Version classiqueVersion mobile

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Introduction générale

Benjamin Sultan, Richard Lalou, Amadou Oumarou, Mouftaou Amadou Sanni et Mame Arame Soumaré

Texte intégral

Un lien étroit entre le climat et la production agricole

1Les populations du Sahel, majoritairement rurales, sont particulièrement concernées par la variabilité climatique dans la mesure où celle-ci conditionne les ressources alimentaires, hydriques et financières, avec des retombées directes sur la santé publique. Leur économie et leur sécurité alimentaire sont étroitement dépendantes de l’agriculture pluviale, qui représente près de 93 % des terres cultivées. Le secteur agricole africain, qui emploie 70 % de la totalité de la main-d’œuvre (FAO 2003), représente entre 15 et 20 % du PIB et produit 80 % des céréales consommées en Afrique subsaharienne. Outre cette dépendance, la croissance rapide de ces populations et un accès réduit aux adaptations technologiques (mécanisation, engrais, irrigation) constituent des facteurs aggravants des impacts socio-économiques du climat (PNUD, 2004). Cette situation de vulnérabilité face au climat s’est amplifiée à la fin du xxe siècle sous l’effet d’une réduction de près de 30 % des précipitations au Sahel en quarante ans (Brown et Crawford, 2008), alors que la population y a doublé. Depuis les années 1970, les plus grandes famines ayant nécessité un recours à l’aide alimentaire internationale sont dues en partie aux variations du climat (Dilley et al., 2005). Dans ce contexte, comprendre et anticiper les fluctuations et changements climatiques ainsi que leurs conséquences sur l’agriculture constitue un enjeu majeur pour le développement socio-économique et la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne.

2À ces fluctuations climatiques récentes s’ajoutent les conséquences attendues du changement climatique. Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC, 2014) confirme avec toujours plus de certitude le réchauffement climatique global causé par l’augmentation des gaz à effet de serre et ses conséquences probables sur l’environnement et les sociétés. En particulier, il alerte à nouveau la communauté internationale d’une augmentation de la température partout dans le monde ainsi que d’une probable augmentation de la fréquence et de l’intensité des aléas météorologiques majeurs comme les sécheresses, citant l’Afrique comme l’une des régions les plus vulnérables aux changements climatiques. Même s’il existe encore de nombreuses incertitudes sur les conséquences du réchauffement global sur le climat africain, un tel bouleversement climatique aura assurément des répercussions sur les ressources hydriques et sur la production agricole (CGIAR, 2009). Ces impacts attendus représentent une contrainte supplémentaire sur un système de production en équilibre déjà précaire avec la variabilité climatique actuelle, surtout face au défi majeur pour le secteur agricole que représente la croissance démographique. En effet, l’Afrique subsaharienne verra sa population doubler en 2050.

La nécessité de l’approche interdisciplinaire

3C’est dans le contexte de cette forte vulnérabilité face au climat qu’il est apparu essentiel à la communauté scientifique de décrire et de comprendre les modes de variabilité du climat en Afrique de l’Ouest, pour améliorer la prévision et fournir une aide à la décision aux utilisateurs, qu’il s’agisse d’orienter la stratégie agricole ou bien de faire face aux risques sanitaires pouvant être liés au climat (vague de chaleur ou paludisme par exemple). Les applications et études d’impacts portant sur les ressources en eau, l’agronomie, la santé publique dont l’enjeu est de répondre au besoin sociétal de développer des stratégies qui réduisent les impacts socio-économiques de la variabilité et du changement climatiques ont ainsi été l’une des composantes majeures du programme de recherche Amma (Analyse multidisciplinaire de la mousson africaine ; Redelsperger et al., 2006), qui a débuté en 2002. Ce programme s’appuie sur une forte coordination internationale de différentes activités, incluant des recherches fondamentales et des campagnes de mesures réalisées sur plusieurs années (notamment une campagne intensive en 2006) ainsi que sur une réelle impulsion multidisciplinaire de la recherche pour répondre à trois objectifs : 1) améliorer la compréhension de la mousson africaine ; 2) relier la variabilité climatique aux problèmes de santé, de ressources en eau et de sécurité alimentaire ; 3) s’assurer que les résultats des recherches multidisciplinaires soient effectivement intégrés dans les activités de prévision et de décision. Le projet Amma, à travers la mobilisation multidisciplinaire qu’il suscite (réunissant notamment autour d’objectifs communs climatologues, hydrologues, agronomes, biologistes, médecins), a été un cadre idéal pour amorcer un réel dialogue entre les communautés des scientifiques et les utilisateurs afin de répondre aux besoins prioritaires des populations. Il a également montré les limites d’une approche de type « impacts », qui implique une vision linéaire, univoque entre l’aléa climatique et ses conséquences sur les sociétés. En effet, les relations de l’homme à son environnement s’inscrivent dans des configurations économiques, sociales et politiques complexes qu’il est nécessaire d‘interroger et de mettre en dialogue avec les phénomènes climatiques et environnementaux à travers une approche interdisciplinaire. Cette approche interdisciplinaire est cruciale lorsque l’on aborde la problématique de l’adaptation aux changements environnementaux, dans laquelle la réponse des sociétés est enchâssée dans des transformations sociales globales.

4Si ces enjeux prennent une résonance toute particulière en Afrique subsaharienne compte tenu de la vulnérabilité des populations face au climat, cette approche interdisciplinaire autour des interactions entre le climat et les sociétés n’est pas le seul fait de la problématique africaine, mais correspond à une inflexion de la recherche du début du siècle, liée à la perspective du changement global et de ses conséquences. Évaluer les conséquences des fluctuations et du changement du climat sur l’environnement et la société nécessite une approche interdisciplinaire intégrant à la fois la dimension biophysique et la dimension humaine. De fait, on a constaté ces dix dernières années la place de plus en plus prépondérante de l’interdisciplinarité dans les enjeux sur le changement global portés par le programme « Future Earth » de l’ICSU (Earth System Science Partnership de l’International Council for Science), qui réunit des grands programmes sur l’environnement (Diversitas, IGBP, IHDP, WCRP et ESSP) pour créer une communauté scientifique mieux à même de répondre aux défis sociétaux que pose le changement environnemental global. Autre exemple de cette inflexion, à l’échelle nationale cette fois, le programme « Vulnérabilité, Milieux et Climats » de l’ANR (Agence nationale de la recherche), initié en 2006, s’est progressivement transformé en « Vulnérabilité, Milieux, Climats et Sociétés » en 2008 pour devenir « Changements environnementaux planétaires et sociétaux » en 2010, puis « Sociétés & Changements environnementaux » en 2013.

Le projet Escape

5La mise en dialogue des sciences biophysiques (climat, hydrologie, agronomie) et des sciences humaines (démographie, histoire, anthropologie, géographie) est le défi qu’a voulu relever le projet Escape (« Environmental and Social Changes in Africa : Past, present and future »). Ce projet a réuni entre 2011 et 2015 huit partenaires français (Locean, GET, Cirad, LPED, OMP, CNRM, LTHE, HSM) et dix partenaires africains (Agrhymet, Ceforp, Ucad, LPAOSF, Lasdel, IER, DNM Mali, Africarice, Icrisat) autour de deux objectifs principaux : 1) caractériser la vulnérabilité passée et future des sociétés rurales en Afrique aux changements environnementaux et climatiques ; 2) explorer des pistes d’adaptation pour atténuer cette vulnérabilité. Les forces du projet reposent sur un consortium très pluridisciplinaire, sur un lien étroit entre les partenaires du Nord et du Sud, sur la capitalisation de connaissances et de données de programmes préexistants et sur une volonté de valorisation des résultats auprès des sociétés.

6Tout en menant une recherche spécifique sur l’évolution récente et les projections futures du climat, de l’environnement et de ses impacts sur les ressources, le projet a intégré la dimension humaine dans la problématique de la variabilité et des changements environnementaux. Cette intégration a été mise en œuvre à travers des études de cas au Sénégal, au Mali, au Niger et au Bénin pour :

  • établir le rôle des changements climatiques et environnementaux dans l’évolution passée et actuelle des pratiques agropastorales, et plus largement des sociétés rurales ;

  • interroger la manière dont les individus et les groupes perçoivent et appréhendent la variabilité de leur environnement, et comment ils intègrent cet aléa et s’y adaptent.

7Démêler cette complexité des systèmes couplés humain – nature aura nécessité une approche capable de répondre à des enjeux majeurs de l’interdisciplinarité : 1) maîtriser les notions de base de plusieurs disciplines pour pouvoir construire, au sein d’équipes interdisciplinaires, une réflexion commune à partir de concepts et de questions partagés ; 2) recueillir des données tant disciplinaires qu’intégratives à plusieurs échelles et sur plusieurs régions géo-climatiques ; 3) développer des méthodes analytiques pour relier des facteurs sociaux et écologiques sans cesse en mouvement. Le projet Escape s’est efforcé de remplir ces trois objectifs du processus de recherche interdisciplinaire.

8La mise en pratique de l’interdisciplinarité entre les sciences de la nature et les sciences sociales a commencé par le dialogue entre les disciplines et la construction partagée de questions de recherche. Des ateliers participatifs de diagnostic, organisés sur trois sites différents, Bankoukou (Niger), Niakhar (Sénégal) et Djougou (Bénin), ont constitué ces espaces de dialogue interdisciplinaire. Partout, le principe a été le même : réunir en un même lieu une quinzaine de chercheurs pendant cinq jours, afin d’établir un diagnostic rapide à la fois sur les représentations et les perceptions des paysans et des éleveurs sur les changements climatiques et environnementaux, sur leurs vulnérabilités et leurs auto-adaptations agropastorales, et sur les évolutions des systèmes de production. Ces ateliers ont favorisé la confrontation, puis une première synthèse : 1) des connaissances issues de plusieurs disciplines scientifiques (agronomie, anthropologie, climatologie, démographie, écologie, géographie, histoire…) ; 2) entre les discours des scientifiques et les savoirs et pratiques des paysans. Au terme des ateliers, nous avions une description plus précise du système agraire et social, mais aussi une meilleure identification et analyse des interactions entre le système social et le milieu naturel. Ce travail a permis enfin de mieux définir de façon interdisciplinaire les objets, les questions et les protocoles de recherche, et de mieux appréhender ce faisant la complexité des systèmes couplés hommes – nature. Deux thématiques à l’interface de plusieurs champs disciplinaires ont finalement émergé : 1) comprendre les représentations et les perceptions paysannes du climat en les croisant avec les discours et les observations scientifiques ; 2) décrypter les adaptations – et les capacités d’adaptation – des paysans à la variabilité pluviométrique interannuelle, en en restituant toutes les logiques écologiques, agronomiques et sociales. Parmi beaucoup d’autres, ces deux thématiques de recherche ont constitué les deux arènes principales à l’intérieur desquelles s’est forgé le travail interdisciplinaire.

9D’un point de vue technique, l’interdisciplinarité a pris la forme, autant que possible, d’un système de données intégratives, élaboré de manière collaborative. Contrairement aux études strictement écologiques ou seulement sociales, qui ignorent chacune les impacts d’un système (naturel ou social) sur l’autre système, ces études interdisciplinaires considèrent les dimensions climatiques, écologiques, agronomiques et sociales du système et leurs interactions. Pour ce faire, plusieurs instruments de collecte ont été conçus de manière pluridisciplinaire, chacune des disciplines participant à la construction et à l’interprétation d’indicateurs nomades ou hybrides. Des chercheurs en sciences sociales, des agronomes, des écologues, des climatologues et des pédologues ont ainsi introduit, dans un outil de collecte partagé, des notions et des questions spécifiques à leurs disciplines. Quand l’échelle d’analyse l’a permis, les relevés biophysiques ont été jumelés aux déclarations des acteurs. Enfin, toutes les études ont couvert des contextes spécifiques, et sur des périodes de temps suffisamment longues (plus de cinquante ans d’observations au Sénégal) pour mettre en lumière les dynamiques temporelles et les spécificités locales des trajectoires agricoles et sociales. Le processus de recherche interdisciplinaire s’est poursuivi par la mise en regard des modèles d’analyse propres à chaque champ disciplinaire, afin de questionner les effets de seuil et d’actions réciproques entre les systèmes. Au travers de ces études particulièrement, le projet Escape a permis une plongée dans les complexités du système couplé humain – nature, bien plus que des recherches climatiques, écologiques, agronomiques et sociales menées de façon séparée. Ce sont finalement toutes les hétérogénéités de contexte, d’échelle et de système, toutes les dynamiques et tous les effets réciproques et de seuils qui réunissent le climat, les écosystèmes et les sociétés que cet ouvrage tente d’identifier, d’analyser et d’interpréter.

Présentation de l’ouvrage

10À travers vingt chapitres écrits par des chercheurs de France et d’Afrique participant au projet Escape, cet ouvrage propose un regard croisé interdisciplinaire sur les changements passés et à l’œuvre ainsi que sur les scénarios futurs des systèmes de production ruraux, en examinant comment les effets induits par le climat interagissent avec les autres changements globaux en Afrique (changements démographiques, changements dans l’utilisation des terres, urbanisation croissante, reconfigurations sociales, pauvreté accrue…). Les systèmes ruraux et les changements environnementaux devant être vus comme adaptatifs et co-évolutifs, l’ouvrage documente la capacité d’adaptation des acteurs ruraux (modes d’accès aux ressources, usage et gestion des ressources, capacité d’adaptation aux aléas naturels) dans une diversité de situations, au Niger, au Sénégal et au Bénin. Le choix des situations tente de refléter la diversité des systèmes de production et la variété des environnements naturels et sociaux qui la contraignent, en prenant en compte les aspects sociaux, économiques, politiques et techniques.

11L’ouvrage s’articule selon quatre grands axes.

Axe 1. Évolutions récentes et futures du climat en Afrique de l’Ouest : évidences, incertitudes et perceptions

12Cet axe revisite le climat en Afrique de l’Ouest en s’intéressant à la fois à l’évolution récente du climat mais aussi à la façon dont le climat pourrait évoluer dans le futur sous l’effet des émissions de gaz à effet de serre. En s’appuyant sur des observations et sur de la modélisation, il met en évidence des changements importants à l’œuvre, avec notamment un réchauffement très marqué et une intensification du régime des précipitations. Enfin, cet axe montre la façon dont les populations qui vivent et ressentent cette variabilité climatique se représentent et perçoivent l’évolution récente du climat.

Axe 2. Transformations environnementales et impacts du climat

13En réponse ou non aux changements climatiques, on observe et anticipe de grands changements des ressources environnementales en Afrique de l’Ouest. À partir de séries historiques issues de données de terrain ou de l’imagerie satellitaire, ou de modélisation, cet axe aborde les changements de végétation, de productivité agricole et du cycle hydrologique, qui ont parfois des conséquences tragiques avec la recrudescence des inondations.

Axe 3. Transformations sociétales des populations rurales

14Pour analyser les interactions entre les sociétés rurales et leur environnement, une réflexion a été menée entre démographes, anthropologues, sociologues, géographes et historiens pour intégrer les différentes échelles temporelles et spatiales et les unités d’observation (exploitation, parcelle, village, famille ou même individu). Cet axe souligne la complexité de la relation entre changements environnementaux et changements sociaux qui interfèrent souvent avec les modes de production ou de consommation.

Axe 4. Adaptations des systèmes de production et innovations

15Cet axe analyse les stratégies d’adaptation développées par les populations rurales en réponse aux changements qu’elles perçoivent. Ces stratégies s’inscrivent dans un ensemble de transformations socio-économiques pour lequel le climat est un facteur parmi d’autres. Les enquêtes de terrain montrent une grande réactivité des populations, capables de se remettre d’événements extrêmement graves comme la sécheresse des années 1970-1980, mais aussi de tirer parti de conditions climatiques plus favorables. Cette capacité d’adaptation est guidée par la mémoire des populations et par un grand nombre de facteurs socio-économiques qui aboutissent à des trajectoires diverses d’adaptation pour un même changement climatique mesuré.

Bibliographie

FAO, 2003. The state of food insecurity in the world. Rome, Food and Agricultural Organisation.

PNUD, 2004. Reducing disaster risk: a challenge for development. UNDP global report (M. Pelling, ed.).

CGIAR (Consultative Group on International Agricultural Research), 2009. Climate, agriculture and food security: A strategy for change. Alliance of the CGIAR Centers.

Dilley M., Chen R. S., Deichmann U., Lerner-Lam A. L., Arnold M., 2005. Natural disaster hotspots: a global risk analysis. Disaster Risk Management Series, 5, Washington DC, The World Bank.

Brown O., Crawford A., 2008. Climate change: a new threat to stability in West Africa? Evidence for Ghana and Burkina Faso. African Security Review, 17 (3): 39-57.

IPCC, 2014. Climate Change 2014: Impacts, Adaptation, and Vulnerability. Part B: Regional Aspects. Contribution of Working Group II to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change (Barros V. R., Field C. B., Dokken D. J., Mastrandrea M. D., Mach K. J., Bilir T. E., Chatterjee M., Ebi K. L., Estrada Y.O., Genova R. C., Girma B., Kissel E. S., Levy A. N., MacCracken S., Mastrandrea P. R., White L. L., eds). Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA, 688 p.

Redelsperger J.-L., Thorncroft C. D., Diedhiou A., Lebel T., Parker D. J., Polcher J., 2006. African Monsoon Multidisciplinary Analysis: An International Research Project and Field Campaign. Bulletin of the American Meteorological Society, 87: 1739-1746.

Auteurs

Géographe, Université Cheikh Anta Diop (Ucad), Dakar, Sénégal et chercheuse associée à l’IRD, LPED (Laboratoire population-environnement-développement), UMR 151 IRD/AMU, Marseille, France

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search