Version classiqueVersion mobile

Ouagadougou (1850-2004)

 | 
Florence Fournet
, 
Aude Meunier-Nikiema
, 
Gérard Salem

Première partie. Les dynamiques de la croissance urbaine

L’impact de la Révolution de 1983

Pierre-Erwann Meyer

Texte intégral

1Depuis l’indépendance du pays, Ouagadougou, n’a pas connu de changements fondamentaux en termes d’aménagements urbains comparativement à la période coloniale. Le surnom de « Bancoville » continue de résumer assez bien l’image précaire de l’habitat et l’absence concrète de plan d’aménagement du territoire urbain. Pourtant, la ville ne cesse de croître spatialement et démographiquement, contribuant à son extension irrégulière, en dehors de toute règle d’urbanisme.

2À partir des années quatre-vingt, la volonté du nouveau président Thomas Sankara va décider d’un nouveau profil pour Ouagadougou et concourir à la définition des grandes lignes de son évolution future.

L’ère révolutionnaire, rupture avec le passé et naissance des politiques urbaines affirmées

• Le discours révolutionnaire et les procédures urbaines

3Dans la nuit du 3 au 4 août 1983, un coup d’état militaire porte le Capitaine Thomas Sankara à la tête du pouvoir politique de la Haute-Volta qui change de nom pour devenir le Burkina Faso, signifiant littéralement « le pays des hommes intègres ». Le projet est une révolution d’inspiration marxiste qui marque la naissance d’une politique très affirmative sur de nombreux plans et très spécifiquement dans le domaine des politiques urbaines. Ouagadougou va devenir une sorte de laboratoire urbain pour tester, asseoir et ancrer la révolution par la transformation profonde des paysages urbains.

4Le nouveau pouvoir se trouve face à une capitale ingérable. Après la longue période de « laisser-faire » qui a suivi l’Indépendance, le bilan est dramatique : le nombre d’unités loties s’élève à 22 911 et le périmètre loti ne dépasse pas 2 380 hectares si l’on compte les routes, le camp militaire, les canaux etc. alors que les périmètres non-lotis s’étendent sur 4 525 hectares. La ville irrégulière a pris le pas sur la ville régulière.

5La population de Ouagadougou est estimée à 445 000 personnes dont 60 % vivent dans les espaces urbains non-lotis. Les fronts d’urbanisation irrégulière cernent l’ensemble de la ville lotie, à l’exception de l’extrême ouest, derrière le camp militaire de Gounghin. Les espaces non-lotis se sont beaucoup développés à l’est, au sud-ouest et au nord de la ville, au point qu’ils y ont en partie englobé les villages.

6Le pouvoir révolutionnaire va rapidement afficher sa volonté de maîtriser l’urbanisation et le discours d’orientation politique du 2 octobre 1983 présente clairement ses ambitions. Le gouvernement veut recourir au lotissement et à la restructuration rapide de tous les quartiers pour permettre à toute la population d’accéder à un logement selon le principe « un ménage, une parcelle, un toit ».

7Il compte maîtriser la croissance urbaine sans l’appui systématique des bureaux d’études occidentaux en réalisant des logements modernes regroupés en cités destinés aux classes moyennes. Les questions sanitaires s’affichent au cœur des préoccupations, l’insalubrité de certains quartiers comme Bilibambili ou Zangouettin est ainsi très vite décriée, alors qu’ils avaient été parmi les premiers à être aménagés dans la ville africaine par le colonisateur.

8Cette politique progressiste et anti-impérialiste s’adresse à la masse populaire et s’oppose aux minorités incarnées par les notables politiciens, les riches commerçants, la bourgeoisie foncière et les « forces rétrogrades de la société traditionnelle », à savoir la chefferie mossi.

9Les moyens déployés pour dépasser les actes politiques et mettre en œuvre sur le terrain les discours sont considérables et spectaculaires. La Révolution commence par une série de tournants juridiques.

10Le pouvoir pense qu’une gestion urbaine efficace ne peut s’appliquer que si l’État est propriétaire du sol. L’ordonnance 84-0580 du 4 août 1984 annonce ainsi la Réforme agraire et foncière (RAF) qui nationalise toutes les terres du Burkina Faso. L’espace tout entier de Ouagadougou, loti ou irrégulier, appartient désormais à l’État avec pour objectif l’affaiblissement du système de territorialisation mossi, déjà bouleversé dans les années cinquante mais partiellement maintenu grâce à ses lignages dans les espaces irréguliers.

11Le second volet de la réforme est l’adoption d’un nouveau découpage de la ville en secteurs. Ouagadougou comptait soixante-six quartiers que les révolutionnaires décident brutalement de supprimer. Ce découpage représentait le fruit de la sédimentation d’historiques urbains avec toujours un Naaba mossi traditionnel dans chaque quartier, et il était en même temps producteur de repères toponymiques et parfois lignagers, facilement identifiables par les Ouagalais (Planche 7).

12Ouagadougou se retrouve découpée en trente secteurs, désignés par des numéros et perdant ainsi toute identité. L’ordre de numérotation suit le mouvement principal d’une spirale, partant du centre vers la périphérie. D’un point de vue géographique, les limites des secteurs viennent découper les quartiers traditionnels, procédé très efficace pour effacer les représentations spatiales et perturber l’ordre traditionnel. Les quartiers où la chefferie traditionnelle dérange les révolutionnaires seront d’ailleurs beaucoup plus découpés que d’autres comme on peut l’observer particulièrement au niveau des anciens quartiers de Bilibambili, de Paspanga et de Kamsaoghin. D’un point de vue symbolique, il sera interdit à tout résident, sous peine d’amende, de prononcer un toponyme de quartier, chacun devant dorénavant se référer aux secteurs. Ce n’est d’ailleurs qu’en 1991 qu’un plan touristique urbain affichera de nouveau les noms des quartiers en surimposition des secteurs.

13En termes de superficie, les secteurs centraux sont plus petits que les périphériques qui peuvent s’étendre sur les fronts d’urbanisation irréguliers et la brousse. Pour exemple, le secteur 2 a une superficie de 110 hectares tandis que le secteur 17 s’étend sur 3 200 hectares générant de fait des inégalités spatiales.

14Les secteurs se voient dotés d’un nouvel appareil administratif en charge de leur gestion, les Comités de défense de la révolution (CDR). Ils deviendront par la suite les Comités révolutionnaires (CR), et ils auront vocation à effacer les fiefs du pouvoir traditionnel mossi. Élus par la population, ces nouveaux acteurs du pouvoir politique ont été pensés sur les bases idéologiques de la gestion participative, du développement communautaire et de la participation populaire. Ils incarnent le nouveau mode de contrôle territorial à Ouagadougou. Dans chaque secteur urbain, les CDR doivent être à l’écoute des besoins de la population et prendre des décisions sur les problèmes quotidiens que rencontrent les habitants pour l’accès à l’eau ou à l’électricité, l’attribution des lots fonciers, la gestion des conflits familiaux, le châtiment des voleurs ou encore les litiges de voisinage qui sont réglés par les Tribunaux populaires révolutionnaires (TPR). Les comités sont assez indépendants du pouvoir révolutionnaire dans leur espace de responsabilité et dans leur gestion quotidienne des secteurs ce qui peut s’apparenter d’un point de vue politique, à une forme de décentralisation, elle-même source d’inégalités pour les populations. Ce processus pourrait être qualifié de « territorialisation » des CDR.

  • 1 L’originalité de la méthode d’aménagement progressif (MAP) mise en œuvre réside dans une simplific (...)

15En 1985, pour renforcer la maîtrise foncière de l’espace urbain exigée par la révolution, le pouvoir décide d’annuler les loyers en signe d’avertissement aux spéculateurs fonciers qui vendent, louent et sous-louent des parcelles et des habitations. Et afin de renforcer les changements institutionnels, une batterie d’outils d’encadrement technique est rapidement mise en place. L’adoption d’un Schéma directeur de l’aménagement et de l’urbanisme (SDAU) en 1984 vise à mettre au cordeau tous les quartiers irréguliers périphériques. On retrouve ici l’idée du lotissement systématique de la ville irrégulière du centre vers les périphéries des années soixante, sous une ère et à des fins politiques différentes. La Méthode d’aménagement progressif (MAP)1 est choisie pour mettre en place le SDAU. Les concessions des quartiers non-lotis et leurs populations résidentes sont recensés avant que les parcelles fraîchement tracées, conformément au plan de lotissement, soient attribuées selon de stricts critères comme être propriétaire de la parcelle non-lotie par exemple. Les ménages bénéficiaires d’une nouvelle parcelle doivent borner leurs terrains et payer des taxes de recouvrement et de jouissance qui serviront ensuite à viabiliser les espaces en cours d’aménagement. Ils ont aussi des obligations et des délais de mise en valeur de la parcelle par la construction en dur.

DÉSORGANISATION DU POUVOIR TRADITIONNEL (1983)

DÉSORGANISATION DU POUVOIR TRADITIONNEL (1983)

Élaboration : Meyer P.E., Paris X-IRD, Meunier-Nikiema A., INSS-IRD
Sources : Cadastre ; fond de carte IGB, 2002

16Une autre réflexion est menée à partir de la périphérie éloignée de Ouagadougou : il faut trouver un moyen de freiner l’immigration des ruraux qui arrivent en grand nombre et qui font proliférer les fronts de l’urbanisation irrégulière.

Illustration 5
La place du Discours du 2 octobre 1983

  • 2 Hägerstrand est à l’origine de la géographie des espaces-temps qui s’attache à déterminer les flux (...)

17C’est pourquoi sont élaborés parallèlement au SDAU, le Schéma d’aménagement de la banlieue de Ouagadougou (SABO) et le Projet d’aménagement du grand Ouagadougou (PAGO) approuvés en 1990, dont les objectifs sont de maintenir les populations rurales dans les gros villages situés à la périphérie de Ouagadougou comme Saaba. Ces projets s’accompagnent de la création d’une ceinture verte de reboisement autour de la future ville lotie, certaines zones réservées à l’agriculture devant jouer le rôle de « poumon vert urbain ». Par ailleurs, les gros villages périurbains sont appelés à se développer en terme d’équipements, selon le modèle spatial de Hägerstrand2. On suppose que si une population est satisfaite de l’offre de services et des équipements urbains, elle aura moins de raisons de se déplacer. Un nouvel outil d’urbanisme est mis en place à partir de 1986 correspondant à l’adressage de la voirie qui doit offrir aux citoyens de meilleurs repères urbains et faciliter le fonctionnement des services publics. Il est fondé sur un système métrique et s’inscrit dans les secteurs. Chaque rue a pour premier numéro celui du secteur dans laquelle elle se situe et chaque concession est numérotée en fonction de son éloignement par rapport à un point d’origine zéro de sorte à ne pas affecter l’ensemble de la numérotation en cas de démolition ou de déguerpissement.

  • 3 Le projet ZACA est présenté dans l’encadré 4 (page 54).

18Deux grands projets sont par ailleurs à l’étude pour le centre de Ouagadougou. Du fait de l’insalubrité qui règne au marché central situé dans la zone commerciale, sa rénovation intégrale est envisagée en même temps que la création d’une Zone d’activités commerciales et administratives (ZACA)3 à la place du quartier de Zangouettin, espace essentiellement commerçant mais ne relevant quasiment pas de l’autorité traditionnelle mossi. Derrière ces deux projets persiste la volonté de donner un visage urbain sérieux à Ouagadougou comme c’était le cas durant la colonisation de sorte à en finir avec « Bancoville ». Un troisième projet vise à remodeler la périphérie de la capitale en construisant un nouveau quartier, Ouaga 2000, au sud-est de la ville.

• Centres et périphéries : les supports des opérations commando

19Tous ces changements aussi bien de l’ordre du discours rhétorique que de tournants juridiques et urbanistiques sont les confirmations d’une politique urbaine affirmée qui s’est traduite sur le terrain par des opérations dites « commando ». Ce qualificatif est utilisé ici en référence aux autorités militaires et à la rapidité avec laquelle se sont effectuées ces opérations urbaines. Les avatars inédits de la morphologie urbaine de Ouagadougou peuvent être regroupés en quatre mouvements qui trouvent leurs appuis et fondent leurs dynamiques sur l’organisation urbaine « centre-périphérie » qui revient comme un leitmotiv montrant que les différentes politiques urbaines répètent et perpétuent des logiques similaires en termes d’aménagement et de contrôle social.

Illustration 6
La place de la Bataille du Rail

  • 4 La mairie de Ouagadougou s’est lancée en 2006 dans la révision de l’adressage du centre-ville. Cer (...)

20Tout d’abord, pour affirmer la Révolution de manière symbolique, des monuments sont érigés au centre-ville comme la place du Discours du 2 octobre 1983 ou la place de la Bataille du Rail (Illustrations 5 et 6). On placarde des panneaux au début des axes principaux en leur attribuant un nom faisant référence à divers courants révolutionnaires d’inspiration marxiste comme le boulevard Che Guevara4.

21La seconde opération va se transformer en déferlantes de déguerpissements des populations dans certains quartiers de Ouagadougou avec pour corollaire la création de gigantesques trames d’accueil dans les espaces irréguliers périphériques. Ces nouvelles zones résidentielles sont destinées à accueillir des Ouagalais chassés de chez eux. Les mouvements se font brutalement, un mois est donné aux ménages pour prendre leurs affaires et partir en direction des trames d’accueil. L’État s’engage officiellement à louer des maisons d’accueil et à les prêter pour une année. Les bulldozers arrivent ensuite pour raser le bâti. Certains déguerpissements se révèlent massifs comme ceux de Bilibambili au sud des barrages et de Kalgondin à l’est de l’aéroport : 30 000 personnes sont dirigées vers la trame d’accueil du secteur 28 (quartier de Dassasgo) et du secteur 21.

22La cité Sig-Nonghin, au secteur 22, qui signifie « le bon accueil », fut ainsi baptisée pour faire oublier la douleur la perte de leur quartier aux déguerpis de Bilibambili qui y étaient relogés.

23Les quartiers anéantis sont des lieux de vie décriés par le régime, où les lignages mossi ne sont pas puissants. Cependant, la population réagit généralement assez mal à ces opérations. En effet, elles ne savent pas toujours précisément où elles vont être relogées. Les dédommagements relatifs à la perte de leur habitation et de la parcelle sont quasiment inexistants. En outre, les parcelles des trames d’accueil sont petites pour des ménages qui peuvent regrouper jusqu’à 50 personnes pour certains et dans la majorité des cas, elles sont éloignées des principales voies de communication.

24Le gouvernement révolutionnaire va également s’engager dans le lotissement commando des espaces irréguliers périphériques des secteurs 15 à 30. L’objectif est d’encadrer toutes les marges urbaines spontanées pour empêcher leur développement. La production de parcelles sur les marges urbaines périphériques non-loties est impressionnante puisque leur nombre s’élève à 64 231 unités.

25Leurs superficies sont néanmoins réduites par rapport aux productions antérieures puisqu’elles sont comprises entre 250 et 300 m2 afin d’une part de pouvoir régulariser et loger le plus grand nombre de ménages en engageant des dépenses raisonnables et d’autre part, de contrer les jeux de spéculation exponentiels qui anticipaient toujours sur un probable lotissement des espaces. Cette nouvelle offre de résidence légale, multipliant par 3,5 l’aire de la ville lotie, excède la demande pour maîtriser l’urbanisation et canaliser la population urbaine. Chaque secteur se voit équipé d’infrastructures primaires (écoles, bornes-fontaines, établissements sanitaires) conformément à l’égalité territoriale proclamée.

26Enfin, une politique de construction de cités urbaines est mise en place, destinée à favoriser la production de logements sociaux pour les classes moyennes sous la forme de locations-ventes. Cette politique se concrétise par la construction de cités centrales (An III) et péri-centrales (An IV B, 1 200 logements) en lieu et place des quartiers déguerpis, destinées à fidéliser les classes moyennes aux idées de la révolution en leur proposant quelques 2 000 logements (Illustration 7). Alliant petits immeubles et villas, ces cités ont constitué un nouveau type d’urbanisme dans les paysages ouagalais (voir figure 5, page 63).

Les immeubles de la cité An III (secteur 12)

Illustration 8
Le grand marché central, Rood Woko
Ce marché est fermé depuis l’incendie de mai 2003

27La construction du nouveau marché Rood Woko débute au centre-ville à partir de 1987 (Illustration 8).

28L’ère révolutionnaire a réussi à changer la perception des Ouagalais envers leurs périphéries : leur réhabilitation en a fait des espaces de convoitise, et c’est ainsi que S. Jaglin parle du processus de « citadinisation par le haut des périphéries ». Devenir propriétaire foncier d’une parcelle légale en périphérie est un nouveau moyen d’intégration à la ville. L’organisation géographique sectorielle, avec les CDR en organe intermédiaire du pouvoir central, apparaît comme une décentralisation territoriale qui a assurément introduit de nouvelles inégalités urbaines en matière d’attribution des parcelles, d’accès aux services et de vie quotidienne dans les centres et les périphéries.

Un bilan urbain mitigé entre rectification et décentralisation

29Les politiques entrent dans une période de rectification de la Révolution dès 1987 afin de régler le problème de recouvrement des créances de la régularisation foncière de masse. Il s’agit d’échapper à la « spirale infernale du lotissement » au vu de ses effets inattendus et pervers. Plusieurs stratégies urbaines sont alors élaborées. En 1988, Ouagadougou est découpée en cinq arrondissements dont le fonctionnement et les prérogatives seront définis par la loi du 12 mai 1993. Ainsi la commune de Ouagadougou est une collectivité territoriale composée d’un arrondissement central, Baskuy et quatre arrondissements périphériques, Bogodogo au sud-est, Nongremassom au nord-est, Boulmiougou au sud-ouest et Sig-Noghin au nord-est (voir planche 1, page 11). Le conseil municipal regroupe les cinq maires d’arrondissement qui peuvent recevoir des délégations de pouvoir et qui doivent mettre en place un minimum de services : l’état civil, les services sociaux, la régie des recettes et la police foncière. Toutefois, cette décentralisation ne deviendra réellement effective qu’après 1995. Deux Projets de développement urbain (PDU) sont mis en œuvre entre 1989 et 1996. Le premier comprend des volets techniques tels que la gestion des déchets et de la voirie, mais aussi la réalisation d’un Système d’information urbain (SIU) intégrant l’adressage des rues de Ouagadougou. Les objectifs ne sont que partiellement atteints lorsque le second PDU est mis en œuvre. Ce dernier vise essentiellement à organiser le recouvrement de la taxe de résidence, la fiscalisation apparaissant comme le nouvel outil de contrôle du foncier et des populations.

30Malgré les transformations spectaculaires du visage urbain de Ouagadougou, les fronts d’urbanisation spontanés ont paradoxalement ressurgi de leurs cendres, à tel point qu’ils occupent une superficie de 46 km2 en 1993. Le lotissement de masse et le système progressif d’attribution des parcelles ont généré une spéculation foncière généralisée, ainsi que la production d’un nouveau type de non-loti. Malgré cette spéculation foncière, le rythme des lotissements permet de limiter la croissance des espaces non-lotis. Ainsi en 1998, ces espaces sont moitié moins importants qu’en 1993 (Planche 8).

31La nouvelle donne socio-spatiale de Ouagadougou semble avoir complexifié les enjeux territoriaux fonciers dans les périphéries en modifiant les stratégies d’acteurs. Outre les populations précarisées qui résident effectivement en zone non-lotie et qui réclament une parcelle, des familles du centre ont cherché à étoffer leurs patrimoines fonciers en faisant occuper des constructions illégales à des parents, en attendant une prochaine opération de recensement et d’octroi de terrains.

32De plus, l’avancée des fronts d’urbanisation irrégulière sur la terre « non-urbaine », en partie sous la coupe du droit foncier traditionnel suivant lequel elle se prête mais reste inaliénable, a suscité l’inquiétude de l’autorité coutumière craignant la remise en cause de ses compétences territoriales. Les chefs coutumiers auraient alors pratiqué une forme de prélotissement informel de manière à maintenir les lignages sur leurs terres. Les vides juridiques entre droit foncier moderne et droit traditionnel, espaces de négociation entre une multitude d’acteurs, auraient instauré « un droit foncier intermédiaire » et l’ensemble de ces mécanismes a conduit à la fabrication d’un non-loti mixte où les maisonnettes alibi succèdent aux maisons habitées selon un gradient spatial centre-périphéries.

CROISSANCE URBAINE (1998-2003)

CROISSANCE URBAINE (1998-2003)

2003 - EXTENSION ENVISAGÉE À L’HORIZON 2010-2015

2003 - EXTENSION ENVISAGÉE À L’HORIZON 2010-2015

Élaboration : Meunier-Nikiema A., INSS-IRD, Meyer P.E., Paris X-IRD
Sources : couverture aérienne de Ouagadougou au 1/20 000, 1998 ; scène SPOT5 de Ouagadougou, nov. 2002 ; fond de carte IGB, 2002 ; DASU-DGUT, 2003 ; relevés de terrain IRD, 2003

Illustration 9
Quartier de Zangouettin
Destruction du quartier en vue de l’aménagement de la ZACA

Illustration 10
Une construction de haut standing à Ouaga 2000

Illustration 11
Le Mémorial aux héros nationaux à Ouaga 2000

33En 2003, le marché central brûle tandis que fin 2004, le quartier central de Zangouettin est détruit pour laisser place à la construction de la ZACA (voir planche 8 et illustration 9). Ouaga 2000, quartier luxueux moderne, périphérique au sud-est de la ville poursuit son développement : il accueille la nouvelle présidence du Burkina Faso depuis 2005 et l’implantation progressive des différents ministères y est prévue (Illustrations 10 et 11). Cette expulsion des organes du pouvoir du centre vers la périphérie apparaît originale au vu des organisations historiques et semble marquer un nouveau tournant dans l’histoire de l’urbanisation de Ouagadougou.

34Les périphéries irrégulières continuent leur expansion même si certaines sont plus actives que d’autres notamment à l’est de la ville : secteurs 28, 29 et 30 ; contrairement à celles située au nord de Tanghin (secteur 23) et au sud de Ouaga 2000.

35Si la population de Ouagadougou dépasse un million d’habitants en 2003, le nombre de personnes en situation précaire, vivant dans la première couronne, la zone de non-lotie s’élèverait à 308 000 sur 25 km2, renforçant ainsi l’idée d’un ralentissement de la croissance urbaine irrégulière car, si l’espace de Ouagadougou peut se décliner en deux tiers de loti et un tiers de non-loti, 75 % des Ouagalais résideraient dans la ville légale.

36La régularisation de l’espace non-loti est de nouveau à l’ordre du jour puisque, à en croire les prévisions des planificateurs, ce sont plus de 50 km2 de lotissement qui sont annoncés pour les dix prochaines années. Mais il faut remarquer que ces extensions vont largement dépasser à l’ouest les limites actuelles du non-loti alors qu’elles sont très limitées dans la partie est de la ville, pourtant densément habitée. Ne faut-il pas voir là le rôle émergeant des communes dans les procédures de lotissement ? La décentralisation, l’extension perpétuelle et la diversification des périphéries futures posent de nouvelles questions sur les inégalités socio-spatiales en milieu urbain.

37Les chiffres de la croissance spatiale de Ouagadougou témoignent assez bien des alternances que nous avons cherchées à retracer au cours de cette première partie (Tableau 2) de même que la projection spatiale des opérations urbanistiques (voir planche 8).

Tableau 2 - ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE OUAGADOUGOU (1904-2006)

Tableau 2 - ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE OUAGADOUGOU (1904-2006)

Sources : Jaglin S., 1995 et INSD, Recensements généraux de la population de 1975, 1985 et 1996, premiers résultats de 2006

38On voit en effet que le début de la colonisation a contribué à la croissance démographique de façon régulière, mais non spectaculaire d’une ville trop souvent reléguée au rang des sites secondaires par rapport à ses consœurs de la côte. En revanche, les années cinquante marquent un bond que l’on retrouve en termes spatial tel que la croissance démographique ne ralentira plus véritablement ensuite, amorçant même à partir des Indépendances un mouvement exponentiel à l’origine des problèmes de gestion de l’urbanisation que nous avons décrits et que l’on peut également suivre dans l’extension spatiale de la capitale.

LOTISSEMENT DE L’AIRE URBAINE (1932-2003)

LOTISSEMENT DE L’AIRE URBAINE (1932-2003)

Élaboration : Meunier-Nikiema A., INSS-IRD, Meyer P.E., Paris X-IRD
Sources : couverture aérienne de Ouagadougou au 1/20 000, 1998 ; fond de carte IGB, 2002 ; DASU-DGUT, 2003 ; relevés de terrain IRD, 2003

  • 5 Le recensement général de la population et de l’habitat a eu lieu en décembre 2006. Les résultats (...)

39Il ne s’agissait pas dans cette première partie de réécrire l’histoire de Ouagadougou mais bien de comprendre les influences qui lui ont permis de s’accroître en évitant les phénomènes de taudification des quartiers, si souvent observés dans les villes africaines. Rappelons que le Burkina Faso est un des pays les moins urbanisés de la région, avec 6,4 % de sa population dans les villes en 1975, environ 11,7 % en 1985 et 15,4 % en 1996 malgré les changements des critères de définition des villes au cours du temps et la création au début des années quatre-vingt-dix des communes urbaines. À chacune de ces dates, Ouagadougou représentait 48,1 puis 47,2 et enfin 44,8 % de la population urbaine ce qui est finalement assez peu5.

40Par opposition, les taux d’urbanisation en Côte d’Ivoire et au Sénégal étaient respectivement de 44,9 % et de 41 % d’urbanisation en 2005. Dans ces pays, la suprématie des capitales est moins prégnante qu’au Burkina Faso du fait du développement des villes secondaires qui attirent aussi les migrants ce qui n’est pas le cas au Burkina Faso. Le Burkina Faso se trouve plus proche du Mali où le taux d’urbanisation était de 31,5 % en 2004, et surtout du Niger avec 21,1 % d’urbanisation en 2004 également, que de ses voisins côtiers.

41Il s’agissait également dans cette partie de dessiner la géographie de la capitale au cours des décennies et d’en comprendre les subtilités (Planche 9). Le profil de son centre ne ressemble en rien à celui d’autres capitales africaines comme Abidjan, gagnées depuis longtemps par la modernité architecturale européenne.

42Pendant que la réhabilitation du centre-ville fait désormais l’objet de plans ambitieux, les périphéries de la capitale ne cessent de croître.

43Si les programmes d’urbanisation tardent à se mettre en place, ils n’ignorent pas ces espaces qui s’étendent à un rythme de plus en plus rapide ces dernières années. Cependant, la pauvreté qui caractérise le Burkina Faso ne permet pas d’investir à la même cadence dans les équipements tant collectifs qu’individuels. Il se dessine alors une ville pleine de contrastes, où l’accessibilité différentielle aux équipements de base met en exergue la diversité spatiale, sociale et humaine en matière de classes, de pouvoirs, d’habitat, de comportements ou de pratiques de vie.

Notes

1 L’originalité de la méthode d’aménagement progressif (MAP) mise en œuvre réside dans une simplification et une accélération des procédures, dans un appel à contribution des bénéficiaires et dans une gestion plus raisonnée du temps (les habitants ont une année pour déplacer leur maison vers la trame d’accueil).

2 Hägerstrand est à l’origine de la géographie des espaces-temps qui s’attache à déterminer les flux et leurs orientations dans l’espace, en recherchant autant les raisons que les effets. Il s’est intéressé aux trajectoires quotidiennes des individus, contraintes par des besoins (travailler, manger), comme par la distance et donc les modes de transport accessibles, etc. Hägertsrand a élaboré la théorie des lieux qui sont des domaines où s’exercent des interactions sociales. Il a symbolisé par des tubes, les déplacements effectués d’un lieu vers un autre, en fonction de la période de la vie et des interactions sociales.

3 Le projet ZACA est présenté dans l’encadré 4 (page 54).

4 La mairie de Ouagadougou s’est lancée en 2006 dans la révision de l’adressage du centre-ville. Certaines voies ont été nommées et d’autres renommées. Le boulevard Che Guevara est devenu à cette occasion l’avenue du Mogho Naba Zombre.

5 Le recensement général de la population et de l’habitat a eu lieu en décembre 2006. Les résultats préliminaires confèrent à la capitale 1 066 082 habitants soit un taux de croissance de 4,2 % par rapport à 1996.

Auteur

Géographe, doctorant en géographie de la santé de l’Université de Paris X-Nanterre.
Sa connaissance de Ouagadougou acquise sur le terrain entre 2002 et 2005, lui permet de mettre en évidence les articulations entre les modes d’urbanisation qui ont prévalu et leur traduction en termes de risques pour la santé dans l’espace.

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search