Version classiqueVersion mobile

Terres d’altitude, terres de risque

 | 
Georges De Noni
, 
Marc Viennot
, 
Jean Asseline
, 
et al.

La lutte antiérosive dans les Andes équatoriennes. De l'expérimentation à l'application

Chapitre 8. La lutte antiérosive : mythe ou réalité ?

Texte intégral

1À ce stade, notre recherche a permis d'analyser, qualitativement et quantitativement, les principaux aspects de l'érosion des sols cultivés dans la Sierra de l'Équateur et de préciser l'impact de l'anthropisation, qui est à la mesure de l'impact concomitant de l'environnement physique de la montagne andine. À l'échelle planétaire, les Andes constituent un énorme bourrelet montagneux très original par ses altitudes, par son volume rocheux mais aussi par ses densités humaines. À l'instar d'autres montagnes tropicales comme les chaînes de l'Himalaya, d'Afrique de l'Est et d'Asie, le milieu se caractérise par un équilibre morphodynamique fragile en conditions naturelles et par des risques érosifs élevés en conditions anthropiques, ces derniers tendant inexorablement vers l'aggravation s'il n'y a pas de véritable politique de lutte antiérosive.

2Notre analyse est donc parvenue au constat que l'homme contraint un milieu qui, en retour, perturbe le développement des activités humaines par ses fortes contraintes physiques, ce qui nous a conduit à formuler des principes directeurs de lutte contre l'érosion. Retarder la naissance du ruissellement, intervenir sur l'inclinaison des versants, sensibiliser le paysan à la lutte antiérosive et l'inciter à agir durablement sont les principales recommandations qui ressortent de l'analyse à ce stade du programme.

3Néanmoins, s'en tenir à un tel constat fait de recommandations, non validées sur le terrain, n'aurait pas répondu à la demande de notre partenaire en quête de solutions pratiques et efficaces. Alors comment faire pour dépasser ce stade, afin que la recherche se prolonge en évoluant vers la lutte antiérosive et pose les fondements d'actions concrètes de terrain dans le minifundio, et ce avec la participation des hommes qui y vivent ?

Les fondements généraux de la démarche participative

4À la suite de l'analyse des causes des échecs des programmes de lutte antiérosive et de la naissance au plan international du concept de développement durable (cf. chap, ii), une question se pose : pourquoi continuer à lutter contre l'érosion dans un cadre tel que les résultats obtenus sont mitigés ? Les techniques empiriques développées par les sociétés anciennes ne sont plus adaptées, les projets techniques d'aménagement d'origine étatique ne répondent qu'à une partie des problèmes et la recherche, pourtant de plus en plus précise et spécialisée, ne s'intéresse qu'aux processus.

La démarche participative est mise en œuvre dès le début du programme. Après concertation avec les paysans, les stations sont installées sur les terres du minifundio et elles sont gérées en équipe. Ici, dans la dépression pyroclastique, les paysans de la commune de Chuspiaco, où se trouve la station de Tumbaco (pente de 20 %. 2 600 m d'altitude), participent à l'installation du site où seront logés les bacs de décantation des parcelles expérimentales.

5La lutte antiérosive a donc toutes les apparences du mythe, alors qu'elle peut devenir une réalité si elle est menée en concertation avec les paysans et s'ils participent aux différentes opérations, ce qui a été jusqu'à présent négligé.

6La démarche participative se propose de combler cette grave lacune. Ce n'est pas un concept vague répondant à une opportunité du moment, mais la réponse concrète d'un groupe de chercheurs et de techniciens expérimentés soucieux d'appliquer le concept de développement durable dans le domaine de la lutte antiérosive. La primeur en revient à nos collègues anglo-saxons qui définissent la démarche participative par le vocable de « Landhusbandry » (Shaxson et al., 1989 ; Hudson, 1992), repris en français par Roose (1994) sous le sigle de GCES : « Gestion conservatoire de l'eau, de la biomasse et de la fertilité des sols ».

7À la différence d'autres stratégies, cette démarche part du constat que les paysans sont prêts à investir sur les bonnes terres où existent des risques potentiels de dégradation, et non sur les terres déjà très érodées et trop appauvries (Roose et De Noni, 1998). En effet, plutôt que de mettre en défens des terres dégradées pour réduire les transports solides des rivières et de construire des terrassements pour gérer les eaux de ruissellement, il est préférable d'investir en priorité sur les terres qui ont encore un potentiel pour faire fructifier les investissements fonciers susceptibles d'intensifier la production, selon le principe « mieux vaut prévenir que guérir ». Les décisions ne sont prises qu'avec la compréhension et l'accord des intéressés. L'objectif n'est plus la conservation des sols pour elle-même, mais la valorisation durable du travail et de la terre à l'échelle d'une communauté rurale ou d'un terroir. Le changement des systèmes de production exige du temps, car les habitudes sont à modifier en fonction des réalités socio-économiques : rien ne sert de se lancer dans la construction d'un réseau de dispositifs antiérosifs si ceux-ci ne sont pas acceptés et intégrés par les utilisateurs des terres.

8La démarche participative se définit donc en fonction des points suivants :

  • principes : la réussite d'un aménagement antiérosif ne peut être durable sans la participation paysanne depuis la conception du projet et sans l'intégration des contraintes socio-économiques et de la mentalité paysanne dans la démarche scientifique. Le principe de base en est que les paysans n'acceptent un surcroît de travail que s'ils constatent une amélioration de la productivité du travail et de la terre ;
  • objectifs : le défi à relever dans les vingt années à venir, c'est à la fois de réduire les risques de ruissellement, d'érosion et de dégradation des sols, et de doubler la production avant que ne double la population (rythme démographique actuel des populations vivant sous les tropiques) ;
  • méthode : pour cela il faut, d'une part, analyser les liaisons étroites entre les systèmes de production, les itinéraires techniques et les manifestations d'érosion ; d'autre part, intensifier le système de production, en favorisant l'infiltration et la couverture végétale du sol aux époques de fortes averses et en gérant à la fois l'eau, la biomasse et les nutriments organiques et minéraux disponibles en fonction des besoins des cultures ;
  • réalisation : comme la plupart des projets, cette stratégie requiert trois étapes : 1) une période de sensibilisation des populations fondée sur des recherches préalables concernant la typologie des problèmes d'érosion, les facteurs accentuant les risques érosifs et la détection de possibles mesures antiérosives ; 2) une expérimentation démontrant sur les champs des paysans les risques réels de dégradation, l'efficacité des méthodes antiérosives proposées, la faisabilité et la rentabilité des améliorations à venir ; 3) une période d'extension spatiale des méthodes sélectionnées, des parcelles à l'ensemble du terroir.

La mise en terre des semences est un des temps forts dans l'installation des stations.
Ce moment est vécu à la fois avec passion et rigueur par les paysans. Ces deux photos illustrent le semis du maïs sur les stations, respectivement de Tumbaco et de Cangahua.
Selon un principe ancestral et cadencé, le paysan muni d'un bâton fait un trou dans le sol où il introduit 3 graines de maïs et une graine de haricot qui utilisera la tige de mais comme tuteur.

La démarche participative en Equateur

9Au moment où se déroule notre programme, il n'y a aucun exemple connu de démarche participative dans la lutte contre l'érosion des sols de la Sierra. Par ailleurs, comme nous l'avons déjà signalé, il n'y a pas davantage de repères historiques sur lesquels se fonder pour proposer une stratégie convaincante : la pression démographique actuelle n'a plus rien à voir avec la population existante à l'époque incaïque, les pratiques qui donnaient satisfaction aux anciens ne sont plus adaptées aujourd'hui ; l'agriculture de bassins et de vallées développée par la suite par les Espagnols est également très différente de celle du minifundio, dont les productions s'étagent de bas en haut des versants. Alors comment poser les bases d'une lutte antiérosive participative efficace dans un pays où une partie importante de la population paysanne de la Sierra a été regroupée sur des versants de plus en plus cultivés mais difficiles à valoriser véritablement à cause de la topographie, du froid et de l'altitude ?

10Nous nous en sommes tenus aux principes de « Landhusbandry » ou GCES définis ci-avant.

Intervenir sur le ruissellement

11Dans un premier temps, devant l'absence de stratégies traditionnelles pouvant répondre aux problèmes posés par la situation actuelle, les résultats issus de la phase initiale de recherche ont été déterminants pour dégager quelques grands principes de lutte antiérosive correspondant à un milieu tropical de montagne densément peuplé. Ceux-ci ayant montré la prédominance de l'érosion des sols par ruissellement, l'objectif est donc, d'une part, d'intervenir sur le partage de l'eau de pluie entre infiltration et ruissellement pour diminuer les quantités et ralentir la vitesse des flux d'eau susceptibles de s'écouler sur le versant ; et, d'autre part, de ralentir et de dissiper l'énergie du ruissellement une fois que les écoulements se sont organisés sur le versant.

12Pour pouvoir jouer sur le bilan infiltration/ruissellement, autrement dit sur la fonction de production du ruissellement, l'élément essentiel, à la portée du paysannat local, est le travail du sol visant à améliorer l'infiltration de l'eau. Dans le minifundio, le tracé des billons est très rarement isohypse, la pénibilité du travail sur versants favorisant le labour dans le sens de la plus grande pente. En outre, les opérations de sarclage sont effectuées trop rapidement et irrégulièrement, ce qui laisse peu de temps pour retravailler le sol et façonner correctement de nouvelles buttes au pied de la plante. Dans tous les cas, les billons ne sont pas refaits au cours du cycle cultural.

13Pour corriger ce type de pratique et d'habitude, qui concerne toutes les cultures (maïs, pomme de terre et fève, seule l'orge qui est cultivée à plat échappe à cette pratique), le travail de la surface du sol par un billonnage profond et isohypse a été préconisé. Les travaux de sarclage et de buttage ont également fait l'objet d'une attention spécifique. Ils doivent être réalisés avec soin et répétés au moins trois fois au cours du cycle cultural. C'est ainsi l'occasion de retravailler en particulier les billons, dont la forme s'émousse jusqu'à disparaître presque totalement à mesure que se succèdent les pluies.

14Avec le travail du sol, l'effet « couverture en surface » ou « mulch » a été estimé important pour protéger la parcelle de l'agression des gouttes de pluies. En général, après la récolte, le paysan laisse entrer les bêtes sur la parcelle pour manger les résidus de culture. Le sol est alors peu à peu mis à nu, mais aussi piétiné, ce qui provoque une pulvérisation de surface avec tassement en dessous, et bien entendu disparition de la quasi-totalité de la matière verte. À titre d'essai, l'entrée des animaux sur les parcelles de test a été interdite, et seule une partie des résidus a été prélevée afin que le sol ne soit jamais totalement nu entre deux semis.

15Pour pouvoir intervenir sur l'action de l'énergie du ruissellement le long des champs cultivés et du versant, autrement dit pour essayer de contrôler la fonction de transfert du ruissellement, le travail du sol ou l'effet « mulch » ne sont plus suffisants et il a été nécessaire de compléter l'effet de ces pratiques en recourant à l'installation d'ouvrages. Des ouvrages simples, adaptés aux paysages et aux traditions du minifundio, disposés perpendiculairement à la plus grande pente, ont été conçus pour freiner l'énergie du ruissellement et le transfert de l'eau vers le bas des pentes. L'objectif était d'étaler les eaux, si possible dans la phase d'écoulement en nappe, pour briser leur énergie et éviter que le ruissellement ne dépasse une vitesse de l'ordre de 25 cm par seconde, seuil au-delà duquel l'eau se concentre et érode le sol (Hjulström, 1935). Les matériaux utilisés pour réaliser ces ouvrages étaient nécessairement ceux qu'emploient traditionnellement les paysans dans l'édification des maisons, haies, murets, bandes de végétation, etc. et dont nous avions noté l'existence à mesure que nous établissions des liens de participation avec la population. En permettant de freiner par dissipation l'énergie du ruissellement, ces ouvrages favorisent le dépôt et l'accumulation des matériaux transportés par les eaux. Des « pseudo-terrasses » se forment ainsi progressivement et naturellement, le profil du versant se modifie progressivement et la pente générale diminue radicalement. Leur formation requiert donc peu de travail de la part de l'agriculteur, leur coût est faible et leur entretien facile, ce qui était bien le but recherché (Bennett, 1939 ; Lilin, 1986 ; Hudson, 1963, 1992 ; Roose, 1994).

Les parcelles expérimentales améliorées et démonstratives

16Une fois cette étape définie, il restait à déterminer une méthode de travail qui permettrait de tester l'efficacité des actions préconisées sur les fonctions de production et de transfert du ruissellement, avec la participation active des paysans. D'un point de vue scientifique, seule l'observation sur des parcelles expérimentales peut permettre de suivre et d'évaluer par des mesures l'effet de ces actions. Du point de vue de l'application, ces parcelles sont situées dans les stations existantes. En règle générale, l'assentiment des paysans à cette formule est assez positif, car ils sont conscients des risques élevés de dégradation qui pèsent sur leurs sols et de la nécessité d'une aide extérieure dont ils n'ont jamais bénéficié jusque-là.

  • 1 Par rapport aux parcelles témoins, toutes les parcelles améliorées sont travaillées, plantées et p (...)

17Les nouvelles parcelles expérimentales1 sont différentes des parcelles témoins décrites au chapitre iv. Ainsi, un couple de parcelles est présent sur toutes les stations.

18Par rapport à la parcelle témoin, cette nouvelle parcelle est dite « améliorée » parce qu'elle présente un certain nombre de spécificités. Tout en conservant le type de culture locale et les principales opérations culturales utilisées traditionnellement, nous y avons introduit diverses techniques de lutte antiérosive. Elles portent essentiellement sur le travail du sol pour améliorer l'infiltration et sur la mise en place de petits ouvrages pour dissiper l'énergie du ruissellement. Compte tenu de l'avis des paysans, qui ne souhaitent pas un nombre trop élevé d'ouvrages qui réduiraient la surface consacrée à la culture, une distance moyenne de l'ordre de 10 à 12 m entre chaque ouvrage a été définie, ce qui donne un nombre de 3 ouvrages par parcelle. Dans la démarche participative qui est la nôtre, nous avons préféré, bien entendu, nous ranger à l'avis du paysan plutôt que de calculer cette distance par des formules qui ne prennent pas en compte un tel aspect.

19La mise en place des ouvrages sur les parcelles a nécessité une surface plus grande que celle des parcelles témoins. Après plusieurs essais, nous avons opté pour une surface de 1 000 m2, soit 50 m x 20 m, ce qui permet de prendre en compte les différents paramètres nous intéressant tout en s'affranchissant des effets de bordure. Nous n'avons pas recherché, cependant, une taille plus grande afin de ne pas créer un écart de surface trop important par rapport aux parcelles témoins et de ne pas biaiser les comparaisons entre parcelles.

20Comme nous l'avions annoncé dans le chapitre IV, l'idéal aurait été de démarrer l'observation des parcelles expérimentales améliorées une fois l'étude des parcelles témoins terminée. Dans la pratique, cela aurait réclamé une période d'observation trop longue par rapport aux objectifs fixés par nos partenaires équatoriens. Aussi, les parcelles améliorées ont été installées quasi en même temps que les parcelles témoins, avec l'idée que leur dispositif pourrait évoluer au cours de l'étude, ce qui finalement ne fut pas nécessaire.

21Nous avons ainsi pu suivre durant cinq années culturales complètes ce couple de parcelles, témoin et améliorée, et comparer par des mesures et observations leur comportement à l'érosion, condition essentielle pour pouvoir juger de l'efficacité pratique des actions préconisées.

Notes

1 Par rapport aux parcelles témoins, toutes les parcelles améliorées sont travaillées, plantées et portent des ouvrages antiérosifs.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search