Version classiqueVersion mobile

La ruée vers l’or rose

 | 
Sophie Goedefroit
, 
Christian Chaboud
, 
Yvan Breton

Contextes et facteurs de l'exploitation crevettière

Importance et limites d’une approche globale

Christian Chaboud

Texte intégral

1De nombreux travaux sur les pêcheries des pays du Sud ont démontré que la pêche ne pouvait s’expliquer par elle-même (Chauveau et al., 1989), sans pour autant nier la spécificité de cette activité et de ses facteurs de transformations endogènes. La pêche, que certaines de ses caractéristiques permettent de considérer comme un catalyseur de transformations technologiques, économiques et sociales, est largement surdéterminée par un ensemble d’éléments contextuels plus globaux avec lesquels elle interagit.

2La pêche crevettière malgache nous apparaît comme une activité récente qui s’est développée au sein d’un contexte historique, économique et social spécifique. Elle trouverait ainsi ses origines dans les dynamiques anciennes de peuplement et de structuration économique des régions littorales ou, plus récentes, du développement marchand, voire capitaliste, d’activités extraverties destinées à l’approvisionnement des marchés extérieurs. Ces différents facteurs auraient ainsi permis de tirer profit des opportunités de production permises par un contexte écologique favorable.

3La contextualisation de la pêche crevettière est donc un exercice obligé pour qui veut comprendre les ressorts des multiples transformations de cette activité et des communautés de pêcheurs décrites dans cet ouvrage.

4La globalisation économique ou mondialisation apparaît, en première analyse, comme l’élément moteur de l’évolution du secteur. Bien que ce facteur n’ait reçu toute l’attention qui lui revient que récemment, il est présent dès la naissance de la pêcherie, à travers le poids des investissements et des stratégies des firmes étrangères et par l’impact du marché mondial sur la rentabilité économique de l’exploitation crevettière. Plus récemment, l’imposition de normes sanitaires, l’encouragement à de nouvelles règles plus libérales d’attribution des droits de pêche peuvent être analysés comme les ultimes conséquences d’une surdétermination de l’évolution de la pêche crevettière malgache par le contexte économique global. C’est de ce contexte que viendrait également le modèle économique marchand à l’œuvre depuis la naissance de la pêcherie, dont l’aboutissement logique serait la marchandisation de la ressource, suivant en cela le modèle de la Grande Transformation (Polanyi, 1983).

5Cependant les recherches scientifiques récentes sur la pêche crevettière montrent que le caractère global des déterminants de la pêcherie crevettière doit être relativisé.

6Bien que dominants, les débouchés extérieurs coexistent avec un marché intérieur dont il est démontré qu’il ne peut être considéré comme négligeable. Il absorbe non seulement des produits de petite taille ou de seconde qualité destinés à la transformation, mais aussi des produits frais. On verra que ces derniers répondent à une demande urbaine qui a pu se maintenir en dépit des difficultés économiques des deux dernières décennies. L’approvisionnement du marché intérieur permet à diverses catégories d’acteurs de se maintenir également dans la filière (petits commerçants, labateurs) ou à d’autres de ne pas dépendre d’un seul débouché (commissionnaires indépendants). En ce sens il contribue à une plus large distribution des fruits de l’exploitation crevettière.

7Cette relativisation du rôle des facteurs globaux de l’exploitation crevettière renvoie à la question des conditions particulières et locales de la pêche. Les facteurs biogéographiques, qui expliquent en partie l’inégale distribution de la ressource et de son exploitation, n’ont qu’un pouvoir explicatif limité par rapport à l’objectif de cet ouvrage. Leur analyse est cependant indispensable car ils contribuent à expliquer les adaptations techniques aux conditions du milieu, la différenciation des pratiques de pêche selon les régions, de même que leur inégale productivité apparente. Ces facteurs étant exogènes, leur étude ne débouche pas, cependant, sur une connaissance suffisante, en elle-même, pour la compréhension des déterminismes complexes à l’œuvre dans la pêche.

8L’appel à l’histoire économique et sociale locale s’est avéré très fructueux dans certains exemples, comme celui de l’Afrique de l’Ouest, pour comprendre la situation actuelle de la pêche. Dans le cas malgache, la pêche apparaît, en première analyse, en rupture avec les articulations économiques qui prévalaient au sein des systèmes traditionnels.

9Cependant certaines de ses caractéristiques actuelles (rôle des groupes autochtones dans le contrôle de l’accès à la ressource, rôle des migrations dans la constitution de la force de travail, articulation entre production et commercialisation) trouvent leur origine dans des contextes bien antérieurs au démarrage de la pêche crevettière.

10La pêche crevettière traditionnelle s’inscrit donc dans la série de changements socio-économiques que connaissent les régions littorales depuis le début du xxe siècle. Comme les autres activités, elle a tiré profit des particularismes sociaux, économiques et écologiques locaux ou a dû composer avec eux. La pertinence des réponses actuelles et futures aux contraintes et aux enjeux imposés par le contexte global repose en grande partie sur la capacité à mobiliser les forces d’innovation locales qui restent largement ancrées dans des systèmes sociaux et institutionnels particuliers.

Auteur

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search