Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Effervescence patrimoniale au Sud

 | 
Dominique Juhé-Beaulaton
, 
Marie-Christine Cormier-Salem
, 
Pascale de Robert
, 
et al.

Les effets du global, le retour du local

Savoirs locaux et biodiversité : interactions sociétés et aires protégées

Études comparatives

Yildiz Aumeeruddy-Thomas

Full text

Introduction

1Les approches de conservation de la nature ont tenté d’intégrer développement et conservation, depuis les années 1980, en se fondant sur des discours et des actions qui mobilisent des approches participatives ou de cogestion. Mais ce mariage entre développement et conservation est difficile à mettre en œuvre (Rodary et al., 2003). Depuis l’avènement du concept de développement durable, les aires protégées sont tour à tour conçues comme des ateliers de développement durable, tendance soutenue par les approches des réserves de biosphère de l’Unesco, ou des sanctuaires de la nature destinés à la protection stricte d’une biodiversité remarquable, tendance générale des parcs nationaux à l’échelle globale. Certains chercheurs font le constat d’un retour vers des approches strictement biologiques orchestrées par des ONG internationales s’appuyant sur les nombreux échecs des approches participatives (Aubertin et al., 2008). La Convention pour la diversité biologique a promulgué les pratiques et les savoirs locaux dans les approches globales de conservation et de gestion de la biodiversité, ce qui tend vers une forme de patrimonialisation de ces savoirs (Cormier-Salem et Roussel, 2002). Agrawal (2002) questionne les relations de pouvoir qui émergent de ce passage d’un dénigrement notoire de ces savoirs par les scientifiques et les gestionnaires à celui de leur promotion pour la gestion environnementale ou dans un cadre marchand. Ce passage occulte le plus souvent les aspects de ces savoirs non compris, ou peu utiles pour la gestion environnementale ou le commerce. Une littérature importante cependant s’est développée sur les Traditional Ecological Knowledge concernant les approches de gestion adaptative, mettant l’accent sur les processus d’apprentissage (Berkes et al., 1991 ; Berkes et Turner, 2011).

  • 1 Travaux effectués au Népal et au Pakistan dans le cadre du programme international d'ethnobotanique (...)
  • 2 Travaux en Cévennes liés à un projet interdisciplinaire de l'ANR, d'évaluation des mesures de conse (...)

2Compte tenu de ce contexte, il nous a semblé opportun dans le cadre de cette contribution d’interroger la place accordée aux savoirs locaux, à travers une analyse comparée d’études de cas mettant en jeu des interactions entre des sociétés locales et les acteurs ou institutions gestionnaires d’aires protégées. Nos réflexions se fondent sur des travaux effectués en Indonésie, à Sumatra dans le parc national Kerinci Seblat entre 1990 et 1993, en région himalayenne, au Népal dans le parc national Shey Phoksundo et au Pakistan dans le parc national Ayubia entre 1997 et 20041, ainsi que des travaux menés en France dans le parc national des Cévennes (2006-2008)2. Notre objectif est d’identifier au sein des aires protégées des catégories d’approches se distinguant par la façon dont les savoirs locaux sont mobilisés. Nous nous référons en outre à l’histoire de ces différentes aires protégées, particulièrement à la façon dont les différents groupes d’acteurs en présence (sociétés locales, acteurs internationaux, agents de la conservation) mettent en avant différents types de savoirs et savoir-faire sur la biodiversité, et, ce faisant, valorisent, aménagent et n’en conservent qu’une partie. Cette question ouvre un débat sur les relations entre savoirs et pouvoirs qui émergent dans ce contexte, y compris des pouvoirs de gestion, de transformation de la biodiversité, mais également des pouvoirs d’agir sur autrui.

3Les faits historiques qui président à la mise en place des aires protégées induisent de nouveaux rapports sociaux et de pouvoir. Par exemple, le fait colonial en Indonésie ou au Pakistan, la prise en charge de l’environnement par des ONG internationales au Népal, ou encore, le positionnement d’acteurs locaux en faveur de l’intégration des activités agricoles aux approches de conservation en France (dans le cas particulier du parc national des Cévennes) donnent un sens et une orientation aux actions des administrateurs des aires protégées et établissent un rapport particulier entre ces derniers et l’ensemble des usagers de la nature.

4Nos travaux en ethnobiologie portent entre autres sur les représentations de la nature, les savoirs, ainsi que les relations des hommes entre eux à propos de la nature. Ceci fournit un cadre d’analyse aux questions posées et permet de comprendre les relations entre représentations et savoirs des sociétés locales et ceux des scientifiques ou des experts. Nous nous situons dans des réflexions en cours en sciences politiques (Agrawal, 2002), en anthropologie sociale (Leach et Fairhead, 2002) et en sociologie (Theys et Kalahora, 1992) qui interrogent, d’une part, les relations de pouvoir entre divers registres de savoirs et, d’autre part, les effets sociaux de l’irruption des experts et des savoirs écologiques dans le domaine de l’environnement.

5Nous discutons ici plus particulièrement les cas des parcs nationaux Kerinci en Indonésie et Ayubia au Nord-Pakistan.

Divergences de valeurs et conflits de représentations et de pratiques

6Les premières formes de mise en défens des forêts à l’échelle nationale et la mise en place d’un premier réseau d’aires protégées en Indonésie sont issues des pratiques coloniales hollandaises (Jepson et Whittaker, 2002), introduisant dès lors un rapport de pouvoir avec les sociétés locales à travers diverses formes d’interdictions. Le Kerinci est, en outre, une des dernières zones de Sumatra à avoir été annexé par les Hollandais en 1903, à la suite de conflits très violents (Aumeeruddy, 1993, 1994). Les relations entre le peuple kerinci et le pouvoir colonial hollandais sont ainsi fondées sur une histoire de résistance et de relations de pouvoir.

7Le parc national Kerinci Seblat, créé en 1982, est situé à Sumatra Centre au cœur des monts Barisan. Il représente une des plus grandes zones de forêt continue de l’île (14 847 km2). Au cœur de ce parc, se trouve une grande vallée agraire de plus de 300 000 habitants, constituée de terres privées et cultivées ne faisant pas partie du parc. Elle a pris le statut de « zone tampon » aux yeux des gestionnaires de la conservation. Les normes internationales en matière de conservation dans les années 1980 instaurèrent en effet la mise en place de « zones tampons » en périphérie immédiate des parcs, où un effort particulier devait être fait afin de satisfaire les besoins des populations, mais également afin de s’assurer que les activités qui y étaient développées soient compatibles avec la conservation de la biodiversité. Une politique d’approche participative naissante mise en place par les gestionnaires du parc en 1990, appuyée par le WWF Indonésie, nous a amené à développer un projet de recherche interdisciplinaire avec des travaux en écologie, économie et ethnobiologie, interrogeant les relations entre les savoirs et pratiques des habitants du Kerinci et les savoirs et pratiques de gestion de la biodiversité (Aumeeruddy, 1993).

8Nos travaux ont montré que les savoirs et savoir-faire des habitants du Kerinci ont modelé les paysages agraires durant plusieurs siècles, construisant des agro-écosystèmes très productifs constitués de trois grands types de pratiques : la riziculture inondée, les agroforêts mimant fortement la structure des forêts avoisinantes et l’agriculture sur brûlis. La phase de jachère forestière de l’agriculture sur brûlis au Kerinci est remplacée par des plantations de cannelier. Le commerce international de la cannelle représentait alors un important revenu pour la population. Cette mosaïque agraire est le lieu d’une agrodiversité arborée importante, interspécifique et intraspécifique. De nombreuses variétés de riz pluvial et inondé y sont cultivées, issues de pratiques de sélection locales ou d’échanges avec les sociétés voisines. Ces mosaïques agraires abritent en outre une biodiversité forestière et des milieux ouverts qui profitent de cette hétérogénéité paysagère d’origine anthropique (Aumeeruddy, 1993, 1994). Ces agro-écosystèmes définissent des territoires villageois gérés par des lignages selon des règles strictes et selon des limites également définies historiquement, administrés par une assemblée coutumière s’appuyant sur des règles partagées à l’échelle de la vallée du Kerinci. Ces territoires se prolongent dans les zones forestières, territoires des ancêtres identifiés à travers un réseau de toponymes retraçant leurs aventures passées. La forêt est marquée par un réseau de sentiers qui sont des traces anciennes empruntées par plusieurs générations d’hommes et jalonnés de lieux-dits, de camps et de signes. Ces sentiers constituent des lieux importants d’interaction entre ces sociétés agraires et le domaine forestier. Ils relient des groupes sociaux des différentes vallées des monts Barisan, tel que le groupe Serampas vivant dans une autre vallée agraire située au sud du Kerinci. Certaines parties de ces forêts, notamment au sommet des montagnes et autour des sources, ont un caractère sacré, car elles abritent les ancêtres défunts et mythiques. Des forêts sacrées peuvent également perdurer au milieu des paysages agraires (Aumeeruddy et Bakels, 1994). Les forêts sont aussi des zones de cueillette et de chasse, mais ces activités sont devenues illégales et sont fortement sanctionnées (Aumeeruddy, 1993, 1994).

9Les représentations du vivant qui sous-tendent les savoirs et savoir-faire ayant contribué à la construction des agro-écosystèmes du Kerinci se fondent sur une superposition de modèles classificatoires. En référence aux grands types de systèmes ontologiques des relations hommes- nature définis par Descola (2005), nous en avons identifié trois : des classifications naturalistes présentant de fortes convergences avec les classifications linnéennes, des classifications analogiques où les hommes, les animaux et les plantes sont reliés par l’analogie des éléments qui les constituent (air, eau, feu), ainsi que des classifications animistes où les hommes, les plantes et les animaux peuvent partager une intériorité semblable et « communiquent » dans certaines circonstances.

10Ces relations tissées avec la nature sont très éloignées des objectifs de conservation et des savoirs des gestionnaires du parc qui portent principalement sur la représentativité des écosystèmes de forêts « vierges » du parc et utilisent une classification du vivant strictement naturaliste. En outre, les approches de gestion de la biodiversité mettent l’accent sur la valorisation des forêts en amont pour la protection de grands réseaux hydrographiques de Sumatra Ouest et Est. La plupart de leurs pratiques sont concentrées sur le suivi d’animaux emblématiques menacés, tels le tigre et le rhinocéros de Sumatra.

11La mise en place du parc national Kerinci Seblat en 1982 n’a fait l’objet d’aucune concertation avec les habitants. Les objectifs de conservation ont mis en avant la destruction des forêts par les habitants. Il s’en est suivi que les populations de l’amont du Kerinci (Orang Hulu), celles qui s’étaient montrées les plus combatives lors de l’annexion de la vallée par les Hollandais en 1903, réagirent à la mise en place du parc national par des défrichements massifs. Ces terres considérées comme des terres coutumières furent appropriées, en accord avec les règles traditionnelles, par la plantation de canneliers en rotation avec des pratiques d’agriculture sur brûlis. Les liens établis avec les habitants de la vallée de Serampas située au sud furent renforcés dans ce contexte pour mettre en avant la valeur patrimoniale des forêts, des terres et des pratiques d’agriculture sur brûlis pour ces deux régions, à l’encontre d’une mise en défens pour la biodiversité (Aumeeruddy-Thomas, 2003).

  • 3 Nos travaux montrent que les femmes ne sont pas une réelle menace pour les faisans (Aumeeruddy-Thom (...)

12Comme dans le cas indonésien, la création du parc national Ayubia au Pakistan ne s’est appuyée sur aucun processus de concertation lors de sa création. Sa proximité avec la ville d’Islamabad en avait fait, avant même l’indépendance, un lieu de villégiature important pour de riches habitants de cette ville, y compris de grands naturalistes tels que le britannique T. J. Roberts ; ils eurent une influence décisive dans sa création. La mise en place du parc en 1984 vit le développement de nombreuses infrastructures créées à des fins ludiques (télésièges, sentiers de randonnées, etc.), ainsi qu’une infrastructure hôtelière importante, signifiant clairement l’importance de ce parc pour les touristes d’origine urbaine. Le nom du parc, Ayubia, est inspiré du nom du président Ayub Khan et symbolise le plus haut niveau du pouvoir au Pakistan. La zone avait déjà obtenu le statut de « Forest Reserve » pendant la période coloniale anglaise. Ce furent en outre les forestiers qui participèrent activement à la création du parc en 1984. Les raisons invoquées pour sa mise en place étaient la préservation de beaux paysages (le caractère esthétique est souligné) et d’un écosystème remarquable, représentatif d’un des derniers lambeaux de forêt tempérée humide du Pakistan. Ce parc est également considéré comme une zone de passage pour de nombreux oiseaux migrateurs et abrite des populations de faisans, notamment l’eulophe koklass (Pucrasia macrolopha) très fréquent dans le parc et le faisan leucomèle (Lophura leucomelana) qui s’y trouve en limite de son aire de distribution, d’où sa rareté. Une interdiction totale d’accès fut imposée aux habitants vivant dans les alentours, bien que cette zone fût traditionnellement utilisée par des femmes pour la recherche de fourrage, de bois de feu et de champignons. La raison invoquée était que les activités de cueillette (des morilles pour la vente) par les femmes risquaient de déranger la nidification des faisans, et de saccager les forêts3.

13Il s’en est suivi une situation de conflit très rude entre les gardes et les femmes. Celles-ci constituaient cependant un groupe d’acteurs clés à Ayubia, car elles payaient des amendes formelles et « informelles » aux gardes du parc pour y avoir accès. Une étude menée sur ces transactions a montré qu’elles représentaient un apport financier non négligeable pour les gardes et permettait par la même occasion aux femmes de poursuivre dans une certaine mesure leur activité illégale. Les femmes servaient, de surcroît, de boucs émissaires aux forestiers, ce qui permit à ces derniers d’occulter largement les activités des hommes riches et influents des différents villages qui utilisaient de façon illicite le bois d’œuvre des forêts environnantes et du parc (Aumeeruddy-Thomas et al., 2004a).

14Nos travaux centrés sur les savoirs et pratiques des femmes ont permis de démontrer qu’elles utilisaient le parc en y créant des clairières herbacées, par la coupe de pins et de sapins récupérés comme bois de chauffage. Bien que ces clairières ne soient pas formellement un élément des paysages coutumiers locaux, nous avons mis en évidence que les clairières du parc étaient visitées par des groupes différents de femmes de villages distincts, représentant ainsi des territoires de cueillette répondant à des règles informelles d’accès et de rotation saisonnières (Jabeen, 2006). Différentes générations de femmes y ont travaillé d’où un caractère patrimonial fort, d’autant plus que ces zones de cueillette ont été élaborées grâce à un ensemble de tactiques et de stratégies d’évitement des gardes, de paiements d’amendes, et parfois d’interactions violentes y compris la confiscation des outils et des produits récoltés. Ces clairières constituent des zones d’écotones (forêts et milieux ouverts herbacés) importants pour la biodiversité herbacée et pour les populations aviaires du parc. Les femmes ont un savoir élaboré sur les espèces herbacées qui s’inscrivent dans une classification vernaculaire partagée à l’échelle de l’ensemble des villages entourant le parc et fondée sur des critères de productivité des différentes espèces, leur qualité fourragère et leur phénologie. Leurs savoirs sur les arbres portent sur les espèces de feuillus, notamment des chênes et des frênes, espèces importantes comme fourrage d’hiver et dont elles récoltent seulement les feuilles. Seuls les pins et sapins sont coupés pour le bois de chauffe (Aumeeruddy-Thomas etal., 2004a ; Jabeen, 2006).

15Par opposition, les savoirs des forestiers sur les arbres sont essentiellement tournés vers les conifères (pins, sapins et cèdres). Une enquête menée auprès des hôteliers et des propriétaires de résidences secondaires a montré un intérêt marqué pour le bois des feuillus tels que les chênes très recherchés pour la cuisson au tandoor, four traditionnel permettant une forme de cuisson très prisée par les nombreux touristes visitant la région. Ainsi, nous pouvons voir que différents types de savoirs et de besoins très contrastés sont en conflit sur un même espace.

  • 4 La force des liens historiques entre chasse et conservation de la nature au Pakistan a été détermin (...)

16Les propositions faites à l’issue de nos travaux de recherche en vue de l’intégration des activités des femmes dans le plan de gestion du parc furent immédiatement rejetées par le WWF-Pakistan, ceci malgré l’importance avérée de ces clairières pour la création de zones d’écotones favorables à la biodiversité. Sans les activités des femmes, ces zones disparaîtraient au profit d’une invasion par les pins ou les sapins qui ont une écologie de type pionnière et invasive. La raison invoquée quant au refus d’intégrer une activité humaine dans le parc était que cela risquait de créer un précédent pour tous les autres parcs nationaux pakistanais. Un précédent existait pourtant déjà : le WWF avait été très actif dans la mise en place d’un accord avec des sociétés locales de chasse dans le parc national Kunjerab pour y développer une activité de chasse aux trophées4. La deuxième raison du refus est liée au rôle secondaire attribué aux femmes au Pakistan en matière de décision de façon générale et en particulier concernant l’usage des forêts, domaine contrôlé formellement par les hommes. Ces derniers, et spécialement les forestiers, ne montrent aucun intérêt pour la biodiversité herbacée. En contrepartie, ils valorisent la notion de climax forestier pour argumenter des effets négatifs des activités féminines. Enfin, les associations naturalistes militant en faveur de la protection des faisans ont un poids décisionnel très important car elles sont formées de membres fortunés, qui financent les actions de conservation à une échelle nationale au Pakistan et sont des membres donateurs du WWF.

17Les modes d’engagement et d’échanges autour des savoirs et savoir-faire locaux se réduisirent à des pratiques classiques de plantation d’essences à croissance rapide pour le bois de feu et le fourrage à l’extérieur du parc, ainsi que la distribution de fourneaux améliorés ! Malgré un fort intérêt dans le discours pour les savoirs locaux, soutenu par un projet d’ethnobotanique appliqué au parc national Ayubia, le WWF en tant qu’ONG internationale resta très fortement ancré dans les valeurs nationales en s’orientant ainsi vers la patrimonialisation d’éléments de la biodiversité à caractère exceptionnel, faisans et cèdres, symboles de la nation. L’objectif premier était de protéger la forêt et légitimer les intérêts des forestiers et des naturalistes. Ce cas se situe dans une démarche anthropocentrée au sens de Larrère et Larrère (1997), où la durabilité écologique du système n’est pas un objectif en soi, mais seulement une justification pour préserver des objets naturels chers à un groupe social donné. Les savoirs et savoir-faire des femmes et leur pouvoir de transformation de la biodiversité sont en conflit avec les savoirs-pouvoirs des forestiers et des naturalistes. Le tout se traduit par une situation qu’on pourrait qualifier de violence environnementale à l’égard des femmes.

Interactions et approches de co-construction entre savoirs locaux et savoirs de scientifiques et de gestionnaires

  • 5 L'exemple le plus connu est le Annapurna Conservation Area géré par le King Mahendra Trust for Natu (...)

18Contrairement aux deux pays précédents, le Népal n’a jamais été colonisé et, de ce fait, n’a pas connu les approches de protection de la nature qui, en Indonésie comme au Pakistan, trouvent leur origine dans la période coloniale. Dans ce pays de montagnes, l’agriculture est caractérisée par une pluriactivité tournée vers un usage important des ressources naturelles, que ce soit pour l’élevage ou la cueillette de produits forestiers non ligneux (Aumeeruddy-Thomas et Shengji, 2003). En 1957, les forêts privées du Népal ont été nationalisées. Cette action dénie tout rôle à la gestion communautaire locale au profit d’une gestion policière par les forestiers, soutenue par des théories catastrophistes liées à la déforestation par les paysans des montagnes (Ripert et al., 2003 ; Ives, 2004). On note alors un développement d’aires protégées dont la première, le parc national royal Chitwan en 1973, est interdite d’accès aux habitants. Cette tendance s’est inversée totalement en 1978 sous l’influence d’ONG internationales, faisant place à une réforme de la loi forestière en vue d’une gestion participative et à la mise en place d’une foresterie communautaire parmi les exemples les plus reconnus au monde (Aumeeruddy-Thomas et al., 1999). Cette vague participative a fait du Népal un champ d’expérimentation de modèles participatifs, renforcés par une loi de décentralisation en 1982. La politique de protection de la nature a alors évolué vers une plus grande prise en compte des habitants dans la périphérie des aires protégées. Le Népal a expérimenté ainsi dans les années 1980 un nouveau modèle : « l’aire de conservation »5 avec un zonage donnant une place importante à différents types d’usages et un rôle accru aux habitants devenus acteurs de la conservation. Suite à une expérience très décriée de déplacement de populations d’un parc national de montagne vers les plaines du sud du Népal, les parcs nationaux des régions de montagne ont bénéficié d’un arrêté spécial permettant aux habitants de continuer à résider à l’intérieur des parcs. Ce fut le cas du parc national Shey Phoksundo habité par le groupe culturel tibétain Dolpo, mais aussi du

19Sagarmatha, sanctuaire de l’Everest et pays des Sherpa. Par ailleurs, la très faible densité des habitants des zones de montagne et « l’attractivité ethnique » que représentent les habitants convenaient à une politique générale de préservation des paysages physiques et culturels pour attirer le tourisme. Les parcs nationaux des plaines, tel que le parc national de Chitwan, une ancienne réserve de chasse royale, où l’on trouve encore des tigres et des rhinocéros, se sont calqués sur le modèle international d’exclusion des habitants et sur la protection de la grande faune emblématique. Le WWF Népal a participé à la création du parc national de Chitwan et a fortement influencé la politique de protection de la nature au Népal. Il a dû cependant adapter en permanence sa politique de protection de la nature au gré des nouvelles politiques de bailleurs de fonds internationaux. C’est en effet un bureau qui, financièrement, ne se suffit pas à lui-même contrairement au bureau pakistanais qui s’autofinance pour une grande partie grâce à des dons de riches industriels pakistanais.

  • 6 Selon une approche conforme à la tradition participative de la foresterie communautaire au Népal, l (...)

20Le parc national Shey Phoksundo (Dolpo) fut créé en 1984 avec une superficie de 3 555 km2. Parc situé sur la frontière nord avec la Chine, il était habité et contrôlé par les militaires, un des objectifs de ces parcs étant de surveiller les activités aux frontières. Le WWF y travaillait dans le cadre d’un programme de conservation et de développement intégré financé par l’aide américaine (USAID). Une multitude d’ONG internationales et nationales, ces dernières financées le plus souvent par des bailleurs de fonds internationaux, étaient présentes au Dolpo, agissant dans différents domaines dont l’éducation, la santé ou la promotion culturelle. Parmi les acteurs locaux, les habitants du parc et de la zone périphérique au Sud, représentés par leurs élus, ont un véritable poids décisionnel6.

  • 7 Parmi les espèces de plantes les plus recherchées, nous trouvions la valériane himalayenne (Nardost (...)

21Les travaux menés au Dolpo par une équipe interdisciplinaire de chercheurs du programme People and Plants, prenant appui sur la présence du WWF dans ce parc, ont interrogé les savoirs et pratiques de différents groupes d’usagers locaux concernant l’usage des plantes aromatiques et médicinales. Un accord entre les chercheurs et les usagers locaux, notamment les médecins tibétains (amchi) du Dolpo, ainsi que des groupes de femmes, fut établi quant à la nécessité de mesurer conjointement le degré de pression menaçant un certain nombre d’espèces de plantes médicinales essentielles pour les pratiques de santé au Dolpo. Ces plantes étaient également très recherchées par des collecteurs pour le commerce international7, et des signes de raréfaction au sein du parc se faisaient sentir. Les médecins du Dolpo mirent en avant la nécessité non seulement d’améliorer les pratiques de conservation de ces plantes médicinales, mais également de promouvoir les pratiques des médecins via la construction d’une clinique de santé traditionnelle, ces pratiques étant à leurs yeux tout aussi menacées que les plantes qu’ils utilisent. Ce projet fut l’occasion de mettre en lumière les savoirs ethno-écologiques des médecins tibétains comparés aux autres groupes d’utilisateurs, qu’il s’agisse des femmes, des collecteurs commerciaux, des gardes du parc ou des éleveurs et agropasteurs (LAMA et al., 2001 ; Ghimire et al., 2004). Sur le plan territorial, il apparut que les hauts pâturages représentaient des systèmes socio-écologiques complexes, appropriés socialement à travers un usage différencié de l’espace. Différents sous-ensembles de pâturages étaient ainsi attribués à différents sous-groupes d’un même village. Ce territoire était régi par des règles strictes de mises en défens et de rotations des pratiques pastorales. Deux assemblées, l’une à caractère laïque et l’autre à caractère religieux, étaient conjointement en charge des décisions, même si ce pouvoir décisionnel n’existait plus formellement dans les zones situées sous l’autorité du parc.

22Les espaces agraires et pastoraux sont identifiés par une multitude de marqueurs territoriaux et religieux constituant des espaces à caractère patrimonial où la transmission des savoirs se fait dans des cadres ritualisés (sentiers de circumambulation à caractère religieux, pratiques propitiatoires vis-à-vis des divinités locales) ou lors de pratiques quotidiennes pastorales. Comme au Kerinci, nous avons mis en évidence des liens avec les plantes et les écosystèmes fondés sur une multiplicité de systèmes classificatoires (naturalistes, analogiques et animistes) et qui sous-tendent l’ensemble des modes d’exploitation de ces territoires, qu’il s’agisse du choix du fourrage hivernal pour les troupeaux de yacks, du choix des plantes pour se guérir, de la cueillette de plantes sauvages alimentaires (plantes condimentaires et légumes) ou de décisions portant sur le calendrier agraire (Aumeeruddy-Thomas et al., 2004b). Les travaux menés sur la biodiversité des hauts pâturages permirent en outre de mettre en évidence le rôle des activités humaines dans la configuration des hauts pâturages, en particulier la corrélation entre les régimes de perturbation intermédiaires et les niveaux les plus élevés de biodiversité végétale (Ghimire et al., 2004). Le croisement des savoirs locaux et des approches de l’écologie expérimentale permit de mettre en place des dispositifs de simulation de différents régimes de cueillette et ainsi d’intégrer pleinement les savoirs locaux dans une approche de recherche co-construite. Un dispositif de suivi des parcelles conjointement par les gardes du parc et les amchi, fut mis en place en utilisant des indicateurs issus des savoirs de ces derniers (Ghimire et al., 2005, 2009). L’ensemble de ces travaux eurent pour conséquence la formalisation du rôle d’une clinique de santé tibétaine dans le suivi des populations de plantes médicinales menacées et le renforcement de la transmission des savoirs des amchi. Les médecins tibétains profitèrent de ce nouveau rôle et ce pouvoir lié à leurs savoirs « écologiques » pour se coordonner à l’échelle nationale avec des amchi des autres régions. Leurs objectifs étaient de s’appuyer sur cette nouvelle légitimité auprès des organismes chargés de la gestion de la biodiversité pour soutenir leur demande auprès du ministère de la Santé. Leur but était la formalisation de la médecine tibétaine, alors non reconnue dans les enseignements en matière de santé au Népal.

  • 8 Ils étaient sélectionnés par rapport à leur capacité à gérer des problèmes sociaux contrairement au (...)

23Nous nous trouvions ainsi dans le cas népalais dans une situation où les approches de gestion d’un parc national et la mobilisation des savoirs locaux semblaient pouvoir se conjuguer grâce à différents processus d’apprentissage, notamment des échanges de savoirs entre les habitants, les scientifiques et les gestionnaires. Nous nous trouvions aussi dans une situation où la reconnaissance des savoirs locaux a changé les types de relations entre le niveau local et le niveau national. L’attitude des cadres népalais travaillant dans le secteur de la conservation a été fortement influencée par les expériences sur les approches participatives au Népal. Malgré l’appartenance à une ONG internationale telle que le WWF, ces cadres sont porteurs d’une vision de l’environnement multiple. Ils sont en effet, pour la plupart de ceux intervenant en zone de montagne, issus eux-mêmes de minorités ethniques des montagnes. Leur identité de gestionnaires de la conservation était multiple, comprenant à la fois des visions de la gestion environnementale issues d’approches globales, de l’histoire du Népal sur la gestion participative et de leurs propres représentations de la nature en tant qu’habitant des montagnes. Ces visions multiples leur permettaient de manœuvrer entre des disjonctions et des continuités entre la place des hommes dans les écosystèmes montagnards, leurs liens religieux, patrimoniaux et historiques à ces milieux, et les enjeux de conservation de la biodiversité à une échelle régionale (himalayenne) et globale. La protection de la nature représentait pour eux de facto une nature intégrant l’homme et la culture, avec une reconnaissance de la nature en soi et non à des fins utilitaires, notamment dans la vision du bouddhisme tibétain qui prévaut au Dolpo8. Leur approche de gestion mobilise des savoirs empiriques locaux et des savoirs de gestionnaires de la conservation, en particulier des savoirs relationnels et organisationnels et non des savoirs écologiques ou naturalistes.

24En résumé, la situation népalaise se caractérise par :

  • une configuration historique qui a facilité une forte intégration des habitants dans les pratiques de gestion de la biodiversité dans les parcs nationaux de montagne ;

  • une forte influence des ONG dans le développement d’approches participatives ;

  • une volonté commune des différents acteurs en présence, habitants du Dolpo, scientifiques et gestionnaires, à échanger des savoirs afin d’élaborer des stratégies communes autour d’un objectif commun, la gestion durable des plantes aromatiques et médicinales ;

  • un ensemble de pratiques des usagers locaux favorisant une mosaïque paysagère très favorable à une forte biodiversité.

Contractualisation des pratiques soutenue par des démarches d’experts

25En France, le cas particulier du parc national des Cévennes est issu d’un mouvement citoyen, ainsi que des initiatives portées par différents acteurs à l’échelle nationale et locale (Larissa-Basset, 2009). C’est un forestier, conservateur des Eaux et Forêts, qui suggéra en 1913 la création d’un parc national incluant les reboisements de l’Aigoual. Cependant, en 1933, une idée nouvelle est avancée par un juriste sur l’importance de l’équilibre agro-sylvo-pastoral et des anthroposystèmes pour la protection de la nature, idée qui est appuyée la même année par le conseil général de la Lozère. En 1961, une association culturelle « Font Vive » soutient l’idée de sauvegarder les « sources » des Cévennes, au sens propre comme au sens figuré. Cette association fut très active dans les années 1960 pour la promotion du « parc national culturel des Cévennes » (Plan d’aménagement 2000-2006 PNC). Georges Mazenot, sous-préfet de Florac de 1967 à 1970, associa fortement les habitants dans les discussions avec la conviction que le futur parc ne devait pas être une simple action de conservation de la nature, mais devait aussi être un outil de développement agricole (Plan d’aménagement 2000­2006 PNC). Le discours de Mazenot est fondateur en ce sens que le décret de formation du PNC stipule que l’agriculture doit pouvoir s’exercer librement en son cœur. En ayant pour missions celles inhérentes au statut de parc national, il met l’accent sur le fait que les aspects naturel et culturel doivent être inextricablement liés, avec la présence des habitants en son centre, ce qui l’oblige à un mode de gestion bien différent des autres parcs nationaux français. Cette situation toute particulière et l’intégration de l’agriculture et même de la chasse (selon des quotas fixés) dans sa zone centrale ont amené le PNC à administrer ce territoire avec de nombreux acteurs locaux, y compris les préfets, les maires, les chambres d’agricultures, les DDAF (Direction départementale de l’agriculture et de la forêt) et les autres usagers, dont les agriculteurs propriétaires d’une grande partie de la zone centrale. Nous pourrions donc parler, dans le cas du PNC, d’une approche participative qui rappelle en bien des points le mode de gestion d’un parc naturel régional français, si ce n’est le rôle réglementaire que le PNC a dans sa zone centrale.

26En outre, une conception normative du paysage fortement influencée par les nouvelles tendances de l’écologie (en faveur des perturbations de faibles intensités) s’est construite dans les années 1980 en faveur des milieux ouverts pour la préservation de la biodiversité en région méditerranéenne et par la même occasion au détriment de la forêt (Lepart et al., 2000). Les sociétés naturalistes, les conservatoires de botanique nationaux et, plus récemment, la directive habitat de l’Europe sont venus conforter cette tendance en classant un grand nombre d’habitats ouverts en habitats prioritaires pour la conservation. Cet intérêt pour les milieux ouverts oblige le parc à cogérer avec les agriculteurs locaux, principaux moteurs de l’ouverture des milieux.

27De nombreux travaux ont été menés dans les Cévennes sur les savoirs et savoir-faire locaux avec notamment le cas très connu du Causse Méjean, où une démarche participative fondée sur une approche de systèmes multi-agents a permis aux différents acteurs de coordonner leurs efforts pour un objectif commun (Chassagny et Crosnier, 2009). Il s’agissait, autant pour le parc que pour les agriculteurs, de maintenir des espaces ouverts et de contenir l’avancée irrémédiable des forêts, notamment du pin noir, vécu et pensé comme invasif. Pour le parc, l’avancée de la forêt a un effet néfaste sur un ensemble d’habitats ouverts abritant des espèces à caractère patrimonial à l’échelle nationale et européenne, tels que l’oedicnème criard (Burhinus oedicnemus, oiseau rare, en limite d’aire et menacé dans ce type d’habitat) ou l’adonis printanier, Adonis vernalis, plante recherchée comme plante médicinale et également rare à l’échelle européenne. Pour les habitants des Causses, l’embroussaillement des paysages et l’avancée des forêts sont le signe de la perte d’un patrimoine ancien, des espaces issus de plusieurs centaines d’années de pratiques agrosylvo-pastorales. Une des principales approches de gestion du parc consiste à contractualiser les agriculteurs afin de maintenir des pratiques pastorales permettant de préserver des espaces ouverts. D’autres approches, telles que la mise en place de labels qualité, (agneaux de parcours, bœuf de Pâques) furent également élaborées entre le parc, les collectivités locales et les usagers (Blanc, 2009 ; Roué, 2009). Dans le cas du Causse Méjean, les objectifs du parc et ceux des agriculteurs semblent converger. Les travaux que nous avons coordonnés dans le cadre de l’ANR ABIME sur les savoirs et savoir-faire locaux et de gestionnaires sur les prairies de fauche dans la zone de Barre des Cévennes et sur les zones humides du mont Lozère situées dans le parc, montrent des résultats moins probants quant aux modes d’interactions entre le parc et les usagers. Carreira (2007), qui a travaillé en particulier sur les zones humides du mont Lozère, montre qu’une grande gamme de zones humides est issue des pratiques des agriculteurs. Il s’agit par exemple des canalisations traditionnelles appelées « béales », ou les mares artificielles liées à l’élevage. La gestion des zones humides se trouve cependant au sein de nombreux conflits entre le parc et les agriculteurs. Le parc a, pour sa part, établi une classification des zones humides sur la base de travaux scientifiques et a produit un Atlas des zones humides du mont Lozère qui définit l’importance de ces zones pour la conservation de différentes espèces à caractère patrimonial. Les agriculteurs, de leur côté, considèrent que ces zones humides ont un caractère dynamique dans l’espace et dans le temps pouvant, selon les besoins en prairies, être parfois asséchées, parfois remises en eau. Le parc intervient cependant selon une démarche d’expert, les savoirs établis sur le degré de vulnérabilité et de menace de ces zones humides ne prenant pas en compte les savoirs locaux. La distribution gratuite de l’Atlas à tous les agriculteurs les a laissés non seulement indifférents, mais de nombreux conflits autour de la gestion de l’eau sur le mont Lozère montrent combien les agriculteurs n’acceptent pas cette irruption des savoirs d’experts qui s’imposent comme détenteur d’une vérité absolue. Ils ne rendent pas compte de leurs propres savoirs et savoir-faire dans des espaces qu’ils gèrent depuis de nombreuses générations et qu’ils ont contribué à configurer.

28Le développement agricole pose en outre de nombreux problèmes au PNC, car ce sont les pratiques d’agriculture et d’élevage « traditionnels » qui doivent perdurer afin de maintenir les cortèges de biodiversité classés dans des listes nationales et internationales ou les fonctions environnementales. Ainsi, afin de conserver les activités agricoles, le parc national des Cévennes va s’engager dans une politique contractuelle avec les agriculteurs en faveur de pratiques favorables à la biodiversité. Ces contrats ont un cahier des charges strict et offrent une compensation pour le manque à gagner. Les savoirs empiriques des agriculteurs ou leur stratégie d’existence, sont en réalité de peu d’intérêt pour les gestionnaires pour qui seule compte la finalité de protection des espèces et des habitats, une attitude somme toute très biocentrée. La concertation est cependant obligatoire entre le parc et les usagers, car les contrats sont individuels et nul n’est obligé de signer.

29Cette concertation s’est faite dans les premiers temps de la mise en place du parc par des pratiques de proximité entre les gardes du parc et les habitants (veillées, discussions, etc.), pratiques qui ont contribué à établir des liens sociaux forts. Cette première génération de gardes du parc était par ailleurs relativement bien intégrée, car pour la plupart recrutée localement. La deuxième génération de gardes est porteuse d’une vision plus écologique, car recrutée à l’échelle nationale selon une approche commune à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Leur capacité à gérer la biodiversité est évaluée par rapport à leur intérêt plus ou moins fort pour la protection de la flore et de la faune. Le personnel du siège du parc, perçu comme plus bureaucratique par les habitants, veille à la validité scientifique des actions menées en soutenant une politique scientifique forte et le développement de bases de données élaborées. Un fossé semble cependant exister entre l’avis d’experts du siège du parc et les activités concrètes des agents de terrain. Bien que le parc reconnaisse l’apport de nombreux travaux de recherche interdisciplinaires et des équilibres nécessaires entre pratiques humaines et processus écologiques pour la préservation de la biodiversité, sur le terrain les échanges de savoirs entre usagers et agents du parc restent faibles.

30Du côté des agriculteurs, on pourrait parler de problème d’identité, car certains se disent être devenus avec regret « des jardiniers du parc » plutôt que de vrais paysans. La question centrale est celle de la perpétuation de leurs pratiques agraires qui ont contribué au cours de plusieurs générations à modeler ce territoire. Ces pratiques et la nature, transformée et remodelée par leurs soins, constituent le fondement de leur patrimoine et de leur identité. Le parc établit des contrats avec les agriculteurs, tels les contrats patrimoine du parc fondés sur un cahier des charges qui définit les pratiques agricoles à maintenir afin de favoriser la biodiversité et celles qui sont prohibées. Ces contrats que nul n’est obligé de signer durent au maximum cinq ans. Cette durée limitée soulève la question de leur capacité à produire et penser ce qu’ils transmettront à la génération suivante. Leur nouvelle profession, celle de « jardinier du parc », est en effet essentiellement définie par ces contrats à durée déterminée. Leur discours de contestation face au parc est un discours identitaire. Par ailleurs, la politique du parc a dû également intégrer les politiques agro-environnementales européennes, telles que les Primes à l’herbe agri-environnementales (PHAE) qui créent une concurrence forte limitant l’action du parc qui ne peut superposer un autre contrat sur ce type de mesures. Or, environ 80 % des agriculteurs de Lozère, un des trois départements avec l’Hérault et le Gard, où se situe le PNC, sont en PHAE. Le personnel du parc montre pour sa part un certain malaise, un problème d’identité également, car disent les agents, « nous ne sommes pas là pour faire du développement ». Des regrets sont parfois exprimés : « On aurait peut-être mieux fait de devenir un parc forestier, sans agriculteurs ! ». Ainsi, le PNC oscille entre une identité de parc national avec un mandat strict de protection de la nature privilégiant la patrimonialisation d’espèces et habitats, et une volonté d’expérimenter des modèles de développement durable en maintenant des pratiques favorables aux habitants et à la biodiversité à travers des approches principalement contractuelles.

Discussion et conclusion

31Les cas présentés montrent différentes situations où les savoirs naturalistes, organisationnels, techniques et culturels sur la biodiversité distinguent les différents acteurs (sociétés locales, gestionnaires, représentants d’ONG, etc.). Ces savoirs et savoir-faire se côtoient et s’affrontent (Indonésie, Pakistan), se partagent (Népal) ou sont contractualisés (France, PNC). Des faits historiques, tel que le fait colonial en Indonésie et au Pakistan, continuent à influencer la façon dont ces différents acteurs interagissent, ainsi que les rapports de pouvoir entre les savoirs sur la nature des uns et des autres et la façon de traiter autrui.

32Les histoires couplées entre pratiques locales et biodiversités sont parfois non reconnues ou décriées (cas du Kerinci ou du Pakistan) au profit de savoirs et savoir-faire sur la nature qui valorisent des éléments spécifiques de la biodiversité (exemple des animaux emblématiques à Sumatra ou des faisans au Pakistan). Dans ces deux situations, ce qui est valorisé au nom d’un patrimoine global, quelques espèces emblématiques dans les cas considérés, ne sont en l’occurrence que l’expression de la patrimonialisation d’une partie infime de la biodiversité. Les savoirs et savoir-faire de gestionnaires et de naturalistes servent à légitimer de nouvelles normes de comportement vis-à-vis de la nature (mise en défens, interdictions d’accès aux ressources) pouvant aller jusqu’à des actions punitives, les savoirs s’instituant alors en savoirs-pouvoir. Ces approches mettent en œuvre des démarches de surveillance et de punition, semblables à ce qui a été décrit par Foucault (1975) dans d’autres circonstances. Les relations entre savoir et pouvoir sont au cœur des relations entre sociétés et aires protégées, comme l’ont également souligné Lizet (2009) et Roué (2009).

33Dans d’autres cas, les savoirs sont valorisés car ils contribuent au maintien et à l’entretien d’une part de biodiversité issue des interactions des hommes et de la nature sur ces territoires (exemples des Cévennes et du Dolpo) valorisée par les différentes parties prenantes.

34Savoirs, patrimoines et territoires sont ainsi intimement liés, qu’il s’agisse de la fabrication d’un patrimoine national sur un territoire protégé (ex : protection du tigre qui est un emblème national fort en Indonésie) ou des patrimoines globaux construits à partir des interactions nature-sociétés sur le temps long à l’échelle locale. Ces territoires se recomposent à l’issue de conflits (ex : Kerinci) ou de négociations entre acteurs avec les approches de conservation. Les sociétés ainsi continuent à construire leur histoire au fil de ces rencontres avec des savoirs et des formes de pouvoirs « extérieurs ». La situation des aires protégées crée des liens entre des acteurs qui portent des traces de leurs propres histoires et de leurs représentations respectives de la nature, qui se croisent dans ce contexte particulier. La difficulté de la prise en compte des capacités de gestion des sociétés locales par les gestionnaires de la conservation est inhérente à cette situation. Les différenciations sont atténuées dans les cas tels que le parc des Cévennes ou le parc national Shey Phoksundo, où les pratiques font l’objet de négociations et de différentes formes de cogestion mettant en jeu différents types de savoirs, ainsi que de consensus entre différentes visions de ce qui a un caractère patrimonial pour les uns et pour les autres.

35Les situations pakistanaise et indonésienne représentent un modèle type très répandu au niveau international, notamment dans les pays en développement. Ce sont tous les parcs nationaux fondés sur l’exclusion des sociétés usagères locales, où la confrontation entre ces derniers et les gestionnaires se fait sur le mode du conflit. Les savoirs écologiques et naturalistes servent au mieux dans ces cas à justifier le point de vue des experts face aux usagers locaux. Ceci nous amène à questionner cette irruption des experts de l’écologie dans le domaine de l’environnement discuté par Theys et Kalahora (1992), ainsi que du rôle des chercheurs dans ces dispositifs. Les exemples présentés montrent qu’aucun des acteurs en présence n’est susceptible d’atteindre une gestion optimale de la biodiversité dans son ensemble ; en effet chacun d’entre eux valorise seulement une part de cette biodiversité.

36Le cas népalais montre des processus d’apprentissage, de concertation, institutionnalisés à travers la formation de groupes d’usagers locaux, tendant vers des pratiques de cogestion. L’expertise des ONG et des usagers locaux en matière de gestion participative est à la base de cette approche de la conservation (McDougall et al., 2009) qui repose en particulier sur la mise en commun des savoirs et savoir-faire des différents acteurs en présence. Ces expériences montrent le caractère évolutif des savoirs locaux qui sont susceptibles d’intégrer de nouveaux savoirs techniques, organisationnels ou naturalistes au contact d’un ensemble d’acteurs d’origines diverses (Aumeeruddy-Thomas et Lama, 2008). La capacité d’adaptation des savoirs locaux est à prendre en compte dans la gestion environnementale, idée qui a été discutée par Berkes et Turner (2011). Les experts pourraient également s’adapter, prendre en compte ces formes de savoirs sur la nature. Est-ce une utopie que de penser que les experts devraient savoir faire la part entre savoirs et pratiques locales et savoirs et pratiques scientifiques globales, ou l’expert est-il par définition celui qui sait ?

37Parmi les mécanismes qui favorisent l’apprentissage, nos travaux montrent qu’au-delà des dimensions culturelles et symboliques de ces savoirs (ex. des savoirs des amchi au Népal ou des habitants du Dolpo qui reposent sur des classifications analogiques et animistes), une part de ces savoirs se fonde sur des classifications naturalistes. Bien que partiels, ces savoirs peuvent être partagés par l’ensemble des acteurs. Cette part de savoirs comparables ou qui peuvent être mis en commun permet des échanges, des liens et de nouveaux savoirs créés à travers des expérimentations et des pratiques communes. Celles-ci ont donné lieu à de nouveaux types de savoirs, de nouvelles expérimentations telles que cette clinique de santé tibétaine située au cœur d’un parc national. Les processus d’apprentissage des acteurs locaux, des agents de la conservation et des usagers, dépendent de leur capacité à manœuvrer entre les stratégies et visions locales, nationales et internationales pour mettre en place des modèles originaux de gestion prenant en compte des parts de ces différentes visions qui soient compatibles. Ce faisant, ils construisent conjointement une nouvelle vision de patrimoines à sauvegarder ou gérer, qui se situent à la croisée de différentes cultures, différents types de savoirs sur la nature. Il s’agit d’une approche fondée principalement sur des relations citoyennes visant à réguler les effets des différents groupes sociaux sur l’environnement. Elles correspondent à une approche éthique écocentrée, au sens de Larrère et Larrère (1997), où les éléments de la nature ont un droit d’existence autant que les différents groupes humains qui habitent cette nature et qui en font partie.

38L’avenir des aires protégées dépendra sans doute de cette capacité d’innovations illustrée par certaines expériences. Un retour à une approche plus stricte de la biodiversité ne permettra la conservation que d’une part infime de biodiversité, remarquable certes, mais sans doute vulnérable dans le contexte très figé des aires protégées et des changements globaux. La biodiversité en tant que concept et norme d’action globale a eu pour effet de remettre en cause les barrières existant entre savoirs scientifiques et savoirs citoyens et entre nature et culture. Ce changement de paradigme est à nos yeux le résultat le plus important des multiples échecs et succès des approches de protection de la nature.

Bibliography

Agrawal A., 2002 - Indigenous knowledge and the politics of classifi­cation. International Social Science Journal, Special Issue, Indigenous Knowledge, 173 : 287-297.

Aubertin C., Pinton F., Rodary E., 2008 - « Le développement durable, nouvel âge de la conservation ». In Aubertin C., Rodary E. (eds) : Aires protégées, Marseille, IRD Éditions.

Aumeeruddy Y., 1993 - Agroforeste­rie et aires de forêts protégées- Représentations et pratiques agroforestières paysannes en péri­phérie du parc national Kerinci Seblat. Thèse de doct., univ. Mont­pellier II-France, 438 p, icl.22 pl. photos, 7 profils architecturaux de jardins agriforestiers.

Aumeeruddy Y., 1994 - Représenta­tions et gestion paysannes des agro­forêts en périphérie du parc national Kerinci Seblat à Sumatra, Indonésie. People and Plants Working Paper Series, No 3, Unesco, Paris (versions anglaise et espagnole disponibles) 46 p. http://www.peopleandplants.org/storage/working-papers/wp3sp.pdf

Aumeeruddy Y., Bakels J., 1994 - Management of a sacred forest in the Kerinci valley, Central Sumatra : an example of conservation of biological diversity and its cultural basis. JATBA Journal d’Agriculture Tropicale et de Botanique Appliquée, nouvelle série 31 (2) : 39-65.

Aumeeruddy Y., Saigal S., Kapoor N., Cunningham A. B., 1999 - Joint man­agement in the making. Reflections and experiences. People and Plants Working Papers Series, No 7. publié par l’Unesco, Paris, 58 p.

Aumeeruddy-Thomas Y., 2003 - Conflits de pouvoir et de représenta­tions à l’interface des sociétés et des aires protégées : le cas du Parc Natio­nal Kerinci Seblat en Indonésie. Bois et Forêts des Tropiques 4e trimestre, numéro spécial Forêts détruites ou reconstruites, 278 : 77-91

Aumeeruddy-Thomas Y., Shengji P., 2003 - Applied ethnobotany, case studies from the Himalayan region. People and Plants Working Paper Series, 12, Unesco, Paris, 38 p.

Aumeeruddy-Thomas Y., Ayaz A., Shinwari Z., Khan A., 2004a - Eth- nobotany and the management of fodder and fuelwood at Ayubia National Park, North West Frontier Province, Pakistan. People and Plants Working Paper Series, 12, Unesco, Paris, 36 p.

Aumeeruddy-Thomas Y., Lama Y. C., Ghimire S. K., 2004b - « Medicinal Plants Within the Context of Pastoral Life in the Village of Pungmo, Dolpo, Nepal ». In Richard C., Hoffmann K. (eds) : Strategic Innovations for Improving Pastoral Livelihoods in the Hindi-Kush Himalayan High­lands, vol. II, Technical Papers, Kath­mandu, Ed., ICIMOD : 107-128.

Aumeeruddy-Thomas Y., Lama Y. C., 2008 - « Tibetan medicine and biodi­versity management in Dolpo, Nepal : negociating local and global world­views, knowledge and practices ». In Pordie L. (eds) : Tibetan Medicine in the Contemporary World, global pol­itics of medical knowledge and prac­tice, New York, Routledge : 160-180.

Berkes F., Peter G., Richard T., 1991 - Co-management : the evolution in theory and practice of the joint administration of living resources. Alternatives, 18 (2).

Berkes F., Turner N. J., 2011 - Knowledge, Learning and the Evolu­tion of Conservation Practice for Social-Ecological System Resilience. Human Ecology, 34 (4) : 479-494.

Blanc J., 2009 - « Négocier la protec­tion de la nature et la reconnaissance des savoir-faire locaux : l’exemple des « agneaux de parcours » du parc national des Cévennes ». In Larrère R., LizetB., Berlan-Darqué M. (eds) : Histoire des parcs nationaux. Com­ment prendre soin de la nature ? Paris, Quae : 143-155.

Carreira J., 2007 - Agriculture et conservation de la nature. La ges­tion de l’eau et des zones humides dans le parc national des Cévennes. Rapport de stage de Master 2, EMTS, Muséum national d’histoire naturelle, Projet ANR ABIME 90 p.

Chassagny J. P., Crosnier C., 2009 - Les Grands Causses, terre d’expé­rience, parc national des Cévennes. Parc national des Cévennes, Florac.

Cormier-Salem M.-C., Roussel B., 2002 - « Patrimoines et savoirs natu­ralistes locaux ». In Martin J.-Y. (ed.) : Développement durable ? Doctrines, pratiques, évaluations, Paris, IRD Éditions.

Descola P., 2005 - Par-delà nature et culture. Bibliothèque des Sciences Humaines Nrf Paris, Éditions Galli­mard.

Foucault M., 1975 - Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris, Gallimard.

Ghimire S. K., McKey D., Aumeer- uddy-Thomas Y., 2004 - Heterogene­ity in ethnoecological knowledge and management of medicinal plants in the Himalayas of Nepal : implications for conservation. Ecology and Soci­ety, 9 (3) : 6.[online] URL http://www.ecologyandsociety.org/vol9/iss3/art6

Ghimire S. K., McKey D., Aumeer- uddy-Thomas Y., 2005 - Conserva­tion of Himalayan medicinal plants : harvesting patterns and ecology of two threatened species, Nardostachys grandiflora DC. and Neopicrorhiza scrophulariiflora (Pennell) Hong. Biological Conserva­tion, 124 (2005) : 463-475.

Ghimire S. K., McKey D., Aumeer- uddy-Thomas Y., 2006 - Himalayan Medicinal Plant Diversity in an Eco­logically Complex High Altitude Anthropogenic Landscape, Dolpo, Nepal. Environmental Conservation, 33 (2) : 128-140.

Ghimire S. K., Gimenez O., Pradel R., McKey D., Aumeeruddy-Thomas Y., 2009 - Demographic variation and population viability in a threatened medicinal and aromatic herb (Nar- dostachysgrandiflora) : matrix mod­elling of harvesting effects in two contrasting habitats. Journal of Applied Ecology, 45 :41-51.

Ives J. D., 2004 - Himalayan percep­tions. Environmental change and the well-being of mountain peoples. London, Routledge.

Jabeen A., 2006 - Fodder manage­ment in and around Ayubia National Park, Nathia Gali, Hazara Division, North West Frontier Prov­ince, Pakistan. Thesis dissertation, Quaid -I- Azam University, Islam­abad, Pakistan.

Jepson P., Whittaker R. J., 2002 - Histories of protected areas : interna­tionalisation of conservationist values in their adoption in the Neth­erlands Indies. Environment and History, 8 (2) : 129-172.

Lama Y. C., Ghimire S. K. Aumeer- uddy-Thomas Y., 2001 - Medicinal Plants of Dolpo : Amchi’s Knowledge and Conservation. People and Plants Initiative, WWF Nepal Program, Kat­mandou, 150 p, 100 planches bota­niques couleur.

Larissa-Basset K., 2009 - « Aux ori­gines du parc national des Cévennes. Comment Prendre soin de la nature ? ». In Larrère R., Lizet B., Berlan-Darqué M. (ed.) : Histoire des parcs nationaux. Comment Prendre soin de la nature ? Paris, Éditions Quae, MNHN.

Larrère R., 1997 - « Les différentes conceptions de la nature. Consé­quences sur la manière d’en envisager la protection ». In : Sciences sociales et espaces protégés, Séminaire d’Aus- sois, 10-12 septembre 1997.

Larrère C., Larrère R., 1997- Du bon usage de la nature. Pour une philoso­phie de la nature. Paris, Alto Aubier.

Leach M., Fairhead J., 2002 - Man­ners of contestation : “citizen sci­ences” and “indigenous knowledge” in West Africa and the Carribean. International Social Science Journal, Special Issue, Indigenous Knowledge, 173 :299-311.

Lepart J., Marty P., Rousset O., 2000 - Les conceptions normatives du paysage. Le cas des Grands Causses. Natures, Sciences, Sociétés, 8 (4).

Lizet B., 2009 - « Introduction ». In Larrère R., Lizet B., Berlan-Darqué M. (eds) : Histoire des parcs natio­naux, Paris, Éditions Quae, MNHN.

McDougall C., Pandit B. H., Banjade M. R., Paudel K. P., Ojha H., Maharjan M., Rana S., Bhattarai T., Dangol S., 2009 - Facilitating forests of learning : Enabling an adaptive col­laborative approach in community forestry user groups. CIFOR, Bogor, Indonesia.

Ripert B., Sacareau I., Boisseau T., Tawa Lama S., 2003 - « Des discours et des lois : gestion des ressources et politiques environnementales depuis 1950 au Népal ». In Smadja J. (ed.) : 365-402.

Rodary E., Castellanet C., Rossi G., 2003 - Conservation de la nature et développement : l’intégration impos­sible ? Karthala, Gret.

Roué M., 2009 - « Construction des savoirs locaux et cogestion dans le parc national des Cévennes ». In Lar­rère R., Lizet B., Berlan-Darqué M. (eds) : Histoire des parcs nationaux, Paris, Éditions Quae, MNHN.

Selmi A., 2004 - Le parc national de la Vanoise, administration de la nature et savoirs liés à la diversité biologique. Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie de l’École pratique des hautes études, Paris.

Theys J., Kalahora B., 1992 - « Quand la science réinvente l’envi­ronnement ». In : La terre outragée, les experts sont formels ! Sciences en sociétés, n° 1 janvier.

Notes

1 Travaux effectués au Népal et au Pakistan dans le cadre du programme international d'ethnobotanique appliquée 'People and Plants' du WWF et de l'Unesco. Programme de recherche-action, il avait pour objectif central l'intégration des pratiques et savoirs locaux dans les approches de conservation.

2 Travaux en Cévennes liés à un projet interdisciplinaire de l'ANR, d'évaluation des mesures de conservation en région méditerranéenne, ProjetANR « Anthropisation, Biodiversité, MEditerranée » du CEFE, UMR 5175-CNRS.

3 Nos travaux montrent que les femmes ne sont pas une réelle menace pour les faisans (Aumeeruddy-Thomas etal., 2004a) : d'une part, les calendriers de cueillette ne correspondent pas aux périodes de nidification et, d'autre part, le koklass, l'espèce de faisan la moins rare, préfère les habitats ouverts herbacés aux espaces forestiers fermés pour se nourrir.

4 La force des liens historiques entre chasse et conservation de la nature au Pakistan a été déterminante dans le traitement différencié de ces deux parcs nationaux. En effet, une analyse historique de la construction des approches de conservation au Pakistan montre que les chasseurs de la haute société pakistanaise y ont beaucoup contribué (Aumeeruddy-Thomas, données non publiées).

5 L'exemple le plus connu est le Annapurna Conservation Area géré par le King Mahendra Trust for Nature Conservation, une ONG nationale très proche du roi.

6 Selon une approche conforme à la tradition participative de la foresterie communautaire au Népal, le WWF, dans son rôle d’appui au parc, a initié ses travaux au Dolpo en formant des groupes d’usagers des pâturages, des groupes de femmes, des écoclubs, etc. Bien que ces groupes ne soient pas issus de l’organisation sociale locale, les habitants comprirent très vite que c’est au travers de ces groupes qu’ils pouvaient négocier avec le WWF et donc avec les autorités du parc pour faire valoir leur point de vue, sinon leurs droits (Aumeeruddy-Thomas et Lama, 2008).

7 Parmi les espèces de plantes les plus recherchées, nous trouvions la valériane himalayenne (Nardostachys grandiflora), ainsi que la scrophulaire himalayenne, Neopicrorhiza scrophulariiflora. Parmi les espèces de champignon, le Cordiceps sinensis était la plus recherchée, étant l’une des espèces les plus chères de la pharmacopée chinoise.

8 Ils étaient sélectionnés par rapport à leur capacité à gérer des problèmes sociaux contrairement aux agents des parcs nationaux français plus portés vers des savoirs naturalistes.

© IRD Éditions, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540