Version classiqueVersion mobile

Biodiversités en partage

 | 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa
, 
Chantal Blanc-Pamard

Partie 1. Un rapport centre-périphérie inversé

Chapitre 1. À l’ouest : le Lalangina, une marge contrôlée

Texte intégral

  • 14 Tandàvan’ala = Tandàvana (longueur) + ala (forêt). Abinal et Malzac (1993 ; 1re édition en 1888) pr (...)

1Historiquement, la notion de « corridor forestier » n’existe pas pour les Betsileo. Elle est traduite par l’expression Tandàvan’ala14, « la-forêt-tout-au-long », construite dans les années 2000 avec les projets de conservation qui s’installent dans la région de Fianarantsoa. La logique d’une unité longitudinale qui valorise la continuité forestière et isole cette dernière des espaces qui l’encadrent n’est pas celle des sociétés paysannes locales.

  • 15 Lalangina = Làlana (chemin) + gina (silence) donnant par agrégation Lalangina.

2Par ailleurs, le versant occidental du corridor se trouve en position excentrée sur les hautes terres betsileo. L’espace correspond à la région historique du Lalangina, « aux-chemins-silencieux »15, traduction significative de sa fréquentation alors limitée. Bordure forestière aux ressources différentes et complémentaires de celles de la pseudo-steppe qui la limite à l’ouest, elle est aussi une interface avec ce qui de l’est vient au contact de cette région des hautes terres. En situation de contact, la forêt est une marge contrôlée.

Une marginalité liée au milieu naturel ?

3Jusqu’au grand escarpement oriental appelé « falaise » qui limite les hautes terres betsileo, la combinaison du modelé topographique et de la couverture végétale autorisent à parler de géosystème forestier. L’ensemble est connu et parcouru par les populations locales.

Gradations montagneuses et grille pédologique

4Une relation forte entre position longitudinale et modelé forestier caractérise ce milieu : le long d’un transect O-E, le paysage est d’autant plus marqué par le système de dissection forestière qu’il est situé en bordure orientale. La différence est frappante, entre le cadre morphologique du village d’Ambendrana en situation de lisière, et celui d’Amindrabe en forêt à 6 km à l’est à vol d’oiseau.

5Ambendrana, à une altitude de 1 125 m, se trouve dans une alvéole de la surface d’érosion datée fini Tertiaire sur les hautes terres malgaches (Bourgeat, 1973). Cette surface présente une pente douce vers les talwegs et domine elle-même des terrasses quaternaires perchées au-dessus des bas-fonds actuels cultivés en riz (fig. 1).

6Une topographie beaucoup plus accidentée modèle le relief d’Amindrabe où l’altitude maximale est de 1 469 m (Ambohipanja). Des interfluves aux crêtes le plus souvent étroites forment l’essentiel des hauteurs de la région aux environs de 1 275 m. Ils dominent des bas-fonds encaissés. Le hameau d’Amindrabe, à 1 125 m, surplombe d’une vingtaine de mètres un bas-fond qui limite son site au nord et dont le versant opposé, culminant à plus de 1 150 m, présente de fortes pentes de plus de 30°.

7Ces modelés topographiques de terroirs s’inscrivent dans une architecture de relief accidenté avec une marque montagneuse dans le secteur départageant les eaux s’écoulant vers l’océan Indien de celles se dirigeant vers le canal de Mozambique : la ligne de partage des eaux se trouve à 2,8 km à l’est d’Ambendrana. Les dénivellations peuvent alors atteindre une centaine de mètres entre talweg et ligne de crête. La coupe topographique souligne cette dissection du relief de part et d’autre du point coté 1 417 m, correspondant à la ligne de partage des eaux vers l’est et vers l’ouest (fig. 2).

Figure 1. L’alvéole fini Tertiaire d’Ambendrana

Figure 2. Coupe topographique ouest-est transversale au corridor

  • 16 Certains tronçons de la RN 7 situés dans le district du Lalangina ne sont empruntés le soir, contr (...)

8Un tel compartimentage du relief contribue à la marginalité de la région, déjà évoquée par le descriptif de son nom historique, « aux-chemins-silencieux ». Cette expression est toujours porteuse de sens dans le vécu quotidien : faible fréquentation des chemins et pistes, mais aussi appréhension latente de l’insécurité, même sur les grands axes actuels16. Le cloisonnement topographique constitue un frein aux circulations d’échange, ce qui explique en partie la très faible utilisation de la charrette. Il crée aussi des situations d’isolats qui, coupés de débouchés, défavorisent les complémentarités locales. Encore maintenant, accéder aux marchés ruraux hebdomadaires où arrivent les produits de la ville (pétrole lampant, sel, piles pour transistors…) représente plusieurs heures de marche, en partie nocturne, avec des capacités de portage limitées. Et pourtant, c’est une nécessité pour les villageois de se rendre régulièrement à ces marchés.

9Cette physiographie accentuée met en évidence sur de courtes distances différentes unités pédologiques.

10Les bas-fonds sont occupés par des sols hydromorphes, ici essentiellement de type minéraux (parcelles rizicoles). Dans les zones de débordement des axes hydrographiques se trouvent les sols d’apport, alluvial (dépôts par grano-classement de la charge du cours d’eau) ou colluvial, provenant des versants proches. On observe ces sols surtout dans la partie ouest du terroir d’Ambendrana, là où la pente des cours d’eau est faible. Sur les interfluves ferrallitisés, la grille de lecture morphopédologique mise au point sur les hautes terres malgaches (Bourgeat, 1973 ; Bourgeatet al., 1995 ; Randriamboavonjy, 1995) permet de distinguer :

  • les sols ferrallitiques « modaux », sur les sommets plans, épais et développant les horizons A, B, C ;
  • les sols ferrallitiques pénévolués, sur les très fortes pentes des plus hauts sommets où l’horizon C affleure pratiquement en surface ;
  • les sols ferrallitiques rajeunis, sur les versants moins pentus des collines, au profil A/C, l’horizon d’altération apparaissant à moins de 40 cm de la surface topographique.

11La présence de ces trois catégories de sols : hydromorphes, sols d’apport et sols ferrallitiques, n’est pas en elle-même facteur de marginalité, car on les retrouve aussi dans les autres régions des hautes terres malgaches. C’est dans les conditions de leur mise en valeur que les agriculteurs peuvent ressentir leur situation à l’écart (éloignement des services techniques, difficultés d’approvisionnement en intrants).

Contraintes climatiques et hydrographiques

12La zone connaît un climat tropical d’altitude, avec ses atouts (pluviosité relativement abondante et bien répartie), mais aussi ses contraintes (températures et autres aléas climatiques).

13Les pluies totalisent en moyenne 1 300-1 400 mm/an (fig. 3), avec un maximum centré sur la saison chaude (janvier-mars) et une période de moindre humidité, de mai à septembre. La température moyenne annuelle de 16 °C est tempérée surtout par les valeurs des mois de l’hiver sud-hémisphérique, entre mai et septembre. La gelée matinale n’est alors pas inconnue, avec parfois des précipitations sous forme de grésil. En juillet-août 2003, des périodes de gel ont endommagé la fructification des bananiers. Les cyclones sont l’autre aléa climatique, redoutés en saison chaude car leur passage s’accompagne de dégâts touchant autant les cultures (coulure du riz à cause du vent, inondations), les infrastructures (pont emporté sur la rivière Ambendrana, barrage hydraulique endommagé) que les forêts (pins abattus).

Figure 3. Diagramme ombro-thermique de la station météorologique de Fianarantsoa (1981-1990).
Source : direction de la Météorologie et de l’Hydrologie ; BLANC-PAMARD et RALAIVATA, 2004

14Les documents et cartes topographiques (cf. carte 4) montrent un relief fortement digité par le réseau hydrographique. La région est drainée par un réseau de cours d’eau articulé sur deux grands bassins fluviaux : le Namorona au nord-est qui se jette dans l’océan Indien, et la Matsiatra à l’ouest, affluent du Mangoky qui se jette dans le canal du Mozambique (Chaperonet al., 1993). Si les rivières connaissent un tracé sinueux avec présence de biefs rocheux à l’ouest de la ligne de partage des eaux, un chevelu hydrographique caractérise la partie orientale avec un écoulement plus rapide de ses eaux. Dans tous les cas, ce maillage hydrographique accentue le relief dans le sens d’un compartimentage de l’espace.

Catégories forestières scientifiques et locales

15Une richesse forestière en peuplements artificiels et naturels caractérise la couverture végétale, avec une configuration des forêts en mosaïques.

16Les reboisements sous forme de plantations industrielles ou de bois plus intégrés dans les terroirs habillent le paysage surtout entre l’est du massif de l’Igodona et la forêt orientale. Trois espèces constituent les peuplements. Les pins (Pinus patula) sont les plus récents, plantés jusqu’aux années 1972 et 1973, et les plus étendus : ils constituent le périmètre de reboisement de la Haute Matsiatra créé pour le ravitaillement d’une usine de pâte à papier qui n’a jamais vu le jour. Introduits à l’époque coloniale, eucalyptus (Eucalyptus robusta) et mimosas (Acacia dealbata) sont plus disséminés dans les territoires villageois ; on peut même les retrouver dispersés dans la forêt naturelle. Les premiers peuvent encore présenter de belles futaies, localisées alors en sommet d’interfluve (exemple du bosquet d’eucalyptus sur le site de l’ancien village aurifère d’Ambohimalaza), tandis que les seconds, les moins présents, forment essentiellement des taillis.

17La couverture arborée naturelle est la forêt dense ombrophile de moyenne altitude à Weinmannia et Tambourissa (Humbert, 1927 ; Humbert et Cours-Darne, 1965), dénommée « pluristratifiée du domaine centre-est » par Goodman et Rakotoarisoa (1998). Les derniers diagnostics d’écologues parlent d’une mosaïque forestière très diversifiée pour cet ensemble (Carrièreet al., 2007) et distinguent deux parties. La première, une bande occidentale où la forêt est « fragmentée et mitée [...], secondarisée, avec un couvert de 10-12 m de haut » (Ratsimisetra, 2006). La seconde, une bande orientale de forêt peu perturbée présentant un couvert plus élevé, de 15 à 20 m.

18À l’échelle des terroirs, connaissance et pratiques locales distinguent encore d’autres facettes. À Ambendrana, un transect paysan relève d’est en ouest (carte 4) :

  • une forêt dite intacte, forêt mature ou « forêt tropicale de moyenne altitude » des écologues et forêt des ancêtres ala gasy pour les paysans ;
  • une forêt sanginafo à la physionomie fortement marquée par le feu avec des ligneux calcinés émergeant d’un recrû herbacé et arbustif ; sanginafo signifie littéralement taquiné-par-le-feu, et l’expression indique un feu volontaire ;
  • un secteur où la forêt sanginafo se mélange avec des formations ala gasy ;
  • et enfin, une zone où des songon’ala, littéralement touffes forestières, subsistent au milieu ou en bordure de cultures pluviales. Songon’ala indique une forêt de type ala gasy qui se détache dans le paysage, car elle n’a pas été abattue. Elle présente plusieurs physionomies : formation écran perpendiculaire à la pente en bordure aval d’un abattis-brûlis, formation étroite dans le sens de la pente entre deux champs, ou encore relique sommitale.

Carte 4. La perception locale des faciès forestiers.
Source : BLANC-PAMARD et al., 2006

19À Amindrabe, cette mosaïque se dessine avec les recrûs forestiers post-culturaux aux alentours des hameaux et/ou à l’intérieur du ala gasy. Ces recrûs sont signalés par des espèces indicatrices d’une dynamique progressive (Harunga madagascariensis, Ravenala madagascariensis) ou par un ensemble dominé par des fougères et de rares ligneux. Ils jouxtent des champs et se différencient par une physionomie de formation arbustive à arborée.

20Cachet indiscutable de ce rebord betsileo, la forêt en mosaïques provient autant de dynamiques de la nature, des espèces de reboisement que de pratiques agricoles. Elle dépasse le cadre de la seule « forêt humide de moyenne altitude » et des faciès de dégradation de cette dernière, les plus mis en lumière par les politiques de conservation (Jolly, 1980 ; Goodman et Benstead, 2003). On pourrait croire que, comme le font la topographie et l’hydrographie, cette forêt en mosaïques est aussi facteur d’isolement. Or, elle n’est pas perçue comme hostile et ne constitue pas un obstacle pour la circulation. Preuve en est la présence de sites anciens au cœur de la forêt « naturelle ».

Des populations locales familières de ce milieu

21Avec la priorité d’une mise en rizières des bas-fonds (Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 2005), les sociétés paysannes locales identifient les éléments forestiers appropriés à leurs objectifs, montrant que la forêt n’est pas une ressource en elle-même (Dupré, 1996), mais une ressource recherchée et révélée dans un contexte économique, social et biophysique donné.

22Ainsi en est-il de la conversion de fortes pentes sous forêt en parcelles de cultures. Elle s’opère par une agriculture manuelle qui relie les potentialités de sols d’épaisseur limitée (pénévolués en partie amont des versants, peu évolués d’apport colluvial vers l’aval) avec la localisation de couvertures forestières.

23Dans le modèle le plus répandu, quatre facettes se succèdent du haut vers le bas du versant dont la pente peut dépasser 60° (fig. 4, cahier couleurs) :

  • en position topographique sommitale, une forêt ala gasy conservée. Les paysans attribuent à la forêt sommitale un effet réducteur du ruissellement et une action positive sur l’infiltration de l’eau dans le sol et sur l’humidification de la parcelle en aval ;
  • un kapòka d’âge variable qui jouxte la forêt et complète le rôle de cette dernière. Le kapòka est un recrû forestier post-cultural défini par le nombre d’années de jachère ;
  • des parcelles cultivées associant manioc, maïs et arachide avec quelques fruitiers. Aucune ne présente de rigole de protection dans la partie amont : les espaces à couverture végétale plus ou moins dense qui les dominent dispensent de leur mise en place. Par contre, pieds d’ananas et/ou pierres entassées en bordure aval de la deuxième parcelle témoignent d’un aménagement ;
  • la dernière facette vers le bas versant bénéficie cependant d’une protection avec une rigole installée en amont, à cause de la puissance érosive accentuée du ruissellement en cette localisation.

24Ce modèle rend compte d’une gestion paysanne soucieuse de contrôler l’érosion par une couverture végétale et des aménagements physiques, intégrant l’ensemble du versant ainsi que la position topographique des facettes.

25Les expressions traduisent à leur manière ces savoirs locaux au service d’objectifs précis. Fait remarquable, les paysans n’emploient pas de terme pour qualifier la forêt dégradée. Deux types de couvert végétal arboré sont distingués : la forêt alagasy et les kapòka. Au terme générique kapòka, durée de la jachère (kapòka de 5 ans, par exemple) ou nombre de jachères ayant précédé la remise en culture peuvent apporter une précision : par exemple, un kapòka de deuxième année signifie que la parcelle a déjà été mise en jachère une fois, soit une période de culture. Être an’ala, « dans la forêt » est utilisé en opposition au terme désignant les espaces sans recouvrement ligneux, « ampàtrana » littéralement dans-l’herbe, c’est-à-dire en savane ou en pseudo-steppe. « Dans-la-forêt » signifie non seulement la présence de la forêt, mais aussi toute une mosaïque de faciès qui découle de l’utilisation agricole, par les tavy, les cultures pluviales et les phases de jachères successives. Ainsi dans cette unité, le terme atiala (litt. « foie-forêt ») désigne l’intérieur du massif forestier et les espaces où les bassins-versants sont entièrement forestiers alors qu’à proximité des villages, les bassins versants ont des forêts seulement sur les crêtes et une mosaïque de végétation sur les versants : cultures, kapòka, et songon’ala. Par ailleurs, il est intéressant de noter qu’harongana (Harungana madagascariensis) est appelé fanilo, c’est-à-dire « éclaireur » : Harungana est une espèce héliophile, essence ligneuse accompagnant une dynamique progressive annonçant le retour de la forêt.

26Ce regard d’agriculteurs considère une conversion de forêts en rizières comme un but et un gain. Il appuie aussi ses repères en forêt sur des éléments topographiques signifiants pour l’activité agricole : l’hydrographie dans ses contraintes inégales, l’exposition qui diversifie les microclimats, la pente qui différencie les potentiels des versants.

27À cette échelle des relations entre le milieu et les sociétés, on est loin de l’image d’agriculteurs aux comportements prédateurs, souvent désignés par les administrations comme fautifs dans la dégradation de l’environnement (Blanc-Pamard et Boutrais, 2002). Au contraire, l’analyse souligne que si le milieu naturel peut être un facteur de la marginalité de la région, la société qui y vit connaît ce milieu : elle l’utilise suivant une logique qui peut être tout autre que destructrice.

Une situation en marge

28La marginalité de cet espace est inscrite dans le temps, à l’échelle du pays betsileo comme à celle de la subdivision historique du Lalangina. C’est une bordure, mais aussi une zone de contact, même si à certaines périodes des dispositions ont voulu en faire une frontière.

29Nous proposons une géographie historique qui localise les appellations d’unités politiques à différentes échelles.

Carte 5. Les royaumes betsileo au sud de la Matsiatra

À l’écart des centres et des axes

30Le pays betsileo n’a pas connu une unification comme ce fut le cas en Imerina. Trois ensembles le composent : le Betsileo-Nord (Fisakana et Ambositra), le Betsileo-Centre (Manandriana) et le pays betsileo au sud du fleuve Matsiatra (carte 5).

31Le Lalangina, le plus effacé des trois royaumes, se soumet pacifiquement à la royauté merina au début du XIXe siècle.

Carte 6. Le Lalangina historique
Source : DUBOIS, 1938

32Le Lalangina est divisé en trois circonscriptions (carte 6) : Andoharano au sud-est et Avaradrano au nord encadrent la partie centrale, le Lalanginaïvo constitué du Lafarivo et de Mandranozenina. La zone étudiée se trouve dans la partie orientale du Lafarivo. Sa position excentrée apparaît nettement lorsqu’on lit Étienne de Flacourt (1658). Pour ce dernier, le principal axe du Lalangina au XVIIe siècle se situe le long du fleuve Matsiatra, « où les villages sont les plus beaux […], le(s) plus peuplé(s) de cette terre ». La zone reste difficile d’accès de Ialananindro, située sur les rives de la Matsiatra et capitale commune aux subdivisions du Lalangina au début du XIXe siècle. Plus tard, l’occupation merina au XIXe siècle installe des bourgs relais sur l’itinéraire depuis l’Imerina vers le Betsileo, aux confins de l’Isandra et du Lalangina : Ambohimahasoa, Alakamisy Ambohimaha, Fianarantsoa. L’axe sera repris par l’administration coloniale avec le tracé de la future route nationale 7. Or, la zone d’étude reste éloignée de ces centres et axes névralgiques

Une lisière contact et non frontière

33Pourtant, le peuplement des deux villages d’Ambendrana et Amindrabe montre que situation excentrée et proximité de la forêt ne signifient pas isolement.

34La création d’Ambendrana date des années 1790 et les généalogies remontent à huit générations. Les habitants sont presque tous descendants des Zafindrareoto, clan « sorti de l’est », c’est-à-dire d’au-delà de la forêt. Ce clan s’est installé à Analamena, un haut lieu historique car un des trois « points de chute dans le Lalangina des rois-migrants venus de l’est » (Dubois, 1938 ; Rainihifina, 1975 ; Randriamarolaza, 1982). De ce centre, le groupe s’est répandu vers l’est dans la zone forestière où il a créé des villages sur des sites élevés (exemple du village ancien d’Ambohimandroso), mais aussi plus à l’ouest, sur les espaces herbacés dégagés. À Amindrabe, créé dans les années 1920 (les généalogies remontent à trois générations), des « gens venus de l’ouest » pour l’exploitation aurifère constituent le fond du peuplement, dont un groupe originaire du nord-est d’Alakamisy Ambohimaha, zone située bien plus à l’ouest.

35Ainsi, de l’est ou de l’ouest, les itinéraires migratoires n’ont pas ignoré ni évité cette zone en périphérie. Plus généralement, la bordure forestière n’a pas été une barrière empêchant contacts et échanges. Solondraibe (1986) rapporte que, du littoral au nord de Mananjary où ils se trouvaient au début du XIIIe siècle, des groupes Zafindraminia ont pénétré l’intérieur des terres et traversé le couloir forestier pour arriver dans le Nord-Betsileo. De là, leur itinéraire s’est dirigé vers le Sud-Betsileo et a descendu la falaise tanàla de l’Ikongo. Les populations betsileo elles-mêmes aux XVIIIe et XIXe siècles ont fait de la migration vers la région tanàla de Ranomafana-Ifanadiana, au-delà et en contrebas de la forêt à l’est, une zone de refuge (Solondraibe, op. cit.). Plus récemment, pendant la rébellion de 1947, les habitants de la lisière fuient leur village pour se réfugier en pleine forêt dans les bas-fonds étroits et encaissés. Les gens d’Ambendrana sont allés jusqu’à Ambatolava à proximité d’Amindrabe, pour revenir seulement une fois les troubles terminés. La proximité forestière permet une telle oscillation de l’habitat, suivant les phases de sécurité ou d’insécurité.

Carte 7. Des parlers locaux différents suivant les bassins-versants

36Sophie moreau (2002) relève une réalité semblable dans le Sud-Betsileo : « la grande forêt de l’est de part et d’autre de la falaise a joué dans l’histoire le rôle d’un espace de contact et de circulation ».

37La position décentrée était d’autant moins un handicap que la proximité de la forêt ouvre d’autres perspectives. Les limites coutumières des terres des villages en bordure incluent de vastes étendues forestières à l’intérieur desquelles se trouvent des kijana, pâturage commun organisé selon une logique de bassin-versant : les groupes savent dans quel bas-fond se trouve leur pâturage, les noms des bas-fonds renvoient aux territoires. Il en est resté une différenciation entre les dialectes locaux eux-mêmes « suivant les têtes des eaux où l’on prend l’eau qu’on boit ». Ainsi, entre Betsileo du Lalangina riverains de la forêt, les parlers sont différents (carte 7) : les habitants d’Amindrabe (drain vers la Namorona) se distinguent de ceux d’Ambalavao Sud (drain vers la Matsiatra) qui eux-mêmes, se différencient du dialecte d’Andranoroe (drain vers la Faraony).

Figure 5. Bas-fonds de Lohavatana
A Mode d’appropriation des versants (1930).
B Les transformations du paysage forestier, situation en 2004.
C Les transformations du paysage forestier, situation en 2008

38La gestion des espaces forestiers précise aussi les droits sur les interfluves. Les versants dominant les bas-fonds, lieux de pâturage, sont appropriés en bandes parallèles dans le sens de la pente. Ce sont des zones « où-l’on-va-récolter » (fanohòfana ; cf. figure 5a) le miel et dont les limites matérialisées par une croix, correspondent à l’intersection avec un drain d’ordre supérieur (fig. 5a). L’occupation du bas-fond de Lohavatana par les gens d’Ambendrana a commencé par l’exploitation du miel sur les versants.

39On creuse des troncs d’arbres tels que harongy, ambora, varongy où viennent les abeilles de ces ruches. Des croix (tambenavena) signalent la présence et marquent l’appropriation des ruches.

40En plus de fournir des pâturages et d’être lieu de récolte du miel, le territoire forestier est propice à l’exploitation du sous-sol. Quand métaux précieux et minerais sont présents, la forêt possède ce qui est nécessaire à leur mise en valeur : eau pour laver, extraire et/ou tamiser les éléments terreux et rocheux, bois comme combustible ou matériel d’exploitation minière. Cette situation attractive en lisière forestière explique la présence historique de villages de forgerons, tirant parti des affleurements de quartzite à magnétite tout au long de la lisière forestière orientale (Tananarive, service des Mines, rapport de 1921), ceux appelés les Tambintsina dans le Nord-Betsileo (Fremigacci, 1976), ou ceux présents depuis la fin du XVIIIe siècle au sud du Lalangina (Randriamarolaza, 1982).

  • 17 Le nom se décompose en An-Keri-vy, au-lieu-puissance-fer (dans le sens lieu où il y a beaucoup de (...)

41Sur le terroir d’Ambendrana, des toponymes sont caractéristiques de cette installation ancienne, tels Ankerivy17 sur le territoire du groupe issu du village ancien d’Ambohimandroso. Les mines de fer étaient alors exploitées pour produire des sagaies (lefona), des couteaux (antsy). Les impôts particuliers demandés au Lalangina par l’administration merina au XIXe siècle traduisent la spécificité liée à sa bordure forestière. Du Lalangina sont attendus miel, cire, bois, fer forgé pour enchaîner les prisonniers.

42Cette connivence avec le milieu forestier a-t-elle, avec le temps, évolué vers une intensité moindre ? On peut le penser, à suivre certaines analyses. Kottak (1980) observe que le passage d’une société tribale à une organisation étatique en pays betsileo se fait depuis le XVIIe siècle en même temps que la mutation d’une société pastorale vers une société agricole. Il note par ailleurs l’importance acquise par la production rizicole au cours du XVIIIe siècle. Dans ce contexte, l’auteur souligne que l’écosystème local du Lalangina a accentué la culture du « sedentary wet-rice cultivation ». Autrement dit, il s’agit d’une dynamique agricole qui délaisse la forêt et ses versants pour se tourner vers un aménagement de parcelles rizicoles de bas-fonds : pour Kottak, c’est un choix de société qui s’écarte de la forêt. Dans le Sud-Betsileo, Moreau (2002) observe un semblable éloignement des populations de la forêt à cause d’un centrage sur la riziculture de bas-fonds aux XIXe et XXe siècles. Sa lecture s’appuie aussi sur des considérations économiques et politiques. Economiques, car avec l’administration merina au XIXe siècle puis les intérêts coloniaux français à partir de la fin du XIXe siècle, les produits de la forêt se trouvent intégrés dans une organisation marchande et extractive qui échappe aux préoccupations locales. Considérations politiques : l’administration coloniale impose un habitat groupé en villages de trente toits minimum (1910), ce qui annihile les perspectives d’écart ou de hameau en forêt. La même administration fait de la forêt un domaine de l’État qu’elle surveille en y consacrant personnel et réglementation. L’objectif global de contrôler la forêt prend le pas sur celui, local, de vivre avec la forêt.

43De cette époque où l’administration a commencé à distendre les liens de la population riveraine avec la forêt, les deux terrains étudiés gardent des traces.

44À Ambendrana, deux ménages établis de longue date n’ont aucun lien de parenté avec les autres lignages. Originaires d’un hameau proche, leurs parents ont été contraints de résider à Ambendrana en raison de la décision administrative des trente toits.

45Sur les terres d’Amindrabe subsistent des vestiges de l’époque de production aurifère des années 1920 sous le contrôle de l’administration coloniale. Le camp de base, Ambohimalaza, est aujourd’hui remarquable par la présence sur son site d’un énorme eucalyptus en pleine zone forestière. Un sentier étroit mène aujourd’hui à ce lieu abandonné, mais les traces d’un ancien chemin empierré plus large sont reconnaissables. Dans les alentours, des galeries désormais recolonisées par des recrûs forestiers signalent les sites d’extraction.

46En organisant dans leur intérêt l’exploitation des ressources de la forêt, les administrations extérieures merina, puis françaises, visent à exclure les sociétés paysannes de la maîtrise de l’économie forestière. Cependant, elles n’ont pas amélioré la situation excentrée de la zone : les principales routes mises en place, éloignées de la bordure forestière, en entretiennent la situation marginale par rapport aux nouvelles centralités. Par ailleurs, les investissements réservés aux infrastructures routières sont faibles, ce qui dessert aussi l’intérêt des colons (Ralaikoa, 1986). Ainsi, ces administrations ne peuvent-elles exercer qu’un contrôle lointain, concentré sur des endroits précis, de la lisière forestière. Il en résulte que la forêt continue d’assurer des fonctions importantes, comme celle de refuge pour les hommes (nous avons mentionné les migrations en forêt lors des événements de 1947). Par son action, l’administration a même parfois participé à la création de villages en forêt, comme à Amindrabe pour l’extraction aurifère.

Des pouvoirs en interférences

47Le contrôle de ce territoire excentré a mis en présence différentes organisations, qu’elles soient locales ou liées à l’extérieur. Il a évolué vers une mainmise des structures les plus englobantes et une (re)définition des ressources.

Une hiérarchie sociale locale

48Villages et/ou hameaux, c’est-à-dire l’échelle de la vie communautaire, soulignent à quel point l’organisation sociale caractérise l’occupation de l’espace géographique. Les généalogies villageoises fondent une organisation sociale verticale et éclairent les principes locaux de répartition des hommes.

À Ambendrana

49La trame sociale repose sur l’appartenance aux deux groupes de descendance des enfants directs du créateur du village, Ramarosamy -X1- (cf. annexe, généalogie 1, Ambendrana) : celui issu de X11, d’une part et celui issu de X12, d’autre part.

50Ces deux groupes rassemblent 22/25 ménages du village. X1 lui-même a épousé une descendante d’Ambohimandroso, village ancien créé par le clan Zafindrareoto. La tradition orale classe Ambendrana comme village descendant d’Ambohimandroso et village utérin car la femme de X1 en est originaire.

51Ces deux groupes de descendance d’Ambendrana se subdivisent en quatre lignées : A, B, C et D (généalogie 1, carte 8). L’ascendance masculine ou féminine singularise chaque lignée, jusqu’à individualiser les sources d’alimentation en eau potable : la lignée D descend d’une femme, Ratsara (X111), et possède sa source propre au sud-ouest du village, alors que les lignées masculines A, B et C ont une source commune au nord-ouest. La génération suivante se constitue en segments de lignées, les « enfants de » (teraky), qui portent le nom de personnes en vie, souvent le doyen du segment, même s’il s’agit d’une femme (X1111). Elle reproduit une hiérarchie fondée sur les mêmes critères d’ascendance masculine/féminine et d’ancienneté qui caractérisent les lignées.

Carte 8. Le village d’Ambendrana : les groupes lignagers.
Source : BLANC-PAMARD et al., 2006

52Cette structuration sociale assure l’enracinement historique local de ceux que l’on pourrait appeler « autochtones ». Elle s’inscrit dans l’espace agricole et villageois.

53Les villages du territoire relevant du site ancien d’Ambohimandroso créent des rizières à partir des années 1960 dans les bas-fonds de leurs pâturages forestiers historiques. Les aménagements traduisent des critères sociaux dans la répartition des parcelles. Ainsi, dans l’axe hydrographique du Lohavatana (cf. fig. 5 et chapitre 5), on observe à un premier niveau un agencement d’amont en aval des blocs des terres d’Analalava (village masculin, voisin d’Ambendrana) puis ceux d’Ambendrana (village féminin). Puis, au niveau des blocs de terres villageoises, un regroupement d’amont en aval intervient suivant l’ascendance masculine ou féminine. Enfin, à l’intérieur de chaque bloc, les aînés ont leurs parcelles en amont, les cadets en aval. La répartition inscrit dans l’espace le critère de primauté accordé aux aînés.

54La localisation des ménages au sein du village d’Ambendrana est une autre marque de la hiérarchie sociale (carte 8). Les foyers sans lien avec les lignées « autochtones » sont relégués dans la partie sud-est, celle du destin astrologique des humbles, des serviteurs (Cousins, 1963) : ici, c’est l’ensemble E. La lignée C occupe la partie nord-est, celle qui indique et le pouvoir et l’autorité des ancêtres : elle est de descendance masculine et compte parmi ses membres le doyen du village ; c’est celle dont relève Rafaralahy Joma. La lignée D se trouve dans la partie sud-ouest : de descendance utérine, elle ne peut appartenir aux sphères du pouvoir. En adoptant une lecture de la disposition des lignées par bloc dans le village, on rend intelligibles les relations de pouvoir que les ménages entretiennent dans leurs relations entre eux et par rapport à leur milieu de vie.

La structuration sociale verticale permet de comprendre l’autorité de Rafaralahy Joma à Ambendrana. Appartenant à la lignée C de descendance masculine, Rafaralahy Joma est le doyen du village, le seul de sa génération, dans sa lignée, à être en vie (2008). Il est bien implanté à Ambendrana, avec le plus grand parc à bœufs du village. Il a aussi un lien avec Analalava, village « masculin » descendant d’Ambohimandroso, à la fois par son grand-père paternel et par sa femme qui en est originaire (généalogie 1, Ambendrana).

À Amindrabe

55Le village d’Amindrabe est composé de cinq hameaux. Ce sont : Amindrabe Analamaka où se trouve l’école et qui compte deux noyaux séparés par un vallon ; Antanàna Andrefana ; Ambala Andrefana et, enfin, Ambala Atsinanana (carte 9). Les arbres généalogiques (généalogies 2, 3, 4 et 5 en annexe) révèlent que le plus souvent, un hameau correspond à une lignée-ankohonana. Les habitants d’Amindrabe Analamaka relèvent pour la plupart de la lignée de Rajoma, et les enfants d’un premier lit de l’ancêtre éponyme occupent le hameau à l’est du vallon (généalogie 4). La lignée de Randriamasimbiasa occupe le hameau Ambala Atsinanana et ses cousins, celui d’Antanàna Andrefana (généalogie 3). Quant au hameau d’Ambala Andrefana, il est rattaché à la lignée Randriamanjato, frère de la femme de second lit de Rajoma. Comme à Ambendrana, le rang générationnel, l’ascendance patrilinéaire et la position d’aîné différencient la place des ménages. Cependant, l’occupation plus récente de la région (installation seulement dans les années 1920 avec l’exploitation aurifère) se manifeste ici par une organisation sociale spécifique.

Carte 9. Hameaux du village d’Amindrabe : les groupes lignagers.
Source : BLANC-PAMARD et al., 2006

  • 18 Il correspond au teraky, segment de lignée d’Ambendrana.

56Une première spécificité concerne la construction sociale verticale avec l’absence du niveau (-4), en partant de la génération des jeunes, c’est-à-dire ceux âgés de 20 à 30 ans en 2005 : toutes les généalogies remontent à seulement trois générations. Ce pas de temps localement appelé ankohonana18 définit la lignée, au patrimoine foncier connu. Par leur origine et par les alliances matrimoniales, certaines personnes se retrouvent dans plusieurs arbres généalogiques, à l’articulation de plusieurs lignées : leur capital social en est renforcé. Ainsi peut-on comprendre l’autorité de Ralahy G. au village d’Amindrabe Analamaka, ou l’aura de Rapiera qui pourtant vit dans un vallon isolé.

Ralahy G apparaît dans les généalogies 4 et 5. Fils aîné d’un second lit de son père, il réside en virilocalité à Amindrabe Analamaka et a sa part d’héritage à Ambala Andrefana par sa mère.
L’ex-président et l’actuel président du fokontany sont ses demi-frères, Rapiera son demi-cousin.
Rapiera d’Analapasy apparaît dans les généalogies 3, 4 et 5. Il réside à Analapatsy, non en virilocalité car il s’est installé sur une terre conquise par lui-même, agrandissant le patrimoine du groupe. Randriamanjato (Ambala Andrefana), porteur du nom de la lignée, est son père. Sa femme est originaire d’Antanàna Andrefana, apparentée à un grand propriétaire foncier de ce hameau.

57Au-dessus du niveau de la lignée, deux paliers successifs complètent la construction. Il s’agit d’abord du fianakaviana (litt. famille), qui rassemble les lignées ayant communauté de tombeaux et de stèles cérémonielles (photo 1). Vient ensuite le firenenena (litt. nation) qui, en plus de la famille-fianakaviana, rallie tout parent résidant hors de la zone, ainsi que toute femme mariée à l’extérieur et qui donc sera enterrée dans la sépulture de son mari, hors du tombeau de son groupe d’origine. La structure sociale pyramidale ainsi constituée reproduit les hiérarchies tout en intégrant des éléments qui, par leur situation matrimoniale, auraient été exclus.

Carte 10. Amindrabe aire centrale, Amindrabe aire forestière

58Une autre spécificité porte sur l’organisation territoriale horizontale : elle reflète aussi les caractères d’une histoire en cours.

59La toponymie, centrée sur l’espace villageois, participe à cette œuvre. Le lieu nomme les gens, il identifie socialement ces derniers (Blanc-Pamard, 1999). Un positionnement suivant le site de l’habitation fait varier les localisations selon la géographie des lieux. Par exemple, le hameau Ambala Andrefana « le-parc-à-bœufs-à-l’ouest » ainsi nommé lorsqu’il est considéré par rapport au hameau Ambala atsinanana « le-parc-à-bœufs-à-l’est » en situation plus orientale de l’autre côté de la rivière (carte 9), est aussi appelé Ambany Avaratra, c’est-à-dire « en bas-au-nord » d’Amindrabe : dans ce cas, la position cardinale est combinée avec la localisation topographique en référence au village-mère. Une autre caractéristique est le changement fréquent de dénomination des hameaux, montrant une évolution vers l’anthropisation du milieu. Le village de Lamboromody « les sangliers-rentrent » s’appelle désormais Soarano « bonne-eau », près d’une source qui a permis l’installation.

  • 19 Cette entité correspond à l’unité appelée « 1re étape » sur la carte 10.

60La dénomination des unités spatiales entre aussi dans cette dynamique. Les gens d’Amindrabe distinguent deux entités. La première, centrale, est axée sur la vallée à fond plat de la rivière Amindrabe qui passe en contrebas du site du village éponyme, chef lieu du fokontany. Elle est appelée « au-village » an-tanàna, englobant maisons, rizières et cultures pluviales19 (carte 10).

61Dans ce secteur, il y a un rassemblement par bloc des rizières d’amont en aval, suivant des groupes correspondant aux segments de lignées. La proximité géographique est le premier critère de regroupement. Ainsi, l’occupation du secteur Anjamàmy en amont est surtout le fait des groupes 2 et 3, celle de la portion jouxtant le village d’Amindrabe revient principalement aux groupes 1 et 4, alors que la portion aval de Besakafo voit essentiellement les groupes 1 et 6, ceux des hameaux les plus proches (carte 11). Dans le même temps, la génération (-1) fait de cette unité centrale le lieu de sa résidence principale : elle compte en son sein les responsables actuels des lignées.

  • 20 Ce sont les unités 2e et 3e étapes sur la carte 10.

62La seconde unité est dénommée « en-forêt » an’ala ou « au-champ » an-tsaha20. Elle désigne l’espace des villages et/ou hameaux secondaires éparpillés le long des vallons forestiers étroits au nord et au sud de la vallée centrale d’Amindrabe. Ce sont les « hameaux-rejetons » issus des premiers villages de la vallée centrale, lieux isolés à leurs débuts (fin des années 1950). La dissémination reste en cours, s’éloignant toujours plus du centre. Elle est maintenant l’œuvre des jeunes ménages.

63En définitive, dans son contexte d’occupation récente de la zone, Amindrabe voit la distance géographique servir de support à la hiérarchie sociale : au centre se trouvent les aînés responsables, donc l’autorité du groupe ; sur les marges s’activent les jeunes, dans leur propre perspective, certes, mais aussi « missionnés » dans l’intérêt du groupe pour la construction du territoire.

Carte 11. Amindrabe, bloc de rizières par segment de lignées

64À Ambendrana, l’inscription historique asseoit la légitimité territoriale des groupes ; à Amindrabe prévaut une dynamique de conquête pour agrandir un patrimoine foncier qui reste centré sur les lieux de la première installation. Dans les deux cas, c’est bien une société différenciée qui, par ses structures, aménage son espace et remplit son territoire. Telle est la trame sociale locale, tel est le socle des relations gérant l’accès aux ressources.

Une société inégalitaire

  • 21 Cette indication précise a été obtenue à partir d’un comptage partant de Ego (Rakotomaro né en 196 (...)

65La généalogie d’Ambohimandroso remonte à huit générations. Elle situe l’origine du village d’Ambendrana aux années 1780-179021, période sur laquelle des écrits plus nombreux sont disponibles, complétant la monographie du père DUBOIS publiée en 1938 (Kottak, 1980 ; Bloch, 1982 ; Randriamarolaza, 1982 ; Rasamoelina, 2007).

66Les années 1780-1790 correspondent à l’époque où « une organisation étatique manifeste » caractérise le Lalangina (Kottak, 1980) : y règne alors Andrianonindranarivo (1745-1794), souverain auquel est rattachée la grandeur militaire et économique du royaume. Pour Rainihifina (1975), de cette période date l’installation de forgerons dans le secteur oriental : la production de ces derniers améliore l’outil et donc le rendement rizicole (utilisation de bêche à lame en fer). Dans la configuration géographique et la gestion de l’époque, Randriamarolaza (op. cit.) considère cette partie orientale du Lalangina comme une « unité économique » idéale combinant travail du fer et du bois à l’est, et riziculture et élevage bovin à l’ouest. De la même veine fut l’œuvre du successeur Raendratsara (1795-1805), avant que celui-ci affaiblisse le royaume en le divisant entre ses héritiers.

67Une organisation hiérarchisée caractérisait déjà la société de l’époque avec trois groupes statutaires :

  • au sommet, les régnants (Beaujard, 1983 ; Domenichini-Ramiaramanana, 1983 ; Ottino, 1998) qui sont les « propriétaires éminents des facteurs de la production » pour Randriamarolaza (op. cit.). C’est le groupe des nobles, les Hovas au titre héréditaire. De nature différente du commun des mortels, ils distinguent les autres groupes selon le degré auquel ils les associent à la structure et à l’exercice du pouvoir. D’origine extérieure au pays betsileo, ce groupe connaît en son sein une primauté des éléments arrivés plus récemment, les Hova mandrefy, sur ceux établis depuis plus longtemps, les Hova mpanominda. Randriamarolaza trouve une expression de cette hiérarchie dans le Lalangina par le fait que les Hova mandrefy ont su asseoir leur suprématie en introduisant le travail du fer et ses produits, ce que n’ont pas fait les Hova Mpanominda ;
  • le deuxième groupe est celui des roturiers, les Vohitsa (litt. colline) dont l’enracinement local repose sur des groupes de parenté : ils sont « propriétaires nominaux, ou utilisateurs des facteurs de la production » (Randriamarolaza, op. cit.). Le fonctionnement des Vohitsa met en avant la prééminence des lignées masculines sur les lignées féminines, des aînés sur les cadets ;
  • enfin, troisième et dernier groupe, les serviteurs andevo qui ne sont ni propriétaires, ni libres usufruitiers d’un quelconque bien. Randriamarolaza (1982) décrit la maisonnée comme l’ensemble [père-mère-enfants- andevo] : ces derniers sont entièrement au service de leurs maîtres hova ou vohitsa.

68L’unité économique de base était la maisonnée, plus précisément le foyer constitué de « ceux dont le repas est préparé dans la même marmite ». Cependant, suivant l’activité envisagée, la taille des unités mobilisées variait : de la maisonnée aux catégories de lignées, parfois même jusqu’au clan que Randriamarolaza définit comme une fédération de lignages comparable aux fokonolona historiques de l’Imerina. Cette élasticité était une autre forme d’inégalité, car l’accès à ces catégories fonctionnelles restait contrôlé. Leur mobilisation reposait sur des « rapports sociaux où priment la parenté consanguine, les alliances matrimoniales, l’alliance politique sur une communauté d’intérêts entre foko voisins » (Randriamarolaza, op. cit.).

69L’organisation sociale repose ainsi sur un système qui à la fois isole, car il distingue des groupes statutaires, et rend complémentaire par la solidarité intra et interlignagère. Elle détermine les relations des groupes sociaux avec le territoire.

Une série d’extraversions

70La conquête merina et l’administration coloniale vont, de l’extérieur, imposer leur structure sur ce système inégalitaire. Les correspondances alors en cours entre Antananarivo et Fianarantsoa, mais aussi les travaux des historiens du XIXe siècle complètent les études. Citons en particulier les analyses économiques de Fremigacci (1976 ; 1998 ; 2006) et les études de Ralaikoa centrées sur la fiscalité du Sud-Betsileo (1986 ; 1987).

71Dans le Lalangina, l’arrivée des conquérants d’Antananarivo n’a pas représenté une brusque découverte du monde extérieur. Échanges avec des traitants étrangers (Kottack, 1980) ou regroupement de l’habitat en unités de 15 toits au minimum à l’époque du roi Andriamanalinibenitany qui unifia tout le Betsileo (1750-1790) étaient des réalités liées à des initiatives exogènes. Le changement réside dans les nouveaux rapports de pouvoir. Radama I (discours de 1815), puis Ranavalona I marquèrent l’installation de l’administration merina en pays betsileo. Le premier imposa la division du Sud-Betsileo en trois circonscriptions pour le prélèvement des impôts et taxes, pour les levées de corvéables (Rasamoelina, op. cit.) : ce sont les unités historiques de l’Isandra, du Lalangina et de l’Arindrano. La seconde fonda Fianarantsoa en 1830. Tout en respectant les organisations politiques locales, la nouvelle structure installait des niveaux clés (Randriamamonjy, 2001) : le gouverneur, résidant à Fianarantsoa et désormais première autorité sur place ; les vadintany « époux-de-la-terre », représentants locaux du pouvoir ; les andriantompomenakely « noble-titulaire-de-fief », descendants des anciens Hovas qui conservent leur titre, mais sont surveillés en étant intégrés dans la structure. Le contrôle politique, que complétait un « quadrillage militaire », recherchait une domination économique (Jacob, 1986). Le pouvoir encourageait une production marchande merina, à partir de la création de villes relais vers Antananarivo, et installait des colons qui utilisaient une main-d’œuvre salariée.

72À partir de l’analyse des correspondances des années 1860-1880, Rasamoelina (op. cit.) évoque le rôle des princes et hauts dignitaires d’Antananarivo qui accaparaient commerces extérieur et intérieur. Ils étaient actifs dans le Sud-Betsileo à travers des transactions organisées autour de places connues pour la forte présence d’acteurs commerciaux merina comme à Ambohimahamasina, en bordure orientale de la circonscription de l’Arindrano. D’autres courriers du Premier ministre Rainilaiarivony, entre 1892 et 1894, faisaient état des suggestions de ce dernier au gouverneur de Fianarantsoa afin de « chercher de l’or pour payer les dettes de la France » contractées dans le cadre du protectorat français établi en décembre 1885. Les échanges mentionnaient le site forestier d’Ambohimalaza. Se met alors en place une économie extravertie, caractère que la gestion coloniale française accentue.

  • 22 Le Smotig est le service de la main-d’œuvre pour les travaux d’intérêt général, établi en 1926 et (...)

73L’autorité du droit moderne accorde à l’État la propriété des terres, dès lors que celles-ci ne font l’objet d’aucune immatriculation formelle. La forêt devient domaine de l’État et voit ce dernier mettre en place, à son profit ou au profit des colons, une exploitation extractive des ressources. Fremigacci (1998) relève l’octroi de dizaines de milliers d’hectares de forêts à de grandes sociétés commerciales françaises par Gallieni, entre 1902 et 1905. Le même auteur (1976) montre à quel point l’objectif économique de l’administration française ainsi que des colons dans la province de Fianarantsoa consistait à rechercher un contrôle aussi poussé que possible des hommes. Dans ce sens, obligations de prestations et pressions fiscales étaient pesantes, elles traduisent les difficultés de la colonisation pour trouver de la main-d’œuvre. Preuve en est l’instauration du travail obligatoire dans le cadre du Smotig22 pour la construction de la ligne ferroviaire Fianarantsoa-côte est (FCE), une infrastructure qui devait accompagner « les perspectives riantes d’un peuplement blanc du Betsileo » (Fremigacci, 2006). Les colons eux-mêmes subissent l’extraversion de l’économie locale et régionale dans le sens où les recettes fiscales du Sud-Betsileo alimentent le budget de l’État, sans qu’elles soient réutilisées pour le développement économique et social local (Ralaikoa, 1986) : ils prendront la tête en 1911 d’une « fronde des provinces périphériques contre la concentration des dépenses d’équipement au profit de l’Imerina » (Fremigacci, 2006).

74L’inégalité sociale dans sa permanence historique et l’extraversion économique, une évolution temporelle, marquent l’histoire de cette région avant l’indépendance nationale. Les hiérarchies statutaires, les groupes intralignagers, l’organisation merina en pays betsileo, ou encore les Malgaches face à l’administration coloniale, ce sont autant d’éléments avec lesquels vont composer les nouveaux circuits du développement rural.

Conclusion : spécificités historiques d’espaces en bordure forestière

75La réalité sociale des territoires d’Ambendrana et d’Amindrabe trouve sa place dans l’histoire du Lalangina. Le rôle des groupes de parenté, les traces de l’époque de la forge, ou encore les vestiges de l’activité aurifère caractérisent le Lalangina. Peut-être y observe-t-on moins qu’ailleurs le sceau de la présence merina, ce que sa situation excentrée, loin des principaux axes commerciaux, permet de comprendre. Une telle localisation contribue en même temps à la spécificité de ces territoires. D’accès difficile, ils n’ont pas connu les mêmes transformations que les autres régions proches des nouveaux axes de circulation installés par l’administration merina puis repris par la colonisation. Proches de la bordure forestière des hautes terres, ils ont gardé un système de vie et de production à l’interface des milieux forestiers et herbacés. En particulier, on y retrouve très clairement un droit d’accès aux ressources par l’appartenance à un groupe d’autant plus légitimé que sa présence est enracinée dans le temps. La société remonte les ascendances en les fortifiant (cas d’Ambendrana) ou prolonge la descendance en la ramifiant (cas d’Amindrabe) en fonction de lignées reconnues, et exclut ceux qui ne peuvent le faire. Est-ce là un processus d’autochtonie pour mieux se légitimer ? La logique, verticale, est en tout cas très éloignée de celle des rapports sociaux horizontaux.

Notes

14 Tandàvan’ala = Tandàvana (longueur) + ala (forêt). Abinal et Malzac (1993 ; 1re édition en 1888) précisent que l’adjectif mitandàvana se dit d’objets « posés, alignés dans le sens de la longueur, comme des livres sur une longue table ».

15 Lalangina = Làlana (chemin) + gina (silence) donnant par agrégation Lalangina.

16 Certains tronçons de la RN 7 situés dans le district du Lalangina ne sont empruntés le soir, contrairement à d’autres secteurs, qu’en convois de plusieurs véhicules.

17 Le nom se décompose en An-Keri-vy, au-lieu-puissance-fer (dans le sens lieu où il y a beaucoup de fer) ; un autre village a un nom significatif, An-tamby, « au-lieu-du-fer ».

18 Il correspond au teraky, segment de lignée d’Ambendrana.

19 Cette entité correspond à l’unité appelée « 1re étape » sur la carte 10.

20 Ce sont les unités 2e et 3e étapes sur la carte 10.

21 Cette indication précise a été obtenue à partir d’un comptage partant de Ego (Rakotomaro né en 1965), dans la classe des adultes chefs de ménage actuels d’Ambendrana. Elle cadre avec la structure généalogique, établie sur le terrain de manière contradictoire, par groupes de parenté séparés (lignage, lignée, segment de lignée) et, dans un même groupe, suivant deux classes d’âge, celle des jeunes chefs de ménage actuels (30 ans d’âge moyen) et celle des responsables des groupes, autour de la soixantaine. Les historiens s’accordent sur un pas de 25 ans par génération à Madagascar (Solondraibe, 1986).

22 Le Smotig est le service de la main-d’œuvre pour les travaux d’intérêt général, établi en 1926 et supprimé en 1937 avec l’arrivée au gouvernement français du Front populaire. Les jeunes réquisitionnés pour la construction du FCE ont fourni deux ans de travail sur ce chantier.

Table des illustrations

Légende Figure 1. L’alvéole fini Tertiaire d’Ambendrana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Figure 2. Coupe topographique ouest-est transversale au corridor
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Figure 3. Diagramme ombro-thermique de la station météorologique de Fianarantsoa (1981-1990).Source : direction de la Météorologie et de l’Hydrologie ; BLANC-PAMARD et RALAIVATA, 2004
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Carte 4. La perception locale des faciès forestiers.Source : BLANC-PAMARD et al., 2006
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Légende Carte 5. Les royaumes betsileo au sud de la Matsiatra
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Carte 6. Le Lalangina historiqueSource : DUBOIS, 1938
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Carte 7. Des parlers locaux différents suivant les bassins-versants
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Figure 5. Bas-fonds de LohavatanaA Mode d’appropriation des versants (1930).B Les transformations du paysage forestier, situation en 2004.C Les transformations du paysage forestier, situation en 2008
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 5 (suite)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Légende Carte 8. Le village d’Ambendrana : les groupes lignagers.Source : BLANC-PAMARD et al., 2006
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Carte 9. Hameaux du village d’Amindrabe : les groupes lignagers.Source : BLANC-PAMARD et al., 2006
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Carte 10. Amindrabe aire centrale, Amindrabe aire forestière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Légende Carte 11. Amindrabe, bloc de rizières par segment de lignées
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9103/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search