Version classiqueVersion mobile

Tiques et maladies à tiques

 | 
Karen D. McCoy
, 
Nathalie Boulanger

Préface

Thierry De Meeûs

Texte intégral

1Je voudrais remercier Karen D. McCoy et Nathalie Boulanger de l’honneur qu’elles m’ont fait en me proposant de rédiger la préface du présent ouvrage. Je ne me doutais pas, en été 2004, lorsque j’ai envoyé mes premiers courriels à la communauté des « tiquologues » pour fonder le groupe « Tiques et maladies à tiques » (TMT) du « Réseau écologie des interactions durables » (Reid) que cela aboutirait, au bout de dix années, à la rédaction d’un ouvrage collectif de cette ampleur. De nombreux chemins ont été parcourus et il apparaît encore plus clairement aujourd’hui que beaucoup restent à explorer.

2Les tiques sont des arthropodes hématophages responsables chez leurs hôtes d’une grande diversité de maladies. Il y a tout d’abord les maladies qu’elles causent directement elles-mêmes par spoliation sanguine et épuisement de l’hôte, comme j’ai pu moi-même en être le témoin sur des vaches charolaises de la ferme expérimentale de l’Institut agronomique calédonien (IAC) à Port‑Laguerre en Nouvelle‑Calédonie. Il y a aussi les pathogènes dont elles sont les vecteurs et qui embrassent presque l’ensemble du monde vivant (en excluant les archées) : des virus, comme celui de l’encéphalite à tique ; des bactéries, comme les borrélies de Lyme ; des eucaryotes unicellulaires divers et variés tels que babésies et trypanosomes ; et même des nématodes pluricellulaires tels que la filaire du chevreuil.

3Les tiques sont des organismes orphelins du point de vue de la recherche. Il existe en effet peu de laboratoires et/ou d’équipes qui travaillent aujourd’hui sur ces arthropodes dont l’importance médicale et vétérinaire ne fait que s’affirmer au cours des ans. Le fait que des équipes d’entomologistes recentrent aujourd’hui leurs travaux sur des recherches parfois redondantes au détriment des tiques n’est pas le moindre des paradoxes. Il n’existe par exemple aujourd’hui en France aucun systématicien spécialiste de ce groupe en activité. Par conséquent, les connaissances sur ces organismes restent encore très fragmentaires, avec seulement 900 espèces décrites, chiffre évidemment très en deçà du nombre total d’espèces estimé. Tout comme pour d’autres organismes à morphologie peu variable, tels les nématodes, la description de nouvelles espèces reste problématique chez les tiques. Le manque de taxonomistes spécialisés n’arrange rien. Les difficultés d’échantillonnages contribuent aussi aux difficultés d’étude de ces ectoparasites. Enfin, des génomes gigantesques, surpeuplés de séquences répétées font que, à l’heure actuelle, aucun génome complet n’a pu être assemblé. Seuls les génomes des tiques Ixodes scapularis, qui transmet la maladie de Lyme aux États-Unis, et Rhipicephalus microplus, qui coûte des milliards de dollars aux éleveurs intertropicaux autour du globe, viennent tout juste d’être séquencés.

4Tous ces aspects se trouvent abordés dans cet ouvrage. Les aspects systématiques et phylogénétiques y côtoient les approches morphologiques, physiologiques, écologiques et génétiques. Le lecteur pourra trouver des informations précieuses sur la dynamique particulière des populations de ces arthropodes, leurs ennemis naturels (souvent méconnus), leur génétique évolutive et leurs formidables capacités d’adaptation à de nouveaux environnements ou à de nouveaux hôtes. Les aspects si particuliers du repas sanguin des tiques sont également revus en relation avec la transmission des maladies et les aspects pathologiques. Enfin, la modélisation des facteurs et la cartographie des risques précèdent des fiches techniques expérimentales ou de terrain qui s’avéreront précieuses pour tous ceux qui souhaitent aborder l’un ou l’autre des problèmes posés par les tiques, que ce soit du point de vue académique ou appliqué. Les tiques sont également des modèles biologiques exceptionnels d’étude de la co-évolution, non seulement entre l’agent infectieux et son hôte vertébré, mais aussi entre le vecteur et les agents infectieux que ce dernier transmet. En effet, avec une forte diversité de voies de transmission au sein de ces systèmes, les tiques offrent des outils de biologie comparative rarement accessibles chez d’autres organismes. Malheureusement, à cause du manque récurrent de moyens humains et financiers qui caractérise la recherche sur les tiques, ces aspects restent peu étudiés.

5Je terminerai en félicitant les deux éditrices et contributeurs de cet excellent ouvrage, qui, je l’espère, représentera le signe avant-coureur d’un effort renouvelé et augmenté des recherches sur ces arthropodes trop longtemps négligés. Ce qui me permet de terminer par un clin d’œil : l’éthique biologique doit tenir compte des tiques et non des tics.

Auteur

Directeur de recherche IRD Intertryp, UMR 177 IRD-Cirad, Montpellier thierry.demeeus@ird.fr

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search