Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effervescence patrimoniale au Sud

 | 
Dominique Juhé-Beaulaton
, 
Marie-Christine Cormier-Salem
, 
Pascale de Robert
, 
et al.

Les dérives et les limites du « tout patrimoine »

Le tressage des vanneries dans les oasis du Sahara. Improbable patrimonialisation d’une activité technique ?

Tatiana Benfoughal

Texte intégral

  • 1 Il s’agira dans cet article de la partie du Sahara septentrional et central incluse dans les trois (...)

1Au Maghreb et au Sahara, comme ailleurs dans le monde, le tressage des vanneries est implanté dans les régions où la disponibilité des végétaux est assurée1. Dans le nord du Maghreb, même s’il a considérablement diminué à l’époque actuelle à cause de la modernisation, il continue à être pratiqué sur les Hauts Plateaux possédant de vastes espaces dalfa (Stipa tenacissima L.), dans les massifs de l’Atlas où l’on trouve le palmier doum (Chamaerops humilis L.) ou encore dans des régions plus humides, notamment près des côtes ou des plans d’eau, où pousse le jonc (Joncus L.). Puisqu’il s’agit de végétaux spontanés, la production vannière relève dans ces régions, encore aujourd’hui, des nomades et des semi- nomades qui peuvent s’approvisionner facilement en végétaux. Soit ils tressent eux-mêmes les vanneries, soit ils fournissent en matière première les sédentaires des bourgs et des villages, même si ces derniers peuvent s’adonner occasionnellement à la cueillette des plantes à proximité de leurs lieux d’habitation.

2Dans le Sahara, la situation est différente car la végétation spontanée y est rare. Dans ses régions septentrionales et centrales, parmi les quelques plantes spontanées utilisées pour le tressage, on peut mentionner lafezu (Panicum turgidum Forsk.), le diss (Imperata cylindrica L.) le smar (Scirpus holoschoenus L.) et le drinn (Stipagrostis pungens Desf), à condition bien évidemment, que les quelques pluies ou points d’eau permettent leur repousse. Les nomades pratiquent le tressage des vanneries occasionnellement, notamment pour fabriquer des cordes, des entraves, des muselières ou des nattes, nécessaires au déplacement de leurs troupeaux et au montage des tentes. La seule possibilité d’une production permanente de vanneries au Sahara, avec l’assurance d’avoir toujours la matière première disponible, consiste à utiliser des végétaux issus de l’agriculture. Puisque la seule plante cultivée servant au tressage des vanneries au Sahara est le palmier dattier (Phoenix dactylifera L.), c’est aux cultivateurs des palmeraies, sédentaires, que revient la tâche du tressage, assurant leurs propres besoins et ceux des nomades en récipients de transport et de stockage des récoltes et en ustensiles de cuisine. Jusqu’à ce que la matière plastique vienne concurrencer, dès les années 1970, la production traditionnelle, la majeure partie des vanneries fabriquées dans les oasis était réalisée avec les fibres issues du palmier dattier : folioles, bourre et hampes des régimes de dattes. Les plantes spontanées, plus particulièrement le smar, de même que la laine et les lanières de cuir étaient utilisées, et le sont encore, d’une manière marginale, notamment pour la décoration de certaines vanneries.

3J’ai déjà eu l’occasion d’analyser les aspects techniques et écono­miques de la production vannière dans les oasis du Sahara maghrébin (Benfoughal, 2006 et 2007). Ces analyses m’ont permis de relever la place importante qu’occupent dans la vie des Sahariens les vanne­ries et, plus généralement, le palmier dattier qui en procure la matière première. Outre son fruit, la datte, aliment complet parmi les plus nutritifs, le Phoenix dactylifera L. fournit toutes sortes de matériaux dérivés (bois, feuilles, bourre) pour des usages multiples. Il permet aussi le développement des cultures sous-jacentes, frui­tières, céréalières et maraîchères. La richesse des oasiens se mesure encore aujourd’hui en nombre de palmiers que les uns et les autres possèdent. Son importance environnementale et économique lui a valu une large valorisation dans les représentations collectives, et il a été élevé au statut « d’arbre de vie » (Benfoughal, 1996). Inscrit dans les représentations et le système des valeurs, le palmier dattier est perçu au Sahara non seulement comme son patrimoine naturel, mais aussi comme son patrimoine culturel.

4En ce qui concerne les objets tressés, presque toutes les activités quotidiennes des oasiens, liées à la nourriture, au travail, au transport ou au commerce, requièrent, encore aujourd’hui, leur usage. Les cultivateurs doivent avoir plusieurs couffins, bissacs et silos. Les femmes ont toujours besoin d’un grand nombre d’ustensiles de cuisine. En moyenne, chaque maîtresse de maison possède deux ou trois couscoussiers, une corbeille pour la farine et le couscous, un ou deux grands vans, deux à cinq plats, un couvre-plat, un couffin, un grand panier à couvercle, deux ou trois dessous-de-plat. Dans les croyances, dans la vie festive et dans les rituels, les vanneries continuent à jouer le rôle de médiateurs et de référents indispensables. Elles sont incluses dans le système de dons, d’offrandes et de cadeaux lors des fêtes religieuses et familiales. Les différents types de vanneries continuent aussi à remplir un rôle d’« outils » dans les relations avec le surnaturel lors des manifestations rituelles. Du fait de cette présence permanente des vanneries de fibres du palmier dattier dans la vie quotidienne et festive, elles sont souvent présentées dans les discours des intéressés comme des marqueurs de leur identité saharienne et oasienne. Leur dimension « patrimoniale » est confirmée par leur présence dans les musées sahariens, très nombreux aujourd’hui, où elles sont exposées comme des objets-témoins de la vie dans les oasis.

5Vu la grande utilité et les importantes significations symboliques aussi bien du palmier dattier que des vanneries dont elles sont fabriquées, il serait logique de penser que la culture de cet arbre et la pratique du tressage des vanneries pourraient être valorisées et valorisantes. Les enquêtes de terrain démontrent le contraire et la réponse de cet enfant de Rissani (Maroc) à ma question sur le métier qu’il aimerait faire, « je ne voudrais surtout pas être vannier », en dit long sur la déconsidération du métier (Benfoughal, 2007).

6Les sociologues du travail et les anthropologues ont déjà montré que les activités techniques sont toujours inscrites dans la « topographie sociale » (Pharo, 1983), qu’elles marquent une identité collective et qu’elles « véhiculent certaines valeurs et normes de groupe » (Martinelli, 1995 : 165). Entrer dans un métier, c’est entrer dans un groupe avec ses normes et ses codes, c’est acquérir un statut (Chevalier et Chiva, 1991 : 8). Vu sous cet angle, la dévalorisation de l’activité de tressage des vanneries dans les oasis, en apparente contradiction avec la haute valeur patrimoniale de la ressource sur laquelle elle repose, pourrait s’expliquer par l’identité statutaire de ceux qui l’exercent, à savoir les cultivateurs de palmeraies. Dans ce texte, après avoir présenté le statut coutumier des cultivateurs vanniers, j’analyserai son inscription dans les changements dont le Sahara est le théâtre depuis le début du xxe siècle. Cette analyse nous permettra de répondre à la question de savoir dans quelle mesure les transformations socio-économiques locales et globales, provoquant d’importantes reconfigurations socioprofessionnelles et identitaires, sont de nature à modifier les représentations de l’activité vannière et à ouvrir la voie à son éventuelle patrimonialisation.

Statut coutumier des cultivateurs vanniers

7Avant que les sociétés sahariennes ne s’engagent dans les changements économiques et socio-professionnels contemporains, chaque groupe occupait une position précise dans la hiérarchie sociale dont la rigidité était soutenue par les divers tabous, codes d’honneur et préjugés. L’appartenance à l’un ou l’autre groupe supposait automatiquement l’exercice des activités correspondantes. Le changement de métier impliquait le changement d’appartenance statutaire et vice-versa. De fait, toutes les activités sahariennes étaient inscrites dans une sorte de nomenclature hiérarchisée, comme bonnes ou viles à exécuter (Boulay, 2003). Le tressage de vanneries s’y trouvait parmi les moins valorisées. Pour comprendre les causes de ce déclassement, il est nécessaire de replacer les cultivateurs de palmeraies dans le cadre identitaire et social « traditionnel » et de voir comment se sont formés les jugements et les attitudes concernant leur travail.

8L’identité des cultivateurs vanniers, à multiples facettes, s’est constituée tout le long de l’histoire des oasis, en relation et par un jeu de miroirs complexe, avec d’autres groupes de population saharienne. La hiérarchie traditionnelle de la société oasienne s’appuyait sur trois critères de différenciation : culturel (ethnique), statutaire et économique. Le premier permettait de distinguer des populations d’origine autochtone, subsaharienne, arabe et berbère. Le deuxième concernait la distinction entre les Sahariens « libres » et « serviles » puis, à l’intérieur du groupe « libre », celle entre les « nobles » et les « gens du commun ». Enfin, le troisième élément de différenciation, qui relevait du régime foncier et des modes de faire-valoir, s’appuyait sur la distinction entre « propriétaires » et « non-propriétaires ».

9Par leurs différents recoupements et configurations, ces appartenances donnaient à chaque oasien une identité à plusieurs paliers, définie sur un mode dualiste (libre ou servile, noble ou roturier, Arabe ou Berbère, « Blanc » ou « Noir », etc.) et participaient à la position des uns et des autres sur l’échelle sociale. Le haut de la pyramide était tenu par les nobles d’origine, chorfa et merabtin. Les premiers se déclaraient descendants du prophète et devaient être nécessairement arabes. Les seconds, d’origine arabe ou berbère, se donnaient pour ascendants des personnages religieux ou pouvaient accéder au statut de merabtin par des actes méritoires individuels. Ces deux appartenances statutaires pouvaient s’appliquer à un même groupe et à un même individu. Les chorfa et les merabtin possédaient les terres, les palmiers et l’eau et employaient pour les cultiver la main-d’œuvre servile.

10La deuxième strate sociale englobait des oasiens de statut libre, Arabes ou Berbères, qui n’avaient pas d’origines nobles. On les désignait dans la plupart des régions sahariennes par le terme arabe aouam, « gens du commun » (pl. de àmi ou amm, commun). Ils possédaient le plus souvent de petites ou moyennes parcelles de terre, données en métayage ou cultivées par eux-mêmes. Dans ce dernier cas, le tressage des vanneries faisait partie de leurs occupations.

11Au troisième rang se plaçaient les représentants du groupe statutaire servile. Il s’agissait des descendants de la population autochtone de type « soudanais » asservie et des esclaves d’origine subsaharienne, déplacés dans le cadre de la traite négrière et affranchis par leurs maîtres locaux. Ils étaient désignés généralement par le terme hrâtîn (pl. féminin hartâniyyat, sing. hartâni et hartâniyya). Non-propriétaires, ils travaillaient comme cultivateurs pour le compte de l’élite oasienne et des nomades, le plus souvent sous la forme du métayage. Ils assumaient tous les travaux qu’imposaient la phoeniciculture et le jardinage, avec, comme occupation annexe, la fabrication du matériel en vannerie, nécessaire au transport et au stockage des produits de la palmeraie. Aux femmes des cultivateurs revenait la tâche du tressage des vanneries nécessaires à la vie quotidienne. Dans les deux cas, il s’agissait d’une activité de caractère « domestique », pratiquée à l’intérieur de la cellule familiale, essentiellement pour l’autoconsommation. Néanmoins, la capacité de produire plus que le strict minimum et la présence d’une clientèle potentielle, notamment nomade, permettaient de développer aussi une production semi-artisanale, afin de se procurer quelques revenus d’appoint. Le statut de ce vannier occasionnel « professionnel » était formalisé par une appellation spécifique qui renvoyait à la matière première utilisée pour le tressage. Dans la plupart des oasis, le vannier était désigné comme « celui des folioles », bouazouffen ou bouzaaf.

12Enfin, au dernier rang de l’échelle sociale se trouvaient les serviteurs et les domestiques, abid en arabe (sing.’abd) et iklan en berbère (sing. akli), esclaves d’origine et de statut, affranchis par la loi française de 1848, mais dont l’affranchissement réel par leurs maîtres s’est poursuivi jusqu’à ces dernières décennies.

13Cette hiérarchisation de la société oasienne ne serait pas complète sans la prise en compte de la dimension nomade/sédentaire. L’implication des nomades dans la vie des sédentaires a toujours été très importante, du fait notamment de leur mainmise politique et économique sur les oasis. Le fait que la relation entre les nomades et les sédentaires était fondée sur la complémentarité économique et qu’elle était souvent encadrée par les « pactes de protection », liant une tribu nomade à un groupe villageois, ne modifiait guère la nature de cette relation, celle de dominant à dominé. Les nomades possédaient souvent des palmeraies et pouvaient camper plusieurs mois durant près des oasis pendant la récolte des dattes. Les semi-nomades, eux, avaient des maisons dans les villages et partageaient leurs activités au gré des saisons entre pastoralisme et agriculture, entre nomadisme et sédentarité.

14Parmi ces différents groupes statutaires, c’étaient donc les hrâtîn et éventuellement les aouam qui pratiquaient l’agriculture et l’activité vannière. À la construction de l’identité des hrâtîn, à la fois sédentaires, souvent d’origine subsaharienne servile, « Noirs » et non-propriétaires, participaient leurs alterego : nomades, « libres », « Blancs », Berbères ou Arabes, propriétaires. Pour les aouam, sédentaires, « libres », Berbères et propriétaires, c’étaient des nomades, des serviles, des Arabes et des non-propriétaires qui constituaient leurs référents identitaires (fig. 1). Comme d’autres marqueurs identitaires des cultivateurs (codes de comportement, règles matrimoniales, normes vestimentaires, etc.), leur spécialisation professionnelle ainsi que ses représentations se définissaient, elles aussi, dans l’altérité, le plus souvent sur un mode

Figure 1 - Référents identitaires, de cultivateurs exploitants dualiste de palmeraie.

Figure 1 - Référents identitaires, de cultivateurs exploitants dualiste de palmeraie.

15L’opposition « groupes serviles/groupes libres » reposait sur la dualité de deux notions fondamentales au Sahara, la servilité (budiyya) et la liberté (hurriyya) (Villasante-de Beauvais, 2000). Les groupes statutaires serviles, hrâtîn et abid, possédaient aux yeux des Sahariens « libres » des particularités physiques et culturelles révélatrices de leur état de « civilisation » inférieure. La littérature populaire les présente comme des êtres laids, indignes, sans honneur, en deçà de la frontière de l’humanité (Valensi, 1984). Le travail agricole auquel étaient astreints les hrâtîn correspondait tout à fait à leur état de « non-civilisés » et un récit recueilli dans le Mzab en 1954 est sur ce point édifiant. Les travailleurs des palmeraies y sont présentés comme des individus qui « ne fréquentent personne, ne parlent pas, sont sans politesse, comme des ânes. Que l’un d’eux reste longtemps (à faire ce métier), il devient idiot. Ils ne portent que des habits de laine, sont toujours à manipuler des talons de palmes, des rejetons de palmiers, des palmes sèches, de la bourre de palmiers, et ils sentent toujours mauvais » (Delheure, 1986 : 107).

  • 2 Appellation locale des hrâtîn.

16L’une des expressions les plus visibles du sentiment de supériorité des « Libres » par rapport aux groupes serviles était leur refus du travail manuel. Cette position tranchée a été longtemps celle de l’aristocratie oasienne, chorfa et merabtin. Propriétaires des terres et de l’eau, détenteurs des savoirs inaccessibles aux communs des mortels, ils ne consentaient à assumer que les tâches les plus nobles : diriger les différentes manifestations religieuses, s’occuper des activités pédagogiques, arbitrer les conflits familiaux et communautaires. Un noble d’El Mansoura, dans le Sud tunisien, l’exprimait ainsi : « On ne travaillait pas parce qu’on considérait le travail comme une honte (’ayb). Les gens alors étaient fiers - comment ? Un noble travailler, non jamais ! Seuls les shwâshîn2 travaillent. Mon père n’a jamais touché à la houe (...) les gens, avant, considéraient le travail comme un déshonneur (’âr) » (Bédoucha, 1984 : 105). Les femmes de condition noble ne devaient pas travailler non plus. Leur vrai rôle, tel qu’il est présenté dans la littérature populaire par exemple, était de « rester à la maison, à manger et dormir » (Valensi, 1984 : 64). Le tressage des vanneries était pour elles une activité proscrite.

17L’attitude des aouam, « gens du commun », à l’encontre du travail manuel et plus particulièrement agricole dépendait de leur situation économique. Certains, propriétaires de petites parcelles de terre, devaient travailler eux-mêmes dans leurs palmeraies. Mais dès que l’un d’eux s’enrichissait un peu, il s’empressait de donner sa palmeraie en métayage et passait par là-même de la catégorie sociale de cultivateur exploitant à celle, plus valorisée, de propriétaire. Pour ce qui concerne les femmes de ce groupe statutaire, si elles étaient de condition modeste, toutes les occupations domestiques étaient à leur charge. La fabrication des vanneries destinées à l’usage strictement familial était admise et ceci d’autant plus que les femmes considéraient généralement cette activité comme un passe-temps agréable. De plus, le caractère créatif de la fabrication des vanneries « féminines », souvent décorées, valorisait le travail de tressage.

18En ce qui concerne la différentiation culturelle et linguistique entre deux appartenances, berbère et arabe, elle était opérationnelle surtout dans le groupe statutaire des oasiens d’origine libre, même si les groupes serviles pouvaient se revendiquer de l’une ou l’autre de ces deux identités, le plus souvent celle de leurs maîtres. Les représentations et les codes de comportement que les Berbères et les Arabes avaient forgés étaient liés en grande partie aux faits historiques. Dans le Sahara maghrébin du nord-est (dans les actuelles Tunisie et Algérie), les tribus arabes, majoritairement nomades, ont commencé à s’imposer aux Berbères, nomades ou sédentaires, dès le xiie siècle, pour devenir et rester les maîtres incontestés des terres de parcours et des oasis jusqu’au début du xxe siècle. Basculés dans la catégorie des tributaires, les Berbères du nord-est du Sahara maghrébin sont devenus ces petits cultivateurs libres d’origine, mais contraints à partager les résultats de leur travail avec les « protecteurs » arabes. Par leur langue, par leur mode de vie sédentaire, par leur travail de cultivateur, par leur peau souvent sombre, à cause des métissages prolongés avec la population sédentaire noire, les Berbères étaient aux yeux des Arabes, comme les hrâtîn, porteurs de valeurs inférieures aux leurs. Un vieux nomade expliquait à A. Louis, dans le Sud tunisien, quelle était la différence entre les Arabes et les Berbères : « Nous les Arabes nous nous déplaçons toujours (...) nous sommes des cavaliers et des guerriers (...). Les Berbères ne sont pas des cavaliers, ils ne connaissent ni le fusil, ni le cheval. Ils vivent dans leur montagne. Ils ne vont pas en nomadisation. Ils travaillent dans leurs jardins, ils ont besoin de nous pour les protéger » (Louis, 1979 : 31). Tout ce que les Berbères sahariens sédentaires faisaient était considéré par les Arabes comme avilissant et indigne (Daumas, 1845 : 8).

19Les représentations identitaires du binôme « nomades/sédentaires » s’appuyaient sur la suprématie historique des premiers sur les seconds. L.-Ch. Féraud décrivait les tribus nomades comme ayant « des habitudes belliqueuses et une grande suprématie sur la population des villages qu’elles enserrent de toutes parts » (Féraud, 1887 : 446). Même les semi-nomades, qui ne vivaient sous la tente qu’une partie de l’année, méprisaient le sédentaire et le qualifiaient de « peureux, mangeur de carottes et de navets, éleveur de poules » (Gaudry, 1961 : 78). En adéquation avec leur mode de vie et leurs représentations Identitaires, se construisait la hiérarchie des activités nomades. Chez les grands nomades, Touaregs, Aït Atta, Chaamba, le cavalier et le chamelier étaient l’emblème de l’homme d’honneur : guerrier noble et valeureux défendant le territoire tribal. Le commerce, qui impliquait le voyage et la mobilité, était généralement valorisé. Le rapport des nomades au travail de la terre dépendait de l’histoire et du code d’honneur de chaque tribu. Certaines avaient l’habitude de s’adonner sur leurs terres collectives de parcours à la céréaliculture occasionnelle non irriguée. D’autres, comme les Chaamba ou les Touaregs Imohar, exprimaient leur répugnance à l’égard du travail de la terre. G. Gardel traduisait en ces termes le sentiment des Touaregs au Tassili n-Ajjer : « Le labeur agraire pour lequel il faut se courber, signe de servitude, n’est pas besogne noble. C’est le lot des esclaves et des malheureux. L’homme qui a quelque bien, la moindre dignité, ne travaille pas de ses bras. Il s’occupe de chameaux, de caravanes, de troupeaux, mais pas de culture » (Gardel, 1961, enquêtes des années 1910).

20Qu’ils eussent l’habitude de pratiquer la culture céréalière sèche ou non, tous les nomades étaient unanimes sur le travail dans les palmeraies. Tout en valorisant le palmier dattier en tant que végétal nourricier, ils considéraient que s’occuper de la culture des palmiers et bêcher la terre étaient indignes de leur rang. La raison principale de la valence différentielle entre d’un côté la phoeniciculture irriguée et le maraîchage et de l’autre, l’agriculture céréalière sèche, était que les premiers imposaient au nomade une fixation permanente, alors que la deuxième ne nécessitait que la sédentarisation temporaire. La perception inégale par les nomades des activités agricoles se répercutait inévitablement sur l’appréciation des personnes qui les pratiquaient : un relatif respect de l’« homme à l’araire » et le mépris de l’« homme à la houe » (Bourdieu, 1985 : 60). L’activité vannière des cultivateurs évoquait aux yeux des nomades la quintessence de tout ce qu’ils méprisaient : le mode de vie sédentaire, le « jardinage », la manipulation des palmes et de la bourre, le travail manuel.

21Pour conclure cette présentation du système statutaire traditionnel, on peut dire que sur la balance des valeurs traditionnelles accordées d’un côté, au palmier dattier et de l’autre, à l’identité de ceux qui le cultivent, ce sont celles qui se rapportaient à l’identité des cultivateurs qui prévalaient quand il s’agissait de porter un jugement sur l’activité du tressage des vanneries. Parce que pratiquée par les groupes statutaires situés en bas de l’échelle sociale, cette activité était perçue comme dévalorisée et dévalorisante. Elle renvoyait à l’image du sédentaire agriculteur d’origine et de statut le plus souvent servile, plus rarement de condition libre. Dans ce dernier cas, elle était liée à l’oasien berbère, sans origines nobles, plutôt un non-propriétaire, au mieux à un petit propriétaire. Marquée de son côté par l’identité de ceux qui l’exerçaient, l’activité vannière était perçue comme inférieure dans la hiérarchie des métiers. Dans les représentations collectives, elle était significative non seulement de l’état de la sédentarité et de la condition servile, mais aussi de la pauvreté.

L’activité de tressage des vanneries dans les situations contemporaines

22Le tressage des vanneries, tel qu’il se pratique aujourd’hui dans les oasis, s’inscrit dans deux situations contemporaines étroitement articulées : d’un côté, la perpétuation partielle des anciens modes de production, des pratiques et des représentations et, de l’autre, le remodelage en profondeur de la vie économique et socio-culturelle saharienne. Quelle incidence les changements récents ont-ils sur les modes de production des vanneries ? Modifient-ils les représentations de l’activité vannière ? Contribuent-ils au changement de statut de ceux qui l’exercent ? Les réponses que nous essaierons d’apporter à ces questions nous permettront de prospecter, dans la dernière partie de cet article, les voies d’une éventuelle patrimonialisation de l’activité de tressage.

23Avec la colonisation, l’effondrement des bases sur lesquelles reposait le nomadisme commercial et pastoral, le recul de l’agriculture et l’affaiblissement de la complémentarité entre les sédentaires et les nomades furent parmi les bouleversements les plus dévastateurs pour le système socio-économique traditionnel. Une longue période de crise du système économique traditionnel, dans les années 1900-1970, s’accompagna de l’intégration progressive des régions sahariennes dans des cadres politiques et économiques nouveaux, d’abord coloniaux et ensuite nationaux, qui entraîna le développement de modes d’exploitation modernes des ressources locales, la mise en place de l’économie de marché et, comme conséquence directe de ces deux changements majeurs, le réajustement du système de valeurs attachées à l’ensemble des activités sahariennes. L’agriculture saharienne des palmeraies, traditionnellement basée sur la polyculture intensive, évolue aujourd’hui vers des exploitations spécialisées, extensives, avec une place de choix donnée aux variétés de dattes commercialisables sur le marché européen. La majeure partie de ceux qui investissent dans cette agriculture « moderne », devenue valorisée et valorisante, sont des ex-nomades et des « hommes d’affaires », issus des différentes couches de la population oasienne et qui emploient désormais une main-d’œuvre salariée. Par ailleurs, de nouveaux secteurs économiques se développent rapidement, dans le bâtiment et la construction des routes, dans l’administration et, plus récemment, dans le tourisme, en offrant aux Sahariens le travail salarial.

24En arrière-plan de ces changements subsistent des anciennes pratiques et comportements. C’est dans les oasis « à l’ancienne », éloignées des pôles de développement industriel ou des circuits touristiques ou peu propices au développement d’une monoculture extensive, que survivent les codes d’honneur et les formes de régulation sociale coutumiers. Ailleurs, dans les régions intégrées économiquement et socialement dans le monde « moderne », c’est au travers de la mentalité et des attitudes que ces codes anciens se reproduisent partiellement : dans le domaine familial, dans le statut de la femme ou encore dans les références identitaires, toujours vivaces, à la généalogie et à l’appartenance à la catégorie sociale d’origine.

25C’est en analysant les répercussions des changements socio-économiques récents sur chaque groupe statutaire de la société oasienne que nous verrons dans quelle mesure ils ont contribué à modifier les attitudes envers l’activité vannière.

Hrâtîn

26Pour les anciens hrâtîn, l’indice le plus significatif du changement relève de la statistique. Lors de mes enquêtes de terrain, j’ai pu constater une diminution considérable du nombre des anciens cultivateurs serviles qui pratiquent encore l’activité vannière. Cette diminution est surtout visible chez les hommes et touche toutes les régions du Sahara maghrébin.

27Certains des anciens hrâtîn continuent, comme à l’accoutumée, à tresser des couffins et des bissacs pour leurs propres besoins de cultivateurs, les autres, deux ou trois par village, le font aussi pour la vente. Cette situation est visible dans les oasis de la vallée de la Saoura, du Touat, du Gourara, du Tidikelt, de la Saoura ou du R’ir, en Algérie ; dans les oasis du Jerid (à Nefta et à El Hamma), en Tunisie ; dans les oasis du Djebel Bani et du Tafilalt, au Maroc. Dans d’autres régions, comme le Nefzaoua ou les vallées du Drâa et du Dadès, profitant plus de la modernisation de l’agriculture et du développement du tourisme, les anciens vanniers hrâtîn, devenus aujourd’hui pour la plupart d’entre eux propriétaires des palmeraies, sont encore plus rares. Il faut souligner que dans leurs auto-identifications, tous ces vanniers occasionnels ne parlent plus de « Noirs » ni de cultivateurs de statut servile, hrâtîn, mais de cultivateurs tout court ; ils se présentent maintenant comme « fellah, de père en fils », en éliminant ainsi tout lien entre le travail vannier et son ancienne connotation d’activité servile.

  • 3 L’ascension sociale se mesure souvent par le degré d’enfermement des femmes. Le hartâni qui arrive (...)

28C’est dans l’émancipation économique des hrâtîn qu’il faut chercher les raisons de l’abandon progressif de l’activité de tressage des vanneries, émancipation qui a débuté avec la possibilité d’accession à la propriété terrienne et l’apparition de nouveaux débouchés. Peu à peu, de nombreux hrâtîn ont commencé à dépasser les anciennes élites en richesse, ce qui a produit une situation inédite d’incompatibilité entre l’affranchissement économique qu’ils étaient en train de réaliser et leur statut social coutumier (Bisson, 2003). Par le maintien des barrières sociales, les pressions diverses et les discours discriminatoires, les « nobles » tentent encore aujourd’hui de rappeler aux anciens cultivateurs serviles et aux « domestiques » la place qui est la leur dans les hiérarchies traditionnelles et de leur empêcher toute ascension sociale. Le comportement des « nobles » de l’oasis d’El-Mansoura en Tunisie, à propos de la vente de terres aux anciens shwâshîn, est un exemple révélateur : « Vendre est déjà un déshonneur ; vendre à un shûshân est une déchéance. Car on vend à son égal ; vendre sa terre à un shûshân c’est donc le reconnaître comme l’un des siens, en somme c’est vendre son rang, c’est s’humilier, c’est aussi permettre l’arrogance... » (Bédoucha, 1984 : 1 14-1 15). Alors pour échapper au sentiment d’injustice et aux blocages divers, les anciens cultivateurs s’efforcent non seulement de s’enrichir, mais aussi de se départir de tout signe marquant leur infériorité sur l’échelle sociale. ils changent leur manière de s’habiller et d’habiter, ils enferment leurs femmes3 et abandonnent leurs anciennes activités les plus stigmatisantes. Parmi elles, à côté des travaux les plus pénibles dans la palmeraie, figure en bonne place le tressage des vanneries.

29Le nombre de femmes hartâniyyat qui continuent à pratiquer le tressage des vanneries est plus élevé que celui des hommes. Ceci s’explique par le fait que, dans leur grande majorité, les femmes sont encore exclues du nouveau monde du travail et que dans sa version « féminine », exercée à la maison et pour les besoins de la maison, l’activité de tressage est moins empreinte d’une marque de servilité statutaire d’origine. L’abandon de l’activité vannière concerne surtout les femmes qui exercent un travail salarial, comme femmes de ménage ou, plus rarement, comme employées dans l’administration, dans les écoles ou dans les centres de soins. Non seulement elles n’ont plus de temps pour faire de la vannerie mais de plus, signe visible de leur promotion sociale, elles peuvent maintenant l’acheter ! Il y a aussi des femmes auxquelles les hommes de leur famille, qui ont pu s’enrichir ou obtenir un emploi dans l’administration et qui aspirent dorénavant à l’ascension sociale, interdisent de tresser les vanneries. Cette interdiction fait partie des restrictions imposées aux femmes de ces hrâtîn « évolués ». Là, par exemple, les filles racontent que « notre père, qui travaille à la mairie, ne nous laisse pas faire la vannerie » (village Dmireni, Souf, 1993). Ailleurs, c’est le mari, devenu commerçant, ou le grand frère, instituteur, qui exerce cette autorité.

30Pour les anciens hrâtîn qui n’ont pas réussi à devenir propriétaires ou à se reconvertir dans les secteurs bien rémunérés, restait toujours, outre la solution de s’engager comme salariés agricoles, celle de devenir vanniers professionnels. Cette possibilité est choisie, on peut dire par défaut, par les plus démunis d’entre eux. Être vannier, de surcroît d’une manière « affichée », suppose d’accepter d’être toujours identifié comme ancien cultivateur d’origine servile, même si l’aspect commercial de leur travail atténue quelque peu cette identification. Ainsi, par exemple, l’artisan vannier de Touroug au pied du Djebel Ougna, à quelque 70 km au nord- ouest de Tafilalt au Maroc, est connu de tous comme hartâni vannier. Son atelier, comme sa maison, sont toujours situés dans le ksar réservé aux hrâtîn, séparé par un oued du village habité par les Berbères Aït Atta, leurs anciens maîtres.

31La professionnalisation touche aussi les femmes, à cette seule différence qu’elles continuent à travailler chez elles et non pas dans un atelier, comme c’est souvent le cas pour les hommes. Par exemple, en 1991, de nombreuses femmes des familles de cultivateurs de Touggourt, installées à Guérara, au Mzab, tiraient leurs moyens de subsistance de la production vannière que leurs maris commercialisaient au souk. En 2003, à El Mansoura, en Tunisie, à quelques kilomètres de Kebili, la production vannière était assurée par trois femmes issues des familles d’anciens « affranchis ». D’après l’une d’elles, il y a encore une trentaine d’années, toutes les femmes d’El Mansoura faisaient la vannerie, mais maintenant elles « préfèrent l’acheter ». En 2005, dans le Tafilalt, au Maroc, des femmes de nombreux villages de la région (Ksiba Htab, Ghouara, Ferh, etc.) tressaient les vanneries et les écoulaient sur le grand marché de Rissani.

Chorfa et merabtin

32Dans le Sahara d’aujourd’hui, où les anciennes hiérarchies cèdent peu à peu la place aux nouvelles structurations sociales fondées sur le critère de l’argent, nombre de ceux qui appartenaient jadis à une élite oasienne ont réussi à préserver leur rôle religieux et leur prestige social ou à se reconvertir avec succès. Pour cette élite maintenue, il n’y avait aucune raison de changer de comportement vis-à-vis de l’activité vannière, toujours méprisée. Dans les villages qui abritent encore d’importantes zaouïa et où les religieux continuent à avoir une grande aura auprès de la population, l’activité vannière reste entre les mains des anciens hrâtîn. Ainsi, dans l’agglomération de Kerzaz (vallée de la Saoura, Algérie), le tressage des vanneries est toujours une activité proscrite pour les nobles, chorfa et merabtin, qui habitent Kerzaz-Zaouia. Il en est de même, dans l’agglomération de Lahdeb (Tafilalt, Maroc), constituée de deux kasbah se faisant face de part et d’autre d’un petit chemin. Dans l’un, Lahdeb Gharbia, habité par des chorfa Filali, le tressage des vanneries n’est pas pratiqué. Dans l’autre, Lahdeb Charquia, habité par les anciens hrâtîn, il fait partie du quotidien des hommes et des femmes.

33Mais la nouvelle situation économique et sociale au Sahara n’a pas réussi à tous les chorfa et les merabtin. La disparition de l’agriculture basée sur l’exploitation servile a mis certains d’entre eux face à un problème de main-d’œuvre qu’il fallait désormais payer pour cultiver les palmeraies. La vente des terres n’était qu’une solution de sursis et il a bien fallu que certains d’entre eux se reconvertissent, en cultivateurs, en commerçants, en petits artisans. Une chose jadis impensable s’est produite alors pour certains représentants de l’élite, les plus appauvris, leur reconversion vers l’activité vannière.

34À la fin des années 1980-début des années 1990, lors de mes enquêtes dans le Sahara algérien, j’ai rencontré plusieurs anciens nobles devenus vanniers. À Metlili par exemple, le seul vannier du village appartenait à la fraction des Chaamba Berazga se réclamant des chorfa, maîtres de la ville avant la conquête. Un autre exemple est celui d’un fils de cheikh au village de Hassani Abdelkrim, dans le Souf. Il m’a raconté que, lorsqu’il était encore enfant, son père le destinait à un autre avenir, mais vu la situation économique de plus en plus difficile de la famille, il l’assigna à l’activité vannière. Âgé de 46 ans, il partageait son temps de travail entre les palmeraies, où il effectuait, en tant que journalier, différentes tâches agricoles (plantation et entretien des palmiers, prélèvement de la sève, etc.), et sa maison, où il tressait les vanneries sur commande ou pour la vente au marché.

35Pour préserver quelque peu leur ancien prestige, il ne reste à des nobles déchus que leurs femmes, dernier rempart de l’honneur familial. Coûte que coûte, elles doivent maintenir l’image de leur noblesse d’origine. Aucun écart de conduite n’est toléré pour elles. Les tenues, les comportements et les activités doivent être, comme par le passé, irréprochables et dignes de leur rang. Aujourd’hui, même si ces femmes, faute de serviteurs, font elles-mêmes la cuisine et assurent l’entretien de la maison, elles ne peuvent toujours pas circuler librement dans le village, se rendre dans la palmeraie et bien évidemment avoir des occupations indignes de leur rang : travailler « pour les autres », faire de la poterie ou de la vannerie, vendre les produits de leur travail au marché.

36Pour ce qui concerne les « gens du commun », une activité vannière occasionnelle dépend toujours de leur situation économique. Dans les régions propices à la modernisation de l’agriculture, ceux qui réussissent à agrandir leur exploitation deviennent de véritables chefs d’entreprises avec une main-d’œuvre salariée. Ailleurs, dans les anciennes palmeraies, les petits cultivateurs continuent d’entretenir eux-mêmes leurs parcelles de terre. Le tressage des vanneries, pour leurs propres besoins et occasionnellement pour la vente, reste de leur ressort, comme c’est le cas par exemple, des cultivateurs de Chebika, dans le Jerid en Tunisie. Parmi les femmes qui tressent les vanneries pour la vente, on compte surtout celles qui doivent assumer seules la subsistance de leur famille comme cette femme divorcée avec deux enfants à charge à Ouled Driss dans la vallée du Drâa, cette épouse du village de Nefta dont le mari était amputé des deux bras ou cette veuve âgée de Tamtert délaissée par ses enfants.

Berbères et Arabes

37Aujourd’hui encore, l’appartenance arabe ou berbère participe explicitement aux représentations identitaires des Sahariens et les départage souvent dans leur attitude vis-à-vis des différentes activités dont le tressage des vanneries.

  • 4 Zenati est le singulier de zenata ou zénètes, appellation qui désigne l’une des branches les plus i (...)

38Dans le Sahara tunisien et algérien (à l’exception de l’Ahaggar et du Tassili n-Ajjer), là où il y a encore des Berbères et où les deux populations cohabitent, l’Arabe considère toujours le Berbère comme plus enclin à exercer un travail manuel. Même si aujourd’hui, l’abandon progressif de l’activité vannière se généralise, les villages où elle reste encore plus ou moins prospère, en plus de ceux des anciens hrâtîn, sont identifiés comme berbères, avec une population qui se définit comme berbérophone. L’attitude différenciée envers le tressage des vanneries est particulièrement visible dans le cas d’un habitat séparé (villages des arabophones et des berbérophones voisins), où les Berbères, à sédentarisation très ancienne et considérés comme « autochtones », pratiquent le tressage des vanneries, contrairement aux Arabes, sédentarisés postérieurement. Telle est la situation par exemple, dans l’oasis de Charouine, dans le Gourara, en Algérie, qui a vu s’installer au début du xxe siècle, près des quatre anciens villages peuplés de Berbères et de hrâtîn, des tribus nomades arabes. À la fin des années 1980, presque tous les hommes et les femmes des villages berbères tressaient la vannerie, alors que dans le village arabe cette activité était pour ainsi dire inexistante. Dans les villages à population mixte, la référence culturelle est plus difficile à saisir, d’abord parce que l’appartenance arabe ou berbère n’est pas visible d’emblée et ensuite parce ce qu’elle est souvent occultée par les références à l’ancien mode de vie (sédentaire, pour les oasiens de souche, et nomade, pour les sédentarisés récents), à l’appartenance statutaire d’origine (libre, noble, servile) et à la situation socio-économique actuelle (oasiens riches, pauvres, fonctionnaires, hommes d’affaires, émigrés, commerçants, etc.). Il n’empêche que si on interroge ceux des oasiens qui refusent clairement l’activité vannière, ils répondent souvent « je ne suis pas un zenati4 pour faire ça ».

39Dans la partie occidentale et méridionale du Sahara maghrébin (au Maroc et dans le sud du Sahara algérien), les Berbères, anciennement nomades et maîtres des oasis, continuent à mépriser le tressage des vanneries, même s’ils se sont majoritairement sédentarisés aujourd’hui. C’est le cas, au Maroc, des Berbères Aït Khebbach dans le Tafilalt ou encore des Ait Unzar dans la vallée du Drâa moyen, tribus appartenant à l’ensemble confédéré Ait Atta. En Algérie, dans le Tassili n’Ajjer, les Touaregs, encore aujourd’hui, « ne s’abaissent jamais à tresser des couffins ».

Nomades

40Depuis plusieurs décennies déjà, un élément nouveau s’impose dans le paysage social des oasis : les nomades sédentarisés ou en voie de sédentarisation. Les reconversions professionnelles auxquelles ces nouveaux oasiens sont confrontés désormais s’effectuent dans le cadre d’une nouvelle configuration socio-économique et selon la nouvelle échelle de valeurs. Les métiers les plus recherchés sont ceux de fonctionnaires, de commerçants, mais aussi, dans le secteur du tourisme saharien, de directeurs d’agences ou d’hôtels, de guides, de chameliers, de chauffeurs, avec des degrés de valorisation différents selon les régions et les tribus. Comme pour l’élite oasienne, l’agriculture céréalière, l’arboriculture, la culture vivrière sous-jacente et même la phoeniciculture sont devenues progressivement valorisées et valorisantes. Si les anciens préjugés envers le travail agricole cèdent peu à peu devant la nouvelle réalité économique et sociale, la perception négative par les ex-nomades de certaines activités oasiennes anciennes, comme celles de forgeron, de boucher ou potière, se modifie très difficilement. Nombreux sont ceux qui gardent intact leur mépris de l’activité vannière et refusent sa pratique.

41Mais, comme pour l’élite oasienne, tous les nomades n’ont pas eu la chance d’une reconversion réussie, d’autant plus que les conditions de sédentarisation, dans la première moitié du xxe siècle, ont été pour nombre d’entre eux très difficiles. Coupées souvent de leurs ressources habituelles (commerce caravanier, pastoralisme, redevances versées par les sédentaires), poussées aussi par les sécheresses endémiques, familles et fractions de tribus entières, sans biens ni troupeaux, échouaient près des villes et villages sahariens. Ces nomades appauvris constituaient une main-d’œuvre bon marché sur les chantiers divers. Nombre d’entre eux s’engageaient même comme travailleurs agricoles auprès des sédentaires. Mais l’un des phénomènes les plus inattendus, perçu comme le comble de la déchéance, était la reconversion de certains d’entre eux vers l’activité vannière. Facile à apprendre, et ne demandant pas d’investissement, le tressage des vanneries représentait, pour les plus démunis, la seule possibilité de gagner leur vie, d’autant plus qu’ils avaient en leur possession quelques savoirs techniques du tressage des cordes ou des entraves avec les végétaux spontanés, acquis lors de la nomadisation.

42Ce sont plus particulièrement les femmes, issues des familles nomades appauvries, qui se sont tournées vers l’activité vannière. Les cas individuels sont nombreux dans toutes les régions et chacun représente une trajectoire plus ou moins douloureuse. Une vannière d’El-Menia, en Algérie, que j’ai vue travailler en 1990, était issue d’une famille de nomades Chaamba sédentarisés à la périphérie de la ville dans les années 1970. En plus de l’appauvrissement considérable qui a touché tout son groupe, sa famille était frappée par de multiples décès prématurés. Cette vannière était la seule à assurer la subsistance de sa mère, de ses sept sœurs et de ses propres enfants. Une autre femme, à Merzouga au Maroc, dont j’ai recueilli le témoignage en 2005, faisait partie de ces Aït Khebbach dont la sédentarisation s’est précipitée dans les années 1960-1970, à la suite d’une grande sécheresse. Pour survivre, ses parents allaient à Rissani récolter les dattes pour le compte de leurs anciens hrâtîn. C’est auprès d’eux qu’ils ont appris à tresser les vanneries. En 2005, mon interlocutrice, ayant perdu ses parents et divorcée, était la seule à fabriquer des vanneries à Merzouga.

43La reconversion collective de certains groupes nomades est encore plus significative. Se sédentarisant dans le même village ou quartier et subissant les mêmes difficultés d’insertion dans la vie sédentaire, c’est ensemble que les nouveaux sédentaires recherchaient des solutions pour s’en sortir. Il en est ainsi de la reconversion dans l’activité vannière des nomades Chaamba sédentarisés à Zelfana, oasis créée à la fin des années 1950, près de Ghardaïa, et agrandie après l’indépendance. La sédentarisation ici des nomades ne fut pas une réussite, faute de moyens et de bonnes stratégies de développement. La population s’est repliée alors sur une économie d’autosuffisance a minima, avec comme activité d’appoint, la production vannière féminine. Une petite production de vanneries s’est développée également dans quelques villages autour de Tamanrasset dans l’Ahaggar, comme par exemple à Ilâman et à Tarhanânet où se sont sédentarisés les Touaregs Kel-Tarhanânet de la tribu Dag-Ghali. Avec les objets de cuir et de laine crochetée, des plats et des corbeilles sont proposés aux touristes de passage, sur la route vers l’ermitage du Père de Foucauld, ou encore aux commerçants de Tamanrasset.

44Qu’ils illustrent la reconversion forcée vers l’activité vannière des anciens nomades et de l’élite oasienne ou son abandon massif par les anciens cultivateurs, les exemples cités ci-dessus témoignent globalement du maintien des anciens préjugés. Les modifications socio-économiques que vit aujourd’hui la société saharienne et la redistribution des rôles dans le domaine socio-professionnel qui les accompagne, n’ont guère changé les représentations liées à l’activité du tressage des vanneries « à l’ancienne ». Même plus, passant en partie des mains des agriculteurs d’origine servile aux mains de certains représentants de l’élite saharienne déchue, cette activité est devenue significative non seulement des appartenances statutaires coutumières mais aussi des clivages nouveaux, fondés essentiellement sur un critère économique et financier. Restée dévalorisée et dévalorisante, elle est perçue, encore plus que par le passé comme l’occupation des pauvres.

L’activité vannière oasienne serait-elle « patrimonialisable » aujourd’hui ?

45Vu l’importance du marquage identitaire de l’activité du tressage des vanneries « à l’oasienne », l’une des premières conditions requises pour la patrimonialisation de celle-ci pourrait être sa rupture avec le travail des cultivateurs des palmeraies, tel qu’il se pratiquait traditionnellement et tel qu’il est perçu aujourd’hui. C’est en abandonnant le métier de cultivateur et en s’installant comme vannier professionnel, si possible dans une ville, en tout cas en dehors de son oasis, que l’ancien hrâtîn peut rompre le lien avec son statut d’origine. Il rejoindra ainsi les quelques rares vanniers professionnels qui se sont installés depuis des générations dans des villes sahariennes et pré-sahariennes, comme Marrakech, Ouarzazate, Rissani, Tozeur, Djerba ou Timimoun, et qui ont résisté à la crise du métier. Désormais, comme eux, il aura le statut d’artisan-commerçant et il travaillera dans un atelier spécialement aménagé. Comme eux, il achètera sa matière première, auprès des nomades pour les végétaux spontanés et auprès des cultivateurs pour le palmier dattier, à moins d’avoir encore de la famille dans son oasis d’origine.

46Avec la professionnalisation progressive de l’activité vannière, le processus de valorisation du métier dans sa version masculine semble avoir débuté, notamment à la faveur de la perception locale positive des activités commerciales et du développement du tourisme saharien. Pour mieux vendre sa production, non seulement le vannier expose les vanneries qu’il a tressées, mais il « s’expose » désormais lui-même en mettant en scène son travail. Ainsi, le vannier-commerçant de la place du Marché de Tozeur en Tunisie montre aux potentiels acheteurs son art de tresser les éventails. Celui de Chebika se prête aux séances de photos devant les touristes dans son point de vente de vanneries, installé au Relais des 4x4, à la sortie du village. Aux vanniers qui s’engagent comme salariés dans de petites entreprises artisanales gérées par des grossistes, comme notamment dans une dizaine d’ateliers-dépôts du complexe artisanal « Moujmar-el Frara » près de Marrakech (Benfoughal, 2007), les employeurs leur demandent de travailler devant les clients.

47Cette tendance à la valorisation de l’activité de tressage professionnelle est portée par les vanniers eux-mêmes ou leurs patrons et s’explique avant tout par les lois du marché. Pour pouvoir vendre, ils doivent tenir compte de la concurrence et assurer leur propre publicité. Ce phénomène d’« autopromotion », par la mise en scène de l’activité de tressage, concerne exclusivement l’activité masculine, à l’instar des autres métiers citadins ou ruraux, comme la bijouterie, la dinanderie ou la maroquinerie. Il couvre uniquement la production des vanneries dites « masculines » qui recourt aux seules techniques du « tissé » et du « cordé », utilisées pour le tressage des couffins, des silos, des bissacs, des éventails ou des nattes, à la différence de la vannerie « féminine » qui comprend essentiellement des ustensiles de cuisine et est tressée selon la technique du « spiralé cousu ».

48Si on peut parler aujourd’hui de quelques tentatives de valorisation « officielle » de l’activité de tressage, notamment par des institutions gouvernementales ou civiles, une voie vers son éventuelle patrimonialisation serait ouverte concernant sa version « féminine ». Plusieurs raisons expliqueraient ce choix. La première tient à la volonté affichée des gouvernements des trois pays du Maghreb d’émanciper les femmes en leur offrant la possibilité d’« entrer dans la vie active » et de gagner un peu d’argent. Sur le terrain, cette volonté est portée par des structures administratives ou par des associations subventionnées : Maisons des jeunes, Chambres de métiers, Offices du tourisme. La deuxième raison de ce choix est liée au statut accordé traditionnellement au travail du tressage féminin. Comme déjà dit, ce dernier n’étant pas directement lié à l’exercice des activités des cultivateurs de palmeraies, il était moins connoté d’appartenance statutaire servile. Enfin, la troisième raison relève du caractère créatif du tressage féminin. Si les vanneries masculines sont strictement utilitaires, à formes normalisées et dépourvues généralement d’éléments d’embellissement, celles des femmes sont marquées par une recherche esthétique qui apparaît dans les couleurs et les motifs décoratifs (Benfoughal, 2008). Dans le cadre de la vie traditionnelle, les femmes ont toujours eu l’occasion d’exhiber leurs belles vanneries, lors des mariages et des repas festifs, fières de démontrer à tous les convives leur talent de vannières. L’introduction récente de la matière plastique n’a fait que renforcer la créativité individuelle (Benfoughal, 2012). C’est ce sentiment de fierté de l’ouvrage exécuté, soutenu par une compétition entre les femmes, qui favoriserait la valorisation de cette activité.

49La question se pose maintenant de savoir comment patrimonialiser l’activité du tressage féminin qui, malgré les facteurs favorables, concerne toujours la fabrication des objets inscrits dans un mode de vie traditionnel et dont l’existence à long terme est compromise par la modernisation et la concurrence des produits manufacturés. Ce questionnement s’insère dans la problématique des moyens de patrimonialisation des activités techniques. Les ethnologues et les sociologues s’accordent à dire qu’une fois l’étude et la mémorisation de ces activités effectuées, notamment leur description, l’enregistrement audiovisuel, le recueil des matières premières, des outils et des objets en cours de fabrication, la seule patrimonialisation possible reste leur pérennisation en tant que telles, dans leur exercice réel inséré dans le tissu socio-économique et culturel qui lui donne sens (Chevalier et Chiva, 1991). Ce maintien d’une activité passe obligatoirement par la transmission des savoir-faire, par la mise en place des moyens d’approvisionnement en matières premières et de commercialisation s’ils sont devenus défaillants, et, s’il s’agit d’une activité en voie de disparition, par les modifications de celle-ci (Bromberger et al., 2004).

50Dans le cas de l’activité du tressage des vanneries sahariennes, c’est surtout le système des coopératives qui serait le plus apte à la pérenniser, notamment du fait que celles-ci peuvent assurer une triple fonction, de l’apprentissage, de l’approvisionnement en matière première et de la commercialisation des produits. Contrairement aux corporations artisanales masculines, institution très ancienne au Maghreb, la création des coopératives féminines, de tissage et de broderie essentiellement, date de l’époque coloniale où elle a été initiée par des congrégations religieuses chrétiennes et par des services d’artisanat. Certaines ont survécu au-delà des Indépendances en passant sous la tutelle de structures administratives nationales, régionales et municipales ou d’associations féminines à caractère gouvernemental, comme l’« Union nationale de la femme tunisienne » (UNFT), créée en 1961 ou l’« Union nationale des femmes algériennes » (UNFA), créée en 1962. Les coopératives spécialisées en tressage de vanneries étaient quasi inexistantes, autant dans les régions du Nord qu’au Sahara, et je ne peux citer, à ma connaissance, que celle de la Grande Kabylie où les religieuses ont lancé la fabrication des vanneries à partir du raphia importé de Madagascar. Cette absence s’expliquait entre autres par la faible rentabilité de la production d’articles de vanneries, par rapport aux tissages par exemple.

51Aujourd’hui, quelques coopératives tentent de se lancer dans l’activité du tressage. Les trois exemples que je donne ici sont révélateurs aussi bien des possibilités que les coopératives offrent pour promouvoir cette activité que des difficultés qu’elles rencontrent. Le premier concerne la coopérative « Sidi Mohamed Ben Abdallah. Pour la culture, le développement et des actions sociales », au ksar Dar El Beida, dans le Tafilalt au Maroc, gérée par une association du même nom, créée en 2002 à l’initiative de quelques personnes originaires du ksar. La coopérative est située dans un local désaffecté, où les jeunes femmes viennent tisser et broder. La production vannière, elle, est assurée par des femmes plus âgées qui tressent à domicile, la coopérative ne prenant en charge que la vente. Cette association et sa coopérative ont beaucoup de difficultés à exister. En 2005, lors de ma visite, son directeur se plaignait de l’insuffisance de l’aide financière de la part des autorités de la région, de la vétusté du local et de l’absence d’une voiture, indispensable pour commercialiser les produits sur les marchés locaux.

52La deuxième coopérative est le « Centre d’artisanat » de Djanet, dans le Tassili n-Ajjer, en Algérie, que j’ai pu visiter en 2008 et en 2009. Elle est dirigée par l’ancienne responsable de l’UNFA et dépend de la sous- préfecture de Djanet. Cette coopérative, dont le local est situé dans la Maison des jeunes, au centre de la ville, compte deux ateliers (tissage/ broderie et tressage) dans lesquels travaillent une vingtaine de jeunes femmes. Par rapport à la précédente, elle a moins de difficultés à fonctionner du fait des subventions et de l’aide d’une association « Les amis du Tassili ». Les vanneries que les jeunes femmes tressent sont vendues à la coopérative, dans les foires régionales et lors des festivals locaux.

53Le troisième exemple illustre le cas de la création de coopératives féminines à l’initiative d’investisseurs étrangers. Il s’agit de la coopérative « Khali » de l’oasis de Temacine, dans la région de Touggourt, en Algérie, créée en 2004 par la famille Khali, originaire de Temacine, sur l’impulsion et grâce à l’aide financière d’une association britannique « Illizi Home ». Cette association, sponsorisée par British Petroleum et encadrée par le Fonds national algérien de promotion des activités de l’artisanat traditionnel, notamment tissage et menuiserie, se donne pour but de créer des emplois dans le Sahara algérien et de maintenir les compétences locales. Elle aide plus particulièrement à la création de coopératives et de centres d’apprentissage et se charge de la commercialisation des produits. Dans le réseau d’« Illizi Home », la coopérative « Khali » est la seule à se spécialiser dans la vannerie. Son centre d’apprentissage accueille une cinquantaine de jeunes filles. Pour pouvoir commercialiser les vanneries, dans les points de vente européens ainsi qu’en ligne, l’association britannique a choisi d’imposer aux artisans de produire des articles « vendables » en Europe. Élaborés par un designer, les modèles de poufs, de paniers et de bols sont envoyés aux vannières de Temacine directement du Royaume-Uni.

54Ces trois exemples permettent de conclure sur quelques constats quant à l’éventuelle patrimonialisation de l’activité vannière féminine. Tout d’abord, comparativement à la perception négative de l’activité de tressage dans le cadre domestique, notamment de la part de la jeune génération qui associe cette activité à la pauvreté, à la servitude et à l’absence d’instruction, celle qui est exercée dans le cadre des coopératives change de nature. Pour les jeunes femmes, qui travaillent hors de la maison, dans des locaux aménagés, entourées d’instructrices et contre rémunération, cette activité se transforme en « emploi » et devient valorisée et valorisante. Par ailleurs, les coopératives assurent le rôle important d’apprentissage, indispensable à la pérennisation d’une activité, surtout au moment où la transmission des savoir-faire, traditionnellement effectuée dans le cadre familial, risque d’être rompue.

55Ces mêmes exemples, ainsi que les cas de professionnalisation de la production masculine, montrent les limites de l’éventuelle patrimonialisation de l’activité vannière. La première contrainte tient à la faible rentabilité des produits. Contrairement au tissage, à la bijouterie ou à la poterie, la production des vanneries, destinée globalement à la consommation locale, génère de faibles profits, ce qui n’incite pas les entrepreneurs à investir dans l’organisation d’ateliers de production artisanale, comme cela était d’ailleurs déjà le cas dans la gestion coloniale de « l’artisanat traditionnel ».

56La deuxième réserve est liée à la nature des objets fabriqués, encore inscrits dans leur majeure partie dans un mode de vie « traditionnel ». Pour assurer leur commercialisation, auprès des oasiennes qui veulent désormais vivre dans l’environnement « moderne » ou auprès d’une nouvelle clientèle, citadine voire européenne, il faut les adapter : modifier les formes, le décor et même les fonctions. Cette tendance est déjà enclenchée localement, avec l’introduction de la matière plastique. Elle est portée aussi par quelques associations à caractère artistique qui ont pour objectif de donner aux vanneries sahariennes le statut d’objets d’art, signés et exposés dans des galeries. Le changement de types de vanneries est considéré également comme une condition sine qua non par les investisseurs étrangers, qui imposent tout simplement des modèles à exécuter.

57Ces expériences posent encore beaucoup de questions. La transmission des savoir-faire suffit-elle seule à la pérennisation et à l’éventuelle patrimonialisation d’une activité de tressage ? Faudrait-il privilégier l’aspect économique de l’activité et la considérer uniquement comme une pourvoyeuse d’emplois ? Faut-il laisser disparaître les modèles « traditionnels » au profit de modèles imposés ? Pour apporter des réponses à ces questions et sachant que toute activité artisanale ancienne représente non seulement une valeur économique, mais aussi une valeur culturelle, une plus grande implication des services culturels des pays concernés serait nécessaire. Faire des vanniers et des vannières oasiens des « trésors vivants », à l’instar du Japon, serait reconnaître non seulement leur grand savoir-faire, mais aussi leur capacité de création et leur accorder le droit de choisir l’évolution de leur production.

Bibliographie

Bédoucha G., 1984 - « Un noir des­tin : travail, statuts, rapports de dépendance dans une oasis du Sud tunisien ». In Cartier M. (dir.) : Le Travail et ses représentations, Paris, Éditions des archives contempo­raines : 77-122.

Benfoughal T., 1996 - « Du palmier dattier à la matière plastique. Tradi­tion et mode dans la fabrication des vanneries sahariennes ». In : Toua­regs et autres Sahariens entre plu­sieurs mondes, numéro spécial des Cahiers de l’IREMAM, Aix-en-Pro­vence : 57-78.

Benfoughal T., 2006 - De la matière première à l’objet tressé. La vannerie dans les oasis du Sahara maghrébin. Journal des Africanistes, 76-1 (numéro thématique Sahara : identi­tés et mutations sociales en objets : 141-163.

Benfoughal T., 2007 - Production et commercialisation des vanneries dans les oasis du Sahara. Journal des Africanistes, 77-1 : 113-140.

Benfoughal T., 2008 - Qu’est-ce qu’une belle vannerie au Sahara ? Normes collectives et choix indivi­duels. Techniques et culture, 51, 2e semestre : 217-245.

Benfoughal T., 2012 - La vannerie saharienne se métisse. Techniques et culture, 58, 1er semestre : 193-211.

Bisson J., 2003 - Mythes et réalités d’un désert convoité, le Sahara. Paris, l’Harmattan.

Boulay S., 2003 - Organisation des activités techniques féminines de fabrication de la tente dans la société maure (Mauritanie). Journal des Africanistes, 73-2 : 107-120.

Bourdieu P., 1985 [1958] - Sociolo­gie de l’Algérie. Paris, Presses uni­versitaires de France.

Bromberger Chr., Chevalier D., Dosseto D., (eds.), 2004 - De la châtaigne au Carnaval. Relance de traditions dans l’Europe contemporaine. Sous la direc­tion des Éditions A Die.

Chevalier D., Chiva I., 1991 - « L’in­trouvable objet de la transmission ». In Chevalier D. (ed.) : Savoir-faire et pouvoir transmettre. Transmission et apprentissage des savoir-faire et des techniques, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme.

Daumas E. (lieutenant-colonel), 1845 - Le Sahara algérien. Études géogra­phiques, statistiques et historiques sur la région au sud des établissements français en Algérie. Paris, For­tin, Maison et Sie/Langlois et Leclercq.

Delheure J., 1986 - Faits et dires du Mzab. Paris, Selaf.

Féraud L.-Ch., 1887 - Le Sahara de Constantine. Notes et souvenirs. Alger, Adolf Jourdan, libraire-éditeur.

Gardel G. (lieutenant), 1961 - Les Touaregs Ajjer. Alger, Université d’Alger/Institut de recherches saha­riennes, Éditions Baconnier.

Gaudry M., 1961 - La société fémi­nine du Djebel Amour et au Ksel. Étude de sociologie rurale nord-afri­caine. Alger, Société algérienne d’im­pressions diverses.

Lacoste Y, Lacoste-Dujardin C. (eds.), 1991 - État du Maghreb. Paris, La Découverte.

Louis A., 1979 - Nomades d’hier et d’aujourd’hui dans le Sud tunisien. Aix-en-Provence, Edisud.

Martinelli B, 1995 - « Transmission de savoir et évolution des techniques métallurgiques dans la boucle du Niger ». In Amouretti M.-Cl., Comet G. (eds.) : Cahier d’histoire des tech­niques, 3, n° spécial La transmission des connaissances techniques, Aix- en-Provence, Publications de l’uni­versité de Provence : 164-188.

Pharo P., 1983 - Soumission ou détournement : l’efficacité pratique des savoirs sociaux. Critique de l’éco­nomie politique, 23-24 : 86-110.

Valensi L., 1984 - « L’idéologie du travail dans la littérature populaire d’Afrique du Nord (xixe-xxe siècles ». In Cartier M. (dir.) : Le travail et ses représentations, Paris, Éditions des archives contemporaines : 39-76.

Villasante-de Beauvais M., 2000 - « La question des hiérarchies sociales et des groupes serviles chez les Bidân de Mauritanie ». In Villansante-de Beauvais M. (ed.) : Groupes serviles au Sahara. Approche comparative à partir du cas des arabophones de Mauritanie, Aix-en-Provence, IREMAM-CNRS : 277-322.

Notes

1 Il s’agira dans cet article de la partie du Sahara septentrional et central incluse dans les trois pays du Maghreb, Maroc, Algérie et Tunisie.

2 Appellation locale des hrâtîn.

3 L’ascension sociale se mesure souvent par le degré d’enfermement des femmes. Le hartâni qui arrive à s’émanciper de sa situation de dépendance et à s’enrichir, astreint ses femmes à la réclusion et, sous l’influence de la pratique urbaine de la religion, au port du voile.

4 Zenati est le singulier de zenata ou zénètes, appellation qui désigne l’une des branches les plus importantes des Berbères sahariens.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Référents identitaires, de cultivateurs exploitants dualiste de palmeraie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8850/img-1.png
Fichier image/png, 54k

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540