Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Poissons d'Afrique et peuples de l'eau

 | 
Didier Paugy
, 
Christian Levêque
, 
Isabelle Mouas
, 
et al.

Partie 4. Pêches et pêcheurs

La pêche chez les peuples forestiers d’Afrique centrale

Edmond Dounias

Texte intégral

Image

Parachanna africana © C. Paugy

1Lorsque l’on se penche sur l’assiette des habitants de la forêt, on constate l’omniprésence des produits issus des cours d’eau. Ils prodiguent une alimentation variée et nutritionnellement riche, mobilisable à tout instant, notamment lorsque la production des autres activités de subsistance n’est plus assurée. La pêche octroie aux peuples forestiers une indéniable sécurité alimentaire. Pourtant, trop peu d’études se sont vraiment penchées sur son importance technologique, sociale et culturelle dans ces sociétés à économie de subsistance.

Des activités de pêche très diversifiées

2Les réseaux hydrographiques des forêts humides d’Afrique centrale sont extrêmement vascularisés. Leurs innombrables ramifications, concentrées sur de faibles superficies, offrent une large gamme d’opportunités de pêche à des implantations humaines situées « à portée de cours d’eau ». À l’instar des Mvae, des Ntumu ou des Njem du Sud-Cameroun, les peuples forestiers qui excellent dans l’art de la pêche disposent d’un panel étendu de modalités de captures. Pêches diurnes ou nocturnes, masculines, féminines ou mixtes, d’adultes ou d’enfants, en solitaire, binôme, trinôme ou groupe susceptible de réunir plusieurs dizaines de protagonistes, les combinaisons sont multiples. De la simple pêche à la ligne au vaste barrage avec entonnoir rétenteur, en passant par des dispositifs qui rappellent étrangement des pièges à mammifères, l’on est confronté à un éventail hétéroclite de techniques, éphémères ou permanentes, qui rivalisent d’ingéniosité.

3Cette diversité, qui est systématique dans toute société pratiquant un niveau de pêche confirmé, trouve sa justification dans la possibilité ainsi offerte d’exploiter les diverses composantes du réseau hydrographique. Chaque modalité de pêche est saisonnière et va préférentiellement capturer un type particulier de poisson. Ces techniques vont ainsi se succéder au fil des fluctuations prononcées du régime des cours d’eau pour assurer une activité de pêche ininterrompue, offrant au gourmet une vaste gamme de produits à déguster : œufs, fretin, gros poissons, poissons à écailles ou sans écailles, crustacés, mammifères aquatiques, reptiles, batraciens, sauriens…

4Une contrainte majeure de l’activité de pêche tient au fait que la ressource convoitée est, sauf exception notable, rarement visible directement. La pêche est un art qui se pratique « à l’aveugle » et qui suppose donc du pêcheur aguerri une bonne connaissance de la biologie, de l’écologie et du comportement de ses proies. Il doit « sentir » quelles vont être leurs réactions. C’est une particularité que la pêche partage avec la pratique du piégeage, activité durant laquelle la capture du gibier s’effectue nécessairement en l’absence du chasseur. Il n’est donc pas surprenant que les peuples qui maîtrisent l’art de la pêche se révèlent par ailleurs d’excellents piégeurs.

Quand pêche et piégeage se rencontrent
La pêche ne se réduit pas à la capture de poissons et crustacés, mais est aussi l’occasion de mobiliser des moyens techniques pour attraper toutes sortes de reptiles, sauriens, batraciens et mammifères aquatiques.
Le dispositif conçu par les Mvae pour capturer le faux-gavial ou crocodile-nain Osteolaemus tetrapis (Crocodylidae)
– un petit saurien commun des cours d’eau secondaires et tertiaires d’Afrique centrale – s’apparente plus à du piégeage.
Image
Le faux-gavial est capturé en tout début de saison sèche. C’est une capture d’appoint lors de campagnes de pêche ou de piégeage.
© IRD/E. Dounias
Image
Un des trois types de pièges conçus pour la capture du faux-gavial. Celui-ci nécessite l’usage d’un appât (par exemple des viscères de gibier).
© IRD/E. Dounias

5Les formes de pêche les plus sophistiquées voient le lourd aménagement qu’elles ont nécessité compensé par une relative durabilité et un volume élevé de captures (ex : pêche au carrelet). D’autres misent au contraire sur une simplicité de mise en œuvre, offrant en retour une réactivité élevée et une bonne dose d’opportunisme du pêcheur solitaire (ex : pêche à l’épervier). D’autres enfin, par le nombre conséquent de participants qu’elles mobilisent et du volume exceptionnel de prises qu’elles engendrent, ne sont organisées que de façon très occasionnelle, pour permettre entre-temps à l’aquafaune de se reconstituer.

6À de rares exceptions près, la pêche menée dans le cadre d’une économie de subsistance n’occasionne jamais une surexploitation des ressources et impressionne au contraire par sa durabilité. Quelques pratiques sont quasiment assimilables à un semblant d’élevage : durant plusieurs semaines, le pêcheur va patiemment attirer et acclimater ses proies, parfois en les nourrissant. Sa patience sera à terme récompensée par une capture abondante et culinairement appréciée (ex : pêche à l’entassement de bois).

  • 1 Mami Wata est la Mère des eaux, mi-femme mi-poisson, mi-terrestre mi-aquatique, esprit de l’eau et (...)

7Le risque d’insuccès à la pêche est réel et il importe, plus que pour n’importe quelle autre activité de prédation, de se concilier les bonnes grâces des forces surnaturelles qui, bien souvent, élisent domicile dans les cours d’eau, à l’abri du regard des hommes. Partout, les eaux – marines, fluviales ou lacustres – sont réputées infestées de monstres redoutables et de créatures innommables. Hommes-poissons, sirènes, Mami Wata1… sont des figures récurrentes de la mythologie des peuples forestiers d’Afrique. Il n’est point de mythe fondateur qui ne trouve son origine dans les profondeurs des lacs et des cours d’eau, dans les eaux saumâtres ou insalubres des mangroves, des marécages ou des bas-fonds, ou dans leur épique traversée. Lorsqu’il se meut dans l’eau, l’homme reconnaît humblement n’être qu’une créature éminemment fragile et exposée, qui se retrouve dans cet environnement aqueux précédant sa naissance.

8Certaines activités de pêches sont symboliquement plus risquées que d’autres, par exemple les grandes nivrées qui requièrent l’usage de plantes stupéfiantes. Elles s’accompagnent toujours de prescriptions (abstinence) et interdits très stricts. Le caractère dangereux de certaines formes de pêche est largement compensé par une mise en œuvre collective et souvent conviviale. Une caractéristique majeure des activités de pêche est qu’elles se déroulent presque toujours dans une ambiance ludique et joyeuse, qui apparaît comme un moyen d’exorciser l’incertitude du résultat et le fait de venir taquiner de puissantes forces de la surnature. L’indicible côtoie une jubilation évidente dans un exercice de funambule que les protagonistes ne manqueraient pour rien au monde.

9Les modalités de pêche décrites ici ne sont que quelques morceaux choisis au sein d’un très vaste répertoire de techniques. Toutes ces descriptions proviennent de peuples forestiers de la moitié sud du Cameroun. Aucune de ces sociétés ne pratique la pêche de manière exclusive. Toutes ont une économie de subsistance diversifiée, alliant agriculture vivrière, plantations de rente (café, cacao), chasse-piégeage, cueillette de produits forestiers et pêche.

Image

Fig. 76 – Carte de localisation au Sud-Cameroun des différentes ethnies citées.

Perceptions du réseau hydrographique

10Les Mvae du Sud-Cameroun littoral sont d’éminents piégeurs et pêcheurs. Ils discriminent les cours d’eau selon quatre catégories qui vont conditionner leurs pratiques.

11La première catégorie fédère les fleuves et les grandes rivières. Ces grands cours d’eau dépendent de leurs affluents et influent sur la faune ichtyologique de ces derniers. Rares sont les sociétés qui se risquent à pêcher dans ces cours d’eau à fort débit. Elles doivent en effet pouvoir disposer d’embarcations solides ou être en mesure de construire de puissants dispositifs, capables de résister à la force du courant et à la patiente et inexorable corrosion par l’eau. Dans les deux cas, la société doit disposer d’une capacité politique à l’entraide, puissante et structurée, assez rare au sein des sociétés peu stratifiées qui peuplent les forêts.

12La deuxième catégorie est formée des cours d’eau secondaires qui alimentent les grands cours d’eau primaires. C’est dans ceux-ci que se pratiquent les pêches les plus importantes. Le campement familial, à partir duquel s’organisent les campagnes de pêche, est habituellement implanté à la confluence d’un cours d’eau primaire et d’un cours d’eau secondaire, afin de mieux suivre et éventuellement d’anticiper sur le comportement des eaux. Cette implantation était, lors des grandes migrations ancestrales en des temps moins pacifiés, un site stratégique pour élire étape et coloniser les territoires intérieurs. C’était une manière explicite d’exprimer son appropriation du territoire alimenté par le réseau hydrographique d’un cours d’eau secondaire, alors que les cours d’eau primaires n’étaient soumis à aucune sorte de détention particulière.

Image

Fig. 77 – Les quatre catégories de cours d’eau distinguées par les Mvae du sud du Cameroun.

13Ces niveaux primaires et secondaires du bassin hydrographique ont pour constante de disposer d’un écoulement d’eau perpétuel. Par contraste, les cours d’eau tertiaires qui constituent la troisième catégorie sont caractérisés par une possible période d’assèchement. Ils regroupent une multitude de ruisseaux et de bras morts.

Proverbes
Sur l’eau et les cours d’eau
L’eau qui voyage avec le poisson participe aussi à sa cuisson
Se méfier de ses meilleurs alliés
On reconnaît l’importance d’un cours d’eau à ses affluents
La valeur d’une personne se mesure à sa descendance
Toute rivière se jette dans l’océan
Petites causes, grands effets
Le grondement de l’eau ne se fait pas sans chute
Il n’y a pas de fumée sans feu

Image

Image

De gauche à droite : un cours d’eau de catégorie 1, de catégorie 3 et de catégorie 4.
© IRD/E. Dounias

14Ces réseaux tertiaires sont également enclins à déborder au cœur de la saison des pluies et viennent alimenter des aires de bas-fonds aux contours improbables qui forment la 4e catégorie. L’eau stagnante des bas-fonds de 4e catégorie peut y persister bien au-delà de l’étiage saisonnier des cours d’eaux tertiaires. De nombreuses espèces de poissons viennent saisonnièrement frayer en ces lieux où la nourriture abondante est propice à la reproduction.

La pêche aux engins actifs

Pêche à l’épervier

15La pêche à l’épervier est une activité masculine qui se pratique en solitaire de jour comme de nuit. Elle s’adresse à un pêcheur adulte confirmé. L’usage de l’épervier est assez polyvalent depuis les eaux vives à faible tirant d’eau jusqu’à des eaux calmes et profondes (le lancer s’effectue alors depuis une embarcation). Cet éclectisme autorise une pratique continue sur l’année. Avant l’adoption du nylon, l’épervier était confectionné en fibres végétales. Lorsque la pêche à l’épervier se pratique de nuit, elle est incidemment l’occasion de captures à la machette et à la lampe torche : saisie de grenouilles goliath (Conraua goliath) pouvant dépasser un poids de 2 kg et 75 cm de longueur mais aussi, plus rarement, de faux gavials (Osteolaemus tetrapis) et de mammifères à activité nocturne, comme la loutre à joues blanches (Aonyx congica), la loutre à cou tâcheté (Mellivora lepensis) et le potamogale (Potamogale velox).

Image

Les Yasa utilisent un épervier de grande envergure (environ 5 m) très peu lesté et plutôt utilisé dans les eaux saumâtres calmes.
© IRD/E. Dounias

Pêche à la palangrotte

16Cette technique de pêche se pratique au cœur de la saison sèche, en journée, dans les rivières principales ou gros affluents secondaires. L’activité est menée en eau calme, profonde et ombragée et nécessite une embarcation. La palangrotte, long fil de nylon pourvu de lignes à hameçons distantes d’environ 30 cm, est tendue entre deux piquets fichés au fond de l’eau. Chaque hameçon reçoit un ver de terre puis la palangrotte est laissée à tremper. Cette technique cible surtout les poissons-chats de fond et exige une attention sans relâche. Le pêcheur navigue d’une palangrotte à l’autre pour renouveler les vers sur les hameçons et récupérer en continu les Claridae et Bagridae capturés.

Image

La palangrotte confectionnée par les Tikar est soigneusement emmaillotée sur deux supports en rachis de raphia tendres (pour ne pas émousser les hameçons), afin d’éviter que les fils ne s’emmêlent.
© IRD/E. Dounias

Image

La palangrotte est tendue en travers du cours d’eau, puis des vers de terre sont fixés à chaque hameçon avant de procéder à l’immersion.
© IRD/E. Dounias

Image

Capture d’un Bagrus sp., poisson-chat de fond de rivière communément appelé silure.
© IRD/E. Dounias

Capture des silures dans leur trou

17Cette méthode de capture, diurne comme nocturne, de Clarias camerunensis et Auchenoglanis occidentalis est tombée en désuétude. Elle repose sur l’utilisation de crochets en épine d’athérure (Atherurus africanus), maintenue coudée par une surliure en fibre végétale. L’appât est un ver de terre qui est engainé sur la pointe redressée, ce qui oblige le poisson à avaler l’hameçon qui crochètera le tube digestif (difficile de crocheter la bouche d’un Clarias). Deux modalités d’usages sont possibles :

  • avec une ligne courte, que l’on laisse dériver devant le trou, et sur laquelle il faut tirer vite, pour ferrer lorsque le Clarias rentre à reculons dans son trou ;
  • le pêcheur introduit l’hameçon dans le trou, en le présentant au bout d’une perche dotée d’une encoche, pour bien orienter l’hameçon. Le trou est recherché dans les rives ombragées et sous les racines de Uapaca spp. (Euphorbiaceae), arbre à racines échasses dont les drupes, tombant directement dans l’eau, sont très appréciées des poissons. La ligne est attachée à une racine ou une branche.

Image

Crochet en épine coudée d’athérure pour capturer les Clarias.
Il doit être positionné au bout de la perche taillée en biseau et dotée d’une encoche, avant introduction dans le terrier du poisson.
© IRD/E. Dounias

Pêche au carrelet

18La pêche au carrelet est une activité masculine, nocturne ou diurne. Le pêcheur immerge obliquement un large tamis circulaire à maille lâche et en armature de rotin, qu’il manœuvre comme une herse. Le carrelet est basculé autour d’un support fixe émergeant et est maintenu perpendiculairement au courant. La base, qui repose au fond de l’eau, est hissée à l’aide d’une gaule par le pêcheur en poste à l’aplomb de l’eau sur un échafaudage. Le carrelet est confectionné à partir de fibres végétales d’un ensemble de plantes très employées en sparterie par les populations de forêt d’Afrique centrale, parmi lesquelles figurent le rocouyer (Bixa orellana) et le jute congolais (Urena lobata). La pêche au carrelet ne se pratique que dans des cours d’eau secondaires à débit modéré. Elle a lieu lors de nuits sans lune, ou en journée juste après une pluie suffisamment forte pour accroître la turbidité de l’eau, plus propice à la discrétion des pêcheurs. Une variante de pêche au carrelet est décrite chez les pêcheurs ba-oto de l’ethnie ntomba de la région du lac Tumba au Zaïre (Pagezy, 1989). Le carrelet n’est pas un filet mais un plateau rétenteur, dont le contenu est directement déversé dans une pirogue attenante. Les Ntomba sophistiquent l’installation en aménageant un couloir de nattes, qui canalise le poisson vers le carrelet. Ce dispositif complexe est mieux adapté aux rivières à fort débit.

Image

Unique témoignage de la pratique du carrelet chez les Ntumu qui ne s’adonnent plus à cette technique de pêche. (source : A. Panyella, 1959).

Image

Vue d’ensemble d’un carrelet chez les Njem, installé sur une rivière suffisamment large pour accueillir deux dispositifs en parallèle.
© IRD/E. Dounias

Image

Hissage du carrelet à l’aide d’une gaule articulée.
Les vibrations transmises par la gaule au pêcheur alertent ce dernier de présence de poisson dans le filet.
© IRD/E. Dounias

Écope avec trouble

19Le trouble, instrument d’usage spécifiquement féminin au sein des ethnies fang, se compose d’un arceau en tige et d’un filet en fibres végétales similaires à celles du carrelet. L’écope avec trouble suit les modalités de la pêche au trouble et à l’entassement de bois décrite plus loin, à la différence qu’il n’y a pas élaboration préalable d’un abri à poisson et qu’elle se tient dans des cours d’eau à écoulement faible, voire dans les zones de bas-fonds inondées à eaux stagnantes (cours d’eau de catégorie 3 et 4). L’aire de pêche, dont l’étendue est fonction du nombre de participantes, est fractionnée progressivement d’amont en aval en de petits bassins composés de murets de terre. Tandis qu’un groupe de jeunes filles assure l’écopage du bassin, les aînées progressent lentement vers l’amont en tenant leur trouble perpendiculairement au courant de dévidage et en frappant les proies d’un coup de machette. L’abondance dans ces eaux de Bagridae, dont les nageoires dorsale et pectorales sont pourvues d’une épine ossifiée, et de poissons électriques (Malapterurus electricus) obligent à la prudence. Par ailleurs, l’écoulement provoqué fait remonter la vase et accroît la turbidité de l’eau. C’est donc sans bonne visibilité des proies que les femmes effectuent leur progression. Elles stockent leurs prises dans des petits paniers de hanche confectionnés avec des tiges végétales. Les poissons majoritairement capturés dans ces eaux stagnantes sont des Siluriformes des genres Auchenoglanis, Chrysichthys et Parauchenoglanis, des Cichlidae du genre Nannochromis (présents aussi dans les eaux claires), des Notobranchiidae du genre Aphyosemion, enfin et surtout des formes juvéniles de Mormyridae du genre Marcusenius.

Image

Pêche au trouble chez les Nzime dans un bas-fond de 4e catégorie. Les Nzime utilisent un trouble de forme oblongue et au maillage de rotin rigide.
© IRD/E. Dounias

Image

Croquis d’un trouble mvae.
Le maillage, fabriqué avec des fibres de jute congolais, est plus lâche qu’un maillage en rotin.
© IRD/E. Dounias

Proverbes
Sur la pêche à l’écope avec trouble
Je pêche dans un cours d’eau barré, j’ajoute mon bout de bois
Pour revendiquer sa légitimité à intervenir sur un problème
Sur le panier de hanche
Le poisson déjà dans le panier collecteur ne peut retourner à l’eau
Ne pas revenir sur ce qui est acquis (par exemple, pour signifier le refus de restituer une dot en cas de divorce)
Jeter ses problèmes dans le petit panier de taille (dont les mailles lâches laissent passer l’eau)
Séparer le bon grain de l’ivraie

Écope sans trouble

20L’écope sans trouble avoisine le ramassage et se pratique en saison sèche de jour. Les cours d’eau se prêtant le mieux à cette pêche sont les bras d’eau boueux, généralement à sec en saison sèche. Ces bras d’eau sans écoulement sont le refuge de nombreux crustacés mais aussi de poissons de vase comme Clarias camerunensis. Le sondage de la vase après écopage est une activité féminine qui se fait en solitaire ou en binôme. De nombreuses femmes appréhendent la fouille à l’aveuglette de cavités et de recoins sans visibilité, à cause des piqûres douloureuses infligées par les Bagridae et des mauvaises rencontres fortuites (avec par exemple le serpent Boulengerina annulata, un Elapidae aquatique venimeux). Les femmes pygmées (kola et baka), ntumu ou encore njem du Sud-Cameroun pratiquent par ailleurs une autre forme de pêche à l’écope sans utilisation de trouble, fondée sur une participation massive (le trouble intervient éventuellement pour transborder la boue servant à consolider les barrages). Les eaux prospectées sont des cours d’eau tertiaires et les bas-fonds inondés, mais parfois aussi des petites rivières à débit plus important qui nécessitent l’instauration préalable d’un véritable barrage en amont, afin d’interrompre totalement l’écoulement de l’eau. L’aval est fractionné en bassins que les femmes écopent simultanément en se répartissant en plusieurs groupes de travail. L’écopage se pratique encore souvent au moyen de feuilles de Marantaceae ou des éclats d’écorce employés comme évidoirs. Le poisson est saisi à la main ou tué à la machette s’il est susceptible de blesser (Chrysichthys et Auchenoglanis spp. munis de nageoires épineuses, Hepsetus odoe à dentition acérée, poisson électrique Malapterurus electricus…). Le charivari accompagnant ces pêches (chants cadencés, cris, moqueries, badinages, percussions d’eau…) donne de l’ardeur à la tâche, évacue le stress et occasionne la fuite préventive de la faune indésirable.

Image

Construction de la retenue d’eau permettant de circonscrire une série de bassins successifs.
La vase permet d’étanchéifier le dispositif. Les Ntumu utilisent leur trouble pour ce faire.
© IRD/E. Dounias

Image

Vidage du bassin en écopant l’eau.
Le caractère fastidieux et épuisant de cette tâche est pondéré par son côté ludique, ponctué de chants et de facéties. Une fois le bassin complètement prospecté, le groupe réitère l’opération dans les bassins d’aval. La pêche peut ainsi durer toute une journée.
© IRD/E. Dounias

La pêche aux engins passifs

Filet flottant

21Le filet flottant s’installe et se visite de jour durant la saison des pluies. Cette pêche masculine en solitaire se pratique à pied ou depuis une embarcation, selon le niveau de l’eau dans les cours d’eau tertiaires et les zones inondées. Les filets employés sont d’une longueur de 10 à 15 m. Ils sont tendus perpendiculairement à la rive à l’aide de piquets et sont maintenus verticaux et près de la surface par l’association de poids (pierres, plombs) et de flotteurs. Parfois, le filet flottant est occasionnellement installé en saison sèche dans les cours d’eau primaires et secondaires. Il est alors directement fixé à la végétation de la rive et est maintenu à son autre extrémité par un poids, qui l’empêche de dériver. Dans ces conditions, il permet de capturer des poissons de surface. La contrainte dissuasive de cette forme de pêche pourtant prolifique tient à la détérioration rapide des filets. Plusieurs heures sont quotidiennement consacrées à démêler et restaurer les mailles cassées, éliminer la végétation prise dans les mailles et mettre les filets à sécher.

Image

Assis dans sa pirogue, le pêcheur tikar relève son filet dormant en prenant bien soin d’éviter tout contact avec les nageoires épineuses du poisson Synodontis, qui constitue la proie dominante.
© IRD/E. Dounias

Image

Campement de pêche saisonnier de saison des pluies chez les Tikar.
© IRD/E. Dounias

Image

La pêche au filet flottant n’est pas pénible en soi, mais requiert de longues heures quotidiennes consacrées au démêlage et à la réparation des filets, mis à mal par les nombreux débris végétaux charriés par des cours d’eau débordant de leur lit.
© IRD/E. Dounias

Batterie de lignes à hameçon

22De nuit et durant la saison sèche, le pêcheur solitaire installe une série d’une trentaine de petites cannes en rachis de raphia, fichées en biais dans la berge boueuse des eaux de bas-fonds. Ces lignes sont maintenues par un support fourchu. Les appâts employés sont divers : vers de vase, menu fretin, mais aussi chair d’achatine (mollusque terrestre) ou de chenille, qui tiennent mieux à l’hameçon et nécessitent donc moins d’attention. Certains pêcheurs utilisent aussi des larves de fourmi.

Image

Un silure capturé dans une batterie de lignes à hameçon d’un jeune pêcheur tikar.
La surveillance nocturne de la batterie et le besoin de renouveler régulièrement les appâts en font une activité astreignante, quoique productive.
© IRD/E. Dounias

Proverbes
Sur la pêche à la ligne
Les Micralestes connaissent l’hameçon de ta ligne (ils « mordent » avec acharnement au début de la pêche, et ensuite semblent éviter l’hameçon)
La duperie ne marche pas éternellement
Si le forcené ne parvient pas à tuer un gros poisson, c’est vraiment que sa ligne est coupée
Le mauvais sort s’acharne sur le malchanceux
C’est au moment d’atteindre la rive que la pirogue chavire le plus facilement
Ne jamais crier victoire trop tôt

Barrage et entonnoir rétenteur

23Cette technique, que l’on appelle également « pêche au tremplin », est surtout pratiquée dans les cours d’eau secondaires subissant un fort étiage en saison sèche. Le tremplin est un plateau de bambou et de raphia orienté dans le sens du courant mais émergeant à son extrémité. Cette technique s’accompagne de l’installation d’un barrage, afin de canaliser l’eau sur le plateau, et implique une entraide d’installation. Le barrage est composé de piquets verticaux en bois de toutes sortes résistants à l’eau. Des palmes de Raphia sp. (Asteraceae) assurent l’étanchéité. Les piquets verticaux sont tenus par des fourches. Un tremplin est aménagé entre les piquets et les fourches. On y pose de gros cailloux pour alourdir le barrage et lui conférer une meilleure robustesse. La base du couloir, fermée par des morceaux de bois entrelacés par du rotin, est parfois complétée par des tôles métalliques usagées. L’eau vient heurter cette base et, ne pouvant s’écouler sous le tremplin, est projetée en cascade dans l’entonnoir. Le plancher à claire-voie du tremplin est constitué de tiges disjointes de pétioles de raphia qui laissent passer l’eau, les alevins et les poissons de petit gabarit. Les plus gros poissons ne peuvent plus remonter le courant et sont généralement propulsés hors de l’eau par la force du courant. La mise en œuvre du dispositif peut prendre 3 semaines de travail à temps plein au plus tard de la saison sèche. L’extrémité rehaussée du tremplin rétenteur peut être allongée au fur et à mesure de la montée des eaux. L’installation est exploitée en permanence, de jour comme de nuit, durant toute la saison des hautes eaux.

Image

Vue d’ensemble du barrage-entonnoir chez les Ntumu.
Sa forme convexe permet d’en maintenir la proue hors de l’eau quel que soit le niveau d’inondation de la rivière.
© IRD/E. Dounias

Image

Entrée de l’entonnoir.
Le passage étroit ménagé ajoute à la force du courant qui s’engage dans l’entonnoir. L’eau s’évacue à travers le plancher à claire-voie de l’entonnoir, déposant son lot de poissons piégés dans l’édifice.
© IRD/E. Dounias

Image

Détail de la structure du barrage.
L’installation de l’édifice ne peut se faire qu’en période d’étiage de saison sèche, notamment le lestage du barrage qui devra résister, toute une année durant, à la poussée des eaux.
© IRD/E. Dounias

Bassin fermé dans bras inondé

24C’est lorsque l’eau commence à se retirer des petits bras inondés de quatrième catégorie que le signal est donné pour cette pêche masculine pratiquée en solitaire ou en binôme, et réservée aux pêcheurs confirmés. Le petit cours d’eau tertiaire qui va accueillir l’installation forme une impasse dont l’eau se retire au fil du tarissement du cours d’eau principal. Ce bras est préalablement nettoyé avec soin (élimination des débris végétaux) « pour que le poisson voit bien la nourriture ». Le pêcheur érige un barrage formé de bois jointifs ou de plaques d’écorce déroulée d’Annonaceae. Une ouverture est ménagée et surmontée d’un échafaudage, qui permettra de l’obstruer verticalement par coulissement d’un panneau d’écorce. Chaque jour, le pêcheur introduit dans l’enclos des fourmilières qu’il désagrège afin de faire flotter les larves. Le poisson attiré par cette nourriture pénètre dans l’enclos, qui sera refermé à la nuit tombante. Le lendemain, le pêcheur renouvelle l’appât pour nourrir les poissons déjà capturés et ouvre l’enclos pour attirer de nouvelles prises. L’opération peut durer plusieurs semaines jusqu’à ce que le niveau d’eau devienne insuffisant. Le pêcheur va alors vider l’enclos de son eau. Les prises sont abondantes et viennent récompenser la patience du pêcheur. Cette technique astreignante qui s’apparente à un pseudo-élevage n’est plus guère pratiquée aujourd’hui. Les principales captures sont Clarias camerunensis, Xenocharax spirulus, Brycinus tessmanni, Brycinus macrolepidotus, Micralestes spp., Citharichthys stampflii, Hepsetus odoe, Hemichromis fasciatus, Tilapia nyongana.

Pêche nocturne au filet-barrage

25La pêche nocturne au filet-barrage consiste à tendre de nuit un ou plusieurs filets en série en travers des cours d’eau secondaires. Cette activité est menée surtout en fin de saison sèche et peut se prolonger durant les premières pluies. Les Barbus spp. et certains « poissons sans écailles », notamment les Auchenoglanis spp. tachetés, remontent les affluents secondaires pour leur alimentation nocturne. Ils refluent ensuite sur les plus gros confluents un peu avant l’aurore. Les filets sont donc trempés tard dans la nuit, après la montée des poissons, et sont relevés au petit matin. La tenue de cette pêche en saison sèche doit moins à un comportement saisonnier des poissons qu’aux contraintes de mise en œuvre. La pratique devient difficile durant les fortes crues à cause du courant trop élevé à proximité des confluences. Les eaux charrient alors de nombreux débris susceptibles d’endommager les filets. En réalité, les pêcheurs considèrent le début de la petite saison des pluies comme la période optimale de réalisation, car elle offre un juste compromis entre présence du poisson et opérabilité.

La pêche avec des nasses

Haie de nasses

26La haie de nasses exige des cours d’eau peu profonds à eaux claires, pour bien suivre le mouvement des poissons. Elle se pratique en début de saison sèche, lorsque le courant est modéré et que la rivière a cessé de charrier des débris. La première étape consiste à bâtir un barrage étanche fait d’une armature en bois solide. Le colmatage est assuré par de la terre argileuse et des végétaux aquatiques. Le dispositif est par ailleurs lesté par de grosses pierres. Des ouvertures sont prévues pour canaliser l’écoulement d’eau sur les nasses, dont l’entrée est orientée vers l’aval. Deux modalités sont alors possibles.

  • Utilisation de petits paniers-nasses au cours d’une battue. Cette modalité de grande envergure se déroule en famille et nécessite plusieurs protagonistes hommes et femmes. Les paniers sont à large maille, en rotin avec ouverture en entonnoir inversé comme l’entrée d’une nasse. Des rabatteurs guident le poisson en battant l’eau à contre-courant pour éviter de charrier des débris vers les paniers. Lorsque le poisson arrive à proximité des paniers, un filet est tendu pour leur barrer toute voie de fuite vers l’aval. Les grosses prises sont rares : les poissons du Ntem ne se risquent à remonter les affluents que lors des inondations à eaux troubles de saison des pluies. Les captures les plus communes sont surtout des Characidae (Alestes barezome, Micralestes occidentalis, Brycinus tessmanni…) mais aussi quelques Cichlidae (Hemichromis spp., Leptotilapia sp., Pelmatochromis spp., Sarotherodon mvogoi, Tilapia nyongana…) et des Cyprinidae du genre Raiamas. Une seconde étape de la pêche consiste à laisser les paniers en place pour le reste de la nuit, pourvus de divers appâts : principalement des écorces et fruits de Uapaca spp. et cossettes de manioc. Les principales captures sont des crustacés et des Mormyridae (Pollimyrus kingsleyae).
  • Utilisation de grandes nasses à compartiment unique, sans battue ni appât. La structure de base est la même, mais les conditions de capture diffèrent. Les nasses sont mises en place en fin de journée et capturent de nuit les poissons qui remontent l’affluent pour se nourrir. L’ouverture de la nasse se présente alors comme la seule voie possible de passage. Les nasses sont ensuite contrôlées au lever du jour puis retirées jusqu’à la soirée suivante pour permettre la libre circulation des poissons durant la journée. Cette pêche se pratique en solitaire ou en binôme et est plutôt pratiquée par les femmes, mais pas de manière exclusive. Les prises les plus communes sont Clarias camerunensis, Hepsetus odoe, Brycinus tessmanni, Phenacogrammus urotaenia, ainsi que des crustacés.

Image

Panier-nasse fabriqué chez les Njem.
Il est doté d’une ouverture en forme d’entonnoir tournée vers l’intérieur
© IRD/E. Dounias

Nasses à crustacés

27Ces nasses en rotin de petite taille sont dotées d’une ouverture en entonnoir inversé, tournée vers l’intérieur. Les nasses doivent être renouvelées toutes les deux ou trois saisons sèches selon l’intensité d’utilisation. Elles sont installées à la tombée du jour, dans les eaux peu profondes de cours d’eau secondaires ou tertiaires, et sont relevées à l’aurore. Elles contiennent un appât, principalement des cossettes de manioc détrempé ou des résidus de noix de palmes pilées. Cette pêche est pratiquée par les femmes qui capturent surtout des crevettes et des crabes, plus rarement des petits poissons comme des juvéniles de Mormyridae. Elle a lieu toute l’année, avec toutefois une préférence pour la saison sèche. En saison des pluies, les femmes craignent que leurs nasses ne soient emportées par les crues brutales. Elles les installent alors dans les cours d’eaux tertiaires, à condition de disposer de points d’eaux vives et claires que les crevettes affectionnent.

Image

Chapelet de nasses à crustacés, transporté en bandoulière frontale jusqu’au cours d’eau où elles seront installées.
© IRD/E. Dounias

Image

Confection des nasses à crustacés totalement réalisées à base de rotin.
© S. Bahuchet

Nasses tubuliformes

28La longue nasse tubuliforme sans entonnoir de rétention est positionnée au plus fort du courant, avec son ouverture orientée à contre-courant. La seule force du courant suffit à maintenir les poissons qui n’ont pas l’énergie de remonter les 2,5 m de longueur de la nasse. Les nasses à crustacés leur sont souvent associées dans un barrage mixte, ces dernières étant fixées près des bords avec l’ouverture orientée vers l’aval pour capturer les poissons qui, profitant que le courant soit moins fort le long des berges, parviennent à frayer à contre-courant. Cette installation mixte est positionnée dans les petits affluents inondés de saison des pluies. Elle permet de capturer des poissons sans écailles, dont le premier rayon des nageoires dorsales et pectorales est une épine ossifiée, par exemple des Bagridae et des Mochokidae.

Image

Image

La nasse tubuliforme, déjà dessinée par l’explorateur Tessmann dans les années 1880, a pratiquement disparu d’Afrique centrale.
Seules quelques communautés fang de Guinée Équatoriale l’utilisent encore. photo et dessin © IRD/E. Dounias

Nasses dormantes à double compartiment

29L’utilisation de ces nasses est une activité masculine, individuelle et diurne, qui se pratique dans les cours d’eau majeurs durant la saison sèche, lorsque le courant est modéré. Leur maniement nécessite de disposer d’une embarcation. Ces longues nasses sont dotées d’une ouverture en cône inversé et comprennent deux compartiments. Elles reposent sur les fonds sableux dans des eaux calmes, profondes et ombragées (sous le feuillage des Uapaca, mais surtout des rives profondes envahies par les herbacées aquatiques comme Brillantaisia sp., Acanthaceae, et Impatiens sp., Balsaminaceae). Un appât est introduit dans chacun des compartiments. Les poissons pénètrent dans la nasse et trouvent l’appât dans le premier compartiment, ce qui les encourage à pénétrer dans le second d’où ils ne pourront plus sortir. L’appât se compose de cossettes de manioc cuites brièvement à l’étouffée, mais encore bien fermes afin de supporter plusieurs trempages successifs. D’autres appâts sont possibles, comme les feuilles de manioc, les palmes d’Aframomum citratus, ainsi que les viscères de gibier. La nasse est rattachée à la berge (racines échasses par exemple) par une solide corde de rotin. Sous l’effet du faible courant ou de la pente, la nasse dérive parfois de son point d’ancrage. Le pêcheur repère donc le point d’attache puis hèle lentement la nasse à la surface. Il déverse le contenu dans sa pirogue, après avoir ouvert le sommet conique de la nasse tenu par un lien de rotin, puis il remet l’appât, referme la nasse et la replonge dans l’eau. L’Auchenoglaniidae Auchenoglanis guirali, poisson tacheté et sans écailles, constitue l’essentiel des captures.

Image

En hélant la longe de rotin fixée à la base de la nasse dormante, le pêcheur ntumu visitant ses installations parvient à la hisser dans sa pirogue.
© IRD/E. Dounias

Image

Pour plus de stabilité, le pêcheur laisse tremper ses jambes de part et d’autre de la pirogue.
Il défait le lien de fermeture du cône de la nasse et exerce des impulsions pour éjecter le contenu du second compartiment. Par l’ouverture conique de la nasse, le pêcheur ntumu fait sortir les poissons capturés (ici Synodontis sp.) ainsi que les morceaux de manioc qui ont fait office d’appât. © IRD/E. Dounias

Image

Avant de refermer le cône de la nasse, le pêcheur ntumu réintroduit les morceaux de manioc, qui devront être renouvelés après quelques jours de pêche.
Il n’a pas eu à intervenir sur le premier compartiment de la nasse qui fait office d’antichambre. © IRD/E. Dounias

Proverbes
Sur la pêche à l’appât
Le forcené est parvenu à pêcher un boa avec des viscères de crapaud pour appât (événement totalement invraisemblable)
La persévérance vient à bout de l’impossible

Les pêches collectives

Filet-battue diurne

30Durant le jour en saison sèche, plusieurs filets-barrages successifs sont tendus en aval d’un cours d’eau secondaire. Le filet, dont la maille large de 5 x 5 cm laisse passer les alevins, mesure environ 1 m de haut pour 15 à 20 m de longueur. La crête est maintenue hors de l’eau par des piquets, tandis que le bord inférieur est lesté par des galets. Le cours d’eau doit donc disposer d’un étiage faible, de 0,5 à 1 m, et être d’une bonne transparence pour que soient mieux gérés les mouvements des bancs de poisson. Une fois les filets positionnés, une battue est amorcée plusieurs kilomètres en amont. Conduite par trois ou quatre protagonistes, celle-ci consiste à fouetter vigoureusement l’eau à l’aide d’un bâton, afin de provoquer la fuite des bancs de poissons vers l’aval. À l’approche des filets-barrages, un filet de fermeture est rapidement tendu par les rabatteurs pour empêcher toute retraite vers l’amont. L’étau est progressivement refermé, afin de pousser les poissons dans les filets d’aval. Les enfants font le guet à une centaine de mètres des filets pour alerter le pêcheur à l’affût près de ses filets de l’arrivée des bancs de poissons. Cette technique requiert la participation d’un minimum de cinq personnes (la présence d’un adulte, généralement le détenteur des filets, suffit), mais fournit beaucoup de poissons, tant en espèces qu’en quantité. La réussite de la pêche-battue implique un engagement physique et un long séjour dans l’eau : les participants doivent supporter le froid et l’humidité durant tout le déroulement de la pêche.

Image

Tandis que ses assistants se rendent en amont pour préparer la battue, le maître-pêcheur mvae tend ses filets en travers du cours d’eau.
© IRD/E. Dounias

Image

Alors que le maître-pêcheur se tient embusqué à l’affût de filets tendus en aval, ses acolytes commencent à frapper l’eau très en amont, pour faire refluer les bancs de poissons vers l’aval. Une battue à cinq participants peut permettre la capture de 22 kg de poisson frais, avec une majorité de Barbus et de Brycinus.
© IRD/E. Dounias

Image

La campagne de pêche pouvant durer plusieurs jours (et représenter au final plusieurs centaines de kilogrammes de poisson frais), les prises du jour doivent être immédiatement écaillées, éviscérées et conditionnées en vue de leur séchage sur un boucan entretenu nuit et jour.
© IRD/E. Dounias

Trouble et abri de bois empilés

31Chez les Mvae, cette pêche féminine porte le même nom que Raiamas buchholzi, l’espèce de Cyprinidae la plus communément capturée selon cette procédure. Le principe de cette pêche conduite en binôme ou trinôme (souvent une mère et ses filles) consiste à bâtir un abri artificiel de 10 à 20 m2 de surface, composé de bois empilé et recouvert de palmes de raphia. Les femmes choisissent une bifurcation ombragée d’un cours d’eau secondaire ou tertiaire à fort écoulement, afin de ménager un abri de saison des pluies que les poissons adopteront au cours de leur frayage vers l’amont. À l’occasion de la visite hebdomadaire, les participantes dévient l’écoulement d’eau par une butte de terre argileuse et de débris végétaux prélevés à l’avenant. Les morceaux de bois sont ensuite progressivement retirés d’aval en amont. L’eau résiduelle est écopée en contrebas d’un trouble tenu verticalement, afin de retenir les poissons entraînés par le flux d’évidage. L’abri est reconstitué après saisie des derniers poissons, en vue d’une visite ultérieure. La séance de pêche dure environ 3 à 4 heures. L’écopage s’effectuait auparavant à l’aide d’une palette spéciale en forme de disque, généralement en bois de fromager, choisi pour sa tendreté, sa légèreté et sa résistance à l’eau. Ce disque se fait rare et est dorénavant remplacé par des assiettes métalliques manufacturées. Les prises sont toujours des poissons de petite taille qui sont gustativement très appréciés : Microsynodontis batesi, Marcusenius spp., Petrocephalus sp., Pollimyrus kingsleyae, Raiamas buchholzi, divers Cyprinodontiformes. Chez les Mvae, pourtant gros amateurs de gibier, Raiamas buchholzi occupe le premier rang des préférences alimentaires. C’est dire l’importance accordée à cette pêche qui constitue une forme de pseudo-élevage.

Image

Après édification d’une butte de terre argileuse éphémère, la propriétaire mvae du dispositif commence à retirer les palmes de raphia qui constituent la couche de surface.
© IRD/E. Dounias

Image

Le démantèlement des bois entassés se fait lentement, avec soin et méthode (le dispositif peut servir de refuge à un animal dangereux) par une adulte, au fur et à mesure de l’écope du bassin par les enfants.
© IRD/E. Dounias

Image

L’opération dure plusieurs heures et nécessite trois participantes : une pour dégager les morceaux de bois et consolider le muret d’argile, une pour assurer l’écope continuelle du bassin, une pour saisir les poissons à l’aide d’un trouble.
© IRD/E. Dounias

Image

Plateau en bois de fromager (léger et résistant à des trempages prolongés et répétés) servant d’instrument d’écope chez les Mvae.
À noter, au fond de la concavité, une proéminence conique qui permet un meilleur contrôle directionnel de l’eau expulsée sans effet de reflux.
© IRD/E. Dounias

Parole de chercheur
Sébastien Lavoué ichtyologue
Pêche traditionnelle au barrage dans le parc national d’Odzala (République du Congo)
Une fois par an, à la fin de la grande saison sèche, une pêche traditionnelle au barrage est autorisée à l’intérieur du parc d’Odzala. Ce sont les femmes d’un village alentour qui viennent pêcher. Elles sont d’abord conduites en pirogue sur la rivière Lekoli (bassin du Congo) et parviennent vers 9 h du matin à l’entrée d’une piste forestière, à l’intérieur du parc. Elles suivent ensuite cette piste pendant une heure environ pour atteindre, au pied d’un arbre immense, le coude d’un petit ruisseau forestier. À cet endroit, la profondeur du cours d’eau est d’environ 1 m, et le lit de la rivière s’enfonce profondément sous l’enchevêtrement des racines de l’arbre. Les femmes commencent d’abord par détourner la rivière en amont, avec de la boue et des branches d’arbres, pour que celle-ci aille se déverser directement en aval et n’irrigue plus le lieu de pêche. Ensuite, à l’aide de seaux et de bassines, elles vont vider petit à petit l’eau retenue. Les poissons, réfugiés entre les racines de l’arbre, commencent alors à sortir, et les femmes peuvent les attraper à l’aide de tamis. En début d’après-midi, la pêche terminée, tout le monde rentre chez soi. Les espèces de poissons les plus couramment capturées sont les Mormyridae (principalement Petrocephalus et Marcusenius), les poissons-chats (Synodontis et Auchenoglanis), les Cyprinidae (Barbus spp.) et de petits Alestidae. Les autres espèces sont entre autres Malapterurus et Mastacembelus. Toutes ces espèces sont typiques des ruisseaux forestiers de cette partie du Congo.
Image
Image
La pêche traditionnelle au parc national d’Odzala.
République du Congo.
© S. Lavoué

La pêche à la nivrée

32La capture de poisson par asphyxie est une pratique éprouvée qui se rencontre sous toutes les latitudes. Cette universalité ne dispense pas d’une bonne connaissance du milieu, puisque cette pêche consiste à neutraliser le poisson au moyen de stupéfiants, qui doivent, en retour, rester inoffensifs sur le consommateur : pour la totalité des plantes connues à cette fin, il est inutile de recourir à une détoxication préculinaire. Il convient toutefois d’éviter de consommer l’eau du bassin empoisonné durant les heures qui suivent la pêche, au risque de troubles gastriques de gravité variable. Dans tous les cas, les plantes de nivrée employées, qualifiées d’ichtyotoxiques, ne tuent pas l’aquafaune. Le comportement du poisson est souvent assimilé à un état d’ébriété : l’asphyxie occasionnée par la plante le contraint à venir respirer en surface, où il est alors saisi ou assommé par les pêcheurs à l’affût. D’autres poissons et crustacés sont saisis d’immobilisme et sont alors capturés dans les trous d’eau longeant les rives. La nivrée s’organise de manière collective et mixte et se déroule dans les cours d’eau secondaires, à partir des campements de pêche de saison sèche.

33Les plantes utilisées pour la nivrée sont de tous ordres. Certaines sont des plantes herbacées aquatiques, comme l’Acanthaceae Justicia extensa, dont les bosquets entretenus en bord de rivière n’ont plus rien de spontané. D’autres sont des petits arbustes buissonnants comme Bertiera elabensis (Rubiaceae). D’autres encore sont des petits arbres de sous-bois clairs comme Albizia coriaria (Mimosaceae) que les agriculteurs entretiennent dans leurs plantations de café ou de cacao. Plusieurs sont des lianes ligneuses, comme les Strychnos spp. (Loganiaceae) et Strophantus gratus (Apocynaceae) (sources respectives de la strychnine et de la strophantine qui sont des tonicardiaques à usage pharmaceutique répandu), ou des lianes plus graciles comme Adenia gracilis (Passifloraceae) et Nephthytis poissonii (Araceae). Plusieurs des plantes employées sont par ailleurs des épices qui contiennent des composés antimicrobiens que l’on consomme avec parcimonie : Scorodophloeus zenkeri (Mimosaceae) (écorce à ail), Tetrapleura tetraptera (Mimosaceae) (gousse à « sauce noire »), Zanthoxylum spp. (Rutaceae) (condiment à nkui, préparation majeure de la gastronomie bamiléké) et Piper guineense (Piperaceae) (poivrier sauvage). Certaines plantes ichtyotoxiques sont exclusivement cultivées à cette fin : Tephrosia vogelii (Caesalpiniaceae) en est l’archétype. C’est un arbuste planté dans les jardins de case. Cissus aralioides (Vitaceae), Diffenbachia spp. (Araceae) et Datura spp. (Solanaceae) sont à l’origine des plantes ornementales. Comme beaucoup de plantes d’ornement, ces végétaux à feuillage persistant secrètent des composés secondaires toxiques, voire hallucinogènes. La présence commune de l’arbuste Oubanguia alata (Lecythidaceae) dans les jardins de case doit d’abord à ses propriétés alexitères (antivenin). Certaines plantes n’interviennent que comme adjuvant dans la préparation, comme par exemple l’écorce de Tetracera alnifolia (Dilleniaceae) une des grosses lianes à eau des sous-bois forestiers d’Afrique centrale. L’emploi de plantes ichtyotoxiques requiert des précautions particulières d’usage. Chez les Mvae par exemple, outre l’abstinence sexuelle, qui prélude généralement aux entreprises de grande envergure, il faut éviter de laisser de la nourriture à proximité de ces plantes, au risque sinon de leur faire perdre toute leur efficacité ; la femme enceinte doit aussi s’abstenir de tout contact avec la plante et surtout de ne pas marcher dans l’eau une fois la poudre versée. Le risque encouru est un double avortement : de la campagne de pêche et de la future mère.

Image

Raclage à l’aide d’une machette de l’écorce d’un Zanthoxylum, arbre de la famille des agrumes (les Rutaceae) connue pour son importante production d’huiles essentielles. C’est l’une des plantes ichtyotoxiques les plus communément employées par les Pygmées baka.
© IRD/E. Dounias

Image

Chez les Tikar, c’est l’écorce d’Albizia coriaria qui est préférentiellement employée.
L’arbre, de petite taille, est régulièrement taillé pour provoquer la pousse de rejets et ainsi accroître la surface de prélèvement d’écorce. Cet arbre sauvage est soigneusement entretenu dans les agroforêts à café ou cacao. © IRD/E. Dounias

Image

Tephrosia vogelli est l’unique plante d’Afrique qui ait été domestiquée pour ses vertus de plante ichtyotoxique.
L’arbuste, dont on utilise en priorité les feuilles, est cultivé en jardin de case. © IRD/E. Dounias

Image

L’écorce d’Albizia coriaria a été concassée en grande quantité compte tenu de l’ampleur de la pêche.
© IRD/E. Dounias

Image

Seules des âmes innocentes peuvent manipuler sans risque une substance symboliquement puissante et dangereuse.
Les enfants ont donc le privilège d’assurer le trempage du poison dans la rivière.
Une grande liesse accompagne le déroulement de cette pêche.
© IRD/E. Dounias

Image

La substance stupéfiante, reconnaissable à la mousse en surface, commence à se répandre vers l’aval du cours d’eau.
Les adultes vont patienter encore quelques minutes avant de commencer la collecte. Cette dernière peut réunir des centaines de participants en provenance de plusieurs villages.
© IRD/E. Dounias

Image

Les participants de tous âges se délectent dans la capture de l’ichtyofaune asphyxiée par la substance.
Au final, toute la collecte sera rassemblée pour être ensuite répartie équitablement.
© IRD/E. Dounias

Parole de chercheur
François Malaisse ethno-écologue
Pêche collective par empoisonnement au buba sur les affluents de la rivière Luapula (Katanga, RDC)
Au Katanga, comme dans d’autres régions d’Afrique, la pêche aux stupéfiants était une pratique traditionnelle mentionnée très tôt par les explorateurs. L’usage d’une trentaine de plantes ichtyotoxiques a été signalé du territoire Bemba (Katanga). Les trois espèces principales sont Tephrosia vogelii (légumineuse) appelé buba en dialecte kikemba, Diospyros mweroensis (Ebenaceae) appelé katula et Neorautanenia mitis (légumineuse).
La pêche aux ichtyotoxiques était considérée par les administrations coloniales comme un « acte de piraterie » provoquant la destruction du poisson dans les cours d’eau. Mais cette coutume bien ancrée, qui était accompagnée de rites, s’est perpétuée, et la « colonisation » fut incapable de la déraciner.
Les pêches collectives au buba ont lieu au tout début de la saison des pluies. Elles sont effectuées habituellement à trois reprises, à intervalle de dix à vingt jours, à chaque fois dans un tronçon différent de rivière. Tephrosia vogelii ou buba est une plante cultivée par les villageois. Tôt le matin de la pêche, femmes et enfants cueillent le buba qui est placé dans des paniers tressés en tige de bambou. Simultanément, les hommes construisent un barrage sur les lieux de pêche, à l’aide de troncs, de pierres et de branches. Des nasses, judicieusement placées dans le barrage, récolteront les poissons anesthésiés par le buba. Chaque pêcheur apporte sa nasse.
La cueillette de Tephrosia terminée, les femmes et les enfants se rendent à l’emplacement de pêche. Les feuilles fraîches sont pilées dans des creux de la roche (marmites), puis placées dans un panier tressé qui est trempé dans la rivière avec un mouvement de va-et-vient. L’eau se teinte rapidement en vert. Les feuilles trempées sont ensuite pilées en mélange avec du sable et remises à tremper dans la rivière. L’effet toxique du buba commence alors à se faire sentir à l’aval. Les poissons remontent en surface et nagent souvent la face ventrale vers le haut. Incapables alors de résister au courant, ils sont entraînés vers l’aval.
Au signal des anciens, les villageoises et leurs enfants descendent la rivière en ligne, récoltant le poisson à la main ou au harpon. Chacun ramasse ce qu’il peut et l’entrepose dans un panier, alors que les nasses récupèrent les poissons qui échappent aux récolteurs. La pêche terminée, chacun rentre au village où les poissons capturés sont frits et consommés dans les 48 heures.
Image
Préparation du buba à partir de feuilles de Tephrosia vogelii. Les feuilles sont pilées dans des cavités creusées dans la roche (marmites) au pied d’une cascade qui forme la limite naturelle du bief où aura lieu la pêche collective.
© F. Malaisse
Image
Barrage édifié en travers de la rivière pour la pêche collective par empoisonnement, avec les nasses destinées à recueillir les poissons qui dérivent, emportés par le courant.
© F. Malaisse
Image
La récolte des poissons engourdis se fait à la nage dans les endroits profonds.
© F. Malaisse

Image

34Le poison est dans la rivière

35Ça va chauffer.

Bibliographie

POUR EN SAVOIR PLUS

Abe’ele Mbanzo’o P., 1999 – La pêche chez les Badjoué du nord de Réserve de biosphère du Dja (Est-Cameroun). Étude socio-anthropologique de la spatialité. Yaoundé, mémoire de maîtrise, Université catholique d’Afrique centrale, 160 p.

Bahuchet S., 1992 – Esquisse de l’ethno-ichtyologie des Yasa du Cameroun. Anthropos, 87 : 511-520.

Carrière S. M., 2003 – Les orphelins de la forêt. Pratiques paysannes et écologie forestière (Les Ntumu du Sud-Cameroun). Paris, IRD Éditions, coll. À travers champs, 374 p.

Dounias E., 1993 – Dynamique et gestion différentielles du système de production des Mvae du Sud-Cameroun forestier. Montpellier, thèse, université des Sciences et Techniques du Languedoc, 644 p.

Dounias E., Cogels S., Abe’ele P., 1998 – La pêche en eau douce, un domaine de production mésestimé et une alternative de développement prometteuse. Exposition au Festival d’art et culture du Cameroun (Fenac), Ebolowa, 14-19 déc.

Dounias E., Bahuchet S., 2002 – « Habitat semi-permanent en forêt d’Afrique centrale ». In Brun B., Dufour A.-H., Picon B., Ribéreau-Gayon M.-D. (éd.) : Cabanes, cabanons et campements. Formes sociales et rapports à la nature en habitat temporaire, Châteauneuf-de-Grasse, Éditions de Bergier : 161-181.

Pagezy H., 1989 – « Alimentation et saisonnalité dans la région du lac Tumba ». In Hladik C.-M., Bahuchet S., Garine I. de (éd.) : Se nourrir en forêt équatoriale. Anthropologie alimentaire des populations des régions forestières humides d’Afrique, Paris, Unesco/MAB : 37-42.

Pagezy H., Nzouango D., 1998 – « La pêche aux crevettes sur la Lobé face à la demande des villes : changement de pratiques et conséquences sur la gestion durable des ressources ». In Bley D., Champaud J., Baudot P., Brun B., Pagezy H., Vernazza-Licht N. (éd.) : Villes du Sud et environnement, Châteauneuf-de-Grasse, APFT/Éditions de Bergier : 156-170.

Pagezy H., Guagliardo V., Nzouango D., Fabre D., Bwembia M., 1994 – Interactions entre facteurs écologiques et sociaux dans la production, conservation, commercialisation du poisson d’eau douce en Afrique équatoriale (Zaïre et Cameroun). Compte rendu d’une recherche financée par le ministère de la Recherche et de la Technologie, CNRS, 118 p.

Panyella A., 1959 – Esquema de etnologia de los Fang Ntumu de la Guinea Española. Madrid, Instituto de Estudios Africanos, 78 p.

Notes

1 Mami Wata est la Mère des eaux, mi-femme mi-poisson, mi-terrestre mi-aquatique, esprit de l’eau et divinité vénérée.

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540