Version classiqueVersion mobile

Terres d’altitude, terres de risque

 | 
Georges De Noni
, 
Marc Viennot
, 
Jean Asseline
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

1Les sols forment l'épiderme de notre planète et constituent le support des activités humaines, notamment de l'agriculture. Directement exposés aux actions d'agents naturels tels que l'eau et le vent, ainsi qu'à l'impact de l'action anthropique, ils sont sensibles à l'érosion. Lorsqu'ils sont cultivés et qu'ils ne sont donc plus protégés par la végétation naturelle, cette sensibilité augmente. Elle devient très élevée lorsque le paysan cultive ses terres de manière intensive, sans se soucier des risques d'aggravation de l'érosion.

2Dans tous les cas, l'érosion arrache et transporte des particules de sol en commençant en surface par la couche arable où se concentrent les éléments les plus fins et les plus fertiles. Un sol peut ainsi disparaître en quelques années, alors que sa formation, qui suit le rythme de l'évolution géologique de la planète, a nécessité plusieurs milliers d'années (Derruau, 1988 ; Duchaufour, 1995). Si l'homme est plus imprudent encore, les effets de l'érosion peuvent s'avérer catastrophiques en augmentant les risques d'inondations et de glissements de terrains qui mettent en péril les infrastructures et les vies humaines (Neboit, 1991 ; Veyret et Pech, 1993).

3Au même titre que les phénomènes qui affectent la qualité de l'air et de l'eau, l'érosion est un problème bien réel qui influe sur la qualité des sols et de notre environnement et qui peut nuire gravement à notre santé et à notre qualité de vie. La mise en oeuvre de moyens de lutte est donc une nécessité vitale pour maintenir la fertilité des sols, notamment dans les pays du Sud, où les besoins alimentaires des populations en forte croissance démographique font peser sur les sols une pression plus forte encore. Néanmoins, entre les bonnes résolutions et les réalités de terrain, il y a un décalage, car les réalisations pratiques ne répondent pas toujours aux attentes des populations. En effet, malgré la somme de connaissances réunies au cours des cinquante dernières années, tant sur les manifestations de l'érosion que sur les moyens de contrer leurs effets, le nombre d'échecs dans le domaine de la lutte antiérosive reste élevé.

4Le travail de recherche présenté dans cet ouvrage se place dans cette problématique. En liant recherche cognitive et application, deux pôles essentiels complémentaires et associés qui, loin de s'opposer, forment un cadre d'intervention nécessaire, notre travail s'est fondé sur une démarche participative réellement vécue avec le paysannat. Il a ainsi permis d'identifier des méthodes de lutte antiérosives efficaces et adaptées au contexte local. Il s'est déroulé en Amérique du Sud dans un pays andin, l'Équateur, où la haute montagne très peuplée présente d'importants problèmes d'érosion des sols et de lutte antiérosive.

Carte 2 – Situation de l'Équateur sur le continent sud-américain

Carte 2 – Situation de l'Équateur sur le continent sud-américain

5Situé à cheval sur la ligne équatoriale, entre 1° 25' de latitude nord et 5° de latitude sud, ce pays est limité au nord par la Colombie, au sud et à l'est par le Pérou. D'une superficie de 270 000 km2 et peuplé par 11 millions d'habitants, il est traversé sans discontinuité par la cordillère des Andes, appelée localement « Sierra ». À l'ouest de celle-ci se trouve la côte pacifique ou Costa, et à l'est l'Amazonie ou Oriente, où les problèmes d'érosion sont mineurs en comparaison avec la Sierra andine (cartes 1 [hors texte] et 2).

6La Sierra, large de 100 à 120 km, est divisée en deux cordillères parallèles séparées par une dépression. Cette dernière est subdivisée en une série de petits bassins, pour la plupart d'origine tectonique, qui s'étagent du nord au sud entre 1 500 et 3 000 m (Sauer, 1965 ; Colmet-Daage et al., 1979-1980 ; Derruau et De Noni, 1979 ; Colmet-Daage et al., 1983-1985). Dans la partie nord et centre de la Sierra, depuis la frontière colombienne jusqu'à la zone d'Alausi, soit sur les deux tiers environ de la région, les cordillères portent de hauts strato-volcans (4 500-6 000 m) qui ont émis de puissants dépôts pyroclastiques (carte 3). Les sols dérivés de ce matériau sont des andosols (carte 4). Parmi eux, un sol particulier composé d'horizons indurés, la cangahua, recouvre une large superficie dans la Sierra. Elle est associée aux sols vitriques et molliques.

Carte 3 — Principaux ensembles topographiques de l'Équateur

Carte 3 — Principaux ensembles topographiques de l'Équateur

Carte 4 — Les sols de la Sierra (Équateur)

Carte 4 — Les sols de la Sierra (Équateur)

7Dans la partie sud de la Sierra, depuis la zone d'Alausi jusqu'à la frontière péruvienne, les pyroclastites disparaissent ; le modelé est taillé dans les roches du socle sur les cordillères et dans des dépôts détritiques sédimentaires dans les bassins de la dépression. Les sols dominants sont des sols ferralitiques et fersiallitiques sur les cordillères, et des sols molliques et vertiques dans la dépression (cartes 3 et 4).

8Quel que soit le substrat, on distingue dans la Sierra trois grands types de paysages. Les versants d'abord, qui forment de longs plans topographiques rectilignes, étagés entre 1 500 et 3 200 mètres. Les pentes sont en général comprises entre 40 % et 70 % et sont incisées par des ravins aux formes parfois vertigineuses appelés quebradas ou canons. Le climat est tempéré, assez frais, avec des précipitations annuelles comprises entre 800 et 1 200 mm.

9Ensuite, au pied des versants, dans une gamme d'altitudes comprises entre 1 000 et 2 500 mètres, se succèdent tout au long de la Sierra, entre les deux cordillères, des bassins et des vallées plus ou moins larges. Au contact entre ces derniers et les versants se sont formés en fonction des gradients climatiques des glacis-terrasses et des cônes de déjection. La position d'abri entre les cordillères confère à ces zones déprimées un climat propice à l'agriculture, avec des précipitations annuelles comprises entre 600 et 400 mm.

L'Équateur se caractérise par une mosaïque exceptionnelle de paysages due à la présence de la cordillère des Andes, appelée « Sierra ».
On y observe, sur de courtes distances, la juxtaposition d'écosystèmes froids, tempérés et chauds. Les plus hauts sommets, les nevados (ici le Chimborazo, 6 310 m), sont des volcans portant une calotte pérenne de neige et de glace.

10Enfin, en haut des versants, à partir de 3 200-3 400 mètres, s'étendent les hautes terres. Les formes sont plus arrondies et massives, c'est un milieu difficile où les conditions climatiques deviennent extrêmes. Dans cet étage, des zones caractérisées par le froid, le gel fréquent et la neige alternent avec d'autres zones très humides (brouillards), où les précipitations annuelles dépassent 2 000-3 000 mm.

11L'occupation des terres de la Sierra est très ancienne. Elles ont connu une histoire particulière marquée par l'impact de la conquête espagnole qui a favorisé la formation d'un petit parcellaire de faible productivité, le « minifundio », sous le contrôle des grands domaines, les haciendas ou « latifundios ». Depuis une quarantaine d'années, le minifundio s'est étendu massivement sur les versants et hautes terres andines en provoquant une accélération des risques d'érosion des sols.

12Ainsi le minifundio représente un type d'agrosystème d'altitude hors norme par rapport aux principes de l'agronomie conventionnelle et qui ne serait pas concevable sous nos latitudes. Mais sous les tropiques, les contraintes liées à l'altitude étant repoussées vers l'amont, le paysan peut cultiver et subsister à des altitudes très élevées. À l'échelle de la planète, cette situation est loin d'être exceptionnelle car les montagnes tropicales occupent une superficie d'une dizaine de millions de km2 pour une population de l'ordre d'un demi-milliard de personnes. Rien qu'en Amérique du Sud, la cordillère des Andes, qui traverse la zone tropicale sur 5 000 km environ, du Venezuela au nord du Chili, renferme près de 40 millions de personnes qui vivent entre 1 500 et 4 000 mètres, avec trois capitales (Bogota en Colombie, Quito en Équateur et La Paz en Bolivie) qui dépassent le million d'habitants et la côte d'altitude des 2 500 mètres ! La réactivation de l'érosion des sols constitue l'une des contraintes majeures communes à ces milieux.

13Ces quelques données d'ordre général font ressortir la nécessité de mieux connaître la montagne tropicale et les agrosystèmes qui s'y sont développés, tel le minifundio dans les Andes, afin de favoriser la mise en œuvre d'un développement durable vital pour les générations actuelles et futures, fondé sur des principes réalistes de lutte antiérosive.

14Pour atteindre cet objectif, l'IRD a travaillé en partenariat avec le ministère équatorien de l'Agriculture et de l'Élevage (MAG), notamment avec les ingénieurs agronomes et techniciens de la Direction nationale agricole (DNA). Une équipe binationale a été constituée pour mettre en œuvre une démarche liant recherche cognitive et application, qui s'est calquée sur le précepte de F. Fournier, l'un des précurseurs francophones dans le domaine de l'étude de l'érosion et de la lutte antiérosive : « Guérir une maladie nécessite avant tout de la connaître. La reconnaissance et l'étude de l'érosion sont les préalables de toute politique de conservation ».

15Le plan de cet ouvrage suit cette démarche. La première partie pose les principaux éléments de diagnostic de la situation érosive dans la Sierra, qui est conditionnée par un environnement physique et humain représentatif d'une haute montagne tropicale. La deuxième partie précise les méthodes d'étude suivies pour mesurer l'érosion. Les résultats obtenus à plusieurs échelles et la recherche des facteurs explicatifs sont précisés et discutés. Enfin, la troisième partie est consacrée exclusivement à la lutte antiérosive et aux aspects pratiques de sa mise en œuvre au moyen d'une démarche participative.

Le volcanisme occupe une place très importante dans la géologie des Andes. Dans la partie nord de la Sierra, la densité de volcans est telle qu'on l'appelle « l'avenue des volcans ».
Parmi ceux-ci, le volcan Pichincha (4 794 m), au pied duquel s'étend la ville de Quito, capitale du pays, présente une activité fumerollienne quasi permanente. En 1999, ce volcan a émis pendant plusieurs jours des cendres fines qui ont provoqué une grande panique dans la ville.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search