Version classiqueVersion mobile

La ruée vers l’or rose

 | 
Sophie Goedefroit
, 
Christian Chaboud
, 
Yvan Breton

Introduction

Sophie Goedefroit, Christian Chaboud et Yvan Breton

Texte intégral

1C’est à juste titre que l’on parle de la crevette comme de « l’or rose » de Madagascar. Cette ressource se classe, depuis le début des années 1990, parmi les trois premiers produits d’exportation et rivalise tour à tour avec le café, la vanille et le girofle. D’une valeur à l’export de près de 300 millions de francs français en 1998, elle représente l’une des premières sources en devises d’un pays relativement endetté et sous ajustement structurel depuis le milieu des années 1980. Sa mise en valeur est d’une importance stratégique pour l’État malgache, mais également pour toute une frange de sa population. Un contexte général de grande pauvreté rend en effet les opportunités économiques liées à cette activité particulièrement attractives pour des populations essentiellement d’origine rurale mais aussi urbaines. « Attractif » est bien le mot qui convient et qui permet tout à la fois de saisir cette véritable « ruée vers l’or rose » que l’on constate dans certaines régions de Madagascar et la mobilisation remarquable d’un grand nombre d’acteurs autour de cette ressource.

2La pêche crevettière traditionnelle, en dépit de sa polarisation dans quelques régions et sites, est en effet une activité ouverte dont la dynamique ne peut être considérée comme autonome. L’importance des migrations qui lient la pêche traditionnelle aux conditions de l’agriculture ou d’autres activités extractives, les interrelations fortes avec les autres composantes (industrielle et artisanale) de la pêcherie ou encore la détermination partielle des revenus par des prix largement fixés par les marchés extérieurs, ces trois éléments soulignent amplement les articulations qui existent entre une activité exercée à un niveau local et les dynamiques présentes à d’autres échelles : nationales et internationales. Mais encore faut-il ajouter que, sous la poussée des marchés internationaux, cette dynamique qui caractérise toutes les composantes de la pêche crevettière malgache n’a fait que s’amplifier à la mesure de l’intérêt porté à son développement économique. Cette dynamique et ces articulations expliquent en retour le nombre et la diversité des acteurs actuellement en présence dans l’arène crevettière malgache. Cela implique que nous procédions à une mise en perspective de cette activité, afin que paraissent de manière transparente le caractère exemplaire du cas malgache et l’originalité de la démarche qui débordent largement le cadre exclusif de la pêche crevettière. Ils offrent en effet des éléments de compréhension et d’analyse des mécanismes sociaux perceptibles dans d’autres secteurs, induits en partie par les récentes politiques nationales d’ouverture et de régionalisation sensées offrir à Madagascar une nouvelle perspective sur le monde et une nouvelle organisation politique de son territoire.

Le contexte mondial de l’exploitation et du négoce des crevettes

  • 1 3,8 millions de tonnes sur 122 millions en 1998, soit 3,1 %.
  • 2 En 1996, les exportations mondiales de crevettes s’élevaient à 8 milliards de dollars, soit 16 % de (...)

3Alors que les crevettes ne représentent qu’une part réduite de la production mondiale de la pêche et de l’aquaculture1, leur contribution au négoce international des produits de la pêche apparaît en revanche beaucoup plus significative2. Les chiffres très globaux masquent la réalité de situations contrastées selon les espèces, le mode de production (pêche ou aquaculture), les zones de production et de consommation.

  • 3 Crevettes de petite taille, provenant de Chine, de la famille des Sergestidae, désignées par les te (...)

4Les espèces tropicales, au sein desquelles dominent les crevettes pénéides, représentent plus de 70 % de la production mondiale. La principale espèce produite est la « crevette géante tigrée » (Penaeus monodon) dont la production, 730 000 t en 1998, supplante celle des crevettes akiami3en expansion depuis quelques années (590 000t).

Penaeus monodon (camaron ou giant tiger shrimp).

  • 4 Elle est passée de 2,6 à 3,8 millions de tonnes, soit une croissance annuelle de 4,6 % contre 2,2 % (...)

5Au cours de la dernière décennie, l’offre mondiale de crevettes a connu une croissance annuelle significative4 comparée à celle de l’ensemble des produits de la pêche et de l’aquaculture. Cette remarquable performance s’explique surtout par les progrès de l’aquaculture crevettière qui, durant la même période, est passée de 670 à 1 105 milliers de tonnes alors que les quantités débarquées par la pêche ne connaissaient qu’une évolution relative plus modérée.

6La répartition de la production à l’échelle mondiale est très inégale. L’Asie produit 65 % de l’offre mondiale. Le principal producteur est la Chine populaire (800 000 t) suivi par l’Indonésie (394 000 t), la Thaïlande (367 000 t) et l’Inde (334 000 t). La seconde région de production est l’Amérique latine (12 % de l’offre mondiale) où les producteurs les plus importants sont l’Équateur et le Mexique.

Sources : tableau construit à partir des annuaires statistiques de la FAO.
Tabl. I — Niveau et évolution de la production de crevettes par grandes régions.

7La progression de l’aquaculture varie considérablement selon les régions : si elle demeure forte en Asie du Sud et en Amérique latine ; elle semble, en revanche, ralentie en Extrême-Orient. Cette situation trouve son explication en partie dans les problèmes sanitaires qu’ont rencontrés la Chine et la Thaïlande. Le Moyen-Orient et l’Afrique subsaharienne font partie des régions au potentiel de production aquacole important qui ont connu, au cours de la dernière décennie, un développement particulièrement rapide de cette activité. Mais, en aquaculture, le potentiel ne détermine pas seul les capacités de développement. Il existe un certain nombre de contraintes non négligeables tels que les risques sanitaires et les limites à l’expansion spatiale de cette activité considérée par certains auteurs comme très agressive à l’égard de l’environnement côtier (Hagler, 1997).

8Le commerce mondial de la crevette met en relation un nombre relativement important d’exportateurs alors que l’essentiel des importations en volume se concentrent dans trois grandes zones de consommation : les États-Unis, le Japon et l’Union européenne.

Carte 2 — Production mondiale de crevettes en 1998.

9Les quatre premiers exportateurs sont des pays en développement où l’aquaculture est importante. Le premier est la Thaïlande. En dépit d’une épizootie ayant frappé l’ensemble de l’aquaculture crevettière, les exportations de ce pays ont atteint 200 000 tonnes en 1997. Celles de l’Équateur ont quant à elles fortement augmenté au cours des années quatre-vingt-dix, alors que celles de l’Indonésie et de l’Inde, respectivement, 80 000 t et 100 000 t par an, sont restées stables durant la même période.

10Les principaux pays importateurs en valeur sont, depuis longtemps, le Japon et les États-Unis, suivis par l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Au cours des dernières années, le marché américain tend à rattraper, en volume, celui du Japon. Dans ces trois grandes régions de consommation, les importations en valeur connaissent depuis les années 1980 une croissance plus rapide que les flux en volume. Ce phénomène est essentiellement dû à la croissance des prix. En 1998, les importations mondiales s’élevaient à 10 millions de dollars. Le Japon tenait la première place avec 3,2 millions de dollars tandis que les marchés américain (3 millions de dollars) et européen (2,8 millions de dollars) tendaient progressivement à rattraper le marché nippon sans toutefois y parvenir puisque la reprise économique japonaise de 1999 a permis une relance de la consommation de crevettes dans ce pays.

Madagascar : un petit pays producteur intégré dans le marché mondial

  • 5 En 1998, l’aquaculture contribuait à 25 % de l’offre nationale, soit 4 000 t.

11Madagascar occupe une position particulière dans le marché mondial de la crevette. Sa production, estimée à 16 000 tonnes en 1998, ne classait ce pays qu’au 27e rang mondial, entre le Guyana et Taiwan. En revanche, il se positionne au premier rang des pays d’Afrique subsaharienne, devant le Nigeria (14 000 t) et le Mozambique (10 000 t). Modeste par le volume de sa production crevettière, Madagascar se distingue néanmoins par une remarquable dynamique. De 1962 à 1998, la croissance annuelle moyenne de la production été de 7,3 %. Ces performances sont supérieures à celles de l’ensemble du continent africain (5,9 %) et de la production mondiale (4,7 %). Depuis le milieu des années 1990, l’aquaculture a pris le relais de la pêche et a permis ainsi de maintenir la croissance de l’offre nationale.5

12

Source : FAO
Fig. 1 — Évolution de la production de crevettes à Madagascar.

13Ces remarquables performances, Madagascar les doit à un environnement bio-écologique particulièrement favorable à l’abondance de crevettes : d’importantes zones de mangroves, un réseau hydrographique étendu, des précipitations abondantes et l’existence de larges baies qui découpent la côte du Nord-Ouest. Ainsi, sur la côte ouest où l’activité est la plus importante, les rendements des unités de pêche industrielles comptent parmi les plus élevés du monde. Mais l’on ne saurait réduire le développement de cette pêcherie aux seules conditions bio-écologiques. Celles-ci ne constituent que des préalables, certes indispensables, au développement d’une activité de pêche commerciale. L’abondance de la ressource ne contribue en effet au développement qu’en présence d’un ensemble de conditions sociales, organisationnelles et économiques favorables, comme cela a déjà été démontré pour les pêches ouest-africaines (Chauveau et al., 2000) ou plus généralement pour l’ensemble des ressources renouvelables dans les pays du Sud (Gillon et al., 2000).

14Dans le cas de Madagascar, le développement de cette pêcherie, relativement récent puisque datant des années 1960, est lié à la dynamique de l’investissement étranger, à la croissance de la demande de la part du Japon et de l’Europe et à la mise en place de réseaux de collecte. Ces différents facteurs ont permis une croissance opportuniste des activités de petite pêche, tirant profit à la fois de la demande extérieure et de celle du marché intérieur.

15Dès son envol, la pêcherie malgache se distinguera par une différenciation en trois catégories spécifiques reprise, par la suite, dans la législation nationale des pêches :

  • La pêcherie industrielle, composée de chalutiers d’une puissance motrice comprise entre 50 et 500 ch. Ces unités, souvent très modernes, sont la propriété de sociétés d’armement de droit national malgache qui disposent d’installations lourdes à terre. Dans la réalité, il s’agit le plus souvent de filiales de sociétés étrangères. Au cours des années récentes, les captures de crevettes de la pêche industrielle ont été en moyenne de 8 500 tonnes.

  • La pêcherie artisanale, composée de petits chalutiers d’une puissance inférieure à 50 ch. Aujourd’hui, la plupart de ces unités travaillent en étroite relation avec les armements industriels et pratiquent également la collecte des crevettes de pêche traditionnelle. Les captures de la pêcherie artisanale sont estimées à 200 tonnes.

  • La pêcherie traditionnelle est pratiquée au moyen d’unités non motorisées (pirogues) et d’un ensemble diversifié d’engins, dans les zones de faible et moyenne profondeurs. Les dernières estimations du PNRC évaluent à 3 500 tonnes les captures de la pêche traditionnelle.

Chalutier de pêche industrielle.

Chalutiers de pêche artisanale dans le port de Mahajanga.

Pêche traditionnelle à la senne koakobe.

16Là où, de manière générale dans le monde, on distingue le secteur industriel du secteur artisanal, Madagascar impose son propre découpage en intégrant la catégorie « pêche traditionnelle ». Cette particularité est souvent source de confusion. Dans son usage le plus répandu, le terme « artisanal » correspond au terme « traditionnel » ; le système malgache utilise le terme « artisanal » pour qualifier en quelque sorte un « sous-secteur » industriel. Cette spécificité n’est pas purement formelle, mais procède d’une organisation et d’un développement spécifiques à chacun de ces secteurs, sans qu’il y ait pour autant de véritables clivages entre eux.

17La pêche artisanale telle que définie par la législation nationale correspond aux activités de pêche « semi-industrielle » comme celles pratiquées à Madagascar avant l’installation dans ce pays de véritables unités industrielles. Le développement de ces deux catégories a suivi un modèle relativement semblable à celui observé dans d’autres régions du monde intertropical (Sénégal, Côte d’Ivoire, Mozambique par exemple). En revanche, le secteur traditionnel crevettier est, par sa forme et par son développement, totalement original.

Fig. 2 — Pêche à la tortue au xixe siècle sur la côte ouest de Madagascar.
(Source : Bleeker et Pollen, 1878)

18Rien de moins « traditionnel », en effet, que cette activité dont on ne trouve nulle trace dans les travaux consacrés à la petite pêche malgache jusque dans les année 1960 (Gruvel, 1922 ; Angot, 1961 ; Koechlin, 1975). Jusqu’à une époque récente, la pêche en générale était considérée comme une activité marginale au sein des systèmes traditionnels de production centrés sur les activités agricoles et pastorales. Seuls les Vezo de la région de Toliara font figure d’exception et sont connus de longue date pour leur maîtrise des pratiques de pêche et de navigation. Dans un pays considéré comme l’un des plus pauvres du monde le développement de la pêche traditionnelle crevettière apparaît non pas comme la continuation d’une quelconque tradition séculaire, mais comme la réponse de populations rurales pauvres, autochtones ou migrantes, aux opportunités d’emploi et de revenus permises par les nouvelles perspectives de valorisation d’une ressource peu exploitée jusque dans les années 1960.

Fig. 3 — Pêche de femmes au xixe siècle à Madagascar.
(Source : Bleeker et Pollen, 1878)

19C’est dans ce contexte particulier que s’est forgée la catégorie « pêche traditionnelle » avec ses acceptions particulières et ses paradoxes puisque tout compte fait cette activité n’a pas l’antériorité que confère la tradition, ni la structure, ni la représentativité propre à une corporation. Cela ne remet absolument pas en cause l’existence d’une pratique de pêche crevettière en milieu rural, mais simplement précise le cadre particulier de son émergence et de son développement, l’angle sous lequel cette réalité sera abordée dans cet ouvrage, par rapport à la définition qui en est donnée dans la législation nationale malgache.

La crevette : une ressource stratégique pour Madagascar

20La crevette à Madagascar appartient, comme le saphir, aux ressources naturelles dont l’exploitation permet d’obtenir des revenus lucratifs dans un contexte de persistante paupérisation rurale et urbaine.

  • 6 Source : World Bank, 1999, Social indicators of development. (www.worlbank.org/data/countrydata/ co (...)
  • 7 35 % du PIB et plus de 70 % des exportations.

21Aujourd’hui peuplé de 15,5 millions d’habitants, Madagascar fait partie des pays très pauvres de la planète avec un revenu moyen par tête et par an de 250 dollars, soit la moitié de la moyenne de l’Afrique subsaharienne. Soixante-dix pour cent de la population vit en dessous du seuil de pauvreté6 et tandis que la croissance démographique reste rapide, près de 3 % par an, le pays fait face à une situation de malnutrition chronique et à l’insuffisance des services éducatifs et de santé. Les bases productives de l’économie, reposant largement sur le secteur primaire (agriculture, pêche et forêts)7, sont menacées par l’appauvrissement des sols agricoles et la déforestation. La dégradation des conditions de vie des ménages est une des principales conséquences des choix politiques et économiques de l’État malgache depuis le milieu des années soixante. « Entre 1960 et 1995, le PIB par habitant a chuté de 36,8 % et la consommation privée de 46,8 %, soit un taux de croissance moyen de -1,8 % » (Ravelosao et Roubaud, 1998 : 63).

22Depuis l’indépendance en 1960, Madagascar a connu une succession de phases politiques et a appliqué, sans succès, différents « modèles » de développement. La IIe République (1972-1992), succédant à un régime démocratique libéral, tenta une expérience socialiste dont les résultats économiques et sociaux furent globalement négatifs : hausse de l’endettement, baisse de la production agricole, augmentation des importations de riz, repli du monde rural, défiance à l’égard du pouvoir central, développement de la corruption et des pratiques économiques illégales, accélération de l’exode rural et la paupérisation urbaine.

23Le retour à une politique économique libérale, au début des années 1990, et à un système démocratique, avec l’instauration de la IIIe République en 1992, n’a pas rempli tous les espoirs attendus de l’ouverture économique et d’une meilleure application des préceptes des bailleurs de fonds étrangers et des institutions internationales. En dépit d’une certaine reprise de la croissance du PIB par tête à partir de 1997, les performances de l’économie malgache restent très en deçà de ce que semblent permettre les ressources humaines et physiques de la Grande île (Razafindrakoto et Roubaud, 1999).

24La démocratisation politique des années 1990 a conduit à une multiplication des partis politiques et des groupes de pression. L’alternance politique s’est imposée au plus haut niveau de l’État : chassé du pouvoir en 1993 avec l’élection d’Albert Zafy, Didier Ratsiraka est revenu au pouvoir en 1997. L’arène politique démocratique est désormais le lieu permanent d’alliances, plus ou moins temporaires, qui se font et se défont selon des critères où l’idéologie compte souvent moins que l’accès aux ressources les plus matérielles. Il en ressort une complexification des rapports entre la société civile et l’État. Situation qui s’est avérée peu favorable à la réforme de l’administration qui visait à une plus grande efficacité.

25La décentralisation politique en cours, à la suite de la réforme constitutionnelle de 1998, conduit progressivement à la mise en place de provinces autonomes. Cette évolution, favorable à une nouvelle répartition des responsabilités entre le pouvoir central (fanjakana) et les instances décentralisées, a ravivé les discussions sur le statut des ressources dites « stratégiques » dont fait partie la crevette. La libéralisation économique et la décentralisation suscitent de nouveaux espoirs et attisent les appétits autour des rentes générées par l’exploitation des ressources naturelles. Les enjeux de partage de ces rentes sont exacerbés par le maintien, voire le développement, de pratiques informelles et peu transparentes, où se mélangent intérêts publics et privés.

26Les conditions d’exploitation informelle et intensive du saphir dans les provinces de Toliara et de Fianarantsoa semblent aujourd’hui le meilleur exemple du durcissement des enjeux d’accès aux ressources : tensions entre provinces pour le partage des taxes, accélération des flux de main-d’œuvre migrante, développement des exportations illégales. Dans le cas particulier de la pêche crevettière, les règles d’accès semblent relativement mieux fixées et les pratiques apparemment plus transparentes. Cependant l’équilibre des rapports entre acteurs reste néanmoins tout aussi fragile. Cette fragilité s’exprime par une négociation continue et une remise en cause perpétuelle du système d’octroi des droits de pêche industriels, par exemple, mais encore par le durcissement du discours des groupes de pression toujours plus nombreux à défendre les intérêts de la pêche traditionnelle. Enfin, certains hommes politiques, prenant le relais de revendications identitaires et patrimoniales locales, militent pour que les provinces côtières puissent bénéficier de la plus grande part des bénéfices crevettiers. En prônant, par exemple, la redistribution des redevances de pêche actuellement perçues au niveau national, ils représentent une menace pour le pouvoir central qui se verrait dès lors privé d’une partie de ses ressources alimentées par les droits de pêche.

Perspectives et dimensions de l’ouvrage

27Le sujet à lui seul aurait justifié qu’on lui consacre un ouvrage. Il n’en constitue néanmoins pas la seule motivation des auteurs. Les travaux en sciences sociales portant sur la pêche à Madagascar sont rares (Angot, 1961 : 142-190 ; Koechlin, 1975 ; Astuti, 1995) comparés au nombre important d’études sur l’élevage et l’agriculture et par rapport à l’abondante littérature produite par les disciplines de sciences naturelles sur la crevette (Le Reste, 1978 ; Marcille, 1978 ; Marcille et al. 1975). Cet état de fait qui résulte, à notre avis, du statut tout à fait particulier de la pêche dans les systèmes traditionnels de production malgaches, apporte une motivation supplémentaire à la réalisation de cet ouvrage.

28Les recherches présentées apparaîtront donc novatrices à plusieurs titres. D’abord, par l’application des problématiques et des méthodes des sciences sociales à un champ nouveau à Madagascar : celui de la pêche traditionnelle crevettière. Ensuite, par les apports de ces recherches aux connaissances et aux méthodes des principales disciplines présentées dans cet ouvrage : l’anthropologie, l’économie et la sociologie.

  • 8 Embedded pour reprendre les termes de cet auteur.

29À l’heure où la question sur la gouvernance locale des ressources est porté sur l’avant de la scène halieutique internationale, il paraît en effet important de reconnaître l’ensemble des dimensions qui interagissent dans la définition des règles et des pratiques qui prévalent dans l’usage de la ressource. La reconnaissance de la dimension économique des pêcheries n’est pas récente, même si les disciplines naturalistes ont longtemps dominé le champ scientifique de l’étude des ressources marines et de leur exploitation. Les premières contributions économiques orthodoxes significatives sur la pêche remontent aux années 1950 et insistent déjà sur le fait que la gestion des pêches concerne avant tout des hommes et non des ressources, et que la seule gestion biologique ne mène pas à des situations satisfaisantes pour la société (Gordon, 1954). Si l’on fait appel à une acception plus large de la notion de variable économique et que l’on reconnaît, à la suite de K. Polanyi (1974), que l’économie ne peut être comprise qu’enchâssée8 dans le social, c’est aux travaux de R. Firth (1946) qu’il faut attribuer la paternité de l’intégration de la variable économique dans l’étude d’une pêche artisanale. R. Firth, grand anthropologue fonctionnaliste et continuateur de l’œuvre de B. Malinowski, était à l’origine économiste, ce qui explique sans doute l’aisance avec laquelle il sut croiser les méthodes d’analyse anthropologiques et économiques pour comprendre l’économie « paysanne » d’un village de pêcheurs malais d’avant-guerre.

30Pour les sciences sociales, l’étude de l’organisation socio-économique des pêches s’avère féconde en raison de la variété des institutions, de la rapidité de leurs transformations, des interrelations fortes entre sphères productive et marchande. Le cas qui nous intéresse déborde rapidement les problématiques de la pêche pour offrir des éléments d’analyse et d’interprétation des dynamiques et des processus de transformation actuellement en cours dans tous les secteurs à Madagascar. Mais il est également exemplaire et particulièrement riche au regard des différentes questions posées par les sciences sociales dans le domaine de la pêche.

Notes

1 3,8 millions de tonnes sur 122 millions en 1998, soit 3,1 %.

2 En 1996, les exportations mondiales de crevettes s’élevaient à 8 milliards de dollars, soit 16 % des exportations mondiales de produits de la pêche. Cela correspond à un volume de 1,079 millions de tonnes, soit 50 % de la production mondiale de crevettes de la même année.

3 Crevettes de petite taille, provenant de Chine, de la famille des Sergestidae, désignées par les termes « past shrimp » en anglais.

4 Elle est passée de 2,6 à 3,8 millions de tonnes, soit une croissance annuelle de 4,6 % contre 2,2 % pour l’ensemble des produits de la pêche et de l’aquaculture.

5 En 1998, l’aquaculture contribuait à 25 % de l’offre nationale, soit 4 000 t.

6 Source : World Bank, 1999, Social indicators of development. (www.worlbank.org/data/countrydata/ countrydata.html).

7 35 % du PIB et plus de 70 % des exportations.

8 Embedded pour reprendre les termes de cet auteur.

Auteurs

Sophie Goedefroit, maître de conférences en anthropologie à l'université de Lille-1, membre de l'URA 345 CLERSE-CNRS et responsable du chantier malgache de l'UR 026 IRD, responsable du volet « Socio-anthropologie » du PNRC

Yvan Breton, professeur d'anthropologie, directeur du Groupe d'anthropologie maritime, université Laval à Québec, Canada.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search