Version classiqueVersion mobile

Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales

 | 
Didier Orange
, 
Robert Arfi
, 
Marcel Kuper
, 
et al.

Préface

Bino Témé

Texte intégral

1Les zones inondables tropicales, et plus généralement les zones humides situées dans les régions arides, focalisent de plus en plus l’attention de tous, car elles constituent un potentiel de ressources indispensables à la survie de l’homme et un atout souvent inespéré pour le développement économique du pays concerné. Elles se trouvent donc soumises à de fortes pressions qui peuvent mettre en cause leurs équilibres écologiques et leur capacité de production de ressources. De plus, la croissance démographique, les progrès technologiques, l’émancipation des personnes, d’un côté, et les sécheresses récentes successives, de l’autre, ont contribué à bouleverser les règles sociales, à transformer les rapports de force entre responsables traditionnels et usagers des ressources naturelles renouvelables, débouchant sur des conflits de grande envergure et de plus en plus nombreux.

2Il devient donc urgent d’utiliser des voies nouvelles permettant un engagement consensuel entre les utilisateurs de l’eau et de l’espace, les gouvernements, les partenaires du développement, et la société civile en général. Ces voies nouvelles doivent intégrer la prise en compte de la distribution spatiale des populations, de la répartition géographique des ressources naturelles et du niveau de pression sur ces ressources par rapport à leur propre capacité de réponse. Elles doivent aboutir à de nouvelles modalités de gestion des ressources naturelles, modalités fondées sur les principes directeurs de coordination et d’intégration des utilisations. C’est dans cette perspective que le séminaire international sur la Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales a rassemblé des scientifiques, des gestionnaires et des décideurs politiques de plusieurs pays et de nombreuses institutions maliennes, étrangères ou internationales, en juin 2000 au Mali. Ce séminaire constituait l’étape finale du projet de recherche Gihrex de l’Institut de recherche pour le développement en collaboration avec l’Institut d’économie rurale, l’Université du Mali et quelques directions nationales maliennes concernées.

3Pour le Mali, ce séminaire fut une étape pour la promotion des travaux et des outils de la recherche sur la vaste zone inondable malienne que représente le delta intérieur du Niger. C’est pourquoi je salue aujourd’hui tout particulièrement la publication des actes de ce séminaire. Ces actes ont le mérite de tenter d’assurer la cohérence des efforts de recherche et de développement des différents acteurs concernés par la gestion des ressources naturelles en zone inondable. On y parle aussi bien des problématiques socio-économiques et politiques liées à la gestion intégrée des ressources naturelles que des processus de production durable de ces ressources ou des stratégies de leur exploitation ou encore des moyens d’échanger l’information environnementale.

4En effet, la gestion intégrée dépasse le simple inventaire des éléments du système naturel et des systèmes sociaux associés. Il convient de partager les expériences et ensuite de définir ensemble l’avenir, de façon concertée. C’est déjà par la compréhension mutuelle des représentations et des discours que s’amorcera une gestion intégrée effective et durable, et que sera poursuivie une recherche utile pour la conservation et l’exploitation de nos ressources et pour le développement de nos pays et de nos sociétés. D’ailleurs dans sa dernière partie, ce volume se tourne vers l’action en s’interrogeant sur le rôle de la recherche dans la mise en place de structures opérationnelles pour la réalisation d’un observatoire environnemental. La conclusion définit quelques-unes des conditions nécessaires à la construction d’une plate-forme d’échanges – et l’amorce d’une boucle d’utilisation – de l’information environnementale, seules garanties de la durabilité d’une telle initiative.

5Mobiliser ensemble les acteurs, préciser les interrogations pour obtenir des réponses efficaces et durables, partager l’information sont autant de défis à relever pour une gestion durable des ressources naturelles et pour le bien des générations futures. La gestion intégrée est une solution d’un problème qui nous concerne tous.

6Bamako, le 28 avril 2002

Auteur

Directeur général de l’Institut d’économie rurale (Bamako, Mali)

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search