Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effervescence patrimoniale au Sud

 | 
Dominique Juhé-Beaulaton
, 
Marie-Christine Cormier-Salem
, 
Pascale de Robert
, 
et al.

Les effets du global, le retour du local

Espaces protégés d’Afrique : un patrimoine pour qui ? Des gestionnaires, des chercheurs et des riverains

Aurélie Binot et Marie-Noël de Visscher

Texte intégral

Introduction

1La gestion de patrimoines tels que les espaces protégés s’inscrit dans un ensemble de stratégies propres à différents acteurs.

2La figure 1, inspirée de celle de l’échiquier de Machiavel (d’après Chevassus, 2007), propose ainsi une vision élargie du positionnement et des attentes de ces différents acteurs : (1) la société ou les populations locales riveraines, (2) le juge ou le législateur, (3) le chroniqueur ou celui qui contribue à la renommée de l’espace protégé, (4) le chercheur et enfin (5) le gestionnaire. Ce dernier, placé au centre de l’échiquier, se doit en théorie de prendre des décisions qui permettent de concilier les attentes des quatre autres acteurs. Les décisions en matière de gestion d’un espace ou d’autres ressources publiques apparaissent donc ainsi comme le fruit d’une démarche globale et d’autant plus multicritères que l’objet est complexe. Nous nous intéresserons ici plus particulièrement aux interactions entre gestionnaires, chercheurs et populations locales à propos du patrimoine que constitue un espace protégé.

3Les « gestionnaires » occupent généralement une position centrale et déterminante pour toutes les décisions relatives à l’espace protégé. Outre leurs compétences et expériences techniques de terrain en matière de gestion de la faune, de la flore et des espaces de conservation, ces ingénieurs ou techniciens ont souvent un statut d’agent d’une administration publique, responsable du respect des réglementations.

4Les « riverains » correspondent à l’ensemble des acteurs susceptibles de participer aux dynamiques territoriales en périphérie de l’aire protégée, soit au titre de l’exploitation des ressources (cueillette, élevage, agriculture, chasse, pêche, activités minières,...), soit au titre d’un intérêt dans les affaires politiques locales ou micro locales, soit dans le cadre d’une activité de type commercial, soit en raison d’un enjeu d’ordre patrimonial (socioculturel, symbolique, religieux, ...).

Figure 1 - Positionnement des acteurs autour d’un espace protégé (adapté de Chevassus, 2007).

Figure 1 - Positionnement des acteurs autour d’un espace protégé (adapté de Chevassus, 2007).

5Les « chercheurs » regroupent un ensemble de spécialistes des dynamiques complexes du territoire de conservation : partisans des sciences naturelles ou des sciences humaines impliqués dans la compréhension du contexte de l’aire protégée et de sa périphérie à titre d’expert ponctuel, pour l’encadrement d’étudiants de troisième cycle ou encore par rapport à la réalisation d’un projet scientifique. Ils traitent de sujets aussi variés que les dynamiques des populations animales sauvages, les politiques publiques, l’organisation des filières commerciales, les migrations humaines ou les problèmes de stockage du carbone dans la périphérie d’une aire protégée africaine.

  • 1 Nous n’aborderons pas ici les figures du chroniqueur ni du juge.

6Ces trois types d’acteurs1 se retrouvent, parfois malgré eux, Imbriqués dans des interactions en lien avec l’élaboration d’une stratégie de gestion du territoire protégé et de sa périphérie, notamment en ce qui concerne l’appropriation des visions et des savoirs respectifs des chercheurs, des gestionnaires et des riverains à propos de l’espace à protéger.

7Comment se positionnent ces différents acteurs les uns vis-à-vis des autres ? Quelles perceptions et attentes ont-ils d’un espace protégé ? Quels impacts pour la gestion de cet espace-patrimoine ?

8L’étude de deux cas d’espaces protégés africains, le parc national de Zakouma et le parc régional du W, va permettre de discuter de ces questions.

Interactions chercheurs-gestionnaires

  • 2 Colloque Sciences et actions pour la gestion et la conservation de la biodiversité - Florac (France (...)

9Dans le domaine de la gestion des ressources naturelles, force est de constater que les chercheurs ne sont pas assez impliqués dans des problématiques de gestion de la biodiversité tandis que nombre de gestionnaires formulent peu clairement leurs questions aux chercheurs (Genot et Barbault, 2004). Généralement, les chercheurs craignent d’être limités dans leurs activités de production de connaissances par les contraintes de la gestion tandis que les gestionnaires perçoivent mal l’adéquation des travaux de recherche à leurs préoccupations (Karaisl et Taylor, 2007 ; Swain et al., 1996). Cette problématique de l’interaction entre chercheurs et gestionnaires a donné lieu, ces dernières années, à différentes rencontres, confrontations d’idées, réflexions, concertations (ex. Florac, 20072).

10Dans le cas des deux espaces protégés africains étudiés ici, les gestionnaires occupent bien cette position centrale et prééminente pour toutes les décisions relatives à l’espace protégé sensusstricto. Outre leurs compétences et expériences techniques de terrain en matière de gestion de la faune et des parcs, ce sont le plus souvent des ingénieurs forestiers, agents de leurs administrations nationales respectives, qui ont une forte culture du respect des réglementations.

11Le groupe des chercheurs est constitué d’un éventail de scientifiques de diverses disciplines qui interviennent dans la gestion de façon très variable selon les cas. Les gestionnaires affichent généralement de plus fortes convictions sur ce qu’il convient de faire en se focalisant sur l’action à court terme, les chercheurs étant davantage dans le questionnement ou la remise en cause.

12Un rapport de force ambigu entre eux et les gestionnaires peut parfois s’installer. D’une part, en accroissant les connaissances sur les réalités de l’espace protégé, les activités du chercheur peuvent faire évoluer la grille de lecture des gestionnaires lorsque ces derniers en reconnaissent l’importance. D’autre part, si les activités de recherche sont volontairement orientées pour répondre aux besoins exprimés par les gestionnaires, les questions de recherche et la nature des connaissances produites seront conditionnées par les priorités initiales de gestionnaires. Cette situation s’observe tant vis-à-vis des questions écologiques que sociales.

L’intégration des riverains dans les pratiques de gestion

  • 3 Rapport Brundtland : Notre avenir à tous, rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et (...)

13La plupart des initiatives environnementalistes qui visent la protection de la biodiversité sauvage africaine affichent clairement dans leurs objectifs l’intégration d’actions de conservation de la biodiversité et le développement des économies familiales. Ces projets font écho à la rhétorique participative qui a émergé avec le développement durable (Veyret, 2005 ; rapport Brundtland, 19873). Dans ce cadre, les communautés riveraines des aires protégées sont désignées comme des bénéficiaires des actions de conservation, qui sont appelés à jouer un rôle dans la gouvernance environnementale. À l’épreuve des faits, il semble pourtant que la participation des populations aux projets de conservation reste souvent extrêmement passive et ne débouche que rarement sur un réel partenariat (voir notamment Rodary et al., 2003 ; Blanc-Pamard et Fauroux, 2004 ; Robbins et al., 2006 ; Aubertin et Rodary, 2008).

14Cette rhétorique d’intégration conservation/développement visant à transformer des aires protégées africaines en outils pour le dévelop­pement durable a en outre façonné les schémas de collaborations entre chercheurs et gestionnaires (Aubertin et Rodary, 2008). Ces espaces et leur périphérie, présentés comme des modèles multifonctionnels d’aménagement du territoire, cumulant les fonctions de réservoir de biodiversité et pourvoyeurs de services écosystémiques (MA, 2005), sont devenus des « laboratoires » de gestion concertée, à haut potentiel d’intégration des enjeux de conservation et de développement (BiNoT, 2010). La difficile conciliation de ces objectifs nécessite d’appréhender de manière fine les enjeux territoriaux qui se déroulent à l’interface des aires protégées et de leurs périphéries, perçues comme des espaces à la fois de production et de conservation du patrimoine naturel. Dans le contexte de l’Afrique subtropicale, ces terres concernent souvent conjointement plusieurs catégories d’utilisateurs (éleveurs transhumants, agropasteurs ou agriculteurs, sans oublier bien entendu les opérateurs de la conservation), riverains de l’aire protégée. Les interactions entre ces acteurs s’avèrent bien souvent conflictuelles (Hulme et Murphree, 2001). Les fronts agricoles, les parcours d’élevage transhumant, les zones de cueillette de produits forestiers non ligneux se retrouvent souvent à la lisière des espaces de mobilité de la faune sauvage, voire même imbriqués à l’intérieur de ces derniers. Cet enchevêtrement spatial engendre un risque accru de conflits d’usage, sous-jacent ou exprimé, et de confrontation de jeux de pouvoirs (Joiris et Bigombe, 2010). La co-construction d’une représentation commune d’un socio-écosystème aussi complexe constitue un véritable défi dans le cadre d’une démarche d’aménagement du territoire (Étienne, 2010). Actuellement, ces démarches d’aménagement sont fermement ancrées, d’un point de vue théorique, dans les paradigmes du développement durable, Illustré par exemple par la stratégie de Séville et le développement de modèles du type « réserves de biosphère » (Cibien, 2006). Dans la représentation des décideurs, l’aire protégée est alors investie du rôle de levier de développement de tout un territoire et la démarche même d’aménagement vise à élaborer ce territoire autour de la zone de conservation (Laslaz, 2005). Les dispositifs d’aménagement sont alors construits autour d’un rapport centre/périphérie visant à construire une représentation territoriale du rôle de l’aire protégée auprès des acteurs locaux.

15Cette représentation de type centre/périphérie (Brunet et al., 1993) entre le noyau dur de l’aire protégée et sa périphérie a-t-elle du sens pour les acteurs locaux qui utilisent ces espaces naturels ?

16Quels rôles les scientifiques peuvent-ils jouer dans l’élaboration de ce modèle des dynamiques sociales, économiques, écologiques et politiques à l’œuvre dans un socio-écosystème complexe ?

17Nous nous proposons ici d’explorer les mécanismes de construction et de co-construction de ces représentations. L’exemple du projet Curess au niveau du parc national de Zakouma (au Tchad) nous permettra de confronter les représentations territoriales des riverains à celles des gestionnaires de l’aire protégée. Celui du programme parc régional du W/Ecopas au niveau du complexe WAP (W, Arly, Pendjari, Bénin, Niger, Burkina Faso), permettra quant à lui d’explorer les interactions entre chercheurs et décideurs.

Le projet Curess - Parc national de Zakouma (Tchad)

18Le parc national de Zakouma (3 000 km2) est situé au sud-est du Tchad au sein d’un complexe d’aires protégées et de domaines de chasse créés durant les années 1960. La périphérie du parc national de Zakouma (sud- est du Tchad) se compose d’une mosaïque de modalités d’occupation du sol, orchestrées par divers acteurs, souvent superposées dans l’espace et parfois aussi dans le temps pour ce qui est des usages pastoraux, agricoles, de cueillette et d’habitat de la faune sauvage.

19Parmi ces usages, l’agriculture du sorgho de décrue est actuellement en plein essor dans la région (Hanon, 2008 ; Binot, 2010). Cette culture assure la base de l’alimentation quotidienne au Tchad et la principale source de revenu des populations sédentaires de la région de Zakouma. Dans un contexte de front pionnier agricole, les espaces de savanes naturelles sur des sols propices au sorgho en périphérie du parc national - jusqu’à présent préservés du front de défriche - sont considérés comme une réserve foncière pour de futurs aménagements agricoles. La culture du sorgho de décrue constitue la principale cause de déboisement en périphérie du parc national de Zakouma. Son extension pourrait avoir un impact important, notamment dans les zones hautement inondables avec des risques d’érosion, de modification du réseau hydrographique et de perte de diversité spécifique végétale et animale, ainsi que de fragmentation des habitats naturels de la faune. Localement, le front agricole induit aussi une augmentation considérable de la pression foncière. Des conflits pour l’accès à l’espace entre groupes autochtones et groupes de migrants arrivant dans la région pour la culture du sorgho risquent également d’émerger, ainsi qu’entre agriculteurs et éleveurs transhumants lorsque les champs empiètent sur les couloirs de passage et les aires de pâture des troupeaux transhumants. Cependant, la pression induite par cette activité est, pour l’heure, toute relative. En dépit de l’essor de l’agriculture de décrue dans la région du PNZ, les espaces de végétation naturelle restent donc abondants (Cornelis et al., 2006).

20Pour ce qui est de l’élevage transhumant, il existe une grande diversité de situations agropastorales et de stratégies de mobilité dans cette zone du Tchad (Clanet, 1994). Les grandes transhumances (rayon d’action supérieur à 300 km), que l’on observe dans la zone d’influence du parc de Zakouma, durent six à huit mois (novembre-juillet). Grossièrement, l’axe principal de transhumance se dessine entre Oum Hadjer et le lac Iro (fig. 2). Certains groupes ne font que transiter par le Salamat et le Guéra et continuent leur route jusqu’au lac Iro. D’autres séjournent en périphérie de l’aire protégée de Zakouma jusqu’à la fin de la saison sèche. Les communautés d’éleveurs transhumants présents dans la zone en saison sèche appartiennent au groupe ethnolinguistique arabe (Zeltner et Tourneux, 1986) et sont originaires du Batha et du Ouaddaï. Il s’agit de sociétés lignagères organisées d’un point de vue sociopolitique sur la base des relations de parenté (lignages et fractions de patrilignages). Cependant, la famille patriarcale constitue un centre décisionnel très fort et le chef de famille jouit d’une grande autonomie dans les choix et stratégies qu’il adopte. Les éleveurs ont des représentants sédentaires (les khalife ou représentants des chefs de canton d’origine des transhumants) qui jouissent d’une autorité assez relative, notamment en termes de suivi des stratégies de mobilité de leurs administrés.

Figure 2 – Déplacements saisonniers des éleveurs transhumants séjournant en périphérie du PNZ.

Figure 2 – Déplacements saisonniers des éleveurs transhumants séjournant en périphérie du PNZ.

21Leur transhumance s’organise en fonction des groupes de parenté, par regroupements ponctuels entre ménages (de 10 à 30 familles nucléaires en moyenne au sein d’un même campement) sur certaines portions des parcours, Une fois qu’ils arrivent dans la zone d’accueil de saison sèche du PNZ, les stratégies individuelles reprennent le dessus. D’une manière générale, « chacun garde ses bœufs » et les chefs de famille nucléaire conservent une grande autonomie pour gérer leurs déplacements et la conduite de leurs troupeaux. L’installation d’un groupe d’éleveur sur le terroir villageois nécessite simplement une autorisation de principe du chef de canton. Les éleveurs gèrent cela de manière individuelle et ne doivent pas obtenir l’accord de leur chef de fraction.

  • 4 Ces pactes d’amitié sont basés sur la confiance réciproque, sur l’honneur et sur la foi coranique. (...)

22Les terroirs agropastoraux de la zone périphérique Nord (plaine d’Andouma), Sud (plaine de Dahal) et Est (plaine de Gara) du parc de Zakouma sont soumis à une forte pression pastorale en saison sèche, car ils constituent des lieux de résidence privilégiés pour les éleveurs transhumants durant cette période. Il existe une complémentarité traditionnelle entre les activités de subsistance transhumantes et sédentaires, matérialisée par l’échange de produits d’élevage (lait et lait caillé) contre des produits agricoles, essentiellement des céréales. Nombreux sont les villages de la périphérie de Zakouma qui constituent un point de passage incontournable du parcours de transhumance. La présence des campements sur le terroir villageois constitue une réelle opportunité pour la circulation des produits agricoles mais aussi la circulation des personnes, par le biais de mariages entre transhumants et éleveurs sédentarisés. Cette complémentarité s’exprime également sur le terroir agricole puisque les troupeaux qui sont parqués sur les champs après la récolte du sorgho profitent des résidus de culture, tout en fertilisant la terre avec leurs déjections. Le transhumant négocie généralement la « location » du champ de sorgho au sédentaire. Dans la majorité des cas, les négociations sont menées au sein du réseau social et familial, entre transhumants et éleveurs sédentarisés. Ils se mettront dès lors d’accord pour un échange de services, comme par exemple en confiant leur bétail, sans passer par une transaction monétarisée « directe ». Cette tendance s’observe particulièrement au sein des groupes de bouviers, dans la périphérie Est et Nord du parc. Les chameliers quant à eux, bien qu’ils constituent des groupes différents de ceux des bouviers en termes lignagers, ont développé des « pactes sociaux » 4 avec les bouviers sédentarisés dans la zone. Notons encore que ces pactes peuvent également être conclus entre groupes de transhumants bouviers ou entre transhumants et sédentaires afin de pacifier les relations et d’atténuer les éventuelles tensions entre les éleveurs.

23Les interactions et les conflits entre les groupes de riverains permanents (agriculteurs du sorgho de décrue) et saisonniers (transhumants) s’expriment le plus souvent à propos du partage du foncier et des ressources naturelles. Comme souvent dans le contexte de l’Afrique centrale (Le Roy, 2002), un ensemble de règles coutumières constitue un référentiel pour l’accès aux ressources naturelles et la gestion des questions foncières. Dans la périphérie de Zakouma, c’est au sein des réseaux sociaux et familiaux que se structurent les parcours de transhumance et l’allocation des parcelles agricoles, sous l’autorité des chefs de patrilignages et des chefs de village par délégation du chef de canton (ou sultan). Ainsi, les pactes sociaux traditionnels, les relations de parenté entre éleveurs et populations d’anciens transhumants sédentarisés contribuent à façonner la représentation de l’espace agropastoral par les riverains, dans le cadre d’une perpétuelle renégociation des droits d’accès et d’usage des ressources entre les représentants des différentes fractions de patrilignages.

Le projet d’aménagement du parc à des fins de conservation

24Le projet d’aménagement de l’aire protégée se justifie par le statut de « sanctuaire de faune » du parc de Zakouma, pour la préservation des populations animales sauvages des savanes d’Afrique centrale. Cet espace a ainsi fait l’objet d’un intérêt particulier de la part de la communauté internationale, laquelle a investi, depuis 1987, plusieurs dizaines de millions d’euros dans divers programmes d’appui pour la gestion, l’aménagement et la surveillance de l’aire protégée et de sa périphérie. C’est dans ce cadre que le projet Conservation et utilisation rationnelle des écosystèmes soudano sahéliens (Curess) démarre à partir de fin 2000 à travers un financement de l’Union européenne. L’effort déployé dans le cadre de ce projet a permis notamment de mettre en place un dispositif de suivi écologique et de comptage des effectifs de faune, nécessaire pour proposer une stratégie de gestion de l’aire protégée à moyen et long terme.

25À Zakouma, les enjeux d’aménagement soulevés par les conversation- nistes ont été posés en termes de partage de l’espace et des ressources entre trois dynamiques géographiques spécifiques : la mobilité de la grande faune, l’expansion agricole et l’élevage transhumant.

26Les objectifs du projet Curess à ce niveau étaient de structurer un territoire et une dynamique de développement rural autour de l’aire protégée. Un « plan de gestion » du parc national de Zakouma et de sa périphérie a été conçu par les gestionnaires du parc (Agreco, 2007). Il dresse le bilan des interventions menées, et définit les missions du projet pour son prochain mandat (2007-2011).

27Au sein de la zone périphérique du parc, le projet a identifié des « contraintes » aux missions qui sont conférées au parc national de Zakouma, notamment en termes de conservation de la biodiversité. Cette démarche cible particulièrement les conflits d’intérêt potentiels entre le développement socioéconomique et la préservation des milieux naturels et de la faune sauvage.

28Le plan de gestion identifie l’expansion de l’emprise agricole des cultures de décrue sur les savanes naturelles comme la principale menace pour la préservation de la faune. Le plan soulève que, dans les zones les plus densément peuplées par l’homme (au nord du parc national de Zakouma) « [...] ce sont justement les savanes à Acacia seyal - occupant les sols propices au sorgho de décrue - qui sont empruntées par les ongulés pendant leurs déplacements hors du parc [...] » (Agreco, 2007). Les résultats d’études scientifiques (Dolmia, 2004 ; Faye et al., 2006 ; Poilecot et al., 2007) montrent en effet que, en saison des pluies, les régions Nord et Sud-Ouest de la périphérie sont très fréquentées par la grande faune (populations d’éléphants, damalisques, hippotragues). Les nombreux espaces de végétation naturelle qui forment encore un continuum de part et d’autre des limites de l’aire protégée permettent à la faune de quitter le parc national de Zakouma pour effectuer des migrations saisonnières. Le projet Curess s’est donné pour objectif de sécuriser ces déplacements.

29Le dispositif spatial associé au plan de gestion repris à la figure 3 prévoit deux corridors écologiques (mise en défens de la végétation naturelle) à l’ouest et au nord du parc, ainsi qu’un contrôle croissant du développement économique par le projet, selon deux zones concentriques vers l’aire protégée (avec deux zones périphériques d’intervention : ZP1, la zone tampon et ZP2, la zone de transition).

30Le plan de gestion propose aussi de modifier le statut de la Réserve de faune du Barh Salamat (RFBS) qui entoure le parc, en le dotant d’un nouveau « règlement intérieur » destiné à apporter un cadre légal aux objectifs de gestion.

31Le cas d’étude de Zakouma illustre particulièrement bien la difficulté à intégrer dans un dispositif de cogestion des ressources naturelles à la fois les attentes des populations riveraines en matière de sécurisation foncière et des objectifs écologiques. Ici, au vu du dispositif spatial et des objectifs prioritaires de gestion identifiés par le projet, la dynamique d’aménagement vise en priorité à rencontrer des objectifs de préservation de la faune sauvage et de ses habitats.

32La mise en pratique semble donc difficile, car la proposition d’aménagement ne tient pas compte de la complexité des enjeux fonciers portés par la diversité des riverains.

Figure 3 - Proposition de zonage du projet Curess.

Figure 3 - Proposition de zonage du projet Curess.

33Dans sa formulation, le plan de gestion témoigne d’une volonté théorique d’associer les populations sédentaires et transhumantes et leurs représentants aux dispositifs d’aménagement de la périphérie de l’aire protégée, sur une base participative. Il prévoit de mettre en place un dispositif de « planification du développement local » afin de coordonner toutes les interventions de développement rural « de façon participative et concertée avec toutes les parties prenantes ». L’objectif annoncé de l’utilisation de ce dispositif est également « de mettre en place avec les populations locales des règles d’utilisation des ressources naturelles qui aient été élaborées selon un mode concerté et participatif » (Agreco, 2007).

Gestion des terroirs agropastoraux

34Le principal enjeu associé au dispositif d’aménagement est de geler la défriche des formations à Acacia seyal pour la culture du sorgho. Bien des difficultés s’annoncent par rapport à sa mise en œuvre.

35Le corridor écologique Nord est le plus sensible en termes d’acceptation sociale compte tenu de l’intensité de l’occupation humaine sédentaire et saisonnière en périphéries Nord et Est, en plein dans des formations à Acacia présentant un haut potentiel de valorisation agricole.

36Nos travaux (Binot, 2010) et ceux d’Hanon (2008) ont montré qu’il a fallu plusieurs années de négociations impliquant le chef de canton et les chefs d’une dizaine de villages pour délimiter et départager les savanes à Acacia seyal de la zone nord en « lots fonciers », parfois 3 ans avant le défrichement effectif. À cet effet, des jalons (arbres abattus faisant office de marqueurs fonciers) ont été négociés et fixés in situ, en présence des chefs de villages et sous assistance de représentants du chef de canton à l’intérieur de la zone de réserve foncière. Il en résulte un marquage foncier « invisible » pour l’aménagiste, la zone de réserve foncière correspondant à de la végétation naturelle apparemment « intacte ». Cet espace fait pourtant l’objet de permanentes renégociations locales, notamment pour assurer l’accueil des migrants appartenant au groupe familial des éleveurs déjà installés dans la zone.

37Dans le plan de gestion, il est précisé que « les limites des corridors biologiques seront établies de façon concertée avec les populations locales » (Agreco, 2007). Or, le plan de travail du plan de gestion décline l’objectif de « sécurisation des corridors biologiques » en 4 activités à mettre en œuvre comme suit : (1) matérialisation des corridors sur le terrain (bornage), (2) validation juridique, (3) validation avec les populations sédentaires et transhumantes des limites/règles, (4) vérification du respect des règles, notamment respecter l’intégrité du couvert ligneux.

38Il apparaît ainsi que la négociation avec les riverains n’est pas reprise sous la forme d’une activité à planifier en amont de la validation du zonage mais que cette tâche a été planifiée dans le plan sous la forme d’un atelier de validation avec des représentants locaux des chefs coutumiers.

39Sans négociation préalable à la délimitation des couloirs, on se demande bien comment prendre en compte l’avis des populations locales dans cette importante phase de l’aménagement du territoire. Dans ce contexte, une rencontre ponctuelle, telle que celle qu’a planifié le Curess ne nous semble pas suffisante pour mener à bien la négociation pour la mise en défens de cet espace qui fait l’objet de tant de convoitises.

40La logique de « concertation » qui est affichée par le projet Curess dans le plan de gestion, revient plutôt à une logique d’information des populations locales, sans ouvrir pour autant un véritable espace de négociation avec les riverains de l’aire protégée. En outre, le calendrier des activités proposé dans le plan prévoit d’initier la phase opérationnelle de balisage des corridors avant le processus d’information...

Processus de zonage

41La représentation matérielle des espaces soumis à l’aménagement, les modalités de bornage des corridors biologiques, soulève également de nombreuses questions. Cette délimitation doit-elle se faire in situ, en présence des autorités coutumières et des chefs de villages, et à l’aide de marqueurs fonciers locaux « lisibles » pour les riverains, comme cela se fait lors de la délimitation des espaces agricoles ? Ou uniquement au sein des bureaux de l’administration du parc national de Zakouma, loin des espaces concernés ? Si tel est le cas, sur la base de quels supports cartographiques ? Une carte d’occupation du sol « à dire d’expert » ou « à dire d’acteurs » ? L’appropriation de cette représentation de l’aménagement par les acteurs locaux est pourtant primordiale pour qu’ils intègrent les nouvelles règles d’accès et les nouveaux interdits sur leurs parcours pastoraux et leurs terroirs agricoles. C’est un aspect très pratique de l’aménagement qui n’a pourtant pas été pris en compte dans le plan de gestion. Pourtant, la patrimonialisation de l’aire protégée par les riverains se joue sans doute aussi dans ces étapes pragmatiques de l’aménagement du territoire.

42Les savanes à Acacia seyal qui sont déboisées pour la culture du sorgho de décrue constituent également, potentiellement, des espaces pastoraux de prédilection, également propices aux activités de collecte et de pêche. Il s’agit d’espaces multifonctionnels pouvant englober plusieurs terroirs agricoles villageois au sein desquels s’exercent des droits fonciers stricts. Mais ils recouvrent également des espaces de brousse aux limites fluctuantes, exploités pour des activités de collecte et en tant que parcours pastoraux. Cet espace multifonctionnel « supra- villageois » est très vaste et peut se déployer dans un rayon de plus de 20 km autour d’un centre villageois, comme l’a montré par exemple Hanon (2008) au niveau d’un village de la périphérie Est du PNZ.

43Les transhumants, comme les riverains sédentarisés, jouissent d’un droit d’usage des ressources forestières au niveau des espaces multifonctionnels supra-villageois.

44En revanche, l’emprise des terres villageoises constituant le terroir agricole à proprement parler regroupant les champs, la réserve foncière agricole, l’espace villageois et une zone multifonctionnelle de collecte et de champs de cases, a été évaluée à environ 15 km2 pour le même village. Cette notion de terroir agricole, bien que n’ayant pas actuellement de portée juridique positive dans le cadre de la décentralisation, constitue un référentiel essentiel pour les pratiques locales.

45La prise en considération des limites des terroirs et des aires multifonctionnelles attenantes pourrait donc constituer une opportunité de co-construction territoriale et de négociation des usages, entre les riverains et les gestionnaires du parc. Cependant, le zonage proposé dans le plan de gestion, avec deux aires périphériques concentriques homogènes, ne tient pas compte des représentations locales de délimitation de l’espace. L’appropriation des zones tampons et de transition proposées par le plan, sans ancrage dans la réalité territoriale des riverains, risque donc de poser problème.

46Enfin, nous avons vu que, bien que les dynamiques agricoles et pastorales soient indissociables, agriculture et élevage répondent à deux logiques bien différentes en termes de droits d’accès. L’agriculture est inscrite dans le terroir villageois, espace évolutif qui répond à des règles d’appropriation foncière strictes visant à réguler les éventuels litiges liés à la production agricole. L’élevage, en revanche, s’organise à l’échelle de parcours pastoraux qui se superposent aux espaces multifonctionnels supra-villageois. Tout cela dans le cadre d’un arsenal de règles coutumières relevant des relations de parentés et des pactes sociaux.

47Le dispositif d’aménagement s’inscrit dans une logique d’exploitation sédentaire avec des aires périphériques aux limites spatiotemporelles fixes. La sécurisation des droits fonciers pastoraux constitue dès lors un véritable défi pour l’aménagiste dans le contexte de Zakouma. Nos enquêtes en milieu pastoral (Binot, 2010) ont mis en évidence le fait que les réseaux sociaux et familiaux (pactes sociaux et liens de parenté à l’intérieur des patrilignages) sont déterminants pour la mobilité des éleveurs à la recherche de ressources hydriques et de fourrage au sein des terroirs agricoles. Globalement, l’accès aux ressources pastorales repose sur les capacités des riverains saisonniers que sont les transhumants à s’adapter pour sécuriser leur parcours dans le cadre d’une perpétuelle négociation avec les sédentaires et avec les autres groupes transhumants. Le plan de gestion ne prévoit pourtant aucune activité pour assurer ces temps de négociation qui seraient nécessaires à l’intégration des transhumants dans la dynamique d’aménagement et à la prise en considération des questions liées aux droits fonciers pastoraux.

Représentativité des parties prenantes à la gestion

  • 5 Plus le conservateur du parc national de Zakouma et plusieurs délégués du ministère de l’Environnem (...)

48Par ailleurs, la représentativité des autorités locales dans les dispositifs de gestion proposés par le plan de gestion est discutable. En effet, le règlement intérieur de la RFBS, s’il est validé, imposerait de coordonner toutes les interventions de développement et les modalités d’usage des ressources naturelles au sein d’une nouvelle structure de gestion - désignée « Unité de coordination de la RFBS ». Cette dernière prévoit « d’impliquer les représentants des populations locales à la planification du développement en périphérie ». Le choix des parties prenantes à l’Unité de coordination (« deux représentants des chefs de cantons, deux représentants des transhumants et deux représentants des agro­pasteurs sédentaires » et « un représentant des organisations à la base »5) repose sur une vision simpliste du contexte sociopolitique de la zone périphérique (dans un rayon de 30 km tout autour du parc). Cette zone recouvre sept unités cantonales et l’autorité de chaque chef de canton est strictement limitée au territoire de son propre canton. Il n’existe pas à notre connaissance, de structure réunissant les chefs de canton de la zone, qui leur permettrait de désigner démocratiquement leurs « représentants ». On peut donc craindre que les décisions prises au sein de l’Unité de coordination ne soient perçues comme des ingérences de certains chefs de canton sur le territoire des cinq autres. Le choix des deux seuls représentants des « agro-pasteurs sédentaires » apparaît encore plus problématique pour valider des décisions sur l’avenir des 90 villages qui occupent la zone d’intervention du projet. La représentativité des populations transhumantes qui traversent chaque année la zone périphérique pose également problème. Sur quels critères et par quelle instance envisage-t-on de faire élire des représentants capables de faire accepter, par la majorité des transhumants, les décisions de l’Unité ? La gestion de la mobilité de ce type particulier d’acteur (droits d’usage saisonniers, foncier pastoral, présence ponctuelle) n’est d’ailleurs absolument pas envisagée dans le plan de gestion.

49Une structure aussi artificielle que cette unité de coordination ne semble pas à même de défendre les intérêts économiques ou fonciers des populations riveraines, sédentaires ou transhumantes. Dans le même ordre d’idées, cette approche de gouvernance locale peut-elle contribuer à construire une représentation patrimoniale des territoires de Zakouma ?

50On retrouve le même problème et les mêmes enjeux au niveau d’une autre orientation prise dans le plan, à savoir la constitution d’une « Union de groupements agricoles », interlocuteur unique pour la négociation de l’avancée du front de défriche agricole. Les enjeux en termes de production et les référents fonciers (chefs de canton) sont très différents au niveau des différentes zones de la périphérie du parc. Le plan de gestion ne prévoit cependant pas d’activité spécifique correspondant à l’identification de cet interlocuteur unique en matière de production et de commerce du sorgho de décrue. En outre, ce groupement n’est censé intégrer, selon le plan de gestion, que des petits producteurs, alors que ces derniers n’ont guère de pouvoir sur les décisions foncières, les enjeux associés à la filière sorgho sont maîtrisés de main de maître par les chefs de cantons et les chefs de village.

51D’une manière plus générale, la question cruciale de la compréhension locale de ce que représente le parc, en tant que « hotspot » de conservation, n’est pas abordée dans une démarche de gestion participative de l’aire protégée. Si, rigoureusement, le parc appartient à l’État tchadien à travers son ministère de l’Environnement, la représentation locale de l’espace protégé est tout autre. Le projet européen Curess semble complètement assimilé au « parc ». Nous avons fréquemment relevé au cours de nos entretiens, de manière informelle, une perception locale selon laquelle « le parc est commandé par les Blancs » et « a été vendu aux Blancs par l’État tchadien ». Cela pose évidemment la question de la représentation de cet espace en tant que patrimoine local...

Les risques associés au « lissage » des réalités sociales

52Le défaut d’analyse du contexte local au niveau du plan d’aménagement touche essentiellement la politique agricole et les modalités de gestion foncière en cours dans la périphérie. Les concepteurs du plan de gestion se trouvaient, au moment de la rédaction de la version de 2007, dans l’incapacité de localiser avec certitude les zones réelles d’enjeux fonciers, actuels et futurs, pourtant capitales en termes d’aménagement du territoire. Dans le plan de gestion, les territoires riverains du parc national de Zakouma sont représentés comme faisant partie intégrale d’un espace découpé en deux cercles concentriques autour du PNZ, dont la vocation et les usages doivent être exclusivement orientés en fonction de l’existence de l’aire protégée et du risque de fragmentation de l’habitat naturel de la grande faune.

53Les dynamiques territoriales locales, quant à elles, sont organisées autour de terroirs villageois aux limites mouvantes en fonction de l’évolution des stratégies agricoles, qui intègrent des réserves foncières à moyen et long terme (Hanon, 2008) et s’imbriquent au sein d’espaces multifonctionnels plus vastes : zones de cueillette et aires pastorales. Ces dynamiques s’opèrent à une échelle supra-villageoise et sont soumises à l’autorité du chef de canton. Les aires pastorales et les couloirs de transhumance, aux limites variables, recoupent plusieurs de ces espaces multifonctionnels supra-villageois.

54A priori, le modèle local d’appropriation foncière s’avère difficilement compatible avec la logique d’aménagement. Seul un processus de négociation continue impliquant les divers acteurs locaux permettrait, sinon d’identifier une alternative aux options d’aménagement, tout au moins de faire comprendre aux riverains les modalités du zonage.

55Dans le même ordre d’idées, le modèle de gestion sociopolitique local s’avère incompatible avec les structures de gestion spatiale que propose le projet pour gérer le nouveau territoire, à travers une Unité de coordination qui n’aura aucun ancrage politique local, et par là, aucune légitimité dans la gestion des affaires foncières.

56Dans notre cas, il est bien évident que les « parties prenantes » (aménagistes et riverains) n’ont pas construit une représentation commune du territoire qui englobe l’aire protégée. L’aménagiste n’a pas non plus sollicité l’appui de la recherche pour décoder les dynamiques à l’œuvre et identifier les opportunités et les risques associés. Le dispositif d’aménagement ne s’appuie sur aucune analyse préalable des facteurs structurels de l’organisation du territoire. Des travaux de recherche en amont de la conception du plan de gestion auraient permis de mieux comprendre les risques associés à la dynamique d’aménagement. Le plan prévoit bien d’« Approfondir les connaissances sur les logiques d’acteurs et les relations inter- et intra- acteurs de la périphérie », mais ces activités de recherche ne sont programmées qu’à la fin du prochain mandat du projet (2011). Le plan de gestion n’intègre donc pas les impacts fonciers de l’aménagement, potentiellement forts dans le contexte extrêmement dynamique et complexe de Zakouma. Ces enjeux territoriaux s’accompagnent de risques économiques, politiques et écologiques pour les populations locales sédentaires et transhumantes. Ces risques menacent aussi la préservation de la faune sauvage, dans un contexte peu propice à l’appropriation des enjeux que représente le sanctuaire de Zakouma pour les conservationnistes.

57Ce type de dispositif ne semble pas pouvoir déboucher sur un partenariat ni a fortiori sur une co-construction patrimoniale de l’aire protégée...

Le projet Ecopas parc régional du W (Bénin Burkina Faso Niger)

Figure 4 - Localisation du parc régional W en Afrique de l’Ouest aux confins du Niger, du Burkina Faso et du Bénin.

Figure 4 - Localisation du parc régional W en Afrique de l’Ouest aux confins du Niger, du Burkina Faso et du Bénin.

58Situé aux confins du Bénin, du Burkina Faso et du Niger (fig. 4), le parc régional du W regroupe dans le cadre d’une Réserve transfrontalière de biosphère trois parcs nationaux contigus préexistants depuis les années 1950, sur près de 10 000 km2, constituant sans aucun doute un des derniers refuges d’importance pour la grande faune des savanes d’Afrique de l’Ouest. À la différence de certains parcs d’Afrique de l’Est installés sur des terres appartenant aux pasteurs maasaï, cet ensemble de réserves érigées ensuite en parcs du W posaient peu de problème d’acceptation sociale. Jusque dans les années 1970, la région était en effet très peu peuplée et hors zones pastorales (Boutrais, 2008). De plus, avant 2000, seul le parc W du Niger plus proche de la capitale était réellement géré comme un patrimoine naturel à respecter et à valoriser (tourisme).

59Depuis les sécheresses des années 1970, dans un contexte d’aridification croissante du climat sahélien, la périphérie du parc W a par contre connu et connaît encore un afflux croissant de populations, avec des éleveurs transhumants et des agriculteurs en mal de terres à défricher ou à pâturer. Cette croissance démographique s’est accompagnée d’une expansion de cultures de rentes comme le coton. En 2004, on comptait ainsi près d’un million de riverains répartis dans plus de 400 villages et campements agropastoraux. Environ 3 millions de têtes de bétail fréquentaient la zone (Toutain et al., 2004), dont une partie pénétrait dans le parc à la recherche de parcours de saison sèche (20 000 bovins recensés dans l’aire protégée en 2003).

60Suite à un accord des trois États, en 2000, pour une gestion transfrontalière, le parc W a bénéficié entre 2001 et 2008 de l’appui d’un projet régional (parc régional W/Ecopas) soutenu par l’Union européenne. La structure de coordination régionale chargée de la gestion de l’ensemble des activités incluait un poste spécifique de coordinateur scientifique, doté de moyens d’action. Ce projet a permis d’expérimenter in situ les interactions entre chercheurs et gestionnaires directement responsables d’espaces à enjeux de conservation.

61Parvenir, notamment dans les pratiques quotidiennes du projet, à générer des interactions productives et efficaces entre gestion et recherche représentait en début de projet un véritable défi. En effet, l’équipe de gestionnaires craignait que les travaux de recherche réalisés aux frais du projet s’opèrent sans relations claires avec les besoins de gestion ou, pire, au détriment des ressources humaines et financières disponibles pour les actions de conservation et de gestion.

62Selon les termes de référence initiaux du projet parc régional W/Ecopas (UE), la composante « Recherche/Études » du projet était initialement chargée d’accroître les connaissances sur la zone et sa biodiversité. Pour améliorer le dialogue et renforcer l’impact des travaux de recherche, cet objectif a donc été formellement reformulé en début de projet, cette composante devant « contribuer à résoudre les questions posées par les choix stratégiques du volet opérationnel » qu’étaient la conservation de l’aire protégée, la concertation et la négociation avec les acteurs locaux et la valorisation des ressources de la biodiversité.

63La coordination scientifique a ensuite élaboré, dans les premiers mois du projet et en forte interaction avec l’équipe de gestionnaires, un schéma directeur de la recherche (de Visscher et Ancey, 2001). Il prévoyait que les travaux scientifiques soutenus par le projet se focalisent sur les questions soulevées par les gestionnaires. Ces dernières devaient alors être transformées en questions de recherche abordées au travers de protocoles fiables et reproductibles. Une fois ce principe acquis, un réseau de scientifiques européens et africains a été identifié pour appuyer le programme.

64La collaboration gestionnaire-chercheur s’est ensuite poursuivie pour préciser les problèmes posés, affiner les questions et leurs contextes et définir cinq grands axes prioritaires (fig. 5). Pour ce faire, des ateliers thématiques ont été organisés, réunissant scientifiques et gestionnaires tout au long des deux premières années du projet.

65À ce niveau, l’importance de la zone périphérique du parc et des activités humaines est clairement apparue dans les préoccupations des gestionnaires de l’espace protégé, au détriment de problèmes de gestion écologique et de conservation du parc proprement dit. Plus de cinq ateliers centrés sur cette thématique ont ainsi été tenus contre deux seulement traitant de la gestion de l’aire protégée elle-même.

66À l’occasion de ces différentes rencontres, les gestionnaires ont pu préciser leurs attentes, ainsi que leurs priorités sous la forme de questions opérationnelles : Comment organiser les actions du programme dans le vaste territoire hétérogène de la périphérie ? Comment gérer et résoudre les conflits existants et futurs ? Comment limiter la pression du bétail dans l’aire protégée ?, etc.

Figure 5 - Axes prioritaires de recherche du projet parc régional W/Ecopas.

Figure 5 - Axes prioritaires de recherche du projet parc régional W/Ecopas.

67À ce stade d’identification des besoins, le chercheur a de son côté suscité des questions de gestion en assumant, dans le dispositif, une fonction de doute ou de remise en cause : la stratégie de brûlis appliquée depuis des années sur l’ensemble du parc n’est-elle pas à l’origine de la réduction des zones de savane ouverte favorable à des espèces emblématiques comme le guépard ? L’effort de lutte contre les incursions de bétails dans la zone protégée est-il justifié au vu des impacts réels de ces troupeaux sur la conservation et de l’aggravation des conflits éleveurs-agriculteurs en périphérie immédiate du parc ? Le scientifique apportait ainsi sa liberté d’analyse en questionnant des a priori ou des critères de décisions standards largement appliqués dans les pratiques des gestionnaires.

68La recherche impliquée dans la gestion qui a été expérimentée dans ce projet apparaît donc comme le produit d’une rencontre entre deux questionnements, celui du gestionnaire et celui du chercheur, qui démarre par une étape d’identification et de formulation en commun (fig. 6).

69L’intégration de ces deux questionnements a été appuyée, dans les pratiques du projet, par l’existence d’un coordinateur des activités de recherche au sein de la cellule de gestion régionale. Il a en effet assuré une médiation entre les équipes opérationnelles et les équipes scientifiques pour le suivi des travaux (pertinence scientifique et opérationnelle), l’organisation et le suivi des ateliers thématiques de programmation ou de présentation/restitution des résultats, la construction du réseau de partenaires scientifiques nord-sud, et la valorisation des travaux et activités.

Figure 6 - La démarche d’identification et de formulation d’une recherche d’accompagnement.

Figure 6 - La démarche d’identification et de formulation d’une recherche d’accompagnement.

70Les questions soulevées par le non-respect des limites du parc régional par les éleveurs illustrent bien la démarche proposée. À l’issue d’un premier diagnostic de la situation du pastoralisme au niveau régional (Toutain et al., 2004), la demande des gestionnaires à ce sujet s’est d’abord précisée : plus qu’un simple problème d’appui au contrôle du bétail dans le parc, il s’agissait de savoir comment gérer et améliorer les conditions de pâturage et de déplacement du bétail en périphérie du parc, afin d’en limiter durablement la pression dans l’aire protégée. Pour le cas de la réserve de Tamou (Niger) au nord du parc W, des travaux comme ceux de Turner (1999) avaient, par exemple, déjà montré qu’une vision des éleveurs simpliste et sortie de son contexte historique et socio-politique limitait très fortement les espaces de dialogues et de négociation entre agropasteurs et responsables de la conservation du parc.

71Un diagnostic semi-quantitatif et spatialisé de la transhumance dans les trois pays a donc été posé par les chercheurs, suivi de travaux pour comprendre les stratégies des éleveurs et leurs conséquences en termes d’occupation du foncier et d’interactions avec les autres usagers du parc et de sa périphérie (Toutain et al., 2004). Outre l’identification de la distribution spatiotemporelle des troupeaux et des ressources pastorales en zones périphériques, il est apparu que la périphérie du parc était marquée par de multiples conflits locaux pour le partage de l’espace entre cultures, en particulier cotonnières et pâturages, qui se résolvaient en partie par l’entrée illégale des troupeaux dans l’aire protégée. Par ailleurs, les éleveurs pourtant bien conscients d’être dans l’illégalité, se plaignaient de la dureté des gardes des parcs qu’ils devaient circonvenir de diverses manières. La situation s’avère d’autant plus complexe à comprendre et à gérer que ces éleveurs ne sont en outre pas constitués des seuls grands transhumants, mais aussi d’éleveurs locaux plus ou moins mobiles. Schématiquement, les premiers recherchent dans le parc prioritairement des bonnes pâtures de saison sèche, tandis que les seconds essayent ainsi d’éviter les dégâts aux cultures en saison des pluies (Toutain et al., 2004). À l’échelle du complexe régional s’ajoutait enfin la difficulté d’un dialogue transfrontalier entre trois pays n’ayant pas toujours la même vision de l’élevage. C’est ainsi par exemple que la majorité des aires d’accueil du bétail en saison sèche est située au Bénin où l’éleveur est plus souvent perçu comme un étranger plus ou moins légal sur le territoire.

72Tous les travaux sur le pastoralisme ont prioritairement mobilisé des chercheurs mais vu l’acuité des conflits, les gestionnaires se sont volontairement et régulièrement impliqués tant au niveau des analyses que des protocoles de terrain. Au niveau régional, ils ont ainsi rapidement identifié le besoin d’un accord politique pour organiser la transhumance. La coordination scientifique et les résultats des diverses études ont directement contribué à des accords signés par les trois pays en 2004. Ils régissent la circulation des troupeaux transhumants dans la périphérie du parc régional W et précisent les mesures de gestion nécessaires pour faciliter la cohabitation agriculture, élevage et conservation au sein d’un même espace (Convers et al., 2007).

73La mise en place de ces mesures de gestion et leurs conséquences ont été suivies au travers de travaux de recherche pluridisciplinaires sur la façon dont les éleveurs s’adaptent à ce contexte évolutif, sur les impacts de ces activités pastorales sur les ressources à l’échelle du terroir agricole.

74Ces accords supposaient aussi de résoudre de nombreux conflits à l’échelle locale entre composantes des populations en périphérie du parc, dont les conséquences intéressaient le parc régional. Chercheurs et gestionnaires se sont alors attelés à identifier les structures et les méthodes de négociation et de concertation locales les plus efficaces au travers d’une analyse détaillée des sources, acteurs et formes de conflits et de leurs modes de résolution entre les divers usagers de la périphérie ou entre le parc et les populations locales. Entraient par exemple en ligne de compte le type d’agriculture entre rente (coton) et vivrier, les ethnies concernées, l’historique des installations, la proximité du parc, ou des zones de chasse, mais aussi les diverses réglementations nationales.

75Un premier résultat a été de mieux comprendre la réalité, en particulier à propos du foncier et des ressources naturelles en partageant pour toute la périphérie une méthode de lecture de ces conflictualités au travers de travaux en commun sur différentes situations concrètes de terrain. Dans certains cas, des dispositifs de concertation ont été proposés, impliquant les riverains du parc, les agriculteurs sédentaires et même les éleveurs transhumants trop souvent ignorés dans les décisions foncières. En Afrique de l’Ouest, le régime foncier traditionnel a en effet toujours exclu les pasteurs avec toutes les conséquences observées actuellement en termes d’accaparement des ressources, qui renforcent des rapports anciens de domination de la part des populations sédentaires (Boutrais, 2008).

76Une synthèse opérationnelle des résultats de ces travaux sur un éventail de conflits concrets a été proposée sous la forme d’un atlas des zones prioritaires d’intervention pour les gestionnaires qui distingue des situations critiques ou sensibles (Turco, 2007).

77Même si la fin du projet parc régional W/Ecopas en 2008 a donné un coup d’arrêt, faute de moyens, aux programmes d’actions prévus comme le suivi des effets des mesures prises et l’évolution des conflits, l’imbrication étroite et continue chercheur-gestionnaire autour de la thématique pastoralisme a permis selon Fournier et Toutain (2008) que « les coordinateurs du parc tirent parti au fur et à mesure des informations fournies par les chercheurs ». Même si le processus reste donc encore inachevé, plusieurs conditions ont pu en effet être réunies pour optimiser les interactions recherche-gestion et leurs impacts sur la gestion de l’aire protégée : demande précise, collaboration continue, moyens d’actions, suivi même partiel des impacts des décisions, etc.

78Le cas du parc régional du W et du projet Ecopas illustre, d’une part, comment la question de la reconnaissance du parc régional W en tant que patrimoine commun à respecter s’est paradoxalement posée de façon beaucoup plus aiguë à partir du moment où les trois pays ont décidé de l’afficher et de joindre leurs efforts pour renforcer leur stratégie de conservation (accord de coopération en 2000). Dans le cas contraire, son statut de réserve foncière et de pâture pour les riverains aurait peu à peu pris le pas sur son rôle de conservatoire d’un patrimoine « sauvage » à une échelle nationale et régionale.

79D’autre part, le projet parc régional W/Ecopas est une démonstration, certes imparfaite et inachevée, du rôle de médiateur que peut jouer la recherche dans la résolution de conflits autour de la gestion d’espaces protégés.

Trois acteurs pour une appropriation partagée d’une aire protégée

80Les deux expériences africaines de gestion d’objets patrimoniaux aussi complexes et mal connus que ces deux aires protégées montrent l’importance cruciale, d’une part, de la prise en compte des différents enjeux portés par les acteurs locaux et, d’autre part, d’une forte implication de la recherche dans les processus de décision par la connaissance fine de ces enjeux.

81Dans le cas du parc national de Zakouma, les gestionnaires n’ont pas intégré les logiques, pratiques et mécanismes endogènes des riverains de l’aire protégée. Cette intégration aurait pu se faire soit de manière directe entre les équipes opérationnelles et des représentants des riverains, soit au travers d’équipes de chercheurs en tant que médiateurs. Ces derniers auraient en effet pu compléter la vision du territoire en termes de politique agricole, de stratégies agropastorales et de modalités de gestion foncière par les acteurs sédentaires et transhumants et enfin d’identification des « parties prenantes » pourtant évoquées dans le plan de gestion. Ce défaut d’analyse initiale et approfondie du contexte local d’un point de vue différent de celui du conservateur de la faune a empêché les concepteurs du plan de gestion de localiser avec certitude les zones réelles d’enjeux fonciers, actuels et futurs, éléments clés pour concevoir un aménagement du territoire appropriable par tous. Faute d’une construction commune de représentation du territoire qui englobe le parc, le plan de gestion en termes d’organisation des acteurs locaux traduit plutôt une volonté de lisser la réalité sociale en imposant un critère d’homogénéité à ses interlocuteurs.

82Dans le cas du parc W, l’intégration des connaissances dans les décisions de gestion, très en amont dans la programmation des activités du projet, a impliqué un processus qui peut apparaître coûteux en temps et en ressources humaines à l’échelle d’un projet. Sa réussite repose en effet de façon cruciale sur de nombreux échanges autour d’un travail de co-construction des questions de gestion et de recherche, une participation des gestionnaires aux étapes de formulation des protocoles d’études, de collectes de données et de leur analyse et interprétation, ainsi que sur l’existence d’un médiateur entre les volets scientifiques et opérationnels d’un projet. Le temps nécessaire à ce type de processus ne correspond pas toujours à la durée limitée des projets, pénalisant d’autant les phases d’évaluation des résultats. Cet investissement s’est toutefois avéré intéressant pour des problèmes aussi complexes que la cohabitation de l’élevage transhumant avec l’agriculture sédentaire et les populations de grandes faunes. Cette intégration réussie de la recherche dans la gestion complexe ne se résume en effet pas à un simple « transfert » de connaissances ponctuelles ou sectorielles. Il s’agit plutôt de co-construire un référentiel commun et une vision partagée au sein d’un contexte social nouveau dans lequel les résultats de la recherche viennent se loger facilement (Latour, 2001).

83Le principal moteur d’innovation et de production de connaissances semble avoir été l’existence d’une dynamique d’acquisition de compétences et de savoirs propres à chacun des protagonistes, parallèlement à des échanges chercheurs/usagers/praticiens permanents. Certains qualifient en effet ces relations de « fiction-friction » créatrices (Toussaint et al., 2007), d’autres les assimilent à un cycle permanent de combinaison des savoirs tacites et explicites sous la forme d’une spirale croissante de connaissance (Nonaka, 1994).

84Cet accroissement des connaissances est à la fois formalisé (publications, master, thèses) et vécu. C’est ainsi par exemple que les gestionnaires ont acquis un nouvel éclairage sur des réalités qui les intéressaient. Cela s’est traduit, à des degrés divers, dans leur lecture des situations par le recours à des outils mieux adaptés (ex : cartes, cadre de concertation) ou par de nouvelles décisions (ex : intégrer les éleveurs dans les négociations).

85Idéalement, ce schéma d’appropriation des savoirs respectifs vise donc non seulement un impact en termes d’innovation, mais aussi de gestion et il induit un renouvellement des postures de tous les acteurs, tant les chercheurs et les gestionnaires que les différents acteurs vivant en périphérie des espaces protégés.

86Dans nos deux cas d’étude, enfin c’est bien la posture du gestionnaire (par ailleurs, acteur central de la figure 1) qui autorise ou non les autres acteurs, tels que chercheurs et riverains, à participer au processus de construction et d’appropriation locale d’un patrimoine naturel.

Bibliographie

Agreco/GEIE-Seca-Cirad, 2007 - Plan de gestion de Zakouma et sa périphérie (2007-2011). Version provisoire du Plan de gestion. Répu­blique du Tchad, 184 p.

Aubertin C., Rodary E. (eds), 2008 - Aires protégées, espaces durables ? Marseille, IRD Éditions, 272 p.

Barraud V., Saleh O. M., Mamis D., 2001 - L’élevage transhumant au Tchad oriental. Projet ASETO Almy Bahaim, Association Vétérinaires sans frontières, 134 p.

Binot A., 2010 - La conservation de la nature en Afrique centrale entre théorie et pratiques. Des aires proté­gées à géométrie variable. Thèse de doct. 3e cycle, univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne, 444 p.

Blanc-Pamard C., Fauroux E., 2004 – L’illusion participative : exemples ouest-malgaches. Autrepart, Varia­tions, 31, 20 p.

Boutrais J., 2008 - « Pastoralisme et Aires protégées d’Afrique de l’Ouest en regard de l’Afrique de l’Est ». In Aubertin C., Rodary E. (eds) : Aires protégées, espaces durables ?, Mar­seille, IRD Éditions : 215-246.

Brunet R., Ferras R., Thery H., 1993 - Les mots de la géographie. Diction­naire critique, 3e édition. Paris, La Documentation Française, RECLUS, coll. Dynamiques du territoire, 518 p.

Chevassus-au-Louis B., 2007 - L’analyse des risques. L’expert, le décideur et le citoyen. Versailles, Éd Quae, Sciences en Questions, 92 p.

Cibien c., 2006 - Les réserves de biosphère : des lieux de collaboration entre chercheurs et gestionnaires en faveur de la biodiversité. Natures Sciences Sociétés, 14 : 84-90.

Clanet J.-C., 1994 - Géographie pas­torale au Sahel central. Thèse de doctorat d’État ès lettres en sciences humaines, univ. Paris IV-Sorbonne.

Convers A., Dulieu D., Binot A., 2007 - « Gestion de la dynamique pasto­rale et développement territorial en périphérie du parc régional W, Afrique de l’Ouest ».In Karsenty A., Binot A. (eds) : Les frontières de la question foncière : enchâssement social des droits et politiques publiques, Vertigo, 7 (3), HS 4.

Cornelis D., Saidi S., Hanon L., Bechir A. B., Binot A., Koundja N., Mailassem C., Abdoulaye F., Poilecot P., Gounel C., 2006 - Carte de végéta­tion et d’occupation des sols du parc national de Zakouma et de sa péri­phérie : notice détaillée. Projet « Inte­ractions Élevage Faune Sauvage et Environnement » IEFSE-LRVZ, rap­port Cirad-EMVT n° 2005/17, 112 p.

de Visscher M. N., Ancey V., 2001 - Préparation du schéma directeur du volet recherche pour le Comité tech­nique de suivi d’avril 2001. Projet parc W/Ecopas, Ouagadougou, 30 p.

Étienne M., 2010 - La modélisation d’accompagnement. Une démarche participative en appui au développe­ment durable. Éditions Quae.

Faye M., Poilecot P., Ngakoutou E., Tompkins D., 2006 - Dénombrement aérien total des grands mammifères dans le parc national de Zakouma et sa zone d’influence. Tchad, MEE/ DCFAP/Curess, 28 p.

Fournier A., Toutain B., 2008 - Suivi des activités en matière de pastora­lisme et de transhumance dans la zone d’influence du parc régional du W du Niger (mission juillet et sep­tembre 2007). Ouagadougou, Pro­gramme parc W/Ecopas, 74 p.

Genot J.-C., Barbault R., 2004 - « Quelle politique de conservation ? ». In Barbault R., Chevassus-au-Louis B., Teyssedre A. (eds) : Biodiversité et changements globaux. Enjeux de société et défis pour la recherche, Association pour la diffusion de la pensée française (ADPF) - Culture France : 162-191.

Hanon L., 2008 - Potentialités deges- tion concertée des espaces de végéta­tion naturelle en périphérie du parc national de Zakouma (Tchad). Thèse, École interfacultaire de bio-ingénieurs, Univ. Libre de Bruxelles, 188 p.

Hulme D., Murphree M., 2001 - The Promise and Performance of Com­munity Conservation. Portsmouth, N. H. Heinemann.

Joiris D. V., Bigombe P. (eds), 2010 - Gestion participative des forêts d’Afrique centrale : un modèle à l’épreuve de la réalité. Versailles, Éd. Quae.

Karaisl M., Taylor J., 2007 - Cross­ing the Practitioner-researcher divide : Ideas for Engagement and ‘Giving Back’ in the Context of Com­munity Conservation, Namibia. Communication to Annual Confer­ence of the Royal Geographic Society, London, UK, 28-31 August 2007, 12 p

Laslaz L., 2005 - Les zones centrales des parcs nationaux alpins français (Vanoise, Écrins, Mercantour), des conflits au consensus social ? Contri­bution critique à l’analyse des proces­sus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards. Ruralia [En ligne], 16/17 I 2005, mis en ligne le 21 août 2006, consulté le 17 juin 2011. URL : http://ruralia.revues.org/1094

Latour B., 2001 - Le métier de cher­cheur, regard d’un anthropologue. Paris, Inra Éditions, 104 p.

Le Roy E., 2002 - Retour aufoncier, l’Afrique ne peut continuer à sous- estimer ses priorités endogènes. Édi­torial. Retour au foncier. Paris, Cahiers d’anthropologie du droit. LAJP/Karthala : 7-15

Levrel H., 2007 - Quels indicateurs pour la gestion de la biodiversité. Paris, Les cahiers de l’Institut français de la biodiversité, 94 p.

Malachie D. N., 2004 - Éléments d’écologie de la population d’élé­phants du parc national de Zakouma (Tchad). Thèse de doct., Engref-Cirad, Montpellier, 336 p.

Millennium Ecosystem Assessment (MA), 2005 - Ecosystems and Human Well-being : current State and Trends. Washington D. C., Island Press.

Nonaka I., 1994 - A Dynamic Theory of organisational Knowledge Crea­tion. Organization Sciences, 5(1) : 14-37.

Poilecot P., Boulanodji E., Taloua N., Djimet B., Ngui T., Singa J., 2007 - Parc national de Zakouma : des élé­phants et des arbres. Bois et Forêts des Tropiques, 291 (1) : 13-24.

Robbins P., Mcsweeney K., Rice J., Waite T., 2006 - Even Conservation Rules are made to be broken : Implica­tions for Biodiversity. Environmental Management, 37 (2) : 162-169.

Rodary E., Castellanet C., Rossi G. (eds.), 2003 - Conservation de la natureetdéveloppement :l’intégration impossible ? Paris, Karthala, coll. Économie et développement, 308 p.

Swain H. M., Gordon D. R., Brennan L. A., Fitzpatrick J. W., 1996 - Ecolo­gist as Problem Solvers ? Developing Conservation Biology Research in Florida. Bull. of the Ecological Soci­ety of America, 77 (sup), 432.

Toussaint Soulard C., Compagnone C., LemeryB., 2007 - La recherche en par­tenariat : entre fiction et friction. Natures Sciences Sociétés, 15 : 13-22.

Toutain B., de Visscher M. N., Dulieu D., 2004 - Pastoralisme and Pro­tected Areas : Lessons learned from Western Africa. Human Dimension of Wildlife, 9 : 287-295.

Turco A., 2007 - Nature plurielle, conservation consensuelle. Préven­tion et gestion de la conflictualité territoriale en périphérie de la réserve transfrontalière du W (RTB W). Synthèse cartographique. Pro­gramme parc régional W/Ecopas. Ouagadougou, 44 p.

Turner M. D., 1999 - No Space for Participation : Pastoralist Narratives and the Etiology of Park-Herder Conflict in SE Niger. Land Degrada­tion & Development, 10 (4) : 345­364.

Veyret Y. (dir.), 2005 - Le dévelop­pement durable : approches plu­rielles. Hatier, coll. Initial, 288 p.

Zeltner J.-C., Tourneux H., 1986 - L’arabe dans le bassin du Tchad. Paris, Karthala, 162 p.

Notes

1 Nous n’aborderons pas ici les figures du chroniqueur ni du juge.

2 Colloque Sciences et actions pour la gestion et la conservation de la biodiversité - Florac (France) septembre 2007.

3 Rapport Brundtland : Notre avenir à tous, rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement, Oxford University Press, 1987.

4 Ces pactes d’amitié sont basés sur la confiance réciproque, sur l’honneur et sur la foi coranique. Ils impliquent généralement des relations sociales et des échanges économiques entre les sédentaires et les transhumants.

5 Plus le conservateur du parc national de Zakouma et plusieurs délégués du ministère de l’Environnement.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Positionnement des acteurs autour d’un espace protégé (adapté de Chevassus, 2007).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2 – Déplacements saisonniers des éleveurs transhumants séjournant en périphérie du PNZ.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8816/img-2.png
Fichier image/png, 285k
Titre Figure 3 - Proposition de zonage du projet Curess.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8816/img-3.png
Fichier image/png, 194k
Titre Figure 4 - Localisation du parc régional W en Afrique de l’Ouest aux confins du Niger, du Burkina Faso et du Bénin.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8816/img-4.png
Fichier image/png, 84k
Titre Figure 5 - Axes prioritaires de recherche du projet parc régional W/Ecopas.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8816/img-5.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 6 - La démarche d’identification et de formulation d’une recherche d’accompagnement.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8816/img-6.png
Fichier image/png, 38k

Auteurs

Anthropologue et géographe
Cirad-UPR AGIRs Montpellier
aurelie.binot@cirad.fr

Écologue
Cirad-UPR AGIRs Montpellier
visscher@cirad.fr

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540