Version classiqueVersion mobile

Tiques et maladies à tiques

 | 
Karen D. McCoy
, 
Nathalie Boulanger

Glossaire et abréviations

Texte intégral

1Adénopathie
Augmentation de la taille des ganglions, pouvant être diagnostiquée par palpation.

2Analyses génétiques multivariées
Analyses qui utilisent la variabilité génétique observée sur l’ensemble des marqueurs et des individus étudiés pour résumer et visualiser la structuration entre populations ou individus. Les exemples incluent l’analyse factorielle de correspondance (AFC) et l’analyse en composantes principales (ACP, dont l’analyse « entre-groupes » de l’encadré 2, chapitre 4).

3Angiomatose
Apparition de malformations des vaisseaux sanguins et des vaisseaux lymphatiques à la surface de la peau ou dans les organes profonds.

4Apyrétique
Se dit d’une maladie, d’un syndrome qui se manifeste sans fièvre.

5Assignement génétique

6Outil qui calcule la probabilité qu’un individu donné appartient à tel ou tel échantillon (ou population) en utilisant le génotype multi-locus de l’individu et les fréquences alléliques de chaque échantillon. Chaque individu sera finalement assigné à l’échantillon pour lequel la probabilité calculée est la plus grande.

7Asthénie

8Fatigue importante.

9Bradikinine

10Petit peptide endogène, vasodilatateur, qui augmente la perméabilité vasculaire et intervient également dans le mécanisme de la douleur.

11Capacité du milieu (ou capacité limite)

12Terme d’écologie caractérisant le nombre maximal d’individus d’une espèce qu’un habitat donné peut accueillir (carrying capacity).

13Capacité de réservoir

14Contribution d’une espèce à la circulation d’un agent infectieux, c’est-à-dire efficacité de la population de cette espèce, qualifiée alors de réservoir, à maintenir l’infection dans un lieu et à un moment donné. La capacité de réservoir d’une population résulte de différentes aptitudes : celle de la population réservoir à s’infecter, celle à assurer le développement ou maintien de l’agent infectieux et enfin celle à le transmettre à un vecteur. La capacité de réservoir d’une population dépend aussi de la proportion de vecteurs nourris par un individu, de la prévalence de l’infection dans la population et de l’abondance de l’espèce réservoir.

15Capacité vectorielle

16Le nombre de piqûres infectantes qu’un hôte peut recevoir, conditionné par la taille de population du vecteur (voir aussi compétence vectorielle).

17Céphalée

18Mal de tête.

19Cholestase

20Diminution ou arrêt de l’écoulement du liquide biliaire pouvant conduire à l’apparition d’un ictère (atteinte hépatique) et à l’augmentation de tests sanguins comme les phosphatases alcalines hépatiques et les gamma glutamyl transférases (γGT).

21Coagulation intravasculaire disséminée (CIVD)

22État pathologique résultant d’une activation généralisée de la coagulation sanguine ayant pour conséquence la consommation des facteurs de la coagulation avec secondairement un risque d’hémorragie.

23Compétence de réservoir

24Faculté pour une espèce d’être infectée par l’agent infectieux (sensibilité), puis de retransmettre cette infection à une espèce cible, au vecteur ou aux autres réservoirs (infectiosité). Cette compétence dépend de la capacité de l’agent infectieux à survivre et de sa prolifération dans les tissus de l’hôte, qui dépend elle-même du système immunitaire de l’hôte.

25Compétence vectorielle

26Aptitude d’un vecteur à s’infecter, à permettre le développement et à retransmettre un micro‑organisme (voir aussi capacité vectorielle).

27Co‑repas (co-feeding)

28Gorgement simultané de tiques sur un même hôte. Si une de ces tiques est porteuse d’un agent infectieux (type viral par exemple), ce type de gorgement peut permettre la transmission de l’agent infectieux directement de la tique infectée aux autres tiques sans pour autant que l’hôte soit porteur de l’agent infectieux, notamment au niveau sanguin.

29Cytolyse

30Destruction cellulaire.

31Défenses immunitaires

32Voir Immunité.

33Dérive génétique ou dérive

34Variation de fréquence allélique entre deux générations successives résultant du hasard de la reproduction. À chaque génération, les individus nés ne représentent qu’un échantillon de tous les individus qui auraient pu être formés par la fécondation entre deux adultes quelconques de la génération précédente.

35Diapause

36Elle peut être de deux ordres. La diapause comportementale est une période de dormance observée par les tiques en fonction des conditions climatiques (exemple, rigueurs hivernales ou sécheresse estivale). La diapause développementale est par contre une phase génétiquement déterminée dans le développement d’un organisme où il diminue l’intensité de ses activités métaboliques.

37Diphasique

38Un cycle comportant deux phases parasitaires ; larve et nymphe effectuent leur repas sanguin sur le même animal et l’adulte effectue sa phase parasitaire sur un autre animal.

39Dixène ou ditrope

40Le tropisme ne s’exerce que vers deux groupes d’hôtes.

41Écotone

42Zone de transition entre deux types de biomes où deux communautés d’espèces se mélangent.

43Effet de dilution

44Réduction de la prévalence locale d’un agent infectieux du fait de la présence d’une espèce réservoir non compétente qui réduit le taux de transmission vers des espèces réservoirs compétentes.

45Emphysème pulmonaire

46Atteinte des voies aériennes caractérisée par la destruction de la paroi des alvéoles.

47Endophilie (ou endophile)

48Se dit des tiques qui vivent dans les microhabitats fermés (fissures de murs, nids, terriers, etc.).

49Endosymbiotique (endosymbiote)

50Un organisme qui vit à l’intérieur d’une cellule d’un autre organisme, dont sa présence est bénéfique pour l’organisme hôte par la production, par exemple, des nutriments essentiels. Beaucoup d’endosymbioses sont obligatoires, soit l’hôte soit l’endosymbiote ne peut survivre sans l’autre organisme.

51Enzootique

52Une maladie animale dont l’incidence reste assez stable au cours du temps dans une région géographique donnée. L’équivalent animal du terme « endémique ».

53Épi‑enzootique

54Maladie animale présentant de fortes variations récurrentes de son incidence au cours du temps, souvent sous l’impulsion d’introductions répétées de l’agent infectieux chez les hôtes sensibles.

55Éruption maculo‑papuleuse

56Apparition de lésions maculeuses (macule : tache cutanée superficielle, de taille variable, sans relief) et papuleuses (papule : taches le plus souvent rouges, de taille variable, surélevées, sans contenu liquidien).

57Escarre d’inoculation

58Lésion cutanée (ulcérée et/ou nécrotique) apparaissant localement sur le site d’infection.

59Exophilie (ou exophile)

60Se dit des tiques qui vivent en espaces ouverts (forêts, prairies, etc.).

61Facteurs abiotiques

62Ensemble des facteurs physico-chimiques d’un écosystème (sol, humidité, température, etc.).

63Facteurs biotiques

64Ensemble des interactions du vivant dans l’écosystème (autres animaux, végétation, etc.).

65Fièvre anéruptive

66Fièvre non accompagnée de signes d’éruptions cutanées.

67Fitness

68Voir Valeur adaptative.

69Fréquences alléliques

70Nombre d’occurrences d’un allèle par rapport au nombre total de gamètes d’une population (ce dernier correspondant au double du nombre d’individus échantillonnés chez les espèces diploïdes telles que les tiques).

71F‑statistiques (ou indices de fixation)

72Se déclinent typiquement en indices correspondant à l’échelle « intra-population » et « inter-population » (mais il est possible de les décliner en plus de deux échelles emboîtées) ; ces indices mesurent la déviation de l’hétérozygosie observée par rapport aux attendus de Hardy-Weinberg. Dans le cas de polymorphisme neutre, ils résultent du régime de reproduction à l’échelle « intra-population » (indice Fis avec l’hypothèse Fis =0 référantà la panmixie) et de l’action conjointe de la migration et de la dérive à l’échelle « inter-population » (indice Fst avec l’hypothèse Fst = 0 définissant l’absence de différenciation génétique entre les échantillons). Ces indices peuvent également détecter l’action de pression de sélection sur un marqueur lorsque les estimations obtenues pour ce marqueur diffèrent de celles obtenues pour les autres marqueurs.

73Goulot d’étranglement (ou effet fondateur)

74La réduction drastique de la taille des populations qui rompt brutalement, et pour de nombreuses générations, l’équilibre entre la mutation et la dérive génétique. Cette rupture diminuant plus rapidement le nombre de génotypes que le nombre d’allèles, un goulot d’étranglement se détecte donc très longtemps après l’événement démographique par un excès d’allèles par rapport à sa taille de population.

75Hémadsorption

76L’adsorption des globules rouges du sang qui se fixent sur des cellules en culture infectées par un virus (exemple, virus de la peste porcine africaine, PPA).

77Hémoglobinurie

78Présence d’hémoglobine (protéine des globules rouges transportant l’oxygène chez les vertébrés) dans les urines.

79Hémolymphe

80Liquide circulatoire des invertébrés.

81Hémostase

82L’ensemble des phénomènes physiologiques qui participe à la réparation de la blessure vasculaire et assure le maintien de l’intégrité des vaisseaux : elle permet l’arrêt des saignements.

83Hépatosplénomégalie

84Augmentation du volume de la rate et du foie.

85Homogamie

86Qualifie la préférence à se reproduire de partenaires sexuels les plus génétiquement semblables.

87Horloge moléculaire

88Un concept issu des études de phylogénie moléculaire qui ont permis de montrer que le nombre de mutations entre organismes s’accumule de façon proportionnelle à leur temps de divergence. Cette accumulation peut varier selon des taxons.

89Ictère

90Coloration jaune de la peau et des muqueuses due à l’accumulation de bilirubine (pigment jaune excrété par le foie dans la bile).

91Immuno Blot (ou Western‑Blot) ou immunoempreinte

92Méthode en biologie moléculaire qui permet la détection de protéines spécifiques (antigènes immobilisés sur une membrane de nitrocellulose ou de PVDF), grâce à un sérum immun spécifique.

93Immunité (ou défenses immunitaires)

94Ensemble des mécanismes de défense de l’organisme. L’immunité innée est une réponse non spécifique et rapide qui agit en ne tenant pas compte du type d’agent infectieux. Elle constitue la première ligne de défense face à une infection. L’immunité acquise est en revanche spécifique et fait intervenir des lymphocytes (les lymphocytes B, responsables de la production d’anticorps et les lymphocytes T CD4+ et T CD8+).

95Isolement par la distance

96La pente b de la régression linéaire de la distance génétique (FST/(1‑FST)) sur la distance géographique entre sites d’échantillonnage renseigne sur le fonctionnement démographique des populations : b est inversement proportionnel au produit Dσ² avec D représentant la densité d’adultes reproducteurs par population et σ² le carré de la distance géographique séparant le lieu de naissance des parents du lieu de naissance des enfants (Rousset, 1997 ; chap. 4).

97Leucopénie

98Diminution du nombre de leucocytes (globules blancs) dans le sang.

99Lymphangite

100Inflammation des vaisseaux lymphatiques.

101Lymphocytes hyperbasophiles

102Globules blancs du sang correspondant à des lymphocytes sanguins activés en réponse à une infection (souvent due à un virus comme le virus EBV, CMV ou VIH entre autres) et qui apparaissent bleus sur les frottis sanguins après coloration.

103Lymphopénie

104Diminution du nombre de lymphocytes (catégorie particulière de globules blancs) dans le sang.

105Marqueur génétique

106La portion d’ADN nucléaire ou mitochondrial qui s’avère polymorphe dans les populations étudiées.

107Membrane péritrophique

108La membrane chitinisée de l’intestin qui entoure les aliments ou le repas sanguin comme un sac.

109Métapopulation

110Groupe de populations d’individus d’une même espèce, séparées par des barrières géographiques, entre lesquelles il existe des échanges (flux de gènes) plus ou moins abondants et fréquents.

111Microsatellites

112Marqueurs génétiques comprenant des répétitions de motifs longs de deux à cinq bases nucléotidiques.

113Migration (synonymes en génétique des populations : flux génique ou flux de gènes ou dispersion)

114Échange d’individus reproducteurs entre populations. À ne pas confondre avec l’utilisation de ce terme en écologie où la migration réfère aux mouvements qui ne s’accompagnent pas d’événements de reproduction.

115Modèle dynamique

116Modélisation mathématique d’une variable (par exemple, le risque de maladie) au cours du temps en fonction de son état initial et d’autres variables.

117Modèle empirique

118Modélisation mathématique d’un phénomène par un modèle ajusté statistiquement aux observations du phénomène collectées sur le terrain et sans prendre en compte les processus sous‑jacents.

119Modèle mécaniste

120Modélisation d’un phénomène s’appuyant sur la description mathématique de ses mécanismes ou phénomènes sous-jacents.

121Modèle statique

122Modélisation mathématique permettant la caractérisation d’une variable en fonction d’autres variables, sans prendre en compte la dimension temporelle.

123Modélisation mathématique

124Étude théorique cherchant à décrire, comprendre ou prédire un phénomène par des équations mathématiques.

125Monophasique

126Cycle comportant une seule phase parasitaire ; larve, nymphe et adulte effectuent leur repas sanguin sur le même animal et les mues entre les stases se font sur l’hôte.

127Monotrope ou monoxène

128Type de cycle de vie faisant intervenir une seule catégorie d’hôtes pour les trois stases.

129Morula

130Masse dont la surface externe a l’aspect d’une mûre.

131Mutation

132Erreur dans la réplication de l’ADN produisant du polymorphisme dans une région génomique.

133Myalgie

134Douleur musculaire.

135Myélite

136Inflammation de la moelle épinière.

137Myocardite

138Inflammation du muscle cardiaque.

139NDVI (indice de végétation par différence normalisée)

140Un indice de végétation basé sur des données de télédétection qui se calcule à partir des réflectances mesurées dans les bandes visibles rouges et le proche infrarouge.

141Panmixie (nom féminin ; l’adjectif associé est panmictique)

142État particulier du régime de reproduction dans lequel la fécondation des gamètes est parfaitement aléatoire. Une population panmictique se caractérise par le fait que les fréquences génotypiques sont entièrement caractérisées par les fréquences alléliques.

143Phénotype

144Caractéristique d’un individu qui est directement observable et qui est fonction de sa composition génétique et son environnement.

145Phylogéographie

146Reconstruction de l’histoire ancienne des populations par des outils de phylogénie appliquée à des régions génomiques non recombinantes (exemple, séquences mitochondriales ou régions non recombinantes du chromosome Y dans les espèces dont le sexe est déterminé par les formules chromosomiques XX/XY).

147Plaque adanale

148Plaque chitinisée située postérieurement au niveau de l’anus.

149Polymorphisme (synonyme : variabilité génétique)

150Existence de plusieurs allèles (ou variants) à un locus.

151Protéome

152Ensemble des protéines exprimées dans une cellule, une partie d’une cellule (membranes, organites) ou un groupe de cellules (organe, organisme, groupe d’organismes) dans des conditions données et à un moment donné.

153R0

154Nombre d’individus infectieux engendrés par un individu infectieux initial dans une population uniquement composée d’individus sensibles. L’utilisation du R0 est très répandue en épidémiologie et découle de travaux en démographie et en écologie, où il représente le nombre de descendances femelles produites par une femelle au cours de sa vie. En épidémiologie, on admet classiquement qu’une maladie pourra se propager si son R0 est supérieur à 1, et qu’elle devrait s’éteindre dans le cas contraire.

155Régime de reproduction

156Règles de reproduction d’une espèce donnée (exemple, clonalité, panmixie, homogamie, autogamie ou hétérogamie).

157Réservoir

158Espèce qui héberge un agent infectieux, le conserve en son sein et le transmet à une espèce (cible ou vectrice de la maladie) ou à d’autres réservoirs. Les individus de l’espèce réservoir peuvent être affectés par la maladie (conséquences cliniques ou sur sa valeur sélective), mais seulement dans les conditions qui permettent la transmission. Le terme de réservoir reflète des caractéristiques qualitatives, mais aussi quantitatives, propres à l’espèce et au contexte épidémiologique.

159Risque acarologique

160Densité de tiques infectées qui pourraient transmettre un agent infectieux à la population d’intérêt. Ce terme combine la densité de tiques et leur taux d’infection.

161Sélection naturelle

162Force évolutive étroitement liée aux caractéristiques de l’habitat considéré ; la sélection tend à éliminer les individus qui portent des phénotypes mal adaptés à un environnement donné et à augmenter la survie et/ou la fertilité des individus porteurs des phénotypes adaptés.

163Sentinelles

164Espèces animales permettant de détecter la présence d’un agent infectieux ou d’un ectoparasite avant que celui-ci n’atteigne la population d’hôtes sensibles d’intérêt (par exemple avant qu’il y ait infection humaine), ce qui permet de mettre en place des mesures préventives renforcées visant à prévenir la contamination de cette population.

165Sialome

166Ensemble des protéines exprimées dans les glandes salivaires des arthropodes hématophages.

167SNP (Single Nucleotide Polymorphism)

168Polymorphisme observé à l’échelle d’une base nucléotidique ; si en théorie quatre allèles (correspondant aux quatre bases A, T, G, C) peuvent potentiellement être observés, la pratique indique que les SNP sont généralement bi-alléliques.

169Stade

170En acarologie, mues successives sans métamorphose au sein de chaque stase.

171Stase

172En acarologie, chaque étape de développement d’une tique (larve, nymphe ou adulte).

173Statistique bayésienne

174Basée sur un mécanisme d’inférence permettant de déduire la probabilité d’un événement à partir des probabilités d’autres événements déjà évaluées. Sous ce raisonnement, une proposition pourrait être vraie ou fausse et sa probabilité est révisée au fur et à mesure des observations, incluant la première opinion (a priori) sur la probabilité des prémisses. Dans le cadre strict des outils de génétique des populations, ces statistiques sont utilisées pour déterminer a posteriori comment les individus échantillonnés se regrouperaient en « populations » de manière à minimiser les différences génétiques entre individus d’une même population et à maximiser les différences entre populations. Le terme anglais « clustering » utilisé pour qualifier ce type d’analyse n’a aucune bonne traduction reconnue en français, il est traduit ici en « clusterisation ».

175Symbiotique (Symbiose)

176Se dit d’une association durable et à bénéfice mutuel entre deux organismes appartenant à des espèces différentes.

177Sympatrie

178Caractérise des espèces distinctes vivant sur un même territoire.

179Syndrome polyalgique

180Tableau clinique caractérisé par l’existence de points douloureux multiples.

181Telmophage

182Se dit d’une piqûre hématophage faite par un arthropode dont les pièces piqueuses dilacèrent les tissus et qui produit un hématome (poche de sang) dans lequel l’arthropode va se nourrir.

183Télotrope

184Caractérise un type de cycle de vie dans lequel les stases immatures, larves et nymphes, sont ubiquistes et se nourrissent sur un large spectre d’hôtes. Les adultes sont quant à eux sélectifs. L’inverse est également possible : stases immatures sélectives et adultes ubiquistes.

185Thermophile

186Caractérise des organismes qui nécessitent une température élevée pour vivre.

187Thrombopénie

188Diminution du nombre de plaquettes (thrombocytes) dans le sang.

189Transaminases hépatiques

190Enzymes dont le taux augmente dans le sang en cas d’atteintes du foie.

191Transcriptome

192Ensemble des ARN (messagers, ribosomiques, de transfert et autres espèces d’ARN) issus de la transcription du génome.

193Transmission transovarienne

194Transmission d’un agent infectieux de la femelle à sa descendance.

195Transmission transstadiale

196Transmission d’un agent infectieux d’une stase de tique à une autre au cours de la mue.

197Triphasique

198Caractérise un type de cycle de vie faisant intervenir trois hôtes nourriciers différents pour les trois stases.

199Trixène

200Type de cycle de vie faisant intervenir trois catégories d’hôtes pour les trois stases.

201Valeur adaptative (valeur sélective ou « f itness »)

202Capacité d’un individu d’un certain génotype à se reproduire dans un environnement donné, souvent caractérisé par le nombre de descendants moyens atteignant l’âge de la reproduction.

203Valeur prédictive

204Capacité d’un modèle à pouvoir simuler la réalité observée. Elle peut s’évaluer par l’analyse des différences entre l’observation et la simulation. La mesure de cette valeur prédictive reste toutefois relativement subjective.

205Valeur sélective (ou f itness)

206Voir valeur adaptative

207Xénodiagnose

208Méthode de laboratoire permettant de déterminer la compétence de réservoir d’une espèce. Les individus de l’espèce étudiée sont prélevés sur le terrain et maintenus dans un environnement confiné afin de s’assurer qu’ils ne sont plus porteurs de tiques sauvages. Ils sont ensuite exposés à des larves élevées en laboratoire et exemptes d’agent infectieux. Une fois gorgées, les tiques sont isolées et analysées pour savoir si elles ont acquis le pathogène.

209Xérophile

210Se dit des organismes capables de vivre dans des environnements pauvres en eau.

211Zoonose

212Maladie transmissible de l’animal à l’homme.

Abréviations

ADN

Acide désoxyribonucléique

ARN

Acide ribonucléique

IFI

Immunofluorescence indirecte

LCR

Liquide céphalorachidien

PCR

Polymerase Chain Reaction, réaction d’amplification de l’ADN

qPCR

PCR quantitative ou en temps réel

RT‑qPCR

RT‑PCR quantitative ou en temps réel

RT‑PCR

Reverse Transcription-PCR, réaction d’amplification de l’ARN

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search