Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Mise en œuvre de la lutte antivectorielle

Avant-propos

Texte intégral

1Dans le cadre du dispositif législatif et réglementaire décrit dans la première partie de l’ouvrage, il importe de mettre en place des stratégies et une organisation efficaces. Cette efficacité se mesure notamment à l’aune de l’adéquation, au plan scientifique et technique, des mesures prises. L’ampleur de l’épidémie de chikungunya à la Réunion, en 2005-2006, a d’une certaine manière réactualisé la nécessité d’un renforcement des structures de lutte antivectorielle et d’un développement des recherches. L’état des lieux sur ces questions (lire « Des stratégies variables selon les territoires », p. 75 et « Organisation de la lutte et ressources humaines », p. 90) révèle en effet des carences, tant en termes d’organisation que de connaissances.

2Mais l’efficacité de la lutte dépend aussi pour une grande part de la compréhension des enjeux par les populations soumises au risque vectoriel, de l’acceptabilité des stratégies adoptées et donc de leur adhésion et/ou de leur participation à cette lutte. Tout un travail doit être mené sur l’élaboration, la perception et la communication des messages qui leur sont adressés, en s’appuyant quand cela est possible sur des expériences réussies. Lire « Perception du risque et communication sur la lutte antivectorielle », p. 101.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search