Version classiqueVersion mobile

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Partie 2. Impacts du climat et transformations environnementales

Introduction

Laurent Kergoat

Texte intégral

Inondation à Niamey (Niger, 2012).

Inondation à Niamey (Niger, 2012).

© I. Mamadou

1La première partie de cet ouvrage a apporté de nouveaux éclairages sur la variabilité climatique en Afrique de l’Ouest, et plus spécialement au Sahel. « La plus forte sécheresse multidécennale de la planète », c’est toujours ce qui frappe le plus les esprits, et pour de très bonnes raisons. Ce constat est toujours valide. On sait cependant que les précipitations de la dernière décennie retrouvent des niveaux moins déficitaires, sans pour autant que cela soit vrai tous les ans. Il y a toujours des années de sécheresse, sans qu’elles soient aussi persistantes que dans les années 1970-1980. Il se dessine maintenant un changement de régime des pluies les plus fortes. À cela s’ajoute une tendance spectaculaire à l’augmentation de la température à 2 mètres, aux périodes les plus chaudes de l’année, juste avant la saison des pluies et juste après.

2Les conséquences de cette variabilité du climat sur des temps relativement longs sont extrêmement importantes. En effet, il suffit de savoir que l’essentiel des productions agricoles, les cultures comme l’élevage, dépend des précipitations, il suffit de réaliser aussi que les populations dépendent étroitement, dans la quasi-totalité des régions sahéliennes, des ressources hydriques comme les eaux de surface, mares, réservoirs, fleuves et nappes, pour imaginer l’impact qu’une sécheresse multi-décennale a pu avoir et a encore aujourd’hui.

3L’imagination ou l’intuition, si elles peuvent nourrir la perception ou le bon sens, ne suffisent cependant pas à dresser un état des lieux précis, à identifier les mécanismes façonnant l’environnement sahélien. Un exemple pour illustrer ce propos : la désertification. C’est un concept fondamental de l’évolution des zones arides et semi-arides, qui fait l’objet d’une convention internationale. La désertification du Sahel a suscité ces dernières années un débat portant sur des thèses très contrastées, opposant la vision d’une désertification galopante à celle d’un reverdissement généralisé. Ces thèses sont étayées le plus souvent par des observations très insuffisantes, parfois anecdotiques, parfois subjectives. Le « reverdissement », lui, est un concept issu des observations satellitaire disponibles depuis les années 1980, dont l’interprétation n’est pas immédiate : ce signal satellitaire est-il lié à la végétation sahélienne ? À la densité des arbres ? Quelles seraient les causes d’un reverdissement ? Le chapitre 6 apporte à ces questions des réponses importantes.

4De la même façon, l’évolution récente des ressources en eau au Sahel fait l’objet de thèses contradictoires, opposant pénurie et augmentation. Depuis les années 1970, des observations hydrologiques ont identifié une augmentation de débits de rivières sahéliennes au Burkina Faso, une augmentation de l’eau qui alimente les mares saisonnières de l’ouest du Niger et de l’infiltration vers les nappes. Ce phénomène est-il généralisé à l’ensemble du Sahel ? Les changements d’usage des sols en sont-ils la cause ? La situation est-elle réversible dans les décennies qui viennent ? Les chapitres 7 et 9 apportent des réponses à ces questions.

5Même si les projections climatiques restent encore incertaines (cf. chap. 3), des hypothèses raisonnables peuvent être établies, et donner en réponse des « fourchettes » plausibles en termes de projection pour les décennies à venir, dès lors que les mécanismes à l’œuvre sont identifiés. L’environnement « physique » est le point de départ, mais il n’est pas le seul acteur dans ces questions de vulnérabilité. Un maillon important de l’estimation de la vulnérabilité au Sahel est constitué par le lien entre les systèmes de production agricole ou pastorale et l’environnement. Une étude comparative détaillée entre deux terroirs, l’un pastoral, l’autre agropastoral est établie dans le chapitre 8. Les auteurs y étudient la viabilité de l’élevage dans les deux situations, en présentant des jeux de données et des analyses rares dans cette région. En ce qui concerne les productions agricoles, le chapitre 10 offre une étude complète de la sensibilité des rendements aux variations climatiques. Les auteurs utilisent des scénarios climatiques et montrent que les facteurs les plus importants pour le Sahel ne sont pas forcément ceux auxquels on pense dans un contexte de cultures pluviales. Leurs résultats, combinés avec les études précédentes sur l’évolution des températures dans la partie 1 de l’ouvrage, amènent à des questions touchant à l’agronomie qu’il est très important d’aborder rapidement.

6Les chapitres de cette deuxième partie dressent un tableau très actuel de ce que l’on sait sur ces questions. Leurs résultats, leurs conclusions s’écartent souvent de ce que l’on peut imaginer, en dehors du cercle restreint des experts, parfois même dans ces cercles. À une époque où le « fact-checking » et le décodage s’installent dans les médias, cet ouvrage permettra, espérons-le, de partager largement savoirs et conclusions. Compte tenu de la médiatisation de telles questions, de leur importance politique et sociale également, ainsi que de leur intégration dans des discours parfois idéologiques, les réponses sont critiques. Je me bornerai à dire ici, pour ne pas anticiper les conclusions des auteurs des chapitres suivants, qu’il est indispensable de disposer d’observations rigoureuses et à long terme des ressources environnementales. Ce que montrent en effet ces chapitres, c’est que les observations – de terrain particulièrement – sur lesquelles se bâtit l’expertise sont le moteur principal pour acquérir des connaissances environnementales, en Afrique de l’Ouest comme ailleurs. Elles permettent de dresser des bilans, d’avancer des hypothèses, de construire des théories et des scénarios.

Table des illustrations

Titre Inondation à Niamey (Niger, 2012).
Crédits © I. Mamadou
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 578k

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search