Version classiqueVersion mobile

Tiques et maladies à tiques

 | 
Karen D. McCoy
, 
Nathalie Boulanger

9. Contrôle des populations de tiques et prévention : aspects vétérinaires et humains

Nathalie Boulanger et Frédéric Stachurski

Texte intégral

1Les tiques posent un certain nombre de problèmes en santé humaine et vétérinaire par leurs nuisances directes suite à leurs piqûres, mais également par les agents infectieux qu’elles sont susceptibles de transmettre. L’impact économique des tiques est majeur surtout dans les zones où l’élevage des bovins représente une source de revenus importante comme en Amérique du Sud, au sud des États‑Unis, et en Australie (Guerrero et al., 2014). L’introduction de la tique invasive Rhipicephalus (Boophilus) microplus à partir du continent asiatique dans de nombreuses régions du monde pose par exemple de gros problèmes économiques et de lutte antivectorielle (cf. chap. 5). Des méthodes ont été développées ces dernières années pour diminuer leur impact, soit en ciblant directement la tique sur son hôte, soit en contrôlant l’environnement où ces tiques résident. Les cartographies des zones à risque devraient aider à réaliser des luttes intégrées efficaces (cf. chap. 8). Cependant, la distribution géographique des tiques varie en fonction des saisons, des années et des hôtes disponibles et nous manquons encore d’informations biologiques pour faire des prévisions pour de nombreuses espèces. Les méthodes de lutte et de prévention actuellement disponibles ont par conséquent une utilisation variable selon les régions du globe et leur efficacité diffère selon les types de tiques.

Chez l’homme

2Comme pour tous les ectoparasites strictement hématophages, la recherche de l’hôte est vitale, les tiques le repérant grâce à leurs organes sensoriels (pédipalpes, organes de Haller ; cf. chap. 2). L’homme est un hôte accidentel pour les tiques, il sera piqué lorsqu’il fréquentera leur biotope. Limiter le contact avec l’ectoparasite peut alors passer soit par la prévention, soit par une modification de l’environnement afin de réduire les populations de tiques.

Prévention chez l’homme

3En zones tempérées, la prévention primaire chez l’homme vise à empêcher la piqûre de tique ; elle est surtout basée sur des mesures simples telles que le port de vêtements longs et le contrôle corporel au retour de zones infestées. Alors que, contre les moustiques, l’utilisation de substances répulsives est largement répandue (les connaissances sur les molécules actives dans ce domaine proviennent d’ailleurs essentiellement de la lutte contre le paludisme), leur usage est encore peu développé contre les tiques bien que la prévention primaire contre leurs piqûres puisse aussi reposer sur l’utilisation de tels répulsifs cutanés. Aux États‑Unis, l’utilisation du DEET (N, N –diéthyl‑3‑méthylbenzamide) est largement répandue. En Europe, la lutte contre les tiques susceptibles de piquer l’homme est encore marginale. En France, une actualisation des recommandations concernant la lutte personnelle antivectorielle, listant les substances disponibles et leurs conditions d’utilisation, est réalisée annuellement dans une des publications de l’Institut national de veille sanitaire (InVS), « Conseils aux voyageurs » (Bulletin épidémiologique hebdomadaire).

4Les répulsifs ou insectifuges sont des substances chimiques à application externe (cutanée ou vestimentaire) qui perturbent le système olfactif des arthropodes, les repoussent et les empêchent ainsi de piquer l’homme ou l’animal (Bissinger et Roe, 2010 ; Pages et al., 2014). En principe, ces molécules ne tuent pas les tiques ou les insectes, ce ne sont pas des insecticides/acaricides.

5En médecine humaine, le choix du répulsif et son efficacité dépendent de différents facteurs comme l’âge de l’utilisateur et les conditions dans lesquelles le produit est employé. Pour tous les répulsifs, il convient d’éviter le contact avec les yeux et les muqueuses, de ne pas les appliquer sur des lésions cutanées étendues et d’éviter leur utilisation en cas d’antécédents d’allergie cutanée. La durée d’efficacité et donc la fréquence d’application seront fonction de la concentration en principe actif du répulsif choisi, de la nature de ce principe actif et des conditions d’utilisation (transpiration, bain, chaleur, frottement). Les personnes susceptibles de développer des effets secondaires sont les nourrissons et les jeunes enfants (moins de 2 ans), les femmes enceintes et les personnes allergiques. Pour être totalement efficace, un répulsif doit être appliqué correctement et doit contenir un certain pourcentage de principe actif (tabl. 1).

6De plus en plus d’études ont pour objet l’utilisation de répulsifs naturels pour lutter contre les tiques. Les huiles essentielles ne sont généralement pas recommandées, car elles sont trop volatiles et, pour certaines d’entre elles, irritantes, voire allergisantes (Strickman et al., 2009). Le citriodiol (P‑menthane‑3,8‑diol ou PMD), extrait de l’eucalyptus Corymbia citriodora, semble toutefois efficace contre les tiques (Elmhalli et al., 2009). Il est commercialisé en France sans limites d’âge, mais peu d’études ont été faites pour l’instant sur sa toxicité potentielle.

7Aux États‑Unis, le DEET est le répulsif le plus largement employé depuis six décennies. Il serait également le plus efficace contre les tiques. Cependant, il altère certains tissus synthétiques (rayonne, spandex, vinyl, etc.), des matières plastiques (lunettes, bracelets‑montres) et le cuir. Ses effets toxiques potentiels chez l’homme sont documentés depuis sa commercialisation en 1957 aux États-Unis : peu d’effets secondaires sont rapportés et ils sont surtout d’ordre cutané compte tenu de sa très large utilisation (Boulanger et de Gentile, 2012). Deux molécules plus récentes, l’IR35/35® (N‑butyl, N‑acétyl‑3 éthylaminopropionate) et le KBR 3023 ou picaridine pourraient être également utilisées comme répulsifs contre les tiques et seraient moins toxiques que le DEET. La picaridine est d’ailleurs la molécule la plus utilisée dans les produits répulsifs contre les arthropodes en Europe. Elle est peu odorante, n’est pas grasse et n’abîme pas les plastiques. IR35/35 et KBR3023 ont fait l’objet de recherches approfondies par l’OMS (Organisation mondiale de la santé – WHO Pesticide Evaluation Scheme, Whopes). Ces molécules sont largement recommandées dans la lutte antivectorielle personnelle au niveau mondial.

Tableau 1. Répulsifs synthétiques et naturels commercialisés ou en développement dans la lutte personnelle antivectorielle chez l’homme.
ND : Non disponible (Bissinger et Roe, 2010 ; Pages et al., 2014).

Molécules

Concen-
tration

Désavantages

Avantages

Autres
particularités

Modalités
d’utilisation

Répulsifs commerciaux

DEET
N, N,
-diethyl-m‑toluamide
(1953)

10-50 %

Huileux ; altère
les plastiques et
les fibres
synthétiques ;
irritant pour les
yeux

Toxicologie
bien connue ;
bon marché
Spectre
d’activité
large

Ultrathon®
(3M) = DEET
33 % = polymère
à libération lente

30 % maximum
chez les enfants
de moins
de 12 ans
et les femmes
enceintes

Picaridine
KBR3023 (dérivé
de la pipéridine)
Carboxylate
de Sec-butyl 2 -
(2-hydroxyéthyl)
(Bayer-1980)

20-25 %

Pas aussi
efficace sur
les tiques

Large spectre
N’altère
pas les
plastiques
Faible odeur

20-25 % :
à partir
de 24 mois
20 % chez
la femme
enceinte

IR3535

N-acetyl-N-butyl-B
Alaninate d’ethyl
(Merck-1975)

20-35 %

Sûr

Serait le plus
efficace sur
les tiques

20 % : femme
enceinte
et enfant de 6
à 12 mois

P-menthane-3,8‑diol
(Quwenling)
PMD-Citriodiol
®
(2000)

20-30 %

Contient
du citral
(irritant cutané)
Irritant pour les
yeux

Eucalyptus
citroné :
Corymbia
citriodora

Pas chez
la femme
enceinte

Perméthrine
(Pyréthrinoides)
(1979)

0,5 %

Plus insecticide
que répulsif

Répulsif
vestimentaire

Ne pas appliquer
sur la peau

Répulsifs d’origine naturelle à l’étude

Carvacrol

ND

Phénol
monoterpénoïde
dérivé de
plusieurs huiles
essentielles
(origan, thym,
par exemple)

1-alpha-Terpineol

ND

Cleome
monophylla
Tanaceum vulgare

2-undecanone
BioUD
®
(2007)

7,75%

Lycopersicon
hirsutum-
tomate

Nootkatone

0,0458
(wt/vol)

Chamaecyparis
nootkatensis-
cèdre
jaune d’Alaska

Acide dodécanoique
(DDA)
ContraZeck
®

10 %

Huile de noix
de coco
ou de palme

8L’imprégnation vestimentaire peut être une alternative à l’utilisation de répulsifs cutanés pour lutter contre les tiques. La perméthrine est particulièrement utilisée dans ce but, mais c’est plus un insecticide de contact qu’un répulsif. La perméthrine et la deltaméthrine ont été développées aux États‑Unis dans les années 1970. Leur utilisation ne présente pratiquement pas de risque pour les oiseaux et les mammifères, mais elles sont très toxiques pour les animaux à sang-froid. Elles sont également très utilisées dans l’environnement (traitement intradomiciliaire, contrôle des moustiques, lutte contre les insectes nuisibles en agriculture) (Guerrero et al., 2014). Ces produits sont généralement appliqués en pulvérisation (sur la face externe des vêtements) et restent actifs six semaines ; s’ils sont appliqués par imprégnation au moyen de techniques spécifiques lors de la fabrication des tissus, ils sont actifs pendant six mois. Ils sont rapidement décomposés par les rayons ultraviolets, mais ils résistent au lavage et au repassage (Bissinger et Roe, 2010). La perméthrine est la seule molécule d’imprégnation proposée en France contre les arthropodes. Compte tenu de sa large utilisation, des études toxicologiques sont de plus en plus réalisées et confirment un effet non négligeable sur les organismes et l’environnement (Tsuji et al., 2012 ; http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/​pesticides/​virus-nil/​index.htm).

Figure 1. Méthodes de lutte les plus répandues contre les tiques.

Figure 1. Méthodes de lutte les plus répandues contre les tiques.

a) Chez l’homme, la lutte est surtout liée à la prévention secondaire qui repose sur l’extraction mécanique de la tique le plus rapidement possible. Un Tiretic® peut être particulièrement utile. b) Chez le bétail, le bain détiqueur est la méthode de lutte la plus fréquente, même si les substances chimiques changent au cours du temps avec l’évolution des résistances.

© N. Boulanger ; F. Stachurski

9Aucune mesure de prévention primaire n’est suffisante en elle-même. Par conséquent, en période d’activité des tiques, il convient, en cas de fréquentation de zones à risque, de pratiquer un examen minutieux du corps le plus rapidement possible après le retour de la zone infestée sans oublier la tête, les oreilles, les organes génitaux et le nombril. En cas de piqûre de tique, la prévention secondaire repose sur l’extraction mécanique qui est la plus efficace et qui doit être pratiquée le plus rapidement possible. Le Tiretic® est particulièrement approprié et doit être recommandé (fig. 1a). L’utilisation de produits pour faciliter soi-disant l’extraction tels qu’huile, éther, vernis… est absolument inutile.

Contrôle de l’environnement anthropisé

10La tique, bien qu’ectoparasite, passe la plupart de son existence au sol. La nature de l’environnement est donc essentielle à sa survie (cf. chap. 3). Le contrôle des zones à risque (élimination de la litière de feuilles, écobuage contrôlé et tonte des pelouses, etc.) afin de limiter les niches favorables à sa survie est possible, ce qui permet de lutter contre la prolifération des tiques et l’impact des maladies transmises par ces arthropodes. La pose de clôtures en bordure de forêt limite également en zone rurale l’accès aux habitations des cervidés, hôtes de choix pour les tiques. Cela est particulièrement vrai pour le complexe Ixodes ricinus qui vit en zone forestière, mais est moins efficace pour les genres Hyalomma et Dermacentor que l’on peut retrouver plus fréquemment dans les espaces ouverts (Ginsberg, 2014).

11La culture de la forêt, à proprement parler, joue également un rôle important dans le contrôle des populations de tiques. L’ouverture de la canopée, l’élimination des bois morts tombés et le contrôle de la végétation au sol (destruction des pestes végétales et de certains buissons, etc.) constituent des approches qui limitent la taille des populations de tiques (Hubálek et al., 2006). Cependant, ces approches peuvent aussi réduire la biodiversité de la faune locale qui profite normalement de ces éléments naturels pour vivre, incluant les espèces non favorables aux tiques. Cela peut impacter l’effet de dilution* de cette faune et donc finir par augmenter la prévalence d’agents infectieux dans la population de tiques (cf. chap. 8). La gestion du risque acarologique est donc plurifactorielle.

Chez l’animal

Les animaux domestiques

12La demande mondiale en matière de protéines animales (viande et produits lactés dérivés) ne cesse de croître. Les tiques constituent un obstacle majeur, car elles affectent l’élevage bovin par la spoliation sanguine qu’elles induisent, mais également par les agents infectieux qu’elles sont susceptibles de transmettre (babésiose, theilériose, anaplasmose) (cf. chap. 7). Elles provoquent des pertes économiques majeures surtout pour les pays tropicaux (http://www.fao.org/​Wairdocs/​ILRI/​x5485E/​x5485e0j.htm). L’utilisation d’acaricides est pour l’instant le mode de contrôle le plus utilisé à travers le monde, mais des techniques alternatives apparaissent, car les résistances aux molécules existantes se développent (Mapholi et al., 2014). Nous présentons la situation actuelle et quelques pistes qui sont en train d’émerger afin de remédier à ce problème.

Lutte chimique

13La première démonstration de la transmission d’un protozoaire parasite par un arthropode fut faite en 1893 aux États-Unis, quand le rôle des tiques R. annulatus comme vecteur de la babésiose bovine à Babesia bigemina fut établi (George et al., 2004 ; Uilenberg, 2006). Au cours des années précédentes, les autorités vétérinaires de divers pays avaient déjà testé divers produits chimiques dans le but de lutter contre les tiques, après avoir constaté que l’introduction de bovins infestés (de l’Indonésie au nord de l’Australie) ou le déplacement de troupeaux parasités (entre le sud et le nord des États‑Unis, entre la Tanzanie et l’Afrique du Sud) s’accompagnaient de nombreux cas de mortalités. C’est à la même époque que les bains détiqueurs (fig. 1b) contenant une solution arsenicale commencèrent à être couramment utilisés en Australie et en Afrique australe, puis, à partir de 1910, aux États‑Unis (George et al., 2004). C’est d’ailleurs dans les zones tropicales, et notamment dans celles où l’espèce R. microplus est abondante, que la question de la lutte contre les tiques reste très problématique (Guerrero et al., 2014). Le bain détiqueur y est toujours une des méthodes de lutte les plus répandues, même si de nouvelles substances chimiques ont remplacé depuis longtemps l’arsenic.

14Les bains détiqueurs arsenicaux contribuèrent fortement à l’éradication de la theilériose due à Theileria parva (East Coast Fever – ECF –, dont le vecteur est la tique R. appendiculatus) en Afrique du Sud et de la babésiose aux États‑Unis, bien que des populations de tiques résistantes aient été identifiées dès 1935 (George et al., 2004). Après la Seconde Guerre mondiale, les organochlorés (notamment le DDT), puis les organophosphorés (coumaphos, diazinon, chlorpyriphos, etc.) furent successivement employés dans la lutte contre les tiques. Ils furent ensuite remplacés par l’amitraze et les pyréthrinoïdes de synthèse, puis par le fipronil ou les lactones macrocycliques (ivermectine, abamectine, sélamectine, etc.) (Guerrero et al., 2014). Ces produits étaient initialement utilisés sous forme d’émulsions applicables par bain, douche ou pulvérisation. À la fin du XXe siècle, des formulations « pour-on » (produit à application topique dorsale) furent développées, initialement avec la fluméthrine qui révéla une remarquable capacité à diffuser sur le corps des animaux traités (Hamel, 1987).

15La lutte contre les tiques ne fut pas conduite de façon similaire dans toutes les zones concernées (Uilenberg, 1984). Ainsi, si les bains détiqueurs furent très tôt utilisés en Afrique australe, comme en Australie ou en Amérique, c’est que des colons s’y étaient installés, profitant du climat tempéré régnant sur les hautes terres. Leur cheptel, composé de bovins européens, fut décimé par l’ECF suite à l’introduction de la maladie en provenance d’Afrique orientale. Des mesures drastiques de lutte, avec construction de milliers de bains et restriction des mouvements des troupeaux, furent instituées. Après éradication de l’ECF vers 1954‑1955, cette lutte rigoureuse a continué, avec comme conséquence la disparition de la stabilité enzootique* (situation dans laquelle les animaux sont très tôt, alors qu’ils sont encore protégés par une immunité passive, infectés par un pathogène virulent et développent une immunité active qui prend le relais de la première). Au Zimbabwe, quand les traitements par bains furent interrompus à cause de la guerre d’indépendance, des pertes très importantes dues à la cowdriose et aux babésioses sont survenues (Norval et al., 1992).

16En Afrique de l’Est, on suivit la même stratégie de lutte, plus par imitation que par réelle nécessité, car les animaux locaux étaient peu sensibles à l’ECF (Uilenberg, 1984). Mais l’éradication ne fut pas obtenue. En Afrique de l’Ouest, il n’y eut pas d’installation de fermiers colons dans les zones à climat équatorial humide ni dans celles à climat sahélien plus chaud. Peu de problèmes de tiques et de maladies transmises, malgré la présence de la cowdriose, de l’anaplasmose et des babésioses, furent observés dans le bétail local qui souffrait essentiellement de la présence des trypanosomes. En conséquence, aucune politique de lutte contre les tiques ne fut mise en place par les autorités, et les éleveurs combattirent les parasites de façon individuelle et plus ou moins empirique, d’abord par détiquage manuel, puis de plus en plus par l’emploi d’acaricides, appliqués notamment par des pulvérisateurs portatifs.

17En régions tempérées et en élevage intensif, il est possible de limiter le risque d’infestation par le maintien quasi permanent des ruminants en stabulation. En Afrique, la quasi-totalité des troupeaux de ruminants est élevée, notamment en zone intertropicale, de façon extensive, généralement sur des pâturages communautaires. De plus, une plus grande variété de tiques sévit, dans des contextes éco-climatiques très différents, ce qui complique la mise en place de la lutte. Toutefois, en règle générale, les traitements acaricides y sont appliqués en période de pullulation des tiques (habituellement en saison des pluies), ce qui relève de la lutte dite « stratégique » (Pegram et al., 1993). L’intervalle entre traitements est très variable, dépendant de la volonté de l’éleveur de juste limiter l’infestation ou d’empêcher au maximum la fixation des tiques, auquel cas il traite très fréquemment ses animaux à un rythme déterminé par la rémanence des produits utilisés. Certaines formulations ont d’ailleurs une rémanence de 7 à 10 jours, pouvant empêcher les tiques de se fixer pendant tout ce laps de temps, et exercent une sorte d’action préventive. C’est par exemple le cas des « pour-on » à base de pyréthrinoïdes de synthèse comme la fluméthrine (Hamel, 1987). Prévenir la fixation définitive des tiques est aussi le but recherché par le traitement régulier des bovins contre A. variegatum au moyen d’un pédiluve acaricide qui permet d’éliminer les tiques capturées au pâturage lorsqu’elles sont encore attachées entre les onglons (Stachurski et Lancelot, 2006).

18Les « pour-on » étant souvent onéreux, notamment pour les éleveurs traditionnels aux faibles revenus, les acaricides continuent à être généralement appliqués par pulvérisation (Afrique de l’Ouest ou centrale) ou bains détiqueurs (Afrique australe et orientale, Australie, Nouvelle-Calédonie, etc.). À Madagascar, les vétérinaires préfèrent cependant traiter par injection d’ivermectine, également active sur les endoparasites. D’autres méthodes ont été testées au cours des dernières décennies dans l’espoir de mettre au point un système permettant la diffusion du principe actif pendant plusieurs semaines, prévenant ainsi durablement la fixation des tiques (Pegram et al., 1993 ; George et al., 2004 ; Ginsberg, 2014). Boucles d’oreilles, colliers, bolus intra‑ruminaux, boucles caudales… contenant des acaricides, parfois associés à des phéromones dont le rôle est d’attirer les tiques vers la source de l’acaricide, ont ainsi été testés et le sont encore (Kelly et al., 2014), mais aucun système n’est pour le moment commercialisé à grande échelle.

19Le fipronil, qui a également été testé chez les bovins, mais reste d’un emploi limité chez les animaux de rente du fait d’un trop long délai d’attente (George et al., 2004), est largement utilisé chez les animaux de compagnie, chiens et chats, soit sous forme de collier acaricide, soit sous forme de « pour‑on ». Cette large utilisation fait craindre, à terme, la survenue de résistances chez les tiques (CastroJaner et al., 2011).

20Du fait de l’apparition, chez les bovins, de populations de tiques résistantes à tous les principes actifs successivement mis sur le marché, du fait des problèmes posés par les résidus de produits chimiques utilisés, présents aussi bien dans l’environnement que dans les produits animaux, on cherche depuis de nombreuses années à réduire l’utilisation des acaricides (par la mise en place de la lutte stratégique, par exemple, voir ci‑dessus) ou à développer d’autres techniques de lutte qui pourraient être mises en œuvre simultanément, dans le cadre d’une lutte intégrée (Pegram et al., 1993 ; Kunz et Kemp, 1994 ; George et al., 2004 ; Willadsen, 2006). Certaines méthodes (lutte écologique, utilisation de la résistance naturelle de certains animaux) ont été mises au point dès les années 1960 ; d’autres se développent actuellement avec l’apparition des études de génomiques (Sonenshine et al., 2006). Mais force est de reconnaître que l’emploi des acaricides reste encore la technique préférée des éleveurs (Willadsen, 2006).

Lutte écologique

21Certaines méthodes de lutte ont été proposées à la suite d’observations concernant la biologie ou l’écologie des tiques et visent à réduire les possibilités de rencontre entre les tiques et leurs hôtes (Cuisance et al., 1994). Il a ainsi été constaté que les femelles gorgées de R. microplus se détachent en grand nombre le matin, lorsque les bovins se remettent à bouger après une nuit de repos. Obliger les animaux à marcher pendant quelques dizaines de minutes dans les installations d’élevage, où les tiques détachées ne trouveraient pas les conditions propices à leur survie ou à celle de leur ponte, réduirait d’autant le nombre de femelles qui seraient disséminées dans le milieu, ce qui limiterait l’infestation des prairies (Bianchi et Barré, 2003). Les adultes d’A. variegatum sont quant à eux peu actifs pendant la nuit : favoriser le pâturage nocturne dans les systèmes d’élevage où cela est possible réduirait ainsi l’infestation des animaux (Barré, 1988). Les nymphes de cette même espèce se détachent de leurs hôtes pendant l’après-midi : si les bovins étaient à ce moment-là, et pendant la saison d’infestation par ces nymphes, retirés des pâturages et placés dans les parcs de nuit ou les champs récoltés (où ils se nourriraient des résidus de récolte), milieux qui sont tous les deux défavorables à la survie des tiques, l’infestation des savanes par les tiques adultes serait réduite et l’usage des acaricides limité (Stachurski et Adakal, 2010). Cependant, d’une manière générale, la plasticité dans les rythmes de détachement est potentiellement à prendre en considération pour ce type de lutte, car certaines tiques nidicoles semblent, par exemple, pouvoir se détacher, ou pas, en fonction de l’environnement externe de leur hôte (White et al., 2012).

22Réduire l’infestation des prairies, et par conséquent des animaux, pourrait également se faire par des rotations de parcelles d’une périodicité adaptée à la durée de vie des stases libres, notamment des œufs et des larves. Cela a été proposé depuis très longtemps en Australie pour lutter contre R. microplus (Wilkinson, 1957 ; Wharton et al., 1969), mais ne peut être pratiqué sur des pâturages communautaires et/ou contre des tiques ayant des durées de survie très longues dans le milieu. Certaines plantes sont répulsives ou toxiques pour les tiques et il a été suggéré de favoriser leur plantation pour éliminer une partie des tiques disséminées par les hôtes (Cuisance et al., 1994). Mais cela n’a jamais été fait sur une grande surface, et il a même été calculé qu’il faudrait que ces plantes soient fortement dominantes dans les prairies pour que leurs effets se fassent sentir (Norval et al., 1983). De la même façon, il est difficile d’envisager de limiter l’infestation des bovins en les empêchant de pâturer les prairies connues pour être très infestées, car ce sont justement celles où les ressources alimentaires sont les plus abondantes, raison pour laquelle les animaux y ont disséminé des tiques des stases précédentes (Stachurski, 2000).

Animaux résistant naturellement aux tiques

23Une autre possibilité de lutte serait de n’élever que des animaux peu infestés par les tiques et d’éliminer les plus parasités (de Castro et al., 1991). De fortes variations du niveau d’infestation ont en effet été observées entre les races, les zébus et les taurins de races locales africaines ou asiatiques étant moins infestés que les races taurines européennes (cf. chap. 5). L’élevage de ces animaux a donc été proposé en remplacement des races plus sensibles, mais très productives. On observe toutefois que, si elles ont toujours la faveur des éleveurs traditionnels, ces races locales peu sensibles aux tiques sont en revanche délaissées par les fermiers en voie d’intensification, par exemple par les producteurs laitiers périurbains qui leur préfèrent des races européennes plus productives, quitte à mettre en place des programmes de lutte chimique contre les tiques.

24Des variations de niveau d’infestation ont également été notées entre individus d’une même race, d’abord en Australie, lors d’infestation par R. microplus : même dans les races très sensibles comme les taurins européens, on trouve des bovins 5 à 10 fois moins infestés que leurs congénères (Utech et al., 1978). Des programmes de sélection, voire de création, de races bovines productives et résistantes à R. microplus ont été mis en place dans ce pays (Utech et Wharton, 1982 ; Reason, 1983 ; Alexander et al., 1984) où il a été montré que l’héritabilité de la résistance à cette tique était suffisamment importante pour permettre ladite sélection (Hewetson, 1972). Des races comme la Frisonne Sahiwal australienne (AFS) ou le zébu laitier australien (AMZ) sont issues de ces programmes de sélection, mais elles ont été peu adoptées par les éleveurs. Si l’AMZ ne fait apparemment plus l’objet d’améliorations génétiques, cela ne semble pas être le cas de l’AFS dont des individus sont toujours proposés à l’achat aux éleveurs (http://afsdairycompanyaustralia.com.au/​).

25La résistance des bovins à R. microplus repose sur le développement d’une immunité qui conduit à la diminution du taux de gorgement des femelles et de leur poids, à l’augmentation de la durée du gorgement, à une réduction du taux de ponte, à la ponte d’œufs non viables et, dans certains cas, à une mortalité des tiques (Hewetson, 1972 ; Dowling, 1980). Certains auteurs pensent que, compte tenu de l’inéluctabilité de l’apparition de résistances aux acaricides dans les quelques années suivant leur mise sur le marché (Willadsen, 1997), l’utilisation de la résistance naturelle des bovins aux tiques sera à terme la seule solution permanente de lutte (Frisch, 1999). La difficulté vient du fait que la résistance aux tiques est due à une accumulation de nombreux gènes, chacun de faible effet.

26En Afrique et chez les tiques à trois hôtes, comme en Australie avec la tique à un hôte R. microplus, d’importantes variations des niveaux d’infestation intra-races ont été observées (Rechav, 1992 ; Stachurski, 1993). La sélection d’individus peu infestés a donc logiquement été également préconisée (de Castro et al., 1991). Une tentative faite au Cameroun, dans une région où la principale espèce est A. variegatum, n’a pas été concluante (Stachurski, 2007), sans doute en partie parce que les mécanismes gouvernant la faible attractivité pour les adultes de cette tique et ceux responsables de la résistance à R. microplus sont différents. Dans ce dernier cas, des infestations successives permettent le développement d’une immunité entraînant l’élimination d’une partie des tiques fixées, notamment à la stase larvaire (Hewetson, 1972). Au contraire, des bovins infestés régulièrement par des adultes d’A. variegatum, ou par des adultes d’A. hebraeum, ne développent pas une telle immunité (Norval, 1992 ; Stachurski, 2000), les tiques se gorgeant même de mieux en mieux. Avec ces espèces, il est probable que les variations de niveaux d’infestation des animaux soient au moins en partie liées à leur comportement (d’où le terme « attractivité ») et non à la présence d’une immunité entraînant l’élimination des tiques fixées : on constate en effet qu’après élimination des bovins les plus infestés, ceux restant, et auparavant peu parasités, le sont davantage, et que les animaux moins mobiles ou restant en queue de troupeau au pâturage sont plus infestés que les bovins moins statiques (Stachurski, 2000).

27En vue d’améliorer la résistance des bovins aux tiques, certains travaux se concentrent sur l’étude approfondie de la réponse immunitaire des hôtes à la piqûre des tiques, telle cette étude récente réalisée aux États-Unis sur des veaux infestés à des degrés divers par Amblyomma americanum. Les résultats ont montré que l’expression de certains gènes de l’immunité locale et systémique est augmentée chez les animaux moins infestés par ces tiques (Brannan et al., 2014). En ce qui concerne R. microplus, d’autres études montrent que la réponse immunitaire en cytokines est responsable des différences de susceptibilité entre des races résistantes (Bos indicus) et des races sensibles (Bos taurus) (Domingues et al., 2014). Le rôle de la réponse cellulaire, de l’interface cutanée et des protéoglycanes dans ces processus de résistance a également été souligné (Jonsson et al., 2014). Simultanément, d’autres études explorent de façon approfondie le génome des tiques, notamment dans l’espoir que cela permettra l’identification de gènes candidats pour les vaccins (Sonenshine et al., 2006) (cf. chap. 6 et ci-dessous).

Vaccination anti-tique

28Il a été décrit, dans le chapitre 6, comment un vaccin visant à protéger les animaux contre l’infestation par R. microplus et contenant un antigène du tube digestif dénommé Bm86 avait été développé en Australie et à Cuba (voir aussi Willadsen et al., 1989). Ce dernier vaccin a été également commercialisé en Amérique latine, mais son efficacité est très variable en fonction des zones géographiques concernées, c’est-à-dire en fonction des populations de R. microplus présentes (de la Fuente et Kocan, 2014). Le vaccin n’empêche pas la fixation des tiques, mais entraîne une réduction du nombre et du poids des femelles gorgées, ainsi qu’une diminution importante du poids d’œufs viables pondus. Il ne protège donc pas les animaux vaccinés, mais diminue l’infestation des pâturages en réduisant les capacités reproductives des femelles. C’est une lutte à moyen terme, dont les effets se font sentir non pas sur la première génération de tiques infestant les animaux après la pause hivernale, mais sur les générations ultérieures, dérivant de cette première cohorte. De plus, l’action du vaccin est de courte durée et des rappels doivent être régulièrement faits. La commercialisation du vaccin cessa en 2004 en Australie, le nombre de doses vendues annuellement n’ayant jamais dépassé 250 000. Pour développer un vaccin ayant une efficacité plus longue, et actif contre diverses espèces de tiques, les chercheurs australiens tentent désormais d’identifier, dans le génome du parasite (deux fois plus grand que celui des humains), des gènes codants pour des peptides candidats. Plusieurs de ces peptides seraient actuellement en test.

29Des travaux concernant l’immunité vis-à-vis des tiques existent aussi avec d’autres hôtes que les bovins. Ainsi, il a été constaté que le cochon d’Inde développait une résistance naturelle aux piqûres des tiques Dermacentor, de même que certains chiens ou certaines souris sont résistants à la piqûre d’Ixodes (Ginsberg et Stafford III, 2005). Des recherches seront bien sûr nécessaires à l’avenir afin de déterminer si les mécanismes de résistance sont similaires et potentiellement utilisables sur une gamme d’espèces plus large.

La faune sauvage

30Les hôtes principaux de la plupart des tiques appartiennent à la faune sauvage. Les rongeurs ou les oiseaux sont ainsi fréquemment des hôtes importants pour les stases immatures et jouent le rôle de réservoir dans le maintien d’agents infectieux. D’autres animaux comme les ongulés sont aussi infestés par les stases adultes et permettent le maintien de la population de tiques dans l’environnement. Des essais de limitation des populations ciblant la faune sauvage ont donc été développés.

Vaccin ou traitement des réservoirs sauvages

31L’hôte principal des adultes d’I. scapularis et d’A. americanum, tiques nord-américaines vectrices de pathogènes affectant les humains, est le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus). Pour réduire le nombre de tiques dans les forêts fréquentées par les hommes, des méthodes de traitement des cerfs ont été développées : alimentation avec des grains traités avec de l’ivermectine (produit systémique), ou installation d’applicateurs automatiques d’acaricides près des mangeoires conçues de telle sorte que les animaux sont contraints de toucher les parties imprégnées de produit quand ils viennent manger (Pound et al., 2000). Toujours aux États-Unis, la souris à patte blanche, Peromyscus leucopus, joue un rôle particulier dans le cycle d’I. scapularis en tant que réservoir de Borrelia burgdorferi sensu stricto, l’agent responsable de la borréliose de Lyme. Des vaccins oraux comprenant un antigène de Borrelia, OspA, ont été testés sur cet hôte dans le but de bloquer la transmission de la bactérie (Richer et al., 2014) ; cette approche est pour l’instant strictement expérimentale, mais les premiers résultats semblent prometteurs. Cette vaccination permettrait de limiter la circulation de l’agent infectieux chez ce réservoir principal de la borréliose de Lyme (Voordouw et al., 2013), car la bactérie est bloquée dans la tique par les anticorps anti‑OspA générés chez la souris vaccinée. Le principe est le même que celui qui a été utilisé chez l’homme pour le vaccin expérimental bloquant la transmission de la borréliose de Lyme.

Contrôle de populations de certains hôtes

32Les cervidés constituant des hôtes de choix pour les tiques du genre Ixodes, l’élimination de ces animaux dans certaines régions de la côte est des États‑Unis a été réalisée, ce qui a permis de réduire de façon significative la population de tiques (Levi et al., 2012). Méthode moins drastique, la pose de clôtures autour des habitations, empêchant les hôtes sauvages des tiques de pénétrer dans un périmètre donné, réduit la population de parasites à proximité de l’homme et donc le risque de piqûre (voir ci‑dessus). En Europe, on constate une explosion des populations de cervidés (Capreolus capreolus, Cervus elaphus) et par conséquent une augmentation des populations de tiques, notamment de l’espèce I. ricinus (réseau « Ongulés sauvages » ONCFS‑FNC‑FDC ; N. Boulanger, données non publiées) (cf. chap. 3). Faudra-t-il aussi réguler les populations de ces animaux afin de protéger les hommes ? On considère que le maintien de la biodiversité des écosystèmes peut avoir un effet négatif sur les tiques et réduire le risque acarologique*. La présence d’espèces peu sensibles aux tiques ou aux agents infectieux peut en effet favoriser une réduction des populations de tiques et/ou de la densité de tiques infectées (voir effet de dilution ci‑dessus et chap. 8).

Contrôle biologique des tiques

33Les espoirs placés dans ces méthodes se heurtent pour le moment à de grandes difficultés de mise en œuvre pratique. En effet, pour pouvoir réduire de façon significative le nombre de tiques dans l’environnement, il conviendrait de traiter d’importantes surfaces de forêts, prairies ou savanes puisque les grands mammifères sauvages ou les bovins élevés en système extensif se déplacent journellement sur plusieurs kilomètres et des dizaines, voire des centaines d’hectares. Or, élever de telles quantités de prédateurs, de parasitoïdes ou de pathogènes pose de nombreux problèmes, auxquels s’ajoutent les risques pour les espèces non-cibles et parfois les difficultés pour identifier des modes de traitement permettant aux pathogènes ou aux prédateurs de conserver leur efficacité.

Prédateurs

34Il existe peu de prédateurs naturels se nourrissant électivement de tiques. C’est toutefois le cas des pique-bœufs, oiseaux africains du genre Buphagus, qui peuvent consommer journellement jusqu’à 15 grammes de tiques chacun (Bezuidenhout et Stutterheim, 1980). D’autres vertébrés domestiques (Hassan et al., 1991 ; Dreyer et al., 1997) et sauvages sont capables d’ingérer des tiques (Duffy, 1983 ; Barré et al., 1991 ; Duffy et al., 1992). De même, certains arthropodes, comme les araignées et les fourmis, peuvent être des prédateurs de tiques, plusieurs zones du sud des États-Unis ou d’Australie étant réputées indemnes de tiques du fait de l’action prédatrice de ces animaux (Wilkinson, 1970 ; Cuisance et al., 1994 ; Ginsberg et Stafford III, 2005). Fourmis et araignées sont également des prédateurs efficaces d’A. variegatum en Afrique, bien que leur action soit très localisée (Stachurski et al., 2010). Cependant, la capacité des prédateurs à contrôler des populations de tiques n’a pas encore été réellement évaluée.

Parasitoïdes

35Certains parasitoïdes hyménoptères du genre Ixodiphagus sont connus depuis très longtemps pour être des destructeurs naturels de tiques (les femelles pondent dans les tiques gorgées). Des premiers essais de lutte ont ainsi été conduits aux États‑Unis dans les années 1920 par lâchers ciblés de guêpes I. hookeri. Les résultats ont été très mitigés sur les populations de Dermacentor variabilis (Ginsberg, 2014). Un essai réalisé plus récemment au Kenya sur A. variegatum aurait donné de meilleurs résultats, mais il concernait un petit troupeau de 10 animaux pâturant sur une parcelle de 4 hectares (Mwangi et al., 1997). De fait, le réel impact de ces parasitoïdes dans le contrôle naturel des tiques reste discuté (Stafford et al., 1996).

Pathogènes

36Des bactéries sont susceptibles d’être pathogènes pour les tiques, comme Proteus mirabilis vis-à-vis de D. andersoni ou Cedecea lepagei vis-à-vis de R. microplus, mais leurs effets précis sur les tiques n’ont pas été caractérisés. Bacillus thuringiensis, une bactérie du sol utilisée en routine comme pesticide, tue normalement les insectes par ingestion et atteinte de leur intestin. Un même effet létal a été décrit chez les tiques, mais le mécanisme de toxicité n’a pas été élucidé (Ginsberg, 2014).

37Les champignons entomopathogènes Metarhizium anisopliae et Beauveria bassiana peuvent également être létaux pour les tiques en se multipliant sur leur cuticule. Cependant, les conditions environnementales permettant une bonne germination des spores sont strictes et ne sont pas souvent rencontrées dans l’environnement naturel des tiques (Ginsberg, 2014). D’autre part, l’épandage de spores de champignons dans la nature n’est pas sans poser des problèmes environnementaux et de santé publique.

38Les nématodes entomopathogènes de la famille des Steinernematidae et des Heterorhabditidae peuvent infecter des tiques. Ils ciblent principalement les stases adultes, notamment les femelles gorgées, chez qui ils pénètrent par le pore génital. Leur efficacité au laboratoire est démontrée, mais leur application dans l’environnement est plus problématique parce qu’ils nécessitent une température d’au moins 20 °C (Zhioua et al., 1995) et que la composition du sol (en l’occurrence, la présence de fortes concentrations de fumier) peut diminuer leur activité (Ginsberg, 2014).

Conclusions et perspectives

39Aucune mesure à elle seule n’est suffisante pour empêcher complètement l’infestation par les tiques dans les milieux où elles sont présentes, que ce soit chez les humains ou chez les animaux. On peut en revanche prendre des mesures pour réduire le nombre de tiques parasitant les animaux ou l’importance de leurs populations dans les environnements. Une lutte intégrée se préoccupant aussi bien de l’hôte de la tique que du parasite lui-même et de son environnement semble le meilleur compromis. L’homme a d’ailleurs largement modifié cet environnement, pour des raisons principalement socio-économiques : désertification des campagnes, modification des écosystèmes forestiers, perturbation de la biodiversité animale, intensification de la production animale, etc. Il a ainsi permis dans certaines régions la prolifération des tiques. Une lutte antivectorielle faisant appel à différentes expertises (concernant les écosystèmes forestiers, la faune sauvage, l’épidémiologie, l’entomologie, l’agro-écologie, etc.) est donc urgente pour limiter les populations de tiques dans l’environnement anthropisé et éviter aussi bien leurs impacts sur la production animale que sur l’émergence d’agents infectieux.

Bibliographie

Alexander G., Reason G., Clark C., 1984 – The development of the Australian Friesian Sahiwal, a tick-resistant dairy breed. World Animal Review (FAO), 51 : 27-34.

Barré N., 1988 – Mesures agronomiques permettant une diminution des populations de la tique Amblyomma variegatum. Revue d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux, 41 (4).

Barré N., Mauleon H., Garris G. I., Kermarrec A., 1991 – Predators of the tick Amblyomma variegatum (Acari : Ixodidae) in Guadeloupe, French West Indies. Experimental and Applied Acarology, 12 (3-4): 163-170.

Bezuidenhout J., Stutterheim C., 1980 – A critical evaluation of the role played by the redbilled oxpecker Buphagus erythrorhynchus in the biological control of ticks. Onderstepoort Journal of Veterinary Research, 47 (2): 51-75.

Bianchi M. W., Barré N., 2003 – Factors affecting the detachment rhythm of engorged Boophilus microplus female ticks (Acari: Ixodidae) from Charolais steers in New Caledonia. Veterinary Parasitology, 112 (4): 325-336.

Bissinger B. W., Roe R. M., 2010 – Tick repellents: past, present and future. Pesticide Biochemistry and Physiology, 96 : 63-79.

Boulanger N., de Gentile L., 2012 – « Les répulsifs cutanés ». In Duvallet G., de Gentile L. (éd.) : Protection personnelle antivectorielle, Marseille, IRD Éditions : 50-116.

Brannan J. L., Riggs P. K., Olafson P. U., Ivanov I., Holman P. J., 2014 – Expression of bovine genes associated with local and systemic immune response to infestation with the Lone Star tick, Amblyomma americanum. Ticks and Tick-borne Diseases, 5 (6): 676-688.

CastroJaner E., Rifran L., Gonzalez P., Niell C., Piaggio J., Gil A., Schumaker T., 2011 – Determination of the susceptibility of Rhipicephalus (Boophilus) microplus (Acari: Ixodidae) to ivermectin and fipronil by Larval Immersion Test (LIT) in Uruguay. Veterinary Parasitology, 178 (1) : 148-155.

Cuisance D., Barré N., De Deken R., 1994 – Ectoparasites des animaux : méthodes de lutte écologique, biologique, génétique et mécanique. Revue scientifique et technique de l’Office international des épizooties, 13 : 1305-1356.

de Castro J., Capstick P., Nokoe S., Kiara H., Rinkanya F., Slade R., Okello O., Bennun L., 1991 – Towards the selection of cattle for tick resistance in Africa. Experimental and Applied Acarology, 12 (3-4): 219-227.

de la Fuente J., Kocan K. M., 2014 – « Development of vaccines for control of tick infestations and interruption of pathogen transmission ». In Sonenshine D. E., Roe R. M. (eds): Biology of Ticks, Oxford, Oxford University Press, 2: 333-352.

Domingues R., WohlresViana S., Reis D., Teixeira H., Ferreira A., Guimarães S., Prata M., Furlong J., Verneque R., Machado M., 2014 – Expression of immune response genes in peripheral blood of cattle infested with Rhipicephalus microplus. Genetics and Molecular Research, 13 (2): 4013-4021.

Dowling D., 1980 – Adaptability of low cost tick-resistant cattle for growth. Australian Veterinary Journal, 56 (11): 552-554.

Dreyer K., Fourie L. J., Kok D. J., 1997 – Predation of livestock ticks by chickens as a tickcontrol method in a resource-poor urban environment. Onderstepoort Journal of Veterinary Research, 64 (4): 273-276.

Duffy D. C., 1983 – The ecology of tick parasitism on densely nesting Peruvian seabirds. Ecology, 64 (1): 110-119.

Duffy D. C., Downer R., Brinkley C., 1992 – The effectiveness of helmeted guinea-fowl in the control of the deer tick, the vector of Lyme disease. The Wilson Bulletin: 342-345.

Elmhalli F. H., Pålsson K., Örberg J., Jaenson T. G., 2009 – Acaricidal effects of Corymbia citriodora oil containing para-menthane-3, 8-diol against nymphs of Ixodes ricinus (Acari: Ixodidae). Experimental and Applied Acarology, 48 (3): 251-262.

Frisch J. E., 1999 – Towards a permanent solution for controlling cattle ticks. International Journal for Parasitology, 29 (1): 57-71.

George J. E., Pound J. M., Davey R. B., 2004 – Chemical control of ticks on cattle and the resistance of these parasites to acaricides. Parasitology, 129: S353-S366.

Ginsberg H., 2014 – « Tick control: trapping, bio-control, host management and other alternative strategies ». In Sonenshine D. E., Roe R. M. (eds): Biology of ticks, Oxford, Oxford University Press, 2: 409-444.

Ginsberg H. S., Stafford III K. C., 2005 – « Management of ticks and tick-borne diseases ». In Goodman J. L., Dennis D. T., Sonenshine D. E. (eds): Tick-borne diseases of humans, Washington DC, ASM Press: 65-86.

Guerrero F., Pérez De Leon A., RodriguezVivas R., Jonsson N., Miller R., Andreotti R., 2014 – « Acaricide research and development, resistance, and resistance monitoring ». In Sonenshine D. E., Roe R. M. (eds): Biology of Ticks, Oxford, Oxford University Press, 2: 351-381.

Hamel H., 1987 – The use of flumethrin 1% pour-on for the control of Amblyomma spp. in various southern African countries. Onderstepoort Journal of Veterinary Research, 54 (3): 521-524.

Hassan S., Dipeolu O., Amoo A., Odhiambo T., 1991 – Predation on livestock ticks by chickens. Veterinary Parasitology, 38 (2): 199-204.

Hewetson R., 1972 – The inheritance of resistance by cattle to cattle tick. Australian Veterinary Journal, 48 (5): 299-303.

Hubálek Z., Halouzka J., Juřicová Z., Šikutová S., Rudolf I., 2006 – Effect of forest clearing on the abundance of Ixodes ricinus ticks and the prevalence of Borrelia burgdorferi sl. Medical and Veterinary Entomology, 20 (2): 166-172.

Jonsson N. N., Piper E. K., Constantinoiu C. C., 2014 – Host resistance in cattle to infestation with the cattle tick Rhipicephalus microplus. Parasite Immunology, 36 (11): 551-557.

Kelly P. J., Lucas H. M., Randolph C. M., Ackerson K., Blackburn J. K., Dark M. J., 2014 – Efficacy of slow-release tags impregnated with aggregation-attachment pheromone and deltamethrin for control of Amblyomma variegatum on St. Kitts, West Indies. Parasites and Vectors, 7 (1): 182.

Kunz S., Kemp D., 1994 – Insecticides and acaricides: resistance and environmental impact. Revue scientifique et technique (International Office of Epizootics), 13 (4): 1249-1286.

Levi T., Kilpatrick A. M., Mangel M., Wilmers C. C., 2012 – Deer, predators, and the emergence of Lyme disease. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 109 (27): 10942-10947.

Mapholi N. O., Marufu M. C., Maiwashe A., Banga C. B., Muchenje V., MacNeil M. D., Chimonyo M., Dzama K., 2014 – Towards a genomics approach to tick (Acari: Ixodidae) control in cattle: a review. Ticks and Tick-borne Diseases, 5 (5): 475-483.

Mwangi E. N., Hassan S. M., Kaaya G. P., Essuman S., 1997 – The impact of Ixodiphagus hookeri, a tick parasitoid, on Amblyomma variegatum (Acari: Ixodidae) in a field trial in Kenya. Experimental and Applied Acarology, 21 (2): 117-126.

Norval R., 1992 – Host susceptibility to infestation with Amblyomma hebraeum. Insect Science and its Application, 13 (4): 489-494.

Norval R., Tebele N., Short N., Clatworthy J., 1983 – Laboratory study on the control of economically important tick species with legumes of the genus Stylosanthes. Zimbabwe Veterinary Journal, 14 (1): 26-29.

Norval R., Barrett J., Perry B., Mukhebi A., 1992 – « Economics, epidemiology and ecology: a multidisciplinary approach to the planning and appraisal of tick and tick-borne disease control in Southern Africa ». In Fivaz B., Petney T., Horak I. (eds): Tick Vector Biology. Medical and Veterinary Aspects, Berlin, Springer: 35-54.

Pages F., Dautel H., Duvallet G., Kahl O., de Gentile L., Boulanger N., 2014 – Tick repellents for human use: prevention of tick bites and tick-borne diseases. Vector-Borne and Zoonotic Diseases, 14 (2): 85-93.

Pegram R., Tatchell R., De Castro J., Chizyuka H., Creek M., McCosker P., Moran M., Nigarura G., 1993 – Tick control: new concepts. World Animal Review, 74 (75): 2-11.

Pound J. M., Miller J. A., George J. E., Lemeilleur C. A., 2000 – The ‘4-poster’passive topical treatment device to apply acaricide for controlling ticks (Acari: Ixodidae) feeding on white-tailed deer. Journal of Medical Entomology, 37 (4): 588-594.

Reason G., 1983 – Dairy cows with tick resistance: twenty years of the Australian Friesian Sahiwal. Queensland Agricultural Journal, 109: 135-138.

Rechav Y., 1992 – Naturally acquired resistance to ticks-a global view. Insect Science and its Application, 13 (4): 495-504.

Richer L. M., Brisson D., Melo R., Ostfeld R. S., Zeidner N., GomesSolecki M., 2014 – Reservoir targeted vaccine against Borrelia burgdorferi: a new strategy to prevent Lyme disease transmission. Journal of Infectious Diseases, 209 (12): 1972-1980.

Sonenshine D. E., Kocan K. M., de la Fuente J., 2006 – Tick control: further thoughts on a research agenda. Trends in Parasitology, 22 (12): 550-551.

Stachurski F., 1993 – Variability of cattle infestation by Amblyomma variegatum and its possible utilisation for tick control. Revue d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux, 46 (1-2) : 341.

Stachurski F., 2000 – Modalités de la rencontre entre la stase adulte de la tique Amblyomma variegatum (Acari, Ixodida) et les bovins : applications potentielles à la lutte contre ce parasite. Thèse doct., univ. Montpellier-II (Sciences et Techniques du Languedoc).

Stachurski F., 2007 – Poor inheritance of low attractiveness for Amblyomma variegatum in cattle. Veterinary Parasitology, 146 (3): 321-328.

Stachurski F., Lancelot R., 2006 – Footbath acaricide treatment to control cattle infestation by the tick Amblyomma variegatum. Medical and Veterinary Entomology, 20 (4): 402-412.

Stachurski F., Adakal H., 2010 – Exploiting the heterogeneous drop-off rhythm of Amblyomma variegatum nymphs to reduce pasture infestation by adult ticks. Parasitology, 137 (7): 1129-1137.

Stachurski F., Zoungrana S., Konkobo M., 2010 – Moulting and survival of Amblyomma variegatum (Acari: Ixodidae) nymphs in quasi-natural conditions in Burkina Faso; tick predators as an important limiting factor. Experimental and Applied Acarology, 52 (4): 363-376.

Stafford K. C., Denicola A. J., Magnarelli L. A., 1996 – Presence of Ixodiphagus hookeri (Hymenoptera: Encyrtidae) in two Connecticut populations of Ixodes scapularis (Acari: Ixodidae). Journal of Medical Entomology, 33 (1): 183-188.

Strickman D., Frances S. P., Debboun M., 2009 – Prevention of bug bites, stings, and disease. New York, Oxford University Press, 323 p.

Tsuji R., Yamada T., Kawamura S., 2012 – « Mammal toxicology of synthetic pyrethroids ». In Matsuo N., Mori T. (eds): Pyrethroids: from Chysanthemum to modern industrial insecticide, Berlin, Springer: 83-111.

Uilenberg G., 1984 – An historical account of tick and tick-borne disease control in East Africa with emphasis on tick-borne diseases. Implications for centers in West Africa. FAO seminar on African centres for tick and tick-borne disease control, Ouagadoujou, FAO, 11 p.

Uilenberg G., 2006 – Babesia--a historical overview. Veterinary Parasitology, 138 (1-2): 3-10.

Utech K., Wharton R., 1982 – Breeding for resistance to Boophilus microplus in Australian illawarra shorthorn and Brahman x Australian illawarra shorthorn cattle. Australian Veterinary Journal, 58 (2): 41-46.

Utech K., Wharton R., Kerr J., 1978 – Resistance to Boophilus microplus (Canestrini) in different breeds of cattle. Crop and Pasture Science, 29 (4): 885-895.

Voordouw M. J., Tupper H., Önder Ö., Devevey G., Graves C. J., Kemps B. D., Brisson D., 2013 – Reductions in human Lyme disease risk due to the effects of oral vaccination on tick-to-mouse and mouse-to-tick transmission. Vector-Borne and Zoonotic Diseases, 13 (4): 203-214.

Wharton R., Harley K., Wilkinson P., Utech K., Kelley B., 1969 – A comparison of cattle tick control by pasture spelling, planned dipping, and tick-resistant cattle. Crop and Pasture Science, 20 (4): 783-797.

White J., Heylen D. J., Matthysen E., 2012 – Adaptive timing of detachment in a tick parasitizing hole-nesting birds. Parasitology, 139 (2): 264-270.

Wilkinson P., 1957 – The spelling of pasture in cattle tick control. Crop and Pasture Science, 8 (4): 414-423.

Wilkinson P., 1970 – Factors affecting the distribution and abundance of the cattle tick in Australia: observations and hypotheses. Acarologia, 12 (3): 492-508.

Willadsen P., 1997 – Vaccines, genetics and chemicals in tick control: the Australian experience. Tropical Animal Health and Production, 29: 91S-94S.

Willadsen P., 2006 – Tick control: thoughts on a research agenda. Veterinary Parasitology, 138 (1): 161-168.

Willadsen P., Riding G. A., McKenna R. V., Kemp D. H., Tellam R. L., Nielsen J. N., Lahnstein J., Cobon G. S., Gough J. M., 1989 – Immunologic control of a parasitic arthropod. Identification of a protective antigen from Boophilus microplus. Journal of Immunology, 143 (4): 1346-1351.

Zhioua E., Lebrun R. A., Ginsberg H. S., Aeschlimann A., 1995 – Pathogenicity of Steinernema carpocapsae and S. glaseri (Nematoda: Steinernematidae) to Ixodes scapularis (Acari: Ixodidae). Journal of Medical Entomology, 32 (6) : 900-905.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Méthodes de lutte les plus répandues contre les tiques.
Légende a) Chez l’homme, la lutte est surtout liée à la prévention secondaire qui repose sur l’extraction mécanique de la tique le plus rapidement possible. Un Tiretic® peut être particulièrement utile. b) Chez le bétail, le bain détiqueur est la méthode de lutte la plus fréquente, même si les substances chimiques changent au cours du temps avec l’évolution des résistances.
Crédits © N. Boulanger ; F. Stachurski
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

Auteurs

Centre National de Référence Borrelia EA 7290 Virulence bactérienne précoce, groupe Borréliose de Lyme, Institut de bactériologie 3, rue Koeberlé 67000 Strasbourg. nboulanger@unistra.fr

UMR Cirad-Inra CMAEE Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes TA A-15/G, campus international de Baillarguet 34398 Montpellier cedex 5. frederic.stachurski@cirad.fr

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search