Version classiqueVersion mobile

Hà Nội, future métropole

 | 
Sylvie Fanchette

Première partie. Une ville tissée d’eaux et de villages

Une ville tissée d’eaux et de villages

Texte intégral

1Ville deltaïque, Hà Nội partage avec la plupart des autres capitales d’Asie du Sud-Est et sa voisine, Canton, son caractère aquatique. Ces villes ont été, dans de nombreux cas, édifiées sur des sites à l’abri des débordements fluviaux (bourrelets de berge ou surélévations), comme c’est le cas de Phnom Penh construite à plusieurs mètres au-dessus de la plaine, ou alors sur des replats de terrasse alluviale pour Sai Gon (Pierdet, 2012). Dès sa fondation, Hà Nội a été protégée des inondations fluviales par de hautes digues et les rivières qui la traversent, telle la rivière Tô Lịch, ont bénéficié aussi de telles protections. En revanche, les autres villes de la région, bordées par des fleuves moins dangereux, n’ont pas bénéficié d’ouvrages de protection de telle ampleur contre les inondations. Des canaux ont été ouverts à Bangkok pour drainer les terres urbanisées et pour permettre la communication avec les nouveaux quartiers, Phnom Pen pour se protéger des crues du Mékong a été endiguée au sein d’un polder, tandis que Jakarta, fondée par des Hollandais au xviie siècle, a bénéficié des savoir-faire hydrauliques de l’administration coloniale qui a drainé et construit un dense réseau de canaux pour assainir et bonifier ce site portuaire surbaissé et régulièrement inondé.

2L’extension de ces villes sur leurs marges surbaissées pose deux problèmes principaux que nous allons aborder dans cette partie : tout d’abord, leurs périphéries sont maillées par un dense réseau hydraulique destiné à la riziculture. Cela pose le problème de la refonte du système hydraulique avec le changement d’usage des sols agricoles en terres à bâtir : il faut créer des polders que l’on endigue et remblaie avec tout un système de drainage fait de canaux, d’écluses et de stations de pompage. Par ailleurs, les villages sur lesquels ces villes s’étendent, tels les kampong de Jakarta, et surtout ceux de Hà Nội, sont très peuplés. Le changement d’usage des sols intensivement cultivés en riz concerne une population très nombreuse qui doit se reconvertir ou tout au moins trouver un complément de revenus pour pallier la perte des terres agricoles.

3L’intégration des villages dans la ville de Hà Nội s’est effectuée selon des modalités variables tout au long de l’histoire, en fonction de la nature de la politique d’aménagement de l’État en place, du modèle d’urbanisme sur lequel il s’appuyait, des activités économiques des villages et du dynamisme des collectivités locales en présence. Autant relationnelle, économique que territoriale, elle a favorisé l’urbanisation des économies villageoises et une ruralisation de la ville par le maintien sur place des populations villageoises. À travers le quartier des 36 rues et corporations, le Vieux Quartier de la capitale hanoienne, lui-même fondé à l’origine sur un substrat de villages, des villages d’artisans et de commerçants des communes périphériques ont été intégrés dans le système marchand de la ville. Celle-ci faisait partie de la sphère plus large du commerce international, notamment asiatique. Pendant plusieurs siècles, à des cadences plus ou moins soutenues, ce quartier a vécu au rythme de la production des villages. Il les a, en retour, propulsés dans l’économie internationale.

4Depuis 1995, 148 villages ont été intégrés dans le périmètre de la ville par changement de statut des districts ruraux en arrondissements urbains. Les rizières ont été progressivement grignotées par les extensions villageoises, mais surtout par l’installation de projets résidentiels et industriels, sans que ceux-ci soient accompagnés des infrastructures de drainage et de l’installation d’un système d’évacuation des eaux usées. La libéralisation du foncier et la construction tous azimuts de logements, de magasins et d’usines, certaines, sans permis, marquent l’individualisation des pratiques de construction dans un contexte nécessitant une utilisation concertée des terres et du réseau hydraulique.

5L’ampleur des projets métropolitains pour les deux décennies à venir, l’extension de la province capitale sur sa voisine de Hà Tây et la construction de villes-satellites et de quartiers péri-urbains très denses nécessitent une révision des modes de contrôle de la construction des terres agricoles et l’installation des infrastructures hydrauliques à la hauteur des ambitions urbanistiques de la municipalité.

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search