Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tiques et maladies à tiques

 | 
Karen D. McCoy
, 
Nathalie Boulanger

Boîte à outils

Annexe 1

Méthodes d’échantillonnage des tiques et fiabilité

Séverine Bord et Albert Agoulon

Texte intégral

Principes des différentes méthodes d’échantillonnage des tiques

Capture des tiques sur la végétation

• Méthode du drapeau

1L’échantillonnage par la méthode du drapeau (dragging method) permet de prélever les tiques à l’affût en simulant le passage d’un hôte (MacLeod, 1932 ; Vassallo et al., 2000). Ce leurre mécanique est réalisé à partir d’une pièce de tissu, appelée drapeau, attachée à un bâton. Ce drapeau est traîné sur la végétation par le préleveur à l’aide d’une corde fixée aux deux extrémités du bâton (fig. 1). Le tissu peut être en éponge, flanelle ou molleton et mesure en général un mètre carré (1 m x 1 m). Pour visualiser plus facilement les tiques, ce tissu est de couleur claire. Le préleveur traîne le drapeau derrière lui, lentement (à environ 0,5 m/s), classiquement sur une distance de dix mètres. Une variante consiste à balayer la végétation latéralement (on parle alors de « flagging ») : le drapeau, plus petit, est maintenu par un manche en bois. Au passage du drapeau, les tiques à l’affût s’accrochent et sont ensuite comptées par le préleveur.

Figure 1. Méthode du drapeau (« dragging »)

Figure 1. Méthode du drapeau (« dragging »)

© S. Bord

En marchant : tissu qui enserre les jambes du préleveur

2Comme pour la méthode du drapeau, l’échantillonnage en marchant (walking) permet de prélever les tiques à l’affût : le leurre en tissu est cette fois-ci placé autour des jambes du préleveur. Cette méthode permet de collecter les tiques sur toute la hauteur de la végétation.

• Pièges à CO2

3L’échantillonnage par piège à CO2 consiste à attirer les tiques par l’émission de CO2, qui simule la présence d’un hôte à proximité (Gray, 1985). Le CO2 agit comme un agent attractif qui engendre l’activation immédiate des tiques. Ce leurre chimique est réalisé à partir d’une boîte contenant de la neige carbonique déposée sur un support au sol. La boîte est percée pour diffuser le CO2 et un ruban adhésif double face est collé au support. Les tiques attirées par le dégagement de CO2 se dirigent vers la boîte et viennent se coller sur le ruban adhésif. Les tiques capturées sont ensuite comptées. L’utilisation (ou l’ajout) des phéromones est également possible (Maranga et al., 2003), mais reste globalement peu explorée chez les tiques (Cohnstaedt et al., 2012).

• Comptage « à vue »

4L’échantillonnage à vue consiste à repérer visuellement les tiques à l’affût sur la végétation (en particulier sur les tiges de graminées) (PérezEid, 2007).

• Échantillonnage d’humus

5Un prélèvement d’humus (Schulze et al., 1997) permet de récupérer l’ensemble des tiques libres, en recherche d’hôte ou en cours de réhydratation. Les tiques présentes sont séparées de l’humus par flottation, tamisage, ou par la méthode de l’entonnoir « Tullgren » ou « Berlese », qui consiste à déposer l’humus dans un entonnoir et à placer une lumière allumée au-dessus. La chaleur dégagée par la lumière va sécher la matière et pousser les tiques à se diriger vers le fond du dispositif, sur lequel est déposé un buvard humide. Les tiques seront ensuite comptées sur le buvard.

Capture des tiques sur hôtes

6L’échantillonnage des tiques à partir des hôtes consiste à compter le nombre de tiques présentes sur l’animal. Les animaux sauvages observés sont capturés lors de sessions de piégeage (micromammifères, chevreuils…) ou tués lors de campagnes de chasse (sangliers, chevreuils…). Les animaux d’élevage ou domestiques (bovins, chiens…) peuvent également faire l’objet d’inspections. Cet échantillonnage des tiques peut être réalisé directement sur le terrain, lorsque les animaux doivent être relâchés. Il peut aussi être pratiqué en laboratoire sur des cadavres.

7Pour réduire la perte des individus qui se désengagent du repas sanguin, l’observation et le comptage des tiques doivent être réalisés rapidement après la capture ou la mort de l’animal pour ne pas sous-estimer l’abondance. Pour réduire ce biais, les animaux sacrifiés sont placés dans des sacs pour que les tiques qui se détacheraient puissent être récupérées et comptées. Pour les animaux vivants, le comptage généralement se limite à quelques parties du corps, considérées comme les zones de fixation privilégiées. Par exemple, l’examen concernera la tête pour les oiseaux et pour les micromammifères, l’aine ou la mamelle pour les bovins (L’Hostis, 1994), ou encore les pattes pour les chevreuils (Gilot et al., 1994). Cependant, si l’on veut une estimation de l’infestation globale (ou si plusieurs espèces de tiques sont présentes), on examine la totalité de la moitié de l’animal et on multiplie par deux. Pour avoir des estimations comparables entre animaux, le plus important est d’appliquer une méthode standardisée qui pourrait être corrigée statistiquement pour des biais éventuels (Cohnstaedt et al., 2012).

Avantages, contraintes et limites de chaque méthode

Capture des tiques sur la végétation

• Méthode du drapeau

8Elle présente l’avantage d’être facile et rapide à mettre en œuvre, car elle ne nécessite que peu de matériel. Elle est particulièrement adaptée aux espèces de tiques dont la recherche de l’hôte se fait par une quête à l’affût. Chez ces espèces, la méthode est plus efficace pour les stases dont le site de quête est situé sur le haut de la végétation. Cette méthode est particulièrement recommandée pour les végétations relativement uniformes telles que les prairies (Sonenshine, 1994).

9Pour améliorer l’efficacité de cette méthode, certains auteurs modifient le dispositif en fixant un réseau de tuyau en caoutchouc percé dans lequel du CO2 est diffusé (Gherman et al., 2012). D’autres mêlent la méthode du drapeau et la collecte de tiques en marchant « walking-flagging » (Carroll et Schmidtmann, 1992). Par cette méthode, l’effort d’échantillonnage est facilement quantifiable par la durée de l’échantillonnage et/ou la surface prospectée. Cependant, cette méthode ne donne qu’un indicateur d’abondance (présence/absence de tiques, densité faible, modérée ou forte), à ne pas considérer comme une estimation de la vraie taille de la population présente (Sonenshine, 1994).

10Le taux d’échantillonnage de cette méthode du drapeau est estimé à 8 % de la population totale de la zone échantillonnée pour Dermacentor variabilis (Sonenshine, 1994). D’autres auteurs estiment l’efficacité pour la capture des nymphes à 5,9 % pour Ixodes pacificus (TalleklintEisen et Lane, 2000) et 6,7 % pour I. scapularis (Daniels et al., 2000). Ces pourcentages annoncés sont toutefois à considérer comme des moyennes, car la part des tiques réellement à l’affût (seules récupérables par cette méthode) dans la population totale des tiques libres fluctue en fonction des conditions d’échantillonnage (météorologie, saison, type de végétation, etc.).

11Cette méthode d’échantillonnage n’est par ailleurs pas efficace lorsque la végétation à échantillonner est mouillée, lors de périodes de pluie ou encore le matin en présence de rosée (Sonenshine, 1994). Son efficacité n’est probablement pas identique selon les types de végétation (Ginsberg et Ewing, 1989) : le contact entre le drapeau et la végétation n’est pas optimal pour une végétation haute, hétérogène ou ligneuse.

• En marchant : tissu qui enserre les jambes du préleveur

12Par rapport à la méthode du drapeau, cette méthode a l’avantage majeur de représenter réellement le risque auquel un individu est exposé lors d’un contact direct (Ginsberg et Ewing, 1989 ; Dobson et al., 2011). En marchant, l’effort d’échantillonnage est facilement estimable par la durée d’échantillonnage et/ou la distance parcourue par le préleveur (Ginsberg et Ewing, 1989). La méthode permet en outre de mesurer la hauteur d’affût des différentes espèces et des différentes stases collectées, dès lors que l’on s’astreint à rechercher fréquemment la présence de tiques sur le tissu, de sorte qu’elles n’aient pas le temps de se déplacer.

13L’efficacité de cette méthode peut cependant être biaisée par de nombreux facteurs, par exemple un effet « préleveur » (qui peut attirer plus ou moins les tiques), ou une variabilité de contact avec la végétation (Vassallo et al., 2000). Selon le même principe, pour estimer le risque lié à un contact direct, certains auteurs utilisent des animaux « sentinelles » (Leschnik et al., 2012).

• Pièges à CO2

14Ils permettent de réduire l’effort d’échantillonnage grâce à l’utilisation du ruban adhésif placé autour de la boîte à CO2. L’efficacité de cette méthode diffère selon les espèces. Ce type de dispositif basé sur l’attraction est particulièrement efficace pour les tiques telles que Hyalomma marginatum et Amblyomma spp. (Solberg et al., 1992 ; Schulze et al., 1997) dont la quête de l’hôte se fait par la chasse. Des espèces qui recherchent un hôte à l’affût, comme Ixodes scapularis ou I. ricinus, sont aussi facilement collectées par ce type de dispositif (Sonenshine, 1994). Gray (1985) a démontré que les pièges à CO2 sont plus efficaces que la méthode du drapeau pour l’échantillonnage d’I. ricinus dans des milieux à haute densité de tiques, et plus particulièrement dans des terrains accidentés et pour les stases adultes. Cependant, d’autres espèces telles que Dermacentor variabilis sont très peu, voire pas du tout, collectées par cette méthode.

15L’inconvénient majeur des pièges à CO2 réside dans le fait qu’ils ont un domaine d’efficacité limité (Koch et McNew, 1981 ; Falco et Fish, 1992). La distance d’attraction a été estimée à 3,5 mètres pour I. ricinus contre plusieurs mètres pour A. americanum (Gray, 1985).

16Certaines modifications sont apportées par des auteurs pour améliorer l’efficacité de l’échantillonnage : combinaison du dégagement de CO2 avec la méthode du drapeau (Gherman et al., 2012). En l’absence de carboglace source de CO2, la production de CO2 par réaction chimique à partir d’acide acétique et de bicarbonate de sodium est possible et semble aussi efficace (Guedes et al., 2012). Le CO2 peut aussi être combiné avec des phéromones (Maranga et al., 2003).

• Comptage « à vue »

17La méthode est peu efficace pour les stases larvaires et nymphales, à cause de leur très petite taille. Le comptage à vue est en revanche plus efficace pour les adultes Amblyomma que la méthode du drapeau (Terassini et al., 2010).

• Échantillonnage d’humus

18L’échantillonnage d’humus permet de collecter l’ensemble des tiques libres présentes sur la zone échantillonnée. Cette méthode ne permet cependant pas de distinguer dans la litière les tiques à l’affût des tiques en cours de réhydratation. De plus, elle est lourde à mettre en œuvre, ce qui la rend difficilement reproductible.

• Capture des tiques sur hôtes

19Cette méthode d’échantillonnage peut être réalisée à partir d’animaux de compagnie, domestiques ou sauvages. Dans le cas d’animaux sauvages, ils sont soit tués, soit capturés pour être examinés. Parfois, les animaux vivants nécessitent une anesthésie pour l’examen. Classiquement, il s’agit d’animaux de petite ou de moyenne taille, plus faciles à manipuler.

20Pour limiter les biais de détection, plusieurs méthodes sont possibles. L’examen peut se faire sur une durée déterminée et fixe, sur une zone privilégiée comme la tête, l’encolure ou les oreilles. L’examen peut également être exhaustif et concerner uniquement une zone circonscrite dont la taille est identique entre les individus. Une autre méthode consiste à placer les animaux capturés dans une cage grillagée au‑dessus d’un bac d’eau et à attendre que les tiques se détachent de leur hôte naturellement (Mather et Spielman, 1986 ; Gage et al., 1990 ; Sonenshine, 1994).

Évaluation de l’efficacité de chaque méthode

21L’efficacité de chacune de ces méthodes n’a été que très peu quantifiée, voire jamais étudiée. Cependant, certaines études ont été menées pour comparer le nombre de captures obtenues en réalisant des échantillonnages simultanés à partir de plusieurs méthodes.

22Il a été démontré que l’efficacité d’une méthode est spécifique à l’espèce et à la stase d’intérêt. Cette efficacité est influencée par :

  • le comportement des tiques : la hauteur de quête, la stratégie de quête de l’hôte (chasseur actif ou à l’affût), la capacité à rester accroché au drapeau, l’attractivité du CO2

  • le type d’habitat : capacité du drapeau à entrer en contact avec la végétation…

  • les limites des méthodes d’échantillonnage elles-mêmes : le drapeau ne permet pas de détecter les tiques à l’affût sur les strates proches du sol lorsque la végétation est haute, au contraire du « walking » ; le périmètre d’action est limité pour les pièges à CO2

  • les conditions climatiques : le vent et l’ensoleillement entraînent une dessiccation des tiques à l’affût, ainsi qu’une mauvaise diffusion du CO2 ; l’humidité gêne les prélèvements par le drapeau et en marchant.

23Prendre en compte les biais de chaque méthode d’échantillonnage est primordial, car ils peuvent influencer l’interprétation des résultats et donc conduire à des connaissances erronées sur l’écologie des tiques (Solberg et al., 1992 ; Petry et al., 2010). La proportion de stases et d’individus actifs dans une population de tiques peut varier au cours d’une année en dehors de l’effet direct des conditions climatiques, ce qu’on ne doit jamais perdre de vue en comparant l’efficacité des méthodes.

Bibliographie

Carroll J. F., Schmidtmann E. T., 1992 – Tick sweep – modification of the tick drag-flag method for sampling nymphs of the deer tick (Acari, Ixodidae). Journal of Medical Entomology, 29: 352-355.

Cohnstaedt L. W., Rochon K., Duehl A. J., Anderson J. F., Barrera R., Su N. Y., Gerry A. C., Obenauer P. J., Campbell J. F., Lysyk T. J., Allan S. A., 2012 – Arthropod surveillance programs: basic components, strategies, and analysis. Annals of the Entomological Society of America, 105: 135-149.

Daniels T. J., Falco R. C., Fish D., 2000 – Estimating population size and drag sampling efficiency for the blacklegged tick (Acari: Ixodidae). Journal of Medical Entomology, 37: 357-363.

Dobson A. D. M., Finnie T. J. R., Randolph S. E., 2011 – A modified matrix model to describe the seasonal population ecology of the European tick Ixodes ricinus. Journal of Applied Ecology, 48: 1017-1028.

Falco R. C., Fish D., 1992 – A comparison of methods for sampling the deer tick, Ixodes dammini, in a Lyme disease endemic area. Experimental and Applied Acarology, 14: 165-173.

Gage K. L., Burgdorfer W., Hopla C. E., 1990 – Hispid cotton rates (Sigmodon hispidus) as a source for infecting immature Dermacentor variabilis (Acari, Ixodidae) with Rickettsia rickettsii. Journal of Medical Entomology, 27: 615-619.

Gherman C. M., Mihalca A. D., Dumitrache M. O., Gyorke A., Oroian I., Sandor M., Cozma V., 2012 – CO2 flagging – an improved method for the collection of questing ticks. Parasites and Vectors, 5 : 7.

Gilot B., Bonnefille M., Degeilh B., Beaucournu J. C., Pichot J., Guiguen C., 1994 – La colonisation des massifs forestiers par Ixodes ricinus (Linné 1758) en France : utilisation du chevreuil, Capreolus capreolus (L. 1758) comme marqueur biologique. Parasite, 1: 81-86.

Ginsberg H. S., Ewing C. P., 1989 – Comparison of flagging, walking, trapping, and collecting from hosts as sampling methods for northern deer ticks, Ixodes dammini, and lone-star ticks, Ambylomma americanum (Acari, Ixodidae). Experimental and Applied Acarology, 7: 313-322.

Gray J., 1985 – A carbon dioxide trap for prolonged sampling of Ixodes ricinus L. populations. Experimental and Applied Acarology, 1: 35-44.

Guedes E., de Azevedo Prata M. C. D., dos Reis E. S., Cancado P. H. D., Leite R. C., 2012 – Comparative efficiency of two models of CO2 traps in the collection of free-living stages of ixodides. Parasitology Research, 111: 2325-2328.

Koch H. G., McNew R. W., 1981 – Comparative catches of field populations of lone star ticks (Acarina, Ixodidae) by CO2 emitting dry-ice, dry-chemical, and animal-baited devices. Annals of the Entomological Society of America, 74: 498-500.

L’Hostis M., 1994 – Babesia divergens en France. Épidémiologie descriptive et analytique. Thèse doct. en parasitologie, univ. Montpellier-I.

Leschnik M. W., Khanakah G., Duscher G., Wille‑Piazzai W., Horweg C., Joachim A., Stanek G., 2012 – Species, developmental stage and infection with microbial pathogens of engorged ticks removed from dogs and questing ticks. Medical and Veterinary Entomology, 26: 440-446.

MacLeod J., 1932 – The bionomics of Ixodes ricinus L., the « sheep tick » of Scotland. Parasitology, 24: 382-400.

Maranga R., Hassanali A., Kaaya G., Mueke J., 2003 – Attraction of Amblyomma variegatum (ticks) to the attraction-aggregation-attachment-pheromone with or without carbon dioxide. Experimental and Applied Acarology, 29: 121-130.

Mather T. N., Spielman A., 1986 – Diurnal detachment of immature deer ticks (Ixodes dammini) from nocturnal hosts. American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, 35 : 182-186.

PérezEid C., 2007 – Les tiques -Identification, biologie, importance médicale et vétérinaire. Paris, Lavoisier, 310 p.

Petry W. K., Fore S. A., Fielden L. J., Kim H. J., 2010 – A quantitative comparison of two sample methods for collecting Amblyomma americanum and Dermacentor variabilis (Acari: Ixodidae) in Missouri. Experimental and Applied Acarology, 52: 427-438.

Schulze T. L., Jordan R. A., Hung R. W., 1997 – Biases associated with several sampling methods used to estimate abundance of Ixodes scapularis and Amblyomma americanum (Acari: Ixodidae). Journal of Medical Entomology, 34: 615-623.

Solberg V. B., Neidhardt K., Sardelis M. R., Hildebrandt C., Hoffmann F. J., Boobar L. R., 1992 – Quantitative evaluation of sampling methods for Ixodes dammini and Amblyomma americanum (Acari, Ixodidae). Journal of Medical Entomology, 29: 451-456.

Sonenshine D. E., 1994 – Ecological dynamics of tick-borne zoonoses. Oxford, Oxford University Press, 464 p.

TalleklintEisen L., Lane R. S., 2000 – Spatial and temporal variation in the density of Ixodes pacificus (Acari: Ixodidae) nymphs. Environmental Entomology, 29: 272-280.

Terassini F. A., Barbieri F. S., Albuquerque S., Szabo M. P. J., Camargo L. M. A., Labruna M. B., 2010 – Comparison of two methods for collecting free-living ticks in the Amazonian forest. Ticks and Tick-Borne Diseases, 1: 194-196.

Vassallo M., Pichon B., Cabaret J., Figureau C. U., PérezEid C., 2000 – Methodology for sampling questing nymphs of Ixodes ricinus (Acari: Ixodidae), the principal vector of Lyme disease in Europe. Journal of Medical Entomology, 37 : 335-339.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Méthode du drapeau (« dragging »)
Crédits © S. Bord
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

Auteurs

UR 0346 Inra-Unité d’Épidémiologie animale Centre Auvergne-Rhône-Alpes, site de Theix 63122 Saint-Genès-Champanelle. sbord@clermont.inra.fr

UMR 1300 Oniris-Inra Biologie, Épidémiologie et Analyse de risque en Santé animale Atlanpole, La Chantrerie, CS 40706 44307 Nantes cedex 3. albert.agoulon@oniris-nantes.fr

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540