Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’altitude, terres de risque

 | 
Georges De Noni
, 
Marc Viennot
, 
Jean Asseline
, 
et al.

Résumé

Terres d'altitude, terres de risque. La lutte contre l'érosion dans les Andes équatoriennes

Texte intégral

1L'Équateur est un pays montagneux et volcanique, représentatif de la cordillère des Andes dans son segment situé entre les tropiques. La montagne, appelée « Sierra », présente une situation singulière : à la suite d'un processus de réforme agraire aux résultats contestables, un grand nombre de petits paysans ont été déplacés vers les versants et les hautes terres, qui portent un damier formé de nombreuses petites parcelles de cultures faiblement productives, le minifundio. Cet agrosystème d'altitude favorise l'accélération de l'érosion des sols, dans un milieu montagnard où ce type de risque est naturellement élevé. Le petit paysannat du minifundio est confronté à une érosion très active qui affecte ses potentialités alimentaires.

2L'absence de mesures antiérosives efficaces et adaptées au contexte socio-économique du paysannat concerné pénalise fortement la durabilité de l'agrosystème.

3Pour lutter contre l'érosion de ces terres, un programme de recherche en coopération accordant une large place à la participation du paysannat et associant recherche cognitive et application a été mis en œuvre par le ministère équatorien de l'Agriculture et l'IRD suivant trois phases complémentaires. La phase initiale, qualitative et spatiale, pose les principaux éléments de diagnostic de la situation érosive de la Sierra équatorienne. Elle fait apparaître l'action prédominante du ruissellement concentré, notamment dans les parties nord et centre de la Sierra, où les sols ou andosols sont dérivés de matériaux volcaniques. L'affleurement en surface de la « cangahua », une formation composée d'horizons indurés, est révélateur de l'extension de l'érosion.

4La phase suivante s'est attachée à l'étude des principaux facteurs de l'érosion et de leurs interrelations, par des mesures effectuées dans sept stations expérimentales implantées au sein de grands bassins représentatifs des agrosystèmes et des minifundios de la Sierra. Les résultats montrent la grande érodibilité des andosols lorsqu'ils sont travaillés (de 50 à plus de 100 t ha-1 par an). Retarder la naissance du ruissellement par le travail du sol, dissiper son énergie en intervenant sur l'inclinaison des versants, sensibiliser le paysan à la lutte antiérosive et l'inciter à agir durablement sont les principales recommandations qui ressortent de l'analyse à ce stade du programme.

5La troisième et dernière phase a permis de tester, d'abord sur de grandes parcelles de ruissellement de 1 000 m2 puis chez le paysan, des ouvrages antiérosifs inspirés des pratiques locales et destinés à dissiper l'énergie du ruissellement. Ainsi s'est développée une véritable stratégie participative du paysannat qui a permis de mettre en œuvre des améliorations telles que la réalisation de bandes enherbées, de murets de mottes ou de pierres, de fossés d'infiltration. Le broyage de la cangahua et son enrichissement par incorporation de matières organiques ont aussi été testés. Après cinq années de mesures, l'érosion s'est considérablement réduite (moins de 10 t ha-1 par an) et les rendements de cultures se sont améliorés permettant de dégager un surplus auquel aspire le paysan. Grâce à une opération originale de crédit associant l'État, la banque et le paysannat, il a été possible de transposer avec succès les acquis expérimentaux à l'échelle du terroir.

6Bien qu'encourageants, ces résultats ne suffiront pas s'ils ne sont pas englobés dans un processus général d'amélioration de la production agricole et de la qualité de vie des paysans qui doit intégrer, outre la lutte antiérosive, la fertilisation, l'amélioration variétale des semences, etc.

7Sur le plan technique, cette évolution est possible dans la plupart des régions du globe, dont les Andes. Comme le montre notre recherche dans la Sierra équatorienne, l'homme a les moyens de mieux protéger la fertilité des sols et l'équilibre dynamique des paysages, afin de tendre vers la durabilité de l'agrosystème.

8Sur le plan socio-économique, le petit paysan ne pourra assumer seul ce défi. Il est nécessaire qu'une véritable concertation s'établisse entre la population du minifundio, les chercheurs-techniciens et les responsables politiques. Ce n'est que par la participation forte et conjointe de l'État et du petit paysannat que seront établies les bases d'une agriculture de montagne durable sous les tropiques qui, outre les paysans de la cordillère des Andes, intéressent également les populations paysannes des montagnes d'Afrique de l'Est, d'Asie et de Méditerranée.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540