Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour un développement « humanitaire » ?

 | 
Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Chapitre V

Le bilan impossible. Limites de l’évaluation et du contrôle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question de l’évaluation du travail des acteurs de la solidarité internationale renvoie d’abord à des exigences de transparence, de « redevabilité » et de traçabilité des dons privés ou des deniers publics des bailleurs institutionnels, quoi qu’il en soit par ailleurs de la diversité d’organisations spécialisées dans le « plaidoyer », le développement, l’urgence ou tout à la fois. Pour Louis Bériot (1985 : 204), par exemple, « il n’y a plus de raisons que les contrôles et les garanties qui s’imposent aux entreprises ou aux communes ne puissent aussi être exigés des associations qui vivent de l’aide publique, soit par subventions, soit par cotisations directes ». Logiquement, les ONG devraient au moins rendre des comptes à ceux qui leur donnent de l’argent, à défaut d’informer précisément les populations censées bénéficier de leurs activités. On ne voit pas pourquoi elles échapperaient à un mouvement de fond qui englobe les entreprises et les gouvernements alors que le secteur ass...

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540