Version classiqueVersion mobile

Terres d’altitude, terres de risque

 | 
Georges De Noni
, 
Marc Viennot
, 
Jean Asseline
, 
et al.

Préface

Max Derruau

Texte intégral

L'érosion régressive pousse les petits paysans à migrer en altitude pour mettre en culture de nouvelles terres. L'orge, en cours de récolte, s'est substituée à la végétation herbacée du paramo. Les neiges éternelles du Chimborazo, le plus haut volcan du pays (6 310 m) semblent désormais toutes proches

1Bien que lointain, l'Équateur est une contrée andine qui a suscité de tout temps la curiosité des scientifiques et des naturalistes européens, attirés par la richesse et la diversité de ses paysages montagneux. Le souvenir de la fameuse expédition française menée au xviiie siècle par La Condamine et Bouguer pour déterminer la longueur d'un arc de méridien reste vivace.

2En 1975, je séjournai dans ce pays. Dans ma mémoire, je revois le milieu géographique et pédologique de Quito et de la Sierra, dominé par de hauts volcans aux neiges pérennes et formé de versants aux terrains pyroclastiques occupés par un damier de petites parcelles de cultures. Associés à ce milieu, je revois aussi des versants ravinés, parfois désertés à cause de la mise à nu de la « cangahua », cette induration blanchâtre qui stérilise les sols. Cette petite agriculture, le minifundio, peu défendue contre l'érosion accélérée, nécessitait donc une étude spécifique afin d'en réduire les conséquences néfastes pour la fertilité des sols et la qualité de vie des paysans. C'est donc dans cette région andine, en coopération avec le ministère équatorien de l'Agriculture, que l'IRD, ex-Orstom, s'est intéressé pour la première fois à l'érosion des sols agricoles en montagne tropicale et a élaboré des méthodes conservatoires à la portée du paysannat.

3L'ouvrage est conçu en fonction des trois phases qui ont guidé le travail des chercheurs. Tout d'abord, il a fallu localiser et estimer les principales dynamiques de l'érosion – que ce soit le ruissellement concentré associé au ruissellement diffus ou ponctuellement relayé par les mouvements de masse et l'érosion éolienne – en fonction des pentes, de la nature du substrat, de la pluviométrie, de l'utilisation des terres (dans le passé et le présent). Ensuite, des sites expérimentaux variés ont été choisis sur lesquels l'érosion a été mesurée à l'échelle de la parcelle de ruissellement et où la simulation de pluies a également été mise en œuvre. Ainsi, ont été reproduites des intensités de pluie, en millimètres à l'heure (parfois même à la minute), intensités momentanées ou durables, pour observer l'impact des gouttes et l'agressivité de la pluie, ainsi que l'exportation des matières solides, et pour comparer aux résultats provenant des parcelles de ruissellement témoins, cultivées ou non, sous pluie naturelle. Cette démarche, à la fois analytique et synthétique, unit le concret et le schéma logique.

4Mais il n'y a pas que des parcelles témoins et des placettes pour la simulation de pluies. L'important étant de développer une stratégie participative du paysannat qui intègre les méthodes conservatoires traditionnelles, souvent trop incomplètes, et les propositions scientifiques, on a imaginé, en culture paysanne, des « parcelles améliorées » un peu plus grandes que les parcelles de ruissellement témoins et mettant en œuvre des améliorations telles que la réalisation de bandes enherbées, de murets de mottes ou de pierres, de fossés d'infiltration. On a expérimenté le broyage de la cangahua et son enrichissement par incorporation de matières organiques. Les résultats sont originaux et globalement positifs ; ils montrent bien que les apports de la recherche sont adaptables aux coutumes locales et aux possibilités socio-économiques du paysannat. Cette étude s'intègre dans une réalité de laquelle l'homme n'est jamais absent.

5Cet ouvrage édité dans la collection « Latitudes 23 » est le résultat de ce travail. Il cherche à être accessible aux lecteurs cultivés, pas nécessairement spécialisés en pédologie ou en géographie, mais guidés par un ensemble de repères pratiques et utiles sur la géographie des Andes, l'érosion des paysages et des sols, la lutte antiérosive et l'impact d'une recherche pour le développement. Il est le fruit d'une équipe pluridisciplinaire et binationale, composée de Georges DE NONI, géographe physicien, responsable de l'équipe, très tôt passionné par une recherche utile pour la société et qui fut mon étudiant, de Marc VIENNOT, pédologue proche de la géographie et de la cartographie des sols, de Jean ASSELINE, concepteur du simulateur de pluies et de German TRUJILLO, agro-pédologue équatorien.

Auteur

Professeur honoraire, Université Blaise-Pascal – Clermont-Ferrand

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search