Version classiqueVersion mobile

Terres d’altitude, terres de risque

 | 
Georges De Noni
, 
Marc Viennot
, 
Jean Asseline
, 
et al.

L'érosion des sols : facteurs anthropiques et processus

Chapitre 2. Le constat d’échec de la lutte antiérosive dans la Sierra

Texte intégral

1En montagne, les risques d'érosion sont plus élevés que dans d'autres milieux car les composantes de l'environnement physique, notamment la pente, exercent une influence forte sur la dynamique de l'érosion. La Sierra n'échappe pas à ce constat général, et le fait d'y trouver les marques d'une érosion active ne doit donc pas surprendre. Ce qui peut surprendre, en revanche, c'est la présence d'une population agricole assez dense qui a favorisé l'anthropisation des paysages alors que les montagnes, du fait des nombreuses contraintes qu'elles présentent pour la mise en valeur des sols, sont des milieux en général peu peuplés. En effet, l'agriculture, lorsqu'elle existe en montagne, est orientée le plus souvent vers l'élevage qui s'y pratique de façon extensive et donc peu dégradante pour les sols, ce qui n'est pas le cas de la Sierra équatorienne.

2En outre, l'absence quasi totale de stratégies et de méthodes antiérosives, dans un milieu naturellement fragile qui en présente la nécessité, eu égard à la pression humaine existante, est un autre élément qui aggrave l'érosion des sols. Cet aspect des choses est d'autant plus problématique dans les montagnes tropicales que le domaine des sols cultivables est plus étendu en altitude qu'à des latitudes tempérées, où le froid limite très rapidement l'extension en hauteur des activités agricoles. Les possibilités et les tentations de défricher les hautes terres sont donc plus grandes sous les tropiques, mais plus forts sont les risques de dégradation du milieu si le travail de la terre n'est pas réalisé avec des méthodes adaptées et différentes de celles utilisées dans les régions basses.

La lutte antiérosive dans l'agriculture de la Sierra

3Le bilan est globalement négatif et s'appuie, d'une part, sur les résultats d'enquêtes menées dans le minifundio, dont l'action dans le domaine de la lutte antiérosive est très limitée, et, d'autre part, sur quelques tentatives de l'État, à l'origine de projets localisés et déconnectés du monde paysan.

Par les paysans du minifundio

4Des enquêtes ont été réalisées dans le minifundio pour connaître la perception des paysans sur l'ampleur et les causes de l'érosion des sols et analyser leurs comportements face à ce phénomène. Elles ont été menées dans plusieurs zones de la Sierra, en privilégiant celles où les parcelles de cultures portaient les marques de l'érosion.

5Les résultats de ces enquêtes ont permis de cerner le comportement du paysan, tant en ce qui concerne la perception de l'érosion que les moyens traditionnels de lutte. Il en ressort principalement la faible implication du paysan dans la lutte antiérosive. La quasi-absence d'aide extérieure, en cantonnant le paysan dans des conditions d'existence qui se dégradent, constitue un autre facteur important qui influe sur l'accentuation de l'érosion. Lorsque l'érosion menace, le seul recours du paysan est souvent d'évoquer la fatalité divine à l'origine d'événements climatiques catastrophiques (De Noni et al., 1986 b). À titre d'exemple, dans la région de Cangahua, où les pluies érosives sont très souvent accompagnées de grêle, c'est la Vierge Maria Trinidad qui est mise en cause : « Pour la quasi-totalité des habitants de la région sinistrée, la grêle de mars 1982 est une punition infligée par la Vierge Maria Trinidad qui, depuis quelques années, apparaît à quelques privilégiés au sommet d'une montagne proche appelée Jambi Machi [...] Dans ces conditions, les mesures à prendre sont évidentes : il s'agit d'organiser un pèlerinage de toutes les communautés du voisinage jusqu'à Jambi Machi. » (Fauroux, 1989). Le paysan semble donc relativement résigné et passif face aux manifestations atmosphériques qui traduisent pour lui un déchaînement de forces à la fois naturelles et surnaturelles qui activent l'érosion des sols. Des méthodes simples, comme celle du labour tracé selon le sens des courbes de niveau, très utile lorsque le relief est en pente, ne sont pas utilisées. En général, il n'y a pas de direction définie pour le sens du labour, si ce n'est lorsqu'il est effectué par traction animale. Dans ce cas, le paysan fait suivre aux animaux les courbes de niveau, non pour protéger le sol contre l'érosion, mais pour économiser la santé des bêtes, qui représentent un capital plus important que la terre. Ce cas reste isolé néanmoins, car le petit paysan ne dispose pas, dans la plupart des cas, d'un capital suffisant pour acheter des bêtes.

6On est surpris sur le terrain par le faible nombre d'animaux présents dans le paysage de minifundio. Cela explique que la pratique du compost soit réduite. Le prix des engrais chimiques est trop élevé également, ce qui ne permet pas à l'agriculteur de lutter contre la baisse de fertilité des sols. L'emploi d'engrais, s'il se fait, est en général très irrégulier et les doses en sont insuffisantes.

Autrefois, les sociétés préhispaniques utilisaient un simple bâton, la chakitacla, pour enfouir les semences sans retourner le sol. Par la suite, les paysans du minifundio ont adopté l'asadon, sorte de houe locale munie d'une large lame qui permet de travailler le sol sur 15-20 cm de profondeur. Son utilisation est adaptée aux sols de la Sierra issus de cendres volcaniques fines et meubles.

7Le labour motorisé ainsi que le labour manuel, effectué avec l'asadon, la houe locale, sont réalisés en règle générale dans le sens de la plus grande pente. De plus en plus fréquemment, le paysan pratique le labour mécanisé. Le tracteur est loué à une coopérative ou à un grand propriétaire et il est utilisé de façon communautaire par un groupe d'agriculteurs. Les risques d'accident sont élevés en raison de l'inclinaison des pentes : dans la province de Chimborazo, où la pression du minifundio sur la terre est très forte, nous avons observé la présence de tracteurs sur des versants pouvant atteindre 60 % de pente. L'introduction de la mécanisation a contribué à agrandir la taille des parcelles et à faire disparaître les anciens paysages agraires bocagers. L'abandon ou la destruction systématique d'anciens ouvrages agricoles deviennent donc la règle : la plupart, de type « terrasse », hérités des sociétés précolombiennes, avaient pour fonction de contrôler en partie les effets du ruissellement et de l'érosion. Ces vestiges, relativement nombreux dans toute la Sierra (Gondard et Lopez, 1983), sont constitués par des talus de pierres ou de blocs de cendres indurées. À Pimampiro (Province de Imbabura), les talus sont volontairement abattus pour laisser la place à de grandes parcelles mécanisables. À proximité de Zhud (province de Cañar), dans une zone de colonisation récente et de moyenne propriété, de larges terrasses au profil concave, témoins de l'ancienne civilisation Cañari, apparaissent sous le « chaparral » (autre terme en usage pour désigner le matorral) en cours de défrichement. Là aussi, ces ouvrages sont détruits pour agrandir la taille des champs. À Punín et à Flores, ainsi qu'à Colta et Chunchi (Province de Chimborazo), dans des conditions de pente déjà forte (40 %-60 %) et à une altitude située entre 3 200 m et 3 600 m, il existe également de véritables terrasses séparées par des talus de plusieurs mètres de haut. Les talus intermédiaires ont été abandonnés ou détruits et seuls sont conservés les talus qui servent de limites de propriété. Ceux-ci ne délimitent plus que des « pseudo-terrasses » excessivement larges et déclives, inadaptées aux conditions du milieu. À Ingapirca (Province de Cañar), ancienne zone d'influence incaïque, certains chemins principaux sont bordés d'énormes tas de cailloux bien empilés qui auraient pu, judicieusement entassés selon les courbes de niveau, constituer de magnifiques cordons de pierres (gabions).

  • 1 Le sigse (Cortaderia rudiuscula) ne pousse pas au-dessous de 2 000 m. C'est une graminée de hauteu (...)

8En résumé, les pratiques et ouvrages conservatoires sont très rares et, lorsqu'ils existent, ils sont peu efficaces pour limiter les phénomènes d'érosion. C'est le cas, par exemple, sur les hautes terres densément cultivées des provinces de Chimborazo et de Cotopaxi, quelques essais récents de lutte antiérosive témoignent de la volonté de quelques paysans de s'opposer à la progression de l'érosion. Malheureusement, tels qu'ils sont conçus, ces ouvrages présentent une efficacité assez réduite : il s’agit de petites rigoles d’écoulement des eaux de ruissellement (les rayas) et de barrières vives. Les rigoles sont en général trop peu profondes (une vingtaine de centimètres au plus) et leur pente est trop déclive (20 % à 25 %) pour assurer un transfert satisfaisant des eaux de ruissellement. Il en de même pour les haies vives de sigses1 qui sont disposées d’une manière aléatoire face à la pente dominante (De Noni et al., 1994 b).

Depuis une quinzaine d'années, les paysans du minifundio s'ouvrent peu à peu à la mécanisation, notamment à l'emploi du tracteur. Le travail du sol est plus profond et le labour s'effectue systématiquement dans le sens de la plus grande pente, dans des conditions d'utilisation fréquemment dangereuses à cause des fortes déclivités. Pour faciliter l'utilisation du tracteur et le passage d'une parcelle à l'autre, le paysage bocager du minifundio disparaît. Pour toutes ces raisons, le cadre environnemental du minifundio est fragilisé et les sols sont plus exposés à l'érosion.

Initiées par l'État, des mesures ponctuelles et inadaptées

9Pour sa part l'État, conscient du danger que représentait l'extension simultanée du minifundio et de l'érosion sur les terres de la Sierra, se lança, sans concertation aucune avec les paysans, dans un programme de lutte antiérosive dès le milieu des années soixante. Ce programme, essentiellement technique, fut mené par des forestiers qui mirent en œuvre un vaste plan de reforestation, quelque peu empirique et inspiré des travaux effectués antérieurement dans les montagnes françaises et celles du Maghreb. Ils intensifièrent les plantations d'eucalyptus (Eucalyptus globulus) qui avaient été introduites dans le pays plusieurs années auparavant parce que cet arbre présentait l'avantage d'une croissance rapide et d'une bonne adaptation aux sols de la région. Après une trentaine d'années, les surfaces couvertes par l'eucalyptus sont estimées à plus de 70 000 ha, mais le bilan pour la lutte antiérosive est décevant.

10En effet, l'eucalyptus n'arrête pas l'érosion concentrée, car son feuillage très diffus laisse passer les gouttes de pluie et ses besoins importants en eau empêchent la croissance d'une végétation secondaire utile pour protéger la surface du sol.

11Au début des années soixante-dix, les forestiers tentèrent d'innover en introduisant des pins (Pinus radiata) et concentrèrent leurs efforts sur le reboisement des parties hautes des bassins versants. 12 000 ha furent ainsi couverts en pins, mais cette opération n'obtint pas les résultats escomptés. Deux raisons principales sont à prendre en compte : d'une part, les zones concernées étaient peu sensibles à l'érosion ; d'autre part, en étant reboisées, elles perdaient leurs usages traditionnels de terrains de parcours communautaires pour les différents minifundios.

Les causes des échecs

12L'analyse précédente fait ressortir deux causes principales d'échec ; d'une part, l'isolement du minifundio et sa très faible participation à la lutte antiérosive ; d'autre part, l'absence de concertation entre les acteurs : les paysans, l'État, mais aussi les techniciens agronomes et les chercheurs. Les causes de ces dysfonctionnements ne sont pas spécifiques à la Sierra équatorienne, ceux-ci s'inscrivent dans un contexte général commun à de nombreux pays du Sud. Se pencher sur leurs origines nécessite un retour sur les grandes étapes de l'histoire de ces pays (Roose et De Noni, 1998).

Labour au tracteur d'une parcelle située sur le flanc du volcan Mojanda, à 3 300 m d'altitude (région d'Otavalo). Le travail est réalisé dans le sens de la plus grande pente comme l'indiquent les traces de roues dans le sol. Ce type de préparation du sol aggrave l'érosion, notamment celle de l'eau de pluie qui profite des traces de roue dans le sens de la pente pour augmenter son énergie, inciser en profondeur et décaper la couche arable. En l'absence d'assistance technique, le paysan perpétue cette pratique.

13En effet, très rapidement, les premières civilisations sont confrontées aux problèmes de ruissellement et d'érosion, qui conduisent les paysans de l'époque à développer, de façon empirique, tout un ensemble de stratégies traditionnelles de gestion des eaux de surface et de la fertilité des terres. D'après Lowdermilk (in Hudson, 1983 et 1992), les premiers vestiges archéologiques de lutte antiérosive dateraient de 7 000 ans. De nombreuses techniques antiérosives sont développées par les anciens : elles sont souvent très efficaces dans les conditions climatiques et surtout socio-économiques de leur époque, comme le démontrent les systèmes mis au point par les Incas et décrits chapitre i. Par la suite, ces méthodes traditionnelles sont progressivement délaissées, parce qu'elles deviennent inadaptées face à la pression démographique qui se fait plus lourde. En parallèle, les progrès techniques se développent en milieu rural, sans que l'on prenne garde à la protection des ressources. Ainsi dans certaines régions, pour répondre à la demande alimentaire croissante, la mécanisation favorise l'extension des cultures sans tenir compte de la destruction de la couverture pédologique. Devant l'incapacité des méthodes traditionnelles à faire face à ces mutations démographiques et techniques, les États et les pouvoirs centraux prennent alors les choses en main en déléguant de gros moyens pour la mise en place de stratégies modernes d'équipement. Deux exemples pris dans des régions de montagne illustrent ce contexte.

14Dans les Alpes françaises, la « Restauration des terrains de montagne » (RTM) est mise en place à partir de 1 850. Le surpâturage des terrains communaux de montagne dégrade les sols et a pour conséquence d'augmenter la charge des torrents, avec les risques qui en dérivent pour les infrastructures. L'État recourt à l'intervention des forestiers qui lancent de vastes programmes de restauration des terrains en montagne, par la reforestation des hautes vallées et la correction des torrents. Les travaux techniques réalisés sont exemplaires dans la plupart des cas, mais les résultats sont plus contrastés d'un point de vue socio-économique (Murra, 1991). Les éleveurs sont privés de leur droit d'usage sur les zones aménagées et manquent désormais de terres. Ils sont contraints de quitter leur région, dans un contexte où les tensions sont devenues assez vives avec les forestiers. Néanmoins, cette situation est atténuée par le développement naissant de l'industrie, à la recherche de main-d'œuvre.

15Dans les montagnes d'Afrique du Nord, de 1940 à 1980, se développent des opérations de « Défense et Restauration des sols » (DRS). Berceau de civilisations anciennes prospères, ces pays sont affectés depuis longtemps par la dégradation des forêts, le surpâturage et l'extension des cultures sur des terres calcaires peu épaisses. Toutes les formes d'érosion s'y retrouvent et les oueds aux crues très brutales transportent des quantités de sédiments si importantes que la durée de vie des barrages y est particulièrement courte (trois à cinquante ans). Pour protéger et restaurer les sols, les forestiers sont une nouvelle fois sollicités et, sur la base des acquis obtenus depuis 1850, ils mettent en place des opérations de DRS qui associent, en fait, les techniques de RTM et celles utilisées par le Service de conservation des eaux et des sols qui s'est créé aux USA quelques années auparavant par Bennett. Ils s'emploient ainsi à reforester les hautes vallées, à corriger les ravines et les torrents et à aménager des banquettes sur les terres cultivées dégradées par l'érosion hydrique. Ces aménagements très onéreux, réclamant en outre la mise à disposition de terrains cultivables (5 % à 15 %, selon la pente), ne furent l'objet d'aucune concertation avec le paysannat local, comme dans le cas précédent (Le Coz, 1964 ; Greco, 1966 ; Laouina, 1998).

16Ces deux exemples pris dans des régions de montagne mettent en exergue le rôle de l'État qui s'appuie sur un certain savoir-faire technique qui prend le pas sur l'empirisme des anciens, mais ils soulignent aussi une déficience importante dans la prise en compte des contextes socio-économiques. Il en résulte de graves conflits sociaux : obligation d'exode pour les paysans touchés par la RTM et résistance quasi générale des paysans d'Afrique du Nord à l'encontre de la DRS, allant parfois jusqu'à la destruction des plantations arborées destinées à fixer les ouvrages, de crainte que l'État n'en profite pour prendre possession du capital foncier.

17Pendant longtemps, les sociétés ont donc évolué dans ce contexte, soit en agissant empiriquement en réponse à des crises socio-économiques et démographiques, soit en subissant de manière plus ou moins passive les initiatives techniques pilotées par l'État. En règle générale, les résultats sont assez mitigés et peu durables. La participation de la recherche à la lutte antiérosive, qui n'intervient que récemment dans l'histoire de ces sociétés, laisse entrevoir de nouveaux espoirs et la possibilité d'atteindre une plus grande efficacité par une meilleure connaissance des facteurs physiques et humains du ruissellement et de l'érosion.

18Si les premières parcelles de mesures de l'érosion et du ruissellement en milieu cultivé sont mises en place par Woulny en Allemagne en 1895 (Hudson, 1963 et 1992), les recherches ne prennent un réel essor qu'en 1930 quand Bennett (1939), le père de la « conservation des sols », met en place les toutes premières stations d'étude aux USA, en réponse à la grave crise érosive qui frappe le pays. Cette initiative sera reprise dans les années cinquante par F. Fournier (1960), dont l'influence marquera la recherche française outre-mer, notamment l'action de l'Orstom en Afrique de l'Ouest. Par la suite, de très nombreuses recherches ont été réalisées à différentes échelles : des études ponctuelles sur des placettes de 1 m2 sous simulateur de pluie et sur des parcelles expérimentales de ruissellement de 50 à 1 000 m2 de surface mais aussi sur de petits bassins versants de toutes tailles. Aujourd'hui, la tendance est plus à la modélisation et à l'analyse spatiale (systèmes d'information géographique) qu'à l'expérimentation et on recherche des indicateurs de risques de ruissellement, de stabilité des sols et de protection du couvert végétal et des paysages.

19Aujourd'hui, le décalage qui existait entre la recherche et la lutte antiérosive s'est comblé, néanmoins les espoirs fondés sur l'apport de la recherche sont loin de répondre aux attentes, comme en témoigne le résultat d'enquêtes réalisées par Hudson (1991), qui souligne le nombre encore trop élevé de projets de lutte antiérosive qui échouent. Au niveau international, les grands organismes, tels l'Unesco avec le projet MAB (Man and Biosphere) ou la FAO, se font l'écho de ce constat d'échec et soulignent l'impact insuffisant des recherches qui se sont trop souvent limitées à l'étude des processus de dégradation sans accompagner les programmes de conservation des sols ni favoriser le développement de moyens rentables de restauration de la productivité des sols. Émerge donc une nouvelle démarche axée sur l'homme qui, s'il peut être à la fois auteur et victime des méfaits de la dégradation des sols, possède suffisamment de ressources techniques et culturelles pour éviter une accentuation du phénomène. L'homme et l'environnement sont donc placés au centre des débats et la recherche d'un équilibre entre ces deux composantes, à la fois productif et viable et respectueux des ressources, s'impose comme l'un des fondements essentiels de cette démarche, applicable bien entendu à la lutte antiérosive. Ainsi, la notion de développement durable est peu à peu élaborée et elle est introduite lors de la conférence des Nations unies de Rio de Janeiro en 1992, qui conclut : « Le progrès impulsé par l'homme ne doit pas être arrêté mais contrôlé afin qu'il puisse durer... »

20La réussite d'une telle démarche implique l'intégration forte de la population dans des actions participatives aux différents niveaux du programme de lutte antiérosive. Dans la Sierra équatorienne, les recherches sur l'érosion et la lutte antiérosive étaient très ponctuelles et sans véritable engagement de la part des paysans. Notre programme, en proposant des liaisons concrètes entre recherche et application, en suscitant la participation effective du milieu paysan, et en prônant l'établissement d'une concertation entre paysans, techniciens, chercheurs et décideurs politiques, se situe clairement dans la démarche du développement durable. Pionnier en Équateur, il montre qu'il est possible de susciter et d'obtenir la participation des paysans du minifundio, dans une dynamique dont les différents aspects pratiques seront exposés et commentés dans la troisième partie de l'ouvrage.

21Avant d'en arriver à cette phase cruciale du programme, il s'est avéré nécessaire de définir avec précision les types de processus en cours et leur organisation spatiale. Cela constitue l'objet du chapitre suivant.

Source : atlas JA. 1982.
Carte 1 — Relief de l'Équateur

Source : adaptation de la carte du volcanisme récent in atlas JA, 1982.
Carte 9 — Le volcanisme quaternaire dans la Sierra

Notes

1 Le sigse (Cortaderia rudiuscula) ne pousse pas au-dessous de 2 000 m. C'est une graminée de hauteur moyenne, aux feuilles brillantes, à l'inflorescence bleu-jaunâtre en plumet, qui supporte la sécheresse et pourrait faire usage de fourrage.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search