Version classiqueVersion mobile

Pour un développement « humanitaire » ?

 | 
Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Conclusion

Les ONG du xxie siècle, renouveau ou décadence ?

Texte intégral

1Quel impact les ONG ont-elles donc sur le développement et la démocratisation des pays pauvres ? Au vu de la diversité du monde associatif, il paraît difficile de dresser un bilan général, positif ou négatif. Les nombreuses critiques adressées à l’encontre des ASI n’en sont pas moins justifiées. Certaines tiennent à des désaccords sur leur définition, leur mandat et leurs objectifs. On l’a vu dans le premier chapitre : en fonction des attentes, les ONG sont tour à tour critiquées parce qu’elles se sont bureaucratisées, parce qu’elles ne sont pas vraiment altruistes, parce qu’elles sont trop souvent obsédées par leur croissance budgétaire, parce qu’elles ne poursuivent pas toujours un but non lucratif, ou encore parce qu’elles usurperaient la parole des pauvres et des victimes, en particulier quand elles s’avisent de faire du « plaidoyer » et de défendre les droits de l’homme.

2De même, on reproche aux ASI de ne pas être à la hauteur des espoirs qu’elles soulèvent sur le plan politique. Les deuxième et troisième chapitres l’ont montré à leur manière : soit elles ne sont pas aussi indépendantes des États qu’elles le prétendent, soit elles ont un impact très discutable sur la démocratisation et le développement des pays pauvres. En conséquence de quoi elles prêtent le flanc à des critiques qui sont analysées dans le quatrième chapitre et qui touchent tout à la fois à leur ingérence, leur performance, leur surpuissance… et leur faiblesse. Pour conclure l’ouvrage, il s’avère en fin de compte que le problème de fond tient à l’absence de consensus pour convenir de méthodes et d’indicateurs susceptibles d’évaluer l’impact et les réalisations des ONG.

3Dans une très large mesure, la critique des ASI se nourrit ainsi des échecs de la coopération pour le développement, quand bien même celle-ci serait d’abord financée par les États occidentaux. La différence tient à la focalisation sur les opérateurs, au risque de négliger la responsabilité des bailleurs et des destinataires de l’aide lorsque ses fonds sont détournés à des fins politiciennes ou personnelles. En effet, la critique des ONG se concentre davantage sur les dysfonctionnements des acteurs de terrain. Non sans raison : une pareille tendance constitue en quelque sorte la rançon de la gloire puisqu’elle a accompagné la montée en visibilité et en puissance des associations de solidarité internationale.

4Aujourd’hui, les principales ASI disposent en l’occurrence de moyens dignes de firmes multinationales cotées en bourse. À elles seules, certaines sont même plus riches que les pays les plus pauvres. Petites et grandes ONG ont pris une ampleur globale du fait non seulement de leur vocation messianique et universelle, mais aussi de leurs efforts de standardisation et de professionnalisation dans une logique de rationalisation économique qui les a poussées à se regrouper pour trouver des financements en commun. Désormais, beaucoup d’ASI ne se contentent plus d’être des organisations à vocation sociale qui ont leur siège dans un pays et qui travaillent dans un autre. Bien souvent, elles agissent également en réseau, ce qui leur donne une dimension transnationale. Les plus grosses cherchent quant à elles à s’organiser en multinationales avec des filiales de droit local dans différents États : soit en y suscitant la création de nouvelles structures, à l’instar de MSF ou Amnesty, soit en y agrégeant des associations nationales déjà existantes, à l’instar du mouvement Oxfam.

5Résultat, les grandes ONG internationales sont largement perçues comme des pouvoirs parallèles. Pour de nombreux observateurs, elles paraissent avoir délaissé leur rôle de contre-pouvoir afin de conforter leur institutionnalisation dans une logique d’aménagement plus que de confrontation avec les États bailleurs. Aussi prêtent-elles le flanc à la critique des marxistes du Nord ou des nationalistes du Sud qui y voient un simple relais de l’hégémonie occidentale et du soft power des puissances impérialistes. Comme les missionnaires d’autrefois, les humanitaires d’aujourd’hui sont accusés d’ingérence. Dans son documentaire sur L’assistance mortelle, le réalisateur haïtien Raoul Peck dénonçait ainsi la « dictature de l’aide » à propos des secours apportés aux victimes du tremblement de terre de Port-au-Prince en 2010.

6La montée en force de la critique signe-t-elle pour autant l’arrêt de mort des ASI ? Rien n’est moins sûr au vu des complicités observées entre États et ONG. Au xixe siècle, Alexis de Tocqueville voyait déjà dans les associations l’avenir de la démocratie, voire de l’humanité. Pour Akira Iriye (1999), le xxe siècle a ensuite été le siècle des ONG… et de l’Amérique. À en croire Kenneth Boulding (1990 : 244), les ASI, en particulier, ont connu « un des développements les plus spectaculaires du xxe siècle, si rapide qu’il est passé presque inaperçu ». À l’heure de la globalisation, il serait donc logique que les ONG continuent d’exercer une forte influence. Roger Sue (1997 : 171) estime que « le xxie siècle pourrait bien être le siècle des associations ».

7Encore faut-il s’entendre sur les effets de la globalisation et de l’émergence d’une culture prétendument mondiale. L’union fait la force et les ASI paraissent susceptibles de gagner en puissance à mesure qu’elles s’uniformisent et s’organisent en réseaux, jusqu’à former une sorte de simili « société civile transnationale ». Mais un tel scénario sous-estime l’hétérogénéité et la diversité de milieux qui se caractérisent par de nombreuses divergences internes. En réalité, soutient Sarah Stroup (2012), les cultures associatives nationales s’avèrent plus déterminantes que les idéaux universels des humanitaires pour orienter les stratégies d’action des ASI. L’isomorphisme ne garantit de toute façon pas la pérennité des ONG occidentales. À terme, relève Joseph Zimet (2006 : 70), celles-ci pourraient au contraire finir par disparaître complètement à force de se banaliser et de servir les intérêts de leurs gouvernements ! Autre possibilité du même acabit, elles pourraient devenir de simples exécutants et se fondre dans le modèle de l’entreprise en cherchant à copier les performances du secteur marchand dans un monde de plus en plus compétitif, marqué par la prolifération d’associations artificielles et sans base sociale.

8Dans tous les cas, il est clair que la poussée des pays du Sud menace l’hégémonie des ONG du Nord. En témoigne l’apparition d’ASI qui sont basées dans des pays en développement. Il convient certes de ne pas en tirer des conclusions hâtives. Les ASI du « tiers-monde » ne sont pas forcément appelées à remplacer leurs homologues des pays riches. De plus, le scénario de la décroissance pourrait bien toucher toutes les ONG, du Nord comme du Sud. Celles-ci suivraient alors la pente des syndicats ou des coopératives autrefois en vogue pour proposer des modèles de développement. De fait, les ONG ne prospèrent pas toutes. Même si l’extinction de quelques-unes est largement compensée par la création d’autres associations, certaines disparaissent ou fusionnent, à l’instar d’AMI ou ERM en France. D’autres doivent restreindre leur champ d’action, fermer des programmes à l’étranger, diminuer le nombre de pays où elles interviennent, voire se recentrer uniquement sur des activités à l’échelle nationale ou locale, à l’instar de la Cimade protestante ou de l’Iiro musulmane, qui sont pourtant situées à des pôles extrêmes sur le plan religieux.

9Assurément, la globalisation n’est pas à sens unique. Tous les cas de figure sont possibles et il faudra suivre l’évolution des acteurs de la solidarité internationale avec attention pour apprécier les tendances générales de la mouvance des ONG à travers le monde, entre uniformisation, fragmentation, dispersion… et dilution.

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search