Version classiqueVersion mobile

Poissons d'Afrique et peuples de l'eau

 | 
Didier Paugy
, 
Christian Levêque
, 
Isabelle Mouas
, 
et al.

Partie 4. Pêches et pêcheurs

La pêche dans les grands lacs d’Afrique de l’Est

Texte intégral

Image

1C’est en Afrique de l’Est que se trouvent les grands lacs profonds occupant les fossés d’effondrement du Rift (Tanganyika, Malawi), ainsi que le lac Victoria qui est le plus grand lac naturel d’Afrique par sa superficie, mais dont l’origine est beaucoup plus récente. Ces grands lacs hébergent une riche faune endémique de poissons. La pêche y est active et donne lieu, dans certains cas, à une exploitation semi-industrielle, ce qui est assez rare en milieu continental africain.

2Si l’Afrique de l’Ouest est l’Afrique des fleuves, l’Afrique de l’Est est celle des lacs. C’est là que se situent la plupart des grands lacs africains, dont les trois principaux sont le lac Victoria, le lac Tanganyika et le lac Malawi.

3Le lac Victoria couvre 68 000 km2 ; il est le deuxième lac d’eau douce dans le monde pour la superficie (après le lac Supérieur en Amérique du Nord). Il possède la plus importante pêcherie des grands lacs africains qui exploite la perche du Nil (Lates niloticus). Le lac Tanganyika occupe 32 900 km2. Il est le deuxième lac le plus profond au monde après le lac Baïkal (en Sibérie) : maximum 1 435 m, avec une profondeur moyenne de 570 m. Le lac Malawi (anciennement lac Nyassa) a de nombreuses ressemblances avec le lac Tanganyika : il est très étendu (30 800 km2) et profond (758 m au maximum, 426 m en moyenne).

4Du point de vue des poissons et de la pêche, les grands lacs partagent un certain nombre de tendances communes :

  • ce sont des lacs dont l’exceptionnelle biodiversité suscite l’intérêt des scientifiques mais aussi des associations de protection de la nature. Dans chacun d’entre eux, on trouve des centaines d’espèces endémiques de petits cichlidés ;
  • leur bassin versant est occupé par une population humaine en forte augmentation, ce qui entraîne une utilisation de plus en plus grande des terres et la déforestation. La qualité des eaux des lacs se détériore avec un accroissement des pollutions liées à l’agriculture, aux rejets d’industries agro-alimentaires et aux activités domestiques. Parallèlement, on observe une eutrophisation des eaux et la prolifération anarchique des plantes flottantes comme la jacinthe d’eau (Eichhornia crassipes) ;
  • les activités de pêche y sont diversifiées : pêche de subsistance, pêche commerciale dont une partie peut être qualifiée d’industrielle, prélèvements importants de poissons d’ornement pour l’exportation ;
  • une partie importante de la pêche se fait à partir de quelques espèces pélagiques appelées sardines, bien que ce soient des espèces différentes selon les lacs ;
  • la tendance en matière de pêche est à une surexploitation des stocks de poissons, parfois compensée par des introductions d’espèces.

Image

Fig. 78 – Les grands lacs d’Afrique de l’Est.

Histoire de la pêche dans le lac Victoria et des conséquences de l’introduction de la perche du Nil

5Le lac Victoria a beaucoup fait parler de lui en raison de l’introduction du Lates (capitaine pour les francophones ou perche du Nil pour les anglophones). Ce dernier a défrayé la chronique, accusé d’avoir provoqué la disparition de nombreuses espèces de petits poissons de la famille des cichlidés, endémiques du lac. Mais le Lates est loin d’être le seul responsable de ces disparitions. Car le lac Victoria a une histoire marquée par l’impact de diverses activités humaines. Cette histoire permet de mieux comprendre pourquoi le Lates, présent dans tous les fleuves sahéliens, a eu un comportement différent dans le lac Victoria.

6Les premières descriptions du lac Victoria datent de 1858 quand l’explorateur britannique John Speke déclare qu’il a découvert les sources du Nil. En 1875, Henry Stanley confirme cette découverte. La colonisation britannique s’accompagne alors d’une importante déforestation du bassin versant du lac pour y développer des plantations de thé, de café, de sucre et de coton. Simultanément, la population s’accroît rapidement (4,6 millions dans les années 1930, plus de 30 millions actuellement), et la pêche dans le lac se développe fortement pour alimenter le marché. Au début du xxe siècle, les gestionnaires des pêches britanniques introduisent le filet maillant en fil de lin qui se substitue progressivement aux engins traditionnels de pêche, fabriqués souvent en papyrus.

Image

Carte postale du début du xxe siècle avec des pêcheurs utilisant des nasses dans le lac Victoria.
© Collection C. Lévêque

Les années 1920 et l’abondance du tilapia endémique (ngege)

7Dans les années 1920, les méthodes de pêche traditionnelle utilisent principalement des instruments de fabrication locale. On retrouve les mêmes types d’engins qu’en Afrique de l’Ouest, à savoir barrages formés de claies végétales, nasses, haveneaux, etc. À cette époque, Michael Graham décrit des barrages de pêche (kek ou obalala) dans le golfe de Kavirondo, constitués de claies de bambous, interrompues d’emplacements pour des nasses ou pour des chambres de capture. Il en existe diverses variantes adaptées à différents types de milieu. Le barrage est une propriété collective, mais les nasses sont individuelles. On trouve également de grands haveneaux et des nasses de formes variées. Dans les milieux peu profonds, les femmes capturent des Clarias et des Protopterus à l’aide de nasses coniques.

Image

Image

Nasses en position de pêche, Kisumu, lac Victoria (Kenya).
© C. Faudemay

Qui était Michael Graham ?
Michael Graham était un scientifique spécialiste des pêches et des pêcheries qui travaillait dans les années 1920 au laboratoire des Lowerstoft, Angleterre, qui dépendait à l’époque du ministère de l’Agriculture et des Pêches (actuellement The Center for Environment, Fisheries and Aquaculture Science, Lowestoft Laboratory). Spécialiste des pêches marines, on lui demanda en 1927 de partir en Ouganda pour effectuer, en compagnie de Edgar Barton Worthington, une étude sur les populations de poissons du lac Victoria dont on ne connaissait pratiquement rien à cette époque. Leurs recherches donnèrent lieu à un rapport publié en 1929 sous la seule signature de M. Graham « The Victoria Nyanza and its fisheries : a report on the fishing survey of Lake Victoria, 1927-1928 ». Dans ce travail, M. Graham recommandait, entre autres, qu’un centre permanent de recherche sur les pêcheries soit mis en place afin d’effectuer une surveillance continue des études scientifiques sur le lac. En 1947 (vingt années plus tard), les bâtiments de l’EAFRO (East African Fisheries Research Organization) virent enfin le jour à Jinja en Ouganda. Après ce bref intermède africain, Michael Graham retourna au laboratoire de Lowestoft, dont il devint directeur des pêches de 1945 à 1958.

Image

Chromo sur le lac Victoria.
Chocolat Aiguebelle, Donzère, Drôme.
© Collection C. Lévêque

8Il existait également au début du xxe siècle des longues lignes avec hameçons, tendues entre des flotteurs en balsa aux extrémités. En outre, la pêche au poison est alors pratiquée dans les rivières en utilisant des végétaux (euphorbes, légumineuses).

9Selon Graham (1929), l’épervier est peu répandu dans le lac Victoria. Mais les populations indigènes commencent à fabriquer des sennes pour pêcher des Haplochromis. Le principal engin de pêche introduit par le colonisateur est sans conteste le filet maillant de maille de « 5 inches » (13 cm), fait avec du fil de lin. Certains de ces filets sont importés de Grande-Bretagne. Mais les pêcheurs fabriquent aussi leurs filets maillants avec du fil de coton tressé. La fabrication des filets maillants demande beaucoup de travail aux pêcheurs, dont le nombre est estimé à plus de 3 000 dans les années 1920.

10Le poisson le plus pêché et le mieux apprécié est le ngege (espèce endémique de cichlidé, Tilapia esculenta). « Aucun autre poisson ne peut l’égaler quant à la qualité de la chair », dit GRAHAM (1929). « Il est de bonne taille pour la commercialisation, voyage bien, et on le trouve en bien plus grand nombre que les autres poissons d’intérêt commercial, tels que le Bagrus sp. (un poisson-chat) ». Une autre espèce de tilapia, Tilapia variabilis (mbiru), est également abondante. On note cependant déjà que l’introduction du filet maillant entraîne une diminution de l’abondance des ngege dans les zones pêchées.

11Parmi les autres espèces consommées, le protoptère (Protopterus aethiopicus) est très apprécié mais ne se rencontre que dans les eaux peu profondes. Le poisson-éléphant (Mormyrus kannume) est également abondant dans certaines zones mais assez peu prisé des pêcheurs. Quant aux petits Haplochromis, dont « le nombre est incroyable » dit Graham (1929) – il en existe plus de 300 espèces –, ils pourraient être exploités comme « manure » (engrais ou fertilisant) dans la colonie du Kenya. De toute évidence, ils ne constituent pas, à cette époque, une ressource alimentaire appréciée des consommateurs. On dira pourtant par la suite que ce poisson fait partie des habitudes alimentaires traditionnelles des populations riveraines !

12Graham pose déjà la question de l’introduction d’espèces, telles que la perche du Nil (Lates) ou le poisson-chien (Hydrocynus) du lac Albert, pour améliorer la production de la pêche dans le lac Victoria. Mais il considère que la pêche des tilapias est particulièrement florissante et qu’il faut prendre garde de la mettre en danger par l’introduction d’espèces prédatrices. En même temps, il regrette que la grande quantité d’Haplochromis ne soit pas exploitée par des poissons prédateurs. Pourtant, il existe dans le lac Victoria quelques espèces prédatrices.

Les années 1950 : on introduit d’autres tilapias

13Dans les années 1930-40, l’abondance du ngege décroît progressivement du fait de la pêche. D’autres espèces comme les poissons-chats, Clarias gariepinus et Bagrus docmak, vont partiellement compenser cette disparition avant de se raréfier elles aussi en raison de la pression de pêche.

14Au début des années 1950, les tilapias (ngege) ont pratiquement disparu des captures malgré l’introduction de filets en nylon plus performants. En réalité, la réponse à la diminution des prises a été l’utilisation de mailles de plus en plus petites. Une réponse certes illégale, mais qui est souvent pratiquée dans les pêcheries lorsque les rendements diminuent.

15Dans les années 1960, des sennes de plage et quelques chaluts de fond sont introduits. Leur emploi a rapidement entraîné un épuisement des stocks, notamment en Tanzanie où les stocks de plusieurs espèces locales, d’intérêt commercial, ont pratiquement disparu. Face à ce déclin des espèces prisées par les populations riveraines, l’exploitation se reporte, en partie, à la fin des années 1960, sur les haplochromines, peu appréciés jusqu’alors, car plein d’arrêtes (ils avaient d’ailleurs reçu le nom significatif de « bony fishes »).

16Les gestionnaires s’interrogent alors sur la possibilité d’introduire de nouvelles espèces pour relancer la pêche. Dès 1953, le tilapia du Nil (Oreochromis niloticus), Tilapia zilli, Tilapia rendalli et Oreochromis leucostictus sont introduits en divers endroits du lac. Ces espèces exotiques d’origine africaine s’établissent très bien dans le lac et constituent à la fin du xxe siècle une part importante des captures, alors que les espèces natives de tilapias ont quasiment disparu.

L’introduction du Lates et le déclin des Haplochromis

17Après quelques années de controverses entre les scientifiques et les gestionnaires des pêches, il est décidé d’introduire le prédateur Lates niloticus. Les gestionnaires ont alors pour objectif d’utiliser les grandes biomasses d’Haplochromis pour produire du poisson de meilleure qualité. On a dit également, sans jamais le démontrer véritablement, qu’il s’agissait d’introduire un poisson apprécié par les pêcheurs sportifs !

18Les lâchers de Lates niloticus sont effectués en plusieurs fois et dans plusieurs localités. En Ouganda, en 1954, quelques spécimens, provenant du lac Albert, sont introduits aux environs des Murchison Falls dans le Nil Victoria. D’autres introductions sont ensuite pratiquées en d’autres lieux. Des poissons introduits au Kenya proviennent du lac Turkana. Six années plus tard, les premiers spécimens sont signalés dans le sud du lac. Une seconde campagne a lieu en 1962-63, avec quatre nouveaux lâchers en Ouganda et au Kenya.

19Jusqu’à la fin des années 1970, il n’y a pas de changements significatifs dans les captures et leur composition. Pendant près de vingt ans, les perches du Nil se sont installées mais restent relativement discrètes. Puis au début des années 1980, les Lates constituent très rapidement 80 % des captures totales alors que celles des Haplochromis tombent à 1 %. Simultanément, une espèce de petit poisson pélagique, Rastrineobola (dagaa en langue locale), se met également à proliférer et donne lieu à une pêche active.

20Jusqu’au début des années 1990, les captures augmentent progressivement pour atteindre environ 500 000 tonnes par an sur l’ensemble du lac, contre seulement quelques dizaines de milliers de tonnes dans les années 1970. À partir de 1993, les captures se stabilisent. Au début des années 2000, elles atteignent au moins 600 000 tonnes pour l’ensemble du lac, et certaines estimations plus récentes vont jusqu’à parler de 800 000 tonnes à 1 000 000 de tonnes en 2008 ! Elles sont maintenant constituées pour un quart de Lates, un quart de tilapias et l’autre moitié de petites espèces, comme Rastrineobola et des petits cichlidés dont certaines espèces semblent de nouveau assez abondantes.

Image

Jeunes Lates pêchés dans le lac Victoria, à Port Victoria (Kenya).
© IRD/C. Lévêque

Image

Les tilapias (dont le tilapia du Nil Oreochromis niloticus) constituent une part importante des pêches dans le lac Victoria.
Ce sont des poissons très appréciés localement.
© IRD/C. Lévêque

Image

Le petit poisson pélagique Rastrineobola (ou daaga) s’est considérablement développé, suite à l’eutrophisation du lac Victoria, et constitue actuellement une ressource importante pour les populations riveraines.
© C. Faudemay

21De nouveau se pose la question de la surexploitation du lac qui se manifeste notamment par une baisse très sensible de la taille de capture des perches du Nil. Simultanément d’ailleurs, on assiste au retour d’un certain nombre d’espèces de petits cichlidés qui sont maintenant soumis à une pression de prédation moins forte.

Qui est responsable de la disparition des petits cichlidés ?

22De nombreux scientifiques, relayés par les médias, ont accusé le Lates d’être à l’origine d’une catastrophe écologique : la disparition de dizaines d’espèces de petits cichlidés endémiques du lac Victoria. Tout semblait appuyer cette thèse : le Lates est un grand carnivore vorace, et l’accroissement de sa population a coïncidé avec l’effondrement des stocks de petits cichlidés. Pourtant le Lates est présent dans tous les lacs et rivières de l’Afrique subsaharienne, où il ne pose pas plus de problèmes que le brochet ou le sandre en Europe.

23La réalité est plus complexe, et il faut la rechercher dans l’histoire récente du lac. Le bassin versant du lac Victoria qui comptait 4,6 millions d’habitants dans les années 1930 en héberge dorénavant plus 30 millions. Une grande partie du bassin est cultivée, et des petites industries agro-alimentaires se sont installées. Les stations d’épuration étant inexistantes, on imagine sans peine que le lac est devenu une grande poubelle qui a bien du mal à digérer tous ces déchets qui lui parviennent. Il souffre ainsi d’un mal connu sous le terme d’eutrophisation. Ce phénomène se manifeste par une forte production végétale qui résulte des apports importants en éléments nutritifs (azote et phosphore) issus de l’agriculture, des industries agro-alimentaires et des effluents urbains. La décomposition de cette abondante matière organique consomme, dans un second temps, beaucoup d’oxygène, à tel point que les eaux peuvent devenir anoxiques (dépourvues d’oxygène). Un phénomène classique, qui se manifeste actuellement sur la plupart des plans d’eau du monde. Le lac Victoria n’échappe pas à la règle, comme différentes études scientifiques l’ont démontré très clairement. Simultanément, on a constaté le développement massif des petites crevettes (Caridina) et de la sardine locale ou dagaa (Rastrineobola), ainsi que l’extension des zones lacustres dépourvues d’oxygène et une forte réduction de la transparence des eaux. Ces crevettes et la sardine servent de nourriture aux jeunes Lates qui sont consommés à leur tour par les Lates adultes.

Image

Fig. 79 – Modifications dans les réseaux trophiques du lac Victoria.
Dans les années 1970, avant l’introduction du Lates et l’eutrophisation du lac Victoria, le réseau trophique des poissons était très diversifié (fig. de gauche). Il y avait de nombreux petits prédateurs de cichlidés, et ces derniers utilisaient une large gamme de ressources trophiques (plancton, mollusques, crustacés, insectes, etc). Il y avait également les tilapias qui se nourrissaient de végétaux et de détritus. Dans les années 1990, le réseau trophique s’est considérablement simplifié (fig. de droite). Il y a toujours les tilapias, mais la plupart des autres espèces ont pratiquement disparu. Les jeunes Lates se nourrissent de crevettes et d’insectes, ainsi que d’une petite espèce de poissons pélagiques (Rastrineobola) devenue très abondante. Les Lates adultes se nourrissent de leurs jeunes (cannibalisme), des tilapias et du poisson pélagique Rastrineobola. (adapté d’après Witte et al, 1992).

24Autrement dit, si le Lates est en partie responsable de la disparition des petits cichlidés, les modifications écologiques du lac liées à la pollution y ont également très largement contribué. On peut même penser que, sans le Lates, les poissons endémiques soumis à une pêche intensive dans un milieu de plus en plus dégradé auraient probablement été décimés eux aussi ! Les eaux profondes anoxiques étant maintenant plus étendues, il y a par ailleurs moins de lieux favorables à la reproduction des cichlidés, qui construisent des nids sur le fond. De plus, nombre de ces espèces de petits poissons se reconnaissent à l’aide de signaux visuels. La transparence des eaux ayant fortement diminué, certains partenaires ont désormais du mal pour se reconnaître, ce qui favorise, semble-t-il, l’hybridation.

25Dans les pays développés, il est possible de juguler l’eutrophisation par la construction de stations d’épuration et par la pose de collecteurs d’eaux usées. Autant de travaux très coûteux et hors de portée pour les riverains du lac Victoria. L’avenir de ce lac, comme celui de nombreux autres lacs dans le monde, est donc celui d’un accroissement de l’eutrophisation et de la pollution… Autant de facteurs peu favorables à la protection de la biodiversité !

Image

Fig. 80 – Évolution des captures dans le lac Victoria (Kenya, Ouganda, Tanzanie).
(source : Fishstat Plus, FAO et Lake Victoria Fisheries Organization).

La pêche sur le lac Victoria

Image

1 et 2– Port de pêche et bateaux de pêche, à Kisumu (Kenya). © C. Faudemay
3- Arrivée de la pêche, le matin à Usenge (Kenya). © IRD/C. Lévêque
4– Pêcheurs remontant leurs filets (Kenya). © IRD/D. Paugy
5– Les femmes récupèrent les petits poissons (daaga) qu’elles vont faire sécher au soleil. © IRD/D. Paugy
6– Les daaga sont séchés au soleil sur des claies en fibres végétales, de manière à être conservés. © IRD/C. Lévêque

Image

7– Panier de petits poissons (daaga). © C. Faudemay

Image

8– Transport du poisson en camionnette (Kenya). © IRD/D. Paugy

Image

9– Les petits Lates sont réunis en grappes pour être transportés et commercialisés. © IRD/C. Lévêque

Image

10– Tri et vente de poissons à Usenge (Kenya). © IRD/C. Lévêque

Image

11 et 12– Protoptères sur l’étal du marché de Kisumu (Kenya). À droite, femmes marchandant leur achat. © C. Faudemay

Image

13– Pesage des Lates achetés par les ateliers de filetage. © C. Faudemay

Parole de chercheur
Fabrice Duponchelle écophysiologiste des poissons
La pêche dans le lac Malawi
Le Malawi est un pays pauvre, sans ressources minières. Les poissons fournissent 75 % des protéines animales consommées par la population, ainsi que la principale source de revenu d’environ 35 000 pêcheurs et probablement d’un total de 2 millions de personnes à travers les activités associées à la pêche.
Les pêcheries du Malawi se répartissent en trois secteurs principaux : la pêche de subsistance à petite échelle, la pêche artisanale (traditionnelle) et la pêche commerciale (semi-industrielle ou industrielle). Cette dernière se pratique avec des chalutiers et opère principalement dans la partie sud du lac Malawi, moins profonde et plus productive. La pêche artisanale traditionnelle, qui assure environ 90 % de la production totale, utilise une grande variété d’engins : filets maillants, sennes de plage, sennes de pleine eau, lignes et nasses…
Image
Pêche au chalut. © H. Bootsma
Image
Pêche à la senne. © H. Bootsma
Le lac assure à lui seul plus de la moitié de la production totale de poissons du pays, estimée à environ 60 000 tonnes. Plus de 80 % des eaux se trouvent à des profondeurs supérieures à 200 m, limite en dessous de laquelle il n’y a plus d’oxygène. Pourtant, le lac Malawi abrite une plus grande variété de poissons que n’importe quel autre lac au monde. On compte environ un millier d’espèces qui, toutes, hormis 44 d’entre elles, appartiennent à la famille des cichlidés. Ceux-ci sont tous endémiques, à l’exception de 5 espèces de tilapias.
Une caractéristique importante des cichlidés est qu’ils ont colonisé tous les habitats disponibles dans le lac (cf. chap. « D’où viennent tous ces poissons ? », p. 74). On observe donc dans ces habitats des communautés de poissons spécifiques qui sont exploitées par des engins de pêche particuliers.
• La communauté des mbuna, bien connue des aquariophiles du monde entier (cf. chap. « L’aquariophilie, une passion mais aussi un marché », p. 308), n’est quasiment pas exploitée pour l’alimentation humaine. Elle fait, en revanche, l’objet d’une importante pêche pour le marché international des poissons d’ornement qui sont principalement collectés par des pêcheurs-plongeurs utilisant des filets.
Parole de chercheur
Image
Quelques cichlidés du lac Malawi. © F. Libert
• Les chisawasawa, un autre groupe de cichlidés riche de plusieurs centaines d’espèces, font l’objet d’une exploitation intense, particulièrement dans les zones littorales peu profondes où se pratiquent la pêche artisanale et la pêche commerciale. Les pêcheurs artisanaux les exploitent principalement avec des sennes de plage (kambusi seines), manœuvrées par des groupes de 6 à 30 personnes qui n’utilisent qu’une seule embarcation pour les déployer, bateau de planche ou pirogue. La pêche commerciale, quant à elle, utilise principalement des chaluts de fonds, tirés par un ou deux navires motorisés. Elle opère essentiellement dans les zones littorales peu profondes (< 50 m), mais quelques navires sont équipés pour chaluter dans les zones profondes (jusqu’à 150 m). À toutes les profondeurs, la pêche au chalut exploite, en même temps que les cichlidés, un petit groupe de poissons-chats, dont Bagrus meridionalis, Synodontis njassae et enfin les Bathyclarias spp., endémiques du lac Malawi. Ces poissons-chats constituent le deuxième groupe le plus important, après les cichlidés, pour les pêcheries du lac Malawi, à la fois en termes de ressource alimentaire et de source de revenus.
• Les utaka sont des petits cichlidés planctophages côtiers, qui vivent en bancs près de la surface, à proximité des rochers. Les utaka sont exploités par la pêche artisanale au moyen de divers engins : les filets tournants (nkacha nets), utilisés par des pirogues ou bateaux de planche, ou les sennes de pleine eau coniques (chirimila nets, typiques du Malawi) manipulées par deux embarcations. Ces espèces sont également capturées par les chaluts industriels.
• Les ncheni et ndundunma sont un groupe de plusieurs dizaines d’espèces de cichlidés, principalement planctophages et piscivores. Ces espèces, qui constituent la communauté pélagique du lac, se rencontrent dans les zones profondes à proximité du fond, ce qui les rend vulnérables à certains chaluts industriels. Les stocks importants de ces espèces sont une des dernières ressources encore relativement inexploitées du lac, du fait des limitations techniques actuelles de la flotte commerciale, non équipée pour le chalutage pélagique. Récemment, en vue d’augmenter l’exploitation de ces espèces pélagiques, des tests encourageants ont été conduits dans le nord du lac, avec des lignes d’hameçons dérivantes. Ces méthodes, profitables pour les pêcheurs artisanaux et bien moins destructrices que les chaluts pélagiques ou sennes tournantes, pourraient être amenées à se développer dans les années à venir.
Parole de chercheur
Image
Rappel du règlement ! Service des pêches du Malawi.
© Fisheries Department, Lilongwe, Malawi
• Les chambo sont les 5 espèces de tilapias rencontrés dans le lac. Il s’agit des 4 Oreochromis spp. (O. squamipinnis, O. lidole, O. karongae et O. shiranus) et du seul cichlidé qui ne soit pas incubateur buccal dans le lac Malawi, Tilapia rendalli, commun dans cette partie de l’Afrique. Les chambo sont une ressource majeure pour les pêcheries du lac, particulièrement dans la partie sud, plus productive. Mais leur importance économique (ils sont vendus bien plus chers que la plupart des autres espèces) et leur grande vulnérabilité aux engins de capture traditionnels, comme les sennes de plage, les sennes tournantes coulissantes et les filets maillants, font qu’ils sont aujourd’hui sévèrement surexploités.
• Le usipa est un petit Cyprinidae pélagique, Engraulicypris sardella, adapté à profiter rapidement des fluctuations de production primaire du lac. Son exploitation se fait avec des sennes de pleine eau à petites mailles (usipa nets) et de puissantes lampes (pêche au lamparo). Attirés par la lumière, ils se concentrent près des lampes et sont ainsi piégés par les filets. Bien que les captures de usipa dépassent rarement 5 000 tonnes par an, leur potentiel a été évalué à environ 50 000 tonnes.
Au Malawi, comme dans d’autres pays, la démographie galopante (accroissement annuel > 3 %) exerce une pression croissante sur les stocks de poissons. Durant les années 1990, la production annuelle de poisson a chuté de plus de 10 000 tonnes alors que, dans le même temps, le nombre de pêcheurs a augmenté d’environ 30 %. Aujourd’hui, la plupart des stocks sont fortement exploités, voire surexploités, à l’exception des espèces pélagiques et benthiques profondes. Continuer à augmenter les rendements de la pêche pour nourrir et faire vivre sa population, tout en préservant l’exceptionnelle biodiversité du lac, est le paradoxe auquel est confronté le Malawi.

La pêche dans le lac Tanganyika

26Le lac Tanganyika a la particularité d’héberger 4 espèces de Lates et Luciolates, cousins du Lates niloticus, bien que de taille plus faible, et une faune abondante de cichlidés endémiques qui ont co-évolués avec ces grands prédateurs. La communauté pélagique est composée principalement de deux poissons Clupeidae (les sardines) : Stolothrissa tanganicae (nadgala) et Limnothrissa miodon, qui vivent en bancs. Les captures se font principalement sur les poissons pélagiques et sont estimées entre 30 et 50 000 tonnes par an.

Image

Zone rocheuse du lac Tanganyika. © J. Snoek

Image

Lac Tanganyika à Kabezi, Burundi.
© d_proffer

27Le lac Tanganyika est réputé pour ses poissons endémiques. Plusieurs compagnies commerciales exportent les poissons d’ornement vers des marchés européens, américains et japonais. Ce sont surtout les cichlidés qui sont capturés vivants par les plongeurs. Les espèces rares sont particulièrement recherchées et vendues très chères, ce qui tend à épuiser certaines populations lacustres.

28La pêche de subsistance vise principalement les sardines et les espèces de Lates. Les pêcheurs opèrent près de la côte, dans de petits canoës, en utilisant des lusenga (grandes épuisettes coniques), des filets maillants dormants, des sennes de plage, des nasses et des lignes à main. Avec la raréfaction du poisson, les lusenga sont parfois équipés de filets moustiquaire, ce qui en fait des engins très destructeurs pour les juvéniles.

29Les pêcheurs commerciaux capturent les mêmes espèces mais s’éloignent plus au large et exploitent la zone pélagique. La pêche industrielle emploie généralement des senneurs de 15 m et un certain nombre de bateaux plus petits pour attirer les poissons et déployer les sennes. Ces pêches commerciales ont fortement réduit les stocks de poissons.

30Depuis les années 1950, la pêche au lamparo des ndagala (petits clupeidés) s’est développée car des lampes à pression ont désormais remplacé les torches traditionnelles faites de roseaux tressés.

31Tout comme le lac Victoria, le lac Tanganyika est menacé par la pollution chimique. Mais ce dernier subit également une autre forme de pollution : la pollution par les sédiments. Les cours d’eau amènent de plus en plus de matière en suspension, en raison de l’érosion des sols qui résulte de la déforestation dans le bassin versant. Ces sédiments diminuent la transparence de l’eau et envasent les substrats rocheux ou sablonneux.

Image

Les sardines du lac Tanganyika.
© M. Morris

Image

Bateaux de pêche au lamparo sur le lac Tanganyika.
© M. Morris

SITES WEB À CONSULTER

32Lac Tanganyika
http://http://www.3tamis.org/Templates/DOSSIERS%203TAMIS/ENVIRONNEMENT/LAC%20TANGANYIKA/Lac%20Tanganyika%20Etudes.html

33Lac Malawi
http://www.abysse-cichlides.com/fond-protection-cichlides-stuart-grant.htm

34Lac Victoria
http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/breves/2005/3.htm

35Même le poisson qui vit dans l’eau a toujours soif.

36L’homme est un éternel insatisfait.

Image

Bibliographie

POUR EN SAVOIR PLUS

Coulter G. W., 1991 – Lake Tanganyika and its Life. New York, Oxford University Press, 1re édition, 354 p.

Graham M., 1929 – The Victoria Nyanza and its fisheries : A report on the Fishing Survey of Lake Victoria, 1927-1928, and Appendices. London, Crown Agents for the Colonies, 256 p.

Lévêque C., Paugy D., 2006 – Le paradoxe de Darwin. La Recherche, 402 : 48-51.

Menz A., 1995 – The fishery potential and productivity of the pelagic zone of Lake Malawi/Niassa. Chatham, U.K., The natural resource Institute, 386 p.

Odada E. O., Olago D., Kulindwa K. A. A., Bugenyi F., West K., Ntib M., Wandiga S., Karimumuryango J., 2006 – Global International Waters Assessment. East African Rift Valley Lakes. GIWA Regional assessment 47, Kalmar (Suède), University of Kalmar.

Ogutu-Ohwayo R., 1990 – The decline of the native fishes of lakes Victoria and Kyoga (East Africa) and the impact of introduced species, especially the Nile perch, Lates niloticus, and Nile Tilapia, Oreochromis niloticus. Env. Biol. Fishes, 27 : 81-96.

Paugy D., Lévêque C., 2007 – Le lac Victoria (Afrique de l’Est) malade de la perche du Nil : réalité, mythe ou mystification ? Nature, Science, Société, 15 : 389-398.

Pitcher T. J., Hart P. J. B., eds, 1995 – The Impact of Species Changes in African Lakes. Chapmann & Hall, Fish and Fisheries Series, 18, 602 p.

Pringle R. M., 2005 – The origins of the Nile Perch in Lake Victoria. BioScience, 55 (9) : 780-787.

Witte F., Goldschmidt T., Wanink J., Van Oijen M., Goudswaard K., Witte-Maas E., Bouton N., 1992 – The destruction of an endemic species flock : quantitative data on the decline of the haplochromine cichlids of Lake Victoria. Env. Biol. Fishes, 34 : 1-28.

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search