Version classiqueVersion mobile

Tiques et maladies à tiques

 | 
Karen D. McCoy
, 
Nathalie Boulanger

Introduction

Les tiques, les animaux et l’homme

Nathalie Boulanger et Karen D. McCoy

Texte intégral

1La presse écrite, la radio et la télévision multiplient les informations sur les tiques et les maladies à tiques (fig. 1, cf. hors‑texte, page 1). Pourquoi cet intérêt soudain ? Les tiques sont pourtant présentes dans l’environnement depuis des millénaires ? En effet, ces organismes font partie de pratiquement tous les écosystèmes du monde et sont parmi les plus anciens arthropodes, exploitant des hôtes vertébrés bien avant l’apparition de l’homme ! Cependant, au cours de ces dernières décennies, on constate une augmentation de la présence des tiques dans l’environnement, mais aussi du nombre de cas de maladies à tiques chez l’homme et chez ses animaux domestiques (encadré 1). Le coût socio-économique est devenu considérable, aussi bien en termes de santé humaine que de santé animale.

2Les effets directs des tiques sur la production du bétail dans les pays du Sud se chiffrent en milliards d’euros par an (De Castro et al., 1997 ; Kivaria, 2006 ; Mondal et al., 2013). En cas d’infestations massives, les pertes causées par la spoliation sanguine, par la paralysie, par les plaies et les abcès qui ouvrent la porte à des infections secondaires impactent directement la production de viande, de lait, l’industrie du cuir, etc. Les mesures de contrôle sont coûteuses et pas toujours faciles à mettre en place selon les pays. En plus de leurs effets directs, les tiques transmettent la plus grande diversité d’agents infectieux connus parmi les arthropodes-vecteurs (Parola et Raoult, 2001) : virus, bactéries et parasites (tabl. 1). Aux États‑Unis, les frais médicaux associés à la maladie de Lyme (traitement d’infection et syndrome post‑Lyme) sont estimés entre 712 millions et 1,3 milliard dollars US par an (Adrion et al., 2015). L’importance globale de ces maladies à transmission vectorielle est telle que l’Organisation mondiale de la santé a consacré, le 7 avril 2014, une journée mondiale aux maladies à transmission vectorielle où l’importance des maladies à tiques a été soulignée (http://www.who.int/​en/​).

3L’impact des tiques et des maladies associées s’accroît et les causes sont multifactorielles. Une augmentation réelle directement mesurable est due, d’une part à 1) une meilleure connaissance de la diversité des tiques et des organismes qu’elles transmettent, 2) des progrès importants dans le domaine médical et vétérinaire, permettant un diagnostic plus efficace et plus rapide des infections, 3) l’apparition constante de résistances aux acaricides. D’autre part, les changements dans les comportements humains ont accru la fréquentation des écosystèmes où sévissent les tiques et cela pour diverses raisons dont certaines socio-économiques (voir ci‑dessous). L’intensification de la production animale fournit par ailleurs une source stable et prévisible de sang pour les tiques. Les scientifiques considèrent que l’augmentation est également liée aux changements globaux, incluant à la fois les changements climatiques (températures et précipitations) et les modifications directes du paysage par l’homme : déforestation et reforestation, transformation de zones agricoles en zones boisées, développement de la monoculture dans certaines régions, introduction de nouvelles espèces de plantes et d’animaux qui favorisent la prolifération des tiques, réduction du nombre de prédateurs d’hôtes privilégiés pour les tiques, etc. (Léger et al., 2013 ; Medlock et al., 2013). Il apparaît alors essentiel de bien comprendre le fonctionnement des associations hôtes-tiques dans leurs milieux naturels afin de mieux prévoir les risques qui y sont associés, et ainsi améliorer les conditions de vie de l’homme et de l’animal domestique. Les études sur les tiques vectrices étaient jusqu’à présent plutôt descriptives dans les domaines de la systématique, de l’entomologie médicale et de l’infectiologie pour décrire les vecteurs et leurs agents infectieux. Actuellement, des études approfondies et multidisciplinaires sont entreprises pour mieux comprendre les mécanismes biologiques (physiologie, immunologie, cycles de vie), écologiques (structuration et dynamique des populations et dispersion) et évolutifs qui régissent ces systèmes hôtes-tiques vectrices-agents infectieux dans leur globalité. L’ensemble de ces informations nous fournira les bases pour le développement de stratégies de contrôle efficaces et durables.

4Dans les différents chapitres de cet ouvrage, on trouvera un état des lieux des connaissances actuelles sur les tiques et les micro-organismes associés, abordé sous différents angles scientifiques. Malgré des avancées considérables au cours des dernières années, ces connaissances restent partielles. Nous avons, en conséquence, tenté d’identifier les écueils dans notre compréhension de ces systèmes hôtestiques et de proposer des pistes de recherche pour l’avenir. Cette introduction générale présente des notions clés pour relier les informations contenues dans les différents chapitres. Les annexes en fin d’ouvrage fournissent des informations plus pragmatiques (« boîte à outils ») sur la collecte des tiques, leur maintien au laboratoire, leur dissection, etc.

Vers une meilleure connaissance des tiques

Qu’est-ce qu’une tique ?

5Les tiques sont des arthropodes hématophages, ectoparasites de vertébrés. Elles appartiennent à la classe des Arachnides, au sous-ordre des Ixodida. En tant que groupe taxonomique, le nombre d’espèces de tiques est d’environ 900, dont à peu près 700 dans la famille des Ixodidae (tiques dites « dures ») et 200 dans la famille des Argasidae (tiques dites « molles ») (cf. chap. 1). Ce nombre semble faible au regard de la biodiversité d’autres groupes d’arthropodes hématophages, par exemple les puces (ordre Siphonaptera) avec 2 300 espèces, ou les moustiques (famille Culicidae) avec plus de 3 500 espèces, mais il est comparable à d’autres taxons comme les poux (sous‑ordre Anoplura) avec environ 500 espèces. Néanmoins, le nombre de tiques est certainement sous-estimé, car biaisé par des études focalisées principalement sur les espèces qui touchent l’homme et les animaux qu’il côtoie directement. D’autres vertébrés, moins proches de l’homme, ont sûrement leur propre cortège d’ectoparasites incluant des tiques dont beaucoup restent à découvrir. Même parmi les espèces de tiques déjà décrites, il existe de nombreuses controverses, aussi bien sur la caractérisation des espèces, mais aussi des genres (Estrada‑Peña et al., 2010) ! Si les critères de définition d’une espèce ou d’une population de tiques sont mal connus, on comprend dès lors les difficultés à décrire ces systèmes hôte ectoparasite et à prédire les risques de transmission d’agents infectieux. L’intégration d’outils modernes en morphométrie et en génétique devrait permettre de résoudre les problèmes de taxonomie des tiques et de mieux décrire la diversité des espèces existantes et leurs liens de parenté (cf. chap. 1 et 4).

La structure et la dynamique des populations

6Dès qu’une population est définie, sa dynamique peut être étudiée. En écologie, la dynamique des populations est une discipline qui se concentre à la fois sur les changements temporels (à court et à long termes) dans la taille des populations et leur structure en âge, et sur les processus environnementaux qui affectent ces changements. Peu de données de ce type existent encore pour les populations de tiques ; la mise en place de suivis populationnels à long terme s’avère donc essentielle pour comprendre leur fonctionnement (Estrada-Peña et al., 2013 ; Medlock et al., 2013). Par exemple, il est encore difficile d’évaluer l’influence directe et indirecte des facteurs abiotiques* (température, humidité, lumière) et des facteurs biotiques* (hôtes, végétation, occupation des sols) sur la dynamique des populations. En effet, la présence et l’abondance des tiques dépendent des communautés d’hôtes, mais ces interactions sont conditionnées par des facteurs biotiques et abiotiques agissant depuis le contexte local (micro-habitat) jusqu’au contexte paysager (cf. chap. 4) (Ostfeld et al., 2001 ; Ostfeld et al., 2006 ; Gray et al., 2009). Une démarche intégrative d’écologie du paysage portant sur cette relation triangulaire « tiques-hôtes-facteurs environnementaux » reste à développer pour mieux appréhender les dynamiques de populations et prévenir les risques liés aux maladies à transmission vectorielle dues aux tiques ou risque acarologique* (cf. chap. 8).

Les tiques comme modèles d’études de la diversité du vivant

7En dehors de leur importance en termes de santé médicale et vétérinaire, les tiques représentent un taxon biologique intéressant pour comprendre l’évolution du vivant. En effet, les tiques possèdent des capacités physiologiques à exploiter une diversité impressionnante d’hôtes et d’habitats (cf. chap. 2). Contrairement à d’autres organismes vecteurs, les tiques occupent tous les continents de la planète, même les zones désertiques ou polaires (cf. chap. 2). Elles ont adopté de nombreuses stratégies efficaces pour trouver leurs hôtes, soit directement dans leur habitat (endophilie*), soit en quête sur la végétation ou en chasse active (exophilie*). Une même espèce de tiques peut également exploiter au cours de son cycle de vie une gamme d’hôtes qui peut être très variée : lézards, oiseaux, petits et grands mammifères. Puis, lors du repas sanguin, qui dure de quelques minutes (tiques molles) à plusieurs jours (tiques dures), les tiques utilisent leur salive contenant un arsenal de molécules bioactives pour inhiber la coagulation sanguine et échapper aux réponses immunitaires de l’hôte vertébré (cf. chap. 6). Par ailleurs, des études récentes suggèrent une forte plasticité des tiques à modifier leur comportement vis-à-vis de leur hôte (White et al., 2012) et à s’adapter rapidement à de nouveaux hôtes disponibles localement (cf. chap. 4 et 5). Comprendre l’évolution de ces phénomènes, notamment ceux associés à des modifications génomiques, d’une part aidera à prévoir les changements dans les populations, et donc le risque d’émergence d’agents infectieux, d’autre part fournira les informations nécessaires à la compréhension d’autres interactions biologiques.

8L’étude de la distribution, de la transmission et de l’évolution des micro-organismes associés aux tiques peuvent aussi apporter des connaissances importantes sur le risque d’émergence d’autres agents infectieux. Il est intéressant de noter que les tiques sont parmi les seuls arthropodes hématophages pour lesquels une symbiose* obligatoire n’est pas décrite. Des études descriptives suggèrent que les tiques peuvent héberger un large spectre de bactéries connues comme endosymbiontes* (bactéries intracellulaires qui jouent un rôle essentiel dans la digestion du repas sanguin) chez d’autres arthropodes (Clay et al., 2008 ; Wilkinson et al., 2014), mais leurs impacts sur la physiologie, l’écologie et l’évolution des tiques restent à élucider (Duron et Hurst, 2013). Le lien évolutif entre les endosymbiontes stricts et les agents infectieux, établi via des études phylogénétiques, reste une voie intéressante pour comprendre l’émergence de certains agents infectieux et la pathogénicité des maladies à transmission vectorielle (voir par exemple, Duron et al., 2015).

Les maladies à tiques : une question d’émergence ?

9Comme pour les tiques à proprement parler, la connaissance des maladies à transmission vectorielle a largement progressé ces dernières années grâce à l’utilisation combinée de techniques de biologie moléculaire, de génétique et de techniques sophistiquées en épidémiologie environnementale (système d’information géographique par exemple). Le panel d’agents infectieux transmis par les tiques va des bactéries (spirochètes, Rickettsia…), des virus (flavivirus, nairovirus…) jusqu’aux parasites (Babesia, Theileria) (tabl. 1). Les pathogènes connus sont en majorité responsables de zoonoses* : l’agent infectieux touchant surtout les animaux sauvages et domestiques se retrouve transmis à l’homme. La faune sauvage et/ou les animaux domestiques sont les réservoirs* de l’agent infectieux qui se multiplie et persiste sans vraiment provoquer une symptomatologie clinique sévère. L’homme constitue alors souvent un hôte accidentel et une impasse pour l’agent infectieux. L’homme acquiert le pathogène en fréquentant les biotopes infestés par les tiques, biotopes qu’il a le plus souvent modifiés (déforestation et reforestation), ou qu’il fréquente régulièrement (chasse, activités récréatives, etc.). Au sein de la population de tiques, la persistance des agents infectieux est assurée par des modes de transmission variés : de stase à stase (transmission transstadiale*), de la femelle à l’œuf (transmission transovarienne*), ou de tique à tique directement (co-repas*) (cf. chap. 7). La transmission intervient le plus souvent par piqûre hématophage, mais il faut souligner que certains pathogènes, considérés comme associés aux tiques, ne sont pas exclusivement transmis par ces vecteurs. Tel est le cas notamment pour la fièvre Q (coxiellose) pour laquelle la transmission via des tiques est d’importance mineure par rapport à la transmission directe par des spores se trouvant dans l’environnement (inhalation de poussières contaminées par les déjections de tiques, contact avec des secrétions infectées ou les placentas des ruminants ayant avorté). De même pour la peste porcine africaine, quand un porc domestique est infecté par le virus, la transmission devient directe, de porc à porc et l’épidémie peut se répandre rapidement. Pour d’autres agents infectieux, d’autres voies de transmission existent, mais ce mode de transmission est secondaire par rapport à la transmission par piqûres de tique. C’est le cas pour la piroplasmose (babésiose) humaine qui peut aussi se transmettre par transfusion sanguine (Denis et Piesman, 2005), pour le virus de l’encéphalite à tique, qui peut être transmis à l’homme par le lait contaminé ou pour le virus de la fièvre hémorragique Crimée-Congo qui peut aussi être contracté par la manipulation de carcasses d’animaux infectés. Des études approfondies sont donc nécessaires pour clarifier l’épidémiologie de ces maladies en termes de transmission afin de pouvoir mettre en place des stratégies de lutte. Plus de détails sur ces maladies sont présentées dans le chapitre 7.

Tableau 1. Principales maladies associées aux tiques (cf. chap. 7 pour plus de détails).

Maladies

Pathogènes

Tiques vectrices

Hôtes‑réservoirs

Répartition
géographique

Virus (arbovirus)

Méningo
encéphalite à tique

Flavivirus

Ixodes ricinus
I. persulcatus

Mammifères

Asie, Europe

Fièvre
hémorragique
Crimée‑Congo

Nairovirus

Hyalomma spp. 

Mammifères

Europe, Asie,
Afrique

Fièvre porcine
africaine

Iridovirus

Ornithodoros

Cochons,
phacochères

Afrique, Europe

Bactéries

Fièvre Q**

Coxiella burnetii

Rhipicephalus spp. 
Dermacentor spp. 
et autres tiques

Mammifères

Cosmopolite

Borréliose
de Lyme

Borrelia
burgdorferi
sensu lato

Ixodes spp. 

Mammifères,
oiseaux,
lézards

Hémisphère Nord

Fièvres récurrentes
à tique

Borrelia spp. 

Ornithodoros spp. 

Ixodes spp. 

Rongeurs

Principalement
en zones tropicales
et subtropicales

Fièvre boutonneuse
méditerranéenne

Rickettsia conorii

Rhipicephalus
sanguineus

Chiens, rongeurs

Afrique, Asie,
Europe

Fièvre africaine
à tique

Rickettsia africae

Amblyomma spp. 

Mammifères

Afrique
subsaharienne

Tibola (Tick‑borne
lymphadenopathy
)

Rickettsia slovaca

Dermacentor spp. 

Moutons, cerfs

Europe

Tularémie**

Francisella
tularensis

Plusieurs genres

Lièvres, lapins,
rongeurs

Cosmopolite

Anaplasmoses

Anaplasma
phagocytophilum
A. marginale

Ixodes ricinus,
I. pacificus,
I. scapularis

Nombreux
mammifères,
cervidés

Europe, Amérique
du Nord, Russie

Dermacentor spp. 

Bovins, moutons,
autres ruminants

Ehrlichioses

Ehrlichia
chafeensis
E. ruminantium

Amblyomma
americanum

A. hebraeum
A. variegatum

Hommes,
cervidés
Bovins et autres
ruminants

Amérique du Nord
Afrique

Parasites

Babésioses

Babesia divergens
B. microti
B. venatorium

Ixodes ricinus,
I. scapularis

Mammifères
Rongeurs

Europe
Amérique du Nord

Théilerioses

Theileria
annulata
T. parva

Hyalomma spp. 
Rhipicephalus
appendiculatus

Bovins et autres
ruminants

Méditerranée,
Moyen-Orient, Inde,
Chine, Afrique

** Pas uniquement transmis par les tiques

Émergence mondiale versus émergence régionale

10L’augmentation du nombre de cas de maladies transmises par les tiques est observée aussi bien au niveau mondial qu’au niveau régional, mais les raisons en sont différentes. En effet, au plan mondial, les flux migratoires et la mondialisation ont augmenté les échanges intercontinentaux et de ce fait, certaines pathologies sont apparues dans de nouvelles zones géographiques (fièvre Crimée-Congo, peste porcine africaine, babésioses), le plus souvent parce que le vecteur y est introduit à la faveur de mouvements d’animaux (cf. chap. 5). En revanche, dans les émergences régionales, les raisons sont plus variées et souvent associées à des modifications socio-économiques et à des modifications des écosystèmes locaux (Kilpatrick et Randolph, 2012). Une meilleure connaissance des cycles de ces maladies vectorielles et la mise au point de nouvelles techniques de diagnostic permettent de mieux identifier ces maladies chez l’homme et les animaux touchés. Le cas de la maladie de Lyme, première maladie à transmission vectorielle de l’hémisphère Nord, démontre bien cette progression (encadré 1). L’encéphalite à tique est quant à elle en augmentation suite à des changements socio-économiques majeurs, notamment en Europe et en Asie (Godfrey et Randolph, 2011). Les populations en situation précaire fréquentent les zones forestières pour aller rechercher des baies sauvages et des champignons, et de ce fait, sont directement en contact avec la tique Ixodes transmettant le virus (Kunze, 2013). Le rôle des modifications climatiques est également évoqué pour expliquer l’émergence des maladies à tiques dans certaines régions. Si, effectivement, on les retrouve dans des régions septentrionales et en altitude (Jaenson et al., 2012), elles peuvent aussi disparaître de régions plus au sud. Par conséquent, l’impact réel du réchauffement climatique sur la présence des tiques est difficile à prévoir car on connaît encore mal la capacité des tiques à s’adapter à ce genre de changement (Léger et al., 2013 ; Randolph, 2013) (cf. chap. 8).

Les causes de l’émergence

11La biodiversité animale joue un rôle majeur dans les dynamiques de transmission des agents infectieux véhiculés par les tiques, d’autant plus que les maladies transmises sont avant tout des zoonoses. Par exemple, la présence d’espèces non compétentes pour un pathogène au sein d’une communauté d’hôtes peut réduire la transmission en diluant le nombre d’hôtes compétents, diminuant ainsi la prévalence globale des pathogènes localement : on parle d’effet de dilution* (Ostfeld et Keesing, 2000 ; LoGiudice et al., 2003). La biodiversité peut aussi jouer un rôle inverse et amplifier l’incidence des pathogènes. Par exemple, l’introduction d’un rongeur, le tamia de Sibérie (Tamias sibiricus barberi) dans les forêts européennes a permis à la borréliose de Lyme de trouver un nouveau réservoir sur lequel les tiques prolifèrent ainsi que les pathogènes (Marsot et al., 2013). De même, la prolifération des cervidés, hôtes fréquents des tiques adultes, permet, dans certaines régions où le complexe Ixodes ricinus sévit, de faciliter l’installation et l’augmentation de certaines pathologies comme la borréliose, l’anaplasmose humaine, l’encéphalite à tique ou la babésiose en amplifiant considérablement la population de tiques vectrices pour ces agents infectieux (cf. chap. 8). La disparition des prédateurs de cervidés, tels que le coyote aux États‑Unis ou le lynx et le loup en Europe, a facilité la prolifération des populations de cervidés (Lévi et al., 2012).

Encadré 1
L’émergence de la maladie de Lyme

La borréliose de Lyme a été décrite pour la première fois chez l’homme en 1976 suite à des cas groupés d’arthrite chez des enfants du comté de Lyme dans le Connecticut aux États‑Unis (Steere et al., 1977). Peu de temps après, le vecteur en cause Ixodes scapularis était identifié (Burgdorfer et al., 1982). Cependant, en Europe des dermatologues avaient déjà décrit, au début du XXe siècle, la manifestation cutanée de l’érythème migrant (Lipsker et Bernard, 1999). En 1909, Afzelius avait décrit l’apparition d’une lésion dermatologique en forme d’anneau, après piqûre de tique Ixodes. En 1922, deux médecins français Garin et Bujadoux, ont également décrit la maladie à partir d’un symptôme de paralysie faciale suite à une piqûre de tique. Plus surprenant encore, l’ADN de Borrelia burgdorferi sensu lato, l’agent responsable de cette pathologie, est soupçonné d’être présent dans la momie Ötzi retrouvée dans un glacier des Alpes austro‑italiennes et âgée de 5 000 ans (Keller et al., 2012) ! La notion d’émergence doit donc être utilisée avec prudence. Aux États‑Unis, on rapporte 13,4 cas de Lyme pour 100 000 habitants en 2008 (~ 30 000 cas), avec une multiplication par deux des cas ces quinze dernières années. En 2013, le Center for Disease Control and Prevention a estimé que le nombre de cas réels était plutôt de l’ordre de 300 000 par an (fig. encadré 1). La différence entre le nombre de cas déclarés et estimés souligne l’importance du diagnostic clinique et biologique de ces pathologies à transmission vectorielle, ainsi que la fiabilité des déclarations des praticiens. En Europe, le nombre annuel de cas déclarés était en 2008 de 258 pour 100 000 habitants (Stanek et al., 2012), mais un chiffre corrigé peut suggérer plus d’un million de personnes affectées par an. En France, les données du réseau de surveillance de la borréliose de Lyme ont signalé 42 cas pour 100 000 habitants (http://invs.santepubliquefrance.fr/​Dossiers-thematiques/​Maladies-infectieuses/​Maladies-a-transmission-vectorielle/​Borreliose-de-lyme, mise à jour octobre 2016))

Graphique illustrant le nombre de cas de la maladie de Lyme enregistrés aux États‑Unis entre 1992 et 2013 (données du Center for Disease Control and Prevention ;www.cdc.gov/lyme/stats/).
Le nombre de cas déclarés par an est considéré comme sous-estimé de 6 à 12 fois par rapport au nombre de cas réels qui serait plutôt de l’ordre de 200 000 à 400 000 par an (www cdc.gov/lyme/stats/humancases.html ; Hinckley et al., 2014). À noter qu’à partir de 2008, les critères d’inclusion ont changé et les chiffres présentés sur la figure, entre 2008 et 2013, incluent les cas confirmés et les cas probables.

12La biodiversité végétale peut aussi jouer un rôle clé dans le risque local d’exposition aux agents infectieux portés par des tiques en modifiant notamment la distribution et l’abondance des herbivores et le micro‑environnement des tiques. Par exemple, l’invasion du chèvrefeuille dans l’est des États-Unis a modifié à la fois la distribution des cervidés dans les habitats locaux, mais aussi le risque de contact avec des tiques infectées par l’erhlichiose. Le chèvrefeuille est un végétal particulièrement apprécié comme nourriture par les cervidés qui sont porteurs de la tique Amblyomma americanum. On assiste alors à une prolifération de chevreuils, et donc à une prolifération de tiques vectrices d’Ehrlichia chaffeensis, dans les zones où la plante est présente (Allan et al., 2010). En revanche le développement de la monoculture dans certaines zones géographiques peut aussi réduire les populations de tiques (Keesing et al., 2010). Beaucoup de cas d’émergence sont donc directement liés aux modifications du paysage imposées par l’homme, ce qui souligne l’importance d’une approche multidisciplinaire globale de ces phénomènes pour la santé humaine et animale.

Les tiques et leur impact en production animale

13Les tiques cohabitent depuis des siècles avec la faune sauvage. Ce n’est que récemment, en termes évolutifs, que l’homme a fourni une nouvelle source d’hôtes pour ces arthropodes avec la domestication des animaux. En effet, peu d’espèces de tiques sont spécifiquement inféodées aux animaux domestiques (Jongejan et Uilenberg, 2004). Cependant, ces quelques espèces sont devenues un problème réel pour l’homme, soit parce qu’il a amené ses animaux dans les régions infestées, soit parce qu’il a introduit (par accident) des tiques dans des zones jusqu’à présent indemnes (cf. chap. 5 et 9).

14Par conséquent, les tiques qui infestent les bovins et les petits ruminants notamment ont un impact économique majeur pour le développement des populations rurales en régions tropicales (Jongejan et Uilenberg, 2004 ; Mondal et al., 2013). Les chiffres varient d’une année à l’autre selon le climat et les fluctuations économiques, mais les études sur cet aspect estiment l’impact économique dû aux tiques à des centaines de millions de dollars US par an et par pays ; ces frais sont surtout liés aux coûts de la lutte chimique (Jongejan et Uilenberg, 2004 ; Guerrero et al., 2014).

15L’impact délétère des tiques sur la production animale est soit dû à la transmission d’agents infectieux tels que des parasites protistes (théilerioses, babésioses) et des bactéries rickettsiales (anaplasmoses et cowdrioses) (tabl. 1, chap. 7), soit directement dû à l’infestation. En cas d’infestations massives, les pertes en production de viande et de lait peuvent être importantes en raison de la spoliation sanguine, des abcès surinfectés et de l’incapacité des femelles à faire téter de jeunes animaux. Des espèces comme Dermacentor andersoni en Amérique du Nord peuvent même provoquer la mort directe des adultes bovins via les toxines qu’elles injectent lors du repas.

16Le dommage occasionné par les piqûres de tiques elles-mêmes peut aussi réduire la valeur des peaux d’animaux, même dans le cas des tiques brévirostres comme Rhipicephalus. L’introduction des races européennes de Bos taurus, peu résistantes aux tiques, a eu comme conséquence un fort impact du parasitisme dû aux tiques, à tel point qu’il a fallu soit abandonner cette race bovine, soit mettre en place des traitements intensifs d’acaricides (Jongejan et Uilenberg, 2004 ; cf. chap. 5). La dernière option est choisie le plus souvent et la lutte contre les tiques continue malgré l’évolution des résistances aux produits chimiques employés (cf. chap. 9).

17Quand on évoque l’impact des tiques sur les animaux domestiques, on ne mentionne souvent que les tiques dures comme R. microplus et A. variegatum (cf. chap. 5), mais les tiques molles, fréquemment plus discrètes, peuvent aussi avoir un effet non négligeable. Par exemple, Ornithodoros savignyi vit dans les zones semi-désertiques et attend son hôte dans les sites de repos. Les populations de cette tique peuvent devenir massives. En effet, O. savignyi présente une grande capacité au jeûne sur de longues périodes (plusieurs années) et elle se cache dans l’environnement, rendant son contrôle difficile. Quand les hôtes sont disponibles, ces tiques piquent alors de manière agressive, ce qui provoque une spoliation sanguine importante avec un risque mortel surtout chez les jeunes animaux via des toxicoses (Mans et Neitz, 2004). En termes de pathogènes, O. porcinus, O. moubata et O. erraticus peuvent tous transmettre la peste porcine africaine (Jongejan et Uilenberg, 2004) (cf. chap. 7). Comme O. savignyi, ces tiques peuvent être particulièrement difficiles à contrôler, car elles ne restent pas sur les hôtes en dehors de leurs repas sanguins courts (des dizaines de minutes à une heure) et vivent cachées dans les crevasses et anfractuosités des abris naturels et artificiels du bétail.

Les moyens de lutte

18Face à cette recrudescence des tiques dans l’environnement, quels sont les moyens de lutte disponibles ? Ils peuvent être variés et sont souvent différents selon les zones géographiques et les tiques en cause.

19La vaccination contre les maladies à tiques est peu développée actuellement. Dans le domaine vétérinaire, un vaccin anti-tique (Boophilus), basé sur une protéine de l’intestin de tique (Bm86) a été développé, mais avec une efficacité limitée selon les zones géographiques (Pipano et al., 2003). Cependant, la recherche actuelle progresse avec l’identification de nouvelles protéines de salive de tique (Schuijt et al., 2011). Ciblant les agents infectieux chez les animaux, il existe par exemple un vaccin inactivé commercial contre la babésiose canine (par B. canis) et contre la babésiose bovine (Florin‑Christensen et al., 2014). Dans les pays chauds, on utilise des vaccins atténués contre la theilériose tropicale (T. annulata) et des « vaccins » virulents contre la fièvre de la côte Est (T. parva) des bovins et la cowdriose (« heartwater ») des ruminants (Ehrlichia ruminantium) (infection contrôlée, suivi par traitement). On utilise également une espèce peu virulente d’Anaplasma (A. centrale) pour immuniser contre l’anaplasmose bovine due à A. marginale. Ces vaccins ne sont pas suffisamment efficaces et des recherches sont en cours pour les améliorer (Marcelino et al., 2012).

20En médecine humaine, le vaccin contre l’encéphalite à tique confère une bonne protection, mais aucun vaccin contre la borréliose de Lyme n’a encore été mis au point. Un vaccin contre cette maladie (Lymerix), basé sur l’utilisation de la protéine OspA, a été commercialisé en 1999 (Steere et al., 1998), puis retiré en 2002 à cause d’effets secondaires potentiels (Embers et Narasimhan, 2013). Depuis, de nouveaux essais sont en cours, mais sans succès pour l’instant. L’échec des vaccins réside probablement dans une connaissance insuffisante des interactions hôte-pathogène et d’une mauvaise compréhension de l’immunité de l’hôte. Il souligne l’importance des recherches qui restent à réaliser dans ces domaines. Pour d’autres maladies à tiques, le nombre de cas humains est trop faible pour motiver la mise au point de nouveaux vaccins.

21La lutte chimique par épandage d’acaricides dans l’environnement est une autre alternative ayant montré son efficacité par le passé. L’utilisation du DDT (Dichloro Diphenyl Trichloroethane) en ex-URSS dans les années 1960 a permis de réduire de façon conséquente l’incidence de l’encéphalite à tique (Piesman et Eisen, 2008). Cependant, l’impact majeur de ces produits sur l’environnement et l’apparition de résistances aux insecticides ont conduit à l’abandon de telles approches. Pourtant, la lutte chimique reste d’actualité avec la pulvérisation d’acaricides directement sur les animaux, notamment dans les pays du Sud pour les élevages bovins (cf. chap. 9).

22En médecine humaine, l’utilisation de répulsifs cutanés ou vestimentaires développés dans le domaine de la lutte anti-moustique commence à apparaître dans la lutte contre les tiques (Pages et al., 2014). Pour la protection personnelle antivectorielle, la meilleure prévention est encore le port de vêtements couvrants et l’examen minutieux du corps après retour d’une zone infestée par les tiques. L’utilisation de répulsifs cutanés ou l’imprégnation vestimentaire restent marginales pour la lutte contre les tiques, surtout en Europe, alors qu’aux États-Unis l’utilisation du DEET est largement répandue (Pages et al., 2014).

23Les moyens naturels de lutte sont encore limités, mais restent parmi les voies prometteuses pour l’avenir et peuvent être complémentaires aux méthodes plus classiques. Le contrôle de la végétation et des hôtes naturels est difficile et doit être implémenté de manière continue. Par exemple, la chasse permet dans certaines régions de réduire la population de cervidés, hôtes amplificateurs des tiques, mais l’efficacité à long terme reste limitée (Rand et al., 2004). Dans les pays du Sud, l’amélioration des habitations pour réduire les abris pour les tiques molles et la modification des plans de pâturage pour réduire le contact entre les tiques et le bétail semblent relativement efficaces (Stachurski et Adakal, 2010), mais restent peu utilisées pour l’instant. Sur un plan plus expérimental, des tentatives de lutte biologique sont menées pour agir directement sur la population de tiques avec l’utilisation de guêpes parasitoïdes (Samish et al., 2004), de vers nématodes ou de spores de champignons (Monteiro et al., 2013). Cependant, ces méthodes de lutte biologique restent d’efficacité controversée et sont chères à réaliser, notamment parce qu’elles sont efficaces à des échelles spatiales réduites et doivent être renouvelées chaque année.

Perspectives

24Les tiques font partie des écosystèmes naturels et, comme pour d’autres arthropodes nuisibles, il faut souvent que l’homme apprenne à vivre avec. Une meilleure connaissance de leur biologie, de leur écologie et de leur évolution devrait permettre de comprendre le fonctionnement de ces populations et donc de prédire leurs dynamiques, et particulièrement en relation avec les changements globaux. Cela est essentiel à prendre en compte avant que l’homme ne perturbe de façon majeure les écosystèmes. Étudier les tiques apporte aussi des connaissances importantes pour comprendre certains aspects fondamentaux du vivant. La dualité de leur cycle de vie, à la fois dans l’habitat abiotique et biotique, et l’interaction étroite tique-hôte vertébré mais également tiques-agents infectieux ouvrent des perspectives intéressantes pour comprendre l’adaptation des organismes et l’évolution de leurs interactions. Cependant, un défi majeur reste à résoudre pour mieux répondre à ces questions fondamentales et appliquées associées aux tiques, c’est le décodage de leur génome. Le génome des tiques s’avère en effet de très grande taille avec beaucoup d’éléments répétés, ce qui rend son assemblage et son annotation très laborieux, voire impossibles (Ullmann et al., 2005 ; Geraci et al., 2007 ; Meyer et al., 2010). Des progrès sont réalisés dans ce domaine et les premiers résultats devraient être publiés prochainement (Gibson et al., 2013).

25Face à la présence continue et croissante des tiques dans l’environnement, de nouvelles approches pour contrôler leur densité et les maladies qu’elles transmettent sont nécessaires. Elles doivent reposer sur une lutte intégrée utilisant aussi bien des acaricides que des vaccins et sur les connaissances de la biologie et l’écologie des tiques (Willadsen, 2006 ; Piesman et Eisen, 2008). Elles devront s’appuyer sur une protection individuelle (vaccin ou répulsif, par exemple) et une prévention plus globale des populations. La cartographie des zones à risque devrait notamment être établie et mise à la disposition du grand public. La recherche fondamentale sur les tiques et les maladies à tiques progresse ; il reste à trouver les moyens d’exploiter ces résultats de manière efficace afin de réduire l’impact de ces arthropodes sur la santé humaine et animale.

Bibliographie

Adrion E. R., Aucott J., Lemke K W., Weiner J. P., 2015 – Health Care Costs, Utilization and Patterns of Care following Lyme Disease. Plos One, 10 : e0116767.

Allan B. F., Dutra H.P., Goessling L. S., Barnett K., Chase J. M., Marquis R. J., Pang G., Storch G. A., Thach R. E., Orrock J. L., 2010 – Invasive honeysuckle eradication reduces tick-borne disease risk by altering host dynamics. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 107: 18523-18527.

Burgdorfer W., Barbour A. G., Hayes S. F., Benach J. L., Grunwaldt E., Davis J. P., 1982 – Lyme disease-a tick-borne spirochetosis? Science, 216 : 1317-1319.

Clay K., Klyachko O., Grindle N., Civitello D., Oleske D., Fuqua C., 2008 – Microbial communities and interactions in the lone star tick, Amblyomma americanum. Molecular Ecology, 17: 4371-4381.

De Castro J. J., James A. D., Minjauw B., Digiulio G. U., Permin A., Pegram R. G., Chizyuka H. G. B., Sinyangwe P., 1997 – Long-term studies on the economic impact of ticks on Sanga cattle in Zambia. Experimental and Applied Acarology, 21 : 3-19.

Dennis D. T., Piesman J., 2005 – « Overview of tickborne infections of humans ». In Goodman J. L., Dennis D. T., Sonenshine D. E. (eds): Tick borne diseases of humans, Washington DC, ASM Press.

Duron O., Hurst G. D. D., 2013 – Arthropods and inherited bacteria: from counting the symbionts to understanding how symbionts count. BMC Biology, 11 : 4.

Duron O., Noël V., McCoy K. D., Bonazzi M., Sidi‑Boumedine K., Morel O., Vavre F., Zenner L., Jourdain E.,Durand P., Arnathau C.,Renaud F.,Trape J.‑F.,Biguezoton A. Z., Cremaschi J., Dietrich M., Léger E., Appelgren A. M. D., Gomez‑Diaz E., Diatta G., Dayo G. K., Adakal H., Zoungrana S., Vial L., Chevillon C., 2015 – The recent evolution of a maternally-inherited endosymbiont of ticks led to the emergence of the Q fever pathogen, Coxiella burnetii. Plos Pathogens, 11 (5) : e1004892.

Embers M. E., Narasimhan S., 2013 – Vaccination against Lyme disease: past, present, and future. Frontiers in Cellular and Infection Microbiology, 3 : 15.

Estrada‑Peña A., Mangold A. J., Nava S., Venzal J. M., Labrunam., Guglielmone A. A., 2010 – A review of the systematics of the tick family Argasidae (Ixodida). Acarologia, 50 : 317-333.

Estrada‑Peña A., Farkas R., Jaenson T. G. T., Koenen F., Madder M., Pascucci I., Salman M., Desousa R.,Walker A. R., 2013 – « Maps of reported occurrence of tick‑borne pathogens ». In Salman M., Tarrés-Call J. eds): Ticks and tick-borne diseases: Geographical distribution and control strategies in the Euro‑Asian region. Cabi publishing.

Florin‑Christensen M., Suarez C. E., Rodriguez A. E., Flores D. A., Schnittger L., 2014 – Vaccines against bovine babesiosis: where we are now and possible roads ahead. Parasitology, 141: 1563-1592.

Geraci N. S., Johnston J. S., Robinson J. P., Wikel S. K., Hill C. A., 2007–Variation in genome size of argasid and ixodid ticks. Insect Biochemistry and Molecular Biology, 37: 399-408.

Gibson A. K., Smith Z., Fuqua C., Clay K., Colbourne J. K., 2013 – Why so many unknown genes? Partitioning orphans from a representative transcriptome of the lone star tick Amblyomma americanum. BMC Genomics, 14.

Godfrey E. R., Randolph S. E., 2011 – Economic downturn results in tick-borne disease upsurge. Parasites and Vectors, 4: 10.

Gray J. S., Dautel H., Estrada‑Peña A., Kahl O., Lindgren E., 2009 – Effects of climate change on ticks and tick-borne diseases in Europe. Interdisciplinary Perspectives on Infectious Diseases, 2009, Id: 593 232.

Guerrero F., Pérez De Leona.,Rodriguez‑Vivas R., Jonssonn.,Miller R.,Andreotti R., 2014 – « Acaricide research and development, resistance, and resistance monitoring ». In Sonenshine D. E., Roe R. M. (eds): Biology of Ticks, Oxford, Oxford University Press, 2: 351-381.

Hinckley A. F., Connally N. P., Meek J. I., Johnson B. J., Kemperman M. M., Feldman K. A., White J. L., Mead P. S., 2014 – Lyme disease testing by large commercial laboratories in the United States. Clinical Infectious Diseases, 59: 676-681.

Jaenson T. G. T., Jaenson D. G. E., Eisen L., Petersson E., Lindgren E., 2012–Changes in the geographical distribution and abundance of the tick Ixodes ricinus during the past 30 years in Sweden. Parasites and Vectors, 5: 8.

Jongejan F., Uilenberg G., 2004 – The global importance of ticks. Parasitology, 129: S3-S14.

Keesing F., Belden L. K., Daszak P., Dobson A., Harvell C. D., Holt R. D., Hudson P., Jolles A., Jones K. E., Mitchell C. E., Myers S. S., Bogich T., Ostfeld R. S., 2010 – Impacts of biodiversity on the emergence and transmission of infectious diseases. Nature, 468: 647-652.

Keller A., Graefen A., Ball M., Matzas M., Boisguerin V., Maixner F., Leidinger P., Backes C., Khairat R., Forster M., Stade B., Franke A., Mayer J., Spangler J., McLaughlin S., Shah M., Lee C., Harkins T. T., SArtori A., Moreno‑Estrada A., Henn B., Sikora M., Semino O., Chiaroni J., Rootsi S., Myres N. M., Cabrera V. M., Underhill P. A., Bustamante C. D., Vigl E. E., Samadelli M., Cipollini G., Haas J., Katus H., O’Connor B. D., Carlson M. R. J.,Meder B., Blin N.,Meese E., Pusch C. M., Zink A., 2012 – New insights into the Tyrolean Iceman’s origin and phenotype as inferred by whole-genome sequencing. Nature Communications, 3: 9.

Kilpatrick A. M., Randolph S. E., 2012 – Drivers, dynamics, and control of emerging vectorborne zoonotic diseases. Lancet, 380: 1946-1955.

Kivaria F. M., 2006 – Estimated direct economic costs associated with tick‑borne diseases on cattle in Tanzania. Tropical Animal Health and Production, 38: 291-299.

Kunze U., 2013 – Tick-borne encephalitis--a notifiable disease: report of the 15th Annual

Meeting of the International Scientific Working Group on Tick-Borne Encephalitis (ISWTBE). Tick and Tick-Borne Diseases, 4: 363-365.

Léger E., Vourc’h G., Vial L., Chevillon C.,McCoy K. D., 2013 – Changing distributions of ticks: causes and consequences. Experimental and Applied Acarology, 59 : 219-244.

Levi T., Kilpatrick A. M., Mangel M., Wilmers C. C., 2012 – Deer, predators, and the emergence of Lyme disease. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 109: 10942-10947.

Lipsker D., Bernard C. E. G., 1999 – Manifestations cutanées des borrélioses. Paris, Elsevier Encycl. Méd. Chir., Dermatologie, 98-345-A-1 : 8 p.

Logiudice K., Ostfeld R. S., Schmidt K. A., Keesing F., 2003 – The ecology of infectious disease: effects of host diversity and community composition on Lyme disease risk. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 100: 567-571.

Mans B. J., Neitz A. W. H., 2004 – The sand tampan, Ornithodoros savignyi, as a model for tick-host interactions. South African Journal of Science, 100 : 283-288.

Marcelino I., De Almeida A. M., Ventosa M., Pruneau L., Meyer D. F., Martinez D., Lefrançois T., Vachiéry N., Coelho A. V., 2012 – Tick-borne diseases in cattle : applications of proteomics to develop new generation vaccines. Journal of Proteomics, 75 : 4232-4250.

Marsot M., Chapuis J. L., Gasqui P., Dozieres A., Masseglia S., Pisanu B., Ferquel E., Vourch G., 2013 – Introduced Siberian Chipmunks (Tamias sibiricus barberi) Contribute More to Lyme Borreliosis Risk than Native Reservoir Rodents. Plos One, 8 : 8.

Medlock J. M., Hansford K. M., Bormane A., Derdakova M., Estrada‑Peña A., George J. C., Golovljova I., Jaenson T. G., Jensen J. K., Jensen P. M., Kazimirova M., Oteo J. A., Papa A., Pfister K., Plantard O., Randolph S. E., Rizzoli A., Santos‑Silva M. M., Sprong H., Vial L.,Hendrickx G., Zeller H., Van Bortelw., 2013 –Driving forces for changes in geographical distribution of Ixodes ricinus ticks in Europe. Parasites and Vectors, 6: 1.

Meyer J. M., Kurtti T. J., Van Zee J. P., HILL C. A., 2010 – Genome organization of major tandem repeats in the hard tick, Ixodes scapularis. Chromosome Research, 18 : 357-370.

Mondal D., Sarma K., Saravanan M., 2013 – Upcoming of the integrated tick control program of ruminants with special emphasis on livestock farming system in India. Ticks and tickborne diseases, 4: 1-10.

Monteiro C. M. O., Araujo L. X., Matos R. S., Golo P. D., Angelo I. C., Perinotto W. M. D., Rodrigues C. A. C., Furlong J., BIttencourt V., Prata M. C. A., 2013–Association between entomopathogenic nematodes and fungi for control of Rhipicephalus microplus (Acari: Ixodidae). Parasitology Research, 112 : 3645‑3651.

Ostfeld R., Keesing F., 2000 – The function of biodiversity in the ecology of vector-borne zoonotic diseases. Canadian Journal of Zoology-Revue Canadienne De Zoologie, 78 : 2061-2078.

Ostfeld R. S., Schauber E. M., Canham C. D., Keesing F., Jones C. G.,Wolff J. O., 2001 – Effects of acorn production and mouse abundance on abundance and Borrelia burgdorferi infection prevalence of nymphal Ixodes scapularis ticks. Vector-Borne and Zoonotic Diseases, 1: 55-63.

Ostfeld R. S., Canham C. D., Oggenfuss K., Winchcombe R. J., Keesing F., 2006 – Climate, deer, rodents, and acorns as determinants of variation in Lyme-disease risk. Plos Biology, 4: e145.

Pages F., Dautel H., Duvallet G., Kahl O., de Gentile L., Boulanger N., 2014 – Tick repellents for human use: prevention of tick bites and tick-borne diseases. Vector-Borne and Zoonotic Diseases, 14: 85-93.

Parola P., Raoult D., 2001 – Tick-borne bacterial diseases emerging in Europe. Clinical Microbiology Reviews, 7: 80-83.

Piesman J., Eisen L., 2008 – Prevention of tick-borne diseases. Annual Review of Entomology, 53: 323-343.

Pipano E., Alekceev E., Galker F., Fish L., Samish M., Shkap V., 2003 – Immunity against Boophilus annulatus induced by the Bm86 (Tick-GARD) vaccine. Experimental and Applied Acarology, 29: 141-149.

Rand P. W., Lubelczyk C., Holman M. S., Lacombe E. H., Smith R. P., 2004 –  Abundance of Ixodes scapularis (Acari: Ixodidae) after the complete removal of deer from an isolated offshore island, endemic for Lyme disease. Journal of Medical Entomology, 41 : 779-784.

Randolph S. E., 2013 – Is expert opinion enough? A critical assessment of the evidence for potential impacts of climate change on tick-borne diseases. Animal Health Research Reviews, 14: 133-137.

Samish M., Ginsberg H., Glazer I., 2004 – Biological control of ticks. Parasitology, 129: S389-S403.

Schuijt T. J., Hovius J.W., van der Poll T., van Dam A. P., Fikrig E., 2011 – Lyme borreliosis vaccination: the facts, the challenge, the future. Trends in Parasitology, 27 : 40-47.

Stachurski F., Adakal H., 2010 – Exploiting the heterogeneous drop-off rhythm of Amblyomma variegatum nymphs to reduce pasture infestation by adult ticks. Parasitology, 137: 1129-1137.

Stanek G.,Wormser G. P., Gray J., Strle F., 2012 – Lyme borreliosis. Lancet, 379 : 461-473.

Steere A. C., Malawista S. E., Snydman D. R., Shope R. E., Andiman W. A., Ross M. R., Steele F. M., 1977 – Lyme arthritis - Epidemic of oligoarticular arthritis in children and adults in 3 Connecticut communities. Arthritis and Rheumatism, 20 : 7-17.

Steere A. C., Sikand V. K., Meurice F., Parenti D. L., Fikrig E., Schoen R. T., Nowakowski J., Schmid C. H., Laukamp S., Buscarino C., Krause D. S., Lymedis Vaccine Study G., 1998 – Vaccination against Lyme disease with recombinant Borrelia burgdorferi outer-surface lipoprotein A with adjuvant. New England Journal of Medicine, 339 : 209-215.

Ullmann A. J., Lima C. M. R., Guerrero F. D., Piesman J., Black W. C., 2005 – Genome size and organization in the blacklegged tick, Ixodes scapularis and the Southern cattle tick, Boophilus microplus. Insect Molecular Biology, 14 : 217-222.

White J., Heylen D. J., Matthysen E., 2012 – Adaptive timing of detachment in a tick parasitizing hole-nesting birds. Parasitology, 139 : 264-270.

Wilkinson D. A., Dietrich M., Lebarbenchon C., Jaeger A., Le Rouzic C., Bastien M., Lagadec E., McCoy K. D., Pascalis H., Le Corre M. K. D., Tortosa P., 2014 – Combined metabarcoding and targeted bacterial analysis reveal massive infection of seabird ticks with Coxiella related species in remote and uninhabited oceanic islands. Applied and Environmental Microbiology, 80: 3327-3333.

Willadsen P., 2006 – Vaccination against ectoparasites. Parasitology, 133 : S9‑S25.

Table des illustrations

Légende Graphique illustrant le nombre de cas de la maladie de Lyme enregistrés aux États‑Unis entre 1992 et 2013 (données du Center for Disease Control and Prevention ;www.cdc.gov/lyme/stats/).Le nombre de cas déclarés par an est considéré comme sous-estimé de 6 à 12 fois par rapport au nombre de cas réels qui serait plutôt de l’ordre de 200 000 à 400 000 par an (www cdc.gov/lyme/stats/humancases.html ; Hinckley et al., 2014). À noter qu’à partir de 2008, les critères d’inclusion ont changé et les chiffres présentés sur la figure, entre 2008 et 2013, incluent les cas confirmés et les cas probables.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

Auteurs

Centre National de Référence Borrelia EA 7290 Virulence bactérienne précoce, groupe Borréliose de Lyme, Institut de bactériologie 3, rue Koeberlé 67000 Strasbourg. nboulanger@unistra.fr

Mivegec UMR 5290 CNRS-IRD- Université de Montpellier, UR IRD 224 IRD Représentation France-Sud 911, avenue Agropolis, BP 64 501 34394 Montpellier cedex 5. karen.mccoy@ird.fr

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search