Desktop versionMobile Version

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Partie 1. Évolutions récentes et futures du climat en Afrique de l’Ouest

Introduction

Théo Vischel

Volltext

Début de la mousson sur le site de Boubon, près de Niamey (Niger, 2007).

Début de la mousson sur le site de Boubon, près de Niamey (Niger, 2007).

© IRD/L. Descroix

1Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC, 2014) confirme avec toujours plus de certitude le réchauffement climatique global causé par l’augmentation des gaz à effet de serre (GES) et ses conséquences probables sur l’environnement et les sociétés. En particulier, il alerte à nouveau la communauté internationale sur l’évolution vers un climat plus extrême, accompagné d’une augmentation des vagues de chaleur et des épisodes de précipitations abondantes. Mais de fortes incertitudes demeurent encore sur la manière dont ces changements vont se décliner dans les différentes régions du globe, limitant de fait la possibilité d’aborder de façon fiable les problématiques d’impacts, de vulnérabilité et d’adaptation des populations, et les stratégies à mettre en place pour y faire face.

2L’étude du climat régional de l’Afrique de l’Ouest participe donc aux grands enjeux internationaux, à l’articulation entre la compréhension de l’évolution du climat de notre planète et les défis sociétaux qui se présentent aux populations et aux décideurs pour faire face aux changements globaux. D’une part, le climat de la région est régi par un système de mousson qui, au même titre que les moussons indienne et sud-américaine, joue un rôle clé dans la redistribution de l’eau et de l’énergie au sein de la ceinture intertropicale, et contribue donc à la dynamique du climat global. D’autre part, les sociétés ouest-africaines sont notoirement vulnérables aux variabilités du climat, l’activité économique reposant majoritairement sur une agriculture non irriguée, fragilisée par des politiques de gestion et de mitigations des risques climatiques encore balbutiantes et peu coordonnées. La grande sécheresse qui a touché la région à la fin des années 1960 et perduré pendant près de trente ans est une dramatique illustration de l’impact que peut avoir une modification substantielle du climat sur les populations. Indépendamment de son lien avec le réchauffement global, qui reste une question non encore élucidée, cet événement climatique majeur a pointé la nécessité d’étudier le système climat-environnement-société dans son ensemble.

3C’est sur une telle démarche intégratrice qu’ont reposé les recherches menées dans le projet Escape, et notamment celles présentées dans cette première partie. On fait ici état du climat en Afrique de l’Ouest, de ses évolutions passées et futures, à l’aune des observations et simulations climatiques, ainsi que du ressenti des populations qui font face aux aléas du climat.

4Au début du projet, quatre grandes questions se sont posées aux scientifiques, qui font chacune l’objet d’un chapitre. Quelle est la signature du réchauffement global sur l’évolution des températures en Afrique de l’Ouest ? Depuis la grande sécheresse, que sait-on réellement des évolutions des précipitations dans la région, notamment aux échelles des impacts hydrologiques ou agronomiques ? Peut-on, à partir des scénarios globaux d’émission de GES, dessiner les grandes lignes des évolutions du climat dans la région à l’horizon du prochain siècle ? Enfin, comment les populations qui subissent la variabilité du climat en perçoivent-elles les évolutions récentes ?

5Pour fournir des éléments de réponse à ces questions, les chercheurs du projet Escape, qu’ils soient issus des sciences physiques ou humaines, ont dû intégrer la complexité et les contrastes du système climat-société d’Afrique de l’Ouest. D’une part, parce que la mousson est le produit de nombreux mécanismes (océaniques, atmosphériques et continentaux) qui interagissent à plusieurs échelles de temps et d’espace. La climatologie est ainsi marquée par une forte saisonnalité et une grande variabilité temporelle des échelles décennales, interannuelles à intra-saisonnières, et par une variabilité spatiale des échelles régionales à locales. D’autre part, parce qu’à cette variabilité s’ajoute une diversité sociologique, économique et culturelle des populations, qui vont dès lors vivre, ressentir et relater différemment les effets du climat et de ses évolutions.

6Le chapitre 1 rend compte de l’évolution des températures depuis 1950. Cette variable est centrale pour l’étude des bilans d’eau et d’énergie, elle a des conséquences sur les rendements agricoles et peut menacer très directement la santé des populations. La climatologie des températures n’est pourtant que très peu documentée en Afrique de l’Ouest. Le chapitre montre que le réchauffement est d’ores et déjà visible sur la région, mais qu’il n’est pas homogène. Il est plus fort au Sahel que sur les régions soudanienne et guinéenne. Les périodes les plus chaudes de l’année sont celles qui ont connu le plus fort réchauffement, notamment le printemps, où les températures, en constante augmentation, sont de 2 °C plus élevées qu’il y a soixante ans. Cette amplification du cycle annuel des températures se traduit principalement par une augmentation des températures nocturnes, les températures diurnes restant plus stables, sans qu’on puisse encore en expliquer les causes.

7Le chapitre 2 fait le point sur l’évolution des précipitations au Sahel depuis les années 1950. Il fournit notamment des indications sur les deux dernières décennies, avec en toile de fond un débat sur un retour présumé à des conditions humides au Sahel. Les analyses menées à partir de données de pluie in situ révèlent en réalité des disparités régionales sur l’évolution des tendances des cumuls annuels de pluie. Une reprise des précipitations est effectivement visible sur le Sahel central (sans pour autant revenir aux conditions des années pré-sécheresse), mais elle semble tarder à l’ouest du Sahel, où la sécheresse a continué à sévir jusqu’à la fin des années 2000. En considérant l’échelle plus fine des événements pluvieux, ce chapitre montre que la reprise des pluies sur le Sahel central est caractérisée par un déficit persistant d’occurrence des pluies proche des années de sécheresse, compensé par une plus grande occurrence de pluies intenses, jusqu’à un niveau jamais atteint depuis les années 1950. Plutôt qu’un retour à des conditions humides, c’est donc une intensification du régime des précipitations qui caractérise le mieux l’évolution récente des pluies au Sahel.

8Avec des températures en hausse et un cycle hydrologique plus intense, le Sahel porte sur les deux dernières décennies tous les signes attendus du réchauffement climatique à l’échelle globale. Pour étudier si cette évolution singulière peut présager d’un changement à plus long terme, le chapitre 3 analyse sur l’Afrique de l’Ouest les simulations des modèles de circulation générale (MCG) de l’expérience CMIP5, sur laquelle se basent les conclusions du cinquième rapport du Giec (IPCC, 2014). Le chapitre souligne quelques progrès des MCG réalisés depuis la dernière expérience similaire, CMIP3, en particulier sur leur capacité à retrouver la structure spatiale des précipitations et températures moyennes. En revanche, la variabilité intra-saisonnière reste encore mal simulée par de nombreux modèles. En réponse à l’augmentation de la concentration de GES, les modèles convergent tous vers une hausse des températures dans la région au cours du prochain siècle, sans pour autant trouver de consensus sur l’amplitude du réchauffement. Les projections de précipitations semblent quant à elles s’accorder sur une différence de comportement entre le Sahel est, qui tendrait à être plus humide, et le Sahel ouest, qui deviendrait plus sec. La très forte disparité des simulations empêche cependant de poser un diagnostic quantitatif fiable sur ces tendances.

9Au-delà des incertitudes qui subsistent encore sur le climat futur, la capacité des populations à percevoir les changements récents est très instructive sur la manière dont peuvent s’établir les démarches d’adaptation. Le chapitre 4 aborde cette problématique en évaluant sur trois pays d’Afrique de l’Ouest au climat contrasté (Niger, Bénin et Sénégal) comment les populations perçoivent les évolutions du climat en comparaison avec les observations météorologiques. Malgré la forte variabilité locale du climat et les nombreux facteurs qui peuvent interférer entre la réalité de la mesure et l’expérience cognitive, les enquêtes réalisées montrent que les perceptions des populations reflètent très bien les changements climatiques récents mesurés. La perception est d’autant plus précise que les changements sont courts et de forte amplitude, comme c’est le cas pour les changements du régime des précipitations observés au Sahel. La perception est moins proche des observations météorologiques lorsque les changements s’opèrent graduellement, comme l’augmentation des températures, ou qu’ils n’affectent pas directement le mode de vie. Il est également noté que l’accès à une information météorologique améliore la capacité des populations à détecter les changements.

10Enfin, le chapitre 5 témoigne que cette perception des changements climatiques et environnementaux est extraordinairement riche et diverse au sein des populations enquêtées, tout comme les représentations qui expliquent ces changements et la multiplicité des pratiques qui tentent d’y répondre. Au-delà de cette diversité, les acteurs rencontrés sur les principaux sites au Niger, au Sénégal et au Bénin perçoivent très clairement les changements qui se manifestent sur la pluie, la température, les vents, mais aussi les changements environnementaux : des éléments nouveaux apparaissent, comme la poussière, certaines espèces d’herbacées ; et des éléments connus disparaissent, comme les mares, une partie de la faune, ou des espèces arbustives et herbacées.

11Les résultats présentés dans cette première partie sont assurément d’une grande valeur pour la communauté scientifique, tant par les éléments de réponse qu’ils apportent que par les nouvelles questions qu’ils soulèvent. Ils démontrent surtout que les défis posés par la complexité des climats régionaux, en particulier en Afrique de l’Ouest, ne peuvent être relevés que sur la base d’observations de long terme du système climat-société. La pérennisation des observations météorologiques et sociologiques est cruciale pour détecter les changements, en comprendre les mécanismes, améliorer les modélisations et fournir in fine aux populations et aux décideurs des informations climatiques fiables et bénéfiques pour leurs stratégies d’adaptation et de développement.

Abbildungsverzeichnis

Titel Début de la mousson sur le site de Boubon, près de Niamey (Niger, 2007).
Impressum © IRD/L. Descroix
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8927/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 455k

© IRD Éditions, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search