Version classiqueVersion mobile

Femmes, printemps arabes et revendications citoyennes

 | 
Gaëlle Gillot
, 
Andrea Martinez

Partie 2. Géopolitique de la citoyenneté, pratiques urbaines et atteintes au corps des femmes

Chapitre 11

Outils et réflexions pour une citoyenneté affirmée pour les femmes et les hommes aux Suds et aux Nords. Réseau « Femmes du Monde »

Ada Bazan et Carine Troussel

Texte intégral

Introduction

  • 1 Hypothèse de l’Étude préliminaire et participative – Réunion de planification du comité de capitalis (...)

1« Si les femmes occupent une place centrale dans la recherche sur les multiples facteurs qui déterminent leurs conditions de vie, elles seront protagonistes de la transformation sociétale. »1

  • 2 On propose d’utiliser le mot « acteure » pour le féminin d’acteur parce que le mot « acteur » est u (...)

2L’association française de solidarité internationale Quartiers du Monde (QDM) construit des processus de formation politique à la participation citoyenne et des processus de construction de l’égalité de genre, avec une approche de droits humains et de femmes, processus sur lesquels elle travaille en réseau. Elle agit en partenariat avec des organisations sociales, des jeunes, femmes et hommes, habitant-e-s des quartiers populaires des villes aux Suds et aux Nords (Afrique, Amérique latine et Europe). L’empowerment (encadré 1) constitue l’une des plus importantes bases du travail sur le genre. Il souligne le caractère prioritaire du renforcement de la confiance en soi et de la capacité à faire ses propres choix de vie. Les méthodologies participatives et formatives issues de l’éducation populaire (la recherche-action, la cartographie sociale, le théâtre forum, la vidéo recherche) et les outils (la ligne de temps, les fiches de cultures, le photo-langage…) sont en relation directe avec l’empowerment : les femmes ne sont pas des « sujets d’étude », elles deviennent acteures2 de leurs découvertes et lectures individuelles dans des scénarios collectifs. L’objectif du travail du réseau est de connaître et comprendre, avec les femmes et les jeunes, femmes et hommes, les rapports sociaux existants entre les hommes et les femmes des différentes cultures et sociétés, les structures sociales, politiques, culturelles et économiques qui construisent et entretiennent sur chaque territoire ces rapports. Il est également important d’identifier avec les femmes la subordination de genre, afin de visualiser leur position en tant que femmes, de réfléchir sur leur position d’acteur-e-s de la société au même titre que les hommes et d’éveiller leur capacité transformatrice. Ainsi, nous travaillons sur les représentations, les symboles dans un exercice permanent de déconstruction et de transformation sociale.

Encadré 1

  • 3 Les définitions suivantes ont été rassemblées par Elisabeth Hoffmann (2003).

L’empowerment

La philosophie de « l’empowerment » a ses origines dans l’approche de l’Éducation populaire développée dans les années 1960 par Paolo Freire (Brésil). Ce terme a été lié aux « approches participatives » utilisées sur le terrain du développement social depuis les années 1970. L’empowerment est applicable à tous les groupes vulnérables, mais c’est dans le travail avec les femmes que la production théorique a été la plus riche, notamment par le réseau DAWN (1985) des femmes chercheures du Sud et du Nord. Depuis, la notion « d’empowerment » est utilisée par les agences de coopération, les Nations unies et la Banque mondiale. Plusieurs sociologues ont essayé de contribuer à améliorer la compréhension du concept à travers leurs écrits3 : on peut citer Jacquet (1995), qui le présente comme « l’acquisition d’un droit à la parole et à la reconnaissance sociale », ou encore Eisen (1994), qui le définit « comme la façon par laquelle l’individu accroît ses habiletés favorisant l’estime de soi, la confiance en soi, l’initiative et le contrôle ». D’autres parlent de processus social de reconnaissance, de promotion et d’habilitation des personnes dans leur capacité à satisfaire leurs besoins, à régler leurs problèmes et à mobiliser les ressources nécessaires de façon à se sentir en contrôle de leur propre vie (Gibson, 1991 : 359). Les notions de sentiment de compétence personnelle (Zimmerman, 1990), de prise de conscience (Kieffer, 1984) et de motivation à l’action sociale (RAPPAPORT, 1987 ; Anderson, 1991). Au sein du réseau Quartiers du Monde/Femmes du Monde, on considère « l’empowerment » en tant que processus/stratégie de renforcement des capacités, de confiance et d’estime de soi, de construction d’une vision politique de la vie et du protagonisme en tant que groupe et individu pour impulser et participer au changement social.

3Nous avons structuré notre présentation autour de cinq concepts interactifs qui reprennent les réalités des femmes :

  • Territoire

  • Citoyenneté

  • Espace public/privé

  • Captivité

  • Autonomie

4Les exemples ici apportés sont extraits de leur processus afin d’illustrer les concepts et définitions. Les différents outils qui seront présentés ne sont pas appliqués de façon linéaire, mais au contraire de façon à complexifier et à visualiser les intersections entre les catégories, les relations de pouvoir et de subordination, et les espaces public et privé.

Le territoire

5Quartiers du Monde appréhende le territoire en tant qu’espace systémique, en mouvement permanent, où se tissent des relations humaines, sociales, économiques, des relations de pouvoir, de subordination. Se produisent et se reproduisent des règles sociales qu’affirment, valident, normalisent des modèles de comportements et des rôles, suivant la logique de la structure (sociale, culturelle, économique et politique) dominante (capitalisme et patriarcat).

6Le quartier, délimité par les acteur-e-s des projets, est le territoire physique et subjectif où jeunes et adultes, femmes et hommes, ont leurs racines, se croisent, se rencontrent, vivent des émotions, évoluent, construisent leurs identités, individuelles et collectives, deviennent les femmes et les hommes attendu-e-s et façonné-e-s par leur société. Mon territoire est en moi, et mon territoire, c’est le monde, la société, le quartier où j’habite. C’est sur cet espace qu’ils/ elles vont initier leur appartenance à un ou à plusieurs groupes, ainsi que leur relation avec l’espace public et le droit à la ville. Le territoire est l’espace de transmission de la culture et des règles sociales, où la participation des femmes, les autonomies des jeunes, femmes et hommes, la diversité ne sont pas toujours les bienvenues.

7Pour comprendre le territoire, l’appréhender en tant qu’espace systémique et agir, nous utilisons, dans le cadre d’ateliers de travail, la méthodologie de la cartographie sociale. Cette méthodologie a été développée par le réseau Quartiers du Monde pour travailler collectivement sur un territoire commun. Elle part du territoire et consiste à réunir des acteur-e-s autour d’une problématique commune. Ensemble, les acteur-e-s dessinent leur territoire, échangent, apportent leur vision individuelle et construisent des connaissances collectives, afin de rendre possible une action transformatrice sur ce territoire. C’est en dessinant le quartier, ses limites, les repères qui ont du sens, les relations qui se tissent que le dialogue naît. L’exercice de dessiner la réalité permet de mettre dans un même langage des savoirs, des imaginaires et des désirs subjectifs. Le dialogue et la représentation permettent de construire ensemble, de faire se rencontrer et de rendre conscients les versions, les regards et les manières multiples de comprendre le monde et de générer des consensus. Le territoire est alors vu par un regard complexe comme un espace de relations.

8Nous pouvons citer quelques exemples d’utilisation de cette méthodologie qui se déroule dans le cadre de plusieurs ateliers.

Exemples marocains

9À Salé (ville située à la périphérie de Rabat, au Maroc), avec le groupe de jeunes, femmes et hommes, des quartiers populaires de Laâyayda et Tabriquet, nous avons utilisé la cartographie sociale pour comprendre les relations de genre existant entre les jeunes, femmes et hommes, dans ces quartiers. Les participant-e-s se sont réuni-e-s autour d’une grande feuille blanche et ont commencé par délimiter leurs quartiers, identifier les limites, leurs référents (photo 1). Les jeunes dessinent l’avenue où passent les grands taxis et les bus qui les amènent à Rabat comme une limite, puisqu’elle permet de sortir du quartier. Tel terrain de foot est la limite entre deux quartiers. Elle est bien identifiée en tant que telle par les jeunes garçons qui y disputent des tournois. Puis on dessine les jeunes femmes et les jeunes hommes. Où sont-ils et que font-ils ? Finalement, les participant-e-s identifient les espaces mixtes, les relations. Le lycée, et surtout l’espace devant le lycée, est tout de suite signalé autant par les jeunes femmes que par les jeunes hommes comme un espace important, car ils s’y rendent tous les jours et surtout parce qu’il est un espace de rencontre, de rendez-vous, où l’on se retrouve avec son ou sa petit-e ami-e avant de sortir du quartier pour être ensemble, loin des regards de la famille et des amis de la famille. Et puis les espaces se font moins mixtes, on comprend que la rue appartient aux garçons. À un moment de la carte, un point important apparaît qu’on pourra travailler lors d’un autre atelier, en complétant cette carte ou en en dessinant une autre. Les relations amoureuses, la drague ou le harcèlement auquel les jeunes femmes sont soumises seront travaillés par des ateliers de théâtre-image. On approfondit aussi les ateliers de cartographie sociale par des parcours territoriaux. Dans ces mêmes quartiers, des jeunes femmes ont réalisé un parcours territorial pour montrer les espaces qu’elles utilisent/occupent dans le quartier. Les jeunes hommes ont fait la même chose. À la fin des deux parcours, on se rend compte que les jeunes hommes occupent la rue, qu’elle est leur territoire, qu’ils s’approprient des micro-espaces et que les jeunes femmes ne font que passer, car la rue leur semble hostile. Une jeune femme nous a fait passer devant un terrain vague où sa cousine a été violée. « Personne n’a rien fait, ni rien dit… », affirme-t-elle.

Photo 1. Atelier de cartographie sociale sur la place des hommes et des femmes dans l’espace public à Salé (Maroc).

Photo 1. Atelier de cartographie sociale sur la place des hommes et des femmes dans l’espace public à Salé (Maroc).

10À Taskoukt (douar proche de Ouarzazate), les femmes ont réalisé la cartographie sociale de la maison et ont identifié des espaces très ségrégués où la femme est toujours au service de l’homme, matériellement et sexuellement.

La citoyenneté des hommes et la non-citoyenneté des femmes

11Le mot « citoyenneté » a des sens et des attentes différents selon la zone géographique et la catégorie sociale dans laquelle on se trouve. Dans le réseau FDM (femmes habitantes des quartiers populaires), nous avons observé que ce mot est très lié aux référentiels et préoccupations des femmes.

12Dans les quartiers populaires en Amérique Latine (Bolivie, Brésil et Colombie), « Ciudadanía » en espagnol ou « Cidadanía » en portugais sont des mots très utilisés tant par les femmes et par les jeunes, femmes et hommes, que par les organisations sociales qui travaillent avec elles et eux. Le référentiel dans cette région est l’accès et l’exercice des droits. Il se réfère à la dignité, qui est en elle-même un objectif, et passe par « la construction d’une citoyenneté affirmée ».

13Dans les quartiers populaires en Afrique (Maroc, Mali et Sénégal), le référentiel des femmes est la religion, et leur préoccupation est d’être des « femmes bien » aux yeux de Dieu, tout en ayant accès à leurs droits qu’elles connaissent peu. Les femmes sont cantonnées à l’espace privé, espace où le référentiel des droits ne parvient pas à entrer, alors que dans l’espace public ce référentiel s’impose davantage. Les jeunes, femmes et hommes, parlent de citoyenneté, mais le référentiel reste religieux aussitôt que l’on aborde l’intimité, la sexualité. Le mot citoyenneté, mouwatana en darija, et sama waref en wolof, renvoie aux devoirs envers son pays, il est très proche du patriotisme et évoque peu les droits humains.

14Le concept de citoyenneté, lorsque l’on balaie de nombreuses définitions accessibles partout, renvoie toujours aux droits, aux libertés, au vote, à la nationalité : « droits et responsabilités que possèdent les personnes face à l’État ». Tous les sites Internet consultés s’accordent à dire que la citoyenneté est « un concept en évolution qui s’est construit à travers les siècles, à partir des préoccupations des “populations”4, et du mode de vie commune qu’elles ont choisi… »5.

15Un des plus grands apports de l’Antiquité classique est l’héritage philosophique de la construction de la femme en tant que « non-citoyenne », qui la positionne à la marge de la démocratie. Pomeroy (1999) nous rappelle que c’est à partir du « pacte social » que la société des citoyens (hommes) établit deux espaces différenciés et hiérarchisés, l’espace public et l’espace privé, dans lesquels elle place les hommes et les femmes, excluant ainsi les femmes du monde des droits et de leur participation à la construction des États-Nations.

16On lit également sur la toile : « […] le citoyen [uniquement au masculin]) est un sujet de droit et dispose à ce titre de droits civils et politiques qui font référence aux libertés : liberté d’expression, d’opinion, de réunion, d’association, de culte, etc. et à la participation aux prises de décision et à l’organisation de la vie collective, en société ».

17Si la citoyenneté est liée à l’exercice des droits, et que, souvent, dans les quartiers du monde, cet exercice est basé sur la position que les individus ont dans la société et le pouvoir qu’elle leur offre, les femmes doivent comprendre quelle est leur position dans leur société. Quelle est leur position en tant qu’habitantes des quartiers populaires et des zones rurales ?

  • 6 Multiculturalismo coeducación y ciudadanía – Alicia Miyares, art. Cuadernos interculturalidad femin (...)

18Depuis le pacte social, les femmes ont conquis de plus en plus de droits, de nature et de portée variables selon les pays, les villes, les quartiers et les origines. Pourtant, on a pu observer que dans les quartiers du réseau les femmes restent encore dans une situation de citoyenneté « incomplète »6, une sorte de citoyenneté de « deuxième catégorie », car elles n’ont acquis de façon satisfaisante aucun des quatre traits qui caractérisent la citoyenneté affirmée : la capacité d’élection, la participation, la distribution de la richesse et la reconnaissance.

19À QDM, on adhère à la définition proposée depuis une perspective féministe selon laquelle la citoyenneté est « une forme d’identité politique qui consiste à s’identifier avec les principes politiques de la démocratie moderne et pluraliste, c’est-à-dire dans l’affirmation de la liberté et de l’égalité pour toutes les personnes » (Quartiers du Monde, LDDF, GIZ, 2013).

20Notre ONG essaie de construire chez les femmes et chez les jeunes, femmes et hommes, habitant-e-s de quartiers populaires et de zones rurales la prise de conscience de cette position de non-citoyenneté. Nous travaillons sur la citoyenneté et sur plusieurs concepts liés à l’exercice ou non de cette citoyenneté tels que la participation, le « protagonisme », le pouvoir et la démocratie. Une des dynamiques que nous utilisons en atelier pour comprendre le pouvoir, la position des femmes et le pouvoir qu’elle donne est celle des chaises. Le jeu consiste en la construction de statues à partir de chaises. On construit des réalités et on identifie les pouvoirs et les différentes formes de pouvoir et/ou on construit des statues de situations telles que nous les voudrions. À Taskoukt, au moment de la création de l’association des femmes, cette dynamique a été réalisée avec les femmes : elles ont identifié le pouvoir de celui ou celle qui est au-dessus des autres, la supériorité. La figure construite était celle de quatre chaises sur lesquelles était posée la cinquième chaise, comme une sorte de pyramide. Elles ont identifié le pouvoir du chef, le directeur qui surveille tout le monde. Puis elles ont construit la figure du guide et celle du protégé.

21Nous terminons souvent cette dynamique par les chaises de la participation. À Taskoukt, la figure du cercle a été construite. Les femmes sont conscientes que, tant qu’il y a des inégalités dans l’accès à l’écriture, à la lecture, et dans la mobilité des femmes dans le groupe, la participation n’est pas encore pleine, mais la volonté et les conditions sont posées. À Salé, à partir de la même dynamique, les jeunes ont construit les chaises du pouvoir dans les services publics. Ils/elles ont identifié les pouvoirs que s’octroient certains fonctionnaires et/ou intermédiaires, le système de corruption et l’exclusion des jeunes hommes surtout, qui se retrouvent privés de leurs droits et dans une situation de non-citoyenneté.

22Avec les jeunes, femmes et hommes, de Salé, nous avons utilisé le théâtre-image pour comprendre la position des femmes et des hommes dans les différents espaces où les jeunes sont et agissent. L’identification de ces espaces nous amène déjà à comprendre de quels espaces les jeunes femmes et/ou hommes sont exclu-e-s, puisque nous avons défini l’espace de la maison, celui de l’association, celui de l’école et celui de la rue ; il n’y a pas d’espace de participation politique en dehors de l’association.

23En mettant en image l’association, les jeunes, femmes et hommes, dessinent la réalité de la participation des femmes dans cet espace politique. Les hommes dirigent : la représentation politique à l’extérieur est assurée par une figure masculine, ils assurent la gestion des comptes. Les femmes négocient à l’intérieur. À partir de cette réalité, on pourra construire une image du futur rêvé et des différentes images « étapes » en identifiant les actions à mener et les acteur-e-s qui peuvent les réaliser.

24Plusieurs ateliers de cartographie sociale ont été réalisés au sein des associations, avec les membres des bureaux et les jeunes, femmes et hommes. Ils nous ont permis de visualiser la place des jeunes, femmes et hommes, dans ces associations. Ils/elles sont exclu-e-s des espaces de décision, cantonné-e-s aux activités d’exécution, selon une division sexuelle du travail, les garçons se déplaçant et portant les poids, les filles dans la cuisine et au ménage. Ces ateliers ont été des moments de prise de conscience d’abord pour les jeunes, femmes et hommes, du groupe puis pour les responsables. Un long processus s’est enclenché, entre luttes et négociations, au sein des associations d’adultes qui travaillent avec des jeunes, femmes et hommes, pour faire entendre la parole de ces dernier-e-s. Un processus de travail a été mené au sein du groupe de jeunes de Quartiers du Monde pour construire, à leur rythme, un modèle de participation politique associative qui leur paraît plus juste, une association où les jeunes, femmes et hommes, décident ensemble et de manière égalitaire.

25Plus tard, sur les cartes sociales ont été dessinés l’Internet et les maisons de jeunes comme espaces d’expression de la citoyenneté. Internet est un espace qui ressemble aux jeunes et où ils peuvent s’informer et s’exprimer plus librement qu’ailleurs, autant pour les femmes que pour les hommes. Mais cet espace n’est pas encore reconnu comme un espace citoyen. Les maisons de jeunes sont des espaces qui devraient permettre l’expression de la citoyenneté mais qui malheureusement fonctionnent encore selon le modèle patriarcal et « adultocentriste ».

Dichotomie et hiérarchisation : l’espace public - l’espace privé

  • 7 Citée par Elena Apilanez Piniella, dans Aportes de las teorías feministas para la economía social y (...)

26La « chose publique » et la « chose privée » constituent, selon Celia Amoros7, « une constante structurelle qui articule les sociétés en hiérarchisant les espaces ». Dans les représentations des femmes du réseau, cette dichotomie et hiérarchisation est claire et vécue par toutes. L’espace public est celui qui est généralement attribué à l’homme : c’est l’espace de la production, des activités sociales, politiques, économiques. C’est l’espace de participation dans la société, de la reconnaissance et du pouvoir. L’espace privé est celui que l’on attribue à la femme : c’est l’espace de la famille, auquel on rattache la fonction de reproduction symbolique. C’est l’espace des émotions, qui sont définies comme les « affinités des femmes », « la nature des femmes ». En construisant une nouvelle dichotomie hiérarchique « raison versus émotion », on exclut les femmes de l’espace public/politique dans lequel se prennent les décisions, s’exerce le pouvoir et se négocient les affaires de la vie politique et sociale. Cette division entre l’espace public et privé renforce la perception des hommes en tant que citoyens (capables) à part entière – en tant que décideurs politiques actifs.

27Les femmes ne sont pas considérées comme des agents politiques (parce que pas capables, pas assez formées, trop émotives, ne disposant pas de temps, etc.). Elles sont considérées comme dépendantes des hommes, lesquels gouvernent la société en leur nom. En opposition, l’espace privé est dévalorisé d’abord par les femmes elles-mêmes, car le travail qui se réalise n’est pas visualisé en tant que producteur de biens ni de services ; il est invisible, tant aux yeux de la société que dans les comptes des États.

28« Le cantonnement des femmes à l’espace privé et domestique est le mécanisme par lequel la tradition des Lumières et l’idéologie libérale consolident l’exclusion des femmes des promesses d’égalité et de liberté » (Cristina Molina, citée par Alvarez de Miguel, 2004 : 21). Les discours de la modernité et de la construction scientifique durant les xixe et xxe siècles ont contribué à légitimer cette dichotomie, faisant de l’espace privé un espace hors État ou hors des normes régulatrices de la vie en société. Les droits ne régissent pas les relations entre les genres. L’espace privé est construit et argumenté, dans les différentes langues et cultures, à travers toute une symbolique pour le justifier en tant qu’espace « propre du féminin ».

29À travers la cartographie sociale et d’autres méthodologies issues de l’éducation populaire, nous avons questionné et analysé avec les femmes et les jeunes, femmes et hommes, les relations existantes, notamment de pouvoir et de subordination, dans les différents espaces.

30Avec les jeunes, femmes et hommes, de Salé, nous avons utilisé le théâtre-image pour identifier les relations de pouvoir dans l’espace privé, dans la maison, dans la famille. Les jeunes ont construit une image représentant les membres de la famille vaquant à leurs occupations au sein de la maison et ont mis en relation les personnages. L’image construite (photo 2) représente le père au premier plan, en position de pouvoir. Il se repose et contrôle, dirige avec sa télécommande ce que la famille regarde. La mère, derrière sur la gauche, est en tenue d’intérieur. Alors que tous les autres ont des tenues avec lesquelles ils/elles peuvent sortir à tout moment, la mère est pieds nus et porte un foulard relevé qui caractérise aussi la tenue du ménage. On voit qu’elle réalise seule les tâches ménagères et qu’elle demande de l’aide mais n’en trouve pas. Elle est ignorée. Elle choisit de ne pas impliquer sa fille pour que celle-ci étudie. Le fils est sur Internet, pour montrer qu’il est coupé de sa famille. Souvent, les jeunes hommes évoquent la pression qu’ils subissent pour remplir leur rôle de pourvoyeur économique (« Sors chercher du travail »). En revanche, ils sont complètement libres d’aller et venir dans l’espace public comme dans l’espace privé.

Photo 2. Image de la famille. Atelier de théâtre image sur la place des hommes et des femmes dans les associations, la famille, l’espace public à Salé (Maroc).

Photo 2. Image de la famille. Atelier de théâtre image sur la place des hommes et des femmes dans les associations, la famille, l’espace public à Salé (Maroc).

31Dans l’espace public non politique, nous avons vu, lors de la cartographie sociale sur les relations entre les jeunes, femmes et hommes évoquée plus haut, que la rue est le territoire des hommes. Ils s’y arrêtent, y ont des activités, traînent dans les coins de rue. Et les femmes ? Lors de l’atelier de cartographie sociale, nous avons demandé : « Où se retrouvent les jeunes hommes ? »

32« Au café. » ;« Et les jeunes femmes, y vont-elles ? » « Non, elles n’y entrent pas, pas dans ceux-là, les jeunes femmes quittent le quartier, parfois vont à Rabat pour aller au café, à l’intérieur, jamais sur la terrasse. » On voit donc que les jeunes femmes doivent sortir de l’espace public de leur quartier qui, pour elles, n’est qu’un lieu de passage qu’elles traversent mais où elles ne s’arrêtent pas, pour aller vers des espaces de plus de liberté, dans un territoire qui n’est pas « le leur », pour échapper à la pression sociale.

Captivité

33Ce concept est fondamental dans la construction et le maintien de l’exclusion des femmes à partir de l’intériorisation et de l’incorporation (intégrée dans le corps) des stéréotypes dans lesquels chaque femme s’est construite. La captivité est la catégorie qui définit l’état des femmes dans le monde patriarcal. Elle se concrétise dans la relation spécifique des femmes avec le pouvoir et se caractérise par la privation de liberté. Les femmes sont captives parce qu’elles ont été privées d’autonomie, d’indépendance pour vivre, privées de décider par elles-mêmes de la possibilité de choisir et de la capacité à décider (Lagarde, 1999 : 151). La même auteure écrit dans son ouvrage sur les captivités des femmes (issu d’une recherche en anthropologie menée au Mexique dans les années 1990) : « Seuls les hommes sont libres de transiter dans les deux espaces public et privé, les femmes sont captives de l’espace privé, à l’exception des ouvrières, et des prostituées, celles qui bougent dans l’espace public, mais pas politique, pour rendre service aux hommes » (Lagarde, 1999 : 153).

34Les femmes se sont construites dans une position de subordination, subordination fondée sur la différence biologique (la « nature » des femmes) par rapport aux hommes et justifiée par les réflexions et pratiques éducatives, tant dans les systèmes éducatifs nationaux que dans la reproduction des modèles et des symboles du féminin par les systèmes de communication et l’ensemble des sociétés. Dans cette construction de subordination, les femmes ont incorporé des incapacités à occuper des postes de responsabilité, à faire des études, à prendre des décisions…, à être libres.

35« La femme ne peut pas donner son opinion en public, et quand elle le fait à la maison, rares sont les fois où elle est écoutée. Elle ne peut non plus suggérer des solutions à un quelconque problème que sa famille rencontre. Manque de liberté de circulation et ce, même si c’est pour se rendre au travail, chez le médecin ou pour d’autres besoins. À chaque fois qu’une femme veut circuler dans un lieu public, elle doit être accompagnée par une personne représentant le mari (par exemple : la mère). Personne ne peut expliquer quelles sont les craintes des hommes et des familles qui poussent à couper la liberté aux femmes… » (Facilitatrice de Ouarzazate, Diagnostic participatif de Ouarzazate – FDM 2010).

Autonomie

36L’autonomie est la capacité de chaque femme d’agir et de décider en toute liberté et sans pression de tierces personnes. Elle peut être physique (droits sexuels et reproductifs, violence), économique (revenus propres, gestion de ces revenus et temps complet de travail) et politique (présence de femmes dans les espaces de pouvoir et de décision). Cette construction est un processus que l’on essaie de réaliser à travers des rencontres, des échanges, des moments de formation et des débats sur les concepts et l’application des outils.

37Pendant les ateliers d’alphabétisation avec perspective de genre que réalisent les femmes de Taskoukte et Sidi Daoud (Ouarzazate), elles ont travaillé sur les proverbes. Les femmes proposent un proverbe de la société marocaine. Elles identifient le sexisme, analysent les relations sociales et les mécanismes de production et de reproduction du sexisme. Toujours dans le même processus de transformation sociale, et parce que nous sommes des producteurs/trices de culture, les femmes proposent des nouveaux proverbes transformant le sexisme en relations égalitaires.

38La transformation n’est jamais radicale, mais les femmes commencent à proposer une amélioration, la discutent, l’améliorent.

39Une des étapes du processus d’alphabétisation avec perspective de genre se présente comme décrit dans le tableau 1. Le thème générateur est identifié. On cherche avec les femmes dans quelles relations sociales il se situe, puis on identifie les mécanismes sexistes. Parmi eux, les proverbes.

Tableau 1. Tableau du sexisme (issu du Guide d’orientations pédagogiques d’alphabétisation avec perspective de genre de Quartiers du Monde).

Thème générateur
(relations conjugales, sexuelles)

Mécanismes sexistes

Vocabulaire et expressions directes des femmes et/ou de la communauté

Mots générateurs

Divorce (relations conjugales, sexuelles)

Plaisir sexuel en tant qu’obligation rémunérée par le mari après le divorce

La femme divorcée ne doit pas marcher la tête haute

Talak (divorce)
Taicha (ne pas savoir séduire, donner du plaisir à son mari, le garder)

Relations familiales

Elles perdent leur maison et ne peuvent pas vivre seules

Elles doivent travailler tout le temps pour assurer leur nourriture et l’hébergement pour elles et leurs enfants

Les familles n’acceptent pas les femmes avec leurs enfants, elles doivent les laisser avec leur père

« Les femmes sont des gamelles, les hommes sont les couvercles. Il faut alors toujours garder son couvercle car une gamelle sans couvercle ne sert à rien »

Relations dans la communauté

Aal moustakbel
(avenir ?)

40Les facilitatrices ont compris et affiné le rôle qu’elles doivent jouer avec les femmes. Il ne s’agit pas de dire, d’enseigner ou de transmettre des messages. Il s’agit plutôt d’élaborer des outils et/ou de les adapter pour que les femmes elles-mêmes se questionnent sur leurs situations de vie, sur les injustices de genre produites et vécues dans les quartiers, pour qu’elles débattent sur les droits et qu’elles construisent des postures communes de solidarité.

41Pour cela, il a fallu créer de l’intimité, notamment des « espaces sûrs » où les femmes, les jeunes, femmes et hommes, puissent partager en confiance. Mais il a fallu également des facilitatrices formées, attentives, conscientes du défi et capables de questionner, ce qui ne l’est pas d’habitude. Les différences de niveau de formation et de capacités de questionnement des facilitatrices ont marqué les rythmes et le degré d’approfondissement avec lesquels les membres des groupes ont construit la confiance, ont entendu des émotions et ont réfléchi sur leur vie, leur travail, leurs relations avec leur famille, le quartier, la ville, sur leurs préoccupations et leurs espoirs.

42Le travail en réseau Sud-Sud-Nord nous a permis et nous permet de connaître la réalité des autres femmes du réseau, de prendre conscience que malgré les différences apparentes nous avons plus de convergences et des combats communs à mener ensemble. Le travail en réseau nous permet également de mettre en perspective la réalité des femmes et les politiques publiques, de nous regarder comme sur une sorte de miroir virtuel, de savoir que d’autres possibles existent et que nous sommes en marche.

Bibliographie

Alvarez de Miguel A., 2004 – « La situación de las mujeres en el espacio público ». In : Género y ciudadanía : un debate, Barcelona, éd. Adela García, Icaria.

Anderson, J. M., 1991 — Immigrant women speak of chronic Illness : the social construction of the devalued self. Journal of Advanced Nursing, 16 : 710-717.

Apilanez Piniella E., non daté – Aportes de las teorías feministas para la economía social y solidaria. Pour Quartiers du monde.

Cobo R. (éd.), 2006 – Miyares Alicia, Amorós Celia, Sánchez Bello Ana, Posada Kubissa Luisa. Cuadernos, “Interculturalidad feminismos y educación”, 11.

Eisen A., 1994 – Survey of neighborhood-based, comprehensive community empowerment initiatives. Health Education Quaterly, 21 (2) : 235-252.

Femmes du Monde (FDM), 2010 – Diagnostic participatif de Ouarzazate.

Gibson C. H., 1991 – A concept analysis of empowerment. Journal of Advanced Nursing, 16 : 354-361.

Hoffmann E., 2003 – Comment évaluer l’empowerment des femmes défavorisées ? Eléments de réflexion à partir de projets de développement dans des pays du Sud. URL : http://www.ofarcy.net/documentation/Elisabeth_Hofmann_oct2003.pdf

Jacquet I, 1995 – Développement au masculin, féminin – Le genre, outil d’un nouveau concept. Paris, L’Harmattan.

Kieffer C. H., 1984 – « Citizen empowerment : A developmental perspectives ». In Rappaport J., Hess R., Swift C. (eds.) : Studies in empowerment : Steps toward understanding and action, New York, The Hayworth Press.

Lagarde M., 1999 – Los cautiverios de las mujeres : madresposas, monjas, putas, presas y locas. México, Unam.

Miyares A., 2008 – Multiculturalismo, coeducación y ciudadanía. Publicado en el marco del Primer Congreso Internacional sobre Estudios de Género, realizado en Oaxaca, organizado por el Instituto de la Mujer Oaxaqueña en abril de 2008. URL : http://www.oaxacaactiva.org/2013/02/03/ponencia-multiculturalismo-y-derechos-de-ciudadan%C3%ADa-impartida-por-la-doctora-alicia-miyares-abril-del-2008/

Pomeroy S. B., 1999 – Diosas, rameras, esposas y esclavas. Mujeres en la Antigüedad Clásica. Madrid, Akal Ediciones.

Quartiers du Monde, LDDF, GIZ, 2013 – Outils pédagogiques pour travailler le genre. Le Pays de Jamais - Livret Genre Solidaire et Transformateur.

Rappaport J., 1987 – Terms of empowerment/exemplars of prevention : toward a theory for community psychology. Américan Journal of Community Psychologie, 15 : 121-148.

Zimmerman M. A., 1990 – Taking aim on empowerment research : On the distinction between individual and psychological concepts. American Journal Psychology, 18 : 169-177.

Notes

1 Hypothèse de l’Étude préliminaire et participative – Réunion de planification du comité de capitalisation, Maroc, 2010.

2 On propose d’utiliser le mot « acteure » pour le féminin d’acteur parce que le mot « acteur » est un mot qui parle de la capacité d’agir des individus et d’entités, le féminin usuel est « actrice » mais ce mot a plutôt un sens de représentation plus que d’action « agir ».

3 Les définitions suivantes ont été rassemblées par Elisabeth Hoffmann (2003).

4 Il faut se méfier des termes généralistes qui veulent représenter toutes les catégories, car à la fin ces mots masquent la réalité. Dans ce cas précis, « populations » représente les hommes, notamment les hommes adultes, et donc le mode de vie qu’ils ont choisi, et ils ont fait ce choix non seulement pour eux, mais aussi pour les autres : les femmes et les jeunes, femmes et hommes.

5 http://www.pourlasolidarite.eu/Introduction-a-la-citoyennete?lang=nl (consultation le 23/07/14).

6 Multiculturalismo coeducación y ciudadanía – Alicia Miyares, art. Cuadernos interculturalidad feminismos y educación (2006).

7 Citée par Elena Apilanez Piniella, dans Aportes de las teorías feministas para la economía social y solidaria pour Quartiers du monde.

Auteurs

Coordinatrice internationale, ONG « Quartiers du Monde », Rabat, www.quartiersdumonde.org

Chargée de projet, www.quartiersdumonde.org, ONG « Quartiers du Monde », www.quartiersdumonde.org

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search