Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effervescence patrimoniale au Sud

 | 
Dominique Juhé-Beaulaton
, 
Marie-Christine Cormier-Salem
, 
Pascale de Robert
, 
et al.

Les effets du global, le retour du local

Les crêtes du Jura suisse à l’épreuve des éoliennes : un patrimoine menacé ?

Yvan Droz, Valérie Miéville-Ott et Jérémie Forney

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend et développe certains passages de notre ouvrage (Droz et al., 2009). Il se fond (...)

1Nous présentons ici deux études anthropologiques de projets d’implantation de fermes éoliennes dans le Jura suisse : l’un couronné de succès, l’autre en attente depuis de nombreuses années1. Les crêtes du Jura sont considérées par les habitants de la région comme des lieux patrimoniaux à forte connotation identitaire. Construire des turbines d’une centaine de mètres de hauteur n’est pas sans conséquence sur le paysage du pâturage boisé jurassien et cela suscite des prises de positions bien tranchées entre protection du patrimoine paysager et production d’électricité « verte ». Nous évoquons le choix cornélien que présente la « production propre d’énergie renouvelable » face à la « destruction du patrimoine naturel des pâturages boisés jurassiens » pour les défenseurs de la nature ou du paysage. Nous interrogeons ensuite l’instrumentalisation politique du paysage pour (dé)favoriser des aménagements du territoire spécifiques. Cette instrumentalisation politique se fonde sur un processus de naturalisation du paysage qui le transforme en bien collectif immuable et le constitue en « patrimoine » d’une région chargé de caractéristiques identitaires. L’implantation d’éoliennes dans une telle région ne peut donc que susciter un débat que dévoilent des discours et des représentations paysagères ancrées dans une conception patrimoniale des crêtes jurassiennes.

Les pâturages boisés : symboles du Jura

2Le pâturage boisé s’inscrit dans un champ sémantique et symbolique particulier. C’est d’abord un terme d’initié, faisant clairement référence à des composantes biologiques : les pâturages d’un côté et la forêt de l’autre. Cet espace est donc perçu par les spécialistes comme un espace cultivé pour l’herbe et le bols, mis en production, et étroitement lié à l’intervention humaine. Contrairement aux crêtes qui - comme nous le verrons - représentent un haut-lieu identitaire et patrimonial, cette représentation des pâturages boisés est dynamique et l’équilibre fragile entre prés et forêts suscite le discours. Par ailleurs, sa dimension cultivée à double fonction - agricole et sylvicole - pose d’emblée de possibles conflits quant à sa mise en valeur par les agriculteurs et les forestiers. De plus, cet espace est l’objet de pratiques et d’attentes très diverses de la part de la population urbaine. Le pâturage boisé devient donc un enjeu d’aménagement du territoire et de régulation des usages sociaux qu’il supporte.

3Même si le pâturage boisé est fortement fréquenté par le public, il est très peu présent dans les discours de la population qui l’associe implicitement aux crêtes. Lors de nos enquêtes dans l’Arc jurassien, le terme de pâturage boisé est très rarement utilisé spontanément. Seules quelques personnes l’ont employé qui ont toutes un contact direct avec cet espace, que cela soit par leurs activités professionnelles (forestier, agriculteur) ou par leurs activités de loisir (chasseur, champignonneur). Par comparaison, les termes « Jura » ou « paysage du Jura » reviennent 500 fois, mentionnés par plus de soixante-dix personnes. Le mot « crêtes » quant à lui est utilisé plus de 200 fois par une quarantaine de personnes. C’est dire la relative absence du pâturage boisé, en tant que tel, dans l’imaginaire local et son association systématique avec les crêtes jurassiennes.

4Le pâturage boisé fait référence à une composition et à un fonctionne­ment écosystémique spécifiques. La composition de cet écosystème en fait potentiellement un espace riche en biodiversité. Pourtant, le regard paysager du commun des mortels n’identifie pas cette richesse. La discrétion du pâturage boisé quant à sa valeur écologique contribue à une représentation peu consensuelle de cet espace. De par son énoncé, le terme de pâturage boisé évoque clairement deux composantes distinctes : la pâture et la forêt. Cela incite les interlocuteurs à séparer la partie agricole (représentée par l’herbe, la pâture, les prés) et la partie boisée (arbres, sapins, bosquets, arbustes). D’une part, le regard scientifique, en reconstruisant son fonctionnement et ses composantes, l’érige en milieu menacé, et d’autre part le regard profane n’y voit qu’un espace « naturel » à disposition. En revanche, on constate que ces deux regards aboutissent au même désir de protection et de sauvegarde de cet espace, mais pour des raisons différentes : environnementales ou récréa­tives et patrimoniales.

5Pourtant, le pâturage boisé est intimement associé au paysage du Jura, voire plus spécifiquement au paysage des Franches-Montagnes, paysage emblématique par excellence. L’histoire du façonnage de ce milieu est parfois évoquée : premiers défrichements et rôle supposé des moines. Cette emblématisation et cet ancrage historique du pâturage boisé suscitent parfois des discours affectifs et émotionnels très expressifs : « C’est vraiment le patrimoine franc-montagnard, sûr. Je dis toujours, ces grands sapins dans ces pâturages boisés, l’hiver quand ils sont remplis de neige, tu les vois qui plient avec les pives : ce sont des monuments historiques ! », « Il y a l’air, on n’est pas en forêt fermée, noire. L’air est là, la luminosité est là, c’est toute autre chose. Le pâturage boisé c’est une espèce de cathédrale avec des grosses colonnes, avec un toit qui est parfois ouvert, parfois fermé ».

6Mentionnons encore que, pour les agriculteurs, le pâturage boisé est un espace particulier. Le bétail est le plus souvent mis « au large » sur ces espaces : il bénéficie de vastes étendues contrairement aux pâtures plus intensives qui sont délimitées par des parcs. La présence d’arbres isolés, des sapins principalement, offre un abri contre le vent, la chaleur, la pluie. Ainsi, la notion de plaisir, tant pour les agriculteurs que pour les bêtes, est mentionnée : « Pâturage boisé pour moi ça signifie : des sapins, des bêtes qui y pâturent, qui y sont bien et puis... personnellement, un plaisir à s’y promener. [...] On a des repères, il y a plus d’histoire que si je vais dans les prés. Un pré, que ce soit celui de gauche ou celui de droite, pour moi c’est toujours un pré. Tandis que là, quand je parle de mes pâturages. ».

7Les sapins représentent des éléments caractéristiques, en tant qu’« arbres isolés » ou en bosquets. Les murs de pierres sèches sont également considérés comme typiques du pâturage boisé et l’on évoque le travail des générations passées qui les ont construits et ce que l’entretien des murs de pierres sèches représente de travail. L’alternance de milieux (ouvert, fermé, combe, bosquets, fouillis.) est parfois mentionnée : on apprécie de traverser différents milieux quand on fait du ski de fond ou pique-niquer dans un endroit abrité. C’est aussi cette variété qui en fait un lieu intéressant pour les enfants (différents sols, arbres pour se cacher.).

8Les émotions suscitées par la fréquentation du pâturage boisé s’expriment dans le registre de la douceur, de la tranquillité, du bien- être. Cet aspect du pâturage boisé semble faire l’unanimité. Ces émotions sont en accord avec la topographie des lieux, caractérisée par une alternance de combes, de crêtes, de monts arrondis. Aucun relief agressif ne vient émailler cette première impression visuelle des lieux, au contraire des Alpes, régulièrement mentionnées en contrepoint par nos interlocuteurs. Des émotions plus intimes viennent parfois s’ajouter, comme la sensation d’espace et de liberté. Bref, le pâturage boisé est le lieu par excellence où l’on vient se détendre, respirer, se ressourcer. Ce sentiment confine parfois à une émotion de nature quasi religieuse : « J’ai des émotions très, très... quand j’en parle, je suis fortement pris. Ce n’est pas quelque chose qui me laisse froid. C’est un tout. Pour moi, lorsque je vais faire un travail sur le pâturage boisé, j’y vais avec mes petits pieds. J’essaie d’y entrer comme si j’entrais dans une cathédrale. J’ai un respect fondamental. J’imagine que quelqu’un qui est fortement croyant ou quelqu’un qui adore l’architecture, il entre dans une cathédrale, comme moi j’entre sur un pâturage boisé ». C’est le lieu de l’intimité et du calme, un registre qui est plus fréquemment présent chez les femmes que chez les hommes.

  • 2 Les « communaux » sont des pâturages collectifs appartenant à une commune, souvent couverts de pâtu (...)

9Le pâturage boisé est un lieu identitaire, rattaché notamment à certaines pratiques de l’enfance. Cet attachement s’exprime parfois par un véritable cri du cœur patriotique : « Pour moi c’est le pays. C’est la patrie. C’est chez nous ! ». Enfin, les agriculteurs évoquent leur plaisir à travailler dans ces espaces : « C’est vrai qu’un lever de soleil dans les communaux2, quand tu as la rosée dans les arbres et que. c’est des moments qui sont inoubliables. donc la sérénité oui. je ne sais pas le dire en sentiments, mais ce que j’apprécie dans les communaux aujourd’hui, c’est de voir ce partage, enfin cet équilibre entre la tradition, le respect de ce que la nature et les générations d’avant nous ont laissé, et le côté technique aussi. Je veux dire, quand je vais au milieu des communaux à cette saison et que je vois qu’il ne reste point d’herbe, que ça a été pâturé impeccable partout, qu’il n’y a pas de chardons qui traînent. moi, je vois une image de mon métier et de mon pays qui me plaît vraiment ». Le pâturage boisé est un lieu de l’intime, qui s’oppose à la notion de paysage spectaculaire. On ne « fait » pas un pâturage boisé - dans le même sens que l’on « fait » la Thaïlande ou le Sahara ou que l’on « fait » un 4000 -, mais on y va, on y retourne, on le redécouvre.

10On le voit, le pâturage boisé suscite un grand attachement et constitue donc bien le paysage typique de l’Arc jurassien : il est souvent considéré comme un patrimoine précieux. Toutefois, ces espaces sont aujourd’hui menacés par la déprise agricole et la menace principale qui pèse sur cet écosystème n’est autre que l’application d’une logique purement économique faisant l’impasse sur les « externalités » des pâturages boisés. « Ça ne se calcule pas ! » lance avec véhémence un de nos interlocuteurs, alors qu’un autre explique : « Je ne suis pas sûr que ces espaces doivent rapporter, ils doivent rapporter en tranquillité, en sérénité, en bien-être pour les gens qui y passent du temps, mais on ne doit pas tout traduire en argent, si on traduit en argent, on va devoir mettre des péages, une industrie, un resto, non il y en a, ça suffit ». En effet, nos interlocuteurs mettent souvent l’accent sur les aspects non quantifiables des pâturages boisés : sérénité offerte gratuitement aux urbains, poumon des villes, beauté des troupeaux de chevaux et de génisses en liberté. Bref, le pâturage boisé est perçu comme un refuge nécessaire contre le stress de la vie quotidienne : « L’Arc jurassien c’est le poumon des gens de la ville ». D’aucuns constatent désabusés : « Ici, on donne tout. Tous les gens qui viennent faire leur pique-nique ici, [...] et Dieu sait si c’est respectable ». La logique économique ne semble pas pouvoir s’appliquer au patrimoine que représente le pâturage boisé.

11Toutefois, un consensus apparaît sur la nécessité de maintenir les pâturages boisés, car ils se trouvent au cœur de l’identité jurassienne. Nos interlocuteurs insistent sur la particularité de ce milieu et sur ses aspects identitaires : « Parce qu’on a vraiment une image à faire valoir avec ces pâturages boisés. C’est quand même un des seuls endroits de Suisse, ou même plus loin à la ronde, où l’on a ces immenses troupeaux mélangés de bovins de chevaux qui se promènent ensemble sur des immenses territoires, et ce, presque toute l’année. ». Bref, le Jura suisse sans pâturage boisé perdrait sa singularité, voire son âme.

12Ainsi, cet environnement est conçu comme un patrimoine ou un bien public dont la responsabilité incombe à l’État. Il s’agit non seulement de l’espace de respiration que l’on évoquait, mais aussi d’une responsabilité face aux générations futures : « Puisqu’on est bénéficiaire de cet espace, on a la responsabilité de sa transmission, de ce droit, de ce plaisir, de cet avantage qu’on a, aux générations futures ». Les pâturages boisés constituent donc un patrimoine à préserver. Nous l’avons reçu de nos ancêtres qui ont su le créer en défrichant « judicieusement » l’Arc jurassien et nous avons le devoir de le transmettre aux générations à venir. Une certaine idéalisation du passé apparaît dans les propos que nous avons recueillis : on respecte le travail des anciens qui ont su « équilibrer » pâturages et forêts pour offrir un espace dont la contemplation susciterait immanquablement la « sérénité » et l’« apaisement ».

13Nombreux sont ceux qui insistent sur l’aspect patrimonial qui légitime le statut de bien public accordé au pâturage boisé. Ainsi, certains considèrent que les « impôts » devraient permettre de préserver les pâturages boisés : « c’est pas privé un pâturage. Les gens à qui ça appartient, c’est tout le monde. la collectivité. Donc, nous on paie des impôts à la collectivité, on pourrait attendre qu’il y ait une partie de cet argent qui soit utilisé pour gérer notre patrimoine naturel ». De plus, certains soulignent la nécessité de soutenir les agriculteurs afin qu’ils puissent consacrer plus de temps à l’entretien des pâturages boisés.

Les crêtes ou l’union sacrée des Neuchâtelois

14Les crêtes jurassiennes combinent les paysages typiques du pâturage boisé à la perspective lointaine qu’offre leur altitude : vue sur les trois lacs - Neuchâtel, Bienne et Morat - avec les Alpes et les Préalpes en toile de fond d’un côté ; vallonnements du Jura français avec la « ligne bleue » des Vosges dans le lointain. Les crêtes font référence à un imaginaire et une symbolique de l’atemporalité, de l’immuabilité, de l’identité. À l’instar du pâturage boisé, elles sont intimement intériorisées et suscitent des émotions particulières ; elles évoquent un espace de respiration, de ressourcement, voire de méditation.

15Les crêtes sont associées à des émotions et des souvenirs particuliers. Leur accessibilité les transforme en un lieu de loisir et de pratiques multiples pour un public nombreux. C’est avant tout la balade que l’on y pratique, que cela soit en famille ou entre amis, rarement seul. Des activités plus spécifiques telles le VTT ou le ski de fond y sont également pratiquées. Mais ce n’est pas l’activité en tant que telle qui est importante, c’est bien ce qu’elle permet de découvrir ou de ressentir. Le paysage des crêtes est facilement identifiable - il s’agit du pâturage boisé auquel s’ajoute la « vue » - et ses éléments paysagers sont immédiatement repérés par nos interlocuteurs : sapins, combes, murs de pierre sèche. Ils fonctionnent comme marqueurs identitaires forts.

  • 3 La torrée est un feu de bois dans lequel les Neuchâtelois cuisent des saucissons et des pommes de t (...)

16À l’instar du pâturage boisé, les différentes caractéristiques topo­graphiques, climatiques et visuelles des crêtes leur confèrent un aspect de douceur, fort apprécié. C’est un paysage ouvert, où l’on peut respirer, contrairement aux paysages alpins où l’on se sent oppressé, voire menacé. Certains conçoivent les crêtes comme un lieu purificateur, qui soigne et qui permet de retrouver un certain équilibre, d’« évaporer les excédents de mauvaises choses qui peuvent traîner au fond de son cerveau ». Ce n’est pas un paysage spectaculaire que l’on va découvrir, c’est le paysage de la reconnaissance, dans le sens où ce n’est pas la découverte que l’on cherche, mais l’envie d’éprouver à nouveau des émotions et de raviver des liens amicaux et familiaux. Ainsi, très souvent les gens retournent aux mêmes endroits, font la même balade, sachant qu’ils pourront déguster une fondue dans la même métairie ou retrouver « leur » foyer pour faire une torrée3. Et quel désappointement si celui-ci a été pris par d’autres ! Autant de pratiques qui fonctionnent comme des repères identitaires. Ces pratiques - souvent associées à des souvenirs d’enfance - rendent cet espace toujours plus familier et toujours plus intime. Mais ce processus s’accompagne d’une décontextualisation et renforce le sentiment d’atemporalité associée à ce lieu, qui apparaît comme un refuge paisible. La dimension productive - constitutive du pâturage boisée - est évacuée. L’agriculture occupe une position délicate dans cet équilibre instable : tout à la fois garante de l’aspect général des crêtes en les préservant d’un embuissonnement indésirable, mais simultanément - implicitement - interdite d’adopter des pratiques « modernes » qui pourraient porter atteinte au paysage (balles rondes, banalisation de la composition botanique d’une prairie de fauche, bâti, etc.). C’est dans ce paysage bucolique que le drame des éoliennes va se jouer.

17Que dire de l’irruption de la modernité dans ce paysage jurassien patrimonial, associant identité, travail des ancêtres et espace de respiration pour les « gens des villes » ? Les éoliennes présentent toutes les ambiguïtés des éléments associés au paysage des crêtes et du pâturage boisé. Les contradictions d’un projet d’aménagement du territoire où le respect du paysage s’oppose à la production d’une énergie douce et renouvelable surgissent alors au grand jour. Il importe donc d’interroger la représentation sociale des énergies renouvelables et leurs liens avec la nature ou le paysage pour comprendre les enjeux de ce conflit paysager.

Succès éolien au Mont-Crosin

18L’exemple des éoliennes mobilise les registres de la protection de la nature, de la sauvegarde du paysage et du développement durable. Pour approfondir ce processus complexe, il est nécessaire d’étudier plus précisément les représentations paysagères des éoliennes grâce à l’étude d’un projet réussi.

19Le projet d’implanter des éoliennes dans la région du Jura bernois a été lancé par la filiale d’un groupe nord-américain, en 1992-1993. Il s’agissait de construire de cinquante à cent turbines dans la région du Mont-Crosin sur une surface de 200 hectares et de trente à soixante dans celle du Mont-Sujet pour atteindre une puissance totale de 40 à 80 mégawatts. La crête de Chasseral avait été envisagée dans un premier temps, mais cette idée a rapidement été écartée avant même que des mesures de vent ne soient effectuées. En effet, le parc d’éoliennes aurait été très visible et certaines parties de la montagne sont incluses dans une réserve naturelle. Un tel projet aurait immédiatement rencontré une opposition trop vive. Par son gigantisme, ce premier projet a provoqué des résistances de la part des communes concernées, des associations de protection de l’environnement et des agriculteurs.

20Les promoteurs se sont donc concentrés sur le Mont-Crosin, qui présentait les meilleures conditions de faisabilité : la région était accessible toute l’année, une route et une ligne électrique y existaient déjà. Ils ont pris des contacts assez larges pour connaître les résistances potentielles, les soutiens locaux et régionaux et pour poursuivre l’élaboration de leur projet. Chaque propriétaire foncier du Mont- Crosin a reçu un dossier qui lui promettait une indemnité. Comme le dit un agriculteur de la région : « On était tous choqués, car on n’avait jamais entendu parler de ça. Et personne ne s’exprimait au début, on avait peur, on n’osait rien dire et peu à peu on a appris que la plupart étaient contre ». La première réaction de surprise et de méfiance passée, la même personne finit par s’intéresser au projet. Elle poursuit : « J’ai décidé d’entrer en matière pour deux raisons. Nous sommes une région très pauvre, nous n’avons pas de matières premières ici, à part le vent, même pas d’eau. Alors ce vent, il faut le vendre le plus cher possible. Il y avait l’offre dans ce dossier qui disait qu’il y aurait une indemnité de 2 000 francs par machine par an. Alors ça aurait représenté une somme de 200 000 francs par an dans une région pauvre, sans industrie, un ou deux artisans, une école, deux ou trois restaurants et des agriculteurs. Et je me suis dit qu’on ne pouvait pas refuser 200 000 francs ».

21Les promoteurs organisent des séances d’information dans la région à partir du printemps 1994. Parallèlement, des mesures de vent associant les agriculteurs du Mont-Crosin sont faites. Il apparaît vite que le projet initial est surdimensionné : d’une part, il ne serait pas accepté par les autorités et la population locale ; de l’autre, le site se prête bien à l’exploitation de l’énergie éolienne, mais sans présenter des conditions laissant prévoir une rentabilité exceptionnelle. En outre, la fondation Patrimoine suisse (Heimatschutz) fait opposition au projet. Contrainte de revoir ses ambitions à la baisse, l’entreprise étasunienne préféra se retirer. En 1995, le projet est racheté par les Forces motrices bernoises (FMB) qui avaient déjà mené quelques expériences sur la production d’énergie éolienne dans les années 1980.

22Les FMB reprennent la stratégie consultative précédente, mais le projet est redimensionné. Les promoteurs ont fait le choix d’associer tous les acteurs en amont du projet et de les intégrer dans le processus de réflexion et de concrétisation. Il s’agissait de réfléchir ensemble sur un concept à la fois touristique et énergétique. La construction du parc d’éoliennes a donc été planifiée dans un cadre large. De nombreux partenaires ont participé au processus : les FMB, les communes, Pro-Natura, l’Office de l’aménagement du territoire, l’Office du tourisme du Jura bernois, un bureau mandaté, etc. Élus locaux, agriculteurs et représentants des organisations écologistes, bref, toutes les personnes qui ont assisté à ces séances s’accordent à dire qu’elles ont eu le sentiment d’être écoutées. Sur proposition de certains agriculteurs, les FMB ont décidé de construire les éoliennes sur le terrain de différents propriétaires, afin de répartir les risques (passage des visiteurs, piétinement des pâturages) et les avantages (indemnités).

23Les FMB et les différents acteurs locaux ont ainsi réussi à trouver un terrain d’entente en proposant un projet comportant une face touristique (l’aménagement d’un sentier didactique de randonnée), une face expérimentale (obtenir de l’expérience dans la construction et la gestion d’un parc éolien) et une face productiviste (produire du courant vert). La réalisation concrète du sentier didactique a posé plus de problèmes que la construction du site éolien, car les agriculteurs craignaient que les visiteurs ne restent pas sur le tracé. Les principales réticences de la population ont donc plus porté sur l’afflux de touristes, les déplacements, le va-et-vient des véhicules que sur la modification du paysage ou les travaux de construction, bien que l’impact de ces derniers ait été sous-estimé par les agriculteurs.

24Les associations de protection de la nature furent consultées. Elles ne se sont pas opposées au projet des FMB et ont suivi la démarche en posant un certain nombre de conditions. L’emplacement des éoliennes a été légèrement modifié en fonction de leurs interventions, pour épargner des endroits sensibles ou riches en biodiversité. Elles ont demandé et obtenu des compensations écologiques : planter des haies, entretenir les murs de pierres, etc.

  • 4 Ces premières éoliennes furent remplacées par de nouvelles machines de 140 mètres de hauteur en 201 (...)

25Trois premières turbines d’une puissance de 600 kW sont construites en automne 1996 sur le Mont-Crosin (les mâts s’élèvent à 45 mètres et la longueur des pales est de 22 mètres)4. En 1996, le parc d’éoliennes du Mont-Crosin produisait 2,5 millions de kWh par année, ce qui représentait la consommation électrique de 1 250 ménages. Une quatrième turbine légèrement plus performante (660 kW) est installée en novembre 1998. Puis, en octobre 2001, deux nouvelles éoliennes d’une puissance de 850 kW sont construites plus à l’est (mâts de 50 mètres, pales de 26 mètres). La production d’électricité passe de 3,7 millions de kWh en 2001 à plus de 5 millions en 2002. À l’automne 2004, deux nouvelles éoliennes sont installées aux dimensions impressionnantes :

26100 mètres de hauteur au total ! La production électrique fait un nouveau bon et dépasse les 7,5 millions de kilowattheures, soit la consommation de 2 700 foyers. Huit nouvelles turbines de près de 140 mètres de hauteur apparaissent entre 2009 et 2010, soit deux fois la taille des premières éoliennes ! Ceci quadruple la production de la centrale. On constate donc une construction progressive et prudente du site de Mont-Crosin - tant par la taille que par le nombre des éoliennes - qui constitue une des clés de son acceptation par la population.

Les raisons du succès

27Les FMB ont fait de nombreux efforts d’information, elles ont organisé des conférences de presse, des visites des lieux, et ont publié les résultats des recherches préliminaires. Elles ont réussi à intéresser et à impliquer la population locale, en particulier les agriculteurs. Les agriculteurs ne sont pas les seuls habitants de la région à avoir été associés au projet. Un fromager a été contacté par les FMB pour fabriquer un fromage avec le label éolien : les FMB lui achètent son fromage pour leurs réceptions.

28« Le Mont-Crosin estun cas unique ». En effet, il s’agit de la première ferme éolienne de Suisse. En outre, le site du Mont-Crosin est associé à l’usine photovoltaïque du Mont-Soleil. Ensemble, ces deux sites représentent un véritable « parc des énergies renouvelables », où les deux usines sont reliées au moyen des chars attelés, symbole d’un mode de transport respectueux de l’environnement, ce qui renforce encore le côté écologique et renouvelable du lieu. Les deux sites sont conçus dans une perspective didactique destinée à informer le public sur les énergies renouvelables. Dans les deux cas (Mont-Soleil et Mont-Crosin), nous sommes face à des expériences pionnières dans le domaine des énergies renouvelables. L’objectif de ces deux projets n’était pas seulement de produire de l’électricité, mais aussi d’acquérir de l’expérience dans le domaine de la production électrique durable en testant le matériel et les procédures administratives et techniques de construction d’usines d’un type nouveau.

29Cet aspect pionnier constitue une des clés qui permet de comprendre la réussite touristique du site. En effet, la nouveauté, associée à l’aspect parc des énergies renouvelables, transforme une simple usine éolienne en un lieu attractif, digne d’intérêt pour les touristes. Cela permet de convertir un projet destiné à produire de l’énergie en une opération de relations publiques, bénéfique tant pour les FMB que pour le Canton ou les habitants des lieux. La vocation touristique des sites se place ainsi dans la continuité des représentations des crêtes en tant qu’espace de loisir « doux » et « en relation avec la nature ».

30Mises à part quelques réticences, les promoteurs ont donc su anticiper et rassurer. La grande majorité des personnes interrogées soulignent le fait qu’il y a eu très peu de résistance de la population locale au projet d’implanter des éoliennes au Mont-Crosin. Le développement du site s’est donc déroulé harmonieusement et le processus de décision fut transparent. De l’avis unanime, le président de Juvent a joué un rôle clé : si des changements intervenaient dans la conception ou la gestion du site, il a toujours informé les gens afin qu’ils n’aient pas l’impression d’être contournés et mis devant des faits accomplis ; il n’a pas laissé de rumeurs courir ou s’amplifier, mais a contribué à instaurer un climat de confiance.

31Le vallon de St-Imier - où se trouve le Mont-Crosin - est une région horlogère et agricole qui a durement subi le contrecoup de la crise horlogère des années 1970. La population a sensiblement baissé et les rentrées fiscales des communes stagnent. Bien que les bénéfices strictement économiques du parc d’éoliennes soient négligeables, la plupart des personnes interviewées sont sensibles à l’image dynamique que la réalisation de ce projet donne à la région. Ce projet a suscité différentes réalisations dans une région où la population souffre d’un sentiment de marginalisation. Les éoliennes du Mont-Crosin et la centrale photovoltaïque du Mont-Soleil produisent une part importante des nouvelles énergies renouvelables de Suisse. Même si cela ne constitue qu’un modeste pourcentage de l’énergie produite et consommée en Suisse, ce fait contribue à la notoriété de la région. Une ancienne guide du site soulignait : « C’est une région limitrophe par rapport à l’axe Bienne-Neuchâtel et la région des lacs qui est beaucoup plus dynamique. [...] Les éoliennes sont un emblème pour notre région. Il y a une dynamique qui s’est développée, on a aménagé un sentier didactique, on a amélioré les chemins de randonnée existants. On peut se balader dans la nature, faire des promenades à cheval, en chars attelés, c’est important aussi ! »

32Le bruit était un argument souvent avancé par les opposants à la construction de fermes éoliennes. Force est de constater qu’il s’agissait d’une nuisance bien discrète. En effet, même lorsque l’on se trouve à proximité d’une éolienne de petite taille, le bruit est peu perceptible. Il serait plus à propos de parler du bruissement des pales dans le vent plutôt que du bruit des machines. Or, depuis la construction d’éoliennes de plus d’une centaine de mètres, le bruit est redevenu un problème important pour les riverains et constitue un des arguments contre la création de nouveaux parcs éoliens composés de machines de grande taille.

33L’effet stroboscopique, dénoncé par certains opposants, paraît être l’aspect le plus négatif de la perception des éoliennes. Le fait qu’il s’agit d’objets en mouvement les distingue des « simples » pylônes électriques ou des antennes de retransmission hertziennes. Ainsi, lorsque l’on se promène sur les lieux, il est impossible de faire abstraction des éoliennes en raison du mouvement des pales qui attire le regard, alors que les pylônes peuvent disparaître dans le paysage : à force de les voir, ils s’estompent de la perception subjective du lieu. Remarquons que les effets visuel ou stroboscopique sont perçus de manière ambivalente par nos interlocuteurs : certains en sont incommodés, alors que d’autres restent fascinés par la taille ou le mouvement.

34Le cas du Mont-Crosin est à la fois exemplaire et non reproductible. Exemplaire, car le processus de consultation auprès des autorités et de la population locales, ainsi que des organisations de protection de la nature a été particulièrement bien conduit. Non reproductible, car certaines circonstances ayant facilité l’accueil du projet sont trop spécifiques pour être retrouvées ailleurs : site à cheval entre deux cantons longtemps en conflit et qui ont profité de l’occasion pour dépasser leurs anciens antagonismes ; implantation dans une zone marginale en relative dépression économique ; site exposé aux vents, mais caché aux regards ; préexistence d’un parc d’énergies renouvelables (proximité de la centrale photovoltaïque du Mont-Soleil), etc. En outre, l’engouement public tient pour une large part au caractère pionnier du site et son succès à la personnalité des promoteurs principaux.

35Nos recherches, conduites au début des années 2000, décrivent donc les réactions de la population face à l’érection progressive d’un parc pionnier composé de six premières éoliennes de petite taille. Alors, nos interlocuteurs ont émis des réserves quant à la construction d’éoliennes plus hautes ou plus nombreuses que celles qui existaient déjà au Mont- Crosin. La construction récente des dernières turbines de 140 mètres a peut-être modifié le climat très optimiste qui prévalait alors, notamment à cause d’un rayon de visibilité accru.

Le Crêt-Meuron : une ferme éolienne clés en main

36Une quinzaine de kilomètres à l’ouest du Mont-Crosin, un nouveau projet de ferme éolienne a vu le jour sur les crêtes jurassiennes du canton de Neuchâtel. Or, dans les années 1960, la région des crêtes fut l’objet d’une âpre bataille juridique entre les défenseurs du paysage jurassien, associé à des groupes antimilitaristes, et l’armée suisse qui souhaitait y construire une place d’armes. Remarquons premièrement que les crêtes ont alors joué leur rôle patrimonial et identitaire en rassemblant des habitants de la région issus d’obédiences politiques antagoniques. Les « gauchistes » antimilitaristes et les proto-écologistes se sont battus aux côtés de « patriotes » amoureux d’une nature « neuchâteloise ». Ils développèrent différentes actions mobilisatrices destinées à enrayer le projet de place d’armes : plantation de jeunes sapins, réfection des murs en pierre sèche, etc.

37Finalement, une initiative populaire cantonale largement soutenue par la population neuchâteloise bloqua définitivement le projet. Peu après, en 1966, le gouvernement cantonal promulgua un décret pour protéger les crêtes neuchâteloises contre de nouvelles constructions (privées ou industrielles). Les crêtes furent dès lors associées, dans l’imaginaire des habitants, à une réserve naturelle intouchable : le patrimoine sacré des Neuchâtelois.

38C’est dans ce contexte régional qu’apparaît le projet de ferme éolienne du Crêt-Meuron. Une plaquette destinée à présenter ce projet à la population est éditée. Une première étude d’impact a permis d’évaluer les conditions faunistiques, floristiques et paysagères du Crêt-Meuron. Les promoteurs ont alors adopté une position très souple pour limiter les impacts écologiques et paysagers du site : la présence de quelques exemplaires d’une fleur rare a justifié le déplacement d’une éolienne. Ils ont multiplié les démarches pour informer les populations des communes propriétaires du territoire sur lequel devait s’étendre la ferme éolienne : distribution de tous-ménages, séances d’information, prise de position des autorités communales. Or, les éoliennes seront invisibles depuis ces communes, alors qu’elles se détacheront distinctement sur l’arrière-fond des crêtes depuis les vallées situées au Nord. Ainsi, les habitants des communes affectées par l’impact visuel des éoliennes n’ont initialement pas été informés : seuls quelques articles dans la presse locale et un débat public peu couru annoncèrent le projet de création d’un parc éolien composé de six éoliennes hautes d’une centaine de mètres.

  • 5 Rappelons que la démocratie semi-directe qui caractérise la vie politique suisse permet de déposer (...)

39Une fois le site choisi, le gouvernement cantonal procéda à une série d’actes administratifs afin de respecter le cadre légal de la Loi sur l’aménagement du territoire. Il fallut modifier le Plan directeur cantonal, puis élaborer un plan d’affectation et enfin le mettre à l’enquête publique. Différentes associations, ainsi que des habitants soumis à l’impact visuel du projet déposèrent un recours juridique. De longues démarches juridico-administratives (2002-2007) furent entreprises et s’achevèrent par une « victoire » des promoteurs. Or, les opposants ne désarmèrent pas et en vinrent à lancer une initiative populaire exigeant que le peuple se prononce sur tous les projets de modifications des crêtes neuchâteloises. On le voit, les ressources de la démocratie semi-directe helvétique furent mobilisées, ce qui souligne l’acharnement, tant des opposants que des promoteurs. Ils en découdront finalement devant le peuple neuchâtelois qui votera prochainement sur l’initiative cantonale déposée en 20105. Le Crêt-Meuron constitue bien le contre-exemple du Mont-Crosin. Les éléments qui firent le succès du second prennent plus de relief, face aux démarches entreprises par les promoteurs du Crêt- Meuron.

40La similitude des arguments avancés par les opposants aux éoliennes avec ceux des défenseurs des crêtes du décret de 1966 est saisissante. Les « Amis du Mont-Racine », association opposée au parc éolien, déclarent : « Notre association défend depuis 1967 l’intégrité des lieux, estimant que la zone du Mont-Racine, située dans un cadre admirable, est l’un des derniers endroits à avoir conservé le caractère du Haut-Jura neuchâtelois. Cette montagne doit rester un havre de paix et de sérénité pour les citadins de notre canton, comme pour la faune et la flore qui ont et qui auront toujours plus besoin de coins de nature ». Une lettre de lecteur dans la presse locale va encore plus loin : « L’installation d’éoliennes sur les crêtes jurassiennes est la porte ouverte à l’industrialisation d’un paysage encore intègre [...] l’endroit où les citadins vont respirer l’air du large et admirer l’horizon ». Les crêtes sont bien un lieu sacré pour les citadins qui cherchent à les muséographier pour protéger le patrimoine ancestral qu’elles représentent.

41Une modification du paysage aussi Importante que l’Installation d’éoliennes suscite toutes les passions et cristallise les positions et les postures de différents groupes sociaux dans des argumentaires tranchés. Chaque partie défend sa position au nom d’un bien commun : la défense de la planète en produisant une énergie propre ou la protection d’un paysage « vierge ». La clé de la victoire est l’appropriation d’une légitimité morale indiscutable qui ne souffre pas de concurrence et opère souvent sur le mode de la double contrainte : il s’agit de choisir entre la défense d’un bien posé comme non renouvelable, le paysage, et la promotion d’énergie renouvelable, l’électricité éolienne propre.

42En posant le débat de cette manière, certains acteurs se retrouvent dans une position délicate : les personnes proches de la protection de la nature sont confrontées à un choix cornélien, puisqu’elles ne peuvent décemment être contre une source d’énergie propre et renouvelable et, en même temps, doivent prendre en compte les intérêts de la nature et du paysage. La perception ambivalente des éoliennes se confronte ici à une autre perception : celles des crêtes jurassiennes qui unissent l’ensemble des couches sociales dans une même émotion esthétique et identitaire. En effet, un ministre cantonal et un ouvrier d’une entreprise horlogère s’y côtoient et y déploient les mêmes activités. Comme nous l’avons vu, le paysage des crêtes cristallise donc des valeurs communes à l’ensemble des habitants de la région et participe à la reproduction d’une identité partagée. C’est sur ce sentiment identitaire que s’appuient les opposants lorsqu’ils soulignent qu’il s’agit des « derniers » paysages jurassiens intacts, « espaces de respiration » réunissant différents groupes sociaux dans leurs activités de loisir (marche, torrée, vététiste, course à pied). À l’opposé, les promoteurs souhaitent défendre la nature en proposant une production d’énergie douce et renouvelable... en acceptant de sacrifier une partie du paysage pour contribuer à « sauver la planète ». Pour cela, ils soulignent toutes les atteintes paysagères que la région du Crêt- Meuron a déjà subies (téléskis, lignes à haute tension, etc.) et démontrent l’absence d’impact des éoliennes sur la faune et la flore.

43Mais de quel paysage est-il question ici ? Que cela soit celui des opposants aux éoliennes, celui des promoteurs ou celui des milieux de la protection de la nature, ce ne sont pas ses caractéristiques objectives qui sont en jeu. C’est bien un paysage naturalisé, donné pour vrai, qui fonde la légitimité des parties prenantes (Droz et Miéville-Ott, 2005). Ainsi, le paysage, confondu, tant avec la nature qu’avec le territoire identitaire ou le patrimoine devient un argument rhétorique dans une question d’aménagement du territoire qui enchevêtre des valeurs économiques, symboliques, religieuses et philosophiques. Les aspects identitaires du territoire trouvent une « origine » ou une « réalité » dans un paysage censé représenter les qualités d’un peuple ou d’une région. Mais revenons sur l’analyse des discours que nous avons recueillis sur les éoliennes, afin d’en montrer l’ambigüité.

De la déclaration d’intention au discours paradoxal

44À première vue, les opinions recueillies chez les habitants proches du site de Mont-Crosin montrent une acceptation généralisée du projet et une cohabitation globalement harmonieuse. Remarquons que cette situation tranche avec celles que l’on connaît dans les autres sites de fermes éoliennes, construits ou en projet. En effet, depuis le début de l’année 2010, de nombreuses protestations contre la construction de nouveaux sites apparaissent. Or, le nombre de projets s’est brusquement démultiplié après la décision de la Confédération suisse de couvrir la production d’électricité éolienne au prix coûtant. L’arc jurassien se voit promis à un bel avenir éolien : des centaines de turbines sont en projet, alors que, outre le site du Mont-Crosin, seules deux autres génératrices existent aujourd’hui dans le Jura suisse.

45Ainsi, les éoliennes sont entrées dans les mœurs des riverains du Mont- Crosin, au point que l’on a parfois l’impression qu’elles sont devenues un non-sujet. Néanmoins, en analysant plus finement les entretiens, on remarque certaines formes de discours particulières, indiquant des opinions plus ambivalentes envers les éoliennes. Trois types de discours sur l’énergie éolienne apparaissent : l’obligation d’être favorable, le moindre mal et la dénégation.

Pour sortir du nucléaire

46Pour beaucoup de riverains, l’éolienne représente l’antithèse du nucléaire. C’est l’énergie propre et renouvelable par excellence, qui plus est démontable sans laisser de trace. Dès lors, affirmer sa réticence vis-à-vis du nucléaire impose d’accepter l’éolien : « Je suis plutôt antinucléaire, alors on ne peut pas être contre les énergies renouvelables, si maintenant la chance ou la malchance veut qu’on se trouve dans une région favorable à la production d’énergie éolienne, on ne peut pas dire aller ailleurs, sinon on n’est pas crédible ». On retrouve là « l’écologiquement correct ». La population a bien intégré cette valeur dominante et il est dès lors difficile de se positionner à contre-courant. Une citation montre bien l’enchaînement entre une prise de position tout à fait acceptable et son développement vers une opinion plus relativisée, correspondant davantage à ce que ressent l’interlocuteur : « les éoliennes, ça me plaît, c’est un aspect intéressant du paysage, c’est un flash, quelque chose en plus ! Bon, il faut dire que je suis un farouche opposant à l’énergie nucléaire ; alors il faut bien accepter autre chose, si on veut de l’énergie, alors c’est plus facile d’accepter quelque chose comme ça, je ne trouve pas vilain ». Pourtant, nos interlocuteurs savent parfaitement qu’on ne sortira pas du nucléaire grâce à quelques éoliennes. Ils conçoivent cette énergie comme un appoint : « il faut exploiter tout ce qui est exploitable pour essayer de sortir du nucléaire, mais ça restera une production anecdotique, il y a un créneau, mais il ne faut pas rêver... ».

47On peut également relever un discours paradoxal concernant la rentabilité énergétique des éoliennes. D’une part, si nos interlocuteurs affirment la volonté de trouver des solutions de remplacement au nucléaire, ils savent pertinemment que celles-ci devront offrir une production importante d’électricité pour être significatives. D’autre part, dès qu’il s’agit d’envisager des sites éoliens imposants et denses, l’acceptation devient beaucoup plus difficile. Plusieurs personnes ont déjà vu des sites concentrés à l’étranger, mais ils ne sont pas prêts à tolérer ce genre d’implantation en Suisse : « SI on veut produire, Il faut en mettre beaucoup, mais en Suisse, c’est difficile, car très peuplé, quand les gens n’auront plus d’électricité, ils seront peut-être prêts à sacrifier un coin de leur territoire ». Le terme de « sacrifier » utilisé ici est révélateur de la manière de comparer les avantages et les inconvénients respectifs de l’énergie éolienne.

48Les écologistes sont peut-être les plus mal placés dans ce discours écologiquement correct. En effet, ils sont pris dans le double étau évoqué plus haut, celui de l’énergie renouvelable et propre, et celui de la protection du paysage et de la nature : « si on est vraiment écolo, on doit permettre la création d’éoliennes, les refuser c’est contradictoire, on est obligé de faire des concessions ».

La dénégation

49Certaines formes de discours sont particulièrement intéressantes, car elles aboutissent à des positionnements paradoxaux où la première partie de l’affirmation est démentie par le deuxième argument. Cette construction rhétorique est bien le signe que l’interlocuteur est piégé dans une double représentation, collective et individuelle.

50L’affirmation par la négation, sans relever du paradoxe, est une forme allégée de cette ambivalence. Deux types d’arguments reviennent très souvent sous cette forme : l’intégration dans le paysage et, dans une moindre mesure, le bruit occasionné par les éoliennes. Plutôt que d’affirmer simplement que les éoliennes sont esthétiques ou silencieuses, on recourra au détour par la négation du contraire... : « c’est pas vilain », « c’est pas désagréable », ou encore « il n’y a rien de néfaste là-dedans. ». L’adjectif mis en position négative n’est dès lors pas anodin et le terme « néfaste » est évocateur. Et que dire d’une affirmation aussi compliquée que celle-ci : « elles me gênent absolument pas, je ne serai pas correcte de vous dire qu’elles me gênent ».

51Les différents référents mobilisés dans un même argument débouchent parfois sur des formules totalement paradoxales : « c’est pas qu’on aime les éoliennes, mais on est favorable à cette production d’énergie, donc le bruit ne nous gêne pas ». Cette citation illustre particulièrement bien la double contrainte entourant la problématique de l’énergie renouvelable. Elle aboutit à poser des affirmations tout en les niant en même temps : on aime et on n’aime pas les éoliennes, elles font du bruit et elles n’en font pas, ça nous dérange et ça ne nous dérange pas.

52Cette ambivalence latente provient du fait que les éoliennes posent un véritable dilemme sur le plan environnemental au sens large. On l’a vu, les deux arguments les plus récurrents en faveur et contre les éoliennes relèvent du même type d’argumentaire, c’est-à-dire la plus ou moins grande sensibilité écologique exprimée par l’interlocuteur. On se retrouve alors face à une antinomie difficile à surmonter : être pour une énergie renouvelable ou être pour un paysage - conçu comme un patrimoine - et une nature préservés, imaginés comme non renouvelables. On le voit, le positionnement vis-à-vis des éoliennes est délicat et n’ose pas toujours s’exprimer de manière ouverte, surtout s’il devait être négatif.

Enjeux éoliens

53Nous avons souligné l’Importance de l’Information pour le dévelop­pement de projets éoliens, que ce soit dans le cas du Mont-Crosin ou du Crêt-Meuron. Or, certains aspects de ces discours sur les éoliennes laissent perplexes.

54Un premier élément frappe l’observateur du débat sur les éoliennes : la sincérité et l’émotion dont font preuve les interlocuteurs. Qu’ils soient chauds partisans ou opposants déterminés, chacun a le sentiment de se battre pour une cause légitime, de défendre une éthique environnementale (souvent partagée par les deux camps) ou de préserver une tradition démocratique et le patrimoine que constituent les crêtes jurassiennes dans l’imaginaire local. Les deux parties sont attachées à la démocratie directe et au développement durable, elles partagent une même éthique et des convictions environnementales communes. Pourtant, elles s’opposent avec une rare détermination.

55Quels sont donc les enjeux des éoliennes du projet fort débattu du Crêt- Meuron ? Un enjeu financier apparaît pour les promoteurs. Mais il faut se garder de surestimer cet aspect pour comprendre les très fortes réactions que nous avons recueillies. Au niveau politique, une volonté claire se manifeste du côté fédéral pour promouvoir l’éolien et les cantons se doivent de répondre à cet impératif politique en étudiant les différentes possibilités d’utilisation de l’énergie éolienne sur leur territoire. Les autorités politiques locales et cantonales pourraient trouver dans ce projet un moyen de se profiler dans le champ politique en associant leurs noms à un projet supposé populaire et politiquement correct : énergie renouvelable et développement durable. Toutefois, il s’agit là d’un pari : et si le peuple refusait les atteintes au paysage emblématique des crêtes ?

56Reste un enjeu idéologique : promouvoir le développement durable et les énergies propres. Il est politiquement très incorrect de s’inscrire contre ces deux thèmes : soutenir la prédation des ressources naturelles abiotiques et la pollution de l’atmosphère que respireront nos enfants ne semble pas un étendard facilement défendable... On ne peut donc pas être contre les éoliennes en tant que telles ! En revanche, Il est possible d’être contre un projet de ferme éolienne. Il s’agit là de peser les intérêts en jeu et de parvenir à un choix « rationnel » : le jeu en vaut-il la chandelle ? La réponse se présente sur plusieurs plans.

57La problématique au cœur des projets éoliens est celle du paysage - considéré comme un bien non renouvelable et un patrimoine transmis par les ancêtres - s’opposant à une production d’énergie renouvelable permettant d’éviter la destruction de biens non renouvelables (pétrole, uranium, etc.). Comment démêler ce nœud gordien ?

58Interrogeons-nous en premier lieu sur le statut « non renouvelable » du paysage. Tout paysage est un construit social qui s’oublie. Son statut de bien non renouvelable est donc soumis à la critique du constructionnisme : comment parler d’un bien non renouvelable s’il s’agit d’une invention sociale, datée et localisée ? Certes, il y a là matière à débat... toutefois, une échappatoire à l’antinomie se présente.

59N’existe-t-il pas une confusion autour de la notion de « paysage naturel » ? Lorsque l’on parle de bien non renouvelable pour un paysage « intact », le locuteur pense à un milieu naturel vierge de construction, à un environnement où la présence humaine n’aurait que peu d’effets. En d’autres termes à un paysage naturalisé. Or, dans le cadre des crêtes du Jura, c’est oublier qu’il s’agit d’un paysage jardiné, d’une nature cultivée, bref d’une création humaine qui ne survivrait pas à l’abandon de son exploitation. La friche, voire la forêt réapparaîtrait vite au cas où les troupeaux ne monteraient plus à l’alpage. Le statut de bien non renouvelable attribué au paysage paraît usurpé : il existe une différence fondamentale entre un litre de pétrole qui exige des milliers d’années pour, éventuellement, se recréer et un paysage jurassien, fruit de quelques siècles de présence humaine, dont l’évolution à court ou moyen terme dépend de l’exploitation que l’on en fait. N’y a-t-il pas là également matière à clarifier le débat paysager ?

Conclusions

60Nous avons choisi d’interroger la notion de patrimoine en nous Inspirant de deux études anthropologiques de projets éoliens développés sur les crêtes du Jura suisse. Elles nous ont permis de montrer l’importance identitaire du patrimoine que constituent les crêtes et la force symbolique que cette notion peut jouer dans le débat politique, énergétique et paysager.

61Pour décrypter les enjeux de ces projets et la position des différents acteurs, il importait de développer une analyse fine des discours et de s’interroger sur le statut identitaire et symbolique, bref, patrimonial que pouvaient jouer les crêtes jurassiennes avec leurs pâturages boisés. Ensuite, les contradictions des différents acteurs sont apparues dans les discours, sous la forme d’une antinomie entre paysage patrimonialisé et énergie renouvelable. Or, les ambiguïtés de la rhétorique des différents interlocuteurs méritent d’être soulignées.

62En premier lieu, rappelons que les paysages sont perçus en fonction des différents registres qui composent l’identité des acteurs sociaux (Droz et Miéville-Ott, 2005). En ce sens ils constituent des représentations sociales. Les acteurs projettent dans l’intervisibilité (Ormaux, 2005) des valeurs et des enjeux dépendant des individus et - pour le même agent social - des contextes où ils sont mobilisés. Ces différentes représenta­tions sociales du paysage en acte constituent des « postures paysagères » (Droz et al., 2009) qui expriment la possibilité qu’un même acteur mobi­lise successivement différentes représentations paysagères. Il le fera en fonction des registres identitaires qui composent son identité, par défi­nition complexe, multiple et feuilletée. En effet, au-delà d’un même substrat physique - ou intervisibilité - les individus verront des choses différentes suivant les connaissances mobilisées et mobilisables et selon leur rapport avec les éléments paysagers présents. Ainsi, le paysage n’est pas uniquement perçu, mais par un processus de représentations simultanées, les acteurs sociaux projettent sur lui des éléments non directement observables, issus de connaissances théoriques, d’expé­rience personnelle, de souvenirs, etc. Dans le cas présent, le paysage est patrimonialisé et devient un enjeu identitaire essentiel qui explique les farouches positionnements des opposants.

63En second lieu, la production énergétique des éoliennes constituerait une solution de rechange - partielle tout au moins - à la construction de nouvelles centrales nucléaires. Les promoteurs se placent ainsi comme les défenseurs de la planète et légitiment leurs projets au moyen d’arguments écologiques : le bien des générations futures exigerait de consentir au sacrifice - temporaire - du patrimoine que constituent les crêtes jurassiennes. En effet, ils avancent l’argument que les turbines se démontent lorsqu’elles arrivent en fin de vie, ce qui permettrait de rendre sa virginité au pâturage boisé. Or, la production électrique de l’éolien en Suisse ne pourra pas dépasser une fraction très faible de l’électricité consommée, ce qui suscite le doute quant à l’argument énergétique. L’atteinte au paysage patrimonial des crêtes est-il donc justifié ?

64On le voit, les arguments des uns et des autres ne résistent pas à l’analyse. Le dilemme que posent les éoliennes sur les crêtes jurassiennes apparaît insoluble dans les termes où il est posé aujourd’hui. Toutefois, nos recherches permettent de souligner tant la puissance symbolique et affective de l’attachement identitaire que constitue un territoire patrimonialisé, que l’importance politique et éthique des inquiétudes écologiques que pose la production d’énergie électrique.

Bibliographie

Charollay M., 2012 - Développe­ment de l’énergie éolienne et pay­sage. Lausanne, Agridea, 40 p.

Droz Y., Miéville-Ott V., 2005 - « Le paysage de l’anthropologue ». In Droz Y., Miéville-Ott V. (dir.) : La polyphonie du paysage, Lau­sanne, Presses polytechniques et universitaires romandes : 5-20.

Droz Y., Miéville-Ott V., Forney J., Spichiger R., 2009 - Anthropologie politique du paysage : valeurs et postures paysagères des montagnes suisses. Paris, Karthala, 172 p.

Miéville-Ott V., Droz Y., 2010 - L’analyse des représentations paysa­gères en Suisse : aspect majeur du programme de recherche « Paysages et habitats de l’arc alpin ». Économie rurale, 315 : 46-59.

Ormaux S., 2005 - « Le paysage, entre l’idéel et le matériel ». In Droz Y., Miéville-Ott V. (dir.) : La polypho­nie du paysage, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes : 71-99.

Notes

1 Cet article reprend et développe certains passages de notre ouvrage (Droz et al., 2009). Il se fonde sur une recherche financée par le Fonds national suisse pour la recherche scientifique dans le cadre du PNR48 (Miéville-Ott et Droz, 2010). Pour une bibliographie complète des rapports sur les deux études de cas, voir Charollais (2012).

2 Les « communaux » sont des pâturages collectifs appartenant à une commune, souvent couverts de pâturages boisés. L’appellation demeure parfois après la privatisation de ces terres.

3 La torrée est un feu de bois dans lequel les Neuchâtelois cuisent des saucissons et des pommes de terre. Il s’agit d’une pratique « traditionnelle » à fort caractère identitaire.

4 Ces premières éoliennes furent remplacées par de nouvelles machines de 140 mètres de hauteur en 2013.

5 Rappelons que la démocratie semi-directe qui caractérise la vie politique suisse permet de déposer des initiatives législatives afin de promulguer une nouvelle loi, en l’occurrence pour une consultation populaire avant la création de parcs éoliens.

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540