Version classiqueVersion mobile

Biodiversités en partage

 | 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa
, 
Chantal Blanc-Pamard

Introduction générale. Transitions agraires et dynamiques environnementales

Texte intégral

  • 1 Les données disponibles (Institut national de la statistique de Madagascar, Programme des Nations (...)
  • 2 En janvier 2009, manifestations et crises politiques aboutissent à l’éviction du pouvoir de Marc R (...)

1En cette deuxième décennie du XXIe siècle, Madagascar fait partie des derniers pays très ruraux (PTR) de la planète. Plus de 70 % de sa population vit dans les campagnes1. Ce monde rural, avant tout paysan, fonde la priorité accordée au domaine agricole depuis l’indépendance du pays en 1960 : « politique de production à haut rendement » (ce sont les termes du premier plan quinquennal 1964 - 1969), bataille pour l’autosuffisance alimentaire conduite sous la Deuxième République (1976-1992), ou encore « révolution verte […] agrobusiness […] pour un développement rural rapide », autant d’initiatives que la IIIe République prévoyait dans son plan d’action Madagascar pour la période 2007-20122. Ces dispositions traduisent une approche agronomique et économique des espaces ruraux qui privilégie les opérations de développement. Plus généralement en Afrique, elles convergent avec des dynamiques locales de mise en culture de forêts ou de colonisation de terres neuves et relèguent les préoccupations relatives à l’environnement au second plan (Blanc-Pamard et Boutrais, 2002).

  • 3 En 2010, IDH de 0,543 (143/177 pays), PIB de 465 dollars/hab. (données de la Banque mondiale).

2Depuis l’avènement du développement durable comme « idéologie planétaire » (Lévy et Lussault, 2003) et « l’entrée en politique de l’environnement » (Pinton, 2007), la donne a changé. Dans les liens sociaux au territoire, Deverre (2004) met en avant combien le point de vue sur la nature a désormais gagné en légitimité au détriment des activités agricoles. Ramonet (1997) souligne l’avènement d’une « génération » des droits écologiques, après celle de droits politiques au XVIIIe et sociaux au XIXe-XXe siècles. L’action publique sur les espaces ruraux intègre désormais une dimension écologique. Les programmes de développement qui en découlent mettent en avant la conservation de la biodiversité comme nouveau critère de requalification des territoires ; ils entraînent soit une réorganisation en profondeur des systèmes agricoles, soit de simples ajustements à la marge. Qu’en est-il à Madagascar, classé parmi les premiers « biodiversity hotspots » de la planète (Mittermeier et al., 1998 ; Myers et al., 2000) ? L’île est reconnue pour sa très riche biodiversité, en même temps que son économie figure parmi les plus pauvres de la planète3. Cette nouvelle approche du développement, qui intègre la question environnementale dans la lutte contre la pauvreté, a-t-elle amélioré le bien-être des populations rurales ?

Carte 1. Le corridor forestier betsileo tanàla.
Source : BLANC-PAMARD et al., 2006

3Pour y répondre, notre étude est centrée sur les dynamiques des systèmes agraires et du monde rural. Elle s’inscrit dans une géographie qui construit l’interrogation des rapports société/nature autour d’un problème d’environnement : la déforestation, et ceci dans le cadre d’un pays qui est devenu partie contractante de la Convention sur la diversité biologique en 1996. Nous appréhendons plus particulièrement ces changements sur la scène locale du corridor forestier betsileo tanàla (carte 1), significative de ces nouveaux enjeux de l’espace rural, car elle est autant riche de ses ressources forestières que marquée par une grande pauvreté de ses habitants.

Un « corridor » forestier récemment mis sur le devant de la scène

4Il s’agit du dernier vestige d’une vaste forêt tropicale de moyenne altitude (Humbert et Cours-Darne, 1965). Cet espace n’a pas toujours été une priorité de l’action publique.

  • 4 Le corridor originel du projet de conservation, de Fandriana à Vondrozo (Cofav), n’a pas été final (...)

5Cependant, d’une absence de la protection de la biodiversité dans l’ancienne province de Fianarantsoa abritant le corridor, la superficie protégée est passée en une vingtaine d’années à plus de 300 000 ha (carte 2, cahier couleurs). La création du parc national de Ranomafana en 1991 (41 601 ha) a démarré le processus. En 1999, a lieu l’inauguration du parc national de l’Andringitra (31 160 ha), anciennement réserve naturelle située à une centaine de kilomètres au sud de Ranomafana. Le raccord avec la réserve spéciale du pic d’Ivohibe à une vingtaine de kilomètres des limites sud du parc de l’Andringitra, a mis en place le corridor Ranomafana- Andringitra-Ivohibe (RAI), une bande forestière longitudinale de 170 km. Plus récemment, le nouveau corridor forestier entre Ambositra et Vondrozo appelé Cofav4 est le fruit d’un « allongement » pour couvrir une bande de 300 km et répondre à une « augmentation des aires protégées pour la conservation et la valorisation de la biodiversité terrestre, lacustre, marine et côtière » (Plan d’action Madagascar, 2006). En plus de l’extension constante des périmètres protégés, leur agencement spatial en couloir ou corridor n’est-il pas devenu exemplaire de l’adoption d’un modèle pour la conservation ?

Quatre terroirs sur les versants betsileo et tanàla

6La zone d’étude est une portion du territoire du Cofav. Elle prend en compte les versants ouest et est du corridor forestier. La recherche a été conduite sur quatre terroirs : Ambendrana en lisière occidentale, Amindrabe dans le corridor, Ambalavero-Tatamaly et Andrambovato en lisière orientale (carte 3).

7En pays betsileo, les deux villages Ambendrana et Amindrabe, localisés dans la zone périphérique du parc national de Ranomafana sont des sites mitoyens de gestion contractualisée des forêts (GCF) : l’inventaire, la délimitation et le zonage des espaces à protéger ont défini deux territoires voisins en forêt, l’un de 5 212 ha, l’autre de 1  496 ha.

Tableau 1. Le zonage des GCF Ambendrana et Amindrabe (superficie en hectares)

GCF

Zone de conservation

Zone de droits d’usage

Total

Ambendrana

846

650

1 496

Amindrabe

3 396

1 103,66

5 212,66

  • 5 Il s’agit, à l’initiative de WWF-Madagascar, du mécanisme de conversion de la dette extérieure du (...)

8En pays tanàla, la gestion contractualisée des forêts d’Andrambovato et Tatamaly fait partie des transferts encadrés par le programme forestier « Dette Nature »5. Ce programme promeut le terroir villageois comme unité de la gestion de la forêt, le terroir étant « l’espace à l’intérieur duquel vit une communauté obéissant à des règles sociales communes et ayant les mêmes intérêts. La communauté y tire l’essentiel de ses ressources. Il peut contenir un hameau, un village ou un groupe de villages » (ministère de l’Environnement, 1993). Le terroir est ici un outil de gestion de la nature. Grâce à ce dernier type de transfert, Andrambovato et Tatamaly ont « retrouvé » leurs forêts qui avaient été inscrites dans le domaine forestier de Tolongoina, délimité entre 1944 et 1946, et administré depuis lors par le service des Eaux et Forêts.

Carte 3. La zone d’étude.
Source : BLANC-PAMARD et al., 2006

9Qu’il s’agisse d’un type de transfert ou d’un autre, les programmes de conservation s’appuient désormais sur la participation des populations locales. Avec les transferts de gestion de ressources naturelles et forestières mis en œuvre depuis 1996, les communautés de base administrent un autre type de territoires de conservation que les aires protégées proprement dites. L’espace forestier entre Ranomafana et Andringitra comptait ainsi 80 contrats de transfert de gestion en 2009, représentant environ 123 000 ha.

Tableau 2. Le zonage des Andrambovato et Tatamaly (superficie en hectares)

Zones (superficiesen hectares)

Andrambovato

Tatamaly

Conservation

13,055

185,932

Production

0

282,779

Zone de droits d’usage

14,702

31,787

Réhabilitation et culture

73,922

671,666

Total Terroir villageois

101,679

1 172,164

10Dès lors, aires protégées et territoires en gestion transférée forment un réseau qui se déploie dans le corridor et sur ses marges et qui, de ce fait, constitue à un autre niveau un territoire de conservation de quelque 500 000 ha. S’étendant sur 5 régions de l’ex-province de Fianarantsoa et concernant 39 communes, il s’inscrit dans le système global d’aires protégées de Madagascar. « Bâtir un système d’aires protégées à Madagascar à partir de la base » (Borrini-Feyerabend et Dudley, 2005) : tel est le titre du rapport qui consigne cette politique.

  • 6 « La biodiversité à Madagascar est une ressource importante pour le monde entier et un bien public (...)

11Opérer selon un système d’aires protégées traduit une gouvernance modifiée de la ressource et du territoire. L’action publique ne peut plus se contenter du seul soutien de grandes institutions, fût-il fortement affirmé6. En effet, depuis les années 1990, le contexte prégnant d’ouverture à la société civile impose à l’État de tenir compte des différents acteurs aux intérêts liés à la forêt. Sur la zone étudiée, ce sont essentiellement deux groupes :

  • les sociétés paysannes locales aux territoires étendus sur la forêt et qui combinent toujours dans leur stratégie territoriale le « en-forêt », an’ala, et le « horsforêt », ampàtrana ou ambala (Randrianasolo, 1998) ;
  • des opérateurs extérieurs, qui peuvent être des exploitants forestiers (Ramamonjisoa, 2004) ou des intervenants dans le cadre des programmes de conservation de la biodiversité : il s’agit de l’État à travers les services déconcentrés du ministère de l’Environnement et des Forêts, ou des ONG nationales comme internationales impliquées dans l’encadrement de projets en cours.

12Ces différents groupes perçoivent et utilisent chacun à sa manière la biodiversité, suivant des objectifs qui ne se recoupent pas. Les représentations de la forêt et de sa déforestation sont ici, si l’on emprunte les termes du travail conduit en Indonésie par Geneviève Michon (2003), « liées aux systèmes de valeur et aux intérêts de chaque groupe, opinion occidentale, État, groupes locaux ». Dans ce sens, c’est de biodiversités qu’il s’agit et qu’il faut savoir gérer en collaboration, en partage des responsabilités entre les catégories d’acteurs impliqués. La négociation entre les parties prenantes doit déboucher sur une appropriation collective de la forêt et à la gestion d’une biodiversité partagée. Dans cette perspective, comment les dispositifs environnementaux prennent-ils en compte les représentations et logiques des acteurs en présence ? Par quelles reconfigurations de la ruralité se traduit la requalification des territoires induite par les politiques environnementales ?

Une approche centrée sur la biodiversité dans son territoire

  • 7 2001-2003, projet de recherche gagné sur l’action concertée incitative « Réseau national des maiso (...)
  • 8 Gerem : Gestion des espaces ruraux et environnement à Madagascar. Gerem Fianarantsoa, 2003-2007, e (...)
  • 9 Nous tenons à remercier Dolys Andriantseheno, Philippe Philibert Ramanandraitsiory, Bruno Ramarora (...)

13Conduit dans le cadre de travaux collectifs, ce travail a pris forme dans un premier temps, en 2002, grâce au projet de recherche « Les terroirs malgaches revisités pour l’étude des transformations contemporaines dans le contexte de la mondialisation »7. Il s’est par la suite essentiellement développé au sein du programme Gerem-Fianarantsoa de l’IRD8. Nous l’avons mené avec une équipe de géographes tous impliqués dans la compréhension des mutations rurales9, tout en bénéficiant des travaux et des échanges avec les composants en agronomie et en écologie de ce programme.

14Notre posture de recherche considère la forêt comme participant aux combinaisons et aux facteurs qui fondent les systèmes de production (Sebillotte, 2001 ; Cochet, 2005 ; Milleville, 2007). Elle fait du territoire une entrée pour analyser l’inscription dans l’espace et dans le temps des redéfinitions de l’usage de la forêt (réglementations, obligations, droits et restrictions…), ainsi que pour appréhender la cohabitation des espaces productifs et des espaces protégés. Le terme de territoire est devenu depuis une quinzaine d’années un mot-clef des politiques publiques. Loin d’être réduit à ce qui serait seulement un réceptacle des sociétés occupant son espace, il correspond à une construction permanente par des acteurs qui, soit le définissent par leur objectif, soit le contrôlent par leur organisation.

15Par ailleurs, notre posture mobilise les paysages comme des constructions « entre nature et sociétés » (Bertrand, 1978) permettant un dialogue avec les communautés rurales qui les modèlent et, de ce fait, en gèrent la biodiversité. En même temps, les politiques publiques interviennent dans ce dialogue. Dans quelle mesure les modifications liées aux politiques environnementales apportent aux paysages des caractères d’« …institutional landscapes {…} shaped by {…} politics » (Kull, 2008) ? Ce questionnement impose une lecture paysagère qui n’en reste pas au seul rôle déterminant de la géographie physique (Serpantié et al., 2007).

16La mise en cartes est un levier important de notre approche. Elle est à la fois mode d’expression de résultats et outil pour argumenter des hypothèses. Toute production cartographique est en effet une fiction contrôlée sur le papier, et la mise en cartes de la politique environnementale malgache correspond à une fabrique politique du territoire. Encore faut-il savoir sur quel type de connaissance elle repose : savoirs d’experts (écologie), de responsables administratifs, ou encore savoir des populations locales. Il s’agit d’identifier le « dessous des cartes », pour reprendre l’intitulé d’une émission connue de la chaîne de télévision Arte.

Biodiversité et lutte contre la pauvreté

  • 10 Cf. Le Courrier (magazine des relations ACP-UE), 2011, n° 21, « De nouveaux fonds pour protéger le (...)

17En considérant la biodiversité dans son insertion territoriale, notre point de vue analyse aussi l’action publique. En effet, pour celle-ci, la notion de territoire implique un objectif de développement, celui du développement durable depuis les années 1980. Cette intentionnalité territoriale s’est construite avec une place de la biodiversité qui s’est progressivement précisée (Aubertin, 2000) : bien public à protéger, capital « naturel » à réguler jusqu’à devenir un élément clé de la lutte contre le réchauffement climatique et en même temps, de la lutte contre la pauvreté. Il est désormais question de prioriser les liens entre « la conservation des ressources naturelles et la lutte contre la pauvreté », comme ce que fait dans sa phase actuelle le programme « Écosystèmes forestiers d’Afrique centrale »10. Arun Agrawal et Kent Redford (2006) mettent ainsi en exergue le fait que, pour les États et les organisations internationales, la réduction de la pauvreté et la conservation de la biodiversité constituent un objectif social de base, retenant une partie de leur agenda politique. Le discours des autorités malgaches s’inscrit nettement dans cette perspective, à l’exemple de celui du ministère de l’Environnement et des Forêts (2009) voulant « favoriser l’utilisation durable des ressources naturelles pour la réduction de la pauvreté et le développement ». L’objectif, spatialisé, promeut le binôme conservation/développement, ce qui rejoint une dimension renouvelée de la lutte contre la pauvreté.

18Précisément villages et terroirs de la zone sont imprégnés d’un dénuement matériel dont la réalité s’impose immédiatement et se confirme avec la connaissance des lieux.

  • 11 Voleurs de bœufs à l’origine puis bandits de grand chemin, malfaiteurs particulièrement dangereux (...)

L’impression d’ensemble est celle d’un village sinistré, éprouvé, pauvre et terne dont la population est malnutrie. La situation d’enclavement et d’isolement pèse lourdement. Bien que les dahalo11 ne sévissent plus de manière aussi dramatique que dans les années 1980, en volant les bœufs et les récoltes, l’insécurité est toujours présente (surtout en période d’élection) et, chaque nuit, quatre gardiens armés de fronde, couteau et sagaie sont préposés à la surveillance du village […] Sur le strict plan alimentaire, la couverture des besoins en riz n’est assurée qu’une partie de l’année. Tsy ampy sakafo… Il n’y a pas assez de nourriture, d’août à février surtout (Blanc-Pamard et Ralaivita, 2004)

  • 12 Même si la pauvreté extrême se rencontre en ville où les effets de la libéralisation se conjuguent (...)

19Cette réalité n’est pas celle des seuls terroirs étudiés, elle traduit une situation plus régionale en Haute Matsiatra (pays betsileo) et Vatovavy Fitovinany (pays tanàla) : ces deux régions font partie des six, sur 22 au total, les plus touchées par l’extrême pauvreté et la malnutrition (Institut national de la statistique, rapport de l’enquête auprès des ménages, 2010). La situation des quatre terroirs se présente par ailleurs avec les deux déterminants importants de la pauvreté à l’échelle nationale que relèvent les études présentées dans l’ouvrage coordonné par Bart Minten et al. (2003) : les zones rurales sont plus pauvres que les zones urbaines12 et les ménages les plus pauvres sont ceux de petits cultivateurs.

20Concilier le développement de ces agricultures familiales et la conservation des forêts qui font partie de leur milieu de vie reste un enjeu très présent. Y a-t-il amélioration du cadre de vie ainsi que du bien-être des populations rurales du corridor avec les actions de conservation/développement ?

  • 13 Robbins s’inspire du roman écrit par Robert Louis Stevenson en 1886, Strange Case of Dr Jekyll and (...)

21L’image de « la hachette et la graine » utilisée par Paul Robbins13 dans son ouvrage (2004) pourrait être transposée à la situation du corridor forestier. En effet, les politiques environnementales malgaches assoient leur action sur l’hypothèse que la gestion partagée de la forêt entre les différents groupes d’acteurs est une « graine » de la mise en relation de l’environnement avec le développement local et régional et donc, avec la lutte contre la pauvreté. Est-ce bien le cas ? Ou l’initiative est-elle plus une « hachette » déstabilisant les systèmes agraires du corridor forestier betsileo tanàla ? Ou encore est-elle à la fois graine et hachette, redistribuant les rapports aux ressources et aux pouvoirs sur ce territoire avec des effets inégaux sur les acteurs concernés ?

22Pour mettre ces questionnements en perspective, l’ouvrage comporte trois temps. Une première partie montrera le changement de statut d’une bande forestière marginale, devenue corridor focal des projets liant protection de la nature et développement. Une deuxième partie mettra en lumière les enjeux de l’utilisation de cet espace rural riche de sa biodiversité au sein duquel s’entremêlent pouvoirs et savoirs de diverses natures et d’inégale envergure. Nous verrons dans une troisième partie comment les disparités de l’articulation des acteurs de ce corridor avec les opportunités de la nouvelle donne environnementale déterminent ce que, dans la lutte contre la pauvreté, Berry et Mollard (2009) appellent les « différentiels de pouvoirs » au sein du monde rural.

Notes

1 Les données disponibles (Institut national de la statistique de Madagascar, Programme des Nations unies pour le développement, délégation de l’Union européenne) convergent toutes sur ce point.

2 En janvier 2009, manifestations et crises politiques aboutissent à l’éviction du pouvoir de Marc Ravalomanana, alors président de la République. S’ensuit une longue période de transition qui se termine avec des élections organisées, sous pression internationale, en décembre 2013 et à l’origine du gouvernement en place depuis février 2014.

3 En 2010, IDH de 0,543 (143/177 pays), PIB de 465 dollars/hab. (données de la Banque mondiale).

4 Le corridor originel du projet de conservation, de Fandriana à Vondrozo (Cofav), n’a pas été finalement retenu, mais scindé en deux : Cofav (arrêté de mise en protection de 2006) et Coffam (corridor forestier Fandriana-Marolambo) ; voir carte 1.

5 Il s’agit, à l’initiative de WWF-Madagascar, du mécanisme de conversion de la dette extérieure du pays en projets à fins écologiques sur le territoire national.

6 « La biodiversité à Madagascar est une ressource importante pour le monde entier et un bien public irremplaçable. Nous ne pouvons pas ne pas la protéger » : déclaration de Haleh Bridi, directeur Pays de la Banque mondiale pour Madagascar, juin 2011 ; http://www.temoignages.re. La Banque mondiale avait suspendu son aide au développement (sauf l’aide humanitaire et l’aide d’urgence) en juillet 2009, après le changement de pouvoir sans élection en mars 2009 considéré comme un coup d’État.

7 2001-2003, projet de recherche gagné sur l’action concertée incitative « Réseau national des maisons des sciences de l’homme », appel d’offres FNS (CNRS).

8 Gerem : Gestion des espaces ruraux et environnement à Madagascar. Gerem Fianarantsoa, 2003-2007, est la seconde phase du programme Gerem Tuléar centré sur le Sud-Ouest (forêt des Mikea et plateau Mahafaly, 1996-2002).

9 Nous tenons à remercier Dolys Andriantseheno, Philippe Philibert Ramanandraitsiory, Bruno Ramarorazana, Alfred Randriamandimbimanana, Jean-Paul Randriantsoa et Mbinintsoa Ralaivita.

10 Cf. Le Courrier (magazine des relations ACP-UE), 2011, n° 21, « De nouveaux fonds pour protéger les forêts du bassin du Congo ».

11 Voleurs de bœufs à l’origine puis bandits de grand chemin, malfaiteurs particulièrement dangereux opérant en bandes.

12 Même si la pauvreté extrême se rencontre en ville où les effets de la libéralisation se conjuguent à ceux de l’absence de maille sociale pour entraîner une très grande vulnérabilité de certaines personnes.

13 Robbins s’inspire du roman écrit par Robert Louis Stevenson en 1886, Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde, roman dont l’intrigue repose sur le dédoublement de la personnalité Jekyll et Hyde. Le roman développe un concept devenu central dans la culture occidentale du conflit interne à l’homme, entre le bien et le mal.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Le corridor forestier betsileo tanàla.Source : BLANC-PAMARD et al., 2006
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Carte 3. La zone d’étude.Source : BLANC-PAMARD et al., 2006
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search