Version classiqueVersion mobile

Ouagadougou (1850-2004)

 | 
Florence Fournet
, 
Aude Meunier-Nikiema
, 
Gérard Salem

Deuxième partie. Ouagadougou, un espace différencié

L’approvisionnement en eau : un enjeu majeur

Maud Harang

Texte intégral

1Vitale mais rare, l’eau est une ressource particulièrement stratégique pour les pays d’Afrique de l’Ouest. L’UNICEF a récemment insisté sur la répartition inégale de l’eau dans le monde, à l’image de celle de la pauvreté à laquelle elle est intimement liée. Les disparités de consommation quotidienne témoignent de ces inégalités. Dans les zones résidentielles, la consommation quotidienne par habitant s’élève à 600 litres en Amérique du Nord et au Japon, entre 250 et 350 litres en Europe et entre 10 et 20 litres en Afrique subsaharienne.

2La communauté internationale s’est engagée, à travers la définition des Objectifs du millénaire pour le développement définis en 2000, à réduire de moitié le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable et à l’assainissement d’ici 2015. En 2002, le Sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg a réaffirmé ces objectifs.

3Enjeu stratégique en raison des fortes disparités spatiales existantes, les ressources en eau suscitent des rivalités régionales. Pour limiter les tensions et s’orienter vers une gestion africaine de l’eau, les ministres concernés des différents États du continent noir tentent de mettre en place de nouvelles formes de partenariat. Cette politique commune s’inscrit dans le cadre du NEPAD, et vise à limiter à terme les privatisations massives dictées par les institutions financières internationales dont le secteur de l’eau dépend. En effet, pour réduire la pauvreté et améliorer l’accès aux équipements, le Fonds monétaire international (FMI) propose notamment de privatiser les entreprises publiques au prétexte de leur mauvaise gestion financière, au Burkina Faso notamment. Cependant, le pays semble résister aux assauts des multinationales et à la privatisation de ce secteur, en cours dans les autres régions sahéliennes.

4Rappelons que les Nations unies1 prévoyaient, lors du troisième Forum mondial de l’eau de 2003, que l’amélioration de l’accès à l’eau permettrait d’éradiquer la pauvreté et de contribuer directement et concrètement au développement durable. L’organisation insistait alors sur la relation entre l’accès à un coût abordable à l’eau potable et à un réseau d’assainissement adéquat, et la réduction de la pauvreté. On peut s’interroger sur la capacité du secteur privé à répondre à ces principes.

Une disponibilité en eau soumise aux seules conditions climatiques ?

5Au Burkina Faso, la gestion de l’eau a été confiée à un établissement public, l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA), qui se charge de la production et de la distribution de l’eau potable, de l’assainissement des eaux usées et des excreta dans les villes de plus de 10 000 habitants dans le cadre d’un plan stratégique qui s’achèvera en 2008.

6À Ouagadougou, l’eau est un enjeu majeur du fait de la rareté de la ressource et d’une capacité d’exploitation probablement insuffisante d’ici 2010. L’inégale desserte en eau dessine une géographie spécifique mettant en valeur des quartiers privilégiés bien approvisionnés aux dépens d’autres.

7En 2004, la capitale concentre la plupart des activités de l’ONEA avec 57 % des 70 000 abonnés et elle recense plus d’un tiers des 1 600 bornes-fontaines des différents centres urbains du pays. Trois barrages intra-urbains associés à celui de Loumbila situé à 15 km au nord-est de la ville (voir figure 7, page 68), assurent son alimentation en eau potable représentant respectivement 20 et 70 % des ressources, les 10 % restants provenant d’une centaine de forages (Illustration 29). Les eaux souterraines totalisent 2,5 millions de mètres cubes exploitables annuellement comparativement aux eaux de surfaces qui représentent 17 millions de mètres cubes. Les capacités de stockage constituent une contrainte supplémentaire : elles ne s’élèvent qu’à 13 000 m3 grâce à onze châteaux d’eau répartis dans la ville, c’est-à-dire une très faible capacité au regard de la consommation qui ne cesse d’augmenter. En outre, l’ONEA ne dispose que d’une capacité de traitement de 58 000 m3 d’eau par jour alors qu’il en faudrait 70 000 à 75 000.

Illustration 29
Vue aérienne des trois barrages intra-urbains (1998)

8De fait, lors des saisons hydrologiques déficitaires, les besoins en eau potable de l’ensemble de la population sont supérieurs aux possibilités de production.

9Outre l’insatisfaction attendue des besoins en eau potable de la population à court terme, l’aire urbaine est insuffisamment couverte, la saison sèche contribuant à l’aggravation des pénuries. De mai à juillet, l’ONEA n’arrive pas toujours à subvenir aux besoins des populations comme cela a été le cas en 2003 et en 2004. Le déficit en eau peut alors atteindre 20 000 m3 par jour.

10Depuis juillet 2004, la mise en service du barrage de Ziga situé à 50 km à l’est de la capitale, a permis de mettre fin aux coupures et faibles pressions, fréquentes dans certains quartiers de Ouagadougou (voir figure 7, page 68).

11Grâce à cette retenue d’une capacité de 200 millions de mètres cubes, l’accès à l’eau peut être renforcé par la mise en service de 400 nouvelles bornes-fontaines et de 50 000 nouveaux branchements individuels dans la capitale à travers une nouvelle extension des conduites d’eau et la construction de huit châteaux d’eau supplémentaires (Illustration 30).

12Au milieu des années quatre-vingt, 36 % de l’aire urbanisée soit 3 700 hectares sur 10 000, étaient desservis par 267 km de conduites d’eau. En 2003, l’aire lotie de Ouagadougou s’étend sur 14 300 hectares parcourus par 1 100 km de conduites d’eau qui restent insuffisants (Planche 22).

Illustration 30
Le nouveau château d’eau construit en 2005 (secteur 28)

DESSERTE DES CHÂTEAUX D’EAU (2002)

DESSERTE DES CHÂTEAUX D’EAU (2002)

Élaboration : Harang M., Paris X-IRD
Sources : fond de carte IGB, 2002 ; ONEA, 2002

13Le rythme d’extension du réseau n’a pas suivi la progression fulgurante de l’aire urbaine et les marges sont sous-équipées, voire même parfois absentes des projets de l’ONEA.

Des modes d’approvisionnement en eau variés

14Le mode d’accès à l’eau était déjà une préoccupation coloniale. Des travaux rapportent qu’en 1919-1920, le creusement des puits était associé au projet de création des barrages. Par la suite, cette politique s’intensifia pour des questions de disponibilité de la ressource et surtout de santé : les autorités observaient la fréquence des cas de ver de Guinée et de paludisme, le chef des services de santé du cercle de Ouagadougou accusait les eaux stagnantes d’en être l’origine et dans un souci de santé publique comme pour des raisons d’assainissement, les puits furent désignés comme seul mode remplissant les conditions nécessaires à l’alimentation en eau. Leur construction fut multipliée dans le quartier colonial jusqu’à devenir en 1924, le quatrième poste de dépense du cercle de Ouagadougou. Ce programme s’étendit ensuite aux quartiers indigènes avant que les premières études envisageant une adduction d’eau soient projetées au milieu des années trente.

Illustration 31
Une borne-fontaine (secteur 27)

15Aujourd’hui, la couverture en eau potable de la capitale est marquée par la domination des bornes-fontaines. Le privilège accordé à ce mode d’approvisionnement collectif se justifie par les choix retenus par les pouvoirs publics. Dès la Révolution, les importantes opérations de lotissements périphériques devaient être accompagnées de l’installation de dessertes en eau accessibles à la majorité des résidents. Cependant, le contexte de sécheresse vécu au début des années quatre-vingt contraignit à des choix stratégiques. La politique opta pour le partage des ressources et la diversification du système de distribution. À partir de 1984-1985, les bornes-fontaines se multiplièrent à travers la ville, se substituant aux puits (Tableau 4). L’année 1994 constitua la seconde étape d’une rapide extension de la couverture en bornes-fontaines, renforcée par l’adoption d’un programme d’urgence fondé sur leur multiplication.

16En 2003, les bornes-fontaines représentent 73 % des modes d’approvisionnement collectifs, les forages 21 %, les 6 % restants se répartissant entre les puits, les Postes d’eau autonomes (PEA) et les autres types de forages (Illustrations 31, 32 et 33).

Illustration 32
Un poste d’eau autonome à Kalgondin

Tableau 4 - ÉVOLUTION DES MODES D’APPROVISIONNEMENT EN EAU (1972-2007)

Tableau 4 - ÉVOLUTION DES MODES D’APPROVISIONNEMENT EN EAU (1972-2007)

Sources : ONEA, 2002 et Jaglin S., 1995

17Très concentrées en centre-ville dans les années quatre-vingt, les bornes-fontaines se sont multipliées en périphérie au gré des opérations de lotissement jusqu’à présenter aujourd’hui une image presque inversée (Planche 23). Les quartiers centraux, siège des centres administratifs et commerciaux, ont en effet délaissé les bornes-fontaines au profit des branchements individuels et ce phénomène s’est reproduit dans les quartiers résidentiels aisés de la Zone du bois et de Ouaga 2000. De plus, la répartition des bornes-fontaines met bien en évidence la limite entre les espaces lotis et les espaces non-lotis totalement dépourvues d’équipement d’approvisionnement en eau à l’exception de quelques forages.

18Parallèlement à la satisfaction des besoins fondamentaux de la vie quotidienne, la borne-fontaine, à la fois espace de rencontre et de pouvoir, joue un rôle sociologique et politique.

Illustration 33
Une pompe à Yamtenga

MODES COLLECTIFS D’APPROVISIONNEMENT EN EAU (2003)

Élaboration : Harang M., Paris X-IRD
Sources : couverture aérienne de Ouagadougou au 1/20 000, 1998 ; scène SPOT5 de Ouagadougou, novembre 2002 ; fond de carte IGB, 2002 ; DASU-DGUT, 2003 ; relevés de terrain IRD, 2003

19En effet, pendant la révolution, ce commerce était stratégique, les gérants étant désignés par les CDR comme le relais de leur pouvoir dans les secteurs. Aujourd’hui, les gérants appartiennent le plus souvent à la famille d’un notable du quartier.

20Les forages ou pompes manuelles dont le nombre a considérablement diminué depuis la fin des années quatre-vingt, passant de 200 à 157 en 2004, constituent le second mode d’approvisionnement en eau. Même s’ils ne sont pas totalement absents des quartiers réguliers, ces équipements prennent la relève des bornes-fontaines dans les espaces non-lotis. À la différence des bornes-fontaines, les pompes n’appartiennent pas obligatoirement au réseau public, certaines d’entre elles ayant été réalisées à l’initiative de structures communautaires. La présence et l’état de fonctionnement de ces forages constituent un excellent révélateur de la cohésion sociale d’un quartier.

21Enfin, les puits complètent ce dispositif. Évalués à 6 450 en 1962, des statistiques estimaient que 60 % des familles possédaient un puits en 1973. Aujourd’hui, nombreux sont les ménages qui utilisent le puits de leur concession pour l’arrosage de leur jardin ou leurs travaux ménagers, particulièrement dans les quartiers riverains des barrages comme à Dapoya ou à Tanghin. Dans ces quartiers et de façon générale à proximité des barrages, il existe également des puits creusés en dehors des concessions et utilisés pour le maraîchage.

22Indépendamment des difficultés liées au mode d’approvisionnement, la qualité de l’eau constitue l’enjeu majeur dans la capitale. Si les traitements réalisés par l’ONEA assurent une certaine qualité à l’eau délivrée par les bornes-fontaines, celle de l’eau fournie par les puits et les pompes constitue une réelle source d’inquiétude en termes de santé publique du fait de la pollution de la nappe phréatique engendrée par l’urbanisation et les problèmes d’assainissement que nous avons décrits préalablement.

23En nous référant aux déclarations des ménages du recensement de 1996, des disparités spatiales et économiques au sein de la capitale apparaissent qui contribuent à affiner la caractérisation de l’espace ouagalais par rapport à la question de l’eau (Planche 24). Les données indiquent que 55,3 % des ménages s’approvisionnent à la borne-fontaine, 23,3 % ont l’eau courante, 11,1 % utilisent une pompe, 7,5 % un puits, les autres collectant l’eau dans les rivières, les marigots ou encore les barrages. Les quartiers centraux anciens et les quartiers résidentiels de haut standing se démarquent par un taux de raccordement individuel au réseau de l’ONEA plus élevé que dans les quartiers septentrionaux de la capitale où les bornes-fontaines et de manière secondaire, les pompes, assurent l’alimentation en eau des populations.

24Les plus forts pourcentages de familles disposant de l’eau courante se trouvent dans la partie centrale de la ville lotie avant 1980. Au nord, les quartiers de Tampouy, Tanghin et Somgandé, en dehors des cités SOCOGIB et AZIMO, présentent une faible densité de branchements individuels, à l’image de leurs populations souvent défavorisées et parfois encore imprégnées d’une certaine ruralité. Dans quelques-uns de ces espaces, les populations déclarent même s’alimenter en eau grâce à des puits. Pour la plupart, ces ménages résident à proximité des barrages.

25L’approvisionnement en eau des Ouagalais met en évidence le centre-ville où dominent les équipements individuels et la périphérie, espace de concentration des équipements collectifs. Ce contraste dépend du niveau de vie des ménages qui oriente le choix des populations mais aussi de la desserte de l’ONEA dans la mesure où le réseau des canalisations évite les zones non-loties.

L’accès à l’eau, un double enjeu financier

26La politique menée par l’ONEA a pour ambition de faciliter l’accès individuel à l’eau potable dans les quartiers périurbains pauvres. Toutefois, avec 40 000 abonnés, moins d’un tiers des ménages de la capitale est desservi par des branchements particuliers : alors qu’une borne-fontaine dessert environ 1 000 habitants selon les normes de la Direction générale des ressources en eau, on comptabilise un branchement individuel pour dix personnes environ. L’investissement financier tant pour le branchement que pour la consommation semble être le principal obstacle à l’installation de ce type d’équipement à domicile, le temps d’attente de trois mois pour un raccordement au réseau ne semblant pas être limitant. Le 1er février 2003, l’ONEA a en effet procédé à une augmentation tarifaire du prix de l’eau pour les abonnés passant de 180 à 188 FCFA le mètre cube pour une consommation inférieure à 30 m3 et à 1 040 FCFA le mètre cube au-delà alors que les prix de vente à la borne-fontaine restent inchangés depuis 1997 à 60 FCFA les 200 litres d’eau. Outre son offre moins coûteuse, la borne-fontaine permet de développer une multitude de métiers autour de la distribution de l’eau.

27Sous contrat avec l’ONEA, les gérants de bornes-fontaines ont pour rôle de surveiller et d’organiser la distribution de l’eau, leur rémunération étant fonction du nombre de mètres cubes vendus. Dans les aires sous-équipées de la capitale, un marché parallèle de revente d’eau s’est développé. Il constitue une pratique courante et un dispositif de distribution complémentaire. Les charretiers, avec des capacités de transport allant de 200 à 600 litres, proposent un mode alternatif d’approvisionnement en eau. Très développé dans les villes du Sahel, ce métier concurrentiel assure la desserte de la moitié de la population vivant dans les secteurs périphériques de Ouagadougou.

L’APPROVISIONNEMENT EN EAU DES MÉNAGES (1996)

L’APPROVISIONNEMENT EN EAU DES MÉNAGES (1996)

Élaboration : Meunier-Nikiema A., INSS-IRD, Cadot E., AUF-IRD. Planche réalisée avec Philcarto (http://philcarto.free.fr).
Sources : INSD, RGPH, 1996

28Si ces acteurs du secteur informel principalement permettent d’améliorer l’accès à l’eau de certaines populations, cela ne se fait pas sans contrepartie financière. Ainsi, plus un ménage se trouve loin d’une borne-fontaine, plus le coût de sa consommation augmente, rendant finalement l’eau plus chère aux populations les plus défavorisées. Par ailleurs, les disparités de l’offre, ajoutées au faible débit des robinets, aux pénuries et aux pannes, entraînent souvent des files d’attente considérables, occasionnant à la fois des pertes de temps mais aussi des tensions.

Une consommation d’eau variable

29Si l’on prend l’exemple des consommations moyennes d’eau par borne-fontaine en 2002, on observe un pic de consommation en avril et une chute entre août et septembre (Figure 12). De fait, le mois de mai, fin de la saison sèche, correspond à une augmentation des besoins physiologiques et donc à un accroissement de la pression aux bornes-fontaines, alors même que la nappe souterraine est à son plus bas niveau, contribuant à l’assèchement des forages et autres puits, et que les coupures sont fréquentes (voir figure 9, page 69). Rappelons en effet que le barrage de Ziga n’est alors pas encore en eau et que les coupures sont fréquentes. Les ménages doivent donc augmenter leur consommation alors que le prix au mètre cube flambe : au plus fort de la pénurie, la barrique de 200 litres livrée par le charretier passe progressivement de 60 FCFA à plus de 1 500 FCFA dans certains quartiers. Entre août et septembre, la consommation d’eau aux bornes-fontaines chute du fait de l’arrivée des pluies qui rechargent la nappe phréatique et satisfont même directement à certains besoins (douche, lessive, cuisine, vaisselle, arrosage).

30S’il n’existe pas de forts contrastes de consommation entre les bornes-fontaines, il existe cependant localement des variations selon que les bornes-fontaines sont installées dans un lieu visible, un lieu de passage, un lieu de rencontre. Ainsi, les bornes-fontaines construites autour des marchés enregistrent des consommations mensuelles supérieures à 900 m3. Ce phénomène est également visible près des infrastructures sanitaires polarisantes comme l’hôpital ou les établissements sanitaires de second niveau de référence (voir planche 27, page 101).

31La spatialisation des variations de la consommation d’eau aux bornes-fontaines entre mai et septembre 2002 est révélatrice des inégalités d’approvisionnement auxquelles sont confrontées les populations (Planche 25). Globalement, la consommation devrait être plus élevée en mai comme nous venons de le voir. Or, de nombreux points rouges correspondant à une consommation accrue en septembre, apparaissent sur la carte, mettant en évidence les quartiers où l’accès à l’eau est plus difficile comme à Gounghin nord, sur la frange nord du quartier de Tampouy, sur la bordure est des secteurs 28, 29 et 30, ou encore au sud de la Patte d’oie. Ces différences s’expliquent en partie par des problèmes de fonctionnement de la borne-fontaine en saison sèche, une grande partie de ces équipements enregistrant une consommation nulle à cette période.

Figure 12 - VARIATIONS MENSUELLES DES CONSOMMATIONS À LA BORNE-FONTAINE (2003)

Figure 12 - VARIATIONS MENSUELLES DES CONSOMMATIONS À LA BORNE-FONTAINE (2003)

Source : ONEA, 2003

32Ouagadougou dépend des eaux de surface pour son alimentation en eau. La multiplication des barrages est la solution choisie par les autorités politiques pour répondre à la demande croissante et mettre fin aux coupures d’eau très fréquentes jusqu’en 2004. Toutefois, le rythme de croissance de la capitale est tel que les projections ne laissent qu’un répit d’une vingtaine d’années avant que Ouagadougou ne soit à nouveau confrontée au manque d’eau.

33Comme nous le notions au début de ce chapitre, le secteur de l’eau est soumis à une politique sectorielle développée par l’État. Des orientations stratégiques ont été proposées dans le but de participer à l’accélération du Développement humain durable et à la réduction de la pauvreté. De fait, aujourd’hui, la principale préoccupation des responsables de ce secteur est de fournir une eau de qualité et d’étendre le réseau d’accès individuel aux périphéries mal équipées de la capitale.

DIFFÉRENTIEL DE CONSOMMATION D’EAU AUX BORNES-FONTAINES (mai et septembre 2002)

DIFFÉRENTIEL DE CONSOMMATION D’EAU AUX BORNES-FONTAINES (mai et septembre 2002)

Élaboration : Harang M., Paris X-IRD
Sources : couverture aérienne de Ouagadougou au 1/20 000, 1998 ; scène SPOT5 de Ouagadougou, novembre 2002 ; fond de carte IGB, 2002 ; DASU-DGUT, 2003 ; relevés de terrain IRD, 2003 ; ONEA, 2002

Auteur

Géographe, doctorante en géographie de la santé de l’Université Paris X-Nanterre.
En considérant la santé comme un révélateur des formes urbaines, elle cherche à montrer qu’à Ouagadougou, où elle travaille entre 2002 et 2005 en accueil à l’unité de recherche CTEM, le système de soins est un élément structurant l’espace. Elle a soutenu sa thèse en décembre 2007.

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search