Version classiqueVersion mobile

Tiques et maladies à tiques

 | 
Karen D. McCoy
, 
Nathalie Boulanger

Boîte à outils

Annexe 3

Élevage de tiques dures et de tiques molles

Nathalie Boulanger, Olivier Rais et Laurence Vial

Texte intégral

Élevage de tiques dures : exemple d’Ixodes ricinus

1Les tiques dures ont la particularité d’avoir des repas sanguins particulièrement longs (~ 5 à 10 jours) conduisant à une spoliation sanguine importante de l’animal parasité. Les souris ou les gerbilles sont donc adaptées pour les larves et les nymphes, par contre pour les adultes, des animaux plus gros doivent être utilisés. Au laboratoire, c’est en général le lapin qui est utilisé pour gorger les femelles adultes.

Gorgement des larves et des nymphes

  • Les souris (peu importe la race) sont anesthésiées à l’Imalgène (attention grande sensibilité à cet analgésique, la kétamine). Le dos des souris est rasé.

  • Un bouchon de diamètre 16‑18 millimètres est évidé pour permettre l’introduction des larves ou des nymphes (fig. 1 et 2). Le bouchon est scellé avec de la cire d’abeille (contrôler la température sur la main). Obturer le bouchon par un sparadrap. L’emplacement du trou est masqué par un morceau de papier afin que les tiques ne collent pas après.

2Le sparadrap ne doit pas être trop hermétique afin que les tiques puissent en sortir dès qu’elles sont gorgées. À partir de 24‑48 heures, contrôler la fixation des larves et des nymphes en ouvrant le sparadrap.

3En fonction des stases

  • Larves : mettre 50 à 100 larves par bouchon. Elles sont introduites dans le bouchon avec un pinceau.

  • À la fin du repas sanguin, mettre en pilulier (environ 150). Ajouter un papier-filtre qui permet de dater le repas sanguin.

  • Nymphes : 20 nymphes environ par bouchon pour le repas sanguin ; transférer en pilulier avec filtre (environ 30 ; noter la date sur le filtre). Les nymphes sont manipulées avec des pinces fines par les pattes.

4Pendant la durée du repas sanguin, les cages de souris sont sans sciure pour faciliter la récupération des tiques et les cages elles-mêmes sont placées sur des bacs d’eau pour récupérer les tiques gorgées qui sortiraient de la cage.

5Dans les bains d’eau, les tiques sont récupérées dans des passoires à thé, séchées et transférées au pinceau dans les piluliers.

Gorgement des tiques adultes

  • Mettre au préalable mâle et femelle (10/10) ensemble en pilulier au moins deux jours.

6Le jour du repas sanguin, mettre le lapin dans une boîte de contention. Introduire les tiques au niveau de l’oreille du lapin. Le lapin porte une collerette, le manchon en tissu fin est scellé au bas de l’oreille avec du scotch en tissu (fig. 2).

7À partir du sixième jour, contrôler trois fois/jour le repas sanguin des femelles. Récupérer celles qui sont détachées et mettre une femelle par pilulier.

8À noter :

  • les tiques doivent jeûner au moins un mois avant de prendre le repas sanguin ;

  • les tiques sont maintenues, quelle que soit la stase, dans des boîtes hermétiques en plastique au fond duquel on humidifie un papier-filtre (80-90 % d’humidité). L’humidité peut aussi être apportée par un récipient rempli d’eau. Contrôler régulièrement l’humidité et la présence de champignon ; en cas de croissance de champignons, changer le filtre ;

  • les lapins développent des anticorps contre les tiques et deviennent réfractaires, ce qui n’est pas le cas pour les souris. Pour les lapins, on doit donc observer un espace de deux à trois mois entre les repas sanguins (3 utilisations maximum).

9

Figure 1. Appareil pour le gorgement des nymphes et larves.

Figure 1. Appareil pour le gorgement des nymphes et larves.

10L’utilisation de souris est valable pour les larves et nymphes d’Ixodes ricinus, mais les larves et nymphes de nombreuses espèces de tiques sont nourries sur les oreilles de lapin ou sur leurs hôtes de préférence avec des bouchons (par exemple, Rhipicephalus (Boophilus) spp. sur bovin). Pour les stases non parasitaires, chaque espèce a une température et une humidité relative optimales ; les incubateurs doivent alors être réglés pour correspondre à des exigences de chaque espèce (l’humidité peut notamment être contrôlée via des solutions de divers sels).

Figure 2.

Figure 2.

A : mise en place des bouchons sur le dos des souris pour le repas sanguin des larves et des nymphes d’Ixodes ricinus. B : repas sanguin de tiques adultes d’I. ricinus au niveau de l’oreille d’un lapin.

Élevage de tiques molles : exemple des Ornithodoros

11Les tiques molles présentent la caractéristique d’être nidicoles, voire endophiles, c’est-à-dire qu’elles colonisent préférentiellement des microhabitats protégés du milieu extérieur (nids d’oiseaux, anfractuosités de bâtiments, grottes, terriers de petits vertébrés, etc.). Il faut donc que les conditions d’élevage recréent autant que possible ce type d’habitat. Ainsi, l’élevage de tiques molles est généralement réalisé de la façon suivante :

  • utiliser des pots à urine munis d’un papier-filtre plié en accordéon afin d’apporter des recoins pour que les tiques s’y agglutinent (fig. 3). L’usage du papier-filtre s’avère aussi utile pour absorber les excréments et le liquide coxal libérés par les tiques après les repas sanguins ;

  • recouvrir les pots à urine d’une fine moustiquaire dont le diamètre des fibres est inférieur à la taille des stases larvaires les plus petites, puis les fermer à l’aide d’un bouchon à vis préalablement troué afin de laisser passer l’air ambiant.

  • placer les pots à urine à l’obscurité, dans une chambre climatique dont la température et l’humidité sont comprises entre 20 °C et 30 °C et 75 % et 85 %, respectivement, selon les caractéristiques propres à l’espèce. Deux autres options moins coûteuses sont possibles : l’utilisation d’une étuve dont on règle la température et au fond de laquelle on place un bac d’eau pour maintenir une humidité suffisante ou l’utilisation d’un dessiccateur de laboratoire en verre à joint rodé et graissé au fond duquel on place une solution à saturation de potasse.

12Concernant le gorgement des tiques molles, ce dernier sera préférentiellement réalisé par le bas (i. e. les tiques reposent sur la membrane), pendant quelques heures seulement et toutes les 3-4 semaines, afin de recréer au maximum ce qui se passe en conditions naturelles :

  • prélever du sang sur animaux vivants (cochon, vache…) par ponction sur tube hépariné ou récupérer du sang à l’abattoir et le défibriner en tournant doucement avec une cuillère en bois ;

  • utiliser une plaque magnétique chauffante sur laquelle est placé un récipient contenant le sang, ainsi qu’un barreau magnétique permettant de mélanger régulièrement le sang ;

  • placer les tiques dans un tube en plastique d’un diamètre juste inférieur à celui du récipient de sang, fermé en bas par une membrane de parafilm et en haut par une moustiquaire (pour éviter les échappées tout en laissant passer l’air) ;

  • possibilité de rajouter dans l’unité de gorgement des poils d’animaux (de préférence l’hôte vertébré sur lequel se gorge la tique dans la nature) et/ou un papier-filtre frotté sur animal et/ou un peu de liquide coxal sur la membrane côté tiques, afin de stimuler les tiques à se gorger ; penser à créer un gradient de température pour que les tiques placées dans une ambiance froide soient attirées par le sang chaud ;

  • encastrer l’unité de gorgement dans le récipient de sang afin que le parafilm soit en contact avec le sang ;

  • attendre environ 2 heures avant de vérifier l’état de gorgement des tiques.

13Il est ici décrit un mode de gorgement artificiel, car les tiques molles s’adaptent assez bien à ce type de gorgement. Toutefois, lorsqu’on lance un élevage avec une souche de terrain, il est parfois nécessaire de réaliser un premier gorgement des stases adultes de terrain sur animaux vivants (cf. supra) pour obtenir des stases immatures qui s’adapteront plus facilement à la membrane artificielle puisqu’elles n’auront pas connu autre chose.

Figure 3. Système de gorgement artificiel des tiques molles et maintien en élevage.

Figure 3. Système de gorgement artificiel des tiques molles et maintien en élevage.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Appareil pour le gorgement des nymphes et larves.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 2.
Légende A : mise en place des bouchons sur le dos des souris pour le repas sanguin des larves et des nymphes d’Ixodes ricinus. B : repas sanguin de tiques adultes d’I. ricinus au niveau de l’oreille d’un lapin.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3. Système de gorgement artificiel des tiques molles et maintien en élevage.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9065/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteurs

Centre National de Référence Borrelia EA 7290 Virulence bactérienne précoce, groupe Borréliose de Lyme, Institut de bactériologie 3, rue Koeberlé 67000 Strasbourg. nboulanger@unistra.fr

Institut de biologie 11, rue Émile Argand Case Postale 2 CH2007 Neuchatel. Olivier.Rais@unine.ch

UMR Cirad-Inra CMAEE Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes TA A-15/G, campus international de Baillarguet 34398 Montpellier cedex 5. Laurence.vial@cirad.fr

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search