le corridor, l’Usaid regroupe et soutient une coalition informelle de projets régionaux qui comprend ERI (initiative écorégionale), Miaro (aires protégées et gestion communautaire), Jariala (réforme de l’administration forestière et du secteur forestier), Misonga (information et bonne gouvernance), Bamex (secteur privé et échanges commerciaux), FCER (réseau ferré Fianarantsoa côte est) et Santenet (santé).

44 Site web du CMP Tandavanala (http://tandavanala.org/traverseecorridor.html) ; Tandavanala signifie « en-long-la-forêt » et traduit le mot corridor.

45 La décentralisation, inaugurée dès la période coloniale, a été relancée par les lois de décentralisation de 1993-1994. La constitution de 1998 retient trois niveaux de collectivités territoriales décentralisées : les provinces (6), les régions 28) et les communes (1392). Mais un vide administratif apparut entre la Commune et la population, fokontany et fokonolona n’étant pas reconnus comme des cellules de démocratie participative. Des textes se sont depuis succédé pour instituer une administration territoriale locale, révélant les difficultés à mettre en place une démocratie de proximité, notamment pour les campagnes.

46 Troisième rapport national de la CDB ; rapport PE 3, TGRNR. Les 500 contrats concernent 178 000 ha de forêts.

47 Gelose : gestion locale sécurisée, loi 1996, décret 96-610 ; GCF : gestion contractualisée des forêts, loi forestière 1997, décret 2001-122.

48 Les citations sont tirées du document de la communauté de base d’Amindrabe. Toutes les traductions du document ont été faites par nos soins.

49 Le tavy, système de culture en abattis-brûlis fait, comme le feu, l’objet d’une réglementation depuis le XIXe siècle.

50 Il s’agit d’espaces fonctionnels au sein d’une aire protégée par transfert de gestion. Une analyse fine en est faite dans le prochain chapitre.

51 Terme emprunté à Étienne Juillard (1972).

52 Fonds de solidarité prioritaire, projet « Gestion décentralisée des ressources naturelles ».

53 Renseignements communiqués par Éric Belvaux, chef du projet « Gestion décentralisée des ressources naturelles ». Daraina (nord-est de Madagascar) et Onilahy (plateau mahafaly, sud-ouest) sont les deux sites pilotes de l’action.

54 Les approches de Political Ecology (voir entre autres les travaux de Blaikie, 1995 ; Bassett et Zuéli, 2003 ; Benjaminsen et Svarstad, 2009 ; Robbins, 2004) soulignent que la définition de la biodiversité correspond à une jonction entre l’état de la science, par la connaissance scientifique légitimée, et l’acceptation politique d’une mise en avant de cette définition.

55 Expression des textes environnementaux des années 1990.

Table des illustrations

Légende Carte 14. Le parc national de Ranomafana et les villages de la zone périphérique.Source : Données Angap-SIG, Angap-DIR-F mai 2004 ; BLANC-PAMARD et al., 2006
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9105/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende Carte 15. Ambendrana-Amindrabe : des découpages spatiaux aux limites problématiques.Source : BLANC-PAMARD et al., 2006
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9105/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 494k

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search