Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Évaluation de la lutte antivectorielle

Avant-propos

Texte intégral

1Il existe plusieurs définitions, toutes à peu près convergentes, de la notion d’évaluation en santé publique, que ce soit celles de l’Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé (Anaes), de l’OMS, de l’OCDE… D’une manière générale, l’évaluation fait référence à une démarche qui se démarque des activités de suivi, de surveillance ou de monitoring. L’évaluation est un « processus d’analyse quantitative et qualitative qui consiste à apprécier le déroulement d’une action ou d’un programme, ou encore à mesurer leurs effets […] pour mettre en place les éléments de correction » (source Anaes).

2Les pages qui suivent portent essentiellement sur l’évaluation opérationnelle de l’efficacité des actions de lutte dans leurs composantes entomo-épidémiologique, économique et environnementale, notamment au regard de leurs impacts non intentionnels. L’enjeu d’une telle évaluation répond à l’une des missions suivantes (voir figure 4) : soit évaluer la pertinence des actions, soit leur cohérence, soit leur efficacité, soit leur efficience, soit enfin leur impact ou répercussions.

3Les évaluations de l’impact sanitaire s’appuient principalement sur des méthodes quantitatives (épidémiologie, biostatistiques). Quant aux aspects comportementaux et sociaux associés à la lutte antivectorielle, ils méritent également d’être évalués, ce qui suppose de mettre en œuvre des méthodes qualitatives issues des sciences humaines et sociales.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search