Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le développement, le genre

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Hélène Guétat-Bernard

Partie 1. Disciplines

Chapitre 7

Les apports féministes aux relations internationales

Elisabeth Prügl
Traduction de Aurélie Cailleaud

Texte intégral

1Le champ d’étude des relations internationales (RI) féministes a-t-il quelque chose à dire sur le développement ? Il y a vingt ans, la question aurait été purement rhétorique : les féministes qui travaillaient dans le domaine des RI étaient profondément influencées par la littérature portant sur le thème genre et développement, à laquelle elles ont également contribué. Mais quand la politique internationale s’est militarisée au début de ce siècle, elles ont réorienté leurs recherches vers l’étude des questions de sécurité et la critique du cœur traditionnel de ce domaine. Un processus similaire semble s’être produit dans le champ du développement, car les praticien-nes du développement ont admis que les pays enlisés dans des conflits violents figuraient parmi les moins bien classés dans les indices de développement. Le vocabulaire du développement s’est enrichi de concepts comme la réduction des risques, la prévention et la résolution des conflits, la construction de la paix ou de l’État. Dans ce contexte, les recherches féministes sur les RI ont trouvé une nouvelle pertinence pour le développement. Deux propositions y ont une place centrale : la première affirme qu’il existe un lien entre la guerre et le genre, et, selon la seconde, les processus de renforcement de la paix et de reconstruction post-conflit sont profondément genrés.

2Dans le champ des relations internationales, le pourquoi de la guerre est une question fondatrice. Il est la raison d’être d’une discipline à part et, au cours du xxe siècle, a donné lieu à un foisonnement de réponses. Dans son ouvrage phare sur le sujet, Kenneth Waltz (1959) regroupe ces réponses en fonction de leur niveau d’analyse. Au premier niveau se situent celles qui relèvent des individus et selon lesquelles il faut éduquer les personnes et les faire changer sur différents plans pour parvenir à éradiquer les comportements belliqueux. Au deuxième niveau, celui de l’analyse relative aux États, figurent les réponses relevant de l’organisation politique de la société, comme l’idée que les démocraties sont moins susceptibles de partir en guerre que les autocraties. Enfin, l’analyse peut s’effectuer au niveau systémique, niveau privilégié par Waltz qui affirme que la guerre est le résultat inévitable d’un système international anarchiquement organisé et composé d’États souverains qui, lorsqu’ils assurent leur propre sécurité, placent les autres États en situation d’insécurité. Dans la mesure où il n’est pas envisageable de créer un gouvernement mondial, le seul moyen d’éviter les conflits est d’établir un équilibre des pouvoirs.

3Dans la classification de Waltz, les femmes et leurs idées politiques sont associées au niveau d’analyse individuel, dans une catégorie d’explication résiduelle. Dans cette catégorie figure par exemple la grève du sexe co-organisée par les femmes grecques et spartiates pour mettre fin à la guerre du Péloponnèse et décrite par Aristophane dans Lysistrata. Selon Waltz, les interventions de ce type, menées au niveau des individus, sont vouées à l’échec dans un système de cités-États en guerre. Le sexe et le genre n’ont donc pas été pris en compte dans les affaires internationales et les écrits novateurs sur les femmes et la paix ont été relégués dans des vides profonds et taxés de réductionnisme.

4Malgré cette marginalisation du genre dans les relations internationales, les militantes féministes n’ont cessé de se mobiliser contre la guerre et le militarisme. Au sein des unités locales de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (Women’s International League for Peace and Freedom – WILPF), parmi les militantes anti-nucléaires de Women Strike for Peace, dans les dialogues entre les femmes israéliennes et palestiniennes, ainsi que dans les actions militantes du Réseau des femmes du fleuve Mano pour la paix en Afrique de l’Ouest, des femmes se sont engagées pour mettre fin à des guerres. Pour elles, le fait que ce soient les hommes qui fassent la guerre était important, et elles savaient que leur statut d’exclues du conflit leur conférait une légitimité unique pour exiger la fin des hostilités. Le militantisme des femmes a permis la survie des idées affirmant l’existence de rapports entre les femmes et la guerre, et les chercheures féministes travaillant dans le champ des RI ont peu à peu réussi à diffuser ces idées sur l’importance du genre dans la conduite de la guerre.

5Ce chapitre est une revue des apports féministes dans le champ des RI et porte plus particulièrement sur le lien entre le cœur traditionnel du domaine, les études sur la sécurité, et le développement. On peut identifier deux courants dans cette littérature. Le premier explore la logique de guerre et développe l’idée féministe selon laquelle le genre est constitutif de la guerre, tout d’abord parce qu’il construit une dichotomie protecteur-protégée – les protecteurs masculins se sentant appelés à recourir à la violence au nom de celles et ceux qui ont besoin d’être protégés (la nation, les faibles, « les-femmes-et-les-enfants ») –, ensuite parce que le masculinisme et le militarisme s’entremêlent, et enfin à cause de la construction mutuellement constitutive des hommes guerriers et des femmes qui donnent la vie. Le second courant explore la logique de paix et le rôle des femmes et du genre dans les programmes multilatéraux de renforcement de la paix mis en œuvre après la Guerre froide. Ces textes explorent les possibilités de changement et livrent une étude empirique des conséquences de différentes résolutions du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, ainsi que sur la participation et l’efficacité de l’implication des femmes dans les négociations de paix, et enfin sur la question de la violence sexuelle en temps de guerre. Je vais chercher à montrer que les différentes appréhensions du genre produisent des apports de types différents dans les RI féministes.

6J’ajouterai quelques mots pour clarifier le flou apparent des notions de guerre, de paix et de sécurité, telles qu’elles apparaissent dans ce chapitre. Je les utilise de sorte à refléter strictement les discours développés à leur sujet. Il est épineux de donner une définition objective de la guerre et de la paix, parce qu’aucun des deux termes n’existe sans l’autre – ils se définissent mutuellement : la paix est l’absence de guerre et, à l’inverse, la guerre désigne l’absence de paix. Ainsi, dès que nous utilisons le langage de la paix, nous utilisons celui de la guerre. Cette confusion des catégories est exprimée avec force par la célèbre maxime du général prussien Carl Clausewitz (1984 [1832] : 87) qui décrit la guerre comme un prolongement de la politique par d’autres moyens. À l’inverse, Michel Foucault (2003 : 9) a décrit la politique comme un prolongement de la guerre. Les deux auteurs mettent en évidence l’omniprésence des conflits dans l’organisation politique humaine.

Le genre et la logique de guerre

7Pour les féministes, les déclarations selon lesquelles la guerre n’a rien à voir avec le genre ont toujours été creuses compte tenu de la prédominance des hommes dans les appareils de sécurité. Le caractère masculin de la guerre est, par conséquent, le point de départ de nombreuses études féministes, bien que la nature exacte du rapport entre le genre et la guerre soit sujette à controverse. Nous pouvons distinguer trois lignes de fracture dans la littérature féministe. La première se dessine autour du présupposé qui associe les hommes à la guerre et les femmes à la paix. Est-il correct de dire que les hommes sont, dans leur majorité, favorables à la guerre et que les femmes sont plus susceptibles de privilégier la paix ? La deuxième ligne de fracture se rapporte aux niveaux d’analyse et à la causalité : la relation entre le genre et la guerre se situe-t-elle au niveau individuel ou au niveau systémique/structurel ? Enfin, la troisième division s’opère dans la relation entre la masculinité hégémonique et la guerre. La masculinité militariste possède-t-elle un contenu substantiel ou doit-on plutôt penser la masculinité et la guerre comme des signifiants vides dont la puissance dérive des qualités formelles ?

  • 2 Certaines affirmations universalisantes ont véhiculé des présupposés erronés comme l’incapacité des (...)

8La prise en considération des femmes comme partie intégrante de la guerre ou au contraire comme étant extérieures à la guerre est un premier point de désaccord entre les féministes. Au premier abord, les faits parlent d’eux-mêmes : au cours de l’histoire et dans toutes les cultures, les soldats ou les combattants ont été, dans l’immense majorité des cas, des hommes. Certaines femmes ont fait la guerre, mais elles n’ont jamais représenté qu’une petite minorité des combattants (Goldstein, 2001). Si ce casse-tête de départ a donné naissance à des théories intéressantes, les féministes ont toujours été mal à l’aise avec les déclarations universalistes qui, d’une part, perpétuent l’association des femmes à la paix et des hommes à la guerre et, d’autre part, ignorent les contextes historique et culturel2.

  • 3 Certains ont affirmé que les armées changeraient « quand le fait de servir cesserait d’être une preu (...)

9Pour réfuter les constats empiriques associant les hommes à la guerre et les femmes à la paix, les féministes ont mis en avant des données contredisant l’idée que les femmes ne combattent pas. Dans ce but, elles ont notamment élargi le spectre d’étude des conflits militarisés pour inclure les acteurs non étatiques, et elles ont pris en compte les diverses activités de soutien exercées par les femmes lors des conflits. Ce processus leur a permis de rendre visible la forte participation des femmes à la violence et aux guerres : elles encouragent les hommes à recourir à la violence et les humilient s’ils ne le font pas (Goldstein, 2001) ; on a vu des femmes commettre des attentats suicides au Moyen-Orient, se livrer à des activités terroristes en Tchétchénie et prendre part au génocide rwandais (Sjoberg et Gentry, 2007). Durant tout le xxe siècle, elles ont fait partie des mouvements de libération et des milices lors des révolutions en Afrique, en Asie et en Amérique latine, elles ont été actives au sein des milices loyalistes en Irlande du Nord et des mouvements militants au Cachemire et au Sri Lanka et, enfin, elles ont pris part aux conflits récents en Sierra Leone et au Congo (Sjoberg et Gentry, 2007 ; Tétreault, 1994 ; McEvoy, 2009 ; Parashar, 2009 ; MacKenzie, 2009 ; Puechguirbal, 2003). Dans ces différents contextes, les femmes n’ont jamais été majoritaires parmi les combattants, mais leur nombre a été important et a parfois atteint 30 % des insurgés. En outre, les femmes sont de plus en plus souvent intégrées dans les forces armées régulières ; l’armée américaine compte désormais presque 15 % de femmes (The Women’s Memorial, 2011), ce taux étant le plus élevé parmi les pays membres de l’Otan3.

10Le deuxième désaccord entre féministes porte sur la nature du rapport entre le genre et la guerre – rapport de causalité ou rapport constitutif – ainsi que sur le niveau auquel il doit être analysé – niveau individuel ou niveau systémique/structurel. En d’autres termes, la masculinité est-elle la cause de la guerre ou la guerre et la masculinité sont-elles constitutives l’une de l’autre ? Et ces causalités naissent-elles de la socialisation et des identités individuelles ou de la masculinisation/militarisation des sociétés, des cultures et des structures globales ? Ces questions comptent parmi les plus disputées et elles ont des implications considérables sur le lien entre recherches féministes et études sur la sécurité, plus généralement. Les différences d’approche reposent en grande partie sur la façon de comprendre le genre.

11Certaines études quantitatives ont établi un lien entre la propension d’un pays à entrer en guerre et le degré d’égalité de genre qui y prévaut. Elles ont montré une corrélation forte et constante entre l’inégalité de genre dans un pays et la tendance de ce même pays à résoudre les conflits par la violence. Ces études reposent sur différents indicateurs relatifs à l’égalité de genre (comme le pourcentage de femmes dans la population active et au parlement) et aux conflits violents (conflits militarisés inter ou intra-étatiques, ainsi qu’un « indice global de paix ») et puisent dans différentes bases de données pour aboutir à la conclusion que l’inégalité de genre est un important facteur prédictif de conflit qui, selon certains modèles, est même plus pertinent que des variables explicatives comme la démocratie (Caprioli, 2005, 2003, 2000 ; Caprioli et Boyer, 2001 ; Regan et Paskeviciute, 2003 ; Tessler et Warriner, 1997). Les auteurs se sont situés empiriquement au niveau d’analyse étatique, mais ils se sont appuyés sur des arguments relevant du niveau individuel pour expliquer cette corrélation, se référant à la biologie et à la psychologie évolutionnistes. Ils ont mis en avant l’avantage adaptatif de la violence masculine, ainsi que sa diffusion sur la durée et conclu à une relation de causalité entre les caractéristiques masculines ainsi construites et la guerre (Hudson et al., 2008).

12Mais cet argument est difficilement défendable. La vaste étude des données menée par Goldstein révèle que les causalités simplistes s’inspirant de la biologie et de la psychologie humaines n’ont aucun fondement. Elle souligne les interactions entre la biologie et la culture. L’auteur constate que l’uniformité de l’association de l’art de la guerre aux hommes, dans toutes les cultures, est le résultat de la combinaison de « petites différences biologiques de genre innées portant sur la taille, la force et l’agressivité moyennes » et de la « modélisation culturelle de l’homme fort et courageux qui féminise ses ennemis pour encoder la domination » (Goldstein, 2001 : 406). La biologie et la culture interagissent pour produire un modèle universel et, contre toutes les idées généralement admises, la biologie se révèle plus malléable que la culture.

13L’étude de Goldstein pointe vers des niveaux d’analyse qui dépassent l’individu. En adoptant une approche plus nettement constructiviste, il est possible d’apporter des explications qui relèvent du niveau systémique ou structurel. Une longue tradition de la littérature féministe situe le rapport entre la guerre et le genre au niveau systémique et postule l’existence d’une relation entre le patriarcat et le « système de la guerre » (Reardon, 1985). Ce type de littérature fait des diverses formes de misogynie la cause du militarisme et défend l’idée que la lutte contre le patriarcat est indispensable pour mettre fin à la guerre (par exemple, Wasmuht, 2002 ; Mathis, 2002 ; Zwingel, 2003 ; Sjoberg, 2012).

14Cynthia Cockburn (2010) a récemment réinterprété cet argument en prenant en considération les nouveaux développements de la théorie féministe, et notamment une approche intersectionnelle. En partant du point de vue des militantes des mouvements féministes pacifistes, elle affirme que les rapports de genre sont une cause fondamentale de la guerre. Elle rejette les arguments d’ordre individuel et la possibilité que cette causalité puisse relever des actions des individus, hommes ou femmes. Elle présente au contraire la guerre comme un système dans lequel la violence quotidienne se situe dans un continuum avec la violence militaire, dans lequel les forces armées et les idéologies des gouvernants s’imbriquent systématiquement et enfin dans lequel le pouvoir économique et les pouvoirs ethnique et national entrent en intersection avec le pouvoir de genre. Elle conçoit les masculinités et les féminités militarisées comme les produits de pratiques et de discours sociaux et souligne le fait que ces constructions peuvent être considérées comme causales.

15Situant sa réflexion elle aussi au niveau systémique et structurel, Cynthia Enloe (1989, 1993, 2000, 2010) a, dans ses nombreux écrits, livré l’exploration peut-être la plus détaillée de la logique qui structure masculinité et militarisme, en développant des arguments aussi bien causaux que constitutifs. Dans sa quête acharnée de réponses à la question « où sont les femmes ? » dans les affaires internationales, elle propose une description percutante de la puissance déployée pour maintenir celles-ci dans leur subordination et favoriser des politiques militaristes et fondées sur l’exploitation. Comme Cockburn, Enloe s’inspire des réseaux antimilitaristes féministes et parle des ordres sociaux patriarcaux comme de « machines à militariser » (2007 : 15). Son approche, exclusivement centrée sur les femmes, lui permet cependant de dépasser les causalités simples et d’observer les imbrications parallèles des ordres économique et politique avec les valeurs masculinistes et militaristes, mais aussi les conséquences de ces imbrications pour les populations marginalisées.

16En considérant le genre comme un construit social, les chercheur-es ont exploré les caractéristiques spécifiques de la masculinité quand elle est associée au militarisme et à la guerre. Dans son analyse du processus de création de la masculinité moderne, George Mosse (1996) diagnostique une confusion des notions de nation, de respectabilité et de guerre avec des vertus viriles comme une volonté forte, l’honneur et le courage. L’agressivité, la capacité à faire taire ses émotions, la force physique et la prise de risque sont autant d’attributs souvent associés aux formes militaristes de masculinité et, comme le décrivent les recherches, l’entraînement militaire a pour but d’inculquer ces vertus aux soldats (Goldstein, 2001 ; Whitworth, 2004). La virilité militariste est également un vecteur de renforcement de l’identité nationale et de légitimation de certaines formes de politiques étrangères. Ainsi, la première guerre du Golfe a véhiculé une image des États-Unis « durs et tendres à la fois », celle d’un pays qui assume une responsabilité nouvelle dans un monde unipolaire et forge la masculinité du « nouvel ordre mondial » (Niva, 1998). Le Canada a vu son image de puissance intermédiaire de maintien de la paix ébranlée quand l’implication de ses troupes dans des violations des droits humains en Somalie a été révélée et quand les missions de maintien de la paix ont été montrées comme des guerres raciales établissant la supériorité des nations blanches confrontées à la peur d’un Autre féminisé (Whitworth, 2004 ; Razack, 2004). De nombreuses études européennes sur les expériences vécues en Bosnie-Herzégovine illustrent le rôle du maintien de la paix dans la construction de l’identité nationale hollandaise (Cockburn et Zarkov, 2002). Comme les Canadiens, les Hollandais ont fait de leurs forces de maintien de la paix une source de fierté nationale et la presse néerlandaise a évoqué un véritable traumatisme national, lorsque les troupes hollandaises se sont montrées incapables d’empêcher le massacre de civils musulmans à Srebrenica (Zarkov, 2002 ; De Leeuw, 2002 ; Dudink, 2002). La masculinité militarisée apparaît donc sous différentes formes, chacune possédant une affinité élective et un rapport co-constitutif avec différentes formes de guerre – depuis les guerres nationalistes du début du xxe siècle jusqu’aux opérations de maintien de la paix de la fin du siècle (Kronsell et Svedberg, 2012).

17Mais cela a-t-il un sens de postuler que la masculinité est contextuellement produite, tout en affirmant qu’elle a avec la guerre des relations causales ou constitutives ? Si la guerre ne change pas, comment pourrait-elle être expliquée par une masculinité en changement ? Ou si la guerre change, que peut exactement expliquer la masculinité ? Ces questions constituent la troisième ligne de fracture présente dans les écrits féministes sur le thème genre et guerre : la masculinité militariste possède-t-elle un contenu ou est-elle un signifiant vide ? Pour Kimberly Hutchings (2008), le lien entre la masculinité et la guerre ne repose sur aucune signification substantielle et doit plutôt être pensé comme étant purement formel. Il existe du fait des qualités relationnelles de la notion de masculinité militariste (par opposition aux masculinités subordonnées et aux féminités). La figure de la masculinité militariste ou hégémonique sert donc à rendre la guerre intelligible.

18La logique relationnelle que propose Hutchings transparaît dans l’opposition entre hommes protecteurs et femmes « protégées », identifiée par les féministes comme profondément interconnectée avec l’idéologie militariste (Stiehm, 1982) et comme nourrissant une « logique de la protection masculiniste » (Young, 2003). Dans les États-Unis de l’après-11 septembre, cette logique a contribué à créer non seulement de nouvelles identités masculines et féminines, mais également un État sécuritaire « qui mène des guerres à l’extérieur et attend obéissance et loyauté à l’intérieur » (Young, 2003 : 2). Cette même logique a marqué des interventions humanitaires, car les organisations internationales – par exemple à Srebrenica – ont désigné les populations civiles par le substitut des « femmes et [d]es enfants » dont ils ont ainsi légitimé l’évacuation malgré les conséquences désastreuses de cette décision pour les hommes laissés sur place à la merci des milices serbes (Carpenter, 2003). Helen Kinsella (2005) propose un argument de type constitutif : la logique de la protection masculiniste produit une distinction entre combattants et civils par des exercices de pouvoir. En conséquence, « le pouvoir structurel et productif du sexe et des différences entre les sexes » est inscrit dans les lois et la guerre, comme on peut l’observer dans les écrits de Grotius ou la Convention de Genève. Mais cette productivité ne découle plus d’une forme de masculinité substantielle ; elle trouve sa force dans les qualités relationnelles du genre.

19En considérant les oppositions masculin/féminin et protecteur/ protégée comme vides a priori, les féministes peuvent élever leur réflexion au niveau structurel d’analyse, dans lequel les États sont traités comme des personnes. Cette approche est habituelle dans les relations internationales, quoique le plus souvent relativement non réfléchie (Wadley, 2010). Le système interétatique est culturellement pauvre et il est donc difficile de préciser les significations de la masculinité et de la féminité à ce niveau. Mais les figures vides du genre et de la protection influencent l’art de gouverner et contribuent à la production des identités étatiques développées dans le cadre de la politique étrangère (Campbell, 1998 ; Weber, 1995). Ces incursions dans la théorisation du genre dans les relations interétatiques permettent de rejeter catégoriquement la thèse d’Elshtain (2009) selon laquelle les féministes n’auraient rien à dire au-delà du niveau d’analyse individuel.

20En somme, les écrits féministes sur la logique de guerre divergent sur le point suivant : doivent-ils porter leur attention sur le caractère uniforme de l’exclusion des femmes des processus guerriers ou doivent-ils se consacrer à faire apparaître la capacité d’action des femmes dans la guerre ? Alors que certains de ces écrits invoquent des explications de l’ordre de l’individuel, la plupart mettent en avant des arguments systémiques, structurels et post-structurels dont la portée dépasse celle de la grève du sexe de Lysistrata.

Le genre et la logique de paix

21Après la Guerre froide, la sécurité a changé dans ses dimensions pratiques. Pendant la Guerre froide, la référence principale de la politique de sécurité était l’équilibre bipolaire des pouvoirs. Mais après l’effondrement de l’Union soviétique, les principales menaces à la sécurité internationale ont pris la forme de guerres civiles et de conflits internes. Les interventions militaires internationales organisées sous l’égide de l’ONU se sont multipliées – la guerre a désormais été menée pour restaurer la paix. Les opérations de maintien de la paix des Nations unies ont conduit à s’interroger sur les moyens de prévenir la récurrence des conflits destructeurs et d’édifier les fondements d’un développement et d’une paix durables. Elles ont également créé un espace de discussion sur le genre et les femmes dans la guerre et la paix, qui a finalement permis l’adoption de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité sur le sujet. Le genre étant devenu une affaire de politique de sécurité, la recherche féministe a étudié les changements à apporter au sein des forces armées et des dispositifs de sécurité.

22Je vais détailler trois controverses de la littérature féministe portant cette fois sur le maintien de la paix, et dégager leurs différences d’approche. La première controverse porte sur la mise en œuvre de diverses résolutions du Conseil de sécurité relatives aux femmes, à la paix et à la sécurité. Elle demande dans quelle mesure ces résolutions ont provoqué des changements et dans quelle mesure elles représentent une récupération des idées féministes. Le deuxième corpus explore la participation des femmes aux négociations de paix et la prise en compte de leurs besoins et de leurs droits dans les accords de paix, avec une distinction entre les recherches qui portent sur les femmes et celles portant sur le genre. Le troisième corpus traite de la violence sexuelle en temps de guerre, des raisons de son existence et des moyens d’y remédier. Cette littérature oppose les chercheures féministes qui tentent d’isoler les causes de cette violence de manière positiviste et celles qui affirment que la violence sexuelle en temps de guerre doit être considérée dans un continuum avec la même violence en temps de paix.

23Les résolutions du Conseil de sécurité relatives aux femmes, à la paix et à la sécurité ont donné naissance à un corpus académique axé sur l’évaluation de leurs résultats. Ces études ont révélé le caractère genré des institutions internationales, ainsi que la résistance qu’elles ont opposée à la mise en œuvre des résolutions. Elles ont, de manière récurrente, affirmé l’importance primordiale de l’engagement des plus hauts responsables pour que des changements institutionnels d’envergure puissent se produire. Mais cet engagement a rarement été observé dans les années qui ont suivi l’adoption, en 2000, de la résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité. Pourtant, les mandats de maintien de la paix ont entamé le processus d’intégration du genre, et les premières mesures visant à former les militaires sur ce sujet ont été mises en œuvre. Les missions fortement axées sur les populations civiles (qui, le plus souvent, impliquaient un plus grand nombre de femmes) ont particulièrement bien réussi à intégrer les femmes (Mazurana, 2002 ; Carey, 2001). Grâce un long processus de planification et au souci de professionnalisme de ses responsables, la mission en Namibie a, par exemple, permis la participation d’un nombre inhabituellement élevé de femmes et la mise en œuvre d’un processus de stabilisation particulièrement fructueux (Olsson, 2001). Certaines missions n’ont pas seulement « ajouté les femmes », mais ont également été des réussites du point de vue de leur contenu. Au Timor oriental, l’engagement des responsables a permis de mettre en place un programme de formation de grande ampleur dans le domaine du genre, de recueillir des données, d’organiser une campagne contre la violence domestique et de travailler sur les questions de genre avec des acteurs et actrices de la société civile. Suite à ce travail, les femmes ont représenté 27 % des membres élu-es à l’Assemblée constituante et 40 % des membres des commissions chargées de préparer la nouvelle constitution (Whittington, 2003). La mission menée au Rwanda après le génocide est souvent citée comme un exemple de réussite dans le domaine de l’inclusion des femmes dans la reconstruction post-conflit – même si peu d’entre elles étaient présentes à la table des négociations de paix. Mais, dans la plupart des cas, les questions relatives aux femmes et au genre n’ont eu que peu d’écho dans les missions de maintien de la paix, comme on a pu le constater lors de la mission en Sierra Leone (Hudson, 2009).

24La place des femmes dans les négociations de paix est également restée marginale. Même si les femmes sont plus souvent mentionnées dans les textes depuis l’adoption de la résolution 1325, une analyse des accords adoptés entre 1990 et 2010 a montré que ces références ne dépassaient pas le taux outrageusement bas de 16 %, et que, souvent, elles reproduisaient une image des femmes éminemment stéréotypée (Bell et O’Rourke, 2010). Dix ans après l’adoption de la résolution 1325, les mesures visant à intégrer le genre dans le secteur de la sécurité étaient très critiquées. Les chercheur-es ont constaté une tendance à l’instrumentalisation des femmes et du genre pour servir d’autres objectifs, ainsi qu’une utilisation du savoir féministe au service de technologies de pouvoir visant à administrer les populations et à normaliser les identités de race et de genre (Reeves, 2012 ; Prügl, 2013). Ils et elles ont également montré un réancrage des identités traditionnelles de genre, même dans des situations où les femmes avaient par ailleurs été bien intégrées dans les programmes de reconstruction – par exemple au Rwanda (Hudson, 2009). Dans de nombreux contextes, les femmes ont été considérées avant tout comme des victimes, et les combattantes ont été systématiquement exclues des programmes de démobilisation (MacKenzie, 2009 ; Jennings, 2009). Mais, en réponse à ces critiques, certain-es ont prôné la patience, présentant les idées contenues dans la résolution 1325 comme des « normes en devenir » qui avaient déjà commencé à porter leurs fruits (Tryggestad, 2009).

25La littérature féministe sur le thème femmes et genre dans le rétablissement et les négociations de paix analyse les changements non plus dans les institutions, mais dans la société au sens large et souligne en particulier le rôle potentiel des organisations de femmes. Une étude des processus de paix au Burundi et en Irlande du Nord a permis de mettre en évidence les mécanismes causaux dont la mise en place est nécessaire pour que les droits des femmes soient pris en compte dans les accords de paix. Parmi les conditions permettant l’inclusion des femmes figurent la mobilisation des mouvements sociaux et l’existence de liens avec les réseaux féministes internationaux, l’utilisation par les femmes d’un « essentialisme stratégique » pour dépasser les divisions ethniques et politiques, et un soutien aux revendications des femmes de la part des acteurs détenant une autorité (Anderson, 2010). Plus généralement, de puissantes organisations de femmes sont un vecteur de paix. Gizelis (2009) montre que les processus de consolidation de la paix menés par les Nations unies ont été globalement plus fructueux dans les pays où les femmes bénéficiaient, avant le conflit, d’un niveau d’empowerment plus élevé. Elle affirme que cet empowerment permet aux femmes de s’exprimer davantage durant les processus de paix et aux acteurs du maintien de la paix de puiser dans un plus vaste capital social. Le lien qu’elle établit entre l’empowerment des femmes et le degré de facilité des processus de paix est à mettre en relation avec les études quantitatives précédemment évoquées qui montrent une corrélation entre le niveau des inégalités de genre dans un pays et la propension de ce dernier à résoudre les conflits par la violence.

26Ces études sont axées sur les femmes, mais leurs résultats portent un message implicite sur le genre. L’empowerment des femmes dans une société est fonction des rapports de genre, du positionnement relatif des femmes vis-à-vis des hommes. Par conséquent, il est nécessaire de comprendre les rapports de genre pour appréhender le rôle des femmes dans le maintien de la paix.

27Mais les rapports de genre s’exercent aussi directement dans les négociations de paix. Ils structurent les comportements, influent sur l’efficacité relative des femmes et des hommes et conditionnent la réussite des négociations. Ce sont les hommes qui dominent la plupart des négociations. Quand les femmes entrent dans ces processus, elles perturbent les comportements établis de la masculinité et révèlent des modes de fonctionnement invisibles dans d’autres circonstances. Ces comportements ont déjà fait l’objet d’un certain nombre de recherches novatrices. Maoz (2009) a, par exemple, élaboré une expérience qu’elle a menée parmi ses étudiant-es israélien-nes pour mesurer l’impact du genre lors d’une simulation de négociation de paix. Elle a constaté que, lorsqu’une proposition de compromis est émise par une femme, la partie adverse a davantage de chances de la considérer comme favorable à ses intérêts que si la même proposition a été faite par un homme. La femme qui a proposé le compromis est perçue comme plus chaleureuse et davantage digne de confiance, mais aussi comme nettement moins assurée. Mais ce manque d’assurance est également ressenti dans le camp de la négociatrice, ce qui peut expliquer qu’il soit plus difficile pour les femmes de se voir confier la responsabilité de négociations.

28Une autre étude portant sur les accords de paix d’Oslo livre une exploration empirique du rôle des femmes dans les négociations.

29Dans ce contexte, les femmes n’ont pas participé aux négociations visant à mettre fin aux hostilités et à dessiner les frontières, mais elles ont été très présentes dans celles portant sur les accords économiques et sur les autres domaines « politiques mineurs » habituellement perçus comme moins importants, alors même qu’ils sont des sources cruciales de conflits et de mécontentement (Aharoni, 2011). Dans ces négociations de paix, une combinaison s’est opérée entre les constructions de genre et la construction d’une hiérarchie des problèmes, et la masculinité a continué à être associée aux rôles de leadership et de protection. Les femmes étaient bien présentes dans les négociations, mais les personnes interrogées à ce sujet ne s’en souviennent pas. Ces études montrent que les négociations de paix sont un terrain important pour « faire le genre » (West et Zimmerman, 2009).

  • 4 Le problème est devenu plus visible quand a été révélée l’implication des casques bleus dans la tra (...)

30Le troisième corpus de cette littérature portant sur les nouveaux types de conflits dans l’après-Guerre froide traite de la violence sexuelle, une question qui a fait l’objet d’une grande attention à la suite des viols systématiques commis en masse en Bosnie et au Rwanda4. Dans ce cas encore, les chercheur-es ont adopté des approches différentes. Des féministes sont les auteures de la majorité des premières études sur la violence sexuelle en temps de guerre, qu’elles ont présentée comme se situant dans un continuum avec la violence quotidienne exercée contre les femmes en temps de paix. La littérature féministe sur ce thème s’interroge donc sur l’influence des constructions préexistantes de la masculinité sur les atrocités commises durant un conflit, ainsi que sur le réancrage du militarisme dans les États et dans les sociétés pendant les processus de reconstruction post-conflit (Freedman, 2011 ; Seifert, 2009). Lors de la reconstruction en Bosnie-Herzégovine, la question des inégalités de genre a été ignorée, de même que le sort des femmes victimes de la traite visant à satisfaire l’appétit des casques bleus pour les prostituées. Ces extensions des pratiques masculinistes et militaristes dans les contextes d’après-guerre nous incitent à nous intéresser à ces processus apparemment ininterrompus de masculinisation/militarisation (Enloe, 2002 ; Rees, 2002).

31À partir de perspectives diverses, certaines chercheures ont cherché à discerner les modèles de violence sexuelle et ont obtenu des résultats très divers. Alors que Farr (2009) affirme que « le viol de guerre extrême » (extreme war rape) est omniprésent, Wood (2009) souligne le fait que la violence sexuelle n’est pas le fait de tous les groupes armés. Elle décrit l’infinie variété des formes prises par cette violence, des personnes ciblées, de ses modes de perpétration : en groupe ou par des individus, en public ou en privé, de façon symétrique ou non – c’est-à-dire par une seule ou par les deux parties adverses (Wood, 2006). Alors que Wood n’identifie pas de régularités immédiates, Farr détermine quatre modèles préliminaires fondés sur les caractéristiques de la violence – étatique et centralisée ou au contraire exercée sur le terrain et dispersée, et sur quels types de victimes.

32Les chercheur-es ont également tenté d’analyser les causes de la violence sexuelle en temps de guerre ou encore de l’absence de cette violence dans certains cas. Wood (2006) rejoint ceux et celles qui affirment que la violence sexuelle résulte en partie d’une perte de contrôle de la part des chefs des forces armées et, partiellement aussi, de normes propres aux combattants. Ses arguments viennent complexifier les thèses d’autres chercheur-es, qui ont expliqué la violence sexuelle perpétrée par les forces gouvernementales par le modèle principal-agent qui affirme que les soldats sont moins susceptibles de se livrer à des violences sexuelles, quand des mesures sont mises en place pour qu’ils soient tenus pour responsables de leurs actes et que leurs supérieurs hiérarchiques (les « principaux ») exercent un contrôle (Butler et al., 2007). Allant à l’encontre de cette idée de perte de contrôle, Leiby (2009) rappelle que la violence sexuelle est parfois un élément stratégique, c’est-à-dire un instrument de guerre déployé pour affaiblir l’ennemi, recueillir des informations ou encore organiser un génocide ou un nettoyage ethnique.

33Il est intéressant de noter que toutes ces explications se rejoignent dans le fait qu’elles font complètement abstraction des arguments féministes relatifs au continuum entre la violence en temps de guerre et en temps de paix. Wood (2006 : 328) rejette cet argument, car il ne rend pas compte des variations de comportement entre groupes armés : alors que la notion masculine de l’honneur est omniprésente, la violence sexuelle ne l’est pas. Mais ce raisonnement dénote une incompréhension de l’argument féministe. Dans cette approche, la masculinité militariste n’est pas définie comme une identité accomplie qui serait la cause de la violence sexuelle. Elle représente plutôt un idéal auquel les hommes sont encouragés à aspirer et auquel ils cherchent à se conformer. Selon Skjelsbaek (2001), le genre est un paramètre important pour expliquer la violence sexuelle, non pas en vertu d’une caractéristique essentialiste propre aux hommes ou parce que les femmes se trouveraient dans une position structurelle statique. Des femmes et des hommes sont victimes de violences sexuelles ; et dans ce processus la victime est féminisée et l’auteur masculinisé. Ce point est illustré dans une étude portant sur les membres d’un groupe armé impliqué dans des viols de masse perpétrés en République démocratique du Congo (Eriksson Baaz et Stern, 2009). Les viols y sont expliqués par l’incapacité des auteurs à se montrer à la hauteur de diverses masculinités « impossibles ». On attend des hommes qu’ils soient à la fois des guerriers sexuellement puissants et des soutiens de famille ; mais, parce que les ressources manquent, ils ne peuvent être ni l’un ni l’autre. Si les hommes interrogés ont reconnu que, dans certains cas au moins, « c’était mal » de commettre un viol, ils ont pu justifier leurs actes par leur pauvreté, cette dernière les privant de la possibilité d’avoir une petite amie ou une épouse. Dans cette optique, les viols soutiennent certaines masculinités idéalisées ; le genre devient alors un effet plutôt qu’une cause de la violence sexuelle.

Conclusion

34En dépit du caractère partiel et non exhaustif de cet état de la question, j’espère avoir montré la grande variété et la richesse des apports féministes aux RI, ainsi que leur pertinence dans le cadre du développement. J’espère également avoir montré que ces interventions n’étaient pas toutes faites de la même étoffe. Les approches sont très diverses : dans la conceptualisation du genre et dans les niveaux d’analyse envisagés. Il devrait clairement ressortir que les arguments féministes affirmant l’importance du genre dans les logiques de guerre et de paix sont encore plus convaincants, lorsque le genre est compris comme une grille de performances et que la masculinité et la féminité sont conçus comme des signifiants vides destinés à être remplis par des significations propres à leur contexte. Si le genre est essentialisé et que les masculinités comme les féminités sont vues comme étant statiques, l’analyse de genre dans les RI se trouve en situation difficile.

35L’ironie veut que ce soient les études qui figent le genre et le traitent comme une variable qui aient le plus influencé les pratiques du développement et les RI. La recherche quantitative qui montre une corrélation entre l’égalité de genre et la résolution pacifique des conflits, ainsi que les études comparatives permettant de discerner les causes de la violence sexuelle s’apparentent clairement au courant positiviste dominant des RI. Toutes proposent une solution prête à l’emploi pour les interventions de développement : allez vers l’égalité de genre et vous réduirez les risques de conflits violents. L’égalité de genre devient alors un instrument au service d’autres objectifs, et la nature intensément conflictuelle de la politique du genre se trouve réduite à un problème technique.

36Les féministes qui souhaitent apporter leur contribution aux RI et au développement se heurtent donc à un certain nombre de difficultés : elles doivent dépasser la barrière idéologique qui leur interdit de prendre en compte le caractère performatif du genre ; elles doivent admettre la tendance pernicieuse du milieu du développement à faire du genre un instrument de réduction des conflits ; elles doivent enfin s’opposer à l’apprivoisement du genre dans sa dimension politique pour que celui-ci ne soit pas considéré comme une question relevant de l’administration de l’État. À la lumière de ces défis à relever, la richesse des apports du féminisme à la compréhension des relations entre la sécurité et le développement semble prometteuse.

Bibliographie

Aharoni S., 2011 – Gender and « Peace-work » : An Unofficial History of the Israeli-Palestinian Formal Peace Negotiations. Politics and Gender, 7 (3) : 391-416.

Anderson M. J., 2010 – Transnational Feminisms and Norm Diffusion in Peace Processes : The Cases of Burundi and Northern Ireland. Journal of Intervention and Statebuilding, 4 (1) : 1-21.

Bell Ch., O’Rourke C., 2010 – Peace Agreements or Pieces of Paper ? The Impact of UNSC Resolution 1325 on Peace Processes and their Agreements. International Comparative Law Quarterly, 59 : 941-980.

Butler Ch. K., Tali Gluch, Mitchell N. J., 2007 – Security Forces and Sexual Violence : A Cross-National Analysis of a Principal-Agent Argument. Journal of Peace Research, 44 (6) : 669-687.

Campbell D., 1998 – Writing Security : United State Foreign Policy and the Politics of Identity. Minneapolis, University of Minnesota Press, 2e edition.

Caprioli M., 2000 – Gendered Conflict. Journal of Peace Research, 37 (1) : 53-68.

Caprioli M., 2003 – Gender Equality and State Aggression : The Impact of Domestic Gender Equality on State First Use of Force. International Interactions, 29 (3) : 195-214.

Caprioli M., 2005 – Primed for Violence : The Role of Gender Inequality in Predicting Internal Conflict. International Studies Quarterly, 49 : 161-178.

Caprioli M., Boyer M., 2001 – Gender, Violence, and International Crisis. Journal of Conflict Resolution, 45 : 503-518.

Carey H. F., 2001 – « “Women and Peace and Security” : The Politics of Implementing Gender Sensitivity Norms in Peacekeeping ». In Olsson L., Tryggestad T. L. (eds) : Women and International Peacekeeping, Londres, Frank Cass : 49-68.

Carpenter R. C., 2003 – Women and Children First : Gender, Norms and Humanitarian Evacuation in the Balkans 1991-1995. International Organization, 57 (4) : 661-694.

Clausewitz C. von, 1984 [1832] – On War. New Jersey, Princeton University Press, edited by Michael Howard et Peter Paret.

Cockburn C., 2010 – Gender Relations as Causal in Militarization and War : A Feminist Standpoint. International Feminist Journal of Politics, 12 (2) : 139-157.

Cockburn C., Zarkov D. (eds), 2002 – The Postwar Moment : Militaries, Masculinities and International Peacekeeping. Bosnia and the Netherlands. Londres, Lawrence and Wishart.

De Leeuw M., 2002 – « A Gentlemen’s Agreement : Srebrenica in the Context of Dutch War History ». In Cockburn C., Zarkov D. (eds) : The Postwar Moment : Militaries, Masculinities and International Peacekeeping, London, Lawrence and Wishart : 162-182.

Dudink S., 2002 – « The Unheroic Men of a Moral Nation : Masculinity and Nation in Modern Dutch History ». In Cockburn C., Zarkov D. (eds) : The Postwar Moment : Militaries, Masculinities and International Peacekeeping, London : Lawrence and Wishart : 146-161.

Ehrenreich B., Pollit K., Ferguson R. B., Tiger L., Jaquette J. S., 1999 – Fukuyama’s Follies : So What, if Women Ruled the World ? Foreign Affairs, 78 (1) : 118-129

Eifler Ch., 2002 – « Soldatin – ein neuer Job für Frauen ? Geschlechterkonstruktionen im Vergleich USA, BRD und Russland ». In Harders C., Roß B. (eds) : Geschlechterverhältnisse in Krieg und Frieden : Perspectiven der feministischen Analyse internationaler Beziehungen, Opladen (Allemagne), Leske & Budrich : 163-172.

Elshtain J. B., 1987 – Women and War : Making Feminist Sense of the Iraq War. New York, Basic Books.

Elshtain J. B., 2009 – Women, the State, and War. International Relations, 23 (2) : 289-303.

Enloe C., 1989 – Bananas, Beaches and Bases : Making Feminist Sense of International Politics. Berkeley, University of California Press.

Enloe C., 1993 – The Morning After : Sexual Politics at the End of the Cold War. Berkeley, University of California Press.

Enloe C., 2000 – Maneuvers : The International Politics of Militarizing Women’s Lives. Berkeley, University of California Press.

Enloe C., 2002 – « Demilitarization – Or More of the Same ? Feminist Questions to Ask in the Postwar Moment ». In Cockburn C., Zarkov D. (eds) : The Postwar Moment : Militaries, Masculinities and International Peacekeeping, Londres, Lawrence and Wishart : 22-32.

Enloe C., 2007 – Globalization and Militarism : Feminists Make the Link. Lanham, MD, Rowman & Littlefield.

Enloe C., 2010 – Nimo’s War, Emma’s War. Berkeley, University of California Press.

Eriksson Baaz M., Stern M., 2009 – Why Do Soldiers Rape ? Masculinity, Violence, and Sexuality in the Armed Forces in the Congo (DRC). International Studies Quarterly, 53 : 495-518.

Farr K., 2009 – Extreme War Rape in Today’s Civil-War-Torn States : A Contextual and Comparative Analysis. Gender Issues, 26 : 1-41.

Foucault M., 2003 – « Society Must Be Defended » : Lectures at the Collège de France, 1975-1976. New York, Picador.

Freedman J., 2011 – Explaining Sexual Violence and Gender Inequalities in the DRC. Peace Review : A Journal of Social Justice, 23 (2) : 170-175.

Fukuyama F., 1998 – Women and the Evolution of World Politics. Foreign Affairs, 77 (5) : 24-40.

Gizelis Th.-I., 2009 – Gender Empowerment and United Nations Peacebuilding. Journal of Peace Research, 46 (4) : 5050-523.

Goldstein J., 2001 – War and Gender : How Gender Shapes the War System and Vice Versa. Cambridge, Cambridge University Press.

Hudson H., 2009 – Peacebuilding Through a Gender Lens and the Challenges of Implementation in Rwanda and Côte d’Ivoire. Security Studies, 18 : 287-318.

Hudson V. M., Caprioli M., Ballif-Spanvill B., McDermott R., Emmett C. F., 2008-2009 – The Heart of the Matter : The Security of Women and the Security of States. International Security, 33 (3) : 7-45.

Hutchings K., 2008 – Making Sense of Masculinity and War. Men and Masculinities, 10 (4) : 389-404.

Jennings K. M., 2009 – The Political Economy of DDR in Liberia : A Gendered Critique. Conflict, Security & Development,9 (4) : 475-494.

Kinsella H., 2005 – « Securing the Civilian : Sex and Gender in the Laws of War ». In Barnett M. N., Duvall R. (eds) : Power and Global Governance, Cambridge University Press.

Kronsell A., Svedberg E. (eds), 2012 – Making Gender, Making War : Violence, Military and Peacekeeping Practices. New York, Routledge.

Leiby M. L., 2009 – Wartime Sexual Violence in Guatemala and Peru. International Studies Quarterly, 53 : 445-468.

MacKenzie M., 2009 – Securitization and Desecuritization : Female Soldiers and the Reconstruction of Women in Post-Conflict Sierra Leone. Security Studies, 18 (2) : 241-261.

Maoz I., 2009 – The Women and Peace Hypothesis ? The Effect of Opponent Negotiators’ Gender on the Evaluation of Compromise Solutions in the Israeli-Palestinian Conflict. International Negotiation, 14 : 519-536.

Mathis S., 2002 – « Ein- und Aus-Blicke feministischer Friedensarbeit ». In Harders C., Roß B. (eds) : Geschlechterverhältnisse in Krieg und Frieden : Perspektiven der feministischen Analyse internationaler Beziehungen, Opladen, Leske & Budrich : 105-119.

Mazurana D., 2002 – « International Peacekeeping Operations : To Neglect Gender is to Risk Peacekeeping Failure ». In Cockburn C., Zarkov D. (eds) : The Postwar Moment : Militaries, Masculinities and International Peacekeeping, London, Lawrence and Wishart : 41-50.

McEvoy S., 2009 – Loyalist Women Paramilitaries in Northern Ireland : Beginning a Feminist Conversation about Conflict Resolution. Security Studies, 18 (2) : 262-286.

Mosse G. L., 1996 – The Image of Man : The Creation of Modern Masculinity. Oxford, Oxford University Press.

Niva S., 1998 – « Tough and Tender : New World Order Masculinity and the Gulf War ». In Zalewski M., Parpart J. (eds) : The « Man » Question in International Relations, Bouder, Westview Press : 109-128.

Olsson L., 2001 – « Gender Mainstreaming in Practice : The United Nations Transitional Assistance Group in Namibia ». In Olsson L., Tryggestad T. L. (eds) : Women and International Peacekeeping, Londres, Frank Cass : 97-110.

Olsson L., Tryggestad T. L. (eds), 2001 – Women and International Peacekeeping. Londres, Frank Cass.

Parashar S., 2009 – Feminist International Relations and Women Militants : Case Studies from Sri Lanka and Kashmir. Cambridge Review of International Affairs, 22 (2) : 235-256.

Prügl E., 2013 – « Gender Expertise as Feminist Strategy ». In Caglar G., Prügl E., Zwingel S. (eds) : Feminist Strategies in International Governance, Londres, Routledge : 57-73.

Prügl E., Thompson H., 2013 – The Whistleblower : Interview with Karthryn Bolkovac and Madeleine Rees. International Feminist Journal of Politics, 15 (1) : 102-109.

Puechguirbal N., 2003 – Women and War in the Democratic Republic of Congo. Signs : Journal of Women in Culture and Society, 28 (4) : 1271-1281.

Razack S. H., 2004 – Dark Threats and White Knights : The Somalia Affair, Peacekeeping and the New Imperialism. Toronto, University of Toronto Press.

Reardon B., 1985 – Sexism and the War System. New York, Teacher’s College Press.

Rees M., 2002 – « International Intervention in Bosnia-Herzegovina : The Cost of Ignoring Gender ». In Cockburn C., Zarkov D. (eds) : The Postwar Moment : Militaries, Masculinities and International Peacekeeping, Londres, Lawrence and Wishart : 51-67.

Reeves A., 2012 – Feminist Knowledge and Emerging Governmentality in UN Peacekeeping. International Feminist Journal of Politics (en ligne) : 1-22.

Regan P. M., Paskeviciute A., 2003 – Women’s Access to Politics and Peaceful States. Journal of Peace Research, 40 : 287-302.

Seifert R., 2009 – « Armed Conflicts, Post-War Reconstruction and Gendered Subjectivities ». In Eifler Ch., Seifert R. (eds) : Gender Dynamics and Post-conflict Reconstruction, Frankfurt am Main, Peter Lang : 21-48.

Sjoberg L., 2012 – Gender Hierarchy, International Structure, and the Causes of War. International Theory,4 (1) : 1-38.

Sjoberg L., Gentry C. E., 2007 – Mothers, Monsters, Whores : Women’s Violence in Global Politics. New York, Zed Books.

Skjelsbaek I., 2001 – Sexual Violence and War : Mapping Out a Complex Relationship. European Journal of International Relations,7 (2) : 211-237.

Stiehm J. H., 1982 – The Protected, the Protector, the Defender. Women’s Studies International Forum, 2 (3-4) : 367-376.

Stiehm J. H., 1989 – Arms and the Enlisted Woman. Philadelphia, Temple University Press.

Tessler M., Warriner I., 1997 – Gender, Feminism, and Attitudes toward International Conflict. World Politics, 49 : 250-281.

Tétreault M. A. (ed.), 1994 – Women and Revolution in Africa, Asia, and the New World. Columbia, University of South Carolina Press.

The Women’s Memorial, 2011 – Statistics on Women in the Military. http://www.womensmemorial.org/Press/stats.html. Accessed August 30, 2012.

Tickner J. A., 1999 – Why Women Can’t Run the World : International Politics According to Francis Fukuyama. International Studies Review, 1 (3) : 1-12.

Tryggestad T., 2009 – Trick or Treat ? The UN and Implementation of Security Council Resolution 1325 on Women, Peace, and Security. Global Governance, 15 : 539-557.

Wadley J. D., 2010 – « Gendering the State : Performativity and Protection in International Security ». In Sjoberg L. (ed.) : Gender and International Security : Feminist Perspectives, Londres, Routledge : 38-58.

Waltz K. N., 1959 – Man, the State, and War : A Theoretical Analysis. New York, Columbia University Press.

Wasmuht U. C., 2002 – « Warum bleiben Kriege gesellschaftsfähig ? Zum weiblichen Gesicht des Krieges. In Geschlechterverhältnisse » In Harders C., Roß B. (eds) : Krieg und Frieden : Perspektiven der feministischen Analyse internationaler Beziehungen, Opladen (Allemagne), Leske & Budrich : 87-103.

Weber C., 1995 – Simulating Sovereignty : Intervention, the State, and Symbolic Exchange. New York, Cambridge University Press.

West C., Zimmerman D. H., 2009 – Faire le genre. Nouvelles Questions Féministes, 28 (3) : 34-61. Parution originale en anglais en 1987.

Whittington S., 2003 – Gender and Peacekeeping : The United Nations Transitional Administration in East Timor. Signs : Journal of Women in Culture and Society, 28 (4) : 1283-1288.

Whitworth S., 2004 – Men, Militarism and UN Peacekeeping : A Gendered Analysis. Boulder, Lynne Rienner.

Wood E. J., 2006 – Variation in Sexual Violence during War. Politics & Society, 34 (3) : 307-341.

Wood E. J., 2009 – Armed Groups and Sexual Violence : When is Wartime Rape Rare ? Politics & Society, 37 (1) : 131-162.

Young I. M., 2003 – The Logic of Masculinist Protection : Reflections on the Current Security State. Signs : Journal of Women in Culture and Society, 29 (1) : 1-25.

Zarkov D., 2002 – « Srebrenica Trauma : Masculinity, Military and National Self-Image in Dutch Daily Newspapers ». In Cockburn C., Zarkov D. (eds) : The Postwar Moment : Militaries, Masculinities and International Peacekeeping, Londres, Lawrence and Wishart : 183-203.

Zwingel S., 2003 – « Männer und Kinder zuerst. Über die Notwendigkeit von Geschlechterkonstruktionen zur Legitimierung und Durchführung von Kriegen ». In Albrecht S., Goldschmidt W., Stuby G. (eds) : Die Welt zwischen Recht und Gewalt : Internationale Sozialordnung, Völkerrecht und Demokratie, Hamburg (Allemagne), VSA-Verlag.

Notes

2 Certaines affirmations universalisantes ont véhiculé des présupposés erronés comme l’incapacité des femmes à agir dans le champ de la politique internationale. Ainsi, Francis Fukuyama (1998) affirme que les femmes sont incapables de diriger le monde car, aussi longtemps qu’il y aura des hommes, le penchant des femmes pour la paix ne fera jamais le poids face à la violence masculine (pour des critiques, voir Tickner, 1999 ; Ehrenreich et al., 1999).

3 Certains ont affirmé que les armées changeraient « quand le fait de servir cesserait d’être une preuve de virilité » (Stiehm, 1989 : 7). Mais Eifler (2002) affirme que les armées américaines et russes ont trouvé de nouvelles manières de « faire le genre » qui ont permis de perpétuer l’exclusion et la marginalisation des femmes. Les Russes ont contraint les femmes à accepter des contrats de travail à court terme, contrats qui sont censés être appliqués aux hommes dans le futur, et les Américains les ont exclues du combat.

4 Le problème est devenu plus visible quand a été révélée l’implication des casques bleus dans la traite humaine à des fins d’exploitation sexuelle en Bosnie. La traite à des fins d’exploitation sexuelle et la prostitution dans le contexte des opérations de maintien de la paix demeurent endémiques (Prügl et Thompson, 2013).

Auteur

Elisabeth Prügl est titulaire d’un doctorat de The American University (1992). Elle a rejoint l’IHEID en 2009 et est devenue directrice adjointe de l’Institut en septembre 2010. Elle était auparavant professeure titulaire à la Florida International University de Miami, où elle était également la codirectrice du Miami-Florida European Union Center of Excellence. Ses recherches portent sur la gouvernance globale, les relations internationales et l’économie politique internationale avec une perspective féministe. Elle a écrit : The global construction of gender : Home-based work in the political economy of the 20th century (Columbia, 1999) et Transforming masculine rule : Agriculture and rural development in the European Union (Michigan, 2011), et a dirigé un certain nombre d’ouvrages. Ses recherches ont également été publiées dans diverses revues dont Signs : Journal of Women in Culture and Society, International Feminist Journal of Politics, International Studies Quarterly, and World Development.
elisabeth.pruegl@graduateinstitute.ch

Aurélie Cailleaud (Traducteur)

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540