Version classiqueVersion mobile

La ruée vers l’or rose

 | 
Sophie Goedefroit
, 
Christian Chaboud
, 
Yvan Breton

Les pouvoirs locaux dans la gestion des ressources

Conclusion générale. La valeur illustrative des pêcheries malgaches

Yvan Breton, Christian Chaboud et Sophie Goedefroit

Texte intégral

1Par-delà les phénomènes singuliers présentés dans cet ouvrage, la pêcherie crevettière malgache présente un intérêt illustratif majeur perceptible à deux échelles. Tout d’abord, sur la scène nationale, la pêche crevettière semble révélatrice des dynamiques économiques et sociales présentes dans d’autres secteurs tels que le tourisme ou l’industrie extractive qui mobilisent aussi une grande diversité d’acteurs et suscitent de nouvelles stratégies. Mais surtout, elle apporte des éléments originaux à la problématique de l’aménagement et du développement de la petite pêche, question ravivée sur la scène internationale au cours des années 1980. La qualité illustrative des recherches présentées nous permettra ainsi de déboucher sur quelques recommandations dans une perspective d’aménagement et de développement des activités halieutiques.

2L’une des transformations majeures apparues au cours des quinze dernières années sur l’échiquier halieutique mondial réside dans la reconnaissance du potentiel économique de la petite pêche côtière, qu’elle soit qualifiée d’artisanale ou de traditionnelle. Rapidement confiné à un rôle secondaire lors de la phase d’industrialisation croissante des pêches de 1950 à 1980, ce type de pêche a été largement négligé par les chercheurs en biologie et les gestionnaires qui prévoyaient, à plus ou moins court terme, sa marginalisation. Ce secteur a néanmoins réussi à survivre et parfois même à croître pour atteindre une importance égale sinon supérieure à celle du secteur hauturier. Ce fut notamment le cas dans certains pays d’Afrique de l’Ouest (Breton, 1994 ; W3, 1994 ; Chauveau et al., 2000).

3Ce revirement de situation, déjà en partie visible dans les comptes rendus de la Conférence mondiale des pêches de la FAO en 1983, comporte plusieurs défis pour la recherche et l’administration. Jusqu’à une époque récente, les chercheurs et les gestionnaires étaient influencés par les trajectoires institutionnelles et les approches filières liées à l’idéologie de la modernisation et de l’industrialisation de la pêche. En conséquence, ils n’ont pas accordé suffisamment d’attention à ces transformations. La situation est d’autant plus regrettable qu’avec la reconsolidation progressive de la petite pêche côtière, le réaménagement de plusieurs systèmes-pêche doit maintenant reposer sur des formules rétroactives dont les coûts économiques et sociaux sont élevés. Cette situation est particulièrement accentuée dans les régions où la décomposition de la paysannerie génère des migrations côtières importantes qui en changent drastiquement le panorama écologique et social (Safina, 1995).

4Les recherches comparatives entreprises dans diverses régions du monde au cours des vingt-cinq dernières années, nous ont amenés à nous intéresser de près à ce processus. Que ce soit au Mexique, au Costa Rica, au Brésil où dans les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest, on peut constater que, malgré les discours et les plans officiels de développement, la petite pêche côtière est demeurée une source importante d’emplois et a eu une contribution significative au niveau des marchés intérieurs et de la croissance économique. Sa visibilité renouvelée a aussi coïncidé avec l’atteinte de plusieurs seuils productifs dans la pêche hauturière, provoquée par l’épuisement des stocks et la rentabilité décroissante du capital. Mieux, certains pays, tels la Mauritanie et le Mexique, ont, depuis lors, fait de ce secteur une priorité nationale. Malgré ces transformations structurelles indéniables, il nous semble que les constructions sociales antérieures liées à la dichotomie industriel-traditionnel demeurent trop présentes et qu’en certaines régions elles sont responsables de plusieurs distorsions dans l’analyse et l’intervention. Il importe plutôt de reconnaître que la pêche n’échappe pas aux transformations structurelles plus larges de l’économie et de la société. Dans ces dernières, les interrelations entre divers secteurs et sous-secteurs sont toutes aussi importantes, en termes analytiques, que l’étude de leur évolution interne.

5Soulignons finalement que les transformations sur la scène halieutique mondiale incitent maintenant certains chercheurs à concevoir les pêcheries non seulement comme un champ de développement mais aussi de remise en cause de paradigmes et d’outils de recherche existants (Campbell et Salagama, 1999). Chauveau et al. (1991) ont ainsi montré l’intérêt de l’étude des savoirs locaux et du recours aux approches participatives, orientations susceptibles de modifier les pratiques de recherche et d’intervention dominantes antérieures, rattachées aux cadres naturalistes et industrialistes qui ont longtemps prévalu.

6Appliquées à la situation malgache, et plus particulièrement à ses pêcheries crevettières, les affirmations qui précèdent se vérifient en partie. Ces pêcheries connaissent depuis une décennie des transformations majeures qui posent des problèmes d’aménagement considérables. Comme le soulignent plusieurs chapitres de cet ouvrage, la croissance du secteur crevettier malgache a reposé sur un développement simultané des pêcheries industrielle et traditionnelle. Cette situation tranche nettement avec les images véhiculées dans les typologies antérieures. Les deux secteurs n’étaient alors pas supposés se caractériser par une croissance réciproque et le « développement » était généralement perçu comme strictement localisé dans la pêche industrielle ou dans l’assujettissement de la pêche traditionnelle au profit de la croissance industrielle. Le seul recours aux catégories précédentes peut s’avérer trompeur en raison des processus de différenciation qui ont lieu au sein de ces groupes. D’autres clichés et stéréotypes sont encore bien présents sur l’orientation des flux commerciaux, sur l’efficience relative des différents types d’exploitation. Ils s’avèrent remis en cause par la mise en évidence d’une demande intérieure non négligeable ainsi que par le renforcement de la complémentarité entre les différents segments de la pêcherie.

7Une première constatation souligne l’utilité relative des dichotomies courantes pour caractériser les pêcheries. Même si la pêche industrielle a dynamisé de manière importante les captures crevettières, elle n’a pas empêché l’expansion de la pêche traditionnelle. Contrairement aux approches bureaucratiques dans lesquelles le développement du volet « industriel » constituait l’essentiel des préoccupations lors de l’avènement de l’industrialisation dans les pêches, les gestionnaires malgaches doivent maintenant gérer deux types de pêcheries en croissance. Il s’agit en outre d’un phénomène qui prend de l’expansion à l’échelle mondiale.

8Le deuxième constat a trait à la nécessité de redéfinir les critères utilisés pour caractériser les producteurs au sein de chaque catégorie dans les typologies officielles. Il apparaît d’une part difficile de ne pas tenir compte des données strictement économiques car celles-ci permettent de mesurer certaines de leurs différences (investissement, captures, revenus). Il importe d’autre part de repenser ces dernières à l’aide d’éléments plus structurels et à plus fort contenu social. Ces éléments ne se limitent pas à de simples statistiques. Si nous concevons l’industrialisation comme un phénomène qui génère des différenciations socio-économiques permettant de mesurer les écarts entre les producteurs, il faut reconnaître que celles-ci ne prennent pas seulement place entre divers groupes d’acteurs mais aussi en leur sein. Par exemple, même si les producteurs crevettiers industriels forment à Madagascar un groupe reconnu, celui-ci est loin d’être homogène, tant au plan économique que culturel. L’évolution du contexte halieutique malgache et mondial générera peut-être à moyen terme une différenciation interne accrue

9qui se traduira par une plus grande concentration du capital industriel. Ce processus est susceptible de provoquer un repositionnement de la part de certains acteurs. Il en est de même pour la contrepartie « traditionnelle ».

10L’efflorescence récente du mouvement associatif dans la pêche traditionnelle, souvent interprétée comme le signe d’une mobilisation et d’une organisation du secteur, cache une autre réalité. Ces associations, comme nous l’avons expliqué dans cet ouvrage, ne relèvent pas d’une catégorie homogène, mais révèlent davantage l’existence de clivages plutôt que d’un véritable consensus. La plupart des communautés côtières qui s’adonnent à la pêche crevettière comprennent de nombreux pêcheurs migrants aussi différenciés au plan économique qu’ethnique. Elles se caractérisent également, comme dans la baie d’Ambaro, par une démographie rapide au sein d’économies régionales elles-mêmes en transformation. Dans un tel contexte, « traditionnel » ne veut plus dire statique. Là aussi l’industrialisation à l’œuvre génère un processus de différenciation interne qui doit être pris en compte dans une perspective d’aménagement.

11L’étude des pêcheries crevettières malgaches démontre que le recours à des typologies qui différencient des groupes de producteurs demeure d’une utilité restreinte s’il ne s’accompagne pas de préoccupations pour les remaniements endogènes. En d’autres termes, en dépit de différences d’échelle entre pêcheurs crevettiers industriels et traditionnels, beaucoup de transformations structurelles présentent de fortes similitudes si nous considérons ces producteurs non seulement comme des agents économiques mais aussi comme des acteurs sociaux confrontés à un environnement et à des contraintes économiques et politiques similaires.

12Suite à l’affirmation qui précède, il importe aussi de s’interroger sur l’utilité de la dichotomie « industriel-traditionnel » à la lumière des relations qu’entretiennent les deux catégories. Encore une fois, les pêcheries crevettières malgaches comportent une grande valeur illustrative. Comme le soulignent plusieurs chapitres de cet ouvrage, en dépit de certaines oppositions, les producteurs se caractérisent en divers maillons de la chaîne productive par une interdépendance mutuelle. Si ce phénomène demeure plus visible chez les pêcheurs traditionnels par rapport aux industriels, notamment au niveau de la circulation des produits et de l’accès aux facteurs de production, ces derniers n’en retirent pas moins une rente intéressante en accaparant une partie des captures provenant du secteur traditionnel. Sans revenir ici sur les caractéristiques du marché des facteurs de production qui permettent aux entreprises de collecte de fidéliser une partie des producteurs primaires traditionnels, il importe de ne pas se limiter, au plan analytique, aux seuls avantages économiques que ces derniers peuvent en retirer. La consolidation des firmes industrielles est aussi liée à des enjeux politiques qui ne relèvent pas tous d’une autorité centrale. Dans un contexte comme celui de Madagascar, leur diversification vers l’aquaculture crevettière présuppose la résolution de nombreux conflits fonciers puisqu’elle prend place durant une période de décentralisation administrative. En conséquence, les alliances politiques régionales prendront de l’importance. On relève actuellement, en effet, des revendications patrimoniales, nationales et locales, qui tendent de part et d’autre à légitimer le contrôle des actions d’aménagement. Lors de son discours d’ouverture au dernier atelier sur l’aménagement de la pêcherie crevettière (Antananarivo, 2000), le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques a justifié la nécessité d’une politique de gestion centralisée de cette pêcherie en arguant du fait que la crevette relève de la catégorie de patrimoine national. À son tour, le roi de l’Ankarana use des mêmes arguments pour affirmer les droits locaux sur la ressource. L’opposition qui se dessine dans la revendication des droits d’usage et de gestion suscite de nombreuses interrogations sur l’avenir des projets d’aménagement et de développement de la pêche et de l’aquaculture.

13Une autre caractéristique importante des pêcheries crevettières malgaches est l’origine extérieure d’une part du capital mis en oeuvre. Elle se retrouve dans de nombreux pays du Sud, mais revêt à Madagascar une importance particulière compte tenu de ses orientations politiques et de sa situation économique. Au-delà de la dichotomie industriel-traditionnel, existe une distinction selon la provenance extérieure ou nationale du capital, qui renvoie, en dépit d’une logique marchande généralisée, à des univers culturels différenciés. Les coopérations française et japonaise à Madagascar, malgré le fait qu’elles reposent en bonne partie sur un intérêt commun pour la crevette, comportent nécessairement des éléments différents qui ne peuvent être ignorés dans une optique de gestion.

14Dans des systèmes-pêche caractérisés par des phénomènes de transition, le recours à des typologies essentiellement bipolaires, comme l’opposition industriel-traditionnel, présente des limites si on veut en saisir le sens et l’évolution. On ne peut nier l’utilité, dans une première étape de caractérisation d’un système, de la mise sur pied de données statistiques à des fins de gestion. Nous insistons cependant sur le fait que la constitution progressive de catégories induites par ces statistiques donne lieu

15implicitement à des « constructions sociales » qui ne parviennent que rarement à décrire la complexité des situations concrètes. C’est pourtant la compréhension de ces dernières qui devrait mobiliser les chercheurs et les gestionnaires. Or ces « constructions sociales » reposent en partie sur des éléments stéréotypés auxquels la science même a contribué. Elles sont véhiculées et utilisées ensuite dans des contextes économiques et culturels que l’on cherche plutôt à modéliser qu’à saisir dans leur spécificité. Ces questions ont alimenté les débats du dernier sommet de la francophonie à Moncton (août 1999) où une session a été consacrée au « nouveau rôle » de la science dans la gestion des pêcheries. Plusieurs interventions ont ainsi souligné l’insuffisance de la connaissance des contextes culturels de la production scientifique (Breton, 1999).

16Ce nouveau rôle doit inciter les acteurs concernés par le développement de la pêche crevettière à accorder une place plus importante aux contextes locaux, mais aussi à tirer les leçons de l’histoire. Nous sommes loin de croire que l’adjectif « traditionnel » s’attache à qualifier des sociétés réfractaires à tout changement, résolument attachées à des valeurs ancestrales qui seraient les « freins essentiels du développement ». Nous nous sommes au contraire efforcés de montrer de quelles manières les populations locales adaptent continuellement leurs pratiques sociales aux situations nouvelles et comment de nouvelles stratégies apparaissent, largement inspirées des logiques et des comportements passés. Les traditions, que d’aucuns présentent comme des institutions qui figent les sociétés dans leur passé, dévoilent alors leur efficacité opératoire. Nous avons ainsi pu constater que les droits d’accès et d’usage sont encore largement distribués en fonction des positions d’antériorité dûment enregistrées dans la structure hiérarchique des communautés villageoises. Les réactions des populations locales aux actions de développement, si elles sont imparables, sont néanmoins partiellement prévisibles, car elles s’inscrivent justement dans la logique des remaniements passés. Il revient aux développeurs de s’en convaincre, de faire en sorte de les saisir afin d’accompagner les tendances endogènes, plutôt que de les susciter en toute ignorance des causes et des conséquences. L’appel à l’histoire économique et sociale, qui s’est avéré très fructueux dans certains contextes comme l’Afrique de l’Ouest, débouche cependant, dans l’exemple malgache, sur des conclusions ambivalentes. Dans la mesure où la pêche crevettière est très récente, elle s’inscrit partiellement en rupture avec les articulations économiques qui prévalaient au sein des systèmes de production anciens. Certaines de ses caractéristiques actuelles trouvent pourtant leur origine dans des contextes bien antérieurs au démarrage de la pêche crevettière.

17La situation qui prévaut actuellement à Madagascar traduit bien les tensions qui prennent place dans les relations entre pêche industrielle et petite pêche côtière à l’échelle mondiale. Elle souligne le rôle potentiel de la recherche en sciences sociales dans la gestion des pêches. L’évolution future des pêches crevettières, si toutefois le problème d’un équilibre écologique accepté par l’ensemble des acteurs est résolu, reposera de plus en plus sur des problèmes d’accès à la ressource et de son partage. Certes conditionné par des considérations économiques, ce processus aura de plus en plus une connotation politique dont la compréhension débordera largement le recours aux statistiques. Il nécessitera, au plan de la recherche et de l’intervention, des interactions renouvelées avec les producteurs qui impliqueront des changements dans les pratiques existantes, notamment dans les relations avec les autorités locales, acteurs sociaux importants dans la pêche traditionnelle. Il s’agit d’un défi méthodologique incontournable mais qui n’est pas insurmontable.

Auteurs

Yvan Breton, professeur d'anthropologie, directeur du Groupe d'anthropologie maritime, université Laval à Québec, Canada.

Sophie Goedefroit, maître de conférences en anthropologie à l'université de Lille-1, membre de l'URA 345 CLERSE-CNRS et responsable du chantier malgache de l'UR 026 IRD, responsable du volet « Socio-anthropologie » du PNR

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search