Version classiqueVersion mobile

La ruée vers l’or rose

 | 
Sophie Goedefroit
, 
Christian Chaboud
, 
Yvan Breton

Avant-propos

Texte intégral

IRD/C. Chaboud - Pêche traditionnelle à la senne koakobe sur pirogue à balancier.

IRD/C. Chaboud - Pêche traditionnelle à la senne koakobe sur pirogue à balancier.
  • 1 Anthropologie, sociologie, histoire, économie.

1Cet ouvrage est le résultat d’une collaboration entre chercheurs en sciences sociales1 de trois pays (Canada, France, Madagascar), ayant chacun leur propre tradition scientifique, et qui, à partir de cheminements différents mais dans un même contexte, ont été amenés à se rencontrer et à croiser leurs regards sur un objet commun : la pêche crevettière traditionnelle à Madagascar. La pluralité des approches et la particularité de ces cheminements confèrent à la démarche son originalité.

2Voilà plus de vingt-cinq ans que le département d’anthropologie de l’université Laval à Québec montre un intérêt particulier pour les dimensions sociales, économiques et politiques des pêches. Les activités de ces chercheurs ont tout d’abord été orientées vers les pratiques de pêche au Québec, avant de s’étendre à divers pays d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie. La diversité des thèmes et des régions d’étude a favorisé une perspective comparative qui renforce la capacité d’analyse du Groupement d’anthropologie maritime (GAM). Ce groupement, fondé dans les années 1970, a depuis fortement contribué à la consolidation de l’anthropologie maritime sur la scène nord-américaine. La particularité de ces chercheurs réside dans leur ouverture aux autres disciplines (économie, biologie) et dans leur capacité d’allier recherche fondamentale et recherche appliquée grâce à leur implication dans de nombreux programmes de développement de la pêche de par le monde.

  • 2 Le CIEO a ensuite été remplacé par « Développement international Desjardins » (DID).

3L’implication de ce groupement de chercheurs québécois dans les pêcheries malgaches remonte au début des années 1990, au moment où le Centre international d’exploitation des océans (CIEO), organisme canadien aujourd’hui dissous2, a entrepris un projet interdisciplinaire de soutien institutionnel du Centre national (malgache) de recherches océanographiques (CNRO). Cette collaboration a pris forme au mois de janvier 1992 et s’est poursuivie jusqu’en 1996. À l’époque où le projet de recherche Patmad (Pêche artisanale et traditionnelle à Madagascar) a débuté, Madagascar vivait des changements politiques importants liés à l’avènement de la Troisième République. Les pêcheries malgaches, caractérisées par la présence de ressources abondantes mais de plus en plus exploitées, connaissaient également des transformations majeures. En effet, dans de nombreux pays jusque-là considérés comme acteurs principaux dans la production halieutique mondiale, la pêche industrielle a atteint ses limites. Plusieurs espèces importantes semblent mises en danger par l’extension mal contrôlée des capacités de capture. Ces phénomènes ont incité les organismes internationaux à promouvoir des approches plus « conservationistes ». Dans la ligne de la conférence de Rio en 1992, se sont dessinées progressivement les approches de « précaution » et de « pêche responsable » mises en avant par le Code de conduite pour la pêche responsable promu par la FAO en 1995. Avec une vitesse et une intensité qui varient selon les pays, plusieurs administrations halieutiques ont alors entrepris des efforts de rationalisation et de réaménagement axés sur une gestion plus précautionneuse de leurs pêcheries. Avec des ressources et des moyens limités, Madagascar s’est engagée dans cette voie. Ce constat constitue un paramètre général important pour la compréhension de l’action du Groupement d’anthropologie maritime québécois dans ce pays. Mais aussi, faut-il ajouter, qu’à cette époque, la dégradation de plusieurs pêcheries avait généré une insertion plus significative des sciences sociales dans les programmes de recherche et d’intervention. Non pas qu’elles étaient totalement absentes des débats, mais leur contribution demeurait surtout visible sur la scène académique. Sans nul doute influencée par ce contexte général, la participation du GAM au projet Patmad fut une première sollicitation directe à collaborer avec des biologistes dans un projet de développement international.

  • 3 Breton et al. (1997) et Breton et al. (1998).
  • 4 Ce projet de recherche fut subventionné par le Conseil de recherches en sciences sociales et humain (...)

4Le projet Patmad avait pour but de relancer la recherche sur les communautés de pêche crevettière dans la baie d’Ambaro et la région de Morondava (Menabe) (carte 1), deux zones cibles dans les projets de réaménagement des pêcheries malgaches. Bien que des travaux en biologie aient été réalisés dans les années 1970 par des chercheurs de l’Orstom, le contexte nouveau suscité par l’expansion significative tant de la pêche industrielle que traditionnelle générait des questions complexes et nouvelles pour lesquelles s’imposaient de nouvelles recherches. Dans l’orientation interdisciplinaire du projet Patmad, la contribution des anthropologues québécois consistait à dessiner un premier portrait socio-économique des régions sélectionnées. Pour y parvenir, une enquête collective a été réalisée sur le terrain. Ses résultats constituent aujourd’hui encore un cadre de référence important pour la gestion. En outre, des recherches fines ont été menées dans la baie d’Ambaro par trois anthropologues québécois dont les travaux ont fait, entre autres, l’objet de deux importants rapports de synthèse3. Dès l’été 1994, Katherine Savard (1996), étudiante en anthropologie, a entrepris en effet une recherche monographique du village d’Ankazomborona, communauté nous le verrons fortement représentative des changements sociaux induits par l’accélération des activités de pêche au niveau local. Cette première recherche a permis de préciser les problématiques d’un nouveau projet, achevé en 1999, et qui impliquait une démarche comparative avec l’évolution des pêcheries crevettières au Mexique4. C’est dans ce cadre particulier qu’Hélène Giguère (1999) et Frédéric Dupré (1998), étudiants en anthropologie, ont mené des recherches à Ambavanankarana, communauté villageoise également située dans la baie d’Ambaro et qui se distingue par le contrôle remarquable des autorités traditionnelles sur la gestion de la ressource halieutique.

Carte 1 — La pêche crevettière à Madagascar, terrains de recherche des sciences sociales.

5La démarche du GAM à Madagascar a donc pris forme dans un contexte de forte transition des pêcheries et pour l’étude desquelles les sciences sociales étaient encore peu représentées. Ces recherches pionnières ont ainsi largement contribué à la mise en place d’un questionnement général sur les pêches artisanales et sur la contribution des sciences sociales.

  • 5 Et pas seulement à Madagascar, le paradigme scientifique qui fondait l’hypothèse d’une grande robus (...)

6Ce questionnement influera sur les orientations de départ du Programme national de recherche crevettière (PNRC) initié en 1996 dans un contexte d’exacerbation des enjeux économiques et sociaux autour de l’exploitation et de la valorisation de la ressource crevettière. Les années 1990 sont marquées par un fort sentiment d’inquiétude sur la viabilité écologique et économique de cette pêcherie5 et connaissent une multiplication des interventions d’experts et de scientifiques, à la demande des gestionnaires publics, des bailleurs de fonds et des entreprises de pêche.

7À la fin de la première moitié des années 1990, les conclusions de travaux d’expertise et les discussions en cours entre professionnels, décideurs publics et bailleurs de fonds convergent sur deux propositions visant d’une part, à la création d’une organisation interprofessionnelle regroupant les armateurs à la pêche crevettière ; d’autre part, à la mise en place d’un dispositif de recherche scientifique national spécifiquement orienté vers l’étude des pêches crevettières. Ces deux propositions débouchent rapidement sur les créations du Groupement des armateurs à la pêche crevettière à Madagascar (GAPCM) en 1994 et du Programme national de recherche crevettière (PNRC) en 1997. Ce programme, placé sous la tutelle du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques, est mené avec l’appui de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et soutenu par l’Agence française de développement (AFD), le Groupement des armateurs à la pêche crevettière de Madagascar (GAPCM) et l’État malgache. Il a pour vocation de fournir les bases scientifiques à la mise en place de mesures d’aménagement durable de l’exploitation crevettière et sera basé à Mahajanga, premier port crevettier du pays.

8Le PNRC a regroupé dès son lancement des chercheurs malgaches originaires de structures de recherche et d’enseignement malgaches spécialisées dans les sciences marines — CNRO, partenaire du programme Patmad et l’Institut d’halieutique et des sciences marines (IHSM) — et des chercheurs français de l’Institut de recherche pour le développement. Un chercheur anthropologue associé à l’IRD (S. Goedefroit) est venu se joindre à l’équipe en 1998, ainsi qu’un étudiant en économie en accueil à l’IRD (S. Courtois) en 1999. Le développement de problématiques scientifiques en sciences sociales a encouragé le rapprochement avec la filière « Sciences sociales du développement » du Département d’histoire de l’université d’Antananarivo (responsable : Pr G. Feltz) et avec l’Établissement supérieur de droit, économie, gestion, sociologie de cette même université.

9Les recherches en sciences sociales ne constituent qu’une composante du PNRC qui s’est vu, dès son départ, attribuer un domaine de recherche relativement large, allant des relations entre l’environnement hydro-climatique et la ressource biologique (prenant ainsi la suite des recherches pionnières de l’Orstom dans les années 1970) aux dynamiques économiques et sociales liées au développement de l’exploitation et de la valorisation des crevettes. Alors que la recherche crevettière tant malgache qu’internationale est marquée depuis ses premiers balbutiements par un quasi-monopole de fait de la biologie des pêches, le PRNC prend place à une époque où l’halieutique reconnaît la nécessité d’une démarche pluridisciplinaire pour aborder l’ensemble des facteurs et des composantes des systèmes-pêche (Durand et al., 1991 ; Brethes et Fontana, 1992). Une réflexion en cours à l’Orstom, inspirée des travaux réalisés sur les pêcheries artisanales ouest-africaines (Chaboud et Charles-Dominique, 1991) a fortement encouragé l’inflexion pluridisciplinaire des recherches halieutiques au sein de cet organisme. Ces orientations influeront fortement les choix scientifiques au lancement du PNRC où les sciences sociales sont présentes dès le début et prendront progressivement de l’importance. Elles seront orientées, en priorité, vers le secteur de la pêche traditionnelle, tant en raison des dynamiques rapides à l’œuvre qu’en raison de la faiblesse de la base d’informations disponible à l’échelle nationale.

10Le développement d’une démarche anthropologique articulée en partie aux recherches initiales plus économiques a conduit à des choix méthodologiques associant, dans quelques zones pilotes (cf. carte 1), des enquêtes quantitatives permanentes (suivi des prix, des revenus par sortie, de la fréquentation par les commerçants), des suivis sur de courtes périodes (dépenses des ménages, prix sur les marchés), des enquêtes plus fines à passage unique (unités de pêche, collecteurs, niveau de vie matériel des ménages, consommation de crevettes des ménages de grandes et moyennes agglomérations), des monographies de villages visant à une compréhension fine des structures et des dynamiques les affectant (démographie, migrations, rapports entre populations autochtones et migrantes...). Cet élargissement de la problématique et de la méthodologie a été effectué grâce à Sophie Goedefroit, anthropologue qui a conduit ultérieurement des recherches sur les dynamiques sociales dans le cadre des programmes de l’IRD à Madagascar. La démarche a ensuite été renforcée par l’accueil d’étudiants malgaches qui se sont vu confier des travaux de terrain touchant à des questions précises et très actuelles (monographies de villages pionniers : R. Ramanantsalama ; migrations vers la pêche : T. Razarasoa ; associations et Organisations non gouvernementales dans la pêche : P. Razafindralambo).

11La conduite des recherches en sciences sociales au PNRC, bien que répondant à un cahier des charges fixé dans les termes de référence du programme, a donc évolué de façon significative au cours des trois premières années. Cette évolution s’explique par la dynamique endogène présentée précédemment mais aussi par une forte demande sociale. Cette demande s’est exprimée dans la tenue de trois ateliers nationaux sur l’Aménagement de la pêche crevettière malgache en janvier 1996 (Gréboval et Ranaivoson, 1996), en juin 1998 (Kourkouliotis et Ranaivoson, 1998) et en décembre 2000 (Ranaivoson et Kaspryk, 2001) où de multiples acteurs étaient représentés. Elle a émané des organisations professionnelles et des ONG, mais elle a également traduit les multiples questionnements des communautés de pêcheurs, émis lors des contacts noués sur le terrain, médiatisés par des institutions ou encore énoncés publiquement lors du dernier atelier où les pêcheurs traditionnels des diverses régions étaient fortement représentés.

12L’originalité de cet ouvrage réside donc dans les trajectoires particulières des équipes de recherches qui, avant de collaborer (et ainsi, à la croisée de leurs regards, produire un discours réflexif), ont été appelées à mener des recherches spécifiques sur la pêche crevettière et cela dès l’instant où cette ressource a été considérée comme « stratégique » par les différents acteurs de ce secteur. Dans cette situation particulière la recherche apparaît de plus en plus comme un élément stratégique pour les multiples acteurs en présence dans l’arène crevettière. Armateurs, ONG, bailleurs de fonds, associations de pêcheurs... tous ont des attentes vis-à-vis des recherches, en cours et à venir, et ont pleinement conscience du fait que la production des connaissances n’est pas neutre par rapport à son objet... Surtout si celui-ci apparaît comme « l’or rose » d’une des nations les plus pauvres de la planète.

Notes

1 Anthropologie, sociologie, histoire, économie.

2 Le CIEO a ensuite été remplacé par « Développement international Desjardins » (DID).

3 Breton et al. (1997) et Breton et al. (1998).

4 Ce projet de recherche fut subventionné par le Conseil de recherches en sciences sociales et humaines du Canada.

5 Et pas seulement à Madagascar, le paradigme scientifique qui fondait l’hypothèse d’une grande robustesse des pêcheries crevettières faisant l’objet d’une remise en cause (Mc Guire, 1991).

Table des illustrations

Titre IRD/C. Chaboud - Pêche traditionnelle à la senne koakobe sur pirogue à balancier.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Légende Carte 1 — La pêche crevettière à Madagascar, terrains de recherche des sciences sociales.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 664k

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search