Version classiqueVersion mobile

Poissons d'Afrique et peuples de l'eau

 | 
Didier Paugy
, 
Christian Levêque
, 
Isabelle Mouas
, 
et al.

Partie 4. Pêches et pêcheurs

Pirogues et engins de pêche

Texte intégral

Image

Distichodus niloticus
© C. Paugy

1Il existe une multitude d’engins de pêche et de modes de pêche en Afrique. Le bon pêcheur, qui sait où se situe le poisson et connaît ses habitudes, dispose ses engins et modifie ses techniques en fonction du niveau de l’eau, de manière à obtenir les meilleurs rendements. Autrefois, il existait des engins de pêche adaptés à la capture d’une espèce à un moment donné de l’année. Ce véritable patrimoine technique très diversifié est en grande partie en voie de disparition, remplacé par quelques engins de pêche individuels tels que l’épervier ou le filet maillant en nylon. Néanmoins, la pirogue demeure, sous de très multiples formes, l’outil universel des populations qui pratiquent la pêche.

2Il ne s’agit pas ici de faire un inventaire exhaustif des engins de pêche mais de donner un aperçu de certains d’entre eux qui ont disparu plus ou moins récemment et de ceux qui les ont remplacés.

Image

Planche de timbres illustrée de scènes de pêche en lagune au Togo.
Poste de la République du Togo. © Collection C. Levêque

Image

Peinture murale. Pêche à l’épervier.
Mopti, Mali. © Collection C. Lévêque

Les pirogues

3La pirogue est un instrument essentiel pour les peuples qui pratiquent la pêche. Elle sert également aux échanges marchands et au transport des personnes. Il en existe de diverses formes et de différentes natures, selon les cultures, le contexte socio-économique ou les matériaux disponibles à proximité.

4L’embarcation la plus simple est ainsi fabriquée à partir de matériel local permettant la flottaison. La nacelle, ou le radeau, est alors constituée de roseau, d’ambatch, de papyrus, etc. La recherche d’une meilleure solidité et l’évolution des techniques de construction conduisent à passer à la pirogue monoxyle, puis à la pirogue cousue et enfin à la pirogue cloutée fabriquée à partir de planches.

Utiliser les matériaux locaux : papyrus, ambatch

5La pêche dans les eaux continentales, à de rares exceptions près, reste une activité artisanale, de type individuel ou familial. Les pirogues de pêche sont donc souvent assez petites et assez simples contrairement au secteur maritime. Le bois étant une ressource rare dans certaines régions, les pêcheurs ont dû faire preuve d’imagination et tirer le meilleur parti des ressources naturelles disponibles.

6La forme la plus simple pour se déplacer sur l’eau est le flotteur. On en trouve parfois, de manière assez anecdotique, comme sur le lac Bosumtwi au Ghana.

Image

Grands flotteurs utilisés par les pêcheurs pour se déplacer sur le lac.
Lac Bosumtwi, Ghana. © IRD/C. Levêque

7Mais le plus souvent, on construit des embarcations en utilisant des végétaux abondants sur place. Ainsi, dans la région du lac Tchad, les bateaux en papyrus appelés kadei sont des embarcations de type radeau, faites de tiges de papyrus assemblées et carénées, de manière à figurer une proue relevée en poulaine. Les kadei de pêche font environ 5 m de long sur 50 cm de large à l’intérieur. Il existe également des kadei de transport, de bien plus grande dimension, qui servaient autrefois au transport du natron du Tchad vers le Nigeria. La kadei stable, mais peu durable, doit être remplacée après six mois d’utilisation.

Image

Pêcheurs du lac Tchad sur leur embarcation en papyrus ou « kadei ».
© IRD/C. Levêque

  • 1 Rendu célèbre pour sa traversée d’une partie du Pacifique à bord du Kon-Tiki, en bois de balsa (19 (...)

8La kadei remonte à la plus haute Antiquité. Son ancêtre, c’est la barque de Râ, le dieu solaire égyptien. Ce type d’embarcation est parfois représenté dans les tombes de l’Égypte ancienne. Le navigateur norvégien Thor Heyerdahl1 réalisa la traversée de l’Atlantique en 1970 à bord du Râ II, une petite embarcation en papyrus, dont il était venu rechercher auprès des spécialistes du lac Tchad les secrets de fabrication. Il relia le port marocain de Safi à la Barbade en 57 jours, en utilisant le courant des Canaries. Il cherchait à prouver que les navires en papyrus des anciens Égyptiens étaient tout à fait capables de traverser l’océan. Il voulait montrer que les anciennes civilisations africaines et égyptiennes avaient peut-être apporté leur contribution aux civilisations des Indiens d’Amérique centrale.

Image

Les embarcations en papyrus existent également dans d’autres régions d’Afrique.
Ici, sur le lac Zwai en Éthiopie.
© IRD/C. Lévêque

Image

Massif de Cyperus papyrus.
Lac Naivasha, Kenya.
© IRD/C. Lévêque

9D’autres végétaux servent à la construction d’embarcations. On trouve notamment dans la zone sahélienne un arbuste, l’ambatch (Aeschynomene elaphroxylon), dont les troncs sont remarquables par leur légèreté. Il est souvent utilisé comme flotteur pour les filets. Mais dans certaines régions, comme dans le nord du Kenya, au lac Baringo, l’ambatch sert également à fabriquer des embarcations.

Image

Aeschynomene elaphroxylon (ambatch) est un arbuste de la famille des Papilionacées qui pousse sur les berges marécageuses des lacs africains.
Le bois des tiges est utilisé en raison de sa grande flottabilité, équivalente à celle du bois de balsa.
© IRD/C. Lévêque

Image

En Afrique de l’Est, en Éthiopie (lac Abaya par exemple) ou, comme ici, au Kenya (lac Baringo), on construit des petites embarcations en ambatch de 2 à 3 m de long.
© IRD/C. Lévêque

Les pirogues en bois

La pirogue monoxyle

10Traditionnellement, la pirogue de pêche est une embarcation monoxyle à fond plat. Elle est de construction simple, creusée d’une pièce dans un tronc d’arbre et, éventuellement, grossièrement ouvragée. C’est le bateau le plus répandu dans le monde. On connaît d’ailleurs des pirogues de type monoxyle depuis la Préhistoire. En Afrique, on a retrouvé des restes dans le bassin tchadien datant de plus de 6 000 ans. Elles sont propulsées le plus souvent à la pagaie, quelquefois à la voile. Leur fabrication nécessite cependant d’avoir des arbres à disposition, ce qui n’est pas toujours le cas. Au Mali, on les fabriquait dans le bois du caïlcédrat (Khaya senegalensis) ou de vaine (Pterocarpus crinaceus). Le palmier doum était également utilisé. Ces pirogues manquent en général de stabilité.

Image

Pirogues monoxyles.
Delta du Chari (Tchad).
© IRD/C. Lévêque

Image

Pirogues monoxyles.
Lac Togo.
© IRD/C. Lévêque

La pirogue cousue

11Pour des échanges de marchandises ou pour l’utilisation de certains engins de pêche volumineux, on a besoin de pirogues plus grandes. Il est possible éventuellement, à partir d’une pirogue monoxyle, d’assembler des planches de bois dur, tel que le caïlcédrat, et de les coudre à l’aide de cordes ou de fibres végétales locales, de manière à augmenter le volume de la pirogue. Le calfatage est réalisé par exemple avec de la paille pilée, mêlée d’argile.

12Les Kotoko du Logone et du Chari pêchaient autrefois avec un zémy, filet triangulaire monté sur une armature en « Y », lesté d’un gros contrepoids, installé à l’avant de la pirogue. Par extension, zémy désigne la grande pirogue cousue, équipée d’un ingénieux système de levier pour manœuvrer le filet. Marcel Griaule (1943 : 44-45) la dépeignait en ces termes : « Faite de planches épaisses et cousues et soigneusement calfatées, [le bateau kotoko] ressemble à un bateau égyptien qu’on aurait scié en son milieu. Il présente une poupe élevée sur l’eau, effilée d’abord et évasée en son extrémité comme une queue de langouste. L’avant, carré, affalé dans l’eau comme une grande boîte, est muni d’un filet en « V », tendu entre deux branches d’une dizaine de mètres de longueur et qui sont écartées dans le haut, de dix à douze mètres. Ce filet, au repos, se dresse comme une paire d’antennes, comme les appendices d’un longicorne, et il est plongé dans le fleuve à l’aide d’un système basculant construit sur les coudes à angle droit des montants ». Les zémy ont pratiquement disparu du bas Logone et du Chari dans les années 1950.

Image

Pirogue de pêche cousue de l’ethnie kotoko (zémy) sur le lac Tchad.
© IRD/C. Lévêque

Parole d’explorateur
Jean Thomas, 1934
À travers l’Afrique équatoriale sauvage
« Une immense poche de filet montée sur deux bras de treize mètres chacun forme une fourche d’une quinzaine de mètres d’envergure. À l’extrémité tronquée d’une pirogue faite d’un assemblage de planches cousues, on la plonge et la relève à l’aide d’un lourd levier de cinq mètres. C’est le zémy, sans conteste l’instrument de pêche le plus ingénieux. Très particulier aux Kotoko, il est celui qui donne les résultats les plus appréciables.
Contemplons la manœuvre. Trois zémy sont immergés en travers du courant. Devant chacun d’eux, une légère pirogue monophyte décrit un demi-cercle en se rapprochant de l’ouverture. De la poupe, un pagayeur frappe la surface des eaux avec une perche. Accroupi vers la proue, un gamin, à l’aide de baguettes, tambourine sur le bordage à une cadence endiablée : ko-to-ko, ko-to-ko, ko-to-ko. Affolés par le vacarme, des poissons se sont précipités dans le grand carrelet triangulaire qui, lentement, remonte. Citharines, gymnarques, hydrocyons gigantesques glissent maintenant, pêle-mêle, dans la pesante barcasse kotoko. Les gris-gris, petites amulettes attachées au filet, n’ont pas été inutiles.
C’est la nuit surtout que se pratique la pêche au zémy. Hélas ! Car les baguettes crépitent alors comme une fusillade nourrie et ce sont, pour nous, de longues et pénibles heures d’insomnie. »
Image
La pêche au zémy des Kotoko. (source : Thomas, 1934).
© Tous droits réservés

Extrait de livre
Le Nord-Cameroun à travers ses mots
C. Seignobos et H. Tourneux
• « Montés sur des pirogues moustiques auxquelles ils font décrire une large spirale autour du filet immergé, [les enfants des pêcheurs kotoko] frappent sans cesse sur les parois de l’embarcation qui rend un claquement continu dont s’effraie le poisson. » (Ferrrandi, 1928 : 100)
• « Les riverains du Logone sont de grands pêcheurs de poissons dont ils sont très amateurs. Tout le long de la rivière, des pirogues sont vautrées dans le sable où elles paraissent au soleil. Des flottilles de “pirogues moustiques“, petites pirogues en planches reliées par des cordelettes, glissent sur l’eau. Le pagayeur, accroupi à l’arrière qui rase la nappe liquide, tandis que l’avant se dresse, ne peut bouger, le simple mouvement du corps risquant de faire chavirer le frêle esquif. » (B. d’Annelet, 1939 : 1335)

La pirogue en planches

13Sur le plan technique, ce sont des embarcations construites sur un mode plus classique, à partir d’une armature en bois et de planches. Divers organismes de coopération, dont la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), ont contribué à vulgariser ce mode de construction. Il existe cependant une grande variété de formes selon les régions et l’usage de la pirogue.

Image

Pirogue en planches pour la pêche à la senne.
Delta central du Niger, Mali.
© IRD/C. Lévêque

Image

Pirogues en planches près du barrage de Diama (Sénégal).
© IRD/C. Lévêque

Image

Village au bord du Chari, delta du Chari.
De nombreuses pirogues en planches déchargent leur cargaison.
© IRD/C. Lévêque

Image

Pirogue en planche.
Lac Awassa, Éthiopie.
© IRD/C. Lévêque

Image

Embarcations faites en planches pour circuler dans des zones peu profondes.
Plaines inondées de la rivière Pongolo, Afrique du Sud.
© IRD/C. Lévêque

La navigation à voile

14La navigation à voile n’est pas une pratique traditionnelle dans les eaux continentales. Néanmoins, les pêcheurs ont acquis une certaine expérience de ce mode de navigation, notamment dans les régions où soufflent régulièrement des vents dominants. La technique, quoique très efficace, reste assez sommaire, cependant elle a le mérite de ne rien coûter en équipement.

Image

Retour de pêche à la voile.
Parc national du Djoudj, Sénégal.
© IRD/C. Lévêque

Image

Navigation à la voile.
Lac Nokoué, Bénin.
© IRD/C. Lévêque

L’art sur les pirogues

15Les pirogues sont des instruments de travail usuels. Dans certaines régions, il est dans la coutume de les décorer.

Image

1 et 2- Pirogues décorées sur le lac Victoria.
Usenge, Kenya.
© IRD/C. Lévêque

Image

3 et 4- Pirogue et pagaie bozo décorées (Mali).
© É. den Otter

Les engins passifs

Les filets maillants dormants (grands filets)

16Ces filets étaient à l’origine constitués de fibres végétales ou de coton et confectionnés à la main. Puis les pêcheurs se sont tournés dans les années 1930 vers les fils préfabriqués d’importation, dont l’achat dispense de la culture et de la préparation souvent fastidieuse des fils indigènes. Peu après la Seconde Guerre mondiale, on a vu apparaître sur les marchés les fils en nylon « multi-filaments ». Plus tard, vers 1955-1960, sont apparus les fils en nylon « mono-filament » permettant la confection de filets maillants extrêmement efficaces. Mais la confection des filets demandait encore une force de travail importante. Une véritable révolution, qui concerne d’ailleurs tous les engins de type filet, a été la généralisation dans les années 1960 des nappes préfabriquées en nylon qui permettent de monter rapidement des filets, d’augmenter leur durée de vie et d’accroître leurs dimensions et leurs performances. Beaucoup de pêcheurs ont alors abandonné les techniques traditionnelles pour utiliser le filet maillant, plus simple à mettre en œuvre et moins coûteux en temps de fabrication.

17Il existe des filets de différentes tailles de maille, en fonction du poisson que l’on veut pêcher. Les pêcheurs ont l’habitude d’évaluer la grandeur des mailles en doigts, en mesurant la grande diagonale de la maille étirée. Les filets maillants sont posés la nuit dans les eaux calmes, en lac ou en rivière, puis sont relevés le matin.

Image

Séchage des filets maillants.
Lac Bosumtwi, Ghana.
© IRD/C. Lévêque

Image

Pêcheurs préparant leurs filets maillants.
Lac Zwai, Éthiopie.
© IRD/C. Lévêque

Image

Pêcheurs réparant leurs filets après la pêche.
Lac Awassa, Éthiopie.
© IRD/C. Lévêque

Image

Pêcheurs réparant leurs filets.
Lac Victoria.
© IRD/D. Paugy

  • 2 Hydrocynus.
  • 3 Labeo.
  • 4 Tilapia.
  • 5 Alestes.

Parole de pêcheur
Sénégal – 1996
Ndiriké Diallo : « Il y a des filets dont la maille ne fait pas plus d’un doigt ; il y en a de deux doigts, de quatre doigts. Le filet de quatre doigts attrape les gros poissons-chiens2 ; de gros jannde3, de gros cide4. Le filet de trois doigts attrape de gros jannde. Le filet de deux doigts, lui, attrape des giccal5, des cide. Celui d’un doigt attrape des petits giccal et des petits cide. »

Les lignes à hameçons non appâtés ou palangres

18Sur des cordelettes de nylon, des hameçons sont attachés tous les 20 cm environ. Les lignes sont tendues en travers du fleuve et maintenues entre deux eaux, par des poids et des flotteurs. Certaines peuvent comporter 1 000 hameçons et faire quelques centaines de mètres. Elles sont visitées une ou deux fois par jour.

Image

Lignes à hameçons.
Lac Barringo, Kenya.
© C. Faudemay

Image

Ligne à hameçons des pêcheurs gambaye, Tchad.
Les extrémités sont lestées par des pierres qui maintiennent la ligne en place (source : Blache et Miton, 1963).

Les nasses

Image

Nasses de pêche sur le Sankarani.
Bassin du Niger, Guinée.
© IRD/C. Lévêque

19Il existait une incroyable variété de nasses, confectionnées avec divers types de matériaux et souvent typiques d’une ethnie de pêcheurs. Elles étaient fabriquées à partir de tiges de graminées, de racines de palmier doum, de feuilles et tiges de palmier raphia, etc. Elles étaient utilisées seules, mais le plus souvent en association avec des barrages et lors des pêches de décrue.

Image

Nasses kotoko (malan) avant la pêche.
Logone-Gana, Nord-Cameroun.
© IRD/C. Lévêque

Image

Planche décrivant les types de nasses du delta central du Niger.
(source : Daget, 1949).

Image

Séchage des nasses, utilisées sur le lac du barrage de Lokpoho.
Karhogo, Côte d’Ivoire.
© IRD/C. Lévêque

Image

Un barrage de nasses sur le mayo Dembé, près de Mopti.
Delta central du Niger, Mali.
© IRD/Y. Poncet

Les pièges et les chambres de capture

20Ce sont des engins fabriqués avec des claies assez hautes pour empêcher les poissons de s’échapper en sautant. Ils sont utilisés en période de hautes eaux et de décrues, seuls ou associés à des barrages.

21Le fordama’ba au Cameroun par exemple est une enceinte littorale munie d’une porte vers le large : au battant de la porte est fixée une cordelette tenue par le pêcheur dissimulé sur la berge. L’intérieur est appâté et quand les poissons ont pénétré dans le piège, le guetteur tire sur la corde pour les enfermer. Il vient ensuite capturer les poissons à l’aide d’un haveneau.

Image

Le fordama’ba des Foulbe au Nord-Cameroun.
(source : Monod, 1928)

Les engins actifs

22Les engins actifs les plus utilisés actuellement sont l’épervier, qui est un engin individuel, et la senne qui nécessite une petite équipe de pêche pour sa mise en œuvre.

Les armes de jet

23Il existait une large gamme de sagaies, de harpons ou de foènes, utilisés pour la pêche. Dans certaines régions, on utilisait également l’arc et les flèches. Ces techniques sont actuellement marginales.

Image

Pêcheurs massa (rive du Logone, Cameroun) et divers harpons.
(source : Thomas, 1934).
© Tous droits réservés

Image

Variété de harpons kim.
Tchad.
(source : Blache et Miton, 1963).

L’épervier

Image

Pêche à l’épervier.
Rivière Sassandra, Côte d’Ivoire.
© IRD/C. Dejoux

24L’épervier est un cône en filet, lesté sur les bords, retenu par une corde. Le pêcheur le lance d’un vaste mouvement circulaire, de telle sorte que le filet s’étale et retombe complètement ouvert dans l’eau. Certains éperviers peuvent avoir 8 m de diamètre. Leur utilisation demande une certaine dextérité. L’épervier est utilisé en eau peu profonde pendant une bonne partie de l’année.

Les filets maillants dérivants

25Ce sont des filets maillants traditionnels mais que le pêcheur pose en travers du fleuve et qu’il laisse dériver au fil du courant. Ils sont utilisés de jour et nécessitent la présence permanente du pêcheur, dont la barque dérive en même temps que le filet. C’est une pêche saisonnière qui s’adresse surtout à des poissons migrateurs, tels que les Alestes baremoze.

La senne de rivage

26Le principe de la senne de rivage est simple : une nappe de filet maillant de 8 à 10 m de tombant et de plusieurs centaines de mètres de long, avec des cordes (les ralingues) aux deux extrémités. Ce filet peut être équipé d’une poche en son milieu. Le haut de la nappe de filet est équipé de flotteurs, le bas est fortement lesté. La mise en œuvre de la senne se fait en pirogue. Le filet est mis à l’eau en partant d’un point du rivage et en décrivant un arc de cercle pour revenir à un point plus éloigné du rivage. La senne est ensuite halée à la main par des équipes de plusieurs hommes (d’un nombre différent selon sa grandeur). Cette technique est utilisée dans les lacs ou les fleuves ayant des berges en pente douce ou des bancs de sable.

Image

La senne de rivage, halée sur le bord de la rivière, nécessite d’être utilisée sur des fonds sableux pour éviter les accrochages.
Fleuve Niger à Mopti, Mali. © IRD/C. Levêque

Parole de pêcheur
Sénégal – 1996
Yero Komé : « Parmi les filets, il y en a un qu’on appelle baabele. Cela veut dire : là où le fleuve finit. Quand on tend ce filet, le fond du filet est tissé avec un fil épais et les mailles sont très serrées. Parfois, lorsqu’il s’y prend de l’herbe ou de la boue, même l’eau ne peut pas passer. Cette partie-là est au centre du filet.
C’est parce que quand on tire les deux bouts du filet, les poissons vont se trouver au centre. Comme le centre est tissé avec du fil épais et des mailles serrées, toutes sortes de poissons y sont pris et y meurent. Même si un crocodile est pris dans le baabele, il ne pourra pas le déchirer pour en sortir ; il y mourra. »

27Il existe également de petites sennes à bâton, maniées par quelques personnes dans des milieux peu profonds, sur les berges sableuses. Elles ramassent de petits poissons.

Image

Senne à bâtonnets des Toubouri (Cameroun)
(source : Blache et Miton, 1963).

Les filets triangulaires et les haveneaux

28Ces engins comportent toujours une poche ouverte par deux perches de bois. Certaines techniques de pêche utilisent un filet triangulaire porté par deux long bras à l’avant de la pirogue : les zémy (cf. p. 251). Chez les Kotoko du Tchad, des filets triangulaires plus petits et maniés par un homme posté à l’avant de la pirogue existaient également.

Image

Pirogue gambaye et grand filet triangulaire.
(source : Thomas, 1934).
© Tous droits réservés

Image

Filet triangulaire (sakama) chez les Kotoko du Tchad.
Le filet de 4 m de profondeur est maintenu ouvert par deux perches reliées entre elles par une barre transversale vers la base.
Deux hommes sont sur la pirogue, un à la pagaie, l’autre manœuvrant le sakama.
(source : Blache et Miton, 1963).

29Les haveneaux sont de petits engins triangulaires individuels constitués d’un petit filet en forme de poche, tendu entre deux petites perches ou par une pièce de bois arquée, parfois circulaire. Ils sont poussés devant le pêcheur à pied. C’est l’engin de pêche par excellence dans les milieux peu profonds.

Image

Femmes pêchant avec des filets triangulaires dans un marigot (Bénin).
© IRD/D. Paugy

Image

Pêcheurs au haveneau dans la plaine d’inondation du Nord-Cameroun.
© IRD/C. Lévêque

Les carrelets

30Ce type d’engin est assez peu fréquent en eau douce, à l’exception du ndambe employé par les Bata du Faro et de la Bénoué (Cameroun), pour la pêche en eau profonde (cf. « La pêche chez les peuples forestiers d’Afrique centrale », p. 215).

31Selon Théodore Monod (1928) : « C’est un engin fixe, placé sur une sorte de petit appontement établi sur la berge. À l’extrémité de l’appontement sont fixées deux fourches qui supportent la partie postérieure du cadre du filet. C’est sur ces fourches que pivote l’ensemble du filet. Celui-ci se compose d’une sorte de berceau de paille tressée qui occupe la base du cadre. C’est dans ce berceau que tombera le poisson quand l’engin est relevé. Le reste du cadre est rempli par le filet. La poche a très peu de creux. »

Image

Le ndambe sur le Faro, bassin de la Benoué (Cameroun).
(source : Monod, 1928).

Les paniers de capture

32Ce sont en général de petits paniers tronconiques confectionnés avec des tiges végétales, qui sont maniés par une personne. Ils sont le plus souvent utilisés par les femmes dans les mares résiduelles et dans les marigots. Le panier est plongé dans l’eau au hasard et maintenu sur le fond. En passant la main par l’ouverture supérieure, on peut vérifier la présence de poisson et éventuellement le capturer. Ce sont le plus souvent des poissons-chats et des tilapias qui sont capturés de cette manière.

Image

Femme kotoko pêchant au panier dans une mare résiduelle (Tchad).
© IRD/C. Lévêque

33Il existe une grande variété de formes de paniers, qui peuvent être utilisés de manière différente. Au Burkina Faso, par exemple, hommes et femmes pêchent à l’aide de nasses et de techniques différentes au cours des mêmes pêches collectives. Tout les diffèrent : forme, matériaux végétaux utilisés, usages. Les nasses des hommes sont fabriquées uniquement par des hommes, celles des femmes uniquement par des femmes.

Image

Nasses de pêche féminine (à gauche) et masculine (à droite) au Burkina Faso.
© IRD/S. Dugast

Pêche au panier dans les rapides

34Dans certaines régions d’Afrique équatoriale, les fleuves puissants avec de nombreux rapides ne peuvent être pêchés en employant les techniques habituelles. Une méthode assez spectaculaire est utilisée chez les Wagenia, peuple de pêcheurs du fleuve Congo en amont de Kisangani. Ils construisent des échafaudages au-dessus des rapides, constitués de pieux en bois enfoncés dans les cavités des rochers et assemblés par des lianes. Des nasses sont solidement attachées à ces pieux et sont relevées deux fois par jour : au lever du soleil et à la tombée du jour. Les Wagenia font preuve d’une incroyable agilité en parcourant ce dispositif pour poser ou relever leurs nasses, ou pour agrandir et réparer le dispositif.

Image

Pêche à la nasse.
Chromo édité par le potage Liebig figurant une pêcherie des Wagenia près de Stanleyville (Kisangani aujourd’hui, République démocratique du Congo). Les poissons (silures, poissons électriques, poissons-tigres) pénètrent dans les nasses d’où ils ne peuvent ressortir en raison du courant. Les nasses sont relevées plusieurs fois par jour.
© Collection C. Lévêque

Image

Pêcheurs wagenia au travers du fleuve Congo en amont de Kisangani, RDC (1900).
La technique de pêche au-dessus des rapides est très spectaculaire. Les pêcheurs parcourent ce dispositif pour le réparer, l’agrandir, le déplacer ou encore poser ou relever les nasses.
© Mrac, Tervuren/photo anonyme

Les barrages-pièges

35Une technique traditionnelle consiste à barrer le cours d’eau de manière à obliger le poisson à emprunter un passage obligé. Il est alors capturé de diverses manières, soit dans des nasses, soit à l’aide de haveneaux.

36Divers modes de barrage ont été utilisés (cf. chap. « Les pêcheries traditionnelles en Afrique de l’Ouest », p. 196).

Image

Organisation d’un barrage avec chambre de capture dans les plaines inondées du Bénin
(source : Welcomme, 1979).

Image

Pêcheurs munis de haveneaux partant ramasser le poisson dans les chambres de capture.
Logone-Gana, Nord-Cameroun.
© IRD/C. Lévêque

Image

Un des nombreux barrages de pêche typiques de l’El Beid (Nord-Cameroun) en période d’étiage.
Selon les années, 150 à 200 barrages s’échelonnent sur les 120 km du cours de la rivière. Ils sont faits de branches d’acacia. Des loges semi-circulaires sont aménagées dans le barrage pour accueillir le pêcheur muni d’un filet triangulaire.
© IRD/C. Lévêque

Extrait de livre
L’établissement d’Issiny, 1687-1702
P. Roussier
Les grands atere des lagunes de Côte d’Ivoire
« L’atere était un barrage végétal qui s’étendait sur plusieurs centaines de mètres et qui formait des labyrinthes dans lesquels les poissons étaient emprisonnés. Leur mise en place mobilisait une abondante main-d’œuvre parfois pendant plusieurs semaines. Ils permettaient la capture de gros poissons d’espèces variées. Le barrage était formé de nattes fabriquées à partir des branches de palmier raphia. Il en fallait 1 500 pour construire un atere. Pendant la construction, l’abstinence sexuelle était de rigueur pour ne pas courir le risque de faire une mauvaise pêche ou de se faire attaquer par un caïman… Des piquets étaient plantés dans l’eau régulièrement, fabriqués dans un bois imputrescible provenant de l’arbre samaca. Chaque natte, haute de plus de 2 m, était fixée entre ces piquets.
Le chef du lignage assistait à la mise en place de l’atere et appelait sur ses gens la protection d’un génie auquel il avait offert du rhum. Le jour venu, il ouvrait la pêche par un nouveau sacrifice. »

Les ichtyotoxiques

37L’utilisation de poisons pour la pêche est également une pratique ancienne. Elle devait être connue des hommes de la préhistoire qui avaient appris à reconnaître les plantes toxiques.

38Ces poisons végétaux étaient nombreux, tirés le plus souvent dans la zone soudanaise de l’écorce de Balanites aegyptiaca ou de la papilionacée Tephrosia vogelii, mais aussi d’Euphorbia tirucalli ou de Diospyros mweroensis (cf. chap. « La pêche chez les peuples forestiers d’Afrique centrale », p. 228).

Image

Tephrosia vogelii, un arbuste qui peut atteindre 4 m de haut.
La téphrosine, agent actif voisin de la roténone, est un poison spécifique aux poissons qui restent néanmoins comestibles.
Les autres animaux ne sont sensibles qu’à des doses massives. La téphrosine affecte les branchies des poissons qui ne peuvent plus respirer et perdent le sens de l’équilibre.
© TopTropicals.com

Image

Les fruits de Diospyros mweroensis, ou katula, produisent une substance toxique pour les poissons.
C’est un petit arbre semi-décidu pouvant atteindre 10 m de haut.
© F. Malaisse

Image

39On n’achète pas une pirogue qui est sous l’eau

40Il faut réfléchir avant d’agir.

Bibliographie

POUR EN SAVOIR PLUS

Blache J., Miton F., 1963 – Première contribution à la connaissance de la pêche dans le bassin hydrographique Logone-Chari Lac Tchad. Paris, Orstom, Mémoire, 4 (1), 144 p.

Breunig P., Neumann K., Van Neer W., 1996 – New research on the Holocene Settlement and Environment of the Chad Basin in Nigeria. African archeological Journal, 13 (2) : 111-145.

Couty P., Duran P., 1968 – Le commerce du poisson au Tchad. Paris, Orstom, Mémoires, 23, 252 p.

Griaule M., 1943 – Les Sao légendaires. Paris, Gallimard, 170 p.

Johnels A.G., 1954 – Notes on fishes from the Gambia river. Ark. Zool. Stockholm, 6 (17) : 326-411.

Monod T., 1928 – L’industrie des pêches au Cameroun. Paris, S. E. Géo, Mar et Col., 504 p.

Perrot C.-H., 1989 – Le système de gestion de la pêche en lagune Aby au xixe siècle (Côte d’Ivoire). Cah. sci. hum., 25 : 177-188.

Roussier P., 1935 – L’établissement d’Issiny, 1687-1702. Voyages de Ducasse, Tibierge et d’Amon à la côte de Guinée. Paris, Larose, 1 vol. (XXXIX), 242 p.

Seignobos C., Tourneux H., 2002 – Le Nord-Cameroun à travers ses mots : dictionnaire de termes anciens et modernes. Paris, IRD/Karthala, 334 p.

Stauch A., 1966 – Le bassin camerounais de la Benoué et sa pêche. Paris, Orstom, Mémoires, 15, 152 p.

Svensson G. S. O., 1933 – Fresh-water fishes from the Gambia river (British West Africa). Results of the Swedish expedition 1931. Kungl. Svenska Vetensk. Akad. Handl., 12, 3, 102 p., 28 fig., 8 pl.

Thomas J., 1934 – À travers l’Afrique équatoriale sauvage. Paris, Larose, 224 p. Welcomme R. L., 1979 – Fisheries ecology of floodplain rivers. London, Longman, 318 p.

Notes

1 Rendu célèbre pour sa traversée d’une partie du Pacifique à bord du Kon-Tiki, en bois de balsa (1947).

2 Hydrocynus.

3 Labeo.

4 Tilapia.

5 Alestes.

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search