Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Sous le développement, le genre

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Hélène Guétat-Bernard

Partie 2. Champs d’étude

Chapitre 9

Travail, famille et agriculture. Enjeux de genre et de développement, perspective Nord-Sud

Hélène Guétat-Bernard

Testo integrale

Introduction

1L’augmentation de la population mondiale de 34 % dans les 40 prochaines années va générer une demande additionnelle de nourriture, d’énergies et de fibres. Pour nourrir les 2,3 milliards de personnes supplémentaires qui vivront sur terre en 2050, la production alimentaire devra augmenter de 60 %, et de 77 % dans les pays en développement (FAO, 2011). Les régimes alimentaires évoluent déjà (plus d’alimentation carnée, sucrée, grasse pour répondre à la demande de populations plus urbanisées), alors même que les contraintes sur les ressources environnementales se multiplient en lien avec les changements globaux. Dans ce contexte, le dernier rapport de la FAO, centré sur les questions de genre en agriculture, dénonce le maintien des inégalités femmes-hommes et démontre que leur diminution générerait des gains sociétaux, économiques et environnementaux significatifs. Le message est clair : « les femmes sont des acteurs clés de l’augmentation à la fois de la productivité agricole et de la production » (FAO, 2011). Pourtant, elles font face à des contraintes de genre spécifiques dans l’accès aux ressources productives, aussi bien la terre, l’eau, les intrants qu’aux connaissances techniques, ou aux services financiers. Cet accès différencié explique que les terres travaillées par les femmes, selon les cultures, sont de 20 à 30 % moins productives que celles des hommes (cf. ibid.). La FAO fait le constat qu’une agriculture féminine plus productive peut avoir des effets multiplicateurs avec des bénéfices sociaux dans le long terme en améliorant les conditions de vie des femmes (plus de temps libre, moindre pénibilité), tout en revalorisant leur statut et leur pouvoir au sein des familles et au-delà et en améliorant leur position économique et sociale au sein de la famille et de la société. Ainsi, explicitement, la nécessité de prendre en compte dans les politiques de développement agricole les questions de genre – reconnaissance des places, des statuts, des droits hiérarchisés et inégalitaires des femmes vis-à-vis des hommes – ne relève pas seulement de préoccupation égalitaire, mais clairement d’efficacité, au risque d’une instrumentalisation.

2Ces éléments du débat sont bien connus comme l’est la dénonciation des effets de concurrence entre agriculture de firme et agriculture familiale. Les questions de faim et d’insécurité alimentaire reviennent au-devant de la scène, car la deuxième hausse importante en 2008 des prix des denrées alimentaires depuis la Seconde Guerre mondiale (la première étant dans la décennie 1970), paradoxalement, est tout aussi contraignante pour les pauvres des villes que des campagnes. En effet, les spéculations actuelles sur les prix agricoles s’inscrivent dans une baisse tendancielle, sur le long terme des prix agricoles réels (Mazoyer et Roudart, 2011). La différence de productivité, autant pour les cultures vivrières que les cultures destinées aux marchés, entre l’agriculture de firme (autant celle du Nord que du Sud) et l’agriculture paysanne ou familiale, s’est alors traduite pour les paysans les moins productifs par des prix de production supérieurs aux prix de marché (ibid.). En conséquence, depuis plusieurs décennies, une part de plus en plus forte des paysans décapitalise (incapacité d’améliorer et même de renouveler le matériel productif, d’acheter des intrants efficaces, de préserver la fertilité des sols), s’endette, est sous-alimentée, s’inscrit enfin dans la pluriactivité et la mobilité contrainte : « son développement a été bloqué » (ibid.). Si l’identité paysanne continue d’être façonnée par le lien à la terre et au travail agricole, le travail de la terre structure de moins en moins les systèmes d’activités. On parle aussi de féminisation de l’agriculture dans certains contextes de fortes migrations sans que les femmes aient automatiquement plus de contrôle sur le foncier ou même les choix productifs (Feldman, 2009). Les familles paysannes s’inscrivent alors dans des systèmes familiaux qui articulent lieu de référence, le village, et de multiples lieux d’insertion, à l’échelle régionale, nationale, internationale, des différents membres de la famille regroupés ou isolés, y compris les femmes de plus en plus mobiles. Pour des raisons de poids démographique et d’insécurité alimentaire, la question rurale et agricole qui a été négligée depuis 30 ans (baisse des aides publiques, par exemple) redevient aujourd’hui centrale dans les préoccupations du développement.

3Dans ces éléments de cadrage, indiquons aussi les correspondances entre les dynamiques qui s’opèrent au Nord et au Sud : ces cinquante dernières années, mais plus encore depuis trente ans, les conséquences de la globalisation et de la libéralisation des marchés agricoles ont des effets communs sur les paysanneries et les agricultures familiales au Nord, au Sud, à l’Est. En France par exemple, la chute du nombre d’exploitations agricoles familiales est préoccupante, alors qu’au Sud, on vient de le voir, la paupérisation et l’exode agricole le sont tout autant ; la transition du communisme à l’économie de marché à l’est de l’Europe s’est de la même manière accompagnée d’un grand désarroi des dernières paysanneries européennes.

4Le contexte agricole a aussi été précurseur dès les années 1970-1980, au sein des études féministes, pour cristalliser un certain nombre de débats, en particulier autour de trois questions : le rapport à la technique et les effets de la modernisation agricole ; les liens entre travail productif et reproductif et le système exploitation agricole-famille ; l’écoféminisme. Il serait d’ailleurs intéressant d’aller plus loin que cet article est capable de le proposer dans la généalogie des interactions et diffusion d’analyses et de concepts entre féministes du Nord et du Sud, entre mouvements de femmes rurales au Sud et au Nord. Également dans la manière dont les travaux et engagements féministes ont eu des échos dans le monde académique et social et inversement, comment les luttes féministes et les luttes des femmes ont des liens avec les revendications actuelles autour d’autres formes d’agriculture, notamment l’agroécologie ? Nous présentons, dans une proposition synthétique qui se veut à la fois historique et comparative entre le Nord et le Sud, deux questions vives qui sont centrales aujourd’hui autour des thèmes de genre et développement rural et agricole : celle du travail et du statut des femmes dans le contexte de l’agriculture familiale ; celles autour de l’alimentation et du « care environnemental ». Les références à des contextes précis sont principalement ceux du Brésil et de la France. La mise en correspondance de la situation de ces deux pays, deux grandes puissances agro-industrielles, est intéressante car même si les contextes sont fort différents, les combats des femmes se sont exprimés dans des temporalités et autour d’enjeux communs. La densité des échanges scientifiques entre les deux pays a favorisé également des lectures croisées et la circulation des idées.

Le concept d’exploitation agricole familiale et le travail des femmes

5Le modèle de l’agriculture familiale est l’un des grands paradigmes qui a accompagné l’évolution du monde agricole depuis le milieu du xxe siècle. En Europe, il a structuré les politiques de modernisation agricole autour de la PAC, alors qu’en Amérique latine le changement de vocabulaire à partir des années 1980, de paysannerie à agriculture familiale dans la littérature scientifique, mais plus encore dans les politiques publiques, témoigne d’une place nouvelle accordée aux petits producteurs. Cette première partie est centrée sur la manière dont les mouvements de femmes et les penseur-e-s féministes interrogent la nature des rapports de genre dans les rapports au travail des paysans-paysannes et des petits agriculteurs-agricultrices.

6Certes, la situation de l’agriculture familiale entre le Brésil et la France n’est pas identique. En France, l’exploitation agricole familiale a accompagné et justifié la modernisation agricole d’après-guerre. Au Brésil au contraire, le secteur de l’agriculture familiale depuis la conquête coloniale a été marginalisé, interstitiel (Sabourin, 2007), délaissé et discriminé. En 2006, suite au processus de démocratisation du pays, la création du ministère du Développement agraire a permis pour la première fois dans l’histoire brésilienne un changement de posture de l’État. Face au ministère de l’Agriculture et de la Pêche, consacré à l’agrobusiness, cette dichotomie accentue le caractère productif de l’un et « alloue une dimension plus sociale et surtout environnementale à l’autre » (Léonard et al., 2009). Dans le même temps, l’opposition entre cette agriculture et l’agriculture de firme dont les enjeux à l’exportation sont majeurs est institutionnalisée. Pourtant, dans ces deux contextes français et brésilien, la question du travail des femmes sur les exploitations agricoles a non seulement des traits communs, en dépit de la grande diversité des situations, y compris dans chacun des pays et des régions agricoles, mais on peut aussi rapprocher les temporalités et les objets des analyses féministes et des engagements des femmes pour la défense de leurs droits.

Confrontation entre un rapport familial et un rapport de travail

7En Europe par la PAC, et particulièrement en France, le modèle de l’agriculture familiale fondé sur deux actifs – l’agriculteur et sa femme, donc sur le couple – a accompagné la modernisation agricole. Souhaité par le traité de Rome de 1957 et mis en œuvre via les lois d’orientation de l’agriculture de 1960-1962, ce modèle associe l’activité productive à la famille agricole. Il s’accompagne de la professionalisation, de la technicisation des gestes et des pratiques et d’une nouvelle répartition des tâches sur l’exploitation.

  • 1 Selon Miriam Nobre, les agricultrices représentent un des secteurs les plus organisés des mouvement (...)

8Au Brésil, le tournant néolibéral des années 1980 et les formes de modernisation du secteur agricole ont marginalisé l’agriculture familiale. Pendant longtemps, les combats des femmes pour faire reconnaître leur place en agriculture ont été peu entendus par les mouvements sociaux, y compris au sein des mouvements de lutte pour la défense des intérêts des « travailleurs ruraux » (Servolo de Medeiros, 2011). Le paradigme dominant étant celui de la lutte de classe, la voix des femmes a été circonscrite (Galgani Silveira Leite Esmeraldo, 2013). Au moment où la lecture politique de la place de ce secteur passe d’une relégation à une reconnaissance, via un changement de paradigme autour du développement durable, s’observe un rapprochement d’intérêt entre mouvements des femmes rurales et mouvements sociaux. Nous formulons l’hypothèse que les engagements politiques des femmes rurales liés ou non aux idéaux féministes ont contribué au Brésil à une sensibilité et un rapprochement entre, d’un côté les préoccupations féminines au sein des exploitations agricoles familiales et, de l’autre, les mouvements de défense de l’environnement et d’une vision plus intégrée des liens entre agriculture et territoire1. Nous proposons de reprendre les éléments du débat autour de l’agriculture familiale et les rapports sociaux de genre en regard de la question du travail. Les regards croisés entre la littérature féministe en France et au Brésil permettent d’enrichir les analyses et surtout de comprendre les points de similitudes et de différences.

9Au Brésil, Maria de Nazareth Baudel Wanderley (1998) caractérise l’agriculture familiale comme une forme sociale d’agriculture fondée sur la relation entre propriété, travail et famille. En France, Alice Barthez (1982) a aussi théorisé l’agriculture familiale comme étant lié à l’ambiguïté de l’articulation entre un rapport social familial et un rapport de travail. Le concept d’agriculture familiale a ainsi participé à la difficulté de reconnaissance du travail des femmes sur l’exploitation. L’invisibilité du travail des femmes (Boserup, 1970 ; Michel, 1985) y est à la fois évident (et rejoint en cela les analyses autour du travail des femmes dans d’autres contextes) et ambigu. Quoiqu’il en soit, trente ans plus tard, avec l’essor des études sur le genre, les axes problématiques n’ont plus rien d’hérétiques et sont même devenus centraux en sciences sociales pour analyser le fonctionnement des entreprises familiales en général, la prise en charge des personnes dépendantes, la place de l’argent dans les rapports familiaux (Bessière et al., 2008).

  • 2 « À la dépendance de la collectivité à l’égard de la femme pour sa reproduction, s’ajoute une dépen (...)

10Les études féministes ont contribué à critiquer la pensée moderne construite sur la séparation des sphères productives/reproductives et publiques/privées. Or, le monde domestique est dominé par la figure du chef de famille et « l’appartenance à une maison, comme territoire dans lequel s’inscrit la relation de dépendance domestique » (Boltanski et Thevenot, 1991 : 116). La distinction des sphères a consisté ainsi en un paradoxe : le maintien de la maison dans l’univers du don a préservé les échanges en son sein sous la forme d’une ample circulation de générosités nécessaires. Mais, dans le même temps, la mise à l’écart des relations marchandes – liées à l’intérêt, à l’utilité, la rationalité mais aussi à la valorisation de soi – a assuré politiquement, et économiquement, le maintien des femmes dans la dépendance et l’oubli de soi vis-à-vis du mari qui est aussi symboliquement le père. Fondé sur le concept d’agriculture familiale, des confusions s’opèrent ainsi liées aux distinctions dans la construction de la valeur économique entre sphère de travail productif et reproductif, marchand/non marchand, privé/public, dedans/dehors. La difficulté de reconnaissance du travail des femmes en agriculture tient ainsi à l’intrication des sphères productive/reproductive dont l’analyse est classique pour les féministes, mais qui est singulière dans ce contexte particulier en raison d’une des fonctions particulières de l’agriculture, celle de produire de la nourriture2 et du soin (aux animaux, aux paysages, aux vivants), nous y reviendrons. Claude Meillassoux (1975), selon le courant d’une anthropologie économique marxiste, a fait, dès les années 1970, une proposition théorique pour articuler les questions de parenté avec celles de l’organisation économique et sociale. Le contrôle matrimonial par le pouvoir politique explique, selon lui, l’articulation du productif au reproductif. Dans les sociétés paysannes, il a expliqué que l’organisation de la communauté domestique repose sur une double contrainte : « les rapports de production » – avec la question centrale du rapport à la terre –, mais aussi de « reproduction » de la cellule productive. Loin d’être disjoints, ces deux rapports interagissent et donnent à la domination masculine « des causes intimes et lointaines ». Il a montré comment l’économie domestique paysanne, marquée par la production vivrière, qualifiée aux mains des femmes par l’histoire coloniale, appartient à la sphère de circulation du capitalisme. La dynamique de ce dernier reposerait, en effet, sur sa capacité à faire porter le coût de la reproduction de la main-d’œuvre (ouvrière) sur l’agriculture paysanne, marquée en dernier ressort par des rapports de domination pesant sur les femmes. La fragilisation des agricultures vivrières depuis 30 ans, en créant une crise de reproduction des unités familiales, « fissure ce lien organique entre économie domestique et capitalisme » (Verschuur, 2011).

11L’agriculture familiale porte sur une ambiguïté qui tient à la confusion entre l’approche agro-économique et sociologique de la famille en agriculture. Alors qu’en France dès les années 1950 et au Brésil depuis les années 1990, les agro-économistes insistent sur l’efficacité du système productif de l’agriculture familiale, les sociologues questionnent les logiques de fonctionnement des familles agricoles. La question est double. D’une part, il s’agit de comprendre ce qui se joue sociologiquement dans le passage entre les logiques paysannes et les logiques des familles d’agriculteurs en termes de rapport de genre : clairement comment se reconfigurent dans ce passage les rapports patriarcaux qui au Brésil ou en France structurent les rapports familiaux et ceux de la société locale ? Bien évidemment, il ne s’agit pas de reprendre une classification inopérante entre un avant et un après, en un mot entre ce qui serait des rapports sociaux modernes vis-à-vis de rapports sociaux traditionnels, mais bien de mesurer les traces, les remobilisations, les réorganisations ou les ruptures. D’autre part, comment s’articulent les logiques économiques et les logiques sociales entre unité de production et unité familiale et comment peut-on lire une reconfiguration éventuelle des rapports de genre dans ce passage entre une activité agricole pensée et vécue comme un monde en soi et une activité agricole qui est sensée devenir un métier et un engagement professionnel comme un autre ? Les évolutions peuvent diverger alors entre de jeunes exploitantes qui adoptent les stéréotypes masculins pour mieux s’insérer dans un monde d’hommes ou celles qui s’appuient, inconsciemment ou en le revendiquant, sur des représentations incorporées du féminin (soin, don de soi) pour notamment défendre une autre agriculture plus précautionneuse des lieux, des gens, du vivant.

12Depuis les années 1950 en France, c’est le modèle quasi unique de l’agriculture familiale qui a été vivement remis en cause par l’expression de rapports sociaux de sexe à l’intérieur même des familles agricoles. Ainsi, dans le système de couples d’agriculteurs promu dans les années 1960, les mères confrontaient leurs filles à « une socialisation domestique » et les décourageaient de reprendre l’exploitation ou de se marier avec un fils d’agriculteurs d’une autre famille (Rieu et Dahache, 2009). Cette exclusion forcée des filles du secteur agricole a entraîné, en France comme au sud du Brésil dès les années 1950, également un exode rural féminin, laissant les garçons agriculteurs célibataires (Bourdieu, 2002 ; Wanderley, 1998). Par ailleurs, la baisse du besoin en main-d’œuvre familiale, et particulièrement en main-d’œuvre féminine, s’explique aussi par les effets sexués de l’augmentation de la productivité du travail par la moto-mécanisation de beaucoup de tâches agricoles dès les années 1960-1970 dans les deux contextes. En Europe, et tout particulièrement en France, se pose la question très sensible de la reprise des exploitations : il existe donc un enjeu très fort pour la profession autour de la décision des femmes de s’installer.

13Toutes n’ont pas cependant quitté le monde agricole et les femmes qui sont restées en agriculture se sont battues au Brésil et en France pour la revalorisation de leur statut, « d’aide familiale » à cheffe d’exploitation, via des structures sociétaires qui leur étaient plus favorables (GAEC : Groupement agricole d’exploitation en commun, mais surtout EARL : Exploitation agricole à responsabilité limitée pour la France), et au Brésil comme en France, pour une reconnaissance des droits à une pension de vieillesse (Michel, 1985 : 269), au congé maternité notamment. Les enfants, en fait les fils, ont questionné la famille comme organisation productive contrairement aux représentations dominantes qui la pensaient comme lieu d’entraide et de solidarité ; ils ont obtenu dès 1973 un statut sur l’exploitation passant d’aides familiaux, comme leur mère, à associés d’exploitation dans les nouveaux GAEC qui se multiplient dans les années 1970. « L’ordre de genre » (Connel, 1987) qui prévaut en agriculture n’a pas permis aux épouses d’en bénéficier. Mais celles qui n’ont pas quitté l’agriculture se sont battues, parallèlement aux mouvements sociaux des luttes féministes, pour d’autres choix. Inscrivant leur lutte dans la transformation des métiers en agriculture, et contestant leur éviction de l’exploitation par la modernisation des tâches, elles ont défendu la reconnaissance d’un vrai statut professionnel qui définisse leur fonction sur l’exploitation (Barthez, 1982 : 2005). Partie prenante d’un univers de travail et d’un monde social qui place « l’unité domestique au fondement de l’unité productive » – rendant compte de l’ambiguïté du concept même d’exploitation agricole familiale –, les agricultrices, et c’est là le point important, se sont « montrées très attachées à une agriculture familiale ». Alice Barthez poursuit : « au lieu du salariat qui individualise, les agricultrices optent pour une reconnaissance professionnelle depuis la conjugalité familiale. (…) Le couple est la référence d’où elles revendiquent des rapports (de travail et de statut) égalitaires au lieu d’une distinction hiérarchisée » (Barthez, 2005). « On ne peut rien faire si on n’est pas tous les deux » nous dit de son côté une agriculture du Sud-Ouest aujourd’hui (Guétat-Bernard et al., 2013). Mais cet attachement crée des situations complexes car, dans le même temps où des avancées essentielles sont effectives dans la reconnaissance du statut des femmes dans l’entreprise agricole familiale depuis les années 1980, cette reconnaissance, voire leur identité professionnelle, restent fortement liées aux liens matrimoniaux qui les unissent à un chef d’exploitation, en Amérique latine comme en Europe. Finalement, que ce soit vis-à-vis de la place effective des femmes dans les choix productifs de l’exploitation, de la socialisation à la reprise de l’exploitation, au moment des choix sexués de scolarisation (Dahache, 2011) et de formation ou lors de la transmission du patrimoine productif, on observe des évolutions lentes entre les constats des années 1980 et d’aujourd’hui. La profession agricole, en France comme dans bien d’autres campagnes du monde, reste un « monde d’hommes » (Barthez, 1982, 1994 ; Lagrave et al., 1987 ; Bessière et al, 2008 ; Rieu et Dahache, 2009 ; Granié et al, 2011). Par ailleurs, le modèle même de l’agriculture comme « métier de couple » n’est plus aussi unanimement accepté qu’avant, « ce modèle ayant été miné, surtout en bas de l’échelle sociale, par le célibat paysan, mais surtout le nombre de femmes actives salariées » (Bessière et al, 2008) depuis les années 1970. C’est pourquoi en France, un certain nombre de jeunes femmes choisissent le métier « d’agricultrice professionnelle alliant formation agricole et installation à titre individuel, impulsant le mouvement d’une remise en cause des modèles professionnels familiaux et conjugaux » pour se distancier de la détermination de genre assignée par le milieu rural (Rieu et Dahache, 2009). Une génération après les femmes des années 1980 qui revendiquaient l’articulation toujours étroite entre logique économique et logique familiale, un certain nombre de femmes choisissent ainsi la mise à distance de ce modèle pour une meilleure reconnaissance professionnelle. Au Brésil, la formation professionnelle des jeunes filles et l’accès au crédit accompagnent des formes timides d’évolutions similaires, même si le montant des crédits publics (Pronaf) obtenus est modeste et qu’une infime part est distribuée aux femmes (10 % des crédits accordés en 2005 [Nobre, 2005 : 72]).

La notion de travail sur une exploitation agriculture familiale

  • 3 ANR-Agriculture et développement durable, 2008-2010, « AMAZ-ES. Services écosystémiques des paysage (...)

14Les études féministes, en agriculture ou dans d’autres contextes de travail, se sont engagées dans les années 1970-1980 dans la déconstruction des oppositions entre travail productif et reproductif afin de rendre visible l’importance des heures de travail, mais aussi la valeur du travail des femmes. Christine Delphy (2000) a expliqué que le caractère productif ou non d’un travail n’est pas lié à sa nature, mais dépend du rapport social dans lequel il se réalise, d’où la complexité de son analyse dans le contexte de l’exploitation agricole familiale. On l’a vu, A. Barthez a développé la notion de rapport familial pour caractériser le travail effectué dans les exploitations agricoles. Elle estime qu’à travers l’agriculture est révélé le caractère productif du travail ménager (ou le caractère domestique du travail agricole). Pour ces deux auteurs, la distinction entre travail professionnel et domestique n’est pas pertinente, le tout étant un travail familial gratuit et donc non reconnu. Au Brésil, sur les fronts pionniers de l’Amazonie brésilienne, près de Maraba, les agronomes travaillant de longue date dans des programmes de recherche-action méconnaissent eux-mêmes les tâches et compétences des épouses sur l’exploitation lors des enquêtes3. Le travail domestique (au sens propre de : lié à la maison) des femmes en agriculture, s’il s’inscrit bien dans la division des tâches entre sexes, ne constitue pourtant pas un secteur marginalisé de la production sociale. Il comprend généralement une part importante de la production agricole et inclut la transformation des produits alimentaires pour leur consommation et leur conservation (Daune-Richard, 1982).

  • 4 Cette sociologue de la famille et spécialiste du monde rural français indique qu’à la campagne, rés (...)

15Geneviève Pilippi et Christian Nicourt (1987) rappellent, qu’en agriculture, les sphères domestiques et professionnelles sont si étroitement imbriquées qu’elles établissent une cohérence opératoire, mais que la productivité insoupçonnée qui en résulte induit une charge de travail importante et spécifique pour les femmes. Généralement, les économistes différencient le travail agricole en distinguant la sphère du productif, faisant l’objet de transaction sur le marché, de l’autoconsommation (produits non vendus, mais comptabilisés sur les comptes financiers de l’exploitation), enfin la sphère domestique. Ces approches, précisent Pilippi et Nicourt, ont en commun de se centrer sur la définition du produit pour trouver un statut au travail correspondant. La difficulté tient à la singularité du travail sur l’exploitation. En dehors du statut global du travail des femmes sur l’exploitation, Pilippi et Nicourt ont insisté dans le contexte français, mais leur analyse est proche des analyses dans d’autres contextes, y compris paysan, sur la diversité des tâches des femmes, mais aussi sur la cohérence de la gestion du temps pour entrecroiser activités (professionnelles) agricoles et domestiques : « la gestion de la complexité temporelle du travail des femmes en agriculture induit des relations structurelles entre le domestique et le professionnel. Elles ne distinguent pas toujours ces deux sphères l’une de l’autre, car elles forment un tout cohérent en regard du travail global d’une exploitation agricole familiale ». Inversement, cette structuration fondée sur l’imbrication des tâches est un atout, car il est au fondement d’une rentabilité et d’une efficacité du travail des femmes sur l’exploitation : « paradoxalement, la productivité du travail professionnel agricole auquel participent les femmes, est liée aux potentialités de leur travail dans la sphère domestique. Ainsi, c’est parce qu’elles sont disponibles et peuvent intervenir fréquemment, que la mortalité des animaux élevés en hors-sol est faible ». Au Brésil également, sur le front pionnier de Maraba, plusieurs « femmes d’éleveurs » ont fait part, lors des entretiens, d’attention, de proximité et de compétences dans le soin au bétail qui ont permis de sauver des bêtes. À partir d’une approche endogène et donc du regard que les agricultrices portent sur leur travail, la manière dont elles le « classent et le nomment, certaines activités revêtent résolument un caractère professionnel (élevage hors-sol, travaux des champs), ou domestique (préparation des repas, ménage, soins aux enfants, etc.). Les agricultrices hésitent à faire rentrer dans telle ou telle catégorie d’autres travaux, comme la tenue des comptes, les soins à la basse-cour, le jardin potager, tuer et préparer le cochon, etc. Pour ces activités, il n’y a pas de barrière entre ce qui est vendu ou consommé par la famille. Par contre, les femmes distinguent le dedans et le dehors, séparation qui ne recouvre pas le domestique et le professionnel », comme l’a aussi expliqué Martine Segalen4 (1980).

16Que nous indiquent ces analyses ? D’une part, que la distinction entre travail domestique et travail productif est souvent inopérante et s’accorde mal avec une autre classification souvent plus pertinente pour les paysannes et agricultrices, celle qui différencie le dedans et le dehors et, d’autre part, que la classification de toute activité sous le qualificatif de travail peut même être questionnée dans sa pertinence : ne faut-il pas aussi laisser des places au « sans prix », tout en lui accordant une grande valeur ? Les analyses d’Ann Whitehead (1999), dans le contexte de l’Afrique noire, mettant en garde contre les effets d’une qualification de toutes activités sous le dénominatif de « travail », doivent dans ce contexte être prises en considération, car elles invitent, elles aussi, à questionner le concept même de travail. Dans un souci de rendre visibles toutes les tâches des femmes (plateforme d’action depuis la conférence de Pékin en 1995), en particulier celles des paysannes, ne court-on pas le risque de remobiliser en revers une image coloniale stéréotypée d’hommes peu actifs (« lazy men »). Ann Whitehead précise que non seulement les tables de temps censées mesurer dans un objectif d’équité de genre le « travail » effectif des femmes et des hommes sont difficiles à établir, mais surtout elles se fondent sur des jugements de valeurs sur ce que serait le travail et en négatif le repos. La requalification en « travail » d’activité de « soin aux autres », par exemple, est sujette à discussion. Inversement, un certain nombre d’activités des hommes, notamment des activités sociales, devraient aussi, dans ce cas, bénéficier d’une requalification pour éviter de construire une inactivité, par certains égards, fictive des hommes. Enfin, ajoutons, les projets de développement au Sud qui ciblent les femmes peuvent aussi insuffler subrepticement un « esprit de comptes » et modifier ainsi le rapport au temps et aux autres.

Exploitation, famille, territoire : « une cause commune » ?

17Nous avons insisté sur les effets de genre relatifs à la confusion entre les logiques sociales familiales et les logiques économiques sur l’exploitation. Nous avons essayé d’en mesurer l’ambiguïté en regard de la reconnaissance du travail des femmes sur l’exploitation. Nous souhaitons insister maintenant sur un autre aspect de la question, celui du « bien commun » partagé et défendu au sein du couple pour la poursuite de l’activité sur la ferme ou l’exploitation. Si les mouvements de femmes paysannes et agricultrices se battent pour une reconnaissance de leurs droits, ce combat s’exerce souvent dans le contexte de la complexité de leur monde social : tout en questionnant les points politiques et les rapports de force qui peuvent expliquer les raisons de la non-reconnaissance de leur place au travail sur la ferme ou l’exploitation, elles se battent aussi pour préserver l’engagement commun qui lie la famille à la terre. De fait, bien des mouvements sociaux des femmes, au Nord comme au Sud, et ce depuis une prise en compte des effets de la modernisation agricole, se battent pour une articulation entre l’agriculture qu’elles pratiquent et leur cellule familiale (dans la diversité des contextes et des habitus socio-culturels), le territoire dans lequel leur activité s’inscrit, la terre cultivée, la qualité de la production alimentaire végétale et animale associée à une réflexion sur les effets des modes productifs sur le monde vivant animal (Salmona, 2003) et végétal (Howard, 2003 ; Oakley et Momsen, 2014 ; Pionetti, 2005). Ce combat des femmes ne leur est pas spécifique, mais il est précoce et s’est construit dans l’articulation de l’ensemble de ces revendications. Nous insistons ici sur la dimension systémique de l’analyse des femmes. C’est ce vécu transposé dans le combat politique et syndical qui donne une cohérence à l’engagement de ces femmes (Mujeres en lucha en Argentine, les mouvements autonomes des femmes rurales au Brésil et ailleurs). Leurs revendications trouvent écho aujourd’hui dans les mouvements pour l’agro-écologie (la généalogie des engagements et des propositions restant à faire).

Singularité du travail agricole

  • 5 Nous faisons l’hypothèse que le passage du paysannat à l’agriculture familiale a maintenu implicite (...)

18La distinction entre exploitation et famille est extrêmement difficile et pas toujours souhaitée par les femmes elles-mêmes : le fonctionnement d’une famille et d’une exploitation agricole peut alors être compris comme l’ajustement entre les nécessités de la production et celles de la reproduction d’une famille. L’agriculture serait-elle alors vraiment un métier comme un autre (Barthez, 2005) ? Cette articulation a été analysée dans les contextes des cultures paysannes. Mais ces liens demeurent dans le contexte de la modernisation agricole et le passage aux exploitations agricoles, pour autant celles qui demeurent familiales, c’est-à-dire celles qui utilisent prioritairement une main-d’œuvre familiale. Si l’on appelle patrimoine ce que des agriculteurs transmettent à leurs enfants au moment où ceux-ci deviennent eux-mêmes agriculteurs, le patrimoine des agriculteurs familiaux comprend à la fois un métier, des relations familiales et un statut foncier. « La parenté est en lien étroit avec le patrimoine territorial paysan » (Woortmann, 1995) : « le patrimoine transmis est le propre mode de vie » (Wanderley, 1998). Au Brésil, dans les mouvements d’assentamentos, « ce mode de vie serait donc un statut social d’agriculteur propriétaire et autonome qui travaille en famille5. Ce que les parents transmettent, ou souhaitent transmettre à leurs enfants, c’est un mode de vie centré autour de la famille travaillant ensemble, vivant proche et étant indépendant d’un patron » (ibid.). Dans le contexte des fronts pionniers au Brésil, aux territorialités instables qui dévoilent la grande diversité historique des rapports sociaux en agriculture dans ce pays, le rapport patrimonial à la terre n’a pu historiquement se construire comme en Europe (ou même au sud du Brésil qui a connu une installation de familles paysannes européennes dès le milieu du xixe siècle). Ce qui prime dans ce contexte est bien plus le statut de travailleurs libres par le biais de la propriété d’une terre que la terre est elle-même dont le rapport ne se joue pas comme un rapport patrimonial. Dans l’attente d’une durabilité des modes d’exploitation des milieux, comprendre les rapports qui se jouent entre hommes et femmes au sein des familles est essentiel, car les épouses sont souvent plus enclines à revendiquer une attache à la terre. Elle y ont planté des arbres et valorisent la proximité des services publics élémentaires (d’éducation, de santé, d’infrastructures), alors que leurs maris sont plus facilement engagés à s’enfoncer plus avant dans la forêt, si cela leur permet de valoriser leur statut de père associé aux liens de dépendance père/fils par le don de terre et le contre-don de travail gratuit (Arnauld de Sartre et al., 2006, 2013).

19Quels que soient les exemples que l’on mobilise, on constate souvent que la famille agricole rend compte d’une maisonnée et d’une parentèle où production agricole et domestique sont imbriquées et souvent unies autour d’une « cause commune » : le maintien de l’entreprise familiale est un objectif partagé (Bessière et Gollac, 2007) sachant que cette cause commune peut bien sûr aussi justifier, et c’est là toute l’ambiguïté, des rapports d’autorité et de domination. Le groupe familial demeure à la fois une maisonnée (entreprise familiale associée au bien, la maison, les terres) et une lignée (associée au patrimoine professionnel). Les femmes jouent souvent, dans la compréhension de ces liens, un rôle social défini culturellement et porteur de reconnaissance de leur place dans les continuums entre l’ici et là-bas (la ville, l’étranger), le proche et le lointain, le maintenant, l’avant et l’après (Guétat-Bernard, 2011). Ce rôle (re)produit du sens au collectif dans l’espace et le temps. Aux femmes est reconnue une position sociale singulière de connivence avec le temps et de fonction sociale d’accompagnement et d’aménagement des étapes de la vie et des traces de l’espace vécu. Par leurs pratiques (échange de plantes, organisation des rituels de vie et de mort, gestion des relations de voisinage, etc.), les femmes, en exerçant leurs fonctions et savoirs, « font » les passages (Verdier, 1979), c’est-à-dire fabriquent, en mêlant temps et espace, un collectif territorialisé. Le très beau témoignage d’Alix Morales (2011) traduit bien cet engagement en Colombie. Loin d’une vision passéiste dans laquelle le monde paysan a été enfermé, cette paysanne engagée donne des indicateurs de son identité qui croisent sa posture de femme, de paysanne, de mère, de syndicaliste. Elle apporte des éléments forts de revendication d’une agriculture territorialisée qui conteste une agriculture dénuée d’un rapport fort au lieu, à la singularité des ressources et savoir-faire locaux, au patrimoine semencier, ou encore à une nourriture de qualité. Sa prise de parole (qui articule consciemment ses rôles de femme, de mère, de productrice d’aliments et d’actrice qui façonnent un paysage et un territoire) est un acte politique fort qui s’insère dans un mouvement que l’on retrouve au Sud ou au Nord, celui du désir de retrouver du sens à l’acte de production agricole (recherché aussi par de plus en plus de consommateurs urbains par l’acte de manger). Ce qui nous intéresse dans ce témoignage, c’est d’analyser à quel point il rejoint un mouvement présent dans différents contextes et il rend parfaitement compte des enjeux d’une agriculture qualifiée de plurifonctionnelle. Le deuxième intérêt est que l’analyse que l’on peut faire de ce témoignage recoupe d’autres travaux sur les rôles sociaux de sexe dont les travaux féministes ont bien déconstruit les formes de domination sous-jacente : le rôle de mère, de nourrice. Pour autant, la force du discours tient au fait que ces rôles sociaux sont assumés par cette paysanne et revendiqués comme porteurs de valeurs humanistes et de richesse culturelle oubliée par l’agriculture productiviste et le modèle de développement actuel.

« Care environnemental » : un rapport central à l’alimentation

20Au tournant du nouveau siècle, se renforcent des préoccupations communes entre Nord et Sud : i) les questions alimentaires et agricoles (autour des questions de quantité – l’insécurité alimentaire – et de qualité, nature des liens producteurs/consommateurs, le retour du rural, de la question paysanne, l’agrobiodiversité, la pauvreté et marginalité des agricultures paysannes concurrencées par l’agriculture productiviste des Nords et des Suds, les achats de terre) ; ii) la détérioration des écosystèmes dans un contexte de changements globaux (risques exacerbés, réfugiés climatiques, raréfaction des ressources, en particulier l’eau, la terre, les arbres). Les questions environnementales sont sensibles, car la mondialisation construit l’image d’un monde fini et interdépendant. Les questions d’éthique environnementale, de responsabilité, de société du risque passent du cercle scientifique à celui des préoccupations sociétales. Dans ce contexte, les travaux sur le genre et le développement rural et agricole montrent que la place à la marge par rapport au modèle économique dominant – de ce qui a de l’importance et de la valeur économique – devient une ressource aux mains des femmes, celle d’autres manières de faire. Les travaux ne portent pas seulement sur les rapports d’inégalités hommes/femmes, mais aussi sur ce dont serait porteur « l’identique et le différent » masculin/féminin dans les rapports à ce qui a de la valeur. Les travaux sur le care, qui distinguerait une éthique de la justice d’une éthique de l’attention aux autres, apportent au débat des questions fondamentales (Laugier, 2012).

21Ainsi, les structures socio-spatiales sexuées ne présagent pas automatiquement de l’usage qui en est fait. Nous avons montré (Granié et Guétat-Bernard, 2006) que certes, l’expérience, toujours susceptible de produire du changement, s’inscrit dans des cadres socio-spatiaux qui imposent une place aux femmes (et aux hommes). Mais cette place, pour autant qu’elle assigne, peut aussi s’avérer une ressource pour l’action et la construction de l’expérience. Dans nos propres travaux, on démontre que de leur place socialement reconnue (liens à la nourriture et à la cuisine), à l’ordre du petit et du soin aux autres (le petit élevage, les bêtes, les enfants, les vieux, l’accueil de l’étranger, la gestion des réseaux sociaux, notamment de voisinage), les femmes rurales sont porteuses d’innovations souvent discrètes, mais pour autant décisives pour l’avenir des exploitations agricoles familiales et paysannes et les économies rurales (Granié et al., 2011 ; Guétat-Bernard et al., 2013).

22Autour de l’ensemble de ces questions, une entrée par les rapports de genre affirme sa pertinence scientifique et politique, notamment autour de deux enjeux majeurs. Le premier enjeu engage à une réécriture des liens sociétés/nature. L’enjeu actuel est de donner de la valeur à d’autres ontologies que celle affirmée par la modernité, celle du progrès (croissance économique/domination des écosystèmes). La pensée moderne est fondée sur l’idée de liberté comme valeur émancipatrice, mais d’une liberté singulière, celle du marché. Des éléments considérés comme trop près du corps (le travail) ou insérés dans les relations sociales (la terre, « le vivant ») deviennent des biens économiques. Depuis vingt ans, se généralise ainsi dans les Suds un marché de la terre. Cette situation renferme des ambiguïtés sur les rapports de genre : les femmes prennent part à ces dynamiques en revendiquant des nouveaux droits à la terre (qu’elles sont parfois en capacité d’acheter), accès fondamental pour assurer une autonomie économique et une reconnaissance sociale (Rao, 2011 ; Deere et Leon, 2001), d’autant, qu’y compris dans les campagnes, le nombre de femmes cheffes de famille s’accroît. Mais dans le même temps, cet accès privé à la terre détricote les droits communautaires ; or, l’accès aux ressources des terres communes est aussi essentiel pour les femmes pauvres (Agarwal, 1994). Les dénonciations sur le foncier concernent aussi le mouvement d’enclosure du vivant (savoirs anciens et collectifs sur la connaissance des plantes notamment) – brevet – poursuivant une évolution historique qui débute à la fin du xviiie siècle. Les conséquences hommes/femmes sont là aussi importantes. Le deuxième enjeu concerne la réinvention des liens entre l’économique et le social, pour retrouver et questionner de nouveau les fondements de l’échange entre don et marché (Revue du Mauss, 2012).

23Finalement les situations locales, situées et concrètes, c’est-à-dire spécifiques (comme le défend Alix Morales citée précédemment), dans lesquelles les activités, les compétences, les savoir-faire et savoir-être des femmes rurales au travail sont trop souvent marginalisés, deviennent des lieux d’engagement et de revendication. Les études féministes ont travaillé la déconstruction des catégories masculin/féminin et les hiérarchies sous-jacentes. L’enjeu revendiqué par bien des femmes au Nord comme au Sud est de donner une valeur sociale et économique à leur manière de faire et de voir autrement. L’engagement reproductif est revendiqué comme une valeur sociale, économique et politique (Degavre, 2011) dans un monde où on doit retrouver un sens au souci de l’autre, dans la diversité du monde vivant et non vivant. Il ne s’agit certes pas d’une vision différencialiste et essentialiste, mais de considérer que l’attention aux autres permet de réinscrire les relations sociales dans le souci de la différence, de l’agencéité, que l’on soit homme ou femme.

24On rejoint là une posture méthodologique en sciences sociales, celle de donner de la valeur sociale et scientifique à l’ordinaire, au quotidien, au répétitif qui est aussi l’espace-temps des femmes, à partir de la maison et de leur rôle social central de passage des temps et des espaces. La prise en considération scientifique du genre dans les rapports aux questions de développement/environnement n’a pas pour simple enjeu de rappeler que les rapports de genre s’inscrivent dans des modes de catégorisation et de nomination du réel (Scott, 1988, 2009). Ces savoirs/pouvoirs situés façonnent des préoccupations/responsabilités qui peuvent être différenciées, en lien par exemple avec la gestion des ressources environnementales. Il s’agit de montrer comment, de ces places sociales différenciées, est questionné le modèle actuel de développement : c’est la question de la hiérarchie des valeurs qui est à reconsidérer (Guétat-Bernard et Saussey, 2014). Face aux enjeux des changements environnementaux, il est urgent de préserver par exemple l’agrobiodiversité dont sont souvent garantes les paysannes (Howard, 2003 ; Pionetti, 2005 ; Radcliffe et Pequeño, 2010). La diversité semencière qui est en jeu n’est pas seulement importante pour la préservation d’une variété de goût ; ce sont les capacités d’adaptation à la vulnérabilité qui sont en jeu. Bien évidemment, le débat ne porte pas sur une essentialisation du féminin ou du masculin. Cette question traverse pourtant les travaux sur l’écoféminisme, en particulier ceux qui défendent une nature féminine censée être plus proche des préoccupations environnementales construisant ainsi un lien entre positions sociales et nature biologique des femmes (Mies et Shiva, 1993). Nous portons au contraire notre attention sur l’écoféminisme et les mouvements des femmes du Sud qui articulent revendications sociales et engagements éco-citoyens, porteurs de changements moraux, mais revendiquant aussi des changements politiques. Pour les écoféministes du Sud, « la lutte pour la survie qui s’intensifie dans le monde en développement met en évidence la base matérielle » (Agarwal, 2007 : 31) du lien entre genre et environnement : les questions environnementales posent des questions de première importance lorsque les bases matérielles de la vie se dégradent (baisse de fertilité des sols, dégradation des couverts forestiers, érosion, pollution, etc.) et que cette dégradation affecte la vie des hommes et des femmes et les rapports qu’ils entretiennent entre eux. Bina Agarwal défend l’idée qu’il est important de rechercher une voie pour faire reposer le souci d’autrui et de l’environnement sur des bases matérielles et politiques. Il est ainsi central de travailler sur les rapports hommes/femmes inscrits dans les jeux de pouvoir et de maîtrise des capitaux de différentes natures, sur les places au travail, mais aussi sur les rôles, les comportements et responsabilités en regard de la maison (comme concept central majeur) et des collectifs. Tous ces éléments donnent des indications sur les logiques sociales des hommes et des femmes dans la diversité de leur appartenance et identification : par exemple, les pratiques agricoles des paysannes seront plus ou moins précautionneuses de la fertilité du sol selon les rapports juridiques qui les lient à la terre qu’elles cultivent et selon les systèmes de contraintes à partir desquels elles agissent (Rocheleau et al., 1996).

Conclusion

25L’agriculture est marquée aujourd’hui par des évolutions radicales qui traduisent une grande diversité de contexte dans lequel les rapports de genre s’exercent entre la figure du paysannat, de l’agriculture familiale ou de l’agriculture entrepreneuriale. Le monde agricole au Nord comme au Sud est marqué par une grande diversité de situations en termes de rapports de production, de situation socio-économique, d’orientation productive, de taille de l’exploitation, du patrimoine familial, etc. Selon ces contextes, les études de genre en agriculture se sont centrées sur les conditions d’accès aux ressources (en particulier la terre, l’eau, la main-d’œuvre, le crédit), la répartition de la valeur de ce qui est produit entre la maison et le marché, les relations sociales et les mécanismes de différenciation entre la famille, l’unité de production et l’extérieur, les conditions d’insertion de la paysannerie dans la société globale. Le retour aujourd’hui du terme de paysan rend compte d’un mouvement en faveur d’une agriculture plus respectueuse des hommes et des lieux. Les mouvements de femmes paysannes ou agricultrices se sont engagés tôt, dès les années 1970, dans une critique du modèle modernisateur, tout en refusant une grille de lecture évolutionniste. Le mouvement de modernisation agricole a eu tendance à stigmatiser l’archaïsme paysan ; à l’inverse, les critiques portées au productivisme agricole ont eu tendance à enchanter le passé (privilégiant une image déformée de la stabilité et de l’unité des communautés rurales traditionnelles). Les mouvements de femmes rurales au Nord comme au Sud, longtemps peu relayés et entendus par les syndicats agricoles, ont dénoncé les rapports de patriarcat au sein des familles. Elles ont revendiqué une reconnaissance de la diversité de leurs tâches, de leurs compétences et de la valeur de leurs productions, y compris dans l’articulation au marché. Dans le contexte de la globalisation, c’est-à-dire de l’extension du capitalisme qui insère de nouveaux biens, gens et lieux au marché, ces mouvements de femmes rurales revendiquent, dans une vision englobante et systémique, et selon une place socialement construite, de réinsérer les pratiques agricoles dans leurs liens au monde vivant et non vivant, au paysage, au territoire, à la collectivité. Les ressources « naturelles » (terre, eau, plantes) ne sont pas des biens comme les autres. Le rapport nourricier que souvent ces femmes revendiquent est un rapport d’attention aux autres, qui réinterroge la valeur du don et du hors marché. Une attention est particulièrement portée aux rapports à maintenir entre le social (la famille et les autres formes d’engagement collectif) et le productif. La meilleure inclusion et reconnaissance des femmes dans la définition des politiques agricoles au Nord comme au Sud ne relève donc pas seulement d’une recherche d’efficacité économique, mais bien d’une perspective de reconnaissance et de légitimation de leurs savoirs et pratiques ouvrant une réflexion sur les valeurs associées à la production agricole. « Les organisations paysannes brésiliennes se battent pour la réforme agraire et pour des pratiques moins destructrices de l’environnement. En leur sein, les agricultrices disent aussi qu’une agro-écologie est une question de genre » (Nobre, 2005 : 71).

Bibliografia

Agarwal B., 1994 – A field of one’s own : Gender and Land Rights in South Asia. Cambridge, Cambridge University Press.

Agarwal B., 2007 – « Le débat femmes et environnement : les apports de la réflexion en Inde ». In Verschuur C. (dir.) : Genre, mouvements populaires urbains et environnement, Cahiers du genre et développement,6 : 31-41. Traduit de l’anglais « The Gender and Environment Debate : Lessons from India ». In Visvanathan N., Duggan L., Nisonoff L., Wigersma N. (dir.), 1997 : The Women, Gender and Development Reader, Londres, Zed Books : 68-75.

Agarwal B., 2010 – Gender and Green Governance. The Political Economy of Women’s Presence Within and Beyond Community Forestry. New Delhi, Oxford, 488 p.

Arnauld de Sartre X., Guétat-Bernard H., Diniz Guerra G., 2006 – Contrôle de la natalité des familles paysannes et stabilisation des fronts pionniers en Amazonie orientale brésilienne Autrepart, 2554 : 21-38.

Arnauld de Sartre X., Granchamp Florentino L., Diniz Guerra A. G., Mastop-Lima L., Margarida Negreiros Alves A., Guétat-Bernard H., 2013 – « O “bom” casamento em áreas de fronteira ou a difícil autonomização das “tarefas” femininas em área de fronteira ». In Pessanha Neves Delma, Servolo Medeiros Leonilde (org.) : Mulheres Camponesas, trabalho productivo e engajamentos politicos, Rio de Janeiro, Alternativa, 431 p.

Barthez A., 1982 – Famille, travail et agriculture ? Economica.

Barthez A., 1994 – Le patrimoine foncier des agriculteurs vivant en couple. Agreste Cahiers, 17-18 : 23-36.

Barthez A., 2005 – Devenir agricultrice : à la frontière de la vie domestique et de la profession. Économie rurale, 289-290 : 30-42.

Bessière C., Giraud C., Réhany N., 2008 – Famille, travail, école et agriculture. Revue d’Études en agriculture et environnement, 3 (88) : 5-19.

Bessière C., Gollac S., 2007 – Le silence des pratiques. La question des rapports de genre dans les familles d’« indépendants ». Sociétés & Représentations, 2 (24) : 43-58.

Boltanski L., Thevenot L., 1991 – De la justification. Les économies de la grandeur. Paris, Gallimard, Essai, 483 p.

Boserup E., 1970 – Woman’s Role in Economic Development. London, Earthscan Publ.

Bourdieu P., 2002 – Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn. Paris, Seuil, coll. Point, 266 p.

Brumer A., 2008 – Gender relations in family farm agriculture and rural urban migration in Brazil. Latin american perspectives, 35 (6) : 11-28.

Connel R., 1987 – Gender and Power : Society, the Person and Sexual Politics. London, Polity.

Dahache S., 2011 – La féminisation de l’enseignement agricole en France. Thèse de sociologie, université Toulouse 2 le Mirail.

Daune-Richard A. M., 1982 – Sociologie du développement ou développement de la sociologie : la question des femmes et de leur travail. Tiers-Monde, 23 (90) : 375-387.

Deere C., Leon M., 2001 – Empowering Women : Land and property rights in Latin America. Pittsburgh, Univ. of Pittshurgh Press.

Degavre F., 2011 – « La pensée femmes et développement ». In Guérin I., Hersent M., Fraisse L. (dir.) : Femmes, économie et développement, Toulouse, Erès/IRD : 63-68.

Delphy Ch., 2000 – « Égalité, équité, équivalence » In : L’ennemi principal, tome 2, Paris, Éditions Syllepses.

FAO, 2011 – La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture. Le rôle des femmes dans l’agriculture. Combler le fossé entre les hommes et les femmes pour soutenir le développement 2010-2011. Rome.

Feldman N., 2009 – Migration de l’oppression. Rapports sociaux de sexe et division du groupe de femmes au sein d’un segment de lignage originaire de la région de Kayes (Mali). Thèse EHESS.

Galgani Silveira Leite Esmeraldo G., 2013 – « Femmes en mouvement : la naissance d’une existence sociale, politique et professionnelle ». In Guétat-Bernard H. : Féminin/masculin, Genre et agricultures familiales, Montpellier, Quae, coll. Nature et Société : 101-111.

Garcia Afrânio R., Jr., 1983 – Terra de trabalho. Trabalho familiar de pequenos produtores. São Paulo, Paz e Terra, 236 p.

Granié A. M., Guétat-Bernard H., 2006 – Empreintes et inventivités des femmes dans le développement rural. Toulouse-Paris, PUM-IRD, coll. Ruralités Nord-Sud, 328 p.

Granié A. M., Guétat-Bernard H., Terrieux A., 2011 – « Initiatives féminines en agriculture et dynamiques des territoires ruraux ». In Ferréol G. (dir.) : Femmes et agricultures, Bruxelles, EME Éditions, coll. Proximités sociologie : 143-155.

Guétat-Bernard H., 2011 – Genre et Développement rural et rapports de genre. Mobilité et argent au Cameroun. Rennes, PUR, 313 p.

Guétat-Bernard H. (éd.), 2014 – Féminin/masculin, genre et agricultures familiales. Montpellier, Quae, coll. Nature et Société, 247 p.

Guétat-Bernard H., Granié A. M., Terrieux A., 2013 – « Lieu, espace, mobilités spatiales : lecture des dynamiques de genre dans les exploitations agricoles familiales en France et au Cameroun ». In Kamala M., Raibaud Y. (sous la direction de) : Genre et construction de la géographie, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine : 223-238.

Guétat-Bernard H., Saussey M. (éd.), 2014 – Genre et savoirs. Pratiques et innovations rurales au Sud. IRD Éditions, coll. À travers champ, 291 p.

Howard P. 2003 – Women and plants. London, Zed book, 298 p.

Lagrave R. M., 1999 – Les agricultrices et la récurrence de l’économie du dévouement. Paris, Aménagement de la Nature, 132 : 41-62.

Lagrave R. M., Albert C., Berlan M., Caniou J., Perrot M. (sous la dir.), 1987 – Celles de la terre. Agricultrice, l’invention politique d’un métier. Paris, EHESS, 254 p.

Laugier S., 2012 – Tous vulnérables ? Le care, les animaux, l’environnement. Paris, Payot, 316 p.

Léonard E., Bonnal P., Foyer J., Pereira Leite S., 2009 – La construction normative du développement durable dans les contexte de sa « mise en politique ». Une analyse par les dépendances de sentier au Brésil et au Mexique. Monde en développement, 4 (148) : 67-84.

Mazoyer M., Roudart L., 2011 – « La fracture alimentaire et agricole mondiale : état des lieux, causes, perspective, propositions d’action ». In Verschuur V. : Du grain à moudre. Genre, développement rural et alimentation, Actes des Colloques Genre et Développement, Berne, DDC-Commission nationale suisse pour l’Unesco, Genève, IHEID.

Meillassoux Cl., 1975 – Femmes, greniers et capitaux. Paris, Maspéro, 251 p.

Michel A., 1985 – Dix ans d’interruption des sciences sociales dans le domaine du travail des paysannes. Tiers Monde, 26 (102) : 261-271.

Mies M., Shiva V., 1993 – Ecofeminism. Zed books, 328 p.

Morales A., 2011 – « Soberania alimentaria. Experiencia de resistencia de las mujeres campesinas de Inza Tierradentro Colombia ». In Verschuur V. : Du grain à moudre. Genre, développement rural et alimentation, Actes des Colloques Genre et Développement, Berne, DDC-Commission nationale suisse pour l’Unesco, Genève, IHEID : 331-341.

Nobre M., 2005 – Quand la libération des femmes rencontre la libération des semences. Mouvements, 2005/4 (41) : 70-75. DOI : 10.3917/mouv.041.0070

Oakley E., Momsen J. H., 2014 – « Les liens entre genre, agrobiodiversité et gestion des semences ». In Guétat-Bernard H., Saussey M. (éd.) : Genre et savoirs. Pratiques et innovations rurales au Sud, IRD Éditions, coll. À travers champs : 233-262.

Pilippi G., Nicourt C., 1987 – Domestique-professionnel : la cohérence du travail des femmes dans les exploitations agricoles familiales. Économie rurale, 178-179 : 47-52.

Pionetti C., 2005 – Sowing Autonomy : gender and seed politics in semiarid India. London, IIED.

Radcliffe S. A. Pequeño A., 2010 – Ethnicity, development and gender : Tsáchila indigenous women in Ecuador. Development and Change, 41 (6) : 983-1016.

Rao N., 2011 – « Gender, land and resource rights in India ». In Verschuur Ch. : Du grain à moudre. Genre, développement rural et alimentation, Actes des colloques Genre et Développement, Berne, DDC-Commission nationale suisse pour l’Unesco, Genève, IHEID : 209-247.

Revue du Mauss, 2012 – Que donnent les femmes ?, 39.

Rieu A., Dahache S., 2009 – « Engagement individuel et collectif des femmes en agriculture. Entre obstacles et stratégies ». In Cardon P., Kergoat D., Pferfferkorn R. (dir.) : Chemins de l’émancipation et rapports sociaux de sexe, Paris, La Dispute : 117-137.

Rocheleau D, Thomas-Slayter B., Wangari E. (eds), 1996 – Feminist political ecology : Global issues and local experiences. Routledge, London.

Rogers Susan C., 1979 – Espace masculin, espace féminin. Essai sur la différence. Études rurales, avril-mai : 87-110.

Sabourin É., 2007 – Paysans du Brésil. Entre échange marchand et réciprocité. Paris, Éditions Quae.

Salmona M., 2003 – Des paysannes en France : violence, ruse et résistances. Cahiers du genre, l’Harmattan, 12 (35) : 117-140.

Scott J., 1988 – « Le genre, une catégorie utile d’analyse historique », le genre de l’histoire. Cahier du Grif, Paris : 125-153.

Scott J., 2009 – Le genre : une catégorie d’analyse toujours utile ? Diogène, 1 (225) : 5-14.

Segalen M., 1980 – Mari et femme dans la société paysanne. Paris, Champs Flammarion, 211 p.

Servolo de Medeiros L., 2011 – « The political participation of women in the countryside in Brazil : Reflexions on forms of organisation and demands ». In Verschuur Ch. : Du grain à moudre. Genre, développement rural et alimentation, Actes des colloques Genre et Développement, Berne, DDC-Commission nationale suisse pour l’Unesco, Genève, IHEID : 292-314.

Siliprandi E., 2009 – Mulheres e Agroecologia : a construção de novos sujeitos políticos na agricultura familiar. Tese de doutorado, Universidade de brasília, centro de desenvolvimento sustentável, curso de doutorado em desenvolvimento sustentável, Orientadoras, Laura Duarte (Universidade de Brasília) e Alicia Puleo (Universidad de Valladolid), 291 p.

Verdier Y., 1979 – Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière. Paris, Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines, 347 p.

Verschuur Ch. (dir.), 2011 – Du grain à moudre. Genre, développement rural et alimentation. Actes des colloques Genre et Développement, Berne, DDC-Commission nationale suisse pour l’Unesco, Genève, IHEID.

Villareal M., 2014 – « Réduire les inégalités de genre, un enjeu de politique agricole ». In Guétat-Bernard H. : Féminin/masculin, genre et agricultures familiales, Montpellier, Quae, coll. Nature et Société : 21-39.

Wanderley M. de N. B., 1998 – « Raízes históricas do campesinato brasileiro ». In Tedesco J. . (ed.) : Agricultura familiar : realidades e perspectivas, Passo Fundo, Ediupf : 21-55.

Whitehead A., 1999 – “Lazy man”, Time-use and Rural Development in Zambia. Gender and Development,7 (3) : 49-61.

Woortmann E. F., 1995 – Herdeiros, parentes e compadres. Colonos do Sul e Sitiantes do Nordeste. São Paulo-Brasília, Hucitec-Editora Universitária de Brasília, 336 p.

Note

1 Selon Miriam Nobre, les agricultrices représentent un des secteurs les plus organisés des mouvements paysans répartis sur l’ensemble du territoire national.

2 « À la dépendance de la collectivité à l’égard de la femme pour sa reproduction, s’ajoute une dépendance des hommes pour leur alimentation. Car les épouses sont vouées à la transformation de la nourriture, au traitement des produits agricoles destinés à les rendre comestibles. La production agricole reste stérile si elle ne peut être mise entre les mains d’une épouse pour lui faire accomplir le cycle métabolique d’entretien de la vie. (…) L’agriculteur est ainsi voué au mariage » (Meillassoux, 1975 : 121). Par leur corps et ce qu’il produit – l’engendrement mais aussi, comme un prolongement, ce qui nourrit – les femmes sont alors assignées et assurent une place sociale et symbolique de médiation. Médiation singulière, car elle s’ancre toujours dans le lieu de leur corps physique et symbolique : la maison, la localité. Ce rapport nourricier est contraint, car il peut aussi être un rappel à l’ordre : préparer et surtout servir le repas est un « devoir » culturellement construit comme féminin et souvent intériorisé comme tel.

3 ANR-Agriculture et développement durable, 2008-2010, « AMAZ-ES. Services écosystémiques des paysages agrosylvopastoraux amazoniens : analyses des déterminants socio-économiques et simulation de scénarios ».

4 Cette sociologue de la famille et spécialiste du monde rural français indique qu’à la campagne, résidence, famille et production se superposent et les catégories privé/public, féminin/masculin ne se recouvrent pas. Certes, le domestique s’identifie au privé et au féminin, mais le travail domestique des femmes (préparer les repas de la famille, cuire les aliments du bétail, traire les vaches, etc.) est une activité productive et considérée comme telle. Dans la maison, les séparations entre les espaces privés et publics, avant d’être sexuées, disent d’abord la distinction entre le familial et le non-familial, entre le familial et le voisinage, entre le familial et l’étranger. L’espace familial est donc un espace privé collectif à l’intérieur duquel les espaces se subdivisent en plus ou moins privés et en plus ou moins individuellement appropriés selon le sexe (Segalen, 1980). De même, les femmes de la campagne ne sont pas absentes de l’espace public, mais c’est un espace spécifique qui peut être individuel ou collectif, comme l’a montré dans les années 1970 l’étude de l’anthropologue américaine Susan C. Rogers (1979) dans l’est de la France. Les femmes sont bien sûr présentes dans l’espace public, mais le leur est différent et séparé de celui des hommes (Segalen, 1980).

5 Nous faisons l’hypothèse que le passage du paysannat à l’agriculture familiale a maintenu implicitement une confusion autour des relations sociales familiales. Le monde paysan, sans présager d’un trait universel, est fondé dans bien des campagnes du monde sur des relations de dons (par les relations maritales du mari à son épouse, par les relations de génération du père aux enfants), qui créent des formes de dépendances personnalisées. Le passage du paysannat à l’identité d’agriculteur-rice est fondé justement sur cette mise à distance des relations sociales de proximité entre l’outil de travail et la famille, par le biais du système éducatif formel et donc d’une formation et de la reconnaissance d’un métier, par le biais aussi d’une disjonction (économique, spatiale) entre l’exploitation et la maison.

Autore

Hélène Guétat-Bernard est socio-économiste et géographe, actuellement professeure de sociologie rurale et en études du développement à l’École nationale de formation agronomique (Enfa, Toulouse) et membre du laboratoire Dynamiques rurales. Ses recherches portent sur le développement rural, l’agriculture familiale, la mobilité spatiale avec un intérêt particulier pour le genre. Elle a récemment organisé à Toulouse (en mai 2012) le colloque international sur Genre et agriculture familiale et paysanne, regards Nord-Sud. Débats entre monde académique, du développement et de la formation.
helene.guetat-bernard@educagri.fr

© IRD Éditions, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540