Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Les outils d’anticipation

Avant-propos

Texte intégral

1Le concept d’analyse de risque trouve toute sa pertinence dans le cadre de la lutte antivectorielle. Elle n’en sollicite pas moins la coopération de nombreuses disciplines, étant donné la multiplicité des paramètres en jeu (entomologiques, épidémiologiques, environnementaux, humains…). En particulier, s’il est possible et nécessaire de disposer de méthodes standardisées de recueil et d’archivage de données, l’évaluation du risque doit tenir compte des situations spécifiques, que ce soit à l’étape d’interprétation de ces données ou de celle de la modélisation. Le chapitre 1 rend compte des différentes méthodes mises en œuvre en la matière.

2Pour mieux anticiper les risques, un certain nombre de coopérations régionales ou internationales existent ou se mettent en place (« Des coopérations régionales et internationales »). Elles mériteraient de se multiplier afin, entre autres, de pouvoir mutualiser les ressources humaines et matérielles. Mais deux des outils majeurs qui permettront d’anticiper et, si possible, d’éviter à l’avenir des épidémies de maladies à transmission vectorielle, restent la formation (« De la formation initiale à la formation continue ») et, bien entendu, la recherche (« La recherche : un gage de succès pour la lutte antivectorielle »). Un grand nombre d’inconnues subsiste en effet concernant le fonctionnement et le comportement des vecteurs, notamment à la faveur des changements globaux (climatiques, environnementaux, sociétaux).

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search