Version classiqueVersion mobile

Terres d’altitude, terres de risque

 | 
Georges De Noni
, 
Marc Viennot
, 
Jean Asseline
, 
et al.

L'érosion des sols : facteurs anthropiques et processus

Chapitre 1. Un agrosystème d'altitude à forts risques érosifs

Texte intégral

1Le minifundio, type d'agrosystème d'altitude typiquement andin, est une des composantes essentielles des paysages anthropisés de la Sierra. Sa délocalisation sur les versants et les hautes terres, à la suite d'une réforme agraire aux résultats contestables et de la forte croissance démographique de la population paysanne, a entraîné une situation paradoxale. Le constat est en effet saisissant : l'élevage, extensif, se pratique sur les terres planes et fertiles des bassins et des vallées, dans les haciendas, alors que les versants difficiles d'accès, au fort potentiel érosif, portent un nombre croissant de petites parcelles de cultures, jusqu'à 3 800-4 000 m. Pour l'instant, le paysan n'a d'autre choix que de composer avec les conditions du milieu, le retour vers les basses terres fertiles étant tributaire d'une évolution politique dont il est difficile à priori d'évaluer la perspective. Affronter l'érosion qui s'accélère nécessite de mettre en œuvre des pratiques antiérosives efficaces, ce qui n'est pas le cas actuellement dans le minifundio. Cette carence pénalise fortement la durabilité de l'agrosystème.

  • 1 Depuis la création de la république d'Équateur, la ville de Quito, située dans la Sierra, est la c (...)

2Cette situation est l'aboutissement d'une évolution historique à la fois riche et troublée. En dépit de conditions naturelles difficiles et parfois extrêmes, la Sierra a depuis longtemps servi de refuge aux sociétés humaines et a joué un rôle historique majeur dans la constitution de l'État équatorien. Les contraintes physiques, loin de rebuter les hommes, les ont sécurisés par rapport aux zones tropicales, côtière ou amazonienne, perçues comme des régions répulsives et inhospitalières. Bien que les progrès de l'agriculture et de la médecine tropicale aient fait évoluer les mentalités au cours des dernières décennies, la Sierra a conservé son image de région phare et son rayonnement politique sur le pays1.

Tabl. I — Distribution en % de la population des trois grandes régions naturelles de l'Équateur par rapport à la population totale du pays et à la population urbaine et rurale, en 1982 et 1991 (INCE, 1991).

  • 2 Les faits retracés dans ce chapitre ainsi que les textes cités concernant ces trois périodes sont (...)

3Dans l'histoire de l'Équateur, l'utilisation des terres de la Sierra a été marquée par trois périodes clés (De Noni, 1986)2. Jusqu'à l'arrivée des Espagnols, les Andes équatoriennes étaient cultivées par des sociétés qui avaient su développer des stratégies agricoles adaptées aux conditions extrêmes de la montagne, sans dégradation des ressources naturelles.

4Puis, durant deux périodes de rupture, l'érosion des sols a pris une ampleur considérable : la période coloniale a opéré une modification radicale des structures agraires ainsi que de l'usage des terres et des types de cultures ; la période contemporaine constitue la seconde phase de rupture, en raison du développement du minifundio et de son extension dans les cordillères.

5Ces différentes périodes sont illustrées par la figure 1 qui montre l'évolution spatiale des sols dans le secteur de Tupigachi, région de Cayambe, dans la partie nord du bassin de Quito. En effet, avant l'invasion du pays par les Incas d'abord puis par les Espagnols, la région de Tupigachi était peuplée par une confédération très puissante, les Quitus-Caras. On estime que la population s'élevait à l'époque (500 à 1 500 apr. J.-C.) à environ 35 000 personnes. Cela témoigne déjà d'une pression démographique non négligeable si l'on songe que la population actuelle atteint 60 000 habitants pour le même espace (INCE, 1991). Aujourd'hui, cette région, l'une des principales zones d'élevage et de production laitière du pays, continue à occuper une place de choix dans l'économie du pays.

L'agriculture précoloniale

6Très tôt les hommes se sont installés dans la Sierra. Des ateliers de taille d'outils d'obsidienne (Bonifaz, 1979) indiquent un âge estimé à plus ou moins 10 000-15 000 av. J.-C. (régions du volcan Ilalo et de Cayambe-Cangahua). C'est durant les 1 000 ans qui précèdent la conquête espagnole (période dite de « l'intégration », de 500 à 1 500 apr. J.-C), que l'agriculture a connu un développement spectaculaire (Pareja-Diezcanseco, 1979). La Sierra devient le lieu privilégié d'évolution des sociétés d'agriculteurs, qui augmentent et diversifient leurs productions par une remarquable utilisation des pentes et des ressources naturelles.

Fig. 1 — Évolution de l'utilisation du sol dans le bassin de Cayambe (région de Tupigachi)

7En Équateur, l'influence des Incas dans ce processus a été moins déterminante qu'au Pérou ou en Bolivie. Fort éloignés de leurs bases méridionales situées sur les bords du lac Titicaca, ceux-ci n'ont exercé une domination réelle sur le pays que durant la période comprise entre 1 450, date à laquelle ils colonisent le royaume Canari, et 1 534, correspondant à la conquête de Quito par l'Espagnol S. de Benalcazar. En arrivant dans les Andes équatoriales, les Incas affrontent des sociétés indigènes qui avaient déjà fait des progrès considérables en agriculture et qui utilisaient des méthodes très voisines des leurs. Parmi ces sociétés, on peut citer, tout particulièrement, la confédération des Quitus-Caras (Provinces actuelles de Carchi, Imbabura, Pichincha et Cotopaxi), les Puruhaes (Province de Chimborazo) et les Cañaris (Provinces de Cañar et Azuay).

8Ces sociétés avaient développé des stratégies et des techniques bien adaptées aux pentes andines, dont voici les grands traits.

Des productions agricoles diversifiées, avec rotations et associations de cultures

9Dans un milieu contraignant et avec une population nombreuse, les agriculteurs de cette époque ont su mettre en place une agriculture de montagne prospère. L'historien Cieza de León (1967 [1553]) relève : « Il y avait dans ce royaume, au temps des Incas, très peu de terres qui, paraissant fertiles, étaient désertes. Bien au contraire, tout était très peuplé, comme le constatèrent les premiers chrétiens qui y entrèrent [...] Ils transformaient les terres stériles en zones fertiles dans de nombreux endroits. »

10La technique des « camellones », dont les vestiges sont encore visibles aujourd'hui (cf. coupe 1 fig. 1), a été mise au point par ces sociétés. Les camellones sont des levées de terre aménagées dans les fonds de bassin humides et marécageux, et séparées par des canaux où circulait l'eau. Les cultures se pratiquaient sur les levées, dont le sol était enrichi chaque année par un apport de terre fine provenant des canaux. Knapp (1988) souligne que cette pratique laisse supposer une agriculture intensive répondant aux besoins d'une population déjà importante : il estime, en effet, que 100 à 150 journées de travail par homme et par an étaient nécessaires à l'entretien de ces ouvrages.

11Ces sociétés ont su utiliser les bas-fonds et elles ont également rapidement pris conscience de l'existence d'une gamme étendue de microclimats, sur de courtes distances. Elles ont appris à exploiter l'étagement des milieux en altitude. Oberem (1981), à la suite de Murra (1978), emploie le terme de « micro-verticalité » : chaque étage écologique était dédié à une culture spécifique, le maïs entre 2 000 et 3 000 m et la pomme de terre au-dessus de 3 200 m (fig. 1). Plusieurs variétés d'une même espèce étaient semées « pour garantir la récolte, certaines espèces supportant mieux le froid, d'autres la grêle et d'autres la sécheresse ou les parasites » (Ramón et López, 1981). Enfin, l'étage le plus haut était réservé aux pâturages d'altitude. L'élevage des lamas, animaux reconnus dès cette époque pour leur résistance au milieu, se développa : ils étaient utilisés à la fois comme animal de trait et de boucherie.

12Ces sociétés avaient vraisemblablement compris l'intérêt des rotations et des associations de cultures pour préserver la richesse des sols. Pour maintenir de bons rendements, le maïs, alors considéré comme la culture principale, objet de rites religieux voués au dieu Soleil, était souvent associé à d'autres cultures, haricots et quinoa (Chenopodium quinoa), qui sont d'excellents engrais verts. La rotation des cultures était également de règle. Après deux ou trois récoltes, les terres agricoles étaient mises en jachère, longue parfois de dix ans. R. A. Donkin (1979) rapporte que, dans l'étage froid (altitude > 3 200 m), l'association de tubercules — pommes de terre, oca (Oxalis tuberosa) et ullucu (Ullucus tuberosus) — était remplacée par d'autres variétés de quinoa et par la canahua (Chenopodium pallidicaule). Dans les zones forestières, les moyas, la coupe du bois faisait l'objet d'une législation rigoureuse.

Le contrôle de l'eau et de l'érosion

13Ce contrôle reposait sur l'édification de terrasses de culture, ou andenes. Prescott (1847) souligne : « Sur pentes faibles, les andenes pouvaient atteindre cinquante, cent, voire deux cents pieds de large [...] ils se rétrécissaient considérablement à trois ou quatre pieds de large sur les pentes raides et parfois moins que cela dans les secteurs les plus escarpés [...] les talus étaient composés par des pierres sèches qui s'ajustaient les unes aux autres à la perfection. »

14Donkin (1979) confirme dans ses recherches la maîtrise de cette technique par les sociétés locales. Il rappelle le texte de F. Pizarro : « Tous les terrains montagneux sont modelés en forme d'escaliers de pierre. » Grâce aux andenes, il était possible de cultiver les versants en contrôlant les pertes en terre et d'apporter de l'eau là où cela était nécessaire, les andenes étant alors dotés d'un réseau de canaux d'irrigation. Ces derniers, alimentés par des rivières, des lacs, des sources thermales, avaient donné lieu à des travaux parfois gigantesques : « Ils exploitent au maximum l'eau des rivières, irriguant ainsi un grand nombre de terres et les travaux de creusement des canaux étaient les plus grandioses et admirables qui existaient sur ce continent parce qu'ils avaient été réalisés sans outil spécialisé. » (Pizarro, in Barnabé Cobo, 1956). « Les canaux pouvaient mesurer jusqu'à 120 lieues de long, environ 600 km » (Murra, 1978).

15Les travaux de Knapp (1988) soulignent aussi que l'association maïs-pommes de terre sur le versant ainsi que, plus haut, les cultures de pommes de terre étaient réalisées sur des terrasses de type andenes (coupe 1 de la fig. 1).

L'utilisation des engrais

16Une attention particulière était portée à la fertilité des sols. « La taille du maïs à la récolte dépendait de l'emploi du guano, transporté dans la Sierra à dos de lama, mais aussi de l'utilisation d'excréments humains séchés et pulvérisés. » (Cieza de León, 1967 [1553]). Pour amender les champs, les agriculteurs de l'époque pouvaient aussi utiliser des têtes de poissons séchés. Par ailleurs, ils n'hésitaient pas à charrier des volumes considérables de terre pour enrichir les sols : « Certaines montagnes étaient si rocheuses que les Incas se virent obligés, après avoir construit les terrasses, de les doter d'une couche épaisse de terre avant de pouvoir les cultiver » (Prescott, 1847).

L'agriculture coloniale

17La conquête espagnole introduit au xvie siècle l'élevage bovin, de nouvelles cultures et techniques culturales, regroupe les populations dans le cadre de grands domaines agricoles de type seigneurial, les haciendas, et ravage le système ancestral. Les paysans et les activités agricoles se concentrent désormais dans les bassins interandins, tandis que les versants ne sont utilisés que ponctuellement. Ce bouleversement profond de l'organisation agricole et sociale indigène a de graves conséquences.

Une forte diminution de la population indigène

18Ce phénomène est attesté par les recensements de population effectués à l'occasion du paiement du tribut auquel les indigènes étaient soumis par les Espagnols. Dans les villes de Quito, Cuenca, Loja, Zamora et Quijos, la population indigène diminue fortement : Deler (1981) estime qu'elle est passée de 80 000 personnes en 1557-1561 à 30 000 en 1591-1608. Plus précisément, à Tupigachi-Cayambe (fig. 1), où les Quitus-Caras opposèrent une farouche résistance, Larrain-Barros (1980) estime, pour la période indiquée précédemment, que la population a été divisée par quatre, passant de 35 000 personnes à moins de 10 000. À Latacunga, à une centaine de kilomètres au sud de Quito, la population, de 2 000 personnes en 1663 ne serait plus que de 700 en 1758, et à Chimbo, petite ville située au sud-ouest de Latacunga, elle serait passée de 1 200 personnes en 1596 à 800 en 1650 (Deler, 1981).

19Les historiens s'accordent pour expliquer cette évolution par les affrontements guerriers, les effets des épidémies venues d'Europe et les terribles conditions de travail auxquelles les populations étaient soumises. « À partir du xviie siècle, la crise démographique qui affecte les groupes indigènes est notable. La cruelle spoliation occasionnée par les Espagnols et l'introduction de maladies inconnues alors en Amérique ont décimé les indigènes » (Perez, 1947). Face à une opposition très affaiblie, les conquistadores ont imposé rapidement un nouveau schéma d'organisation de l'espace : « La diminution très forte de la population indigène et l'affaiblissement des communautés permettent aux Espagnols d'augmenter considérablement leur domination sur la terre » (Chiriboga, 1986).

L'asservissement des populations

20Pour affirmer leur domination, les Espagnols regroupèrent de manière forcée les indigènes dans les zones de plaines et de vallées. C'est le système de l'encomienda qui conduit progressivement à la mise en place des haciendas, concentrées dans les bassins et les vallées andines (1 500-3 000 m). Dans ce système, les indigènes, assujettis à un « maître », constituaient une main-d'œuvre servile et aisément contrôlable : « En même temps que les Espagnols étendent leur domination spatiale, ils regroupent comme du bétail sur les terres conquises et devenues propriétés privées des familles d'indigènes pour travailler les champs et servir les maîtres » (Rubio Orbe, 1987). L'organisation ethnoculturelle indigène, fondée sur l'exploitation « microverticale » des versants et sur le culte de la Pachamama, la « terre-mère », est totalement anéantie.

21Sur la coupe 2 de la figure 1, les pâturages s'étendent dans le bassin, les céréales sont cultivées sur le pourtour. Les arbres ont disparu des premières pentes et l'érosion se développe.

La mise en place de l'agriculture « castillane »

22Le but initial des conquistadores n'était pas de conquérir des terres agricoles. Leur mission première était d'exploiter les ressources minières afin d'enrichir la Couronne d'Espagne. Dans ce « Nouveau Monde », présumé très riche, nommé « El Dorado », on recherchait principalement de l'or. Après quelques tentatives, peu fructueuses dans l'ensemble, d'exploitation de gisements aurifères dans la Sierra centrale (Cuenca Gualaceo) et dans les zones de piedmont (Zaruma, Zamora et Macas), l'activité minière fut progressivement délaissée au profit de l'agriculture. Des compensations avantageuses étaient proposées à ceux qui voulaient bien quitter l'Espagne pour coloniser ces nouvelles terres. A. Gimeno (1974) relate l'exemple suivant : « Les personnes, qui avaient été reconnues aptes pour le service des armes et qui étaient volontaires pour une affectation de cinq ans dans la république de l'Équateur, recevaient à la fin de leur mission 10 fanègues (1 fanègue = 64,6 ares) de terre en propriété perpétuelle, une paire de bœufs et une vache ». En supplantant les traditions locales ancestrales, l'agriculture castillane s'est imposée radicalement. Ses principaux apports se sont opérés dans les trois domaines suivants.

L'introduction de nouvelles cultures

23Sur de vastes superficies furent installées de nouvelles cultures provenant d'Espagne, notamment : arbres fruitiers (agrumes, pommes, pêches, abricots, vigne), cultures maraîchères (choux, oignons, carottes, salades, petits pois, etc) et céréales (blé, orge et avoine).

Le développement de l'élevage

24L'activité pastorale se développa d'une manière spectaculaire grâce à l'introduction d'animaux inconnus jusqu'alors. Les nouveaux cheptels bovins, ovins, porcins, chevalins augmentèrent rapidement : au début du xviie siècle, on compte environ 2 000 000 de têtes de moutons entre Ibarra et Alausi. Outre la production de viande et de lait, l'élevage donna naissance à une activité textile florissante (les obrajes).

La mise en œuvre de nouvelles pratiques agricoles

25Parmi celles-ci, l'une des premières est l'utilisation systématique de la traction animale pour le travail du sol. Les labours relativement profonds étaient réalisés aisément par une seule personne en un temps minimal. Cette nouvelle technique de culture s'opposait radicalement aux pratiques communautaires indigènes, manuelles et « à ras du sol ». Avant l'arrivée des Espagnols, « labourer la terre était la plus grosse tâche à accomplir, ce travail se réalisait dans le cadre d'un système totalement communautaire avec des groupes d'hommes, qui soulevaient les mottes de terre, et de femmes, qui étaient chargées de les écraser au rythme des chansons » (Prescott, 1847). « L'emploi de la taclla (bâton en bois incurvé) permettait de soulever les mottes de terre puis de les écraser [...] la structure du sol était peu altérée, sinon sur les 15 premiers centimètres. » (Dollfus, 1981).

L’agriculture délocalisée en altitude

26Au choc de la conquête succède, à la fin du siècle dernier, celui de l'explosion démographique : la population décuple en moins d'un siècle, passant d'un million d'habitants à 12 millions de nos jours. Les structures agricoles coloniales deviennent caduques. Pour désamorcer une crise sociale, le gouvernement abolit l'état de servitude et promulgue les lois de réforme agraire (1964 et 1974).

Les structures agraires avant 1960

27Les effets de la conquête espagnole ont été durables jusqu'à la première vague de réforme agraire dans les années soixante. Jusqu'à la réforme, les terres étaient regroupées dans les grands domaines des haciendas. Elles étaient travaillées par des paysans pauvres, qui formaient une importante main-d'œuvre servile et qui ne possédaient que de toutes petites parcelles louées ou prêtées par les maîtres de l'hacienda. Ce type de paysannat est à l'origine du minifundio.

28La gestion des terres et des hommes était donc contrôlée par un petit groupe d'individus : il y a encore trente ans, les exploitations supérieures à 20 ha, bien que ne regroupant que 10 % du nombre total d'exploitations, représentaient plus de 80 % des terres cultivées. Parmi celles-ci, 60 % environ correspondaient à d'immenses domaines supérieurs à 500 ha : des volcans entiers, dont quelques-uns dépassent 5 000 m d'altitude, pouvaient se trouver englobés dans les limites de l'hacienda. Sur la coupe 2 de la figure 1 figurent les possessions des haciendas au fond du bassin et sur la partie basse du versant du volcan Mojanda.

29L'utilisation des sols était largement extensive. L'essentiel de la production se trouvait concentré sur les terres fertiles du bassin interandin (entre 1 500 et 3 000 m), sur les interfluves et les terrasses alluviales, où l'on pratiquait l'élevage bovin et localement la culture céréalière (blé et surtout maïs). On estime que 80 % des terres appartenant à des haciendas de plus de 100 ha n'étaient pas cultivées. Il s'agissait principalement des terres situées au-dessus de 3 000-3 200 m, sur des pentes vigoureuses (40 %-70 %), entrecoupées de profondes quebradas. Ces portions de versants étaient précédemment bien couvertes par la végétation « naturelle » arbustive du matorral et herbacée (Stepa ichu) du paramo.

Les mutations agraires et la délocalisation du minifundio

30À partir des années soixante, des mutations profondes vont faire évoluer ce système. Le mécontentement social, aggravé par une forte croissance démographique entraîne une loi de réforme agraire promulguée en deux fois, en 1964 puis en 1974 (Barsky, 1980, 1984 ; Costales Et Costales, 1971). L'État ne s'oppose pas à ce processus dans sa globalité, les gouverna1nts de l'époque préférant se tourner vers d'autres centres d'intérêt (cultures d'exportation sur la Côte et pétrole amazonien) plutôt que de s'enliser dans un conflit social difficile à gérer.

31La réforme agraire abolit l'état de servitude (le huasipungo) auquel était soumise l'abondante main-d'œuvre des haciendas et contraint les grands propriétaires terriens à renoncer à leurs privilèges féodaux et à faciliter la cession de terres au petit paysannat.

32Le huasipunguero devient donc un homme libre et propriétaire d'un terrain, mais dans des conditions particulièrement difficiles. En effet, les « hacendados » bloquent l'attribution de bonnes terres (bassins et bas de versant), malgré la présence de zones non utilisées, et orientent les cessions de terres vers les zones situées au-dessus de 3 000-3 200 m d'altitude, provoquant ainsi un transfert massif de population sur les versants puis sur les hautes terres. Le processus majeur de mutation est en cours et, dès son départ, il confine le minifundio à la marginalité : d'un point de vue agronomique d'abord, car la nature est plus contraignante à cette altitude que dans les zones plus basses et plus fertiles où le petit paysan a acquis une expérience de travail du sol ; d'un point de vue socio-économique ensuite, considérant que ces hautes terres, difficiles d'accès, sont déconnectées des circuits commerciaux traditionnels (Farell et Da Ros, 1983).

Avant 1960, les versants et les hautes terres de la cordillère étaient sous le contrôle des haciendas et les terres n'étaient que peu utilisées. Après cette date, sous la pression démographique et sociale des petits paysans, le minifundio se délocalise en altitude et se développe massivement sur ces zones : les parcelles de cultures, consacrées à la trilogie orge/fève/pomme de terre, sont de petite taille et contiguës, formant une sorte de damier multicolore et bocager ; les densités humaines sont comprises entre 50 et 200 hab. km-2.

33La délocalisation du minifundio en altitude a contribué à modifier profondément les caractéristiques initiales de la végétation naturelle ainsi que le mode de fonctionnement de l'écosystème d'altitude. Cette évolution a donné lieu à la création d'un damier très dense de parcelles de cultures consacrées principalement à l'autosubsistance, la vente au marché n'étant envisagée qu'exceptionnellement pour écouler des surplus de récoltes. L'élevage est peu répandu : son développement est limité tant par le manque de capitaux nécessaires au paysan pour acheter des bêtes que par l'exiguïté des parcelles. Dans les minifundios les mieux nantis, l'élevage, lorsqu'il existe, est pratiqué sur les terres de parcours en indivision. Les surfaces cultivées sont de petite taille, la parcelle unitaire dépasse rarement 1 ha. Les exploitations sont relativement morcelées : un propriétaire possède normalement plusieurs parcelles et la surface totale des parcelles par famille est inférieure en général à 20 ha. On peut trouver, cependant, quelques familles mieux nanties dont les terres sont comprises entre 20 et 40 ha. Leur nombre semblerait en progression (cf. tabl. II).

34Il n'y a aucune limite de pente pour cultiver, seule l'absence de sol constitue une limite. On constate, en effet, que le minifundio continue son expansion y compris sur des versants découpés par un réseau dense de profondes gorges, les pentes des versants atteignant fréquemment 70 %, voire 100 % (De Noni et Viennot, 1985).

En Équateur, les Andes sont dédoublées en deux cordillères séparées par une dépression centrale formée d'une enfilade de bassins plus ou moins grands. L'usage des terres montre un paradoxe saisissant : les cultures du minifundio se trouvent sur les versants et les hautes terres où les contraintes agronomiques sont maximales alors que l'élevage extensif se pratique sur les terres planes du bassin. Ici, les pâturages du bassin de Quito : une partie de la ville est visible au centre de la photo ; à l'arrière-plan, on distingue les versants et les cultures du volcan Pichincha.

Les conséquences sur les structures agraires

L'inégalité des structures agraires

35Actuellement, la Sierra est la région du pays où la pression de l'homme sur la terre est la plus forte. On y observe les plus fortes densités rurales. Celles-ci peuvent varier de 50 à plus de 200 habitants au kilomètre carré. En règle générale, les plus fortes densités de population correspondent au minifundio. Les recensements agricoles réalisés par le ministère de l'Agriculture permettent de regrouper les unités de production par grandes classes de taille et d'évaluer leur importance en nombre et en superficie. Parmi les statistiques agricoles fiables et accessibles, nous avons utilisé celles de la période comprise entre 1954 et 1985 (tabl. II et III).

36On remarquera que les petites propriétés sont largement majoritaires : elles regroupent plus de 80 % des unités de production. Ressort également une inégalité très marquée dans la distribution des superficies par taille d'exploitation : le minifundio n'occupe dans le meilleur des cas, en 1985, que 20 % des terres agricoles, ce qui entraîne une pression d'autant plus forte de l'homme sur le sol.

37L'occupation actuelle des sols est un bon indicateur de l'inégalité qui oppose haciendas et minifundios depuis la réforme agraire, et révèle une situation agronomique paradoxale. D'une part, on trouve des haciendas, tournées principalement vers l'élevage, installées sur les terres planes, facilement exploitables, des bassins interandins. La gestion du cheptel bovin, très extensive, vise à occulter la présence de terres inexploitées afin d'éviter l'extension du minifundio dans cette partie de la Sierra. Le nombre de têtes par hectare est passé de 1,1 en 1972 à 0,7 en 1985 alors que, pendant la même période, la superficie des pâturages augmentait considérablement. D'autre part, on constate avec l'installation du minifundio en altitude que les cultures ont quasiment disparu des bassins et se trouvent dorénavant sur les versants et les hautes terres, où l'agriculteur est confronté à des contraintes agronomiques importantes.

38Malgré les efforts du paysannat pour orienter le minifundio vers les cultures alimentaires de base — céréales (maïs, blé et orge) et tubercules (pomme de terre) —, la situation actuelle est précaire. Selon les régions, l'autosubsistance est à peine garantie ; quant aux excédents de production, ils sont rares et se heurtent parfois à des systèmes de subvention gérés par l'État ; les données du ministère de l'Agriculture sur l'évolution de la production agricole de 1970 à 1985 sont révélatrices de cet état de crise (tabl. III).

Tabl. II — La structure agraire en Équateur de 1954 à 1985 : Nombre d'exploitations et superficies occupées en % (MAG, 1954-1985)

Tabl. III — La production agricole dans la Sierra de 1970 à 1985 (en milliers de tonnes).

39On notera que la baisse de la production agricole est générale et vertigineuse pour toutes ces cultures entre 1970 et 1980. Elle est moins marquée entre 1980 et 1985, période pendant laquelle on observe même une légère reprise de la production d'orge et un accroissement net pour la pomme de terre. Il semblerait que le palier inférieur de production de ces deux cultures ait été atteint au cours de la décennie précédente. En revanche, la production de maïs continue à décroître et la chute de celle du blé est toujours aussi spectaculaire, même si cela peut s'expliquer par un transfert vers l'amont de l'agriculture vivrière, contrainte de produire d'autres cultures mieux adaptées à la montagne et au froid. Le blé a subi les contrecoups de choix politiques qui ont nui aux intérêts du minifundio. Au cours de la décennie passée, l'État a opté pour une politique d'importation de blé en provenance des USA et de subventions des grains auprès des distributeurs locaux. En 1985, la tonne de blé en provenance des USA coûtait 21 351 sucres (1 dollar = 120 sucres à cette époque) à l'État équatorien qui le revendait 11 900 sucres aux distributeurs locaux. L'État prenait donc à sa charge 44 % du prix initial de la tonne (Peltre-Wurtz, 1989).

40Le minifundio ne peut lutter devant une telle disparité et éprouve dans ce contexte d'énormes difficultés à s'affranchir de la misère et de la dépendance alimentaire. On estime que 90 % environ des familles du minifundio vivent dans des conditions de pauvreté absolue (moins de 2 500 calories et 45 g de protéines par personne et par jour).

Une érosion accélérée

41Confrontés, sur des parcelles en général exiguës, à des contraintes naturelles importantes, les hommes du minifundio sont tenus pour survivre de travailler très intensivement le sol. Cette évolution s'accompagne d'une érosion accélérée, dont les manifestations sont appréciables à plusieurs échelles.

Carte 5 — Utilisation des sols dans le bassin de Cayambe à la suite des modifications agraires intervenues entre 1938 et 1988

42À l'échelle du versant, l'hacienda ne possède plus que le fond du bassin où l'on continue à pratiquer l'élevage (cf. coupe 3 de la figure 1). Le minifundio occupe le versant du volcan Mojanda : le pied du versant, en monoculture de maïs, est cultivé de longue date et montre des signes importants d'érosion (affleurements de cangahua). La partie médiane du versant, au-dessus de 3 200 m, est occupée par des parcelles d'orge, de pomme de terre et de fève qui ont remplacé totalement la végétation arbustive du matorral. Sur la partie supérieure du versant, au-delà de 3 600 m, les défrichements se poursuivent. Ces derniers se sont effectués aux dépens du paramo et portent quelques parcelles de cultures (orge, fève, pomme de terre également).

  • 3 Les cartes utilisées sont les premières cartes topographiques réalisées en Équateur par l'Institut (...)

43À l'échelle du bassin de Cayambe, on retrouve l'évolution notée sur la coupe de Tupigachi. Nous nous appuierons sur la carte 5, réalisée à partir d'anciennes cartes topographiques et de photographies aériennes3, qui montre les transformations agraires intervenues dans cette région entre 1938 et 1988 (De Noni et al., 1995). La légende met en relief les conséquences spatiales des mutations agricoles sur les versants et les hautes terres. À cette échelle, on note, comme précédemment, que le minifundio occupe massivement, à partir de 3 000-3 000 m, les terroirs de versants cédés par les haciendas durant la réforme agraire, celles-ci se cantonnant sur les bonnes terres du bassin (2 800-3 000 m). On remarque, enfin, que l'expansion du minifundio s'est effectuée en altitude jusqu'à 3 600 m, aux dépens des formations végétales « naturelles » du matorral et du paramo et s'accompagne d'une érosion accélérée qui progresse rapidement.

44À l'échelle régionale de la Sierra, la carte 6 retrace les grands types d'utilisation actuelle des sols dans la Sierra et confirme l'ampleur des transformations dans toute la région (Gondard, 1982). Entre 1 500 et 3 000 m, la culture principale est le maïs, associé fréquemment au haricot grimpant et plus ponctuellement à la fève. Plus haut sur le versant, le maïs a été remplacé par une production diversifiée et mieux adaptée aux conditions climatiques : orge, pomme de terre, fève, lupin, quinoa et plus rarement oignon, modification qui accélère l'érosion. Le matorral ne forme plus une bande continue et le contact entre la formation qui le surmonte, le paramo, et les cultures se fait le plus souvent directement. Dans l'étage du paramo, les cultures sont peu développées encore et la végétation herbacée demeure très couvrante.

45Néanmoins, les principaux dangers de réactivation de l'érosion résident dans la pratique de l'élevage et des brûlis fréquents du paramo pour améliorer l'appétence de l'herbe. Cet élevage, extensif pour l'instant, est constitué d'ovins et de caprins, parfois de lamas, et peut atteindre 4 200-4 400 m. Au-delà, la végétation disparaît pour laisser place à la roche puis aux neiges pérennes. La figure 2 présente l'étagement de la végétation sur une coupe qui traverse, d'est en ouest, les volcans Cotopaxi et Iliniza.

Poussés par la nécessité de nourrir une population en forte croissance démographique, les petits paysans du minifundio luttent en permanence contre les contraintes naturelles imposées par la haute montagne tropicale.
Il n'y a pas vraiment de limite de pente pour cultiver si ce n'est l'absence de sol sur le versant ou comme ici, dans la région de Quilotoa (3 600-3 800 m), la présence d'une zone tourbeuse autour d'un petit lac, témoin de l'empreinte glaciaire autrefois.
La végétation naturelle dominante est le « paramo » (Stepa ichu), formation herbacée d'altitude.

Fig. 2 — Étagement de la végétation dans la Sierra pyroclastique

La mutation du minifundio en altitude a provoqué de profondes transformations au sein de la végétation naturelle, modifiant le comportement et le fonctionnement de l'écosystème. Ici, dans la région de Cayambe où se termine au nord le bassin de Quito, la végétation naturelle de type arbustive, appelée « matorral », caractéristique de l'étage andin tropical entre 3 400 et 3 800 m, a disparu en grande partie au profit des cultures.

46L'érosion accélérée des sols est importante dans les zones cultivées du minifundio. Son importance est liée au contexte physique de la Sierra, montagne tropicale naturellement dynamique. Elle est également associée au facteur socio-économique, au poids de la démographie et aux modifications de l'utilisation de l'espace. L'absence de stratégies antiérosives traditionnelles et la mise en oeuvre de certaines actions inadaptées au milieu contribuent également à l'accélération de l'érosion.

Carte 6 — Principaux types d'utilisation des sols de la Sierra

Notes

1 Depuis la création de la république d'Équateur, la ville de Quito, située dans la Sierra, est la capitale du pays. Malgré le formidable essor des productions tropicales d'exportation dans la Costa (bananes, café, cacao et parcs à crevettes) au cours des trente dernières années, liées a la présence de grands ports comme Guayaquil, la population de la Costa n'est que très légèrement supérieure à celle de la Sierra.

2 Les faits retracés dans ce chapitre ainsi que les textes cités concernant ces trois périodes sont issus des ouvrages suivants : Ayala (1985), Barsky (1980, 1984), Bonifaz (1979), Chiriboga (1986), Deler (1981), Deler et al., 1983), Dollfus (1981), Donkin (1979), Gondard et Lopez (1983), Knapp (1988), Murra (1978), Oberem (1981 ), Pareja-Diezcanseco (1979).

3 Les cartes utilisées sont les premières cartes topographiques réalisées en Équateur par l'Institut géographique militaire avec l'assistance d'ingénieurs géographes espagnols.
Elles datent des années 1930-1940 et se distinguent par la qualité de leurs informations (échelle 1 : 50 000) : outre les courbes de niveaux, elles contiennent des données sur l'utilisation des sols, la végétation et les zones dégradées.
Pour le reste de la période, on a eu recours à l'interprétation stéréoscopique de photographies aériennes des années soixante et quatre-vingt, à l'échelle 1 : 60 000.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search