Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effervescence patrimoniale au Sud

 | 
Dominique Juhé-Beaulaton
, 
Marie-Christine Cormier-Salem
, 
Pascale de Robert
, 
et al.

Conclusion

L’effervescence patrimoniale en question. Nouveaux objets, nouveaux instruments, nouveaux enjeux

Bernard Roussel et Dominique Juhé-Beaulaton

Texte intégral

1Lorsque le séminaire dont sont issus les articles présentés dans cet ouvrage débuta en 2000, le paysage de la recherche française se consacrant aux études patrimoniales était loin d’avoir la vigueur et la diversité qu’il possède aujourd’hui. Cette nouvelle sélection d’articles avait plusieurs objectifs : confirmer ou non les grands courants thématiques identifiés dans les deux ouvrages précédents (Cormier-Salem et al., 2002 et 2005) ; expliciter les principales avancées des recherches actuelles et identifier les tendances nouvelles tant au niveau des objets, des acteurs et des stratégies qu’en ce qui concerne les processus et les instruments de la patrimonialisation ; enfin, proposer les premiers éléments pour un bilan en dégageant les acquis principaux et en mettant en évidence les manques, les conséquences néfastes et les limites de la mise en patrimoine.

L’effervescence patrimoniale est encore d’actualité

2Les contributions réunies ici soulignent à l’envi que le foisonnement patrimonial, voire la « surenchère », que nous stigmatisions déjà en 2000 (Cormier-Salem et Roussel, 2000), sont loin d’être terminés. Dans les pays du Sud aussi, « l’effervescence patrimoniale » - pour reprendre l’expression imagée de Quintéro Morôn (reprise dans cet ouvrage par R. Matta dans son article sur les patrimonialisations de la gastronomie péruvienne) - bat son plein. Les initiatives de mise en patrimoine se multiplient, aussi bien issues de communautés culturelles locales que suscitées par les États et soutenues par les politiques globales comme par exemple celles promues par l’Unesco à travers ses diverses conventions, telles celle de Paris (1972) pour la protection du patrimoine mondial culturel et naturel, ou, mieux, encore celle de 2003 pour l’inscription et la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

3Dans chaque situation de terrain, une lecture personnelle de ces courants est faite par les acteurs locaux, souvent pour tenter de s’y engouffrer et d’en tirer le meilleur profit. L. Auclair et ses coauteurs, en partant de l’exemple de ce remarquable « monument pastoral » qu’est lAgdal du Yagour marocain, ont montré comment les processus de patrimonialisation aujourd’hui à l’œuvre s’adossent à une vraie « révolution sémantique » qui consacre l’amalgame entre diverses conceptions du patrimoine : monument « vivant » porteur de valeur mémorielle mais, dans le même temps, objet édifié en référence à des valeurs historiques et archéologiques (l’art rupestre), esthétiques (les paysages) ou encore scientifiques (la biodiversité), construites sur des modèles propres à la culture européenne ou occidentale et érigées en valeur universelle.

  • 1 Au niveau international, des productions emblématiques de la mondialisation sont mises sur la selle (...)

4Un autre exemple illustre particulièrement bien cette effervescence patrimoniale, celui du café1. Le moins que l’on puisse dire est que l’histoire des relations entre cette production et les communautés paysannes locales est loin d’être simple et naturelle. Même dans les pays d’origine et de présence ancienne (l’Afrique de l’Est et tout particulièrement l’Éthiopie), la production de café a souvent été imposée, et parfois douloureusement (Charlery de la Masselière, 2008), aux communautés locales : les pratiques culturales, souvent même les variétés plantées, ne font pas partie des « connaissances et savoir-faire traditionnels ». Quant à sa consommation, elle ne figurait pas dans les habitudes locales. Et pourtant, l’historien Alexandre Hatungimana, en nous décrivant « l’itinéraire biographique » du café au Burundi (pour reprendre l’heureuse expression de Bonnot, 2002), nous montre comment cette culture de rente importée est devenue une réalité agricole nationale, ancienne et toujours présente, en passe d’être perçue comme un véritable patrimoine paysan. Diffusée vers 1930 par le pouvoir colonial pour « moderniser » la paysannerie, la caféiculture a d’abord été vécue comme une contrainte par les paysans pris en tenaille entre la production de vivres, celle de l’argent qui « libère » de l’impôt et les contraintes du manque de terre. Le changement d’attitude s’amorce dans les années 1950-1960, où la caféiculture est réhabilitée et investie par un nouvel imaginaire qui se situe plus que jamais entre la tradition locale, dont elle prouve en quelque sorte l’efficacité et la pertinence en termes de développement, et la modernité mondiale. L’auteur en veut pour preuve la présence sur les sacs de café burundais destinés à l’exportation des deux symboles incarnant la culture monarchique, le tambour et les danses dintore.

5En ce qui concerne la patrimonialisation du café, il faut faire une nette distinction entre production et consommation. Cette dernière est un autre volet, souvent plus récent, plus diffus et plus intime, des fonctions structurantes du café dans les pays de production. C’est à son statut dans la société malgache que se consacre la contribution de Sophie Moreau. À l’échec de l’intégration du café de Madagascar dans l’économie mondialisée répond maintenant le succès de cette intégration sur le marché national. On peut désormais affirmer son identité en buvant ou en s’interdisant de boire, du café. La qualité des grains consommés, les modes de préparation, les lieux de consommation et de sociabilité qui se créent autour sont autant de codes nouveaux. Il y a aujourd’hui deux filières distinctes qui correspondent à deux types d’investissement patrimonial. D’un côté, le café est entré dans le patrimoine alimentaire populaire, qui porte sur un café robusta de faible qualité ; de l’autre, une production d’arabica de luxe, selon les standards des goûts occidentaux, utilise certains attributs patrimoniaux pour construire la qualité symbolique de son produit et justifier son prix, mais sans relation avec le patrimoine caféier paysan.

6Ces deux études sur le café ont permis de revisiter le lien particulièrement fort que la patrimonialisation entretient avec la construction des identités. D’ailleurs, ce lien, ajouté à la biodiversité et, plus largement à toutes les questions environnementales, déjà souligné dans nos ouvrages précédents, est de nouveau démontré par plusieurs des contributions à ce volume. Le caractère patrimonial de la biodiversité est affirmé par les scientifiques, qui insistent paradoxalement sur les avantages que procure à l’humanité l’exploitation des ressources qui en sont issues. La nécessité de transmettre un objet à statut patrimonial aux générations futures apparaît comme une réponse possible aux préoccupations de durabilité environnementale et sociale. Quant aux communautés autochtones et locales, elles soulignent les liens étroits entre diversité biologique et diversité culturelle, suivies en cela par les Conventions internationales comme la Convention sur la diversité biologique (CDB) ou l’Organisation mondiale du commerce : ces instances de la globalisation accordent une place de plus en plus importante aux revendications locales qui reposent sur la formulation explicite de nouveaux droits politiques et territoriaux, sur le changement en leur faveur de règles d’accès, d’appropriation et de sauvegarde des ressources naturelles. Si bien que l’on peut dire que dans le cadre de négociations diversifiées, qui vont du plus local au plus global, l’importance accordée à la biodiversité tient souvent au rôle qu’elle est censée jouer dans la production et la reproduction des Identités collectives locales.

7L’article de fond de l’économiste Valérie Boisvert par lequel a débuté notre ouvrage se fait l’écho de ces débats et combats. En s’interrogeant sur l’économie de la biodiversité, l’auteur remonte le fil de l’histoire, aux racines de l’alliance objective entre les scientifiques, les protecteurs de la nature et les populations amérindiennes des forêts du Costa Rica où naquit, au tournant des années 1980, le concept de biodiversité. Elle explicite et discute l’apparente contradiction dans laquelle, au niveau mondial se trouve prise la biodiversité, entre marchandisation et patrimonialisation : « au nom d’un pragmatisme pour le moins incertain, quand il s’agit de convaincre les décideurs de l’urgence de mettre en place des politiques volontaristes en faveur de la biodiversité, ce sont des arguments économiques qui sont mis en avant : l’objectif en est de démontrer la rentabilité de la conservation, de construire une image de la biodiversité comme "or vert" ». Dans la réalité du terrain, le rapport entretenu avec les ressources biologiques ne peut être réduit à une logique exclusivement marchande, mais doit aussi être considéré sous l’angle de la pérennité des communautés, la reproduction de leurs identités, les transmissions intergénérationnelles, etc. Autant de caractères qui évoquent un rapport patrimonial et qui montre que la constitution de la biodiversité en problème d’environnement global est à l’origine de dynamiques qui relèvent autant de la « patrimonialisation » que de la « marchandisation » du vivant. Ainsi, selon V. Boisvert, les problèmes rencontrés dans la mise en œuvre de la Convention sur la diversité biologique peuvent être souvent interprétés comme autant de dissonances entre logiques marchande et patrimoniale ou de conflits entre des démarches de patrimonialisation menées par différents groupes ou institutions à différentes échelles.

Territoires et patrimoines : des liens toujours réaffirmés

8Les deux ouvrages précédents avalent abondamment démontré les liens quasi consubstantiels entre patrimoine et territoire. Cette thématique irradie encore la plupart des articles de ce volume et s’y retrouve déclinée sous un grand nombre de formes.

  • 2 Ces modèles, dénommés matrices spatio-temporelles par E. Le Roy (2008), sont des cadres conceptuels (...)

9La thématique des « parcs, réserves et autres aires protégées », désormais classique dans le champ des études patrimoniales (Aubertin et al., 2006 ; Rodary et al., 2004), s’intéresse à l’articulation entre les dynamiques de développement local et la gestion d’objets patrimoniaux à la dimension territoriale essentielle et à l’origine souvent « exogène » dans la mesure où il s’agit d’unités territoriales, voulues, choisies, gérées à des fins de conservation, souvent bien étrangères aux représentations, pratiques et organisations territoriales locales (CORMIER- Salem et al., 2002). Deux contributions ont été entièrement consacrées à la gestion de ces patrimoines souvent complexes et encore bien mal connus. Celle d’Aurélie Binot et Marie-Noëlle de Visscher compare deux situations contrastées : le parc de Zakouma (au Tchad), une aire protégée en quasi-déshérence du fait de la non-prise en compte des logiques, pratiques et mécanismes endogènes des riverains ; le parc du W, une réserve transfrontalière entre Bénin, Burkina Faso et Niger, où les gestionnaires ont su prendre les décisions permettant par exemple la résolution de problèmes aussi complexes que la cohabitation de l’élevage transhumant avec l’agriculture sédentaire et la grande faune. D’une manière un peu attendue, les auteurs montrent que la réussite repose de façon cruciale sur un travail de co-construction des questions de gestion et de recherche, une participation des gestionnaires aux étapes de formulation des protocoles d’études, de collectes de données et de leur analyse et interprétation, ainsi que sur l’existence d’un médiateur entre les volets scientifiques et opérationnels d’un projet. Mais, plus novateur, ce travail montre aussi que le principal moteur d’innovation et de production de connaissances a été l’existence, très en amont du projet de gestion, d’une dynamique d’acquisition de compétences et de savoirs propres à chacun des protagonistes, parallèlement à des échanges chercheurs/usagers/praticiens. L’avenir des parcs et réserves dans les pays du Sud semble bien reposer sur la place centrale accordée au caractère collectif des pratiques de gestion et à la prise en compte des territorialités des populations locales, c’est-à-dire la manière dont les individus s’organisent dans l’espace pour gérer l’accès à la ressource. Ces territorialités évoluent considérablement dans le contexte économique globalisé actuel ; par exemple, en Afrique les modèles anciens décrits par l’anthropologie juridique (Le Roy, 2008), ont tendance à se simplifier au profit du modèle unique, géométrique2, celui sur lequel reposent justement les aires protégées.

10Dans son article, Yildiz Aumeeruddy-Thomas approfondit une réflexion qu’elle a conduite dans deux parcs (à Sumatra et au Pakistan) où priorité fut donnée depuis l’origine aux approches naturalistes des gestions conservatoires (Aumeeruddy-Thomas, 2006), et dans deux autres (au Népal et en France) où les rapports nature-sociétés sont valorisés par une démarche de cogestion sur des bases éthiques pour le Pakistan et contractuelle pour les Cévennes. L’auteure prend à bras le corps une des questions récurrentes dans le champ de la gouvernance de la biodiversité dans les parcs et réserves : face à la tendance lourde de retour à une gestion conservatoire plus stricte prônée par les sanctuaristes, d’autres voix, notamment au sein de la CDB, s’élèvent pour qu’autour et dans les aires protégées se mettent en place des actions intégrant développement et conservation en mobilisant des approches participatives ou de cogestion (Roussel, 2005). Ses conclusions sont claires et directes : l’avenir des aires protégées dépendra pour une grande part de leur capacité d’innovation dans ce domaine et le retour à une approche plus stricte des questions de biodiversité ne permettra la conservation que d’une part infime de celles-ci, remarquable certes, mais sans doute vulnérable dans le contexte très figé des aires protégées et des changements environnementaux. In fine, elle rejoint d’ailleurs certaines des analyses de V. Boisvert qui souligne l’actuel changement de paradigme en matière de protection de la nature : la prise en compte de la biodiversité a largement contribué à remettre en cause les barrières existant entre nature et culture, entre savoirs scientifiques et savoirs vernaculaires.

11Deux autres des communications de ce recueil se situent dans le droit fil des ouvrages précédents en détricotant les rapports complexes qu’entretiennent sur le long terme patrimoine et territoire. Jean-Luc Paul a analysé le lien entre matrilignage et territoire chez les Luguru de Tanzanie orientale, à travers des enquêtes de terrain et des analyses de sources historiques, du xviiie siècle à l’époque actuelle. Le territoire est abordé sous l’angle du droit d’accès, de la transmission et de l’attachement identitaire. Finalement, son statut « matrimonial » qui sert de cadre actuel à l’accès aux terres, n’est pas un invariant tout au long de l’histoire et mérite d’être nuancé, notamment sous l’angle de la transmission et de l’inaliénabilité : si le territoire est indéniablement un bien commun du matrilignage, son caractère matrimonial est une acquisition récente et sans doute transitoire qui persiste actuellement comme l’un des arguments mis en avant dans les stratégies individuelles d’appropriation du foncier, dans le cadre d’une pression démographique accrue. Les conclusions de l’auteur nourrissent avec pertinence le débat amorcé dans nos deux ouvrages précédents par un questionnement récurrent : le territoire (et le foncier) n’est-il pas le premier des patrimoines en Afrique ? (de Saint-Sauveur, 2002 ; Garine et al., 2005).

12Il est fréquent de voir les géographes associer tout naturellement dans une même réflexion territoire et patrimoine. C’est la position de Dominique Guillaud qui, dès l’entrée de son article, qualifie de « patrimoine premier » le territoire des communautés de deux îles de l’océan Indien, Nias et Siberut. Elle s’est attachée à montrer, dans son étude sur le long terme, comment l’identité des groupes à Siberut se construit sur une généalogie de lieux se déterminant par référence à des lieux-étapes des itinéraires migratoires, alors qu’à Nias, elle se base sur les généalogies des fondateurs et de leurs successeurs, recoupées par les sondages archéologiques. Par ce biais, les généalogies servent de registres des droits fonciers et politiques et les mégalithes qui émaillent les paysages locaux comme autant d’enseignes de ces droits. L’originalité de ce contexte réside dans le fait qu’au niveau de chaque clan, les étapes antérieures de la migration sont une sorte de capital mémoriel qui détermine le réseau des ressources foncières exploitables par le clan. Lorsque les terres viennent à manquer ou à être saturées aux abords immédiats d’une maison clanique, ses membres peuvent en effet se tourner vers les aires de leurs étapes précédentes pour y rechercher de nouvelles ressources foncières. En choisissant de comparer Siberut (dont les hommes-fleurs repliés sur eux-mêmes depuis des siècles sont confrontés maintenant à une mondialisation violente) avec Nias (où l’ouverture pour le commerce du poivre et l’arrivée de migrants est ancienne), D. Guillaud démontre une fois de plus que la « crispation territoriale et patrimoniale » n’est pas une histoire récente et apparaît par exemple à chaque arrivée de populations nouvelles.

13Faire le lien entre patrimoine et territoire n’est donc pas uniquement une posture méthodologique, mais est souvent imposé par la réalité de terrain. L’Agdal du Yagour en est un exemple parfait. En nous décrivant sa situation actuelle, pris entre deux processus de patrimonialisation, l’une locale, l’autre nationale, Laurent Auclair, Pablo Dominguez, Mohamed Alifriqui et Didier Genin démontrent que cette pratique de gestion pastorale est aussi par nature un paysage et un écosystème, un territoire et des ressources, des règles d’accès, de transmission et de gestion des conflits. Pour nos auteurs, il ne s’agit de rien de moins que d’inventer les Agdals de demain, dans une perspective de « conservation participante » et de « co-management patrimonial » pour balancer harmonieusement entre la muséification et la marchandisation imposées par le développement touristique et le maintien d’un lien local au territoire afin d’éviter l’exclusion des plus pauvres des usagers « traditionnels » (dans le sens, cette fois-ci d’habituels et d’anciens).

14Plusieurs articles ont illustré les liens qu’entretiennent les processus de patrimonialisation en marche avec le territoire et les conséquences qu’ils ont sur lui. On peut citer dans cette veine le texte de Frédéric Thomas, Dao The Anh et Lê Duc Thinh qui, au Vietnam, à propos de l’enregistrement d’une indication géographique portant sur un riz parfumé évoquent « l’épineuse question procédurale de l’administration de la preuve du lien entre qualité et territoire » : ils ont démontré le danger de simplification et d’appauvrissement que peut engendrer une telle procédure. Parmi les nombreux caractères et les nombreux facteurs environnementaux, naturels et humains, qui peuvent expliquer la qualité du produit par son aire de production (son terroir), on comprend bien que la tentation est forte d’en réduire considérablement le nombre pour les normaliser, ce qui in fine risque d’entraîner de ce fait une réduction significative de diversité.

  • 3 Notons cependant que, depuis l’élection à la tête du pays de Dilma Rousseff, les positions plus « d (...)

15L’article le plus emblématique de ce type d’approche (c’est-à-dire d’une certaine manière, les conséquences territoriales d’une patrimonialisation) est celui que nous proposent Ludivine Eloy et ses co-auteurs. Ils ont mis en évidence les liens complexes et souvent disharmonieux (ils utilisent le terme de « décalages ») qu’entretiennent les démarches de patrimonialisation identitaire, culturelle et environnementale des quilombola, descendants d’esclaves Marrons, autour de la question du territoire et du foncier dans la région du Trombetas (Pará), également habitée par des communautés d’Amérindiens. La démarche dont fait l’objet ce groupe est issue de la volonté des décideurs brésiliens de reconnaître les droits des populations locales sur leurs territoires et leurs ressources, ainsi que le rôle de leurs connaissances dans la conservation de la biodiversité, parfaitement dans l’esprit du socio- environnementalisme, tel qu’il est pratiqué dans ce pays (Chartier et Nasuti, 2009)3. La patrimonialisation des identités ethniques ou culturelles de certains groupes sociaux s’applique aussi à leur espace naturel, celui qu’ils sont censés exploiter, gérer et qui, après avoir été délimité ou borné, devient un patrimoine que les détenteurs se doivent de préserver. Au delà des problèmes de délimitation d’un espace d’usage historiquement diffus, on voit que finalement le territoire et la manière de l’utiliser se trouvent inclus de fait dans les identités à sauvegarder alors que, pour la grande majorité des groupes concernés, ces deux éléments ont toujours été des variables d’ajustement, susceptibles de variations au gré des circonstances qu’elles affrontaient. De plus, dans cette région amazonienne, les territorialités de tous les groupes sociaux sont en pleine mutation : le contexte dans lequel s’inscrivaient leurs activités économiques change et se globalise et de nouveaux besoins apparaissent. Ces groupes doivent s’insérer de plus en plus dans l’économie monétaire et ils sont contraints de trouver de nouvelles stratégies pour conserver leurs droits sur les portions de l’espace qu’ils occupent.

16Pour clore cet Inventaire analytique des liens entre territoire et patrimoine, nous avons tenu à présenter dans cet ouvrage un travail qui échappe complètement au cadre géographique et socio-économique des autres communications puisqu’il concerne les polémiques qui ont entouré la construction d’éoliennes sur les crêtes montagneuses et les pâturages boisés du Jura suisse. Il n’en constitue pas moins sur le plan thématique une sorte d’acmé des liens entre patrimoine, territoire et paysage : en effet, cet exemple que nous apportent les anthropologues Y. Droz, V. Miéveille-Ott et J. Forney montre la force symbolique et la puissance affective de l’attachement identitaire vis-à-vis de territoires patrimonialisés par l’imaginaire collectif, doux paysages ouverts de bois et de pâturages, fruits d’activités paysannes séculaires. Ces paysages culturels sont si investis par l’opinion publique qu’ils parviennent à contrebalancer au plan politique et éthique les inquiétudes écologiques pourtant fortes provoquées, en Suisse, par le recours au nucléaire pour la production d’énergie électrique.

De nouveaux objets à la confluence des questions de nature, de biodiversité et de culture

17L’ensemble des articles présentés permettent de dégager parmi les nouvelles tendances qui traversent les études patrimoniales au Sud, la prise en compte de nouveaux objets dont le point commun est d’être par essence à la fois culturels et naturels. On y trouve des pratiques et des savoir-faire tels la gastronomie (Matta), la production de spiritueux (Larson et Aguirre) ou encore l’artisanat (Benfoughal).

  • 4 Thomas et al., Luxereau, Garine et al. et, dans une moindre mesure, Moreau et Hatungimana sous l’an (...)

18C’est dans le champ de l’agrobiodiversité et plus particulièrement dans celui des ressources génétiques (sous l’angle des variétés locales et des semences) que nos auteurs sont allés cueillir leurs exemples d’objets nouveaux : cinq articles leur sont plus ou moins intégralement consacrés4. Que cette tendance s’intensifie n’est pas une surprise : de nombreux auteurs, en particulier anglo-saxons, ont dejà largement démontré que les paysans ne sont pas les ennemis de la biodiversité (Broofield, 2001) ; dans bon nombre de décisions issues des négociations de la CDB, V. Boivert nous rappelle que la bioprospection (et son pendant déviant le biopiratage) et la valorisation des ressources génétiques issue de la biodiversité sont les pierres angulaires du dispositif de financement de la conservation, de la valorisation et de partage des avantages.

  • 5 Le 16 novembre 2010, le « repas gastronomique français », la « gastronomie traditionnelle mexicaine (...)
  • 6 On peut évoquer à ce propos la tenue récente (septembre 2011) d’un colloque international sur le su (...)

19S’il est un patrimoine multidimensionnel au sein duquel concourent à la fois des éléments matériels et immatériels (aussi bien des produits agricoles que des savoir-faire, des manières de table et des formes de sociabilité, une symbolique alimentaire et des objets et ustensiles de cuisine et de la table), c’est bien celui que constituent les cultures culinaires. Au niveau international5 comme l’illustre le récent classement du repas gastronomique français sur les listes patrimoniales de l’Unesco, l’intérêt est vif quoiqu’encore débutant et n’ignore pas le Sud. La cuisine contemporaine latino-américaine attire l’attention6 et Raul Matta a examiné dans son article les conditions qui ont contribué à l’émergence d’une conscience patrimoniale autour de la nourriture et de la cuisine péruvienne. Actuellement, la candidature imminente de cette gastronomie à une inscription par l’Unesco se prépare. Une réflexion aux plus hauts niveaux péruviens est conduite et associe aux chefs dûment « starisés », des chercheurs, des journalistes et gastronomes, avec les paysans et les spécialistes du monde agricole. La patrimonialisation à l’échelle internationale nécessite de développer une production de qualité et spécifique au pays ; de ce fait, elle rejoint donc des préoccupations d’agrobiodiversité. R. Matta a montré aussi que la construction du discours implique la sélection, la légitimation et aussi la standardisation d’éléments de la diversité alimentaire et des connaissances locales. Comme dans toute sélection, un certain nombre d’éléments seront certes retenus, mais un bien plus grand nombre seront négligés, ce qui laisse prévoir des tensions futures concernant les patrimoines culinaires locaux et la place des savoirs « indigènes ».

  • 7 L’article de É. Garine et al. est également consacré entièrement à la patrimonialisation des ressou (...)

20Pour terminer cet inventaire des nouveaux objets de la patrimoniali- sation, examinons maintenant la place accordée dans cet ouvrage aux ressources génétiques issues de l’agrobiodiversité7. L’article d’Anne Luxereau est très emblématique d’un courant de recherche qui répond à l’intérêt des instances de gouvernance mondiale pour la conservation et l’utilisation durable et équitable de cette part essentielle de la biodi­versité, menacée d’appauvrissement et d’accaparement par l’agro­industrie et l’industrie semencière. À partir de l’exemple des mils péni- cillaires du Niger, l’auteur se fait l’écho des polémiques sur les modes de conservation in situ/ex situ en s’interrogeant sur le rôle de l’agricul­ture familiale vivrière et marchande dans la conservation de la diversité de cette céréale. Ses études de terrain, méticuleuses et étendues dans l’espace et le temps, ont montré tout d’abord que les variétés améliorées par la recherche agronomique pour la brièveté de leurs cycles, et donc leur adéquation à la péjoration climatique, n’ont pas fait disparaître les variétés locales, à cycle plus long, qui n’ont guère bougé de leur aire de production antérieure. Elle montre aussi que la variable culturelle prend souvent le pas sur les variables environnementales même si certaines variétés tardives sont localement en régression. Cet attachement à une céréale et à des variétés identitaires est fort heureux car, faute de moyens matériels et humains appropriés, « la conservation des ressources phyto-génétiques se fait principalement, pour les espèces cultivées, par les paysans ». Pour eux, les variétés héritées, qualifiées de semences « de nos pères » ou « de la tradition », ont entre autres le mérite d’être locali­sées, « adaptées à notre sol et à notre climat ». La situation paraît excel­lente : les paysans, en cas de besoin, savent toujours où se procurer ces semences qui sont généralement accessibles gratuitement à l’inté­rieur des réseaux de parenté, de voisinage et d’affinité et ont de fait un statut de bien commun ; ils les considèrent d’ailleurs comme forcément bonnes puisque sélectionnées par des pairs. Mais, revers de la médaille, le mil étant allogame, c’est-à-dire se reproduisant surtout par féconda­tion croisée, est menacé par l’hybridation dégénérative et il n’existe pas actuellement de réseau de distribution de semences locales de qualité.

Des instruments nouveaux ouvrant des champs de recherches spécialisés et novateurs

  • 8 Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture. Le 8 (...)

21L’innovation au niveau des procédures et des instruments de la patrimonialisation et de la valorisation des patrimoines se retrouve largement représentée dans nos articles. Cette innovation consiste parfois en la mise en place de nouveaux instruments qui affichent comme objectif tout à la fois la reconnaissance et la valorisation des patrimoines (tels l’inscription sur les listes du Patrimoine immatériel de l’Unesco ou du Brésil ou le Tirpaa8 de la Fao), mais le plus souvent en une généralisation de dispositifs déjà anciens (telles les Indications géographiques) impulsés généralement par les instances internationales de la mondialisation. Ces instruments intéressent de plus en plus les chercheurs, en particulier dans leur articulation avec la gouvernance des accès et des usages et leurs impacts sur les communautés locales. C’est à ce propos que les scientifiques expriment le plus souvent leurs réticences et mettent en lumière limites et insuffisances. De l’avis de nos auteurs, l’innovation est malgré tout assez faible et il s’agit plus de l’extension et de l’adaptation de dispositifs anciens, très souvent d’origine occidentale, plutôt que de réelles nouveautés. Les dynamiques d’inscription sur les listes du Patrimoine immatériel ont attiré plusieurs de nos auteurs : liste de l’Unesco (Matta, Boisvert) ou du Brésil (Eloy et al.). En revanche, le Tirpaa de la Fao, qui dresse des listes de ressources génétiques locales et organise leur conservation et les échanges au niveau mondial, s’il est évoqué plusieurs fois (Luxereau, Garine et al., Boisvert, Thomas et al.), notamment comme déclencheur possible d’éventuelles dynamiques locales de patrimonialisation n’a pas fait vraiment recette dans notre ouvrage, même s’il essuie quelques critiques virulentes (Thomas et al.) : peut-être est-ce à mettre en relation avec le caractère encore trop récent de son entrée en vigueur, mais probablement aussi avec les difficultés rencontrées par son application (Louafi, op. cit.) ?

  • 9 On peut rendre ici hommage aux précurseurs en la matière Philippe Marchenay et Laurence Bérard dont (...)

22Le dispositif d’inscription/valorisation qui occupe la plus grande place dans notre ouvrage est celui déjà ancien en Europe de la reconnaissance des produits de terroir par les systèmes d’indications géographiques. Ce thème particulièrement riche par ce qu’il implique en termes de gouvernance, de jeux d’acteurs, de conséquences sur la biodiversité est même devenu pour certains chercheurs une spécialité à part entière9. Deux articles se situent dans ce mouvement et sont remarquables par la précision et la finesse de leurs analyses, mais aussi par la distance critique très forte qu’ils prennent vis-à-vis des outils et des dispositifs qu’ils étudient.

23Jorge Larson et de Xitlali Aguirre ont étudié sur le long terme l’univers des célèbres boissons alcoolisées mexicaines, la tequila et les mezcals, et plus précisément la jungle des normes des dénominations d’origine (DO) qui les protègent et des dispositifs commerciaux qui les valorisent. Ils ont montré que l’étiquetage laisse un vide, subtil mais important, dans lequel s’engouffrent les industriels qui visent le marché de masse, à des fins d’exportation. Un produit de fabrication industrielle n’est pas obligé légalement de signaler par exemple, son taux de sucres issus d’autres sources que les diverses espèces d’agave, ni la présence d’additifs. Cette situation laisse les consommateurs sans information et expose les petits producteurs à une concurrence déloyale et à la dilution des valeurs et des significations techniques et culturelles des différents processus d’élaboration. Ceci annihile du même coup tous les bénéfices qu’on est en droit d’attendre d’un système d’appellation d’origine en matière de protection de la diversité biologique et culturelle, de durabilité et de partages des avantages.

24Dans la même veine, mais plus en amont du processus de patrimonialisation que constitue l’enregistrement en IG d’un riz parfumé viet­namien, Frédéric Thomas et ses co-auteurs ont conduit une intéres­sante réflexion sur les liens entre conservation de la diversité varié- tale et l’instrument IG. Ils ont montré comment les normes juridiques internationales de la propriété intellectuelle (les accords Adpics), incitent les acteurs locaux à simplifier les liens entre la qualité et le territoire de manière à apporter une preuve recevable du lien entre le gluant, l’onctuosité et l’arôme du riz. De la même manière, la recon­naissance implique de fixer les caractères phénotypiques des variétés cultivées pour obtenir des qualités standards et reconnaissables : de la très large diversité des écotypes cultivés, on passe à un ensemble plus restreint permettant de « déterminer avec des normes testables » (comme l’exige la loi) les caractères spécifiques du produit. Ainsi, les Indications géographiques sont détournées du rôle qu’elles pourraient jouer en matière de conservation de l’agrobiodiversité locale. Et les auteurs de conclure en s’interrogeant sur la place de leurs recherches dans l’évolution actuelle : leur objectif est de contribuer à faire des réglementations AO/IG « un outil d’appropriation collective d’un patrimoine local » et pas uniquement « un droit de propriété intellec­tuelle à usage marketing ».

Les limites de la mise en patrimoine : quelle place pour le chercheur ?

25Nombre des auteurs des deux ouvrages précédents restaient prudents quant à leurs conclusions en arguant du caractère souvent récent des processus et de leur observation qui ne permettait pas d’avoir un recul suffisant. Dans ce nouveau recueil en revanche, la situation a changé, les patrimonialisations se sont multipliées et ont vieilli autorisant synthèses, comparaisons et critiques et mettant en évidence les limites et les conséquences néfastes des dispositifs à l’œuvre.

26Enfin, et c’est aussi une évolution par rapport aux deux ouvrages précédents, nos auteurs s’interrogent très souvent sur la place et le rôle de la recherche et du chercheur dans le champ du patrimoine local et de sa patrimonialisation. Celui-ci n’est plus seulement « pointeur du patrimoine » pour reprendre l’expression de Garine et al., mais il devient souvent acteur du patrimoine, instrument de son enregistrement et de sa reconnaissance. Plus en aval, il assure un suivi, oriente la valorisation, etc. Ainsi, F. Thomas et al., J. Larson et X. Aguirre, L. Eloy et al., V. Boisvert ont-ils accompagné en tant qu’experts les mises en patrimoine qu’ils ont étudiées. Pour A. Binot et M.-N. de Visscher, les chercheurs interviennent non seulement dans la production de connaissances, mais aussi dans la médiation entre gestionnaires et riverains des parcs et aires protégées.

27Pour en revenir aux critiques, on peut en distinguer plusieurs catégories. Quelques communications, si elles ne remettent pas vraiment en cause le modèle « patrimoine », critiquent surtout la façon dont il est mobilisé. En nous faisant remarquer que « la catégorie de patrimoine est peu employée et en tout état de cause pas stabilisée en économie », V. Boisvert s’interroge sur le recours lancinant au « patrimoine » que l’on trouve dans les textes de la CBD : n’est-il pas finalement rien d’autre qu’une pieuse injonction à adopter une approche plus anthropocentrée de la conservation ? Plus grave, les revendications patrimoniales locales sont souvent « défensives » en réponse à des tentatives d’accaparement mais au lieu de conduire à l’élaboration d’un bien collectif, à la reconnaissance de droits à pérenniser et transmettre, elle devient à son tour une manière parmi d’autres de s’emparer sans contrôle des ressources et des territoires. Cette idée se retrouve aussi dans les commentaires de Eloy et al. à propos de la reconnaissance du patrimoine territorial quilombola : quel est son impact ? Est-il une chance ou une contrainte supplémentaire ? Certes, pour ces enfants d’esclaves affranchis, la reconnaissance effective des droits fonciers est une victoire sur une longue histoire d’exclusion, mais elle présente aussi des dangers de dérives : désormais assurés de ne pas être expulsés, les Quilombola peuvent aussi développer des activités lucratives (comme le défrichement pour la mise en pâturage) qui ne sont pas nécessairement compatibles avec l’intérêt collectif de la communauté ou l’image de durabilité environnementale et sociale souhaitée par les décideurs brésiliens.

28On peut mettre aussi dans cette première catégorie de critiques les réticences de Larson et Aguirre ou de Thomas et al. qui s’en prennent au dispositif de patrimonialisation qu’ils analysent, le jugeant pour les premiers, au Mexique, trop laxiste et pas assez strict sur l’étiquetage, ce qui pénalise les petits producteurs de mezcals de qualité ; et pour les seconds, au Vietnam, trop restrictif, trop normatif et simplificateur, mal adapté à la conservation des pratiques culturales et des ressources génétiques locales du riz. On peut aussi faire référence aux regrets de Matta qui constate que la construction du discours patrimonial sur la cuisine péruvienne implique la sélection, la légitimation et la standardisation d’éléments et donc, in fine, l’appauvrissement de la diversité alimentaire et des connaissances locales.

29Dans nos contributions, un deuxième type de critiques plus radicales et plus fondamentales s’élève. Elles remettent en question l’inefficacité de la notion même de patrimoine dans un certain nombre de contextes économiques et sociaux, mais aussi lorsqu’on cherche à l’appliquer à certains objets qui par essence lui résistent. Tout ne fait pas et ne peut pas faire patrimoine.

30L’article de T. Benfoughal sur les vanneries des oasis sahariennes nous en donne un exemple édifiant. Vu la grande utilité des palmiers et de ses nombreuses et importantes significations symboliques, on pouvait penser qu’utiliser les ressources qu’il fournit, en l’occurrence des fibres pour la vannerie, était valorisé et valorisant, très fortement inscrit dans le patrimoine culturel et naturel local et, à ce titre, facile à promouvoir auprès de la clientèle touristique, en ces temps difficiles où l’économie saharienne en crise cherche des débouchés nouveaux. Or il n’en est rien. Être vannier, de surcroît d’une manière affichée, suppose d’accepter d’être toujours identifié comme ancien cultivateur d’origine servile : nombreux sont ceux qui ainsi gardent intact leur mépris de l’activité vannière et refusent sa pratique. Ce n’est vraiment que dans sa version « féminine » qui se pratique dans le cadre domestique et qui reste envisagée comme une forme d’expression artistique, que la vannerie échappe à cette dévalorisation générale. La « professionnalisation » de la pratique, préalable probablement indispensable à toute expansion économique, est donc en panne. Ce cas d’obstacle à la patrimonialisation n’est pas unique et S. Moreau évoque pour le café à Madagascar une difficulté du même ordre : la consommation du café est restée très longtemps l’apanage des niveaux sociaux les plus bas et les plus marginalisés, ce qui a freiné et retardé la dynamique de patrimonialisation.

31Par nature, certains objets résistent à la patrimonialisation locale. Certains de nos auteurs (J. L. Paul ou Y. Droz et al.) ont attiré notre attention sur le caractère résolument non patrimonial du paysage et du territoire. Tout paysage et tout territoire sont un construit social qui, s’il s’oublie, n’en est pas moins une invention humaine, très précisément datée et localisée et donc en perpétuelle évolution. Vouloir en faire une entité patrimoniale reconnue, aux caractéristiques figées, transmissible en l’état aux générations futures, peut en effet paraître impossible, car parfaitement incompatible avec sa vraie nature.

32Les investigations menées dans la région du bassin du lac Tchad par l’équipe de recherche Plantadiv (E. Garine et al.) conduisent également à s’interroger sur la pertinence au niveau local du concept de patrimoine appliqué à un cortège de plantes alimentaires. Les objets vivants, et plus particulièrement les plantes domestiquées (espèces et variétés), présentent aussi des caractéristiques qui demandent si l’on tient à en faire des patrimoines une réflexion toute particulière quant aux processus à employer. En effet, mettre en patrimoine un objet naturel consiste à harmoniser un double système de transmission et de reproduction : celui d’un groupe humain et celui d’organismes qui reproduisent et transmettent, en partie, leur propre patrimoine génétique. La situation des espèces domestiquées est particulièrement intéressante et complexe, car ce sont à la fois des organismes vivants et des artefacts dont l’évolution et la reproduction dépendent largement des actions et des désirs des cultivateurs. D’autant que ce qui est cultivé par un groupe l’est souvent par d’autres et que la connaissance détaillée des incessants brassages du germoplasme des plantes cultivées risque bien de démontrer un jour que les « semences du père peuvent être à bien des égards semblables à celles des pères des autres ».

33L’équipe a noté le mutisme des acteurs locaux à propos de leur patrimoine en plantes cultivées, alors même que se mettent en place des dynamiques de mise en patrimoine au niveau national (catalogage, certification, etc.). Comment dans cette situation évaluer la valeur patrimoniale des divers types et cultivars ? Les auteurs proposent toute une série d’analyses portant sur les critères possibles et sur leurs limites. Les producteurs établissent une hiérarchie parmi les espèces et les variétés qu’ils cultivent, mais celles qui ont une forte valeur symbolique à leurs yeux ne sont pas forcément celles qui sont réputées au loin. Une variété traditionnelle cultivée au champ a peu de chance d’être revendiquée comme patrimoine par un groupe si elle n’est pas en plus valorisée sur le plan de la consommation : c’est dans la marmite qu’une ressource peut devenir patrimoniale. De même, les variétés dont les noms rappellent leur région ou leur village d’origine ne font pas l’objet d’un traitement particulier, ni technique ni symbolique. Lorsqu’on tient compte de la fréquence de citation dans les enquêtes sur les pratiques culturales, de la valorisation gastronomique et des usages rituels, on obtient pour chaque société des listes de taxons cultivés qui incluent souvent nombre de variétés d’introduction récente, améliorées par la recherche agronomique. Ces listes sont toujours très différentes de celles citées dans le cadre de discours patrimoniaux explicites. Mais quelle est alors la catégorie à laquelle est attribuée la plus grande valeur culturelle et qui constituerait le patrimoine que l’on souhaite transmettre ? Les résultats de ces travaux montrent plutôt que ce sont des catégories intermédiaires qui englobent plusieurs taxons terminaux, par exemple le grand groupe de taxons appelés « sorgho rouge » : ce sont elles qui sont les plus importantes pour comprendre la logique des représentations autant que celles des usages.

34En guise de conclusion, cet ouvrage a permis d’explorer à nouveau le champ du patrimoine ou plutôt des patrimoines tant cette notion se révèle plurielle, fluctuante dans le temps, selon les marchés et les normes internationales en évolution permanente. Des constantes s’observent, notamment concernant l’approche du patrimoine dit naturel par le territoire, ou se renforcent comme la variable économique avec la valorisation touristique ou l’insertion dans un monde globalisé. Mais d’autres éléments apparaissent avec la mise en place de réglementations de plus en plus strictes, l’inventaire des ressources génétiques, la reconnaissance ou non de pratiques culinaires, artisanales ou bien la volonté de prise en compte des représentations culturelles locales relevant d’un imaginaire collectif, montrant bien l’incessante construction à l’œuvre dans la mise en patrimoine, quels qu’en soient les objets et les acteurs.

Bibliographie

Aubertin C., Pinton F., Rodary E. (eds), 2006 - Les aires protégées, zones d’expérimentation du dévelop­pement durable : recueil des contri­butions. Orléans : IRD, 248 p.

Aumeeruddy Thomas Y., 2006 - « Une analyse comparée de l’histori­cité du mode d’engagement des acteurs autour des savoirs locaux et des approches participatives dans trois parcs nationaux : Ayubia (Pakistan), Shey Phoksundo (Népal) et Cévennes (France) ». In : Auber­tin C., Pinton F., Rodary E. (eds.) : Les aires protégées, zones d’expéri­mentation du développement durable : recueil des contributions, Orléans, IRD, 16 p.

Bérard L., Marchenay P., 2007 - Produits de terroir, comprendre et agir. CNRS, Alimentec, Bourg-en-Bresse, 58 p.

Bonnot T., 2002 - La vie des objets. D’ustensiles banals à objets de col­lection. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 246 p.

Brookfield H., 2001 - Exploring Agrodiversity. New York Columbia University Press, 608 p.

Charlery de la Masselière B. (Coor.), 2008 - Cafés et caféiers-Singularités et universalité d’une production mondialisée. Revue Études rurales, 180, 312 p.

Chartier D., Nasuti S., 2009 - Le délicat apprentissage d’une préserva­tion conjointe des écosystèmes et des sociétés (Maranhao, Brésil). Géogra­phie et Cultures, 69 : 97-113.

Cormier-Salem M.-C., Roussel B., 2000 - Patrimoines naturels : la surenchère. La Recherche, 333 : 106-110.

Cormier-salem M.-C., Juhé-Beaulaton D, Boutrais J.-B., Roussel B. (eds), 2002 -Patrimonialiser la nature tro­picale. Dynamiques locales, enjeux internationaux. Paris, IRD, coll. Col­loques et séminaires, 468 p.

Cormier-salem M.-C., Juhé-Beaulaton D, Boutrais J.-B., Roussel B. (eds), 2005 - Patrimoines naturels au Sud : territoires identités et straté­gies locales. Paris, IRD, coll. Col­loques et séminaires, 552 p.

Cormier-Salem M.-C., Roussel B., (eds), 2009 - Les produits de terroir au service de la diversité biologique et culturelle ? Autrepart, 50, 202 p.

Garine E., Langlois O., Raimond C., 2005 - « Le territoire est-il bien un patrimoine ? Étude comparative de deux sociétés de la Haute Bénoué (Dii et Duupa, Nord-Cameroun) ». In Cormier-Salem M.-C., Juhé-Beaula­ton D., Boutrais J.-B., Roussel B. (eds) : Patrimoines naturels au Sud : territoires identités et stratégies locales, Paris, IRD, coll. Colloques et séminaires : 177-235.

IUCN, 2011 - La nature du progrès. Rapport annuel 2010. UICN Gland, 28 p.

José G. D., da Costa T. H. M., 2007 - Is coffee a functional food ? British Journal of Nutrition, 93 (06) : 773­782.

Le Roy E., 2008 - « L’homme, la terre, le droit, quatre lectures de la juridicité du rapport « foncier ». In Barrière O, Rochegude A. (dir.) : Fon­cier et environnement en Afrique, des acteurs au(x) droit(s), Cahiers d’Antropologie du Droit, 2007-2008, Paris, LAJP, Karthala : 129-156.

Louafi S., 2007 - Les collections ex situ et la mise en œuvre du système multilatéral du traité international de la FAO. Paris, Iddri, Synthèses n° 02/2007, 4 p.

Rodary E., Castellanet C., Rossi G., 2004 - Conservation de la nature et développement : l’intégration impos­sible ? Paris, Éditions Karthala, 308 p.

Roussel B., 2005 - « Une gageure pour la gouvernance : représenter toute la diversité du local ». In Actes de la conférence internationale Ate­lier « Biodiversité, Science et gou­vernance », Paris, 24-28 janvier 2005, Paris, MNHN : 82-88.

Saint-Sauveur A. de, 2002 - Préven­tion des vols de bétail chez les agro­pasteurs bara de Madagascar. Une conception défensive du patrimoine. In Cormier-Salem M.-C., Juhé-Beau- laton D., Boutrais J.-B., Roussel B. (eds) : Patrimonialiser la nature tro­picale. Dynamiques locales, enjeux internationaux, Paris, IRD, coll. Col­loques et séminaires : 245-258.

Notes

1 Au niveau international, des productions emblématiques de la mondialisation sont mises sur la sellette : thé, cacao, huile de palme, etc. Elles font souvent partie de l’histoire coloniale et sont toujours au cœur des relations économiques actuelles entre le Nord et le Sud. Parmi elles, le café a un poids particulièrement important puisque avec les céréales et malgré les fluctuations des cours mondiaux, il occupe souvent la première place des échanges internationaux (José et al., 2007).

2 Ces modèles, dénommés matrices spatio-temporelles par E. Le Roy (2008), sont des cadres conceptuels permettant de dire l’espace où se projettent les rapports sociaux. Ils correspondent en Afrique à 3 principales manières de penser l’espace et les rapports sociaux, l’une géométrique, moderne, capitaliste et fondée sur la propriété privée, l’autre topocentrique, et valorisant les maîtrises foncières (dites droits d’usage), la troisième appelée « odologique » (propre à un cheminement) est celle des pasteurs nomades par exemple.

3 Notons cependant que, depuis l’élection à la tête du pays de Dilma Rousseff, les positions plus « développementalistes » (qui accordent la priorité au développement économique et industriel pour résoudre les problèmes de l’Amazonie) semblent à nouveau privilégiées.

4 Thomas et al., Luxereau, Garine et al. et, dans une moindre mesure, Moreau et Hatungimana sous l’angle de la culture du café ; enfin Larson et Aguirre, à propos des agaves du mezcal et de la tequila.

5 Le 16 novembre 2010, le « repas gastronomique français », la « gastronomie traditionnelle mexicaine » et la « diète méditerranéenne » ont été inscrits simultanément sur la Liste du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité (Unesco).

6 On peut évoquer à ce propos la tenue récente (septembre 2011) d’un colloque international sur le sujet et intitulé « Du livre de cuisine au bien patrimonial : 200 ans de nationalisme culinaire en Amérique latine », organisé à Guadalarajara par une historienne (Sarah Bak-Geller) du CIESAS et une ethnologue (Esther Katz) de l’UMR Paloc (IRD/MNHN).

7 L’article de É. Garine et al. est également consacré entièrement à la patrimonialisation des ressources phytogénétiques, dans la région du bassin du lac Tchad, mais il s’en éloigne considérablement sur le plan de l’angle d’analyse, en particulier par la discussion critique qu’il propose (cf. infra).

8 Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture. Le 8 février 2011, Sélim Louafi, politologue du Cirad a fait dans le cadre de la nouvelle année de notre séminaire une intervention intitulée « Le tirpaa peut-il être un outil de patrimonialisation des semences ? Voir aussi Louafi, 2007.

9 On peut rendre ici hommage aux précurseurs en la matière Philippe Marchenay et Laurence Bérard dont le Centre de recherche de Bourg-en- Bresse « Ressourcesdesterroirs : cultures, usages, sociétés existent depuis 1991 (Bérard et Marchenay, 2007). Citons aussi le « Réseau Planète Terroir » (créé en 2005 par l’Association française Terroirs & Cultures International et l’Unesco) dont la deuxième rencontre en décembre 2011 a un titre révélateur des objectifs de ce réseau : « Enjeux alimentaires : quelles contributions des terroirs pour nourrir les hommes en cultivant les diversités ? ». Enfin, nous avons nous-mêmes co-organisé un Colloque international, à l’Unesco de Paris, en juin 2009, intitulé « Localiser les produits : une voie durable au service de la diversité naturelle et culturelle des Suds ? » (Cormier-Salem et Roussel, 2009).

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540