Versión clásicaVersión móvil

Tiques et maladies à tiques

 | 
Karen D. McCoy
, 
Nathalie Boulanger

Images

Texto completo

Figure 1 (Introduction) - La prévention contre les tiques.

Figure 1 (Introduction) - La prévention contre les tiques.

A) De nombreux panneaux sont implantés dans les zones très fréquentées pour informer sur la présence des tiques et des maladies qu’elles transmettent.
B) Exemple d’une plaquette d’information produite par la Mutualité sociale agricole dans l’est de la France (Alsace) et distribuée au grand public (2014).

Figure 5 (chapitre 2) - Étapes de la dissection des glandes salivaires d’une tique.

Figure 5 (chapitre 2) - Étapes de la dissection des glandes salivaires d’une tique.

A) Ixodes ricinus femelle. B) Vue de la tique après excision de la cuticule dorsale (les diverticules du tube digestif apparaissent en noir quand les trachées et glandes salivaires apparaissent blanches et translucides). C) Vue des glandes salivaires (flèches) après ablation du tube digestif et des trachées.
D) Glandes salivaires après extraction du corps de la tique. E) Glande salivaire vue au microscope.
CS : conduit salivaire. II : acini de type II. III : acini de type III. F) Acini de type III vus au microscope.

© S. Bonnet/L. Simo

Figure 2 encadré (chapitre 3) - Exemples de déplacements de chevreuils.

Figure 2 encadré (chapitre 3) - Exemples de déplacements de chevreuils.

A) : suivi de 4 chevreuils de comportements différents avec une localisation GPS toutes les 6 heures pendant 11 mois (données non publiées, Inra-CEFS). B) : suivi d’un chevreuil « stable » avec une localisation GPS toutes les 10 minutes pendant 24 heures (données non publiées, Inra-CEFS).

Figure 2 (chapitre 3) - Distribution géographique des valeurs positives du taux de croissance net de la population (λ) chez la tique Hyalomma marginatum.

Figure 2 (chapitre 3) - Distribution géographique des valeurs positives du taux de croissance net de la population (λ) chez la tique Hyalomma marginatum.

Les aires géographiques où le modèle prédit une population permanente et cyclique sont colorées du bleu (faible croissance) au jaune (forte croissance). D’après Estrada-Peña et al. (2011).

Figure encadré 2 (chapitre 4)

Figure encadré 2 (chapitre 4)

A) Images des colonies d’oiseaux marins. Ces colonies peuvent inclure des dizaines de milliers d’oiseaux et ceux-ci de plusieurs espèces bien distinctes.
1) : colonie d’Hornøya en Norvège où habite aussi la tique dure cosmopolite Ixodes uriae. La tique peut être présente en forte densité, avec un impact direct sur le succès reproducteur des hôtes oiseaux ; 2) : tiques sur poussin de la mouette tridactyle ; 3) : macareux moines et guillemots de Troïl.
B) Exemple d’une analyse multi-variée (Between Group Analysis) des populations d’I. uriae basée sur des données génétiques de huit marqueurs microsatellites (encadré 1). Les différentes couleurs font référence aux espèces d’hôtes sur lesquelles les tiques ont été échantillonnées. À savoir que plusieurs types d’hôtes ont été échantillonnés dans un même lieu géographique dans la même année. Pour faciliter l’interprétation des résultats, uniquement certains noms de colonies sont indiqués sur la figure (GR = Grimsey ; LT = Latrabjarg ; SK = Skrudur ; FI = Fair Isle ; HO = Hornøya). Les ellipses représentent la distribution de 67 % des individus autour du barycentre de la population. Voir Kempf et al. (2009a) pour plus de détails.

Image A1 © CNRS/K. D. McCoy
Image A2 © T. Boulinier
Image A3 © T. Boulinier

Figure 1 (chapitre 7)

Figure 1 (chapitre 7)

Érythème migrant de la borréliose de Lyme.

© Laboratoire de Parasitologie, Rennes

Figure 2 (chapitre 7)

Figure 2 (chapitre 7)

Borrélies spiralées, agents des fièvres récurrentes, sur un frottis sanguin coloré au May Grunwald Giemsa (MGG).

© B. Degeilh

Figure 3a (chapitre 8)

Figure 3a (chapitre 8)

Densité de nymphes infectées d’Ixodes scapularis prédites par un modèle de cartographie des densités de nymphes à l’affût (dégradé de couleur, bleu à rouge, en fonction de la densité de nymphes prédites, de faible à élevée) et densité de nymphes infectées observées sur le terrain (points rouges de taille proportionnelle à l’abondance). D’après DiukWasser et al., 2012.

Figure 3b (chapitre 8) - Zones à risque élevé ou faible. D’après Diuk-Wasser et al. (2012).

Figure 3b (chapitre 8) - Zones à risque élevé ou faible. D’après Diuk-Wasser et al. (2012).

Risque élevé (en orange) : 95 % de probabilité qu’au moins 0,3 nymphe infectée soit collectée sur 1 000 m².
Risque faible (en vert) : 95 % de probabilité que moins de 0,3 nymphe infectée soit collectée sur 1 000 m².
Aire de transition (en jaune) : le risque ne peut pas être calculé avec une certitude de 95 %. Étoile orange : vrai risque élevé, c’est-à-dire prédiction de risque élevé en accord avec la densité de nymphes infectées observée.
Étoile verte : vrai risque faible, c’est-à-dire prédiction de risque faible en accord avec la densité de nymphes infectées observée.
Croix orange : faux risque faible, c’est-à-dire prédiction de risque élevé en désaccord avec la densité de nymphes infectées observée (faible).
Croix verte : faux risque élevé, c’est-à-dire prédiction de risque faible en désaccord avec la densité de nymphes infectées observée (élevée).

Índice de ilustraciones

Título Figure 1 (Introduction) - La prévention contre les tiques.
Leyenda A) De nombreux panneaux sont implantés dans les zones très fréquentées pour informer sur la présence des tiques et des maladies qu’elles transmettent.B) Exemple d’une plaquette d’information produite par la Mutualité sociale agricole dans l’est de la France (Alsace) et distribuée au grand public (2014).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9074/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 484k
Título Figure 5 (chapitre 2) - Étapes de la dissection des glandes salivaires d’une tique.
Leyenda A) Ixodes ricinus femelle. B) Vue de la tique après excision de la cuticule dorsale (les diverticules du tube digestif apparaissent en noir quand les trachées et glandes salivaires apparaissent blanches et translucides). C) Vue des glandes salivaires (flèches) après ablation du tube digestif et des trachées.D) Glandes salivaires après extraction du corps de la tique. E) Glande salivaire vue au microscope.CS : conduit salivaire. II : acini de type II. III : acini de type III. F) Acini de type III vus au microscope.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9074/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 296k
Título Figure 2 encadré (chapitre 3) - Exemples de déplacements de chevreuils.
Leyenda A) : suivi de 4 chevreuils de comportements différents avec une localisation GPS toutes les 6 heures pendant 11 mois (données non publiées, Inra-CEFS). B) : suivi d’un chevreuil « stable » avec une localisation GPS toutes les 10 minutes pendant 24 heures (données non publiées, Inra-CEFS).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9074/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 492k
Título Figure 2 (chapitre 3) - Distribution géographique des valeurs positives du taux de croissance net de la population (λ) chez la tique Hyalomma marginatum.
Leyenda Les aires géographiques où le modèle prédit une population permanente et cyclique sont colorées du bleu (faible croissance) au jaune (forte croissance). D’après Estrada-Peña et al. (2011).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9074/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 192k
Título Figure encadré 2 (chapitre 4)
Leyenda A) Images des colonies d’oiseaux marins. Ces colonies peuvent inclure des dizaines de milliers d’oiseaux et ceux-ci de plusieurs espèces bien distinctes.1) : colonie d’Hornøya en Norvège où habite aussi la tique dure cosmopolite Ixodes uriae. La tique peut être présente en forte densité, avec un impact direct sur le succès reproducteur des hôtes oiseaux ; 2) : tiques sur poussin de la mouette tridactyle ; 3) : macareux moines et guillemots de Troïl.B) Exemple d’une analyse multi-variée (Between Group Analysis) des populations d’I. uriae basée sur des données génétiques de huit marqueurs microsatellites (encadré 1). Les différentes couleurs font référence aux espèces d’hôtes sur lesquelles les tiques ont été échantillonnées. À savoir que plusieurs types d’hôtes ont été échantillonnés dans un même lieu géographique dans la même année. Pour faciliter l’interprétation des résultats, uniquement certains noms de colonies sont indiqués sur la figure (GR = Grimsey ; LT = Latrabjarg ; SK = Skrudur ; FI = Fair Isle ; HO = Hornøya). Les ellipses représentent la distribution de 67 % des individus autour du barycentre de la population. Voir Kempf et al. (2009a) pour plus de détails.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9074/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 444k
Título Figure 1 (chapitre 7)
Leyenda Érythème migrant de la borréliose de Lyme.
Créditos © Laboratoire de Parasitologie, Rennes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9074/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 100k
Título Figure 2 (chapitre 7)
Leyenda Borrélies spiralées, agents des fièvres récurrentes, sur un frottis sanguin coloré au May Grunwald Giemsa (MGG).
Créditos © B. Degeilh
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9074/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 140k
Título Figure 3a (chapitre 8)
Leyenda Densité de nymphes infectées d’Ixodes scapularis prédites par un modèle de cartographie des densités de nymphes à l’affût (dégradé de couleur, bleu à rouge, en fonction de la densité de nymphes prédites, de faible à élevée) et densité de nymphes infectées observées sur le terrain (points rouges de taille proportionnelle à l’abondance). D’après Diuk‑Wasser et al., 2012.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9074/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 224k
Título Figure 3b (chapitre 8) - Zones à risque élevé ou faible. D’après Diuk-Wasser et al. (2012).
Leyenda Risque élevé (en orange) : 95 % de probabilité qu’au moins 0,3 nymphe infectée soit collectée sur 1 000 m².Risque faible (en vert) : 95 % de probabilité que moins de 0,3 nymphe infectée soit collectée sur 1 000 m².Aire de transition (en jaune) : le risque ne peut pas être calculé avec une certitude de 95 %. Étoile orange : vrai risque élevé, c’est-à-dire prédiction de risque élevé en accord avec la densité de nymphes infectées observée.Étoile verte : vrai risque faible, c’est-à-dire prédiction de risque faible en accord avec la densité de nymphes infectées observée.Croix orange : faux risque faible, c’est-à-dire prédiction de risque élevé en désaccord avec la densité de nymphes infectées observée (faible).Croix verte : faux risque élevé, c’est-à-dire prédiction de risque faible en désaccord avec la densité de nymphes infectées observée (élevée).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9074/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 235k

© IRD Éditions, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search