Version classiqueVersion mobile

Ouagadougou (1850-2004)

 | 
Florence Fournet
, 
Aude Meunier-Nikiema
, 
Gérard Salem

Préface

Catherine Coquery-Vidrovitch

Texte intégral

1Cet atlas sur l’urbanisation de Ouagadougou est plein d’originalité ; il allie des cartes précises, des diagrammes explicatifs, et de fort belles photos, à des commentaires approfondis nourris de travaux précis de terrain et d’enquêtes d’archives statistiques. Cette collecte a été effectuée en symbiose entre chercheurs français, chercheurs et responsables burkinabè. Le tout est corroboré et complété par une bonne bibliographie donnée en fin d’ouvrage.

2Cette originalité relève en partie de l’histoire même du projet : c’est un programme de recherche focalisé à l’origine sur la santé qui a révélé le rôle majeur des inégalités socio-spatiales décelées et décelables dans la ville. D’où la nécessité d’en comprendre les facteurs, en particulier mais pas seulement historiques. Les rédacteurs, dont à l’origine la plupart sont spécialistes de la santé, se sont amplement émancipés de ce thème de départ pour couvrir avec intelligence et cohérence l’ensemble des questions urbaines. Celles-ci concernent aussi bien les habitants (les citadins) que l’habité (ou le bâti urbain), notamment mais pas seulement à partir du thème transversal des équipements, de leur usage, et donc de leur inégale répartition. L’appréhension de l’évolution, du passé au présent, permet du même coup d’envisager les mesures souhaitables pour l’avenir. En ma qualité d’historienne, chargée du redoutable honneur d’introduire ce beau travail de géographie évolutive, je suis comblée par l’appréhension, en début du travail, des origines spatio-politiques de la ville. Cette analyse complète heureusement la somme écrite par Laurent Fourchard (2002) sur la ville coloniale.

3La réussite de l’ensemble tient à la solide correspondance réciproque entre une cartographie bien lisible et le texte qui lui répond. Elle tient aussi à la façon dynamique d’aborder l’ensemble urbain, à la fois historique, géographique et social, en commençant d’emblée par un emboîtement d’échelles, pour aller de l’espace régional urbain à l’îlot de quartier. Ouagadougou fut en effet, et demeure le centre d’un réseau urbain d’envergure, aussi bien dans les temps anciens qu’à l’époque coloniale malgré ses péripéties (en particulier la suppression momentanée de la colonie de Haute-Volta) ; elle le reste à plus forte raison dans le monde contemporain.

4Excellente est l’idée de faire passer les gens avant le bâti, les habitants avant l’habité, en jouant à nouveau sur l’emboîtement d’échelles, de la ville aux arrondissements et des quartiers à l’îlot. On saisit d’emblée le rôle des réseaux et des processus migratoires dans la répartition des citadins aussi bien en âge qu’en condition sociale, à partir d’une fine analyse démographique en durée. Va donc en découler l’appréhension des disparités de matériaux de construction (du banco au béton) et d’équipements collectifs urbains : l’eau – problème majeur – ; l’électricité, au coût exorbitant, dont paradoxalement l’usage croissant par les classes moyennes et supérieures va de pair avec une consommation moindre par habitant ; l’assainissement et l’évacuation des déchets ; les écoles ; les structures de santé. Les principales caractéristiques des différents quartiers de la ville sont ainsi analysées avec minutie. Tout ce monde se retrouve plus ou moins dans les marchés en croissance exponentielle depuis 30 ans. Ils structurent l’espace urbain d’un réseau spécifique, des grands marchés de gros et demi-gros à la multitude des marchés subalternes de plus en plus locaux. En règle générale, le nombre de marchés, surtout vivriers, évolue de façon inversement proportionnelle au « standing social » du quartier.

5Le tout met en relief, de façon remarquablement claire donc convaincante, d’une part la grande pauvreté de la majorité des habitants et, d’autre part, l’accélération de la croissance d’une ville à deux vitesses révélant, comme le remarque Aude Meunier- Nikiema (page 84), « la subtilité des pressions qui s’exercent sur les espaces et les changements différenciés qui en résultent ».

6Bref un livre cohérent, approfondi, très lisible, qui reflète les multiples étapes et facettes de la construction sociale et matérielle d’une capitale de l’espace sahélien. La lecture et la consultation en sont désormais indispensables pour tous les spécialistes de l’urbain en Afrique ... et ailleurs.

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search