Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effervescence patrimoniale au Sud

 | 
Dominique Juhé-Beaulaton
, 
Marie-Christine Cormier-Salem
, 
Pascale de Robert
, 
et al.

La fabrique des patrimoines et le rôle des instruments légaux

Les mils au Niger, un patrimoine « qui ne se dit pas »

Anne Luxereau

Texte intégral

  • 1 Les résultats du programme de recherche Plantadiv montrent que cette céréale est cultivée dans 38 d (...)

1Le mil (Pennisetum glaucum [L.]R. Br.) a été domestiqué dans le Sahel sud-saharien où sa culture est attestée depuis 3400 BP (D’Andrea et al., 2001 ; Robert et al., 2011). Dans la région sahélo-soudanienne, tout le monde en fait ou presque, si bien que sa présence n’est nullement un critère distinguant les agrosystèmes1. Au Niger, cette plante occupe une place centrale dans la culture matérielle et symbolique des paysans, ainsi que dans le vocabulaire (souvent anthropomorphique) qui lui est associé : le mil y fait l’homme, particulièrement chez les Haoussa. La répartition spatiale des variétés les plus cultivées montre que leur usage est différencié selon les groupes sociaux et les régions, lié à des espaces politiques et linguistiques. Mais les agriculteurs ne les revendiquent pas comme identitaires. Cultiver cette variété de mil là est une évidence, c’est celui « de nos ancêtres », le mieux adapté « à notre sol et à notre climat », c’est un patrimoine « qui ne se dit pas »

  • 2 Ouvert à la signature en 2001 et ratifié par le Niger, le Traité international sur les ressources p (...)

2Le mil est l’une des soixante quatre espèces cultivées ou spontanées figurant sur la liste de la FAO des ressources génétiques présentant un intérêt pour l’agriculture et l’alimentation mondiale (RGPAA) de 1983. Elles étaient alors considérées comme « patrimoine commun de l’humanité, [devant] être préservées et librement accessibles pour être utilisées dans l’intérêt des générations présentes et futures » (FAO, Résolution 8/83). L’évolution des modalités de gouvernance au sein des institutions internationales a modifié les règles de leur accès et gestion avec la reconnaissance du droit souverain des États, ainsi que du droit des agriculteurs sur leurs ressources génétiques (Brahy et Louafi, 2004). Elles sont aujourd’hui régies par le Traité international de la FAO de 2004, repris par le Protocole de Nagoya de la Convention sur la diversité biologique (ONU, 2010). C’est dire que ces ressources sont, de fait, à la croisée de plusieurs droits qui sont reconnus comme interdépendants2 : ceux des agriculteurs et des obtenteurs, ceux des États souverains qui les gèrent et les administrent. Le mil, que la FAO classe comme une céréale mineure située derrière les blé, maïs, riz, sorgho et divers tubercules et légumineuses, intègre ainsi « un système multilatéral unique pour l’accès aux ressources phytogénétiques et le partage des avantages qui découlent de leur utilisation afin d’accroître la sécurité alimentaire » (Diouf, 2010).

3Pour la FAO, la conservation ex puis in situ de ces ressources génétiques est une nécessité pour accroître, sécuriser et diversifier la production agricole, dans un contexte de pénuries alimentaires répétées. Bien que les craintes d’érosion des variétés locales, formulées à la fin du xxe siècle, aient été surévaluées (FAO, 2009), la croissance démographique, l’urbanisation et le changement climatique sont toujours considérés comme des menaces graves d’érosion de la diversité des cultivars locaux. Le Niger, troisième producteur mondial de mil avec, ces dernières années, 2 à 3 millions de tonnes par an, cumule ces handicaps. La croissance démographique très élevée (3,3 %), en particulier urbaine, fait doubler la population tous les 20 ans et si les surfaces agricoles ont jusqu’à présent grosso modo suivi cette progression, elle pourra difficilement se poursuivre compte tenu de la rareté des espaces utilisables encore disponibles et de l’aridification à l’œuvre. Les rendements stagnent à des niveaux médiocres (autour de 400 kg/ha contre 1 500 dans les stations agronomiques locales) et l’autosuffisance alimentaire ne peut plus être atteinte qu’un an sur trois depuis les premiers épisodes de grandes sécheresses de la décennie 1970 (Rép. du Niger, 2007).

  • 3 Pour les régions haoussa du Nord­Nigeria, M. Mortimore et M. Adams (2001) estiment que c’est aussi (...)

4Dans la société rurale nigérienne, l’affaiblissement des cultes agraires pré-islamiques a fait évoluer les représentations du travail agricole et du mil qui était naguère par excellence l’espèce sacralisée. Mais, loin d’avoir perdu de son importance, cette céréale demeure la plus cultivée et constitue la base alimentaire de la plus grande partie de la population3. Les variétés améliorées par la recherche agronomique pour la rapidité de leurs cycles et donc leur adéquation à la péjoration climatique, n’ont jusqu’à présent pas fait disparaître les variétés locales qui n’ont guère bougé de leur aire de production antérieure. Le choix des variétés semées ne relève pas uniquement de raisons agro-techniques. Pour comprendre cette attitude collective des agriculteurs, ce maintien normal à leurs yeux de savoir-faire ancestraux éprouvés, il est important de faire le point sur la répartition de ces variétés et d’analyser ce que représente le mil dans ces agricultures familiales contemporaines, tout à la fois flexibles et conservatrices.

Les variétés anciennes bien présentes dans l’agriculture contemporaine

  • 4 Les analyses de répartition des variétés se basent sur des relevés par questionnaires effectués sur (...)

5L’érosion redoutée par la FAO des cultivars rustiques nigériens ne s’est donc pas produite (Busso et al., 2000 ; Bezançon et al., 2009). Le trait majeur d’une comparaison entre l’actuel4 et les relevés effectués sur l’ensemble du pays juste après la première grande sécheresse (Borgel et Sequier, 1977), est que la plupart des grandes variétés emblématiques locales sont toujours bien en place, mises à part les variétés les plus tardives qui ont connu une évolution plus contrastée.

  • 5 Ce terme signifie « mil rouge ». Il s’applique à une catégorie englobante regroupant des variétés a (...)
  • 6 La variété buduma constitue un exemple d’assignation d’une variété à un groupe ethnique et linguist (...)
  • 7 Les agriculteurs sèment très généralement plusieurs variétés dont des précoces et des tardives sur (...)

6Le cas de la variété zongo est paradigmatique. il ne s’agit pas d’une variété particulièrement précoce puisque son cycle s’étend sur environ 110 jours du semis à la maturité (contre 70 à 90 pour les variétés locales précoces et 120 à 140 pour les tardives). Or, malgré la réduction de la saison des pluies, elle reste présente dans toute l’aire de culture haoussa. Dans certains villages bien arrosés de sa frange sud (entre 400 et 500 mm de pluie) ou au contraire situés au nord et donc soumis à une baisse récurrente des pluies (300 à 350 mm), le zongo est présent même s’il n’est plus la variété majoritaire. En revanche il le demeure dans des villages de situation intermédiaire (Bost, 2009), montrant que la variable liée à la pluviosité n’est pas la seule à peser dans les choix opérés par les agriculteurs. À l’ouest du Niger, le zongo disparaît complètement à la lisière de la région linguistique zarma-songhay (sur laquelle il gagne un peu) pour laisser la place aux haini kire de cycle plus court5. À l’est, près du lac Tchad, il n’y a aucun contact entre le zongo, décidément haoussa, et les variétés particulièrement précoces buduma et moro cultivées dans cette région de culture kanouri6. À l’échelle de son aire de production cette fois, le zongo est associé à des variétés plus précoces7, dont lankutes et le gergera, qui respectent grosso modo elles aussi des frontières culturelles. L’association zongo-gergera est omniprésente dans la partie ouest, qui correspond à l’ensemble de l’ancien État haoussa du Gobir (de 300 mm de pluie au nord à 500 mm au sud) ainsi que dans les régions de plateaux et de vallées fluviatiles de l’Ader et de l’Arewa (également orientées nord-sud), appartenant à plusieurs anciens États de même culture haoussa. son aire recoupe peu celle de l’association zongo-ankutes, située plus à l’est jusqu’à l’ancien État haoussa du Damagaram. La variable culturelle apparaît ainsi prendre souvent le pas sur la variable climatique. On peut dresser un constat analogue pour le groupe haini kire présent du nord au sud de l’ensemble zarma-songhay ou pour le buduma de la zone kanouri plus restreinte (cartes 1 et 2).

Carte 1 - Des variétés liées aux ensembles linguistiques

Carte 1 - Des variétés liées aux ensembles linguistiques

Carte 2 - Des variétés liées aux entités historiques et politiques.

Carte 2 - Des variétés liées aux entités historiques et politiques.

7La permanence de ces grandes variétés plus ou moins inféodées à des espaces culturels ne doit pas masquer le remaniement intervenu dans la palette des mils locaux, notamment dans l’utilisation des tardifs. Comme dans l’ensemble du Sahel (Médina, 2009), l’érosion des variétés aux cycles longs (de 120 à 140 jours), regroupées sous le terme de somno en zarma et maiwa en haoussa, est attestée au Niger : leur présence dans les régions les plus sèches s’est considérablement réduite et nombre d’agriculteurs expliquent avoir renoncé à ces variétés à cause de la réduction de la saison des pluies. La liaison déterministe entre ces abandons et le déficit pluviométrique doit pourtant être nuancée car, selon les situations, ses effets se sont superposés à la dégradation des sols compacts adaptés à ces cultivars, ainsi qu’au retour plus précoce que naguère des troupeaux transhumants sur les champs non encore récoltés (et donc également lié indirectement à l’aridification). D’une manière générale, les agriculteurs témoignent que les variétés tardives mûrissent après l’arrêt complet des pluies (contrairement aux précoces), ce qui les incite à en conserver des semences afin d’être en mesure de les utiliser lorsque la saison pluvieuse s’installe trop tard pour que les précoces puissent effectuer un cycle complet. Lorsque ces mils à cycle long ne sont plus cultivés localement, les agriculteurs savent où s’en procurer des semences dans des villages voisins : à l’échelle régionale, leur disparition n’est pas attestée. Le cas de la vallée du Boboye où au contraire ces tardifs ont progressé, illustre la grande diversité des stratégies à moyen terme. Les variétés tardives sont légèrement amères et les agriculteurs de cette vallée en cultivaient peu au début du xxe siècle, voire pas du tout selon certains témoignages. Ils se contentaient des mils précoces venant parfaitement sur les sols sableux drainants de la vallée. La dégradation prononcée de ces sols, jointe à la forte pression foncière, les a contraints à mettre en culture les rebords et les plateaux et à y semer des variétés tardives seules adaptées à ces sols plus compacts. Mais la modification relativement rapide de ces substrats les autorise à nouveau à y semer les variétés précoces qu’ils préfèrent et de nombreuses parcelles sont actuellement emblavées avec les variétés des deux types, ce qui favorise les échanges polliniques.

  • 8 Un rapport de tournée de 1946 le mentionne dans le sud de la subdivision de Tessaoua, voisine du Ni (...)
  • 9 Dans les villages peu arrosés, 1 à 3 variétés sont cultivées alors qu’on en trouve entre 5 et 8 dan (...)

8Les sécheresses sont aussi des moments propices pour découvrir des variétés inconnues jusqu’alors : le mil zanfarwa aurait ainsi été adopté dans la région de Maradi au cours de la première partie du XXe siècle depuis le Zanfara nigérian8. Après la sécheresse de 1973 et plus encore après celle de 1984, les variétés modernes à cycle très court (70-80 jours), créées par la recherche agronomique à partir de variétés locales (ou empruntées aux collections des pays limitrophes comme le eb burkina), ont été plus largement utilisées. Leur précocité abrège la période de sous-nutrition précédant la récolte, mais elles ont été peu adoptées dans les régions les plus arides (où le nombre de variétés est nettement plus réduit que dans les parties méridionales9). Elles sont en revanche majoritaires dans des régions bien arrosées, comme l’ancien bassin arachidier de Maradi, converti depuis la période coloniale à l’agriculture modernisée, où HKP, P3 Kolo, CIVT ou zatib sont autant de noms passés dans le haoussa (quelquefois sous des formes approchées comme eka, hectare). Ces nouvelles variétés ont été diffusées de proche en proche, conservées ou écartées en fonction de raisons qui ne sont pas seulement techniques : leurs conditions de culture (avec engrais et suivant un calendrier cultural strict) sont des freins pour les agriculteurs désargentés ou qui travaillent encore à la houe et généralement pour les femmes, mais leur productivité, leur résistance à la sécheresse sont au contraire des atouts ; en revanche les avis sur leur résistance aux pathogènes (charbon), leur durée de conservation sont loin de faire l’unanimité. Les raisons des choix tiennent également à la douceur de leur goût, la blancheur et la teneur en amidon des farines, ou encore à la beauté des plantes et des épis, mais également à des effets de mode localisés. Un système de production de semences modernes certifiées s’organise actuellement (en lien avec la FAO). Les multiplicateurs privilégient nettement l’une d’elle, le HKP (produit dans 278 centres de multiplication sur les 396 existants selon Rép. du Niger, 2010-2011) qui pourrait bien effacer les préférences régionalisées.

Une espèce inscrite dans la transmission

  • 10 Dans de nombreuses régions soumises à la réduction de la saison pluvieuse, le sorgho a nettement pr (...)

9Bon an mal an, les surfaces dédiées au mil sont demeurées deux à trois fois plus importantes que celles réservées au sorgho, l’autre grande céréale alimentaire10. Même lorsqu’ils n’ont plus qu’un lopin ne produisant guère plus d’une ou deux dizaines de gerbes - soit la nourriture de quelques semaines - les propriétaires haoussa le sèment en mil, cela va sans dire. Il reste le pilier des agricultures familiales avec ses variétés diversifiées selon les cultures locales. Sa consommation demeure un fait de société et quelques petits ateliers de transformation se sont spécialisés dans la confection de farines de mil à destination des expatriés en mal du pays. Cet intérêt ou cet attachement à une céréale et à des variétés particulières remonte à loin, mais se transforme aussi constamment.

10Dans le vocabulaire haoussa, le terme gado s’applique à un ensemble de biens matériels et symboliques qui s’héritent au sein d’un lignage : ses terres collectives, ses divinités tutélaires de naguère et leurs rituels, ses spécialisations professionnelles et un corpus de devises et d’interdits appelé « tête de la maisonnée » (kan gida) ; mais les semences n’en font pas partie ni l’usage de variétés qui excèdent, de fait, le cadre du lignage. Elles sont pourtant inscrites dans la transmission en tant que semences et variétés « de nos pères » (uban mu). C’est à ce titre qu’à Rafin Hwada par exemple, une des deux variétés de mil à cycle long maywa, décrite comme moins productive que l’autre, a été maintenue en petite proportion au moins jusqu’en 2004. Les agriculteurs ont en effet à cœur de conserver les semences qu’ils ont reçues de leur père au moment de prendre leur indépendance et qui sont ainsi transmises de père en fils le long d’une chaîne généalogique qui remonte la plupart du temps à un ancêtre présenté comme un excellent producteur. Reproduites selon « les règles de l’art », c’est-à-dire après avoir été bien choisies et bien manipulées, elles conservent et transmettent les qualités de productivité liées au savoir-faire de cet ancêtre comme aux rituels anciens. Ainsi lorsqu’un agriculteur perd sa semence, il peut demander à un consanguin en ligne masculine, fût-il très éloigné de chez lui, des semences de remplacement tenues pour identiques aux siennes et affirmer qu’il n’a jamais perdu les semences ancestrales.

11Ces variétés locales héritées, caractérisées « de la tradition » (na gargajiya), ont aussi pour les agriculteurs le mérite d’être localisées, « adaptées à notre sol et à notre climat » ; une grande partie des pertes locales de variétés est expliquée d’ailleurs par la modification des sols qui ne permettent plus leur culture. On pourrait ajouter qu’elles correspondent également bien aux techniques culturales extensives et qu’elles sont un des éléments permettant d’anticiper le risque : leur rusticité pallie la pauvreté des sols et leur permet de résister à de petits épisodes secs : « avec elles, on récolte toujours quelques gerbes ». Il faut toutefois immédiatement préciser que des variétés caractérisées de modernes (ou du présent, « na zamani ») passent en quelques décennies, lorsqu’elles sont adoptées par une majorité de villageois, dans la catégorie « de la tradition » qui se réinvente ainsi régulièrement ; et que lorsque des villages ou des lignages se sont déplacés dans des zones agro-écologiques nouvelles, le maintien des variétés antérieurement cultivées est loin d’être un fait établi, malgré les affirmations des agriculteurs qui assurent avoir migré avec leurs variétés d’origine : par exemple depuis Gao, centre de l’empire Songhay au Mali, jusqu’au Niger ou encore dans l’ancien État du Gobir entre la région de Tahoua au nord et la frontière nigériane. Là encore, la « tradition » peut s’accommoder de quelques entorses.

12La production céréalière et particulièrement celle des mils, ont organisé le rapport à l’espace et la sociabilité. Les paysans haoussa, qui ont fondé leur existence sur des stratégies de production et d’échange diversifiées, demeurent avant tout des agriculteurs de saison pluvieuse (ma noma) même si certains, par leur héritage lignager, sont des chasseurs ou des pêcheurs, exercent un métier (sanaa) comme la forge ou le tissage ou encore pratiquent à titre individuel le maraîchage. Jusque dans le dernier tiers du xxe siècle, avant l’islamisation quasi totale de la société, le balancement des activités et des territoires était marqué par des rituels sacralisant les outils et le travail, les semences et les récoltes. Effectués au niveau des États précoloniaux, des villages et des lignages, ils encadraient la saison des pluies placée sous la dépendance de divinités agraires et la saison sèche où elles étaient recluses sous les toits des greniers pour laisser place à celles des espaces incultes.

  • 11 Bien évidemment, les famines ont mis les solidarités à rude épreuve. M. Mortimore (1989) signale qu (...)

13Le mil qui porte en haoussa un nom masculin, hatsi, prime sur le sorgho au nom féminin de dawa. Dans la région de Maradi, ces deux céréales étaient fréquemment « mariées » (arme) : dans une même parcelle, les sillons de sorgho étant orientés dans le sens nord-sud tandis que ceux du mil l’étaient dans le sens est-ouest, direction majeure de tous les rituels. Ce mil était présent dans tous les rituels, sous forme de gerbes, de grains ou de bouillie, et les différentes phases de sa culture (récolte de la première gerbe, constitution des gerbes de semences, pilage de ces gerbes et préparation des semences) étaient également l’objet de rituels parfois exubérants faisant intervenir conjointement les hommes et les femmes (Nicolas, 1975). Il est encore souvent considéré comme porteur d’un principe spirituel (kurwa) qu’il partage avec les humains (et certains animaux) et que les sorciers peuvent dérober. C’est par excellence la céréale de santé dont l’ingestion des premiers grains laiteux (tumu) est le gage. La progression des chefs de famille à l’intérieur de la société s’établissait sur l’ampleur des récoltes, signe d’une bonne allégeance aux divinités agraires et d’une « richesse en hommes » (arzikim mutane) qui seule permettait de produire au moins les 1 000 gerbes nécessaires pour accéder au titre de « maître de culture » (sarkin noma). En principe, les semences ne se vendent pas, du moins à l’intérieur de la parenté et des villages, et nul n’est en droit de les refuser au moment des semis. Il constitue toujours la nourriture quotidienne des ruraux - celle que les maris sont encore obligés de donner quotidiennement à leur famille - et l’offrande de bienvenue aux voyageurs étrangers11.

14La modernité, marquée par une islamisation populaire tonique qui a désacralisé la nature et par un accès fortement inégal à un foncier de qualité, a fait évoluer ces représentations de l’agriculture céréalière et des mils sans toutefois les effacer totalement. Les cultes agraires se sont effrités, même s’ils réapparaissent encore en période de malheur. La cohésion familiale alterne toujours avec les saisons : chacun est libre de « manger la saison sèche » (cin rani), c’est-à-dire vaquer à des occupations personnelles, éventuellement loin du village dans les métropoles nigériennes ou étrangères ; mais tous reviennent normalement dès les prémices de la saison des pluies, pour travailler les champs collectifs ou individuels. Dans les villages, si les signes de richesse ont évolué vers la possession ostentatoire de biens matériels onéreux, la taille des greniers demeure un signe de hiérarchie immédiatement discriminant.

  • 12 À la récolte, les chefs de village recevaient de la part de chaque producteur quelques gerbes (ou d (...)

15Derrière ces manifestations d’une valorisation maintenue de l’activité, de l’espèce et des variétés « de nos pères », une progression des représentations et des pratiques est à l’œuvre. Tout d’abord les femmes du pays haoussa sont de plus en plus exclues de l’agriculture alors qu’elles étaient associées à tous les rituels et aux travaux, selon des règles bien établies codifiant les obligations féminines et masculines. Le mil, qui a toujours fait l’objet d’une commercialisation, est l’objet de spéculations d’autant plus importantes qu’il manque : la plante sacralisée devient alors une marchandise dotée d’une valeur monétaire fluctuante. À la fin du xxe siècle, des urbains enrichis ont commencé à capitaliser les terres agricoles et ont largement participé à l’essor d’un mouvement de transfert marchand des terres au détriment des ruraux les plus pauvres. C’est, disent ces gros propriétaires, pour y produire du mil car « la nourriture vient en premier ». L’enjeu va bien au-delà de cette affirmation bienséante. En distribuer des sacs pendant les périodes de pénurie leur permet de constituer un réseau d’obligés et de transférer en partie l’ancienne charge d’entraide de la chefferie à leur profit12. C’est aussi ouvrir des dettes qui s’éteignent bien souvent par le transfert de champs ou plus simplement attendre le bon moment pour vendre au meilleur prix (éventuellement au gouvernement ou aux ONG dans les périodes de famines). À côté de ces mils socialement et économiquement valorisés, ces exploitations sont conduites de manière moderne et économiquement rationnelle : « sur la surface occupée par un manguier, je ne pourrais avoir qu’une botte de mil, au mieux, alors que je peux récolter pour 10 000 ou 15 000 Fcfa de fruits : assez pour acheter une dizaine de bottes au moment de la récolte ». L’ancienne pluriactivité est ainsi actualisée en fonction du double modèle ostentatoire de la richesse : le mil et l’argent.

  • 13 Par hybridation avec les mils voisins, les caractères phénotypiques différenciant ces variétés s’at (...)

16L’évolution des représentations, des pratiques techniques et des modes de vie, suit aussi, de manière encore modérée, une rupture entre générations. La dissociation des grandes maisonnées, l’individualisation plus précoce que par le passé des jeunes chefs d’exploitation, la modernisation et la monétarisation accentuée de l’agriculture, l’aridification enfin pourraient remettre en question la prééminence des variétés locales, « les nôtres ». « Mon père voudrait que je sème ses variétés mais si je vois que les nouvelles sont bonnes, je les prends ». Certains agriculteurs, en particulier dans la région de Maradi, ne sèment plus que des variétés améliorées, tout en sachant que « si les pluies reviennent, les nôtres donnent plus et sont meilleures », « si les pluies sont mauvaises, les nôtres résistent mieux » et « si on ne rachète pas régulièrement ces nouvelles semences, elles redeviennent comme les nôtres au bout de 3 ou 4 ans »13.

17Dans les quelques régions spécialisées dans une monoproduction maraîchère hautement valorisée sur le marché international urbain, l’espèce cette fois peut être abandonnée par une catégorie de producteurs. Dans le calendrier des travaux, ses façons culturales et celles de ces nouvelles productions se chevauchent. Ainsi depuis une quinzaine d’années dans la vallée haoussa de la Majiya, des agriculteurs plutôt jeunes et actuellement encore minoritaires se consacrent exclusivement à la production intensive de l’oignon violet de Galmi, objet d’une certification d’origine récente auprès de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle. Près du lac Tchad, les agriculteurs kanouri des berges de la rivière Komadougou-Yobé cultivent pendant 10 à 11 mois du poivron et ont presque abandonné la culture de leurs mils d’autant que les conditions climatiques particulièrement sévères rendent les récoltes très aléatoires. Ils n’ont pas adopté les mils modernes dont les cycles sont équivalents à ceux des variétés locales. Certains chefs de famille persistent à en semer un peu puis en délèguent le suivi à leurs épouses pour se consacrer au poivron : « 1 sac de poivrons [vendu à bon prix] peut nous acheter 2 ou 3 sacs de mil. Pourquoi se décarcasser ; avec les sécheresses certains se contentent du poivron et les femmes [qui peuvent vendre les cultures pluviales] ont directement de l’agent ». Ces agriculteurs professionnalisés sont encore peu nombreux à l’échelle du pays. Ils s’inscrivent dans des filières marchandes récentes, dynamiques mais aussi fragiles, mettant en relation les campagnes avec les grandes métropoles de la sous-région. Ils demeurent toutefois inclus dans l’agrosystème céréalier englobant, car ils dépendent de leur réseau familial, de l’emploi de salariés, du marché local, pour se procurer leur mil. Mais ils optent aussi pour une alimentation importée à base de riz et de maïs.

18La place du mil subit une évolution bien plus marquée en ville. Après la dévaluation du franc CFA, le prix des céréales locales a plus que doublé en 1996 sur les marchés urbains, initiant un changement du mode d’alimentation. Bien que cette hausse se soit ensuite tassée, l’évolution de leurs prix vis-à-vis des brisures de riz ou du maïs importés ne leur est nullement favorable. De plus, bien que la production de mil reste la plus importante, elle est insuffisante au niveau national : les campagnes nourrissent imparfaitement la population rurale et encore moins bien les villes. Le riz, le maïs, le niébé et le pain y ont remplacé les mils et les sorghos dans la diète quotidienne des citadins surtout dans les familles aux revenus faibles ou incertains. Toujours considéré comme la céréale de santé, le mil est juste réservé aux nouvelles accouchées, aux malades et aux vieillards. Ce modèle tend à diffuser dans les petites villes rurales où le plat de réception commence à être du riz.

Le patrimoine génétique est-il conservé ?

19L’agriculture nigérienne (et sahélienne) a surtout été transformée par l’adoption d’une riche agriculture diversifiée de contre-saison et le stock des variétés céréalières a plutôt augmenté que régressé. Le mil demeure la céréale de base et sa richesse variétale souligne des identités culturelles. Cependant, l’allogamie de cette plante oblige à nuancer un tableau un peu trop parfait. Les savoirs locaux sont muets sur la reproduction sexuée du mil : le vivant végétal est considéré comme se reproduisant à l’identique, sur un mode clonal. L’apparition et le maintien de plantes au phénotype intermédiaire entre les domestiques et les sauvages (sun en zarma, shibura en haoussa), portant des épis de taille réduite, aux grains petits plus ou moins caduques, sont expliqués par des caractères environnementaux et la piètre qualité des essartages : « parmi les enfants [de mêmes parents] il y a aussi des petits et des grands ». Ils ne sont pas toujours écartés de la semence. En 2001, Mortimore et Adams estimaient que le défi essentiel pour la conservation des qualités des variétés de mil était le « contrôle de l’hybridation dégénérative ». Les recherches menées par les généticiens confirment ce risque, notamment pour le maintien des caractères de domestication et pour la différenciation entre les cycles de ces variétés ancestrales, essentielle pour garantir les récoltes familiales qui reposent sur l’utilisation complémentaire de variétés aux cycles décalés (ROBERT et al., 2005 ; Mariac et al., 2006 ; Lakis et al., 2012).

20Les agriculteurs pratiquent une sélection massale. Ils choisissent des épis correspondant le mieux à leurs types variétaux dans les gerbes rapportées au village et mises à sécher avant l’engrangement. Une partie de ces chandelles inclut des graines hybridées entre mils de cycles différenciés ainsi qu’entre mils cultivés et mils de repousse spontanée mal ou non essartés et qui conservent de manière plus ou moins marquée des caractères sauvages. La médiocrité des récoltes contraint aussi nombre d’agriculteurs à régulièrement compléter leur stock de semences. Les variétés locales sont accessibles à l’intérieur des réseaux non marchands de la parenté, du voisinage et de l’affinité et elles sont considérées comme de bonne qualité car sélectionnées par des pairs. Pourtant avec la baisse des récoltes, le recours au marché est souvent inévitable même si « alors, c’est la tombola ». La qualité de ces semences collectées un peu partout par les commerçants est jugée aléatoire, voire médiocre, car l’origine, les dates de récolte, les précautions de sélection ne sont pas connues. Selon les agriculteurs, ces graines du commerce sont bien plus susceptibles de donner de mauvais épis que celles des pairs.

21Le problème d’approvisionnement se pose aussi pour les variétés les plus modernes. Elles perdent leurs caractéristiques en quelques années, également par hybridation avec les plantes voisines appartenant aux variétés locales, obligeant les agriculteurs à renouveler régulièrement les semences. Le Niger s’est résolument engagé dans une politique de contrôle de la qualité, la certification et la commercialisation des semences végétales. Elles sont obtenues par la sélection de populations ou par l’amélioration à partir des variétés locales, qui sont effectuées par des organismes de recherche nationaux ou internationaux (Inran, Icrisat). Plusieurs variétés de mil figurent ainsi sur le Catalogue ouest-africain des espèces et variétés végétales (FAO, 2008) et le Catalogue nigérien mis à jour en 2010 (Rép. du Niger, 2010). Ce circuit de production conforme à l’ensemble des législations internationales s’inscrit également dans la transmission puisque c’est à partir de semences dites ’mères’ fournies par les obtenteurs, que des multiplicateurs (paysans, associations paysannes ou firmes), occupant une niche professionnelle toute nouvelle, produisent pour ce marché. En 2011, 2 800 tonnes de semences certifiées de mil ont ainsi été produites en lots dûment enregistrés (Rép. du Niger, 2010-2011). Cependant, « le taux d’utilisation des semences des variétés améliorées [toutes espèces confondues] a été de 6 % en 2010 » (Rép. du Niger, 2010-2011). Elles sont en effet onéreuses, mal distribuées et celles de mil n’appartiennent qu’à 6 variétés avec un très net décalage en faveur de la variété HKP. On peut craindre un risque d’érosion de la diversité variétale de la part de ce secteur moderne, sur le modèle bien connu des révolutions vertes.

22Aujourd’hui, les agriculteurs nigériens jouent sur des variétés complémentaires en fonction du climat, de la taille et de la qualité des fonds familiaux, de la main-d’œuvre et de l’épargne disponibles, des besoins ressentis et des préférences, comme ils jouent sur une palette d’espèces et une pluriactivité souple leur permettant d’anticiper le risque et d’optimiser les récoltes. Certains cultivars ont été abandonnés localement, mais les semences sont disponibles ailleurs. De nouveaux, améliorés par les services techniques, sont expérimentés et certains sont retenus. Les essais sont constants, car il existe un réel intérêt pour ce qui se fait ailleurs et la tradition des voyages, bien antérieure à la colonisation, nourrit cette curiosité. Loin d’être tronquée, la diversité des mils s’est enrichie de ces variétés modernes aux cycles végétatifs courts - mais pas partout - et elle n’a pas conduit à la disparition de la plupart des anciennes, liées aux histoires des sociétés. Cette situation est commune à l’ensemble du Sahel.

Conclusion

  • 14 Après une période de relatif désengagement des financements internationaux, les recherches fondamen (...)

23Les variétés « des pères » sont des variétés paysannes qui ne sont pas revendiquées comme patrimoine, car elles appartiennent à tous. Elles sont échangées et multipliées à l’intérieur de circuits non marchands de proximité et de circuits marchands plus amples. Elles conservent la diversité variétale locale mais avec un risque fort de dégénérescence dû aux hybridations entre variétés différentes par les flux de pollen. Les semences modernes appartiennent au contraire aux obtenteurs qui en surveillent la multiplication afin d’en conserver la pureté génétique et permettre des améliorations dans des conditions bien spécifiées14. Mais le choix des variétés proposées est particulièrement restreint. Ainsi, l’agriculture familiale vivrière et marchande continue à jouer un rôle primordial dans le maintien de la diversité de l’ensemble des variétés de mil, avec un risque fort d’hybridation et de « tombola ».

Bibliographie

Anseeuw W., Wambo A., 2008 - Le volet agricole du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) peut-il répondre à la crise alimentaire du continent ? Hérodote, 131, La Découverte, 4e trimestre : 40-47.

Bezançon G. (coord.), 2003-2006 - Programme de recherche « Évolution de la diversité des mils et sorghos cultivés au Niger entre 1976 et2003 : influence des facteurs naturels et anthropiques ». Institut français de la biodiversité (IFB) “Biodiversity and global change”.

Bezançon G., Pham J. L., Deu M., Vigouroux Y., Sagnard F., Mariac C., Kapran I., Mamadou A., Gérard B., Ndjeunga J., Chantereau J., 2009 - Changes in the diversity and geo­graphic distribution of cultivated millet (Pennisetum glaucum (L.) R. Br.) and sorghum (Sorghum bicolor (L.) Moench) varieties in Niger between 1976 and 2003. Genet. Resour. CropEvol., 56 : 223-236.

Borgel A., Sequier J., 1977 - Pros­pection des mils pénicillaires et des sorghos en Afrique de l’Ouest, Cam­pagne 1976. Niger. Paris, Orstom, rapport 90 p.

Bost I., 2009 - Les agriculteurs hausa face à la « faiblesse des pluies ». Région de Maradi et de Tahoua, Niger. Mémoire de Master 1, Paris 10 Nanterre.

Brahy N., Louafi S., 2004 - La convention sur la diversité biolo­gique à la croisée de quatre discours. Rapport de l’Iddri, n° 3.

Busso C. S., Devos K. M., Ross G., Mortimore M., Adams W. M., Ambrose M. J. et al., 2000 -Genetic diversity within and among lan­draces of pearl millet (Pennisetum glaucum) under farmer management in West-Africa. Genet. Resour. Crop Evol., 47 : 561-568.

D’Andrea A. C., Klee M., J. Casey J., 2001 - Archaeobotanical evidence for pearl millet (Pennisetum glau- cum) in sub-saharan West Africa. Antiquity, 75 (288) : 341-348.

Diouf J., 2010 - Lancement du deu­xième rapport sur l’état des res­sources phytogénétiques dans le monde. FAO, Rome.

FAO, 1983 - Résolution 8/83. Enga­gement international sur les res­sources phytogénétiques 2. Twenty-first Session of the Confe­rence.

FAO, 2004 - Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture.

FAO, 2008 - Catalogue ouest-afri­cain des espèces et variétés végé­tales.

FAO, 2009 - Deuxième rapport sur l’état des ressources phytogéné- tiques pour l’alimentation et l’agri­culture dans le monde.

Garine E. (coord.), 2008-2012 - Programme de recherche Plantadiv. Évolutions de la diversité des res­sources génétiques domestiquées dans le bassin du lac Tchad. ANR Biodiversité.

Lakis G., Mai Ousmane A., Sanoussi D., Habibou A., Badamassi M., Lamy F., Naino J., Sidikou R., Adam T., Sarr A., Luxereau A., Robert T., 2012 - Evolutionary dynamics of cycle length in pearl millet : the role of farmer’s practices and gene flow. Genetica (doi :10.1007/s10709-012- 9633-1).

Mariac C., Robert T, Allinne C., Remigereau M. C, Luxereau A., Tidjani M., Seyni O., Bezançon G., Pham J. L., Sarr A. 2006 - Genetic diversity and gene flow among pearl millet crop/weed complex : a case study. Theoretical and Applied Gene­tics, 113 (6) : 1003-1014.

Médina R. 2009 - Le Sahel d’une rive à l’autre : évolution de l’agrobiodi­versité du lac Tchad au lac Fitri (Tchad). Mémoire de mastère 2, MNHN - Institut national agrono­mique Paris-Grigon - Université Paris VII Denis Diderot.

Mortimore M., 1989 - Adapting to drought. Farmers, famines and desertification in West Africa. Cam­bridge, Cambridge University Press.

Mortimore M. J., Adams W. M., 2001 - Farmer adaptation, change and ‘cri­sis’ in the Sahel. Global Environmen­tal Change, 11 : 49-57.

Nicolas G., 1975 - Dynamique sociale et appréhension du monde au sein d’une société hausa. Paris, Insti­tut d’ethnologie-MNHN.

ONU, 2010 - Protocole de Nagoya sur l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisa­tion relatif à la convention sur la diversité biologique.

Rapport de tournée, 1946 - Archives nationales du Niger. Carton 20-3-25.

Rép. du Niger, 2007 - Stratégie de développement accéléré et de réduc­tion de la pauvreté 2008-2012. Cabinet du Premier ministre, secréta­riat permanent de la SRP.

Rép. du Niger, janvier 2010 - Cata­logue national des espèces et varié­tés végétales. Ministère du Déve­loppement agricole.

Rép. du Niger, 2010-2011 - Annuaire sur la disponibilité des semences améliorées. Ministère de lAgriculture et de lÉlevage.

Robert T., Mariac C., Ali K., Allinne C., Beidari Y., Bezançon G., Couturon E., Moussa D., Sasou M. S., Seydou M., Seyni O., Tidjani M., Luxereau A., 2005 - Gestion des semences et dynamique des introgressions entre variétés cultivées et entre formes domestiques et sauvages des mils (Pennisetum glaucum ssp. glaucum) au Sud-Niger. Actes du BRG, 5 : 555­573.

Robert T., Khalfallah N., Martel E., Lamy F., Poncet V., Allinne C., Remi- gereau M. S., Rekima S., Leveugle M., Lakis G., Siljak-Yakovlev S., Sarr A., 2011 - « Pennisetum ». In Kole C. (ed.) : Wild crop relatives : genomic and breeding resources. Millet and Grasses, Springer Heidelberg, Dordrecht, London, New York : 217­255.

Notes

1 Les résultats du programme de recherche Plantadiv montrent que cette céréale est cultivée dans 38 des 49 villages étudiés au Niger, Tchad et Cameroun. Avec le sorgho, le niébé, le pois de terre, l’arachide, le maïs, la patate douce, l’oseille de Guinée et le gombo, il constitue un ensemble de plantes présentes dans la quasi-totalité des villages (cf. Garine et al. dans ce volume).

2 Ouvert à la signature en 2001 et ratifié par le Niger, le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture de la FAO est sous-titré « un traité mondial pour la sécurité alimentaire et l’agriculture durable ». Ses éléments principaux ont été repris par le Protocole de Nagoya de la Convention sur la diversité biologique qui reconnaît « l’interdépendance de tous les pays en ce qui a trait aux ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture, ainsi que leur nature et leur importance particulières » et dont l’objectif est « le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques, notamment grâce à un accès satisfaisant aux ressources génétiques et à un transfert approprié des technologies pertinentes, compte tenu de tous les droits sur ces ressources et aux technologies et grâce à un financement adéquat, contribuant ainsi à la conservation de la diversité biologique et à l’utilisation durable de ses éléments constitutifs ».

3 Pour les régions haoussa du Nord­Nigeria, M. Mortimore et M. Adams (2001) estiment que c’est aussi « l’aliment de base préféré et le plus rustique ».

4 Les analyses de répartition des variétés se basent sur des relevés par questionnaires effectués sur le nom des variétés présentes dans 79 villages en 2003 (Bezançon coord., 2003), sur des enquêtes plus globales sur l’agrobiodiversité menées dans le cadre du programme Plantadiv (Garine coord., 2008). Elles s’adossent aux données recueillies par l’auteure lors de longs séjours dans des villages haoussa et zarma depuis 1990 et sur les données génétiques analysées par Thierry Robert depuis 2000. Afin d’éviter au mieux le risque de synonymie pour une même variété, seules sont prises en compte ici les grandes variétés au nom bien établi.

5 Ce terme signifie « mil rouge ». Il s’applique à une catégorie englobante regroupant des variétés ayant les mêmes aptitudes agronomiques, le plus souvent semées en mélange. on peut penser que le mil rouge sensu stricto, souvent nommé « mil rouge rouge » et qui demeure le plus commun, a pu également être le premier cultivé, servant en quelque sorte de gabarit aux autres variétés.

6 La variété buduma constitue un exemple d’assignation d’une variété à un groupe ethnique et linguistique. il est largement cultivé par les divers groupes kanouriphones de cette région qui reconnaissent les Boudouma vivant sur les rives et les îles du lac Tchad, comme les « inventeurs ». Le plus souvent, les noms des variétés introduites se réfèrent à une région, un village ou au patronyme du premier utilisateur connu.

7 Les agriculteurs sèment très généralement plusieurs variétés dont des précoces et des tardives sur des parcelles aux qualités agronomiques différentes. Dans la région de Maradi, 2 variétés de tardives sont nommées par les agriculteurs et 5 variétés précoces ou semi-tardives. Parmi elles, la variété baangure est clairement localisée dans les régions du Centre et du Nord, tandis que la variété matam hatsi est surtout présente sur la frange sud, en frontière du Nigeria.

8 Un rapport de tournée de 1946 le mentionne dans le sud de la subdivision de Tessaoua, voisine du Nigeria (Rapport de tournée, 1946).

9 Dans les villages peu arrosés, 1 à 3 variétés sont cultivées alors qu’on en trouve entre 5 et 8 dans les villages mieux arrosés. Il en va de même au Tchad (Bost, 2009 ; Médina, 2009).

10 Dans de nombreuses régions soumises à la réduction de la saison pluvieuse, le sorgho a nettement progressé car, selon les agriculteurs, il peut être planté plus tardivement que les mils (jusqu’en fin juillet) et peut mûrir après l’arrêt des pluies. Il est très souvent semé en remplacement des plants de mil desséchés.

11 Bien évidemment, les famines ont mis les solidarités à rude épreuve. M. Mortimore (1989) signale que celle de 1914 reçut près de Kano le nom de « nettoie le plat avant de saluer ».

12 À la récolte, les chefs de village recevaient de la part de chaque producteur quelques gerbes (ou du gibier, des objets forgés ...) dont une partie était retransmise aux chefs de canton ou des États. À charge pour eux d’ouvrir leurs greniers en période de disette. Cet « argent de la terre » n’est pas complètement tombé en désuétude, mais il est de plus en plus remplacé par l’aumône coranique d’1/10e de la récolte (zakat).

13 Par hybridation avec les mils voisins, les caractères phénotypiques différenciant ces variétés s’atténuent et ils deviennent semblables aux mils locaux. Aux dires des agriculteurs, « nos variétés sont les plus fortes ».

14 Après une période de relatif désengagement des financements internationaux, les recherches fondamentales et appliquées ont été relancées à partir des cultivars locaux (Anseeuw et Wambo, 2008).

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Des variétés liées aux ensembles linguistiques
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8840/img-1.png
Fichier image/png, 90k
Titre Carte 2 - Des variétés liées aux entités historiques et politiques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8840/img-2.png
Fichier image/png, 65k

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site