Version classiqueVersion mobile

Terres d’altitude, terres de risque

 | 
Georges De Noni
, 
Marc Viennot
, 
Jean Asseline
, 
et al.

Conclusion

Texte intégral

1L'objectif premier de notre recherche a été de répondre à une demande précise de coopération émanant du gouvernement équatorien pour définir une stratégie de lutte antiérosive dans la Sierra, la région andine du pays, où l'érosion des sols cultivés est la plus active. Pour apporter des solutions, une phase de recherches menées à différentes échelles, à la fois qualitative et quantitative, s'est avérée nécessaire afin de compléter les connaissances sur l'environnement physique et humain de cette région d'Équateur aux prises avec des problèmes aigus d'érosion.

2Au long des quarante ans qui précèdent, les effets de la réforme agraire en date des années soixante ont poussé les petits paysans, contraints jusque-là de travailler dans les grands domaines des haciendas, à s'installer sur les versants et les hautes terres de la Sierra, provoquant une extension sans précédent du minifundio. Les bonnes terres agricoles situées dans les bassins et les vallées ont subi dans l'ensemble peu de modifications et sont restées la propriété des haciendas qui y pratiquent un élevage extensif. La pression du minifundio sur la terre s'est progressivement renforcée durant cette période, avec par endroits des densités de population supérieures à 100 habitants par kilomètre carré, remettant ainsi en cause la durabilité de ce type d'agrosystème. Parmi les contraintes qui pèsent sur le développement du minifundio, l'érosion des sols, qui s'est accélérée à mesure qu'augmentait cette pression, constitue aujourd'hui un problème majeur. La problématique globale est d'autant plus complexe que la question de la durabilité du minifundio est associée au problème posé par un environnement physique de haute montagne tropicale, dans lequel les risques d'érosion sont naturellement importants.

3Au travers de cette problématique, plusieurs aspects originaux sur le plan de la recherche ont été abordés, tant au niveau des connaissances que des méthodes de travail. Si la connaissance des pays du Sud s'est développée dans les milieux de forêt, de savane ou dans les zones arides, l'exemple de la Sierra montre qu'il existe également un contexte montagnard de régions chaudes encore mal connu, et caractérisé par la présence de populations assez denses étagées entre 1 500 et 4 000 mètres d'altitude. C'est le cas dans la cordillère des Andes, mais aussi dans les zones montagneuses d'Afrique de l'Est, d'Asie ou de Méditerranée. La montagne étant un milieu plus difficile à mettre en valeur que les plaines et les vallées, les hommes qui y vivent connaissent des problèmes spécifiques (pente, altitude, climat), pris en compte par notre recherche, qui nécessitent l'acquisition d'un certain nombre de connaissances. Le bilan peut être exprimé sous la forme de trois grands types d'acquis, d'ordre méthodologique, scientifique et technique.

Des acquis d'ordre méthodologique

4L'érosion des sols dans la Sierra a d'abord été appréhendée par une caractérisation qualitative et spatiale de ses manifestations. Cette phase initiale était nécessaire pour situer objectivement la problématique dans son contexte géographique, mais insuffisante pour analyser chacun des principaux facteurs de l'érosion ainsi que leurs interrelations, éléments de connaissance primordiaux pour poser les bases d'une stratégie de lutte antiérosive. Le passage à l'étude quantitative s'est donc imposé et s'est traduit par le recours à la mesure du ruissellement et de l'érosion sur sept stations expérimentales implantées au sein de grands bassins représentatifs des milieux cultivés de la Sierra. Sur chaque site de station, des parcelles de ruissellement ont été installées et suivies pendant cinq ans et plusieurs centaines de pluies simulées ont été effectuées. Au total donc, pionnier en Équateur et très novateur à l'échelle des Andes, un réseau composé de sept stations formées de 26 parcelles expérimentales de mesures de l'érosion a été créé.

5En choisissant la méthode des parcelles expérimentales et de la simulation de pluies, nous nous inscrivons dans les grands courants de la recherche internationale qui s'intéressent aux mesures du ruissellement et de l'érosion. Néanmoins, pour pouvoir répondre à la demande du partenaire, nous avons été conduits à développer plusieurs aspects spécifiques, concernant :

  • la situation des stations expérimentales : en général, ce type d'étude est réalisé dans des stations agronomiques, dotées d'appareils de mesures performants et faciles d'accès, où la précision des observations est recherchée avant tout dans le but d'élaborer des modèles. Ces stations sont rarement situées là où les conditions de sol et de culture sont les plus représentatives et elles sont peu favorables au développement de relations suivies avec les paysans. Quitte à être moins précis sur la qualité des mesures, nous avons préféré installer notre dispositif chez les paysans, en conditions réelles de terrain ;
  • la taille des parcelles : en général, la taille la plus courante est comprise entre 50 et 100 m2, soit une longueur de 10 à 20 m pour une largeur de 5 m. Dans le cas d'un sol nu, non travaillé, qui est la situation de référence du modèle américain de Wischmeier (Wischmeier et Smith, 1978, 1981) cette taille semble convenir. En revanche, elle se révèle insuffisante lorsque le sol est travaillé et planté. Nous avons résolu ce problème et nous nous sommes rapprochés de l'échelle de la parcelle paysanne en installant des parcelles beaucoup plus grandes, atteignant 1 000 m2, qui ne sont que rarement utilisées ;
  • l'objectif d'application dans lequel a été conçue notre recherche : nous n'avons pas cherché à reproduire le modèle américain de Wishmeier, les mesures effectuées n'ayant pas pour but de quantifier globalement l'érosion. Si nous avons choisi ces méthodes, c'est parce qu'elles permettent d'évaluer et de comparer l'action de l'érosion en fonction de différents modes de cultures, traditionnels et améliorés et de tester l'efficacité de nos recommandations pour lutter contre l'érosion. En aucun cas, les mesures obtenues ne sont transposables à l'échelle du grand bassin versant ou du sous-bassin versant. Elles ne sont transposables que sur des sites – versant ou terroir, éventuellement petit bassin versant élémentaire – qui présentent les mêmes conditions de milieu que nos stations de mesures.

Communiquer et former sont deux des fondements essentiels de la démarche participative. Dans les régions qui présentent des caractéristiques proches de celles des stations, il n'est plus nécessaire d'installer des parcelles expérimentales mais de faire connaître les résultats acquis, d'expliquer et de former les paysans aux techniques de lutte. Lors d'une séance de travail, la méthode de simulation de pluies et les résultats obtenus sur des sols associés à la cangahua sont présentés à des techniciens du Ministère équatorien de l'Agriculture.

6Ainsi, les paysans se sont sentis intégrés à la démarche et ont participé positivement, nous permettant d'inclure dans notre dispositif une nécessaire dimension socio-économique de la connaissance du sol, peu prise en compte généralement. Des erreurs ont ainsi pu être évitées, notre démarche étant circonscrite à un contexte de réalités de terrain vécues. À une époque où la recherche porte ses efforts sur l'élaboration de modèles, la pertinence d'une telle approche dans le cadre d'une recherche appliquée comme celle que nous avons menée en Équateur pose une interrogation : le comportement, complexe et particulier, de la société du minifundio est-il modélisable ? Partant de là, la modélisation est-elle nécessaire à la réussite d'un programme appliqué de conservation des sols ?

Des acquis d'ordre scientifique

7Les recherches sur l'érosion, qui se sont considérablement développées et spécialisées au cours des cinquante dernières années, se sont essentiellement focalisées sur les régions de plaines et de collines, et sur les sols ferrallitiques, ferrugineux et fersiallitiques qu'on y trouve généralement. Notre recherche apporte donc un éclairage nouveau sur les manifestations de l'érosion en montagne, mal connues, ainsi que sur les sols volcaniques qui présentent de fortes aptitudes pour l'agriculture.

8Nos mesures indiquent que l'érosion est forte, même s'il existe des différences de comportement entre les situations culturales pour un même type de sol et entre les sols des stations. La remarquable stabilité du premier labour n'est qu'éphémère et celui-ci évoluera inévitablement en un ancien labour plus érodible si des mesures conservatoires ne sont pas prises.

9Concernant les sols des stations, les sols andiques, lorsqu'ils sont mis en culture, se montrent plus sensibles à l'érosion que les autres types de sol, en particulier les sols vertiques. L'inclinaison de la pente et la texture du sol, le taux d'argile et notamment de montmorillonite, constituent les critères essentiels d'évaluation de la stabilité des sols cultivés.

  • 1 Cette formation, peu connue, semble cependant assez répandue. Elle a été reconnue au Pérou, en Col (...)

10La notion d'andosol est apparue tardivement dans le vocabulaire des pédologues Depuis une quinzaine d'années, de nombreux travaux, essentiellement français, australiens et japonais, ont permis de préciser la définition des andosols. Néanmoins, les études se réfèrent en majorité à des analyses précises de laboratoire portant sur les caractéristiques et le comportement des allophanes. Il existe très peu de références, encore actuellement, sur le comportement des andosols en conditions réelles de terrain. Ces derniers sont généralement considérés comme des sols stables et fertiles. Notre recherche montre que les andosols andins, lorsqu'ils sont cultivés, perdent leur stabilité initiale et sont plus sensibles à l'érosion que les vertisols développés sur des matériaux non volcaniques. Elle fait également apparaître l'importance par rapport à l'érosion d'une formation volcanique originale, la cangahua1. Cette formation, qui forme une surface naturelle imperméable et très ruisselante, est en effet un indicateur d'érosion accélérée.

Des acquis d'ordre appliqué et technique

11La série d'observations et de mesures effectuée sur les parcelles améliorées montre par comparaison avec les parcelles témoins que la progression de l'érosion n'est pas une fatalité. L'homme étant impliqué directement dans la dynamique des processus, son influence peut être corrigée de façon à ramener les effets de l'érosion à des normes admissibles. La recherche de solutions ne constitue pas une utopie, car le minifundio est forcé, pour l'instant, d'affronter cette situation. Le retour vers des terres plus fertiles situées dans le bassin est dépendant d'une nécessaire évolution sociale à l'échelon national dont il est difficile, a priori, d'évaluer la faisabilité à court et moyen termes. Les résultats issus des parcelles améliorées sont encourageants dans la perspective de pallier les difficultés de la situation actuelle. Ils indiquent qu'un ensemble de mesures, peu contraignantes et adaptées à « l'environnement physique et humain », peut faire chuter l'érosion à moins de 1 t ha-1 an-1 si l'on prend en compte quelques principes de base. La dissipation de l'énergie du ruissellement, associée à un travail du sol régulier visant à améliorer l'infiltration, est fondamentale. Des ouvrages simples, construits avec des matériaux locaux, et disposés perpendiculairement à la pente dominante semblent convenir. Dans un milieu de haute montagne conditionné par les phénomènes de gravité, ce type d'intervention est prioritaire pour freiner l'érosion.

12En complément, les résultats obtenus sous pluies simulées démontrent les effets majeurs du travail du sol sur l'infiltration de l'eau. Les différences de comportement enregistrées sous pluies simulées entre le premier et l'ancien labour ainsi que sur la cangahua transformée en un matériau meuble indiquent qu'un travail régulier et soigné du sol ainsi que l'incorporation de matière organique pour améliorer l'agrégation donnent de bons résultats pour augmenter l'infiltration.

13Le contrôle de l'érosion mécanique dite « sèche » est également indispensable. Le labour animal s'effectue en général en suivant les courbes de niveau. Dans le minifundio, très déshérité, les animaux de trait sont rares. Les labours sont réalisés manuellement ou avec des tracteurs loués à des coopératives. Dans ces deux cas, les volumes de terre transportée mécaniquement vers le bas du champ ou du versant sont considérables. À Mojanda, les mouvements du sol ont entraîné l'élévation des talus des terrasses à 1,50 m de hauteur. Au bout de quatre ans, la pente d'équilibre entre terrasses était atteinte, l'effet de ces mouvements est devenu insignifiant.

14Enfin, l'aménagement des zones de reports hydriques constitue le dernier principe important. Les pluies simulées montrent que les ruissellements sont importants sur les sols enherbés et sur la cangahua indurée. Les reports hydriques issus de ces zones menacent les sols arables situés en contrebas. L'aménagement de ces zones, qui jusqu'ici n'a pas été pris en compte, constitue une mesure de première urgence, au même titre que la mise en œuvre de mesures conservatoires dans les zones mises en culture.

La recherche d'une indispensable concertation

15Bien qu'encourageants, ces résultats ne suffiront pas s'ils ne sont pas englobés dans un processus général d'amélioration de la production agricole et de la durabilité de l'agrosystème qui doit intégrer, outre la conservation des sols, la fertilisation, évoquée précédemment, l'irrigation, l'amélioration variétale des semences, etc.

16Au plan technique, cette évolution est possible dans la plupart des régions du globe, dont les Andes. Comme le montre notre recherche dans la Sierra équatorienne, l'homme a les moyens de mieux protéger la fertilité des sols et l'équilibre dynamique des paysages, afin de tendre vers une durabilité de l'agrosystème andin.

17Veyret et Pech (1993) rappellent dans leur livre L'homme et l'environnement l'exemple de la Champagne, qualifiée de « Pouilleuse » par les physiocrates au xviiie siècle et qui s'est transformée par la suite en une riche terre à blé : « Une telle évolution est forcément plus aisée dans les pays riches que dans les pays pauvres, où le paysan, directement dépendant de la nature et des aptitudes agronomiques des sols, n'a pas forcément les moyens financiers et techniques de les amender ou de les améliorer. » En effet, ce dernier aspect est fondamental. Seul, le petit paysan ne pourra assumer ce défi. Il est nécessaire qu'une véritable concertation s'établisse entre la population du minifundio, les chercheurs-techniciens et les responsables politiques. Ce n'est que par la participation forte et conjointe de l'État et du petit paysannat que seront établies les bases d'une agriculture andine durable.

Notes

1 Cette formation, peu connue, semble cependant assez répandue. Elle a été reconnue au Pérou, en Colombie, au Mexique, en Équateur et au Japon. Selon les pays, elle porte des appellations variées : sillar au Pérou, cancacua en Colombie, talpetate au Nicaragua, tepetate au Mexique, masa, cora ou nigatsuchi au Japon (Quantin, 1972, 1994 ; Zebrowski, 1992 ; De Noni et al., 1992).

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search